Le Grand M

 :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Hazeben Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 9 Déc - 18:20


Les jours passèrent tandis que nous chevauchions vers Hazeben. Nihil était de fort mauvaise humeur que je nous fasse presser le pas, mais c'était une question de vie ou de mort. Le temps était notre ennemi, tout comme la fatigue. Il ne fallait pas perdre un instant et chaque arrêt était un risque en plus de ne pas arriver avant la pleine lune. Le seul doute que j'avais à présent, c'était de savoir si nous serions de taille pour faire face à « M » et ses acolytes, si « M » était bien là-bas.

Nous étions en fin d'après-midi lorsque nous arrivâmes aux abord de Hazeben. La nuit était presque déjà tombée mais nous pouvions toujours voir le nombre incalculable de tentes et de personnes amassées  par ici. Je ne revenais pas du nombre de personnes qui se trouvaient là, cela dépassait complètement mes espérances. Ils étaient des centaines ! Ce qui me choquait le plus cependant, c'est qu'aucun ne semblait porter de chaîne. Pas une cage, pas une seule personne ne semblait prisonnière. Nous nous regardâmes tous les trois avec incrédulité.

- Mais où sont les esclaves ? se demanda alors Nihil.
- Aucune idée ! lui répondis-je. C'est louche... très louche ! Regarde, ils portent tous des toges blanches !
- Oui, à part ceux en haut du temple !
- Le temple ? Quel temple ?  

Nihil me prit par les épaules et me désigna un mont rocheux solitaire, au pied duquel un temple était dressé en hauteur. Il y avait un nombre incroyable de marches pour y arriver. Et effectivement, tout en haut du temple, il y avait des personnes en toges noires.

- Sûrement les prêtres et disciples d'Özan. Mais les autres en blanc ? m'interrogeais-je
- Y a qu'un moyen de le savoir...

Nihil se faufila en avant, me faisant pousser un juron. Et s'il se faisait prendre, l'imprudent ? Il accosta alors un type en toge blanche qui était seul.

- Bonsoir !
- Oh ! Bonsoir ! lui répondis le jeune homme. Vous aussi, vous êtes venu voir le grand Maître ?
- Heum... oui, tout à fait ! Le Grand Maître ! Mais... hum... je suis un peu perdu ! Vous êtes un prêtre d'Özan ?
- Oh, non, non ! Je ne suis qu'une des brebis égarées que le grand Maître a recueilli ! N'es-tu donc point des nôtres, mon frère ? N'as-tu donc pas été libéré par le grand Maître ?
- Oh... heum... si, bien sûr ! Comme nous tous, non ?
- Oui, mon frère ! Le grand Maître nous a libéré de l'esclavage ! Mais pas seulement ! Il va nous libérer de nos souffrances !
- Oui... heum... Vous avez tous des toges comme ça ?
- Oui, pourquoi cette question ? Oh ! Tu n'as pas eu la tienne ?  
- Oh... Ce n'est pas très grave, je crois que j'en ai trouvé une.  

Nihil asséna un violent coup de poing dans le ventre du jeune homme avant de l’aplatir à terre et de l’assommer pour de bon. Il finit par le dessaper et se changer avec la tenue de l'homme. Il nous fit signe de nous rapprocher.

- Vous avez entendu ?
- Ouais ! Je sais pas ce que ce grand Maître a trafiqué, mais visiblement les esclaves sont contents d'être là... C'est pire que ce que je pensais !
- Je pense qu'on devrait s'infiltrer pour en savoir d'avantage avant de faire quoique se soit. Il faut que vous vous trouviez des toges, les filles !
- Hum... t'as raison ! Vÿ ! Viens, on va essayer d'écarter deux nanas du lot et leur piquer leurs fringues. Nihil ! Ligote moi ce type ! S'il moufte on n'est pas dans la merde !
- Compris chef !

Temple de M:
 
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 10:56
Les jours passèrent et, par chance, nous ne croisâmes aucun bandit ou autre ralentissement dans notre course effrénée. Nous effectuions de courtes pauses pour manger et dormir. Enfin Hazeben fut en vue.

Parmi les ruines il y avait des centaines de personne vêtue de toge blanche. Nihil en interrogea un. Moi je gardais les yeux rivés sur le temple. Lorsque mon regard quitta le lieu de prières et de sacrifices, je remarquais que l’humain portais une toge blanche. Il nous dit de trouver deux personnes pour nous vêtir identiquement.

Je repérais deux brebis solitaires. Je m’approchais d’elle et les assommais d’un uppercut. J’invitais Tahiri à déshabiller la plus grande. Une fois vêtue nous bâillonnâmes et ligotâmes les deux pauvres victimes. Nous les cachâmes dans un buisson un peu éloigné du camp. Puis nous retournâmes vers Nihil.

Je lui demandais ce qu’il comptait faire maintenant. Un arcaëllien d’un certain âge s’approcha de nous et nous invita à venir manger avec eux.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 18:28
Nous étions à présent accoutrés comme tous les autres. La tenue de cérémonie allait plutôt bien à Vÿ, et si nous n'étions pas dans l'urgence, j'aurai trouvé ça plutôt excitant, mais je devais rester concentrée. Alors que nous nous glissions vers le temple, un vieux mzékils s'approcha de nous.  Je me méfiais clairement de lui.

- Bonsoir, voulez-vous venir manger avec nous ? nous demanda-t-il alors en désignant de la main un petit groupe de personnes qui mangeaient tranquillement.
- Hum... Vous n'êtes pas venus voir le Grand Maître ? lui demandai-je.
- Si ! Siiiii ! Mais le Grand Maître nous laisse libre de manger et vivre comme nous l'entendons pour le moment. La cérémonie n'a pas encore lieux. Venez !

Je regardais plus attentivement le petit groupe. Il y avait des mets qui semblaient succulents devant eux, et la boisson était généreusement servie. A première vu je pensais qu'il s'agissait là de vin rouge. Cependant, après un petit temps d'observation, je me rendis compte que les hommes et femmes de ce groupe ne faisaient pas que ripailler, ils étaient également en train de s'embrasser, se toucher, et je me doutais que la chose finirait sans aucun doute en orgie d'autant que ces arcaëlliens ne semblaient pas dans leur état normal.

- Heu... C'est tentant, mais nous passons notre tour ! dis-je poliment.
- Oh ! Allez ! Il n'y a aucun mal à venir manger et boire avec nous et à se laisser aller à vos désirs. Tu as peur ? Peur de te dénuder ? Pourquoi ? Tu es grande et bien bâtie. Tu devrais être fière d'avoir un beau corps. Comment espères-tu atteindre le néant si tu ne connais pas ton propre corps ?
- Est-ce qu'on peut aller parler là-bas ? A... l'abri du regard des autres, lui dis-je sur un ton légèrement sulfureux.
- Mais... mais oui ma sœur, c'est une bonne idée !

Je fis un clin d’œil à Nihil et Vÿ et emmenai le vieil arcaëllien à l'abri des regards.  

- Est-ce du vin que vous buvez là-bas ?
- Oh ! Oui ! Il nous a été généreusement offert par le grand Maître !
- Hum... Je vois, et la nourriture aussi je suppose ?
- Oui ! Pourquoi ces questions ?
- Oh... hum... C'était pour savoir ! Venez ! Approchez !

Le vieil arcaëllien s'approcha de moi, alors que je feignais de me dévêtir. Au dernier moment je l'envoyai à terre avant de l'assommer. Je le ligotais avec ses propres vêtements avant de rejoindre les autres.

- Pfff... Ok ! Je crois savoir comment le grand Maître les a tous rendus dociles ! Le vin et la nourriture doivent être drogués, n'y touchaient surtout pas ! Aller, on avance !

Nous avançâmes parmi la foule qui s'amassait lentement mais sûrement autour du temple. L'ascension fut longue, et il nous fallut doubler d'effort pour ne pas nous séparer accidentellement. Nous dûmes un peu forcer le passage à un moment car le monde commençait un peu à s’agglutiner et nous voulions vraiment nous approcher le plus possible du sommet du temple.

Le soleil commençait doucement à décroître dans le ciel et des braseros étaient allumés ainsi que des bougies et cierges. L'on entendit alors un cor retentir. Tous cédèrent au silence, et là, à l'entrée du temple, apparut, les bras grands ouverts vers nous, un humain à la peau brune, marqué d'un symbole sur son front.  

- Mes amis ! Mes chers disciples ! Je vous salue ! s'écria-t-il.

Il y eut des acclamations de joie et d’allégresse. Tous semblaient subjugués par l'arrivée de leur grand Maître.

- Ce soir, est un soir de célébration car c'est le grand soir du sacrement ! Certains d'entre vous, mes fidèles, seront choisis pour partager avec moi le grand rituel. Vous serez libérés de vos peurs et de vos souffrances.

« Loué soit le Grand Maître ! » répétèrent tous en cœur les fidèles. Je regardai Vÿ avec inquiétude. Tout ceci ne me disait rien qui vaille. Plusieurs personnes furent en effet choisies dans la foule et accompagnées par les prêtres habillés en noir jusqu'en haut des marches. Les prêtres armés se replacèrent alors pour barrer le chemin de l'entrée du temple tandis que les élus furent menés à l'intérieur du temple.

- Rassurez-vous mes frères et sœurs ! Bientôt, votre moment viendra aussi ! En attendant je vous souhaite à tous de profiter des biens faits de notre seigneur ! Soyez libres !

Il rentra alors dans le temple. Je me tournais à nouveau vers Vÿ.

- Comment on fait maintenant ? Il faut absolument rentrer dans ce temple ! Nous devons savoir ce qu'il s'y passe ! Tout est affreusement louche !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 10:30
Je regardais le gourou avec colère. Il semblait plutôt grand voir impressionnant. Il parla et des personnes furent emmenées. J’avais envie de hurler que c’était vers leur mort qu’ils allaient mais ils semblaient tellement heureux d’être choisi que s’en était déconcertant. M nous tourna le dos et entra dans le temple qui fut bien vite gardé par des soldats en toge noires.

Je soupirais, il nous fallait rentrer là-dedans pour y voir plus clair. Tahiri exprima ses idées à voix basse et inquiète. J’avais bien la ceinture d’invisibilité mais seule dans le temple je risquais ma vie. A moins que je garde l’objet fermé tout au long de mon exploration. Par chance je l’avais sur moi. Je fis part de mon idée à Tahiri et Nihil pendant que les dévots retournaient à leur orgie.

Venez mes sœurs et mon frère. Nous serons choisis une autre fois.

Déclara une arcaëllienne aux ailes de papillon de couleur rouge. Je lui fis un signe de tête et lui répondit que je désirais admirer le temple un peu plus longtemps. Elle acquiesça et s’en alla. Je soulevais la toge que je portais et fermais la ceinture. Immédiatement je disparue avec mes affaires.

Je montais les quelques marches restantes et me faufilais dans le temple. Une fois à l’intérieur je suivie les prières et les chants. J’arrivais dans une grande pièce où gisaient des corps sacrifiés. L’odeur était exécrable. Ça sentait le sang à plein nez. Je vis une tahora se coucher sur l’autel sacrificiel en souriant et en chantant la gloire d’Özan. M lui trancha les poignets, la gorge et lui planta le couteau de cérémonie dans le cœur.

Je me retenais de vomir et fis demi-tour pour retourner auprès de mes acolytes. Une fois dehors je descendais les marches jusqu’au camp. Je cherchais Nihil et Tahiri pendant dix bonnes minutes et les trouvais près de nos montures.

Ils sont heureux d’être sacrifiés ! Je… Je ne comprends pas… Merde !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 14:55
Heureux ? Les gens étaient heureux d'être sacrifiés ? Comment cela se pouvait-il ? Cela venait sûrement du vin et de la nourriture, j'en étais persuadée. Il fallait faire quelque chose à présent, libérer ces pauvres âmes qui se donnaient d'elles même à Özan sous l'influence de cette drogue, car j'en était convaincue, il y avait bien une drogue dans l'histoire, cela ne pouvait être autrement.

- Heureux ? C'est forcément une drogue... Ils doivent tous être sous influence d'une drogue. Il faut qu'on en finisse avec leur chef ! Ce « M », on ne peut pas le laisser agir plus longtemps.
- Et tu veux faire quoi, exactement ? Tu as vu le nombre de ses fidèles ? Tu as vu les gardes ? On ne va jamais pouvoir rentrer ! s'insurgea Nihil.
- Il faut qu'on soit les prochains à être choisis ! C'est la seule façon d'entrer dans le temple sans déclencher la panique générale ! Une fois à l'intérieur, on en finit avec le Grand M.  
- Et qu'est-ce qu'on fait pour la cérémonie de ce soir ? Que ça se passe à la pleine lune n'est pas un hasard ! Et s'ils étaient en train d'invoquer une... créature d'Özan là dedans ? me demanda le magicien.
- Tu as raison... attendre n'est pas forcément une bonne idée ! On devrait essayer de trouver un autre passage pour entrer dans le temple. Prenons les montures et allons observer les horizons ! Il y a peut-être une entrée cachée !

Nous prîmes nos montures et nous éloignâmes d'Hazeben le plus discrètement possible. Nous profitâmes de l'obscurité pour contourner le mont solitaire pour tenter de trouver quelque chose qui nous permettrait d’accéder au temple. Au bout d'un moment à chercher et à observer, nous finîmes par trouver une cavité rocheuse d'où émanait la lumière de torches ou braseros. Il ne semblait y avoir à cette entrée que la présence de deux gardes. Cela serait du gâteau de nous en débarrasser et de pénétrer à l'intérieur, mais il nous fallait nous préparer convenablement.  

- Bon, on va devoir se préparer ! On laisse tomber les tenues d'adepte. On va se concentrer sur une chose : éliminer les gardes qui sont là bas ! Ça devrait pas être trop difficile pour toi, Vÿ, vu que tu as ta ceinture. Nihil, tu restes en arrière et tu nous couvres avec tes sorts mais seulement si ça commence à mal tourner !
- Et toi ?
- Moi je fais en sorte que si on attire l'attention, elle soit dirigée sur moi. Je suis celle qui sait le mieux ce défendre dans ce groupe je crois. Et si ça tourne vraiment, vraiment mal... Je couvrirai votre fuite.
- Notre fuite ? s'indigna Nihil.
- Parfaitement ! Si ça se passe mal, je n'aurai qu'à laisser ma nature divine prendre le dessus. De toutes façons, par n'importe quel moyen, il faut stopper cette folie !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 15:31
Je hochais la tête. Tahiri était la plus forte et la plus dangereuse d’entre nous. Il semblait logique qu’elle couvre notre fuite. J’ôtais la toge et la laissais par terre. Une fois libre de cette tenue peu commode pour se battre, je fermais ma ceinture et devins invisible. Je dis aux deux autres de ne pas bouger.

Une fois dans la « grotte » menant au temple, je m’approchais des deux gardes. Ils étaient stoïques et raides. Je dégainais aussi silencieusement que possible mon épée et la fichais dans le ventre de celui de droite. Je la retirais rapidement et avant que celui de gauche n’ait le temps de réagir, je le décapitais. Je retournais ensuite vers l’humain et l’elfe.

La voie est libre !

Leur dis-je fière de moi. J’ouvris la ceinture et redevins visible. Nous pénétrâmes dans le tunnel et avançâmes avec prudence. Il pouvait y avoir des pièges. Nous arrivâmes devant un escalier interminable et nous entreprîmes son ascension.

Après quinze bonnes minutes à gravir les marches en terre battue et en bois nous aperçûmes M. Un xen d’une petite vingtaine se tenait sur l’autel sacrificiel. Il souriait bêtement en chantant des louanges. Il y avait quatre corps posés au sol. Une tahora, un mzékils, un ou une virenpien(ne) et un elfin. Nous nous dissimulions dans les escaliers. Je demandais à Tahiri ce que l’on faisait maintenant.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 20:01
Nous avions réussi à atteindre l'intérieur du temple sans nous faire repérer. Tout était grand, somptueux. Il y avait de grandes colonnes et tout était fait de marbre. Les disciples étaient installés sur de grands coussins douillets, mangeant, buvant, se déshabillant même tout en échanger de torrides étreintes tandis que leur prophète les choisissait un à un pour les sacrifier sur l'autel au milieu de la pièce. Ils étaient tous béas de joie et d'admiration face à ces sacrifices. Les prêtres entourant M scandaient des mantras inquiétants, parlant de la liberté du néant. Le sang coulait à travers des rigoles qui venaient alimenter un grand chaudron qui se trouvait plus bas.

Vÿ me demanda alors ce que nous devions faire. J'ordonnais à Nihil de rester en arrière, comme nous l'avions prévu. Quant à mon amante, je me tournais vers elle pour lui expliquer :

- Tu vas te rendre invisible et faire le tour de la pièce pour les prendre à revers au besoin. S'il y a le moindre risque pour toi, tu files. Moi... Je vais aller dire bonjour à M ! Essayer de lui faire cracher le morceau sur ce qu'il fait... et l'éliminer de toutes manières !

Je la pris par le bras avant qu'elle n'active sa ceinture pour se rendre invisible et l'embrassa farouchement devant le regard dépité de Nihil qui soupira.

- C'est pas le moment ! pesta-t-il.
- Je crois que si, au contraire ! lui lançai-je avant de me tourner à nouveau vers Vÿ. Sois prudente !

Vÿ ecarquilla les yeux avant de soupirer de bien être. Elle disparu à nos yeux, refermant la ceinture et me remercia. Nihil soupira et leva les yeux au ciel.

- Quoi ? T'es jaloux ? Tu veux que je t'embrasse, toi aussi ? lui demandai-je.
- Pitié... Qu'on en finisse avec ce culte !! grogna-t-il.
- Ok ! C'est parti !

Lorsque j'estimai Vÿ à une distance raisonnable, je pris la décision de sortir de l'ombre et de m'avancer vers le milieu de la pièce. Les prêtres s’interrompirent dans leurs prières et tirèrent tous leur dagues de cérémonie tandis que M se tournait vers moi, surpris de me voir arriver ainsi. L'un des prêtres se jeta sur moi mais mes excellent réflexes me permirent de le maîtriser assez facilement. Je lui brisai le bras et le laissai tomber à terre alors qu'il gémissait de douleur. Les veines temporales de M se mirent à battre et il me fixa avec un regard noir.  

- Qui es-tu ? Comment oses-tu interrompre notre rituel ! Tu viens au milieu de quelque chose de très important !

Les adeptes me regardaient tantôt avec colère, tantôt avec craintes, d'autres semblaient me regarder sans me voir, toujours dans un état second.

- Je suis venu mettre fin à cela, M ! Cela doit s'arrêter maintenant ! Tous ces gens que vous avez drogués pour qu'ils vous obéissent docilement... vous allez les libérer !

M se mit à rire, tout d'abord doucement, puis il éclata de rire.

- Ahahahaah ! Tu crois que je les ai drogués ? Vraiment ? Mais ils sont déjà libres ! Tu ne comprends pas ? Approche ma sœur, approche !!

Les prêtres s'écartèrent de mon chemin et me laissèrent avancer vers M que je pouvais à présent regarder de face. Il était grand, lui aussi. Presque plus grand que moi. Ses yeux noirs étaient emplis de malice, je pouvais le sentir. C'était un manipulateur, un fourbe, tout ce qu'il dirait ne serait que mensonge.

- Ils ont décidé de me suivre ! Et tu sais pourquoi ? Parce que je les ai libérés ! Je les ai libérés de l'esclavage, de leur conditions de sous-arcaëlliens ! Je les ai libérés de toutes leurs souffrances ! Je leur ai donné à manger, à boire, et ils sont libre de s'aimer, de forniquer comme ils l'entendent. Ils sont heureux ! Je leur ai offert le salut !
- Pour les rendre plus dociles et mieux les sacrifier ?
- Ils se sacrifient d'eux même ! Regardent comme ils sont heureux de se donner à notre dieu ! Özan est bienveillant ! Je n'ai forcé la main de personne !

Je devais pour le moment admettre que personne ne semblait forcé dans l'histoire. Ils venaient se sacrifier d'eux même. Tous ces gens semblaient si heureux de s'offrir à Özan. Cela m’écœurait profondément. Comment pouvaient-ils accepter ça sans broncher ? Et avec le sourire ? C'était impensable.

- Vous les avez manipulés ! Vous leur promettez la libération mais ce n'est qu'un mensonge.
- Ce n'est pas un mensonge ! C'est une question de philosophie ! Ils croient en moi, et ils ont raison ! Özan est notre libérateur !
- Alors pourquoi vous ne vous libérez pas vous même ? Hein ? Allez-y ! Sacrifiez-vous là, maintenant !
- Je ne le peux pas ! Un jour, oui, je m'offrirai à mon dieu, mais avant que ce jour n'arrive, je dois guider ces arcaëlliens, leur montrer le chemin vers le néant !  
- Ok ! Je crois que j'ai assez entendu de conneries comme ça pour ce soir... Votre petit cirque s'arrête ici et maintenant !! En tant que fille de Gar'Haz, pas une seule âme de plus ne sera offerte à votre dieu dévoyé !
- Gar 'Haz ? Ce petit dieu sans importance ? Ah ! Emparez-vous d'elle !!! Elle fera un parfait sacrifice pour Özan !!

Alors que je dégainais mon sabre en bois, les prêtres se jetaient sur moi. Je déviais sans trop de problème leurs attaques mais ils étaient nombreux. J'allais céder sous le poids du nombre quand un éclair frappa un petit groupe qui les mit hors combat.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Déc - 14:43
Elle m’avait embrassé, comme ça, sans raison… Eprouvait-elle ce même sentiment ? Qu’importe, je ne devais pas penser à cela ! Je fermais ma ceinture, devenant invisible, la remerciais et me mis à marcher aussi silencieusement que possible sur les dalles du temple maudit. Lorsque je fus derrière l’autel, Tahiri entra en scène. J’écoutais l’échange entre M et elle. Il puait le mensonge. Bien évidemment que la bouffe et les boissons étaient mélangées à de la drogue !

Le combat commença mais, à mon grand damne, Tahiri fut submergée. Nihil envoya un éclair qui en assomma quelques-uns. Les gardes, surpris, cherchèrent l’origine de ce phénomène. J’invoquais un loup et un singe de feu et les envoyais combattre. Je dégainais mon épée et me ruais sur le premier garde que je vis.

Il se retourna en entendant quelqu’un courir mais ne vis rien. Il écarquilla les yeux lorsque ma lame le transperça.

La fille de Gar’Haz n’est pas seule !

Hurla un combattant au regard effrayé. Je sortis mon pistolet à gemme mez et lui tirais en pleine tête. Mes animaux de feu se débrouillaient plutôt bien. Le loup planta ses crocs dans la gorge d’un adepte. En plus d’être sévèrement brûlé, il saignait abondamment. Bientôt il ne resta que deux gardes debout et M ainsi que les futurs sacrifiés.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Déc - 14:48
Ils étaient à présent tous presque à terre. Les deux derniers gardes se tenaient face à moi, me séparant de M. Autour de moi, les adeptes se levaient et sans que je ne m'y attende, ils m'agrippèrent par les bras, me suppliant de ne pas faire de mal à leur Maître.

- Vous ne lui ferez pas de mal, hurla l'un d'eux complètement hystérique.
- C'est notre sauveur !!! gueula une autre.
- Lâchez-moi ! Mais vous êtes fous ? Vous ne voyez pas qu'il vous manipule tous ?
- Tu as perdu, fille de Gar'Haz ! Vois comme mes disciples me sont fidèles ! Tu ne peux pas les empêcher d'adorer notre dieu à tous ! Gloire à Özan !!! Gloire au Dieu des dieux !
- Dites leur de me lâcher, sinon je les tue eux aussi... sifflai-je.

M se mit à rire aux éclats. Il me regarda avec malice puis avec sévérité, voyant que j'étais très sérieuse.

- Tu oserais tuer ces innocents ? Tu oserais commettre de tels crimes ? Allons ! Tu n'es pas ainsi ! Je peux le voir dans ton regard, le meurtre te répugne ! Tu te bats avec un sabre en bois pour ne tuer personne ! Tu crois vraiment que j'ai peur de tes menaces ? Tu ne vas rien leur faire ! Et tu vas mourir, sacrifiée à la gloire de notre dieu !!!
- Ouais... Je suis peut-être trop douce... mais pas « elle ».

Suggestion d'écoute:
 

J'incantais alors à haute voix pour que le fluide de vent que je maîtrisais se forme autour de moi et expulse les fidèles qui me retenaient. Je posais alors ma main sur le manche de mon épée en acier et la dégainais avec rapidité. Je ne devais pas regretter, je ne devais plus me soucier de ce qu'il se passerait par la suite. Ces adeptes avaient choisi leur camp, quand bien même ils étaient manipulés, pour eux, il était trop tard. M voulait imposer son dieu dans le combat ? Alors j'imposerai la volonté de Gar'Haz ! Je préférai encore tuer ces gens plutôt que de les laisser se rendre à Özan.

La transformation fut quasi-instantanée et les adeptes se mirent à trembler de peur devant ma nouvelle apparence. Le sabre en main je ne laissai pas un instant aux gardes qui me séparaient de M pour riposter. En un éclair ma lame trancha leur chair profondément et les laissa au sol, raides morts. Le grand prêtre d'Özan me regarda avec horreur et parti en courant, hurlant à ses fidèles.

- Mes fidèles ! Protégez moi !!! Ne la laissez pas m'approcher !!

Les fidèles se jetèrent sur moi, mais sans le moindre remord, sans la moindre parole, je me mis à les découper en pièce. Donnant des coups tout autour de moi, je me mis à danser avec la mort... encore une fois. Il n'y avait qu'une certitude pour moi à présent : M ne m'échapperait pas, Gar'Haz allait le juger et le jeter dans l'oubli éternel.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Déc - 15:50
La scène qui se joua sous mes yeux était pathétique. Les victimes protégeant leur bourreau. Lamentable. S’il n’y avait pas de drogue alors, oui, ils étaient tous fous. Les faits se jouèrent très vite. Si rapidement que je n’eus pas le temps d’empêcher Tahiri de devenir une faucheuse. Je restais silencieuse et inerte, regardant le massacre.

M passa à côté de moi. Je repris mes esprit et lui fis un croche-pied. Il s’étala de tout son long. Je m’assis sur son dos, sans enlever ma ceinture. Il se débattit tant bien que mal. Pour lui faire peur je dis d’une voix d’outre-tombe :

Je suis l’essence des innocents morts ici. Tous sous l’emprise de drogues. Maintenant, tu vas mourir toi aussi.
Il faut bien honorer Özan ! Et puis ils ne sont que des esclaves !

Je ne dis rien mais plaçais ma lame contre la gorge de M qui frissonna de peur. Devais-je le laisser à Tahiri ou pouvais-je le tuer ?

Je tournais la tête vers l’elfe. Elle était debout et inerte. Elle me faisait peur cette fois. Je fis glisser ma lame sur la gorge de M qui eut des gargouillis lorsqu’il chercha à parler. Je le mis sur le dos et ouvris ma ceinture.

Tu n’as que ce que tu mérites !

Je me dirigeais vers Tahiri et, une fois face à elle, je la pris dans mes bras et caressais ses cheveux l’implorant de revenir à elle.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Déc - 13:05
J'étais encore couverte de sang... Ils n'arrêtaient pas de venir mourir sous ma lame. Les idiots, les fous, les imbéciles. Ils voulaient être libres ? Je leur offrais la liberté, les délivrais de leur enveloppe charnelle. Voilà qui me convenait bien, voilà qui m'offrait enfin la satisfaction d'être ce que j'étais. Un petit sourire mauvais s'afficha sur mes lèvres. Je le savais, mon père était fier de moi tandis que je laissais libre court à cette folie meurtrière. Enfin je contentais sa volonté.

Lorsque tous les adeptes furent à terre, baignant dans leur sang, il ne restait plus que M à massacrer. Je tournais la tête vers lui, prête à lui faire rejoindre le néant qu'il idolâtrait tant, mais il était déjà au sol, la gorge ouverte. Soudain, la femme aux cheveux blancs réapparut à mes yeux. Comment était-ce son nom déjà ? Ah oui, Vÿ ! Ainsi donc, Vÿ n'avait pas hésité un seul instant à tranché la gorge de ce sale adorateur d'Özan, hein ? Je l'admirai en silence alors qu'elle lança à M :

- Tu n’as que ce que tu mérites !

Oh oui, il l'avait bien cherché ! Peu importe qu'il fut pacifique ou non, cet arcaëllien en avait poussé d'autres vers Özan ! Cette pourriture pouvait crever comme un porc que l'on venait de saigner. Je tournais à nouveau mes yeux vers cette femme que j'admirai de plus en plus. Elle aussi aimait-elle donner la mort ? En tout cas je fus satisfaite de ce que j'avais vu mais ça c'était avant qu'elle ne me prenne dans ses bras et ne passe ses doigts dans mes cheveux, m'implorant de revenir à moi.

La voir ainsi m'implorer fit raisonner en moi ma nature première, celle que j'étais habituellement, faisant petit à petit basculer ma conscience divine vers le sommeil. Je lâchai mon sabre dont le choc au sol provoqua un bruit qui résonna dans toute la salle. Je serrai Vÿ contre moi, enfