L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Je n’ai confiance qu’en mon manche et ma parole... l’une est de fer et l’autre d’acier ! | Yokhéved

 :: Registres :: Citoyens du Monde :: Morts au combat Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 22 Aoû - 15:24


Fiche de Présentation



Informations
☩ Yokhéved
☩ Aström
☩ 75 ans
☩ Mâle
☩ Hayert'Väal
☩ Hétéro
☩ Cartographe et soldat
☩ Virenpien
☩ Arme(s)



Caractère
Ge-Ban, déesse de la guerre et de la danse guerrière. Elle est la divinité qui apportera le deuil des âmes en peine.

Yokhéved, tu n'es pas un spécialement un arcaëllien bon, ni un arcaëllien mauvais. Tu tangues entre les deux. Tu respectes tes propres valeurs même si pour cela, tu te fais détester par les autres personnes de ton groupe, ou même des autres gens de ton espèce. D'ailleurs, à cause de tes convictions, tu te disputes souvent, voir même te bats souvent contre les tiens parce qu'ils ne veulent pas te comprendre : les Virenpiens ne comprenaient pas ton envie de voyager, de connaître de nouveaux horizons et les membres du Hayert'Väal, eux, ne comprennent pas pourquoi tu n’adhères pas totalement à leurs idéaux. Certains te voient même comme un paria, ne comprenant pas pourquoi tu es ici, avec eux. Mais est-ce qu'une seule personne au monde pourrait vraiment de comprendre en réalité ? Tu es bien trop en harmonie avec toi-même, avec tes convictions que personne ne pourrait vraiment te comprendre. Tu as ta propre logique, ta propre histoire et le plus important à tes yeux, c'est que tu te comprennes toi-même.

Tu n'es pas un arcaëllien très sociable vis-à-vis des autres gens, mais tu ne les détestes pas, bien au contraire. Tu respectes tes frères d'armes pour ce qu'ils sont : les arcaëlliens, des êtres vivants avec un passé douloureux, avec des convictions. Cependant, tu ne supportes pas qu'on te force à embrasser d'autres convictions, d'autres religions : tu n'es pas athée, tu crois aux différentes religions, mais tu as perdu cette croyance aveugle en eux depuis des années. Cette perte fait que tu ne comprends pas les fanatiques de ton clan. Pour toi, ces gens-là ne sont que des faibles qui ne savent pas se battre avec pour conviction de vivre libre, de se sentir en paix. Non, eux, ils ne jurent que par leur Dieu. Toi, tu as compris depuis des lustres que ce n'était pas bon de vivre aveuglement, de vivre en priant les dieux. Tu sais très bien qu'ils aiment foutre leurs adeptes dans la merde. Tu en as payé le prix fort. Malgré cette rancune envers Uoc'Thuy, tu te retrouves dans une secte religieuse... pourquoi donc ?

Fier soldat de la noble cause qui est celle de la vengeance, on peut te reprocher d'être un connard qui aime se battre pour le plaisir de se battre, de trouver le moindre prétexte pour provoquer une bagarre, même au sein de ton propre groupe, il en est pas moins qu'il y a des choses qu'on ne peut pas te reprocher. La première de tes qualités de soldat est celle du courage. Contre un, contre dix ou contre cent, tu ne fuiras jamais devant l'ennemi. Tu auras beau être désarmé face à une armée, tu vas préférer mourir en combattant que de vivre en fuyant. La seconde qualité qu'on ne peut pas te reprocher, c'est ton agilité. Tu mesures dans les deux mètres quatre-vingts, tu pèses près de cent cinquante kilos et pourtant, tu te faufiles entre les ennemis comme un serpent. Ton poids, ta corpulence ne sont pas des handicapes, comme beaucoup pourraient le pensée en te voyant. Malheureusement pour toi, même si tu possèdes une très grande agilité, cela ne fait pas de toi le meilleur des espions.

