Entrevue avec le Prince

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Palais de la Principauté :: Salle du trône Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 21 Jan - 17:23
Il était temps pour le Prince Yülhan de rencontrer Dame Sëya Nazen. Après plusieurs semaines en mer, le Prince et sa garde personnelle avaient rejoint Cescan. La nouvelle s’était faite connaître partout dans la capitale. Le dirigeant était revenu victorieux, et avait vaincu l’un des dirigeants les plus dangereux des Hayert’Vaäls. Lemmy Mördenmeister était mort sous sa lame et cet exploit, il le fit savoir à tous, était en grand partie due à la noble famille des Nazen et plus particulièrement grâce Sëya, fille de Thäa.

Toute la noblesse avait été mise au courant de la chose et bientôt certains se pressèrent jusqu’au trône de la Principauté pour demander audience au Prince et faire valoir ses propres faits d’armes. La majorité d’entre eux fut congédier sur le champs. Le Prince n’aimait pas les bonimenteurs et les lâches qui se targuaient d’exploits. Yülhan fit quand même demander à ce que l’on aille vérifier les états de service de ses personnes. Ceux qui avaient oser mentir, mériteraient des sanctions appropriées. Le Prince était un homme bon, peut-être plus souple et plus avenant que ses prédécesseurs, mais il avait horreur que l’on se joue de lui et n’hésitait pas à faire appliquer de sévère sanction.

La nouvelle de son arrivée s’étant répandue partout dans la Capitale d’Yban, il prit alors soin d’inviter Dame Näzen par le biais d’une missive :


Texte en clair:
 
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Jan - 16:58
Je regardais par la fenêtre. Dehors le temps était exécrable. De la pluie, du vent. On frappa à la porte et une servante alla ouvrir. Je n’entendis pas l’échange entre les deux arcaëlliens. Gaÿane vint vers moi et me donna une missive. Je la remerciais et allais m’asseoir dans un fauteuil. La servante s’en alla.

La missive disait que le Prince m’attendait demain. Enfin ! Les choses allaient avancer un peu. Je montais dans ma chambre et ouvris ma penderie. Je choisis une robe verte, une que j’avais achetée à Anna. Une fois la tenue prête, je laissais passer la journée en discutant avec Loreleï.

En ce thaly, vingt-deuxième jour du mois de Saven il faisait beau mais froid. Je souris doucement en m’étirant dans mon lit et me levais. Je fus happée par le froid de la pièce. La cheminée était éteinte. Je grognais et m’habillais en vitesse. Je prendrais un bain chaud ce soir. Une fois vêtue de pied en cape, je descendis vers la salle à manger. Là m’attendais un monstrueux petit déjeuner.

Une fois sustentée, je fis atteler un carrosse pour me rendre au château. Une fois le véhicule prêt nous nous mîmes en route vers la demeure du Prince.

Le carrosse s’arrêta devant les marches du palais. Je descendis de la voiture qui était à l’arrêt. J’entrepris de gravir les marche jusqu’au porte du palais. Une fois en haut, légèrement essoufflée, je tendis la missive à un garde. Il m’invita à la suivre jusque la salle du trône. Là il m’annonça. J’entrais dans la pièce somptueusement décorée. Le Prince était sur le trône. Je m’approchais laissant vingt pas entre moi et mon souverain. Je m’inclinais et attendis la suite de événement.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Jan - 13:58
Le Prince avait fait rassembler ce jour là une grande partie de la cour. Même si Dame Nazen n’était pas la seule à cette assemblée, elle demeurait l’invitée d’honneur. Ce fut sans doute une surprise pour elle de voir tant de monde réunis alors que rien ne l’avait spécifié dans la lettre l’ayant convié ici, en ce jour et en cette heure. Tous étaient des nobles, ou des hauts-gradés de l’armée, parfois même les deux à la fois.

On avait sorti pour l’occasion les plus belles draperies de la Principauté, d’un rouge sublime, décorées du dragon noir, symbole du pouvoir princier. Yülhan Mzékils’Han avait également sorti ses plus beaux atours et se paraît de sa tenue d’apparat aux couleurs de la nation. Un magnifique dragon rouge à trois têtes était brodé sur sa tunique noire. Son visage s’illumina d’un sourire radieux lorsque la noble Dame qu’il avait convié ici se présenta devant lui. Comme il était de coutume, elle s’inclina devant lui, imitée rapidement par le reste des spectateurs silencieux.

