Le Grand M

 :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Hazeben Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 8 Jan - 17:39
J’avais passé la journée dans mon bureau à lire et répondre à des missives. Lorsque le ciel s’obscurcit un peu, je me levais, prenais un verre et une bouteille. Je me servis généreusement. Trempant mes lèvre dans la liqueur sucrée, je lue un parchemin. C’était une demande d’inscription pour une jeune arcaëllienne de huit ans. Son rêve était de devenir dresseuse de bsurts. Je souris doucement et entrepris de répondre.

J’avais terminé de répondre et regardais mes comptes. Ils étaient plutôt bons. Pas de déficit, que du bénéfice. Les affaires allaient bien. Je bus quelques gorgées de ma liqueur et soupirais de bien-être. La porte s’ouvrit alors sur Tahiri et Nihil. Je leur fis remarquer qu’ils arrivaient un peu tard. Tahiri s’excusa et vira Nihil poliment.

Mon cœur s’emballa. Qu’allait-elle me dire de si important pour que le petit humain soit exclus de la partie ? Etait-elle amoureuse de moi et souhaitait faire sa déclaration loin des regards indiscrets ? Ou alors c’était tout autre chose.

Elle commença à parler d’une voix hésitante. J’écarquillais les yeux quand elle me déclara être prête à mourir pour moi. Alors… Tout comme moi, ses sentiments étaient bien plus profonds qu’une simple aventure. Un sourire naquit sur mes lèvres. Que pouvais-je lui dire ? Je me levais et sortis un deuxième verre que je remplis généreusement. Le tendant à l’elfe qui semblait avoir fini de parler, je me grattais la gorge.

Je t’ai… t’apprécie plus que de raison, Tahiri. Je serais capable de me sacrifier pour toi. Tu es le rayon de soleil qui illumine mes jours, l’étoile qui guide mes nuits. Par les Dieux…. Pourquoi se compliquer la vie ? Tant pis si tu fuis, je me lance. Tahiri, elfe et demi-déesse fille de Gar’Haz, je… Je t’… T’aime bien plus que je ne devrais. J’ai pour toi des sentiments forts, qui ont muris au fil de nos épopées. Quand je suis dans tes bras, je me sens en sécurité. Quand je couche avec toi j’ai l’impression de monter au plafond. Tu es celle que je désire chaque nuit. Mais… Et toi, m’aimes-tu ainsi ?

Je vidais mon verre d’une traite et, la peur au ventre, j’attendis sa réponse. J’étais telle une jouvencelle encore pucelle.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Jan - 11:47
Je buvais mon verre, écoutant Vÿ avec attention, mais je ne sais pourquoi, mon esprit se figea totalement et alors que mon verre était penché, tout son contenu se vida progressivement à terre sans que je ne réagisse. Mon regard était fixé sur elle sans que je ne puisse arriver à saisir ses mots, ou bien était-ce moi qui n’était pas prête à entendre cela.

Un peu comme ça:
 

- Héééééééééééé ????

Je la regardais maintenant avec stupeur, posant mon verre complètement vide et mes mains sur le bureau et me redressant d’un bond, les bras tendus. J’avais la bouche légèrement ouverte et un œil qui clignait nerveusement.

Un peu comme ça:
 

Je n’en croyais tout simplement pas mes oreilles. Est-ce qu’elle venait bien de dire ce que j’avais entendu ? Mais alors… Si elle m’aimait « bien plus qu’elle ne devrait » alors…

- V… Vÿ… Je… Je…

« Je craque !!! Ca y est ! J’ai perdu ce qu’il me restait de bon sens !!! Mais pourquoi je lui ais dit ça ???? Aaaaaaaah !!!! Calmes-toi, Tahiri, respires ! Maintenant que tu lui as avoué tes sentiments et qu’elle vient de dire très clairement qu’elle t’aimait, tu dois réagir, calmement… JE SAIS PAS QUOI FAAAAAIRE !!! »

J’avais envie de me taper la tête contre les murs, de me baigner dans un lac gelé, de courir dans tous les sens avant de m’envoler dans les airs par je ne sais quel miracle. Que devais-je faire ? Que devais-je dire ? Elle venait de me poser LA question. J’inspirai profondément, rassemblant tout mon calme et mon courage. J’encrais bien mes pieds au sol et déclarai alors :

- Vÿ…

Et patatra ! J’avais accidentellement posé mon pied dans la flaque d’alcool que j’avais fait tomber et glissai dessus, me ramassant lamentablement, me cognant au passage le menton contre l’arrête bureau.

- Tahiri ! s’exclama Vÿ avec inquiétude.

Elle se précipita vers moi et m’aida à me relever. Elle me regarda avec crainte, comme si ma vie était en danger.

- Aïaïaïa !
- Oh merde, ça saigne ! Tu t’es complètement ouvert le menton ! Vite ! Vite ! Heu…

Elle se saisit d’un tissu propre et l’appliqua sous mon menton avant de se servir de son fluide äan pour refermer ma blessures. Le sang arrêta finalement de couler abondamment tandis que je reprenais tout doucement mes esprits, tandis que Vÿ me tenait les bras.

- Est-ce que ça va ?

Mes yeux plongèrent dans les siens et c’est à cet instant, à ce moment précis, que je compris une chose importante : j’étais complètement folle d’elle, parce que personne ne m’avait donné autant d’importance dans sa vie qu’elle ne m’en avait donné et ce depuis bien plus longtemps que nos retrouvailles à Juier, et même depuis plus longtemps que notre deuxième rencontre, qui avait eu lieu ici, à Zaï’Han.

- Je… Je t’aime, Vÿ !

Elle resta un instant sans voix, un instant dont je profitai pour l’embrasser tendrement, puis avec un peu plus de ferveur, la serrant contre moi. Je pouvais sentir la chaleur de nos poitrines collées l’une à l’autre tandis que mes bras caressaient doucement son dos si délicat. J’avais l’impression d’être dans un rêve… Que tout ceci n’était pas réel et que j’allais bientôt me réveiller. J’espérais au fond de moi que ce n’était pas le cas. Alors que mes lèvres quittaient les siennes, je susurrais doucement :

- Je dois être en train de rêver...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Jan - 15:31
Soulagement profond. Elle aussi avoua m’aimer. Nous nous embrassâmes comme deux pucelles passionnées. Je soupirais d’aise et de joie. La phrase de l’elfe me tira de mes rêveries. Peut-être n’était-ce qu’un rêve. Je me reculais un peu et me pinçais la main. Non ce n’était pas un rêve. Un frisson me parcourut l’échine.

Non, Tahiri, ce n’est pas un rêve. Nous venons de franchir la ligne qui sépare les simples coups d’un soir à… à l’Amour. Je t’avoue que ça me file la frousse. J’ai peur que ce ne soit que passager et qu’après on ne se parle plus.

Nouveau soupir suivit d’un baiser plein d’amour. Tout d’un coup je n’avais plus faim. Je voulais rester avec Tahiri, la contempler, l’admirer, l’aimer. Je me blottis contre elle et elle ferma ses bras autour de moi tout comme moi avec l’elfe. J’étais terrorisée. Pas parce que je ne me sentais pas à la hauteur, non, parce que je craignais de la perdre à jamais.

Me défaisant de son étreinte, je pris délicatement sa main dans la mienne et nous fis sortir du bureau que je fermais à clef. D’un pas léger, je me rendis avec la demi-déesse, vers ma chambre. J’avais l’impression de flotter au-dessus du sol. Le sentiment d’être ivre sans avoir bu. Et ces papillons dans mon ventre…

Nous arrivâmes devant la porte de ma chambre. Je tournais la poignée et fis entrer Tahiri. Je la regardais comme si c’était la première fois que je la voyais. Je fis un pas vers elle et posais mes mains sur sa taille. Un frisson me parcourut le corps.

J’ai envie de toi comme jamais. Mais, je me sens idiote et pucelle après nos déclarations.
















Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Jan - 17:21
Suggestion d'écoute:
 

Je me laissais guider par Vÿ jusqu’à sa chambre. Une fois à l’intérieur, nous restâmes un moment à nous regarder dans le blanc des yeux.

- J’ai envie de toi comme jamais. Mais, je me sens idiote et pucelle après nos déclarations, déclara-t-elle finalement.

Je passais mes bras autour de son cou.  

- Heu… Si… Si ça peut te rassurer, moi aussi je me sens idiote, là dessus on est à égalité.

J’eus un petit sourire nerveux. Je l’embrassai tendrement, avant de la fixer du regard.

- Et… j’ai… un peu peur aussi… Et même si ça ne marche pas, je te promets une chose, Vÿ…  Jamais je te laisserais tomber. Même si l’amour passe… Il y a quelque chose qui nous lie toutes les deux et je te promets que je reviendrai toujours auprès de toi. Ce que je veux, c’est qu’on ne soit pas toutes les deux à regretter pour ne pas avoir voulu essayer.

Je passais délicatement mes mains sur ses épaules pour les descendre jusqu’à sa poitrine, entreprenant de défaire ses vêtements avec le plus de douceur possible. Évidemment, comme j’avais plutôt l’habitude de les enlever de façon farouche, je m’y pris comme une manche et je vis mon amante se moquer de moi. Je laissais donc tomber la manière douce et la déshabillai comme j’en avais l’habitude.

- Je crois qu’il y a des choses qui ne changeront pas en revanche ! dis-je en rigolant.

Je poussais alors Vÿ sur le lit, délicatement, tandis qu’elle me déshabillait avec plus d’aisance que je n’en eus. Nous tremblions toutes les deux d’émotion, comme des branches sous le vent de l’hiver. Ce n’était pourtant pas la première fois que nous faisions l’amour, pas la première fois que nos corps s’entrelaçaient dans une union torride. C’était cependant la première fois que nous le faisions en partageant ce sentiment d’amour. Bien sûr, j’avais déjà des sentiments pour elle depuis longtemps, mais pas aussi forts, pas au point de me dire que je ne désirais pas autre chose qu’elle à ce moment précis.

Pour la première fois de ma vie, non… pour la première fois depuis longtemps, je me sentais... complète. C’était quelque chose dont je n’avais plus le souvenir et cela sembla nouveau pour moi. Pour une fois, je laissais mon passé derrière moi, je ne sentais plus le poids de toutes les âmes que j’avais fauché, je ne sentais plus la culpabilité d’avoir tué ma sœur, ni la douleur de sa perte. La solitude s’effaça peu à peu.

Plus que jamais, faire l’amour avec Vÿ me fit quitter toutes mes peurs, tous mes doutes et je gagnais le septième ciel. J’en étais presque à pleurer de joie tant ce fut intense. Ce jour devait rester à jamais gravé dans ma mémoire. Tant qu’elle serait là, je ne serais plus jamais seule.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 15:26
Elle aussi se sentait idiote. Pourtant il n’y avait rien de plus beau que l’Amour. Elle m’avoua avoir peur. Je comprenais tout à fait cela. En soixante-et-onze ans elle ne s’était jamais posée avec quelqu’un pour former un couple. Et moi en trente-et-un ans je n’avais fait que butiner.

Nous étions dans le lit, nous aimant comme jamais, mes gémissements me semblaient plus forts et plus intenses. Je laissais mon cœur guider mes mouvements. Nous ne faisions plus qu’un. Je soupirais, ahanais et soufflais comme une jouvencelle. Pourtant ce n’était pas ma première fois avec Tahiri. Mais c’était la première en tant que personne ayant des sentiments forts l’une envers l’autre.

Nous finîmes par nous endormir lovées l’une contre l’autre. Ma nuit fut paisible et plaisante. Je rêvais que je faisais l’amour avec Tahiri dans un jardin magnifique où s’épanouissaient mille et une fleurs. Dans mon sommeil je souriais béatement. J’étais plus que paisible. Entièrement détendue. J’étais bien et heureuse. Je me sentais accomplie en tous points.

Le soleil illumina mon visage et je grognais un « encore cinq minute ». Je plongeais sous les couvertures espérant que Tahiri ne largue pas un pet malodorant. Je la sentis bouger et je sortie la tête de sous les couvertures. Elle me fixa un long moment comme si elle ne réalisée pas encore ce qu’il en était. J’approchais mon visage du sien et lui volais un baiser.

As-tu bien dormi ?

Lui demandais-je en caressant son visage de ma main droite. Elle attrapa ma main et l’embrassa. Puis elle m’attira à elle et me sera contre sa poitrine.

C’est ta façon de dire oui ?

Dis-je en riant à moitié de bonheur et de bien-être. J’embrassais son sein le plus proche de mes lèvres. Il était doux et tendre.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 19:08
Suggestion d'écoute:
 

Je me tenais debout, au beau milieu de nulle part, et quand je dis nulle part, c’était un euphémisme, car tout autour de moi, il n’y avait rien, hormis un étrange rideau ondulant de forme sombre dont émanait une lumière sans couleur. Tout était terne et rien ne semblait avoir de sens. Je marchai alors droit devant moi, appelant Vÿ.

- Vÿ ? Vÿ ? Merde… Y A QUELQU’UN ???

Ma voix résonna au lointain, sans que personne n’y réponde. J’avais l’impression d’être bloquée dans un monde de néant. Il y avait des bruits étranges tout autour de moi, un espèce de grésillement, ou quelque chose proche du son que font les vagues au bord de la plage. Je commençais à sérieusement avoir la trouille avant de tomber face à un espèce de miroir géant dont la surface ondulait comme l’eau, mais de l’eau grise, sombre avec d’étrange reflets argentés. J’avais une sensation singulière, comme si quelqu’un se trouvait de l’autre côté, quelqu’un que je connaissais bien.

- Qu’est-ce que c’est ? Je… Je suis où bordel ?

Je regardais mon reflet dans le miroir qui s’étendait à l’infini en toutes les directions. Il avait quelque chose d’étrange, comme si ce n’était pas moi en face. Je plissais les yeux et tendis ma main avec émotion.

- O… Oliry ? Oliry, c’est toi ?

J’entendis alors des murmures provenant de ce que je pensais être au départ mon reflet. Ils étaient difficilement audibles, et les mots étaient parfois hachés ou partaient tellement en échos qu’ils en étaient incompréhensible.

- Tahiri… ‘est… moi…
- Oliry, c’est bien toi !! Mais… mais comment ? Tu… Tu es…
- Libère… Libère…
- Libère ? Libérer quoi ? Oliry, je t’entend mal ! Dis moi ! Qu’est-ce que je dois libérer ?
- Prisonnière… passé… accepter…
- Oliry… Oliry, j’te demande pardon… Je te demande pardon. Je suis tellement désolée ! Tellement désolée…

Je me mis à pleurer, tendant mon bras pour essayer de passer à travers le miroir, pour attraper la main de ma sœur.

- Non ! hurla-t-elle.

Une force invisible me repoussa en arrière. Ma sœur s’approcha du miroir depuis l’autre côté et fit non de la tête. Elle semblait me supplier, mais me supplier de quoi ?

- Oliry… Pourquoi ? Pourquoi tu ne veux pas que je te rejoigne ? Est-ce que…
- … te pardonner… le passé… vis… aimes…
- Je… Je n’ai… Je n’ai pas le droit… Je… C’est ma faute si tu es morte !
- Je… prisonnière… toi… tu… pardonner…
- Je ne peux pas, Oliry… Je ne peux pas me pardonner…
- S’il te plaît… c’est... seul moyen… reposer en paix !

Je ne comprenais pas tout, mais je commençais à saisir où elle voulait en venir. Ainsi donc, ma sœur était toujours de ce côté. Elle n’avait pas réussi à passer les portes menant au Royaume de Gar’Haz et j’en étais visiblement la cause. C’est parce que je continuais à m’attacher à mon passé, à regretter ce que j’avais fait. Depuis tout ce temps, je l’avais retenu ici…

- Oliry… Je suis tellement désolée…
- Pas désolée… pas triste… Vÿdareen… aimer… S’il te plaît…
- Quoi ?
- Vis !!! Je t’en supplies ! Oublies moi !! Oublies le mal que tu m’as fait ! Vis, Tahiri ! N’ai pas peur de l’aimer… Laisses-moi… partir !
- Je t’aime, Oliry ! Je voulais pas que tout ça se finisse comme ça !
- Ne pleure pas, ma sœur… Ne pleure pas… Je t’attendrais le temps qu’il faudra, avec maman… Ne vis plus dans le passé ! Tu as le droit au bonheur… Fais le pour nous…

Je regardais Oliry avec un sourire triste, les yeux pleins de larmes. Je posais mes deux mains là où se trouvaient les siennes.

- J’te l’promets… J’te l’promets ! Je t’aime, ma sœur ! Tu me manques.
- A moi aussi, tu me manques… Je t’aime, ma sœur… Je t’aimerai toujours. Je t’attendrais avec maman, prends ton temps, et vis.
- C’est juré !

Elle me lança un dernier sourire, avant de s’en aller, s’éloignant de plus en plus du miroir avant de disparaître. C’est alors que tout fut envahi d’une lumière aveuglante.

J’ouvris doucement les yeux, et me retrouvai face au visage souriant de Vÿ. J’étais un peu perdu, ce dont elle profita pour m’embrasser.

- As-tu bien dormi ? me demanda-t-elle.

Je n’arrivai pas à dire quoique se soit, je me sentais, trop étrange pour sortir le moindre mot de ma bouche, mais je ressentais une profonde joie à l’instant, si profonde qu’il me fallait l’exprimer. Je pris sa main et la baisa tendrement avant d’attirer Vÿ à moi.

- C’est ta façon de dire oui ? me demanda-t-elle avant d’embrasser l’un de mes seins.

Je passais mes mains dans de douce caresse le long de son visage, passant ensuite mes doigts dans ses cheveux. Je lui fis un petit sourire timide avant de l’embrasser sur le front.

- C’est ma façon à moi de dire : « Comment pourrai-je ne pas bien dormir à tes côtés ? » répliquai-je en riant à moitié.

Je l’embrassais alors tendrement sur les lèvres, avant de la dorloter dans mes bras.

- Et ça, c’est ma façon à moi de dire : « Je t’aime » ! Je… Je suis pas encore très à l’aise pour le dire alors… Je préfère l’exprimer comme ça.

Je ricanais comme une idiote. J’avais l’impression d’être revenue à l’adolescence.

- Et toi ? Tu… Tu as bien dormi ? Pas de rêve bizarre ? demandai-je en rigolant, pensant au mien qui fut… plus qu’étrange.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Jan - 16:24
Je regardais Tahiri parler, souriant. J’étais plutôt satisfaite de ses dires. Cependant sa dernière question me fit tiquer. Pourquoi aurais-je fait des rêves bizarres ? J’étais bien trop comblée pour faire des rêves étranges. Je lui répondis que j’avais bien dormi et que j’avais fait de beaux rêves. Je lui parlais de mon rêve où nous nous unissions dans un jardin magnifique.

Je me blottis un peu plus contre l’elfe en baillant longuement. J’enfouis mon visage dans sa poitrine en poussant un gémissement de contentement. J’étais bien, heureuse et amoureuse. Et le mieux dans tout ça, c’est que Tahiri aussi l’était.

Après une bonne heure à se papouiller, nous nous levâmes. Je fis une brève toilette et enfilais mes vêtement. Le feu dans l’âtre était mort et, par conséquent, il ne faisait pas chaud dans la chambre. Une fois vêtue de pied en cape, nous descendîmes vers la cantine.

Je m’asseyais sur un banc et l’arcaëllienne que j’aimais s’assit en face de moi. Je pris une orange et me servie un chocolat chaud. Je portais le bol vers mes lèvres et bus longuement. J’entendis Nihil nous saluer et prendre place à ma droite. Je posais mon bol et lui dis bonjour avec plus d’enthousiasme que je ne l’aurais voulu.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Hazeben-