Colérique, imprudent, incapable de contrôler sa force et nul en discrétion, voilà tes plus grands défauts qui font que tu n'es qu'un simple soldat. Tes grandes qualités pourraient te faire monter haut, très haut dans la hiérarchie, mais tes défauts te font office de boulet. Tu es incapable de te contrôler. On te demande d'ouvrir un pot de cornichon ? Tu exploses le bocal. On te demande d'aller d'un point à un autre sans éveiller les soupçons des gardes ennemis ? Tu les massacres tous parce qu'ils écoutent de la musique et que ça à le don de te mettre en colère. De plus, même si tu aimes voyager, admirer les étoiles, te promener dans la forêt pour te changer les idées, pour briser le quotidien de la monotonie, il y a une chose que tu ne supportes pas et qui te fait hurler comme une vierge devant le loup : les papillons. Tu as été traumatisé par ces bestioles dans ton enfance et maintenant, quand tu en vois un, tu ne peux pas garder ton sang-froid. Tu hurles, tu cours de partout et généralement, ça fait rire tout le monde de te voir dans cet état-là. Grâce à cette phobie, tu fais office de très bonne diversion : tu cours devant comme un couillon, tu hurles pour bien te faire repérer et quand tu te retrouves face aux ennemis, tu les tues comme si tu écrasais des pommes de terre pour en faire de la purée.

Kert’An, déesse de la famille et du foyer. Elle est la divinité qui montrera le vrai visage des guerriers.

Toutefois, avant d’être un guerrier, tu es avant tout un arcaëllien – au sens large du terme puisque tu es un Virenpien – mais un arcaëllien quand même. Tu étais même un père, un chef de famille, un protecteur et c’est ce rôle qui te tenait le plus à cœur. Oui, tu conjugues bien es verbes au passé vu que maintenant, tu ne l’es plus. Tu te sens plus capable d’endosser ce rôle à cause de ces gens et surtout à cause de ce dieu. A l’époque, tu ne rêvais que de vivre tranquillement, priant ton Dieu pour que tu vives en paix grâce à ton honnêteté. Après tout, ton Dieu était Uoc’Thuy, le créateur des Virenpiens et le Dieu de la justice. En étant adepte de son culte, tu pensais vivre en paix, punissant autant tes enfants que les autres personnes pour leur manque de respect envers autrui ou tout simplement envers la loi. Malheureusement pour toi, tu as vite déchanté depuis cette fameuse nuit et aussi depuis cette fameuse période. D’ailleurs, depuis ce jour, tu détestes tout le monde : autant ton ancien Dieu que l’Empire ou encore la résistance. Aucun de ces trois camps ne mérite ta loyauté, ni même celle des autres qui se sont fait enrôler. Tu ne sais pas si tu peux dire « grâce » ou « à cause «  d’eux, mais maintenant tu ne crois plus en rien. La trahison de ton Dieu t’a fermé les portes de la croyance et la trahison de l’Empire a fait que tu ne fais plus confiance en personne.

Aux yeux de ta femme, tu étais un vrai « papa poule », tu aimais ta femme et tes enfants au point que, maintenant, tu ne vis que pour les venger. Du moins, c’était le cas jusqu’à un certain moment. Quand on regardait ta famille, on se disait que ta femme avait de la chance de t’avoir : tu savais faire de la cuisine, de la bonne cuisine en plus et aussi, tu t’occupais parfaitement bien de tes enfants. La journée, quand tu ne travaillais pas pour le boulot ou pour la maison, tu jouais avec tes enfants, tu leur apprenais les travaux manuels comme la broderie. Oui, tu apprenais la broderie à tes enfants. Pour toi, cette pratique était essentielle pour un arcaëllien. Elle permettait de cultiver la patience, mais aussi de savoir être minutieux dans son travail. Après tout, ces deux qualités servent aussi pour le combat. Et le soir, tu leur faisais la lecture. Chaque soir, tu leur lisais une histoire différente. Ce petit rituel te permettait de les voir s’endormir, mais aussi de t’assurer qu’ils n’allaient pas faire de cauchemar. Tu t’assurais de leur lire des histoires qui se finissaient toujours bien puisqu’au début de chaque histoire, tu leur disais que tu serais toujours là pour eux. Pour veiller à leur sécurité.

