Retour à la maison.

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 14 Déc - 22:13
Me voilà enfin de retour au Domaine. Durant le mois de voyage pour revenir à la capitale, je m’étais mis à fumer des cigares à base d’une plante que j’avais conçu pour diffuser une substance apaisante dans mon organisme… Les derniers événements ne cessaient de me hanter malgré que mon amie Morianne et Saphira faisaient tout pour que je ne me sente pas coupable, elles étaient vraiment d’une grande aide, hélas mon corps accusait le coup et j’avais besoin de ces cigares pour le moment. 

La famille était au grand complet au manoir, chacun très inquiète suite à ce que les corbeaux leur avaient expliqué. Il m’a fallu plusieurs jours encore pour rassurer tout ce beaux mondes afin que Aleksandar et Marina acceptent de rejoindre leurs fiefs afin de continuer à administrer les cités sous notre contrôle. J’avais aussi pris le temps de faire savoir qu’il y allait avoir du changement dans les prochains jours et une annonce était prévu sur la place centrale à une centaine de mètres du manoir.

J’ai passé entre temps de bons moments auprès de Saphira, je lui ai demandé… D’user de son rituel, pour m’aider, mais elle m’a fait comprendre que je devais tenir encore un peu. Certaines choses étaient apparemment primordiales pour ce rituel et elle allait devoir les réunir avant toutes choses. 

J’avais donc erré dans le manoir et la capitale, expliquant à mes enfants pourquoi je fumais à présent pour pas qu’ils ne s’inquiètent de trop. Ombrefeu me suivant partout depuis mon retour, je trouvais un réconfort salvateur avec elle, cela m’aidait presque à oublier que mon chapeau et ma veste avaient été détruit lors des combats à Zai’Lou. 
Je sais que mon nouveau caractère agaçait un petit peu Morianne. J’étais devenu plus discret, plus calme, et même si avec mes enfants, j’étais toujours aussi aimant et à l’écoute,il me semblait que j’avais perdu une partie de mon excentrisme légendaire… Finalement, malgré tout mes efforts, la guerre avait finalement pris son du sur moi. 



Le grand jour était arrivé. Le jour des déclarations… J’étais debout sur une estrade sur la grande place, des centaines de personnes étaient venu. Plus tôt, des messagers étaient partis pour annoncer aux villages et villes les déclarations futures. Saphira et Morianne avaient choisi de venir aussi, mes protecteurs et mes enfants étaient aussi là avec moi, habillé de mon uniforme vert feuille à la coupe militaire, un cigare posé sur le pupitre de bois devant moi… J’observais les centaines de citoyens devant moi, éclairé par le soleil de midi. Je levais les mains et les conversations cessèrent peu à peu. Lorsque le silence fut complet, je pris la parole avec détermination et conviction.


Discours de détermination!:
 
« Citoyen ! 
Je vais vous faire plusieurs déclarations, des messagers les apporteront aux hérauts des autres villes Dominian… Je déclare, en ce jour, que le Domaine ne sera pas une pâle copie des régimes politiques de nos voisins, nous ferons en sorte que les choses fonctionne mieux. C’est pourquoi, je ne porte plus le titre de roi ! Je serais Premier Citoyen du Domaine ! 

Vous savez, que j’ai été absent durant plusieurs semaines de nos terres. J’ai voyagé, vu de mes yeux les horreurs des continents sous l’emprise des esclavagistes et des adorateurs d’Ozan. Fou de rage, je me suis lancé dans une guerre sur place contre eux jusqu’à ce que nos alliés courageux du royaume n’arrive et prennent le relais. 
» Je tapais du poing sur le pupitre.

« Les horreurs qui ont eu lieu là-bas, ne peuvent plus être toléré, ni ailleurs ni ici ! Nous avons saigné tous ensemble pour nos terres, pour la liberté et la justice, la sécurité. Je n’ai pas le droit de vous le demander, mais là nos ennemis me force à vous le demander malgré tout… J’ai besoin de vous ! Nous avons tous besoin des uns et des autres pour mener la lutte face aux ennemis de la vie et de la justice qui parcourent sans vergogne les terres que l’Alpha a abandonné. Citoyens du Domaine ! Nous allons partir mener le combat au-delà des montagnes qui nous protègent et sauver les gens qui sont sous la peur et la domination des hayert’vaal ! 
» Je m’exclamais.

Je voyais les yeux et les poings serré des citoyens face à moi. Soudain, un homme dans la foule leva le poing en l’air en hurlant.

« Compté sur nous, mon… Premier Citoyen ! » 
« Nous sommes dominian ! »
« Mort aux hayert’vaal ! »
« L’alpha doit payer pour sa lâcheté ! » 
« Tous avec le Premier Citoyen Boisdefer ! » 


La foule avait semble t’il été galvanisé par mes paroles… Je les regardais avec fierté avant de continuer.

« Les peuples d’Arcaëlle mérite la justice, la sécurité et la liberté ! Vous les méritez ! 
» Je m’exclamais en les désignant de la main.  « Nous allons devenir forts ! Le travail de chacun d’entre nous participera à la force de tous ! Vous êtes la force du domaine, citoyen, vous êtes le sang de notre nation, merci à vous tous ! » Je terminais avant de me plier à un bain de foule malgré la peur panique de mes protecteurs. 

J’encourageais, serrais des mains, tapais sur des épaules ou donnais ma bénédiction à quelques jeunes couples et leurs enfants. Après quelques instants, je revenais jusqu’à mes proches en gardant dans ma poche mon cigare. Saphira me regardaient étrangement, Morianne aussi… Néanmoins mes enfants semblaient tout excités.

« On travaillera dur pour aider nous aussi, papa. 
» Vint me dire ma petite Valya en réclamant mes bras, je la posais sur une de mes épaules alors que son septenn prenait place sur ma tête en piaillant. 