Le Prince se leva de son trône, ce qui en déconcerta la plupart, avant de se diriger vers Sëya avec les bras tendus vers le ciel.

- Dame Nazen ! Quel plaisir de vous voir ! Je vous en pries, inutile de vous incliner devant moi. Dois-je vous rappeler   que nous avons versé le sang côte à côte et que je vous considère, à bien des égards, comme mon égal ?

Il s’inclina respectueusement à son tour devant la noble mzékils et prit délicatement sa main pour la baiser avant de se redresser et de la regarder avec un sourire toujours aussi espiègle.

- Vous êtes ravissante dans cette tenue, Dame Nazen, mais trêve de compliments, vous n’êtes pas venue là pour que je vous bassine avec ce genre de mièvrerie. Voyez-vous, si je vous ai faite venir ici aujourd’hui, devant cette petite assemblée, c’est pour témoigner à tous du courage, de la bravoure, et de l’héroïsme dont vous avez fait preuve ! Grâce à vous, et à votre équipe, notamment Morianne dont j’attendais la présence, je dois l’admettre, mais qu’importe, nous avons réussi à vaincre un ennemi terrible. La Principauté en est retournée grandie et gonflée de fierté. Par conséquent je me suis dit qu’il serait tout à fait approprié de vous octroyer un titre plus en adéquation avec tout le mérite que vous respectez.

Il toussota et fit appeler un page, un jeune mzékils à la constitution robuste et à la mâchoire excessivement carrée. Ce dernier tendit un rouleau scellé par le Prince lui-même à Sëya avec toute la solennité que la situation l’exigeait.

- En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par mon sang, et mon titre, Dame Sëya Nazen, dernière héritière de la famille Nazen qui a toujours servi notre nation avec la plus grande des dévotions, fille de Thäa et héroïne d’Yban, je vous nomme officiellement Conseillère de la Cour Princière. En tant que telle, vous aurez un pouvoir influent sur les décisions à prendre concernant la régence de notre puissante Nation.

Le Prince regarda la noble mzékils qui se trouvait face à lui, inspira profondément et demanda alors à haute et intelligible voix.

- Je vous le demande à présent, Dame Sëya, fille de Thäa et nouvel espoir de la Principauté, acceptez-vous de siéger au Conseil et de faire de moi le Prince le plus avisé qu’Yban n’ai jamais connu ?

Le Yülhan baissa la voix pour que seule Sëya l’entende.

- Je sens en vous une grande destinée. Vous êtes vouée à la grandeur ! Rejoignez-moi Sëya ! Ensemble, le Prince d’Yban, et la fille de Thäa, côte à côte, nous ferons de notre nation, la plus puissante et la plus respectée de tout Arcaëlle. Acceptez le pouvoir que je vous confis, tout comme le fit le mari de votre mère adoptive avant vous, et nous pourrons rendre Yban meilleur.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Jan - 15:37
Rendre la Principauté meilleure… Le rêve de toute une vie. Mais si j’acceptais un poste de conseillère pourrais-je encore combattre les Hayert’Vaäl ? Je remerciais le Prince pour sa confiance. Puis, soupirant j’observais la foule pendue à mes lèvres. Cela me mit mal à l’aise. Toute la haute société d’Yban était là. Je n’étais qu’un fétu de paille dans cette immensité. Je demandais à voix basse mais intelligible par le Prince :

Pourrais-je encore me battre et voyager ?

Je n’étais pas faite pour rester le cul sur une chaise à blablater. J’étais une arcaëllienne d’action. Il y eut un mouvement de foule. J’entendis un « Pourquoi ne répond-elle pas ? ». Je me redressais de toute ma petite hauteur. Je n’avais pas envie d’être inerte. J’aimais bouger, risquer ma vie et surtout être entre les bras de Morianne.