Heureusement pour les gens, tu n’es pas vraiment quelqu’un de rancunier ou du moins, pas totalement. Tu sais juste faire la différence et tu ne mets pas les gens dans le même panier. C’est grâce à cette qualité que tu as pu partir de l’avant, refaire ta vie, même si la vengeance reste une de tes priorités : ta famille était ta vie, ta raison de vivre dans ce monde et tu ne perdras jamais cet objectif en vue, loin de là même. Il t’a même emmené sur un terrain glissant, mais fort beau pour toi : la rencontre de ta nouvelle famille. Grâce à eux, tu as repris un peu goût à la vie ; tu joues les mecs grincheux, solitaire, mais en réalité, tu es quelqu’un de très généreux. Tu ne veux juste pas le montrer. Tu n’as pas envie qu’on en apprenne trop sur toi. Tu apprécies tellement ta nouvelle famille que tes côtés « papa poule » - ou papa lézard, vu le physique – que tu fais souvent la cuisine pour toute la troupe. Ouais, plus il y a de bouche à nourrir, plus tu es content. Limite, si tu ne faisais pas attention, tes autres côtés « papa poule » pourrait ressortir.

En matière de cuisine, tu n’es pas quelqu’un de difficile : tu aimes beaucoup de choses et tu en détestes très peu. Tu es même un aspirateur sur patte. Après tout, il faut bien la nourrir cette bête de cent cinquante kilos. Néanmoins, tu as quand même des préférences dans ce domaine. Beaucoup de personnes se moquent de toi parce que, malgré que tu sois vu comme un « homme lézard », tu as une préférence pour la viande crue. Même s’ils pensent que les lézards – de base – sont seulement végétariens, ton espèce est bien omnivore. Tu manges de tout, vraiment de tout. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des espèces de lézards. De plus, tu raffoles du thé. S’il y a bien un sujet sur lequel il ne faut pas plaisanter avec toi, c’est bien ça. Et chaque jour, c’est la même dispute : si tu ne prends pas – au minimum - un bol de thé par jour, tu es de mauvaise humeur. Tu aimes tellement le thé qu’il t’est déjà arrivé de décapité une personne – que tu ne connaissais pas – juste parce qu’il t’avait dérangé pendant ce moment. A l’inverse de la viande, tu ne supportes pas le fromage. Si tu étais superman, le fromage serait ta kryptonite. Tu ne supportes pas l’odeur et encore moins le goût. Et cela concerne tout type de fromage, même l’emmental.

Physique
La première chose que l’on peut remarquer chez ce guerrier terrestre, c’est qu’il n’est pas humain. Du moins, pas dans la forme que nous connaissons. Pour mieux le décrire, on peut dire qu’il est le fruit d’un mélange de gênes entre l’homme et le lézard. Et ce type d’être vivant possède un nom particulier : on appelle ça un Virenpien. Cette race a été créé à l’image de Uoc’Thuy, le Dieu du serment et de la justice. Comme tous les êtres appartenant à cette race, Yokhéved est de grande taille, comparée à un humain. Toutefois, il est de moyenne, voire de petite, corpulence pour sa taille, mais aussi pour son espèce. Si pour un humain, il ressemble à un énorme lézard géant qui pourrait hanter les cauchemars de vos enfants, pour les autres membres de sa race, il n’a rien d’exceptionnel, mis à part sa taille : Ils peuvent mesurer jusqu’à trois mètres de hauteur.

En ce qui concerne Yokhéved, comme expliqué plus en haut, on peut le qualifier comme quelqu’un de taille moyenne, voire de petite taille vu qu’il mesure dans les deux mètres soixante-dix et de corpulence moyenne. Il pèse dans les cent cinquante kilos. Autant dire que ce n’est pas le genre de petit lézard dont vous pouvez avoir l’habitude de voir dans vos ruelles les soirs d’été. En plus de sa grande taille et de sa corpulence, le détail qui titille la curiosité des gens qui le rencontrent pour la première fois : ses écailles. En plus d’avoir des écailles assez épaisses – pratique pour les combats contre des armes blanches – elles sont de couleur assez particulière : orange. Mais pas un orange fluo ou la même couleur que le fruit, non, son orange à lui ressemble plus à un orange sanguin. Vous voyez, cet orange qui tire plus vers le rouge.

Comme pour les humains, les Virenpiens possèdent – eux aussi – des visages différents. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils ressemblent aux humains dans ce domaine du physique. Yok – parce que c’est son petit surnom - a un visage plutôt petit mais large. Quand on le regarde de près, son visage ressemble plus à celui d’un virenpien plutôt que celui d’un lézard. À sa physionomie, ses yeux sont plutôt bien proportionner : ils ne sont ni trop petit, ni trop grand. Même chose pour son nez : même s’il semble assez aplatit, il n’en reste pas moins qu’il est en harmonie avec le reste du corps. Pour ce qui est de la bouche, ce n’est qu’une question de point de vue, mais je trouve que sa bouche est un peu trop large pour son visage.