Nous sommes revenus après quelques instants au manoir, c’est plus tard dans l’après-midi que Saphira vint à ma rencontre et me demandais de me suivre avec un sourire tendre. Je lui rendis son sourire en la suivant, gardant sa main dans la mienne. Elle avait installé une table sous le pommier du jardin intérieur, ce fameux pommier où Morianne s’était perché et avait surpris une conversation que j’avais eu sur mon passé avec mes ainés.

La druidesse attendait d’ailleurs accoudée à la table, ses joues gonflées par un biscuit de la boulangère préféré de la capitale. Nous avons pris place et avec un léger sourire, je dis à la druidesse.

« Eh bien, tu n’as pas perdu l’appétit au moins. » 
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Déc - 11:02
Son discours avait été simple, mais encourageant. De mon avis personnel, en revanche, cet acte arrivait bien trop tôt. Grégoire mesurait-il seulement à quel point l'expérience qu'il avait vécu l'avait touché ? Il était trop tôt pour se remettre en scelle, trop tôt pour s'engager dans des batailles. Lorsqu'il eut terminé, Saphira et moi nous échangeâmes un regard. Nous semblions assez d'accord sur le sujet et nous étions toutes les deux inquiètes. Nous gagnâmes à nouveau le manoir, pendant que je songeais aux mots que je devrais employer plus tard pour parler à mon ami. Il fallait absolument que je lui parle de ce qui s'était passé, de l'impact que cela avait eut. On ne ressort pas indemne de ce genre d'événement.

Maïa m'accompagna tout le long, me demandant si mon aile allait mieux. Je lui confirmais la chose, dépliant légèrement mon aile en signe de bonne foi. Une fois arrivée au manoir, je me posais dans le jardin intérieur, il faisait peut-être froid à cette époque de l'année, mais j'aimais être dehors. Je commençais à fouiller dans mes sachets de plantes et d'herbes. Il me fallait vérifier si j'avais le nécessaire pour composer un filtre capable d'aider Grégoire à se détendre, se relaxer. L'idée de fumer des feuilles séchées était bonne, mais il lui faudrait peut-être quelque chose en plus. Millepertuis, verveine, valériane, passiflore et mélisse, j'avais de quoi faire pour ce qui était de calmer les angoisses.

Depuis mon enfance, j'avais appris à soigner à l'aide des plantes. Dans ma tribu c'était une nécessité puisque nous ne disposions pas de guérisseur. Nous n'avions qu'un vieux druide qui s'y connaissait en herbes médicinales et hallucinogènes. Il m'avait enseigné beaucoup de chose, c'est ainsi que le savoir se transmettait aux générations suivantes dans la tribu. A l'aide d'un mortier, de me mis à broyer les plantes séchées dont je disposais et composai alors un mélange aromatique qui permettrait, sans trop d'effet indésirable, de calmer l'humeur de mon ami s'il en ressentait le besoin. Je déposais le tout dans un petit sachet de toile et m'empressai de noter la composition du mélange sur un morceau de parchemin.

C'est à ce moment là que Saphira vint à moi pour m'annoncer que nous prendrions le thé ici, et qu'il fallait installer une table et des chaises. Je l'aidai donc elle et les enfants à installer ce qu'il fallait dans le jardin. Drôle d'idée que de prendre le thé dans un jardin, même intérieur, à cette époque de l'année, mais je n'étais en rien contre l'idée, moi-même je préférais rester dehors la plupart du temps.

L'äassila partit alors à la recherche de Grégoire tandis que je m'installais à la table. Je ne pus résister à la tentation de piocher dans la boîte de délicieux biscuits que je croquai avec gourmandise. Les sucreries étaient mon petit péché mignon, je devais bien l'avouer. Maïa me réprimanda du regard, disant que c'était malpoli de ne pas attendre les autres.

- Eh bien, tu n'as pas perdu l'appétit au moins, s'exclama Grégoire qui venait de nous rejoindre avec Saphira.

Je finis de croquer et d'avaler mon biscuit avant de prendre la parole avec douceur.

- Oh ça, non ! D'ailleurs Sëya se demande comment je fais pour être aussi mince avec tout ce que je mange...
- Je serais obèse si je mangeai autant qu'elle ! confirma Maïa.

Tout le monde se mit à rire avant que Grégoire et Saphira ne s'installe à notre table. Calysta regardait avec curiosité le sachet en toile que j'avais posé devant moi.

- C'est quoi dans le sachet ? me demanda-t-elle finalement.
- Ça, jeune fille, c'est un mélange de plantes que j'ai préparé pour ton père. Cela devrait l'aider à se sentir un peu mieux. Moi-même j'en bois quelques infusions de temps à autre. Après ce que nous avons vécu lui, Sëya, moi... il arrive que j'en ai besoin et je pense que ton père appréciera en boire aussi. Ça évitera qu'il ne fume trop de cigare ! dis-je en rigolant.

Je grignotai alors un nouveau biscuit, faisant un clin d’œil à Calysta qui se mit à rire avec moi. Maïa nous servit le thé, dévouée à la tâche. Je repris alors la parole, fixant Grégoire du regard.

- A ce propos, Grégoire, que faisais-tu là-bas ? J'ai du mal à comprendre ce que tu faisais à Zaï'Lou ! Tu me racontes ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 17:00
Je remerciais Maïa pour le thé avec un sourire avant de prendre une gorgée du chaud et sucré liquide. Je sais que c'est un peu inhabituel, mais parfois, il faut prendre l'air pour que le corps puisse continuer à bien se protéger et cela faisait des jours que j'errais dans le manoir ou les tavernes. 