Être conseillère…. La fin des libertés. Du moins c’est ainsi que je le voyais. Je ne voulais pas cesser ma guerre. J’étais née pour ça ! Je n’avais jamais été attirée par la politique. D’ailleurs, je n’y connaissais rien. Je soupirais discrètement. Il fallait que je sache. Le dirigeant de la Principauté semblait prendre son temps pour me répondre.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Jan - 17:26
Le Prince regarda l’assemblée d’un air gêné mais afficha un grand sourire pour les rassurer. Il fixa Sëya dans les yeux avant de lui murmurer.

- Je vois ce que vous voulez dire, moi non plus je n’aime pas rester sans rien faire à la cour. J’ai une idée, une bien meilleure idée, faites moi confiance.

Il lui fit un clin d’œil puis un sourire complice avant de passer une main dans le dos de Sëya pour se tourner vers l’ensemble des nobles qui se trouvaient là. Il se racla la gorge et pris la parole à haute et intelligible voix pour tous.

- Chers membres de cette assemblée, vous qui faites partie de l’élite de la Principauté, je vous demande toute votre attention. Dame Nazen, ici présente, est honorée de cette demande, cependant il nous est apparu évident qu’il serait un gâchis de la cantonner à un simple rôle de conseillère étant donné ses aspirations et son talent pour l’art du combat. Après tout, Sëya Nazen est la fille de Thäa, en conséquent, elle n’est pas n’importe quelle arcaëllienne. Elle a maintes fois prouvé sa bravoure, sa force et sa détermination. C’est pourquoi je vais reconsidérer ma demande.

Il lâcha alors la fille de Thäa et se mit face à elle, le regard confiant, toujours ce sourire malicieux affiché sur ses lèvres. Il comprenait à quel point Sëya tenait à sa liberté d’action, à sa soif de combat et d’aventure. Il lui fallait un rôle spécialement fait pour elle et il est vrai que celui de conseillère n’était pas des plus adapté.

- Dame Nazen, j’aimerai que vous acceptiez de devenir l’émissaire spécial de la Principauté, à ce titre, vous aurez une certaine liberté d’action, vous pourrez également disposer d’un soutien armé mais pas seulement. Je vous donnerai aussi un degré de commandement et d’autorité équivalent à celui d’un conseiller. J’aimerai très sincèrement que vous deveniez l’héroïne de la Principauté, une figure qui inspirerait notre nation et la conduirait vers un avenir nouveau. Je comprendrai cependant si vous ne vouliez pas accepter cette offre. Vous êtes la fille de Thäa, je ne peux rien vous imposer, à vous de choisir, Sëya.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Jan - 15:27
Le Prince se rendit compte de mon dilemme. De ce fait il proposa autre chose qui me convenait bien mieux. Un franc sourire se dessina sur mon visage. Ma joie était grande, j’allais pouvoir batailler mais avec un petit plus. Emissaire de la Principauté. C’était juste merveilleux et j’en fis part à Morianne. Avec ce rang, il allait, peut-être, être plus simple de mettre un terme à l’esclavage. Je m’inclinais devant le Prince et donnais ma réponse d’une voix claire et intelligible :

Moi, Sëya, de la maison des Nazen, j’accepte l’offre de mon Prince. Je servirais honorablement le territoire en son nom. A voix basse je dis à Yülhan : Merci, Altesse.

Je me redressais, il y eut un mouvement dans la foule de spectateurs de la haute. Je n’y fis pas attention. Que devais-je faire maintenant ? Rentrer ? Rester ? Nerveusement, je remis une mèche derrière mon oreille. A voix basse mais intelligible par le Prince, je demandais ce qu’il en était pour l’esclavage.

Une grande Nation ne pouvait se bâtir sur le dos d’esclaves. Devais-je toujours convaincre les nobles ? Et pour les combats d’arènes ? Qu’en était-il ?
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Jan - 17:17
Le Prince Yülhan afficha un grand sourire et posa sa main sur l'épaule de Sëya tout en saluant le reste de l'assemblée de la main. Il parla alors entre ses dents, se faisant entendre uniquement de la fille de Thäa.

- Nous allons en parler, ne vous en fait pas je vous ai fait venir pour ça après tout. Je préfère juste que nous voyons ce sujet... en privé. Certaines personnes ici ne sont pas très... ouverts à ce sujet, si vous voyez ce que je veux dire.