Chaque arcaëllien, ou être vivant, possède une personnalité qui lui est propre et cette même personnalité se retrouve souvent dans nos manières d’agir, son goût, mais aussi -  tout simplement -  dans nos goûts et style vestimentaire. Il est donc primordial de ne pas oublier, même pire, de bâcler ces informations. Fort heureusement pour nous, le style de notre cher Yokhéved n’est pas difficile à décrire.

Le style vestimentaire de notre homme lézard est assez simple ; Il ne porte pas de vêtements extravagants, si même de couleur qui pourrait attirer l’œil. Sans doute parce que son physique le fait bien assez pour lui. Généralement, lorsqu’il a le choix de la couleur de ses habits, il prend toujours dans les tons noirs, Kaki ou encore marron et beige. Ce sont des couleurs qui lui vont bien autant à l’œil qu’au caractère. Quand on entre dans les détails de sa garde-robe, on ne trouve pas de vêtement « propre », il ne met que des vêtements qui ont déjà servis, qui – comme on le dit souvent – « on connut la guerre ». L’avantage quand on est un virenpien, c’est qu’on n’est pas obligé de se prendre la tête pour les vêtements. Limite, on n’est même pas obligé d’en porter. Mais lui, il en porte. Pourquoi ? Personne ne sait, ni même lui-même. La seule chose qu’il pourra vous répondre, si vous lui posez la question, ce sera des grognements. Enfin, quand on dit qu’il s’habille, c’est une très grande notion : en haut, il ne porte que des espèces de doudoune sans manches et avec capuche dont celle-ci est faite de fourrure à l’intérieur. Il ne porte ni t-shirt et encore moins de chemise : « ça m’empêche de bien me battre », comme il l’aime l’expliquer. Pour ce qui est du bas, il ne porte quasiment jamais de pantalons, ni même de short. Il est un pro-bermuda et on le reconnait assez facilement grâce à ce détail. Beaucoup de ses compères (espèce et / ou groupe) le taquinent avec ça. En matière de chaussure, il ne se prend pas la tête : grâce aux caractéristiques de son espèce, il n’a pas besoin de porter de chaussure pour marcher. De toute façon, même s’il le voudrait, il n’en trouverait pas à sa taille. Ses pattes font le double, voire le triple en largeur et longueur que les pieds d’un humain de taille et corpulence moyenne.



Histoire
La vie d’un homme ne se résume pas à ses origines, son sang, sa famille, mais plutôt à ses actes. Une personne de bonne famille peut devenir un pauvre, une personne vivant dans une famille croyante peut devenir athée, … et surtout, une personne vivant dans une famille altruiste peut devenir le pire des salopards. La vie d’un homme ne se résume pas à ce qu’il est sur le papier, ni même à son histoire, mais seulement à ses actes puisqu’ils reflètent ce qu’il est réellement.

L’homme ou les êtres vivants, pour faire une généralité, naît de la rencontre du arcaëllien et de la arcaëllienne. Sans aucun de ces deux parties, aucune espèce ne peut se perpétuer, aucune espèce ne peut survivre. Il en est de même pour la race des Virenpiens ; ces êtres qui ressemblent plus à des lézards qu’à des hommes, ces êtres qui, cependant, vivent comme les humains et plus précisément comme des nomades. Yokhéved est né dans un clan, un groupe de Virenpien qui voyage beaucoup dans les endroits du monde les plus rudes, les plus hostiles. Il est le fils d’Amitaï et de Bat-Kokhva Aström. Amitaï est un arcaëllien plus ou moins respecté dans la tribu. Il est un très bon cartographe. Bat-Kokhva est une arcaëllienne plutôt discrète. Elle n’est pas spécialement connue dans la tribu, elle est surtout reliée à son mari. Il est aussi le frère aîné d’une petite fratrie : un petit frère et une petite sœur. Son jeune frère de quatre ans, Chéhariya, est un parfait petit guerrier. De nature assez violente, il n’y a que Yokhéved qui peut le calmer. Sa jeune sœur de quatre ans aussi, Diqla, est la sœur jumelle de Chéhariya. Tout comme sa mère, elle est très discrète et elle ne jure que par ses deux frères et plus particulièrement son frère jumeau.