"Certaines personnes brûlent plus vite les graisses que d'autres, enfin pas étonnant vu comment tu vadrouilles partout sur notre monde, Morianne." Je gloussais. 

"Pour t'expliquer plus précisément mon amie." Je continuais vers la druidesse. "J'étais en quête d'un des tombeaux de ma famille. j'ai trouver celui de mon grand père dans les montagnes à l'est, son esprit à réussis à me conter une partie de mon passé avant de disparaître, heureusement, Tahiri une bonne amie elfe un petit peu libertine était là pour me soutenir et m'aider à encaisser les informations." Je bus un peu de thé avant de continuer à conter mon périple.

"L'esprit m'a indiqué où trouver possiblement d'autres tombeaux. Il m'a expliqué que les corps que j'ai donnés à la terre à Jalui étaient ceux de ma soeur et de mon frère aînée. Que ma famille était une noble famille,trahie par l'alpha et des adorateurs d'Ozan et éradiqué... J'ai trouvé le tombeau de ma mère près d'Hydron, ce fut un merveilleux moment, l'aide de Wraith Dorcas, le conteur du mariage, fut une bénédiction, sans lui, je ne serais même pas rentré dans le tombeau. Il n'était pas de pierre ce tombeau, mais tout de végétation luxuriante et d'objet chère conservé avec soin par la nature et le temps.

La main de Saphira se posait sur mon épaule alors que Calysta reniflait.

"Papa... Nous avons senti son émotion, tous. Aleksandar, Marina... Nous tous." Dit la jeune fille en cachant une larme fugace dans une manche de sa robe rouge.

"Le dernier tombeau en date était celui du père de Grégoire." Continuais Saphira. 

"Oui... Il était devenu fou par la mort de mère, il s'était m'y à user du fluide pour lever une armée à Zai'Lou et aller ravager tout sur son passage. Ce sont mes soeurs et frères aînés qui l'ont ... Arrêté. 

Quand j'ai trouvé son tombeau, je ne le savais pas et ce qui restait de sa rage et de ses souvenirs avec ceux d'autres esprits en furies m'ont possédé... La suite, tu la connais mon amie.
" Je conclus. 

D'une main, je calinait la joue de ma fille et de l'autre la main de ma tendre Saphira pour les rassurer. Tous s'inquiétait de mon état de santé ces derniers temps. Le cigare, le changement plus calme de mon caractère d'origine... Je le comprenais. Saphira reprit la parole en ramenant une écharpe sur le devant de son visage.

"Bientôt tout ira mieux, quand j'aurais accomplis avec toi le rituel pour purifier de la violence et de la noirceur du coeur." Dit elle avec convictions alors que je rougissais.

Le rituel, nous l'avions terminé par l'union de nos corps dans le désir et le plaisir charnel. Hélas mes rougissements n'échappaient pas à l'ami de Morianne qui en demandait plus sur le rituel. Je cachais alors mon visage derrière ma tasse de thé.

Saphira lui expliquait avec calme et sans gêne que le rituel se pratiquait dans un lieu chargé de fluide ou voué à une divinité. Les membres de son clan en usent pour chasser les sombres émotions après une bataille ou une dure épreuve. 

"Déjà, il faut posséder certaines plantes qui détendent les participants, ensuite, il ne faut pas que celui qui bénéficie du rituel ne conserve ses..." Commençait elle.

"Oh la la! Sang et cendre ! Il fait vraiment frais ici nan?... Calysta, retourne dans le manoir s'il te plaît. Avec tante Morianne, son ami et Saphira nous allons prendre le thé dans le petit salon pour nous réchauffer." Je m'exclamais en me levant et en riant nerveusement.

Calysta acceptait avec plaisir de retrouver la sèche et chaude chambre qu'elle possédait dans le manoir et je conduisis mes invitées dans le petit salon que nous connaissions bien alors que j'entendais ma femme parler à voix basse avec les deux autres femmes.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Déc - 18:10
Ainsi donc, tout ceci était une histoire de famille et de malédiction ? Et Grégoire connaissait Tahiri, la fameuse elfe qui avait sauvé une chèvre avec Sëya. Cela me fit sourire.  

Saphira et Grégoire en vinrent à parler d'un rituel capable d'apaiser l'âme et le cœur ainsi que l'esprit. J'étais curieuse d'en connaître plus et finis par comprendre que le rituel nécessitait d'être nu pour l'appliquer au vu de la réaction assez brusque de mon ami qui nous fit nous lever et quitter assez précipitamment le jardin, congédiant gentiment sa fille.

- A... Alors comme ça... il faut être... commença à bégayer Maïa.
- Nu ? Ça ne me semble pas vraiment gênant, dis-je tout simplement.
- Mais... Mais Morianne... bredouilla-t-elle.
- Ben quoi ? Ne me dis pas que t'as jamais vu quelqu'un nu !
- J... J'ai déjà vu quelqu'un nu ! C'est... juste que... C'est gênant...
- Mais non ! Je ne comprendrais jamais votre gêne face à la nudité...

Je trouvais cela intéressant et demandai alors plus de détails concernant le rituel, un peu en catimini, à Saphira. L'Aassila me répondit avec quelque peu d'embarras et m'expliqua comment cela fonctionnait. J'étais curieuse de savoir comment ce rituel permettait de purifier l'âme. Elle ne fut pas avare en détails mais il était compliqué de retranscrire à l'oral les gestes à accomplir lors de cette cérémonie. Je finis par déclarer assez distinctement :

- Hum... J'aimerai bien assister à un de ces rituels ! Je suis sûre que ça serait très enrichissant !

Maïa se tourna vers moi avec de grands yeux et un air scandalisé.