La jeune mzékils sembla rassurée, ce qui contenta le Prince d'Yban qui réclama l'attention de tous. Visiblement, certains voyaient déjà d'un mauvais œil le fait que Dame Nazen acquière un tel statut avec tant de pouvoir et les discussions semblaient houleuse. Le dirigeant de la principauté mit fin rapidement aux objections et congédia tous les nobles et représentants qui se trouvaient là. Il ne resta plus que Sëya et le Prince dans la salle du trône.

- Avant que nous ne commencions à discuter du sujet pour lequel je vous ais fait venir, Dame Nazen, j'aimerai vous présenter quelqu'un qui meurt d'impatience de vous rencontrer. Elle vous admire beaucoup et je pense qu'elle pourrait être une alliée dans la lutte contre l'esclavage que je vais vous confier. Mais je pense qu'elle saura mieux vous en parler que moi.

Il se tourna vers le fond de la pièce, là où se trouvait une porte dérobée derrière une des immenses tentures de chaque côté du trône.

- Tu peux entrer !

Une mzékil aux longs cheveux blancs, habillée d'une robe noire aux riches motifs entra dans la pièce. Elle affichait un très léger sourire humble et se dirigea presque instantanément vers Sëya. Elle s'inclina légèrement devant elle et se présenta.

- Dame Sëya ? Je suis Dame Ätanaelle, épouse du Prince Yülhan Mzékils'Han. Je suis enchantée de vous rencontrer. J'ai entendu beaucoup parler de vous et de vos exploits. Mon mari ne tarit pas d'éloge à votre sujet, c'est à se demander s'il ne vous préfère pas à moi.
- Allons, Ätanaelle, tu sais bien que je n'ai d'yeux que pour toi.
- Je plaisantai, mon cher mari ! Hu hu hu !

Dame Ätanaelle sourit à Sëya et prit finalement la peine d'expliquer sa présence.

- J'ai entendu dire également que vous comptiez convaincre les nobles d'Yban d'abandonner l'esclavage. Pour tout vous dire, je suis la première a avoir convaincu Yülhan que l'esclavage n'avait plus de raison d'exister dans notre nation. J'aimerai, si possible vous apporter mon aide dans cette périlleuse entreprise. Avant de vous exposer les nombreuses possibilités d'action que nous avons, j'aimerai savoir si de votre côté vous aviez déjà envisagé des plans d'action.

Ätanaelle:
 
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Jan - 15:52
Le souverain d’Yban fit entrer son épouse dans la pièce après avoir fait partir la haute. Je m’inclinais face à la Princesse et la saluais d’une voix émue. Sa beauté était sans pareille. Je me redressais et écoutais la douce voix de ma souveraine. Ainsi c’est elle qui avait proposé l’idée de la fin de l’esclavage. Cela ne me surprit qu’à moitié. Ça se voyait que c’était une belle personne. Elle me demanda si j’avais un plan d’action pour toucher les nobles.

Votre aide me sera précieuse Ma Dame. J’ai une vague idée d’action. Je pensais réunir les nobles à mon vignoble sous prétexte d’une dégustation, qui aura lieu, et prendre la parole sur une estrade pour leur faire part de mes idées sur l’esclavage.

Je soupirais ajoutant que ce ne serait pas une mince affaire. Je parlais de ma rencontre avec Cornelia Talryn. Sa conviction que les esclaves étaient des objets. De simples biens dont disposaient les nobles. Je secouais la tête, ce ne serait pas évident de convaincre la noblesse d’Yban.

Je croisais mes bras sous ma poitrine et soufflais. Comment parvenir à nos fins si la haute société du pays ne faisait rien. Il fallait faire ployer les nobles et autre esclavagiste. Proposer des alternatives.

Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Jan - 18:47
L’épouse du prince hocha de la tête tout en écoutant attentivement la fille de Thäa exposer ses idées ainsi que les faits qui étaient éloquents de vérité. Elle posa un doigt sous son menton, prenant un air songeur.

- Beaucoup de nobles ont malheureusement encore cette mentalité. C’est une bonne chose que vous ayez pu rencontrer une de ces personnes à convaincre, il vous sera peut-être alors plus facile d’envisager les solutions à adopter en ce sens.