De manière générale, on ne pouvait pas dire que ce nomade eut une enfance difficile. Il était aimé de ses parents, de ses frères. Aucune personne de sa tribu n’avait envie de le tuer ou tout simplement de lui faire du mal. Il n’était pas quelqu’un d’important, sans aucun talent particulier. Ce fut peut-être pour cette raison qu’il ne considérait pas son enfance comme « merveilleuse ». Comme toute personne sans talent particulier, il touchait à tout : le combat au corps-à-corps, et le combat à distance avec les guerriers de tribu, la cartographie grâce à son père, mais aussi à la cuisine ou l’art de la broderie grâce à sa mère. Oui, n’était pas excellent dans un domaine en particulier, il dût toucher à tout pour trouver sa place. Malheureusement, ou heureusement, aucun de ces domaines ne lui était prédestiné. Malheureusement dans le sens où il se faisait un peu taquiner par les autres et heureusement dans le sens où grâce à ça, il avait de multiples compétences : contrairement aux autres, il pouvait se débrouiller seul, sans besoin d’autres personnes pour l’accompagner dans ses déplacements. Il ne détestait pas les membres de sa tribu, ô non, mais il pouvait partir seul, sans les inconvénients du déplacement en groupe.

Sans le savoir, ce fut lors de cette période de sa vie qu’il rencontra la personne qui allait devenir sa femme, sa moitié, Maâyana. Cette demoiselle était une Virenpienne d’un autre groupe et tout comme eux, son groupe voyageait un peu partout dans le monde. Il la rencontra lors d’un rassemblement de marchands, dans une grande, très grande fête de village. La chose la plus surprenante, c’était que, dès leur première rencontre, ils s’entendirent super bien. Aucune méfiance d’un côté comme de l’autre. Pour les parents de Yokhéved, cette rencontre était une bénédiction. Cependant, pour les parents de Maâyana, ce n’était pas le cas : leur fille unique c’était rapproché d’un inconnu. A chacune de leur rencontre lors de cette fête, ils étaient tout le temps ensemble. Ils s’amusèrent à jouer à cache-cache avec leurs parents, les commerçants. Pour une personne comme lui, quelques jours n’étaient rien dans une vie et pourtant, il se souvint toute sa vie de cette fête et surtout de cette rencontre¬. Chaque année, il priait les dieux pour la revoir. Il savait très bien que leur mode de vie faisait que chaque jour donnait lieu à de nouvelles aventures, mais aussi à de nouvelles mésaventures.

Son adolescence peut se résumer en quelques mots : cartographie, voyage, apprentissage de l’art de la danse et la stratégie guerrière. Tout comme chaque mâle de sa tribu, il a eu droit à une double formation : celle du combat, pour défendre sa famille et son clan, mais aussi celle du métier de son père. Chaque membre à une place bien définit dans son groupe et celle-ci est définie par son père. Ton père est chef du clan ? Tu deviendras chef du clan à ton tour. Ton père est un paria ? Tu le seras également. Toute personne a sa place et toute place est occupée par une personne en particulière. Imaginez un peu la frustration de ce jeune virenpien, né pour apprendre de nombreuses choses, à être réduit à être un simple cartographe. Malheureusement pour lui, à cette époque, il était trop jeune pour dire ou faire quoi que ce soit pour se rebeller. Une période de sa vie qu’il regrette un peu, même si finalement, ce fut – aussi – celle qui lui permit d’apprendre les notions les plus importantes de son existence : le respect et la discipline.

Son passage à l’âge adulte fut aussi inintéressant que son adolescence. Que peut-on dire ou même raconter mis à part que ce fut à ce moment qu’il prit son destin en main et qu’il décida de partir ? Il prit son courage à deux mains pour avouer ses sentiments à la Virenpienne qui allait devenir sa femme dans l’avenir ? Rien. Avec cette même femme, il eut deux enfants : une petite fille et un petit garçon, dans cet ordre-là. Si la mère avait les écailles vertes, comme le reste de sa tribu, les enfants, eux, furent bénis par les gènes du père : les deux bambins eurent les écailles orange. Ils vivaient paisiblement dans la ville de Jurÿ'Ley, capitale des terres de Mar’baal. Il avait choisi ce lieu pour sa réputation de ville marchande. Voulant découvrir le monde, cette ville était parfaite pour lui puisqu’elle possédait un immense port, ouvert au reste du monde. De plus, cette ville abritait de nombreux temples ; de cette façon, il pourrait prier son Dieu dans un temple qui lui était dédié. Lorsqu’il fut installé dans cette belle ville, il vécut un train-train quotidien qui ne lui déplaisait pas puisqu’il passait par le voyage. Un détail qui faisait qu’il ne voyait pas spécialement sa famille, mais il se consolait en se disant que les retrouvailles allaient être plus émouvantes au fur et à mesure que les jours passaient. Un état d’esprit qu’il garda en mémoire jusqu’au moment où le jour le plus sombre de sa vie arriva : la mort de sa femme et de sa famille.