- Morianne !!
- Ben quoi ?
- Je te rappelle que celui qui bénéficie du rituel se retrouve...
- Nu ! Oui oui ! Je sais ! Et alors ? S'il le faut je veux bien être la bénéficiaire, mais je suis curieuse de voir ce rituel.  
- Moriaaaaanne !!! se scandalisa d'autant plus Maïa.
- En tant que druidesse je dois m'intéresser à tout ce qui permet de soigner, et un rituel comme celui-là me semble bon à connaître !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Déc - 13:27
Sang et cendre, alors que nous étions assis dans les fauteuils confortables du salon à thé, je crus mourir de gêne alors que la pauvre Maïa semblait au mois partager mon embarras sur cette histoire de nudité.
Je voulais clarifier les choses alors je pris la parole alors que Morianne semblait déterminé à observé le rituel.

"Le rituel doit être accompli par un être cher à celui ou celle qui être purifié, ce n'est pas une guérison... C'est assez complexe à décrire, mais, c'est comme si la lourdeur des conflits, des peines et tout ce qui est négatif... S'apaisaient, pour devenir plus claire et permettre de l'assimiler, de le laisser au passé et arrêter de le ressasser." J'essayais de décrire maladroitement.


"C'est à peu près cela. Le rituel permet de libérer les émotions pour quelles suivent leurs cours vers l'acceptation, parfois cela peut être brusque comme lorsque Grégoire est parvenu à laisser aller une sombre colère lors du premier rituel. Mais comme lors du premier rituel, cela nous à permis de laisser venir nos sentiments, de ne plus les craindre et de les vivre pleinement." Continuait mon épouse en affichant un sourire aux pommettes rougis de nos souvenirs de cette fameuse nuit.

Je profitais de son intervention pour me cacher à nouveau derrière ma tasse, buvant à très petites gorgée...

"J'aimerais aussi apprendre ce rituel, enfin... Si... On n'est pas... Obligé d'être..." Bégayait la pauvre Maïa.


"Nu?" Finit Morianne avec un sourire amusé.

La tahora se cachait le visage derrière une aile pour ne pas que l'on voit ses rougissements. Saphira leur proposait alors de leur apprendre les gestes et les paroles du rituel au temple de Ker'Tann, sans être nu précisait elle bien.

"Je vous apprécie Moiranne, mais je me réserve le privilège de connaître l'intimité de mon malicieux renard et je préfère ne pas vous voir nu non plus, pas que vous soyez laide ! Mais je considère que l'intimité n’appartient qu'à soit ou à la personne à qui nous sommes prêt à l'offrir par amour." Expliquait ma jolie Aasila alors que sa voix tressautait sous la nervosité.

Je posais une main sur son épaule et vins lui caresser la nuque en lui souriant.


"Seya me tuerait si elle apprenait que je t'avais vu nu ou que je me laisse voir nu." Je gloussais
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Jan - 17:34
Je me mis à rire doucement et tapotai amicalement l'épaule de Grégoire.

- Je ne crois pas qu'elle en viendrait à une telle extrémité ! Mais oui, elle se poserait sans doute des questions !

Je rigolais de plus belle et toussota avant de reprendre un air plus sérieux.

- Soit ! C'est vrai que nous ne sommes pas obligées d'être nues pour apprendre le rituel puisqu'il ne s'agit pas de l'accomplir. Bonne remarque !
- Oui... On se demande bien pourquoi tu n'y as pas pensé avant, Morianne, fit remarquer Maïa.  
- La nudité ne me gêne pas vraiment... La nudité et l'intimité sont deux choses bien différentes pour ma part. Et puis... c'est vrai, je n'avais pas songé à ne faire que le « mimer ». Je pensais à une simple « reproduction » bête et méchante... sans aucune arrière-pensée !!! précisai-je en voyant Maïa redevenir rouge comme une pivoine.  

Mes interlocuteurs étaient tous gênés, je soupirai avant de lâcher un sourire malicieux.

- Ne vous en faites pas, je me tiendrais tranquille et habillée ! En attendant...

Je piquais un gâteau dans la boite et mordis dedans avant de reprendre la parole, la bouche à moitié pleine.

- Je crois que je vais manger toute la boite de gâteaux si personne ne me la retire des yeux !

Tout le monde se mit à rire sauf Maïa qui se leva pour emporter la boite de gâteau avec elle. Cela nous fit tous rire encore plus sauf la tahora qui prenait cela très au sérieux. Elle affirma même que c'était pour mon bien, qu'elle ne voulait pas d'une chef de groupe qui soit malade à avoir trop mangé de sucreries. J'en eus les larmes aux yeux tant c'était drôle de la voir ainsi prendre soin de moi. Je la comprenais cependant, elle avait fait tant d'effort pour me sauver à une époque qu'il aurait été dommage pour elle que je meurs de ma gloutonnerie.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Jan - 21:16
Je riais de voir ainsi mon amie être encore si malicieuse et taquine avec nous, malgré toutes les épreuves qu'elle avait enduré, elle avait réussis à avancé en gardant sa personnalité plus ou moins intacte.  Son amie Maïa était une personne vraiment attentionnée, même si un peu trop sérieux dans son rôle haha.

Profitant que Saphira réussissait à attiré un peu l’attention avec une petite mélodie sifflée, elle s’assit en tailleur avec grâce dans son fauteuil et face à nous trois, elle débutait ses explications sur le rituel. Sur un des fauteuil devant ma tendre aimée, se tenait une Morianne attentive qui prenait la même pose que la femme des mère alors notre amie à ailes blanches avait fini par se laisser aller dans le dernier fauteuil de libre les oreilles à l’affût. Moi, j’étais adossé à terre contre le côté droit du fauteuil de notre druidesse.

Saphira commençait alors à expliquer les rudiments du rituel, il fallait un lieu apaisé et serein avec une légère aura de fluide. Un temple était parfait, mais des lieu plus naturel étaient tout aussi bien. L’usage d’herbe, de bougie et encens relaxant était recommandé, cela permettait de d’ouvrir à l’écoute les esprits des deux participant. 