Elle fit quelques pas, toujours plongée dans ses réflexions. Elle trouvait l’idée d’une dégustation de vin tout à fait appropriée et se tourna enfin vers Dame Nazen avec un sourire amical.

- En tout cas, la dégustation de vin dans les vignobles est un bon plan ! D’autant que j’ai cru comprendre que vous n’aviez à votre service que des employés, libres et rémunérés. Vous devriez peut-être miser là dessus et expliquer en quoi leur liberté est une chose importante. En ce qui concerne les alternatives… Nous avons déjà offert l’opportunité à ceux qui le souhaitent d’affranchir leurs esclaves contre une somme assez rondelette. Cela permet pour un temps de rémunérer ceux qui souhaitent rester au service de nobles. Une solution toutefois temporaire qui ne séduit pas tout le monde… Il y a très peu de personnes qui ont adhéré à cette proposition.

La Princesse resta silencieuse un instant. Yülhan qui était resté un moment sans dire le moindre mot s’approcha alors des deux femmes en prenant la parole.

- Il est sûr, en tout cas, qu’avec une telle démonstration, Dame Nazen, vous allez vous attirer quelques ennemis ! Vous ne serez cependant pas seule, je compte bien assurer la protection de votre Maison, de vos employés, ainsi que la votre propre s’il le faut, même si je pense que vous n’avez pas vraiment besoin de mon aide pour vous défendre de ce que j’ai pu en voir.
- Plus que notre protection, Yülhan, nous devons lui offrir notre soutien politique !
- Hum…

Le Prince sembla hésitant. Cela pourrait être dangereux d’être aussi ouvertement impliqué dans cette histoire. Si le représentant le plus haut placé de la Principauté, c’est à dire lui même, soutenait de tels idéaux, il y aurait possiblement un soulèvement des hautes instances de la notion et se profilerait alors la guerre civile. Yülhan se devait donc de faire preuve de prudence quant à cette possibilité et en exposa rapidement l’idée aux deux ravissantes mzékils qui se trouvaient face à lui. Ätanaelle ouvrit de grands yeux scandalisés et réprimanda rapidement son époux.

- Yülhan ! Ce n’est pas le moment de se montrer hésitant ! Nous devons soutenir Dame Sëya !
- Je dois quand même te rappeler, chère épouse, que les officiers de notre armée sont en grande partie des nobles ! Si nous leur laissons entendre que leurs privilèges sont menacés, qui sait combien il nous restera de soldats fidèles…
- Il serait peut-être temps de s’entourer, en ce cas, de sympathisants et fidèles convaincus de cette cause avant d’officialiser notre soutien inconditionnel à Dame Nazen. Je peux m’en charger, Yülhan, après tout je sais à quel point cela vous rebute de vous occuper de politique.
- Humpf… N’importe quoi ! Je suis tout à fait capable de m’en charger ! Ne voudriez-vous pas plutôt assister à la dégustation et au discours de notre amie ici présente ? Nous pourrions ainsi prétexter votre sécurité tout en assurant celle de notre héroïne.

La Princesse resta un instant bouche bée mais afficha un large sourire, enchantée par cette nouvelle perspective. Et puis cela serait une bonne occasion pour elle de mieux connaître cette noble dame que son mari semblait admirer pour sa bravoure et sa force.

- Oui ! C’est une excellente idée ! J’en serais ravie ! Qu’en dites-vous, Dame Sëya ? Me feriez-vous l’honneur de m’inviter à votre dégustation ? Je vous promets de m’y faire discrète.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Jan - 15:52
J’écoutais le Prince et la Princesse parler. Etait-ce si dangereux que ça que de vouloir mettre un terme à la barbarie d’antan ? En tout cas le dirigeant d’Yban semblait le penser. Comme il l’avait dit, je ne risquais pas grand-chose par contre mes employés…. C’était une toute autre histoire. Je hochais la tête approuvant les mots d’Yülhan. Les nobles étaient partout. Dans l’armée et dans le conseil surtout.

Il en vint à parler de la dégustation et de la possible participation de la Princesse. Un large sourire s’afficha sur mon visage. Ce serait un honneur que d’avoir Ätanaelle à l’une de mes tables. J’inclinais légèrement la tête. C’était réellement une noble idée. Maintenant, il fallait que je trouve un moyen d’aborder le sujet devant mon public sans les voir tous partir. Car, c’était certain, dès que j’aborderais le sujet de l’esclavage il allait y avoir des départ.

Il y a un petit souci… Je ne sais pas comment aborder le sujet de notre manœuvre sans avoir un gros départ de noble… Je ne peux mettre les deux pieds dans le plat ni attaquer l’idée de but en blanc. Vous voyez mon problème, Altesses ?

J’avais un sourire timide aux lèvres. Il fallait trouver une solution apte à ne pas faire fuir la haute. Et, je l’admets, ce n’était pas une mince affaire. Je soupirais, décroisant les bras. Tout cela était folie mais je n’avais pas peur, loin s’en faut. En attendant une réponse des altesses Princières, je réfléchissais.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Fév - 11:00
La Princesse et le Prince semblèrent tout deux réfléchir aux paroles de Sëya. Il est vrai que peu de personnes seraient enclines à écouter un tel discours, surtout si les formes n’y étaient pas. Et même si c’était le cas, il serait difficile de les retenir. Ätanaelle fronça les sourcils avant de s’exprimer.

- Ma présence devrait dissuader certains de partir. Surtout si je leur impose le silence en cas de contestation et que je vous offre mon appui.
- C’est un peu dangereux, ma douce… rétorqua Yülhan. Tu prendrais de gros risques.
- Oui, mais ça n’engagera que moi, pas toi, Yülhan. Je vais probablement faire polémique à la cour après ça, mais ça ne remettra pas en doute ton integrité.
- Je n’aime pas trop ça, mais soit…
- Si vous permettez, Dame Nazen, je vous aiderai à préparer votre discours. Choisir les bons mots peut parfois aider à ne pas attiser les foudres du public.

Le Prince ouvrit grand les yeux, comme s’il venait d’avoir un éclair de génie. Une idée avait subitement germé dans sa tête et il s’empressa d’en faire part.

- Une pièce de théâtre ! s’écria-t-il.
- Heu… pardon ? lui demanda Ätanaelle.
- Mais oui ! Une pièce de théâtre ! Il faudrait écrire une pièce de théâtre ! Vous pourriez mettre en scène les aventures que vous avez vécu, Dame Sëya ! Et dans cette comédie, vous pourriez faire passer notre message. Les gens trouveront peut-être ça un peu… polémique et le message ne sera pas tout à fait explicite pour certains, il semblera même saugrenu, mais c’est une bonne façon de ne pas trop attiser les foudres de la noblesse et de vous préserver.

La Princesse ouvrit la bouche de stupéfaction avant d’afficher un grand et large sourire.

- Quelle merveilleuse idée ! s’exclama-t-elle. Une pièce de théâtre ! Quelle formidable perspective ! Je suis sûre que les nobles vont apprécier. Ça et le vin… Nous aurions toutes les chances de faire passer le message en douceur. Qu’en dites-vous, Dame Nazen ?
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Fév - 14:58
Attentive aux dires de mes majestés, je me contentais d’hocher la tête. Quand le Prince s’écria qu’il fallait monter une pièce de théâtre sur mes aventures, je rougis légèrement. Mes exploits n’avaient rien d’extraordinaire. Notamment l’épisode avec Delphine qui relevait du burlesque. Je souris à ce souvenir comique et me retins de rire. Je croisais les bras sur ma poitrine et tapotais du bout de l’index mes lèvres. Je n’étais pas auteur cela dit.

Je trouve l’idée excellente mes Altesse. Mais… Qui l’écrira ? Car, sans vouloir offenser le Prince et la Princesse, je n’ai pas de talents d’écrivain. Je suis même nulle. Avez-vous une idée de qui pourrait écrire pour nous ?