Virenpien et grand adorateur du Dieu Uoc'Thuy, son chagrin fut à moitié apaisé par la pensée que les arcaëlliens qui avaient fait ça allaient le payer, qu’ils allaient être punis par ce Dieu du serment et de la justice. Mais lors du procès, ce Dieu ne l’aida pas. Non, les deux arcaëlliens, avides d’argent et de pouvoir, repartirent libres. Une justice, une punition divine qu’il ne comprenait pas. Pourquoi ne les avait-il pas punis pour leur crime ? Plus le temps passa et plus le chagrin qu’il ressentait pour sa famille se transforma en haine envers son Dieu, envers ceux qui avaient fait ça à sa famille. Il quitta la capitale, par la mer, pour rejoindre Say‘Maäl qui se trouvait sur un continent qui se prénommait « Ray'Bauz » ; continent qui était sous la régence du royaume Tahora’Han. Des années passèrent quand il rencontra enfin le salut de son âme ; ces années de vagabondages, vivant avec sa rancœur, sa haine, lui permirent de rencontrer le bon dieu, celui qui allait exaucer ses vœux de vengeance : Ozan, Dieu du chaos. La trahison de son ancien dieu ne l’avait pas rendu l’athée, ô non, puisqu’il croyait encore en lui, mais il ne lui faisait plus confiance. Il ne faisait plus confiance en aucun dieu jusqu’à cette fameuse rencontre. Une rencontre avec un prêtre du culte d’Ozan. Sur le coup, il le mettait sur le même piédestal que les autres. Pourquoi un dieu serait mieux qu’un autre ? Mais avec le temps, il comprit son erreur. Ce dieu n’avait rien à voir avec les autres. Il savait très bien qu’avec ce dieu, il allait pouvoir réclamer vengeance. Avec ce dieu, il allait pouvoir faire payer les crimes non punis.


© By A-Lice sur Never-Utopia
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Aoû - 16:54
Bonjour et bienvenue,

Je me chargerais de ta fiche =)

Si tu as des questions n'hésites pas une seconde ^^

Bon courage
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 120

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Aoû - 11:36
Merci pour la bienvenue et l'accueil !

Pas de soucis, je viendrai t'embêter par MP si j'ai des soucis avec ma fiche.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Aoû - 17:52
Bonjour =)

J'ai parcouru ta fiche vite fait, plutôt qu'homme ou femme dit arcaëllien ou arcaëllienne. =)
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 120

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Aoû - 15:55
Salutations =)

Up ta fiche lorsqu'elle est finie s'il te plait ^^
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 120

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Sep - 19:42
Bonjour,

Des nouvelles ?
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Sep - 20:07
Bonjour,

Désolé, j'ai eu des petits soucis d'inspirations, mais elle est toujours d'actualité.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Sep - 20:08
Bonjour,

Pas de soucis ^^ Préviens nous la prochaine fois Wink

Bonne écriture à toi ♥
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 120

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Sep - 22:28
Petit post pour dire que ma fiche est finie; l'histoire est un peu bâclée mais j'espère qu'elle conviendra quand même.
J'ai fait une relecture essentiellement pour modifier deux, trois termes donc je pense qu'il doit rester des fautes (et je m'excuse d'avance pour vos yeux).
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Sep - 11:44
Bienvenue à toi =)

Une fiche plutôt intéressante et bien détaillée. Juste une chose on dit "d'un arcaëllien et d'une arcaëllienne". En dehors de ça, je ne vois pas d'incohérences. La fiche est fluide et, dans l'ensemble, bien écrite.

Je te donne 25 XP que tu pourras utiliser pour ton fluide ^^

N'hésites pas à créer un journal de bord aussi ^^

Bon jeu
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Registres :: Citoyens du Monde :: Morts au combat-