Je tendis la main derrière moi pour atteindre un des placards proches, je savais où chaque boite de biscuits étaient cachés ici… Attrapant l’une de ces fameuses boites, je l’ouvris silencieusement et en mis un dans ma bouche en toute discrétion. 

Saphira expliquait la suite, pour elle, le contact avec l’eau était essentiel, étant son élément et celui nourrissant le mien, cela lui facilitait grandement les choses. Néanmoins chaque être à son propre élément, sa propre affinité qu’il faut utiliser pour que le corps ne soit que sérénité. Par exemple, une plaine, légèrement caressée par de douces brises pourrait convenir à des êtres ailés comme Morianne et Maïa. 

Je sentis une main venir poquer ma joue doucement, puis plus insistante… C’était bien évidemment celle de Morianne, sa main tentait d’atteindre la boite à biscuit… Sang et cendre quel odorat. Je glissais un biscuit dans la main harceleuse qui ondulait maintenant jusqu’à la bouche de mon amie aux yeux dilaté. 

Saphira en vint à l’étape qui gênait le plus. Pour plus de fusion entre les deux êtres, se délasser, sans empressement, des vêtements était fort conseillé. Le contact de la peau, l’odeur, la vue amenait les sentiments à se manifester et les mauvaises émotions à se laisser entraîner dans les flots du passé et de l’acceptation. Saphira expliqua qu’elle utilisait une petite coupole pour que l’eau caresse ma peau, une coupole d’ivoire qu’elle avait fabriquer avec sa mère pour ce moment précis. Un objet personnel et emprunt d’amour aidaient à catalyser la concentration et les émotions du pratiquant du rituel.

« Vous avez d’autres questions mesdemoiselles ?
 » Dit elle finalement avec un sourire alors que nous finissions Morianne et moi la boite de gâteau.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan - 16:13
Tandis que je m’empiffrai de gâteaux avec Grégoire, Saphira demanda finalement si nous avions d’autres questions concernant le rituel. En s’apercevant que j’étais en train de me gaver, Maïa me fusilla du regard et leva un doigt accusateur. Je la coupai brusquement et me tourna vers l’äassila pour lui répondre.

- Aucune question ! Je crois qu’on a tout compris. Pas vrai, Maïa ?
- Hein ? Heu… Non ! Heu… Je voulais dire, oui ! Morianne ! Repose ce biscuit dans cette boîte ! Tu vas être malade  à te goinfrer comme ça !

Grégoire, la boîte dans les bras, et moi nous regardâmes un moment avant de nous tourner vers Maïa et Saphira qui nous regardaient avec sévérité.

- Ça vaut pour toi aussi, Grégoire, tu vas te rendre malade à manger autant de gâteaux, mon amour !

Nous haussâmes tous les deux les épaules et continuâmes à vider la boîte de ses sucreries. Les deux arcaëlliennes soupirèrent devant notre gourmandise et laissèrent tomber. Saphira nous fit comprendre qu’elle souhaitait nous initier aux gestes du rituel au temple de Kert’An, un peu plus tard, ce soir. J’abondais en son sens avant de me tourner vers mon complice.

- Oh ! Puisqu’on en est aux explications et aux contes de nos péripéties, j’ai moi-même des choses à te raconter Grégoire, et à Saphira d’ailleurs !

Je me mis alors au récit des péripéties que nous avions vécu Sëya et moi depuis le mariage d’Aleksandar. Je contais à tous comment nous étions partis pour le désert de glace du Ryhanter afin d’y retrouver Saladin et d’en finir une fois pour toute avec lui. Je prenais soin de parler de l’apparition du fils et prêtre de Kaliqua dans cette histoire et expliquer comment mon père biologique c’était sacrifié pour nous sauver, Sëya, Scathach et moi. Cela me fit repenser à la perte du lien que j’avais perdu avec lui. Il avait fait de terrible choses, des choses impardonnables malgré les bonnes intentions qu’il avait eu derrière tout cela, mais c’était tout de même quelqu’un avec qui j’avais partagé pendant quasiment toute ma vie un lien très fort. Un lien basé sur un mensonge, certes, cela n’en demeurait pas moins un perte.

Je fus quelque peu morose face à cette idée et soupirai avant de prendre un air de chien battu. Maïa et Grégoire s’approchèrent de moi pour me consoler un peu et me rassurer. En tout cas, mon ami ne semblait pas mécontent que Saladin ne soit plus une menace et m’exprima ses félicitations pour une telle bravoure.  

- Finalement, après tout cela, j’ai eu un petit passage à vide… Et nous avons décidé avec le groupe de rentrer à Cescan pour y prendre du repos. Nous sommes également allé voir ma famille dans les terres d’Yban. Je me sens mieux depuis. J’avais… Je crois que j’avais besoin de me rappeler ce pourquoi je me battais, que c’est pour protéger ceux que j’aime que j’avais commencé ce combat. Et… Et maintenant je suis prête à me battre aux côtés du Prince Yülhan pour faire changer Yban et faire abolir l’esclavage au sein de la Principauté.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan - 22:04
J’étais heureux que Morianne ait pu se retrouver un petit peu auprès des siens, c’est très important d’avoir un phare où se réfugier lorsque les choses deviennent trop difficiles à encaisser. 

Je tapotais l’épaule de mon amie druidesse pour la réconforter, honteux qu’elle ai du revenir ici loin des siens par ma faute. Je voulais alors leur changer les idées, finis de penser à ce fou de Saladin et aux miasmes politique et immoraux d’Yban. Je saisis un grand manteau de cuir dans un des placards de la pièce et en sortis quelques-uns pour nos amis les invitants à nous rendre tout de suite au temple avant que la nuit ne soit trop avancée. 

Nous sommes sortis tout les quatre incognito, j’allumais grâce à un briquet à silex mon cigare que j’avais gardé et m’amusais à faire des ronds de fumer avec mon souffle alors que Maïa regardait tout autour d’elle étonné de voir que l’avenue principale que nous étions en train d’emprunter était encore très animée. 

Les lampadaires s’allumaient petit à petit alors que les chandeliers passaient s’en charger, les établissements de l’avenue profitaient d’exquis affichages tout de peinture et de bois laqué et pour les plus riches, d’illusion de fluide alimenté par des gemmes. 

« Mais les gens ne devraient, ils ne pas aller chez eux pour se préparer à dormir ? » Demandait la tahora incrédule. 

« La Ghyuerf ne dort jamais… Il y a toujours une avenue animé par des établissements de boissons, de jeux, de plaisirs charnels et autres. Dame Cornawall a réussis à innover ici en s’assurant d’établir un climat économique très attractif… Les temples par exemples sont récents et ont été construits avec notre aide de manière à faire venir des fidèles. La capitale dominian est toujours éveillé oui... » J’expliquais avant de tourner dans la grande rue menant au temple de Ker’Tann menant aussi à un quartier d’habitation modeste. 

Morianne et Saphira connaissaient déjà l’endroit, mais la tahora pu découvrir le grand temple bâtis de manière à attiré l’émerveillement d’autrui. Nous avons passé les colonnes étreintes par les plates grimpantes aux fleurs fermées par la venue de la nuit. Nous étions seul dans le grand temple et comme auparavant tout étaient à sa même place qu’a la cérémonie de mariage.

Saphira nous amenait à une petite salle relié à la grande par une porte située vers le fond de la salle derrière l’autel surélevé au-dessus du bassin. Dans la salle, des dizaines de bougies allumé et des tapis et coussins moelleux partout pour être à l’aise le tout dans une teinte rouge agréable et avec une odeur d’encens enivrante. 

« Nous devrions être tranquille ici. » Dit Saphira. 

« Sans aucun doute. » J’approuvais en éteignant mon cigare et rangeant le reste avant de me laisser affaler contre l’un des coussins moelleux qui ressemblaient à ceux de Samdal’han.

Saphira entrepris alors de faire venir Maïa devant elle et de montrer comment elle pratiquait les gestes du rituel. D’abord, elle fit s’asseoir la tahora en tailleur, puis les mains de mon épouse imitèrent une caresse remontant du bas des hanches puis le long de la colonne vertébrale, elle passait ses mains le long de la nuque de Maïa en remontant lentement jusqu’à ses tempes.

« Il est important que les gestes symbolisent que l’on prenne les émotions pour les extraire. » Dit elle alors que toujours en contact avec l’une des joues de Maïa par une main, elle se plaçait devant elle avant de faire venir ses mains le long du cou de celle-ci e n descendant, l’amenant sur le coeur de la tahora avant de ramener ses mains vers elle et les écarter lentement. 
« Avec le reste, cela amène les émotions, de l’esprit qui sont tourmenteuse, jusqu’au coeur pour que celui-ci les acceptes peu à peu et les laisse partir dans le passé. » Dit naïvement la femme aux cheveux saphir.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Jan - 19:54
Je regardais avec intérêt Saphira mimer la pratique du rituel face à une Maïa qui semblait toute heureuse. Sa béatitude me tracassa même quelque peu connaissant ses penchants. Je soupirai et me cachais le visage un instant, essayant de rassembler toute ma patience pour ne pas venir lui tirer les oreilles. Je ne pouvais, dans tous les cas, décrocher mes yeux de ce paisible rituel que je n’aurai pas trop de mal à reproduire.

Après la démonstration, je me proposais pour reproduire les gestes, me servant de Maïa également comme bénéficiaire du rituel. Son sourire était d’autant plus parlant et j’échangeai avec elle un regard sévère qui eut son petit effet. Elle ferma alors les yeux, préférant éviter les miens. Je commençais alors à reproduire les gestes, guidée de temps à autre par Saphira qui me corrigeait parfois sur l’ordre des gestes et les intentions que je leur donnais. Après quelques essais, je finis par y arriver sans la moindre faute.  

Quant à Maïa, elle n’eut aucun mal à le reproduire du premier coup, à force de le voir se répéter devant elle. C’est moi qui lui servit de bénéficiaire.

Après tout cela, nous finîmes par regagner les rues du Domaine, profitant de « l’éclairage publique » comme l’appelait Grégoire. J’étais quelque peu étonnée et fascinée par cela. Après tout, on ne voit pas tous les jours une ville presque comme en plein jour de nuit. Nous regagnâmes tranquillement le manoir où nous attendaient avec impatience les enfants aracnors. Valya et Malya m’accueillir avec grand enthousiasme et me prirent par les mains pour me faire rentrer et découvrir un dessin de Malek représentant ma compagne et moi. Bon, le trait manquait encore cruellement de réalisme mais je nous reconnaissais assez bien.

Je félicitai le jeune aracnor pour ses efforts et son attention qui m’allait droit au cœur. Je pouvais également en faire part à Sëya qui vit à travers notre lien la peinture. Elle en sembla tout à fait ravie. Maïa, Saphira et Grégoire nous rejoignirent enfin, et purent également apprécier le travail du garçon qui eut le droit à quelques compliments très largement mérités.

- On te reconnaît bien, Morianne ! Tu as ton air bougon habituel sur cette peinture ! s’exclama Maïa en se bidonnant.
- Hééééé ! C’est pas vrai ! Je n’ai pas l’air bougon habituellement ! dis-je en fronçant les sourcils et en prenant cette fameuse mine grognonne.  

Tout le monde se mit à rire et même moi je finis par les rejoindre dans leur euphorie. Mon ventre se mit à gargouiller dangereusement et tout le monde put en profiter. Maïa éclata de rire et me demanda :

- Quoi ? Avec tout ce que tu as avalé en biscuits, tu as déjà faim ?
- Ben quoi ? Ce n’était que des biscuits après tout… Je meurs de faim !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Jan - 13:40





Retour à la maison
feat Morianne





J’ai guidé nos invités vers la salle du dîner, la grande salle rectangulaire où nous avions été rejoints il y a un an par Marina et Saphira… Il n'y avait qu’une table, et moins de personnes hélas. Marina était toujours très occupée avec la construction de l’arsenal de Juier, mon fils Aleksandar était occupé à gérer Phangrt avec son épouse… 

Mes filles prirent place à ma droite et mes garçons face à moi. Mes deux invités l’une près de l’autre face à moi et Saphira à ma gauche alors que Erikar venait d’arriver pour s’asseoir entre les garçons avec Awilda sur l’épaule. 

Les dames du manoir nous firent venir les plats des cuisines quelques instants plus tard. Le cuisinier d’en ce moment était un humain assez jeune qui aimait expérimenter des recettes. Ils nous avaient préparé ce soir ce qu’il nommait « un « Couscous », étant venu lui-même présenter les plats, ils nous parlaient de la « semoule » des « merguez » de la sauce « harissa »… Je doit admettre que ces odeurs venu tout droit de Samdal’Han me mettais l’eau à la bouche et je n’étais visiblement pas le seul.

Je pris de cette sauce harissa avec ma semoule, mais avant que le pauvre cuisinier ne put me prévenir, j’avais un peu trop saucé mon plat et à la première boucher, j’eus l’impression d’être chauffé dans toute ma gorge. Les larmes aux yeux j’allais me prendre un grand verre d’eau, mais le cuisinier vint à moi prestement.

« Tenez, premier citoyen, mangez de la mie de pain faite moi confiance… J’aurais dû vous prévenir que c’était si épicé par les dieux. » Se maudissait le cuisinier roux.

« Pas de mal mon gars… C’était bon, mais je vais prendre une assiette moins épicée d’accord ? » Je lui répondis après avoir calmé mes échauffements buccaux avec du pain. 

Le repas se poursuivit bien mieux après cela, les merguez et la semoule étaient tout simplement succulents ! J’adorais ce plat épicé du désert ! Calysta avait réussi à ouvrir une conversation avec Morianne sur les plantes que Morianen avait ramené, ma fille semblait très impatiente de s’en occuper. 

Maïa, elle parlait avec Marek de peinture, le sujet préféré de celui-ci et en plus, il semblait trouver la tahora assez à son goût au vu de ses joues rouges. 
Je sentis la main de ma tendre aimée se glisser dans la mienne et elle me fit un sourire qui m’aurait fait tout oublier en dehors d’elle. Il manque trois personnes à cette table, mais j’ai bon espoir que bientôt nous puissions tous manger ensemble.

« Il faudrait que nous fassions venir ta famille à l’occasion et celle de Seya, Morianne. Je me demande bien de qui tu peux tenir ce fameux air bougon de la peinture haha ! » Je taquinais mon amie.

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Jan - 10:18
Le « couscous » était un plat fort original. J’appris qu’il venait tout droit de Samdal’Han. Je n’avais pas l’habitude de manger épicé, aussi mes joues devinrent vite rouge et la sueur perla sur mon front. Maïa sembla également virer de couleur pendant le repas et eut le malheur d’avaler de l’eau au lieu de mordre dans du pain. Nous étions dans un bel état toutes les deux mais, au final, nous y prîmes goût et appréciâmes le repas.

Calysta et moi étions en grande discussion sur les plantes que j’avais apporté pour le remède destiné à son père. Je lui confiais, sans crainte, quelques graines qui permettraient de faire pousser les plantes adéquates. C’était une enfant très curieuse, qui avait de grandes connaissances en botanique. Je pus moi-même apprendre certaines choses venant d’elle.

Nous fûmes interrompus par Grégoire qui me proposa amicalement d’inviter ma famille et celle de Sëya au Domaine. J’avais quelques réserves quant à ce projet, qui partait d’une bonne intention et que j’aurai aimé réaliser également, mais les choses n’étaient pas aussi simples.

- Les… choses ne seront pas aussi simples… Si tu veux inviter mes parents à venir jusqu’ici, ils vont amener toute la tribu avec eux… roulottes et animaux de trait compris ! Ça risque de faire un sacré paquet de monde, et il faudrait leur faire traverser l’océan. Et comme les mers ne sont pas très sûres ces derniers temps… Quant à la famille de Sëya…

Je baissais la tête. Hormis la défunte mère adoptive de Sëya, je ne connaissais personne de sa famille. Elle était, quelque part, à nouveau orpheline. Il n’y avait personne à faire venir de sa famille… Sa seule famille, à présent, c’était le groupe et moi.

- Sa mère adoptive est morte il y a un peu plus d’un an à présent. Elle n’a plus vraiment de famille, hormis… nous.
- Que son âme repose en paix au Royaume de Gar’Haz, soupira Maïa.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 22:05





Titre du RP ici
feat NOM DU JOUEUR





Je Hochais, la tête aux mots de mon amie, il est vrai que la logistique semblait être un obstacle assez imposant pour la venue des siens et dans un sens, je m’en voulais de lui avoir proposé tel projet.

« Excuse moi, Morianne. J’ai été idiot de proposer tel voyage, j’oublie parfois que la guerre est à mes protes et que kail n’est pas un continent très accueillant en ce moment. » Je dis avec gêne avant de continuer. « Seya à de la chance, elle t’a et elle a ta famille. Ainsi, elle n’est pas orpheline, sa famille est la tienne et ta famille est la sienne désormais. » Je terminais avec un sourire. 

Je fis ensuite venir le dessert pour chasser les idées moroses qui venaient peu à peu à ma table. Ce soir, c’est un petit pâtissier rencontré au hasard lorsque j’avais secouru se sacrer Dorcas, qui avait fait les dit desserts. 

Nous avons donc pu déguster un fabuleux moelleux au chocolat et à la « noix de coco » qui était absolument exquis. Je crois que j’adore la saveur de la noix de coco ! Je n’étais pas le seul à apprécier visiblement vu les visages satisfait autour de moi et si je n’étais pas trop regardant, la druidesse aurait pu passer pour une de mes filles avec sa mine réjouie et sa petite taille. Ce que je me permis de faire entendre avec un petit rire bon enfant. La soirée se poursuivit un petit peu, mais mes garçons finirent par prendre congé, leurs propres devoirs les attendaient demain et mes filles ne tardèrent guère plus après un câlin attendrissant à « Tata qui vole », heureusement Calysta disait simplement « Morianne » haha. 

« Nous devrions aller nous coucher nous aussi petit renard. » Me soufflais mon épouse avec un léger baiser sur la joue qui me fit rougir.

« Oui certes, Morianne, il y a bien évidemment une chambre rien que pour toi et une autre pour ton amie Maïa ici au manoir. Je dois partir d’ici quelques jours à Wasdkioljer d’ici quelques jours, je te propose de m’y accompagner. Il y a une cérémonie où je vais user de mon fluide pour offrir un parc mémorial pour les défunts de la cité. » Je lui dis en l’invitant à me suivre avec Saphria à mon bras, alors que nous allions vers l’aile des chambres. 


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 429

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Jan - 10:30
Je restais un moment sans rien dire, suivant Grégoire et Saphira au travers des couloirs du manoir. Un mémorial pour les défunts de Wasdkioljer… C’était une bonne idée, et tous ceux qui y étaient mort méritaient bien cet hommage. Les prêtresse et prêtre de Gar’Haz feraient probablement profiter de leurs prières à cette cérémonie. Je me demandais en tout cas ce qu’allait bien pouvoir faire Grégoire de son fluide. Ce qui me tracassait le plus, en revanche, c’était la culpabilité que je ressentais vis à vis de cette bataille. Je me sentais en partie responsable des désastres qui y avaient eu lieu.

Un événement en particulier me revint en tête. Le souvenir de ces soldats du Domaine que j’avais tué en étant sous l’emprise de la malédiction d’Özan. De braves personnes qui s’étaient battus pour défendre ce qu’ils pensaient être juste, pour protéger leurs familles, leurs amis. Je les avais tué… Rien ne me semblait pouvoir pardonner ça. Je n’aurai cependant rien pu y faire et tout ce que je pouvais pour eux à présent, c’était de me rendre à Wasdkioljer pour cette cérémonie funéraire afin de saluer leur mémoire.

- Morianne, ça va ? me demanda Maïa, inquiète.

Je sortis alors de mes pensées et me tournais vers Maïa et les autres.

- Je… ça… ça va… Je… Ouais. C’est d’accord, Grégoire. Je… Je t’accompagnerai.
- Je viendrai aussi ! déclara Maïa. Mais… Morianne, tu es sûre que ça va ?
- Ouais… Je… Je suis juste fatiguée…

Nous étions arrivé dans l’aile des chambres et Grégoire m’invita à aller profiter de la mienne avant de me souhaiter bonne nuit. Je souhaitai la même chose à tout le monde et m’enfermai dans ma chambre. Je retirais l’essentiel de mes vêtements avant de plonger ma tête dans l’oreiller, m’étendant de tout mon long sur le lit. Je me mis à pleurer silencieusement, étouffant mes sanglots dans les couvertures. Sëya vint me réconforter par la pensée, essayant de me rassurer. J’étais cependant inconsolable et je priais Gar’Haz et Jurk de prendre soin des arcaëlliens que j’avais tué, et Thäa de me pardonner. Mon aimée me répéta alors un nombre incalculable de fois que ce n’était pas ma faute… mais je m’en voulais tellement…

Je finis par m’assoupir légèrement, fourbue de fatigue après avoir pleuré toutes les larmes de mon corps. J’entendis la porte s’ouvrir tout doucement. La silhouette de Maïa tenant une bougie se dessina dans l’entrebâillement de la porte et sa petite voix vint se glisser jusqu’à mes oreilles dans un murmure à peine audible.

- Morianne ? Est-ce que ça va ?

Je restais silencieuse et fis non de la tête, le visage fermé, les yeux encore rouge d’avoir pleuré. La tahora, vêtue d’une simple chemise de nuit, referma doucement la porte et vint poser sa chandelle sur la table de nuit avant de se glisser dans les couvertures du lit. Elle s’assit contre la tête de lit et me prit délicatement dans ses bras avant de poser ma tête sur ses cuisses. Elle caressa doucement ma tête et mes joues.

- Ça va aller, Morianne… ça va aller.
- Tu… n’es pas… obligée…
- Je suis ton amie, Morianne. J’ai tout de suite vu que ça n’allait pas. C’est moi qui ais pris soin de toi quand tu étais maudite, et j’ai reconnu cet air de culpabilité sur ton visage. Je serais toujours là pour toi, pour Sëya aussi. Vous êtes mes amies… C’est normal que je vienne te consoler.

Je fis oui de la tête, sans dire un mot. Je sanglotais un petit merci et me blottis contre la tahora qui continua de me caresser doucement les cheveux. Je finis par m’endormir comme un gros bébé.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 100

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-