J’inclinais légèrement la tête sur la gauche, l’œil curieux. Devais-je parler de la chèvre ? Cela les amuserait sûrement. je pris une grande inspiration et déclarais :

Pourquoi pas une pièce comique. Je vais vous conter une anecdote qui s’est passée il y a quelques temps avec une elfe du nom de Tahiri. Ma mère venait de mourir et je buvais comme un trou car Morianne était loin de moi. Je fis alors connaissance, dans une taverne, de Tahiri. Elle a le coude leste cette arcaëllienne. Mais pas un rond. Voyant ma détresse, elle m’amusa un peu et je lui proposais de dormir au manoir. Le lendemain elle décida de m’emmener à la chasse au mercenariat. Nous trouvâmes âme en peine. Un arcaëllien si triste qu’il me fit de la peine. On avait enlevé sa Delphine de trois ans. Il nous indiqua où se trouvaient les malfrats et nous partîmes en guerre contre ces monstres. Une fois dans le hangar, Tahiri et moi nous cachâmes derrière des caisses. Et soudain nous entendîmes un « Bêêê » Je fis silence, me retenant de rire. L’elfin nous avait bien eus. Nous devions sauver une misérable et pathétique chèvre. Nous nous concertâmes avec l’elfe et décidâmes de sauver l’animal. Les bandits n’étaient pas trop nombreux. En moins d’un quart d’heure ils étaient tous au sol gémissant. Nous récupérâmes deux belles bourses ainsi que la bestiole. Nous retrouvâmes l’arcaëllien inquiet. Je lui rendis son animal et lui offrit une des deux bourses.

Je fis de nouveau silence, attendant les réactions de mon auditoire. Je me retenais de rire comme une arriérée. Je décroisais les bras et demandais si cette histoire pouvait faire une bonne pièce. Bien évidemment elle serait courte et il en faudrait d’autres.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Fév - 17:06
Le Prince et la Princesse restèrent silencieux un instant. Ätanaelle se mit alors à pouffer de rire devant le regard dubitatif de Yülhan qui finit par éclater de rire.

- Une chèvre ??? s’exclama-t-il avec surprise. Mais c’est grotesque ! On vous a envoyé… sauver une chèvre ? Je crois que c’est de loin l’histoire la plus grotesque que j’ai jamais entendu !

Le Prince se remit à rire à gorge déployée tandis que son épouse rigolait tout doucement en regardant Dame Sëya avec douceur.

- Je pense que nous ne devrions pas nous arrêter à cette simple anecdote, mais oui, ce serait une bonne idée d’en faire un passage dans cette éventuelle pièce. A ce propos, je pense savoir qui pourrait l’écrire. Je suppose que vous avez déjà assisté à des représentations théâtrales à l’arène de Cescan. Il se trouve que j’ai personnellement écrit certaines d’entre elles. Notamment une pièce racontant l’histoire du Prince Zack Mzékils’Han qui a eut un certain succès depuis quelques mois. Je ne sais pas si vous l’avez vu… mais j’espère pouvoir vous convaincre de me raconter un peu votre vie et que vous me permettiez d’en faire en partie une histoire.

La Princesse sembla un peu gênée par sa propre demande mais restait impatiente de connaître la réponse de Sëya. Elle se permit de rajouter avant que son interlocutrice ne puisse répondre :

- Il ne nous manquerait alors plus que les acteurs. Qu’en dites-vous ?
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Fév - 17:52
Je me mis à rire avec eux de bon cœur. Le Prince avait été surpris par un sauvetage de chèvre mais il sembla trouver ça drôle. Quand l’amusement fut passé, nous parlâmes plus sérieusement. La Princesse proposait d’écrire la pièce me citant sa dernière œuvre que j'avais vu avec Morianne. Je la félicitais pour son oeuvre qui avait été un pur délice.

Je décroisais mes bras et portais mon pouce droit vers ma bouche. Je fermais les yeux pendant un petit moment. J’essayais de me remémorer ma vie. J’avais vécu quatre ans avec une vielle xen à Kaïl puis elle était morte. Je m’étais retrouvée à la rue à faire les poubelles puis je fus ramassée par un vendeur d’esclave qui me conduit à Yban. Je fus vendue aux Nazen qui prirent soin de moi et finir par m’affranchir. Dame Nazen m’adopta et dès lors je l’appelais Maman. J’appris à me battre et fus inscrite à l’académie martiale. Lors d’une balade en forêt je fus violée par des adorateurs d’Özan et sauvée par Morianne. Dès lors on se quitta peu et partîmes à la chasse aux Hayert’Vaäl. S’en suivit de nombreux combat plus ou moins difficiles.

Je pris une grande inspiration et contais tout cela à la Princesse d’Yban. J’ajoutais que depuis mon affranchissement ma mère n’avait plus jamais acheté d’esclave et quand elle le faisait c’était pour l’affranchir. Elle me disait toujours qu’un arcaëllien n’était pas un objet ou un jouet. Tout un chacun avait une âme et des rêves. Moi j’avais des millions de rêves.

Je regardais mes Altesses tour à tour une fois mon histoire finie. Je n’avais pas oublié l’attaque de la ville de Kaïl dont le nom était imprononçable. J’inclinais la tête légèrement sur la gauche, attendant une réponse de mes souverains.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 10:22
Ätanaelle semblait à la fois horrifiée et fascinée par le récit que Sëya avait fait de sa vie. Elle en avait presque été émue aux larmes à certains passages. Heureusement, Yülhan l’avait quelque peu contenu dans ses émois pour qu’elle se contienne et garde bonne figure devant leur invitée. Après un moment de silence durant lequel la Princesse digéra toute l’histoire, elle prit finalement la parole, cherchant ses mots avec soin.

- Vous avez vécu des choses fort singulières, Dame Sëya. J’essayerai de vous rendre justice avec la pièce que je vais écrire. Je pense simplifier certains passages de votre récit, mais je n’en modifierai pas les faits. J’espère ainsi convaincre toute la principauté de notre juste cause !
- Puisse Thäa t’entendre, ma chère épouse. Sinon nous risquons bien des ennuis avec cette histoire ! Cependant je ne reculerai devant rien ! Yban doit évoluer !

L’épouse du Prince passa sa main sur sa joue et lui adressa un tendre sourire. Elle le rassura et lui promis que la pièce ne serait pas un échec, bien au contraire. Elle était intimement persuadée de sa capacité à écrire un chef d’œuvre qui en convaincrait plus d’un.

Lorsqu’ils se rendirent tous de l’heure qu’il était, personne n’en revint. Le temps avait passé à une vitesse folle. La Princesse invita donc Sëya à manger en sa compagnie et celle du Prince. Le repas fut princier, à la mesure de la cour de Cescan. Sëya n’aurait su où donner de la tête tant il y avait de plats succulents. Après avoir déjeuné, la Princesse suggéra finalement quelque chose à son invité de marque.

- J’aimerai vous demander une faveur, Dame Sëya. Voudriez-vous bien m’accorder le droit de demeurer en votre compagnie durant les quelques semaines qui nous séparent de votre dégustation de vin ? J’aimerai apprendre à vous connaître un peu mieux et ainsi faire un récit un peu plus authentique !
- Heu… Sérieusement ? objecta le Prince.
- Sérieusement, oui ! Pour une fois que je peux écrire une pièce sur quelqu’un de vivant et réel, j’aimerai faire plus ample connaissance !

Le Prince haussa les épaules et soupira avant de prendre un air faussement désintéressé. La Princesse, elle, attendait avec impatience la réponse de Sëya.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Mes fidèles (et les autres si besoin)
Identité : Fiche
Expérience : 79

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan et Thâ
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 18:51
La Princesse me sembla horrifiée par mon récit ce qui me fit culpabiliser un peu. Elle reconnut que j’avais vécu des choses extrêmement singulières. Elle exprima son désir de réussir à convaincre la Principauté du bien-fondé de l’abolition de l’esclavage.

Je fus conviée au repas Princier. Déjà que chez moi, parfois, je ne savais pas où donner de la tête là ce fut encore plus le cas. Il y avait de la volaille, du porc, du bœuf, des fromages, des desserts à foison.  Je me remplis dignement la panse jusqu’à plus faim.

Une fois le repas fini, nous retournâmes dans la salle du trône. Ätanaelle me demanda de façon humble si elle pouvait m’accompagner dans ma vie de tous les jours. Je souris et hochais la tête en répondant par l’affirmative. Je lui proposais de venir le lendemain chez moi rencontrer mes employés et Lorelei qui veillait sur moi.

Je finis par prendre congé des Altesses d’Yban. Je m’inclinais et partis en les remerciant pour leur hospitalité.

Une fois en dehors du palais, je montais dans ma calèche et pris la direction de mon manoir. La nuit commençait à tomber.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 467

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Palais de la Principauté :: Salle du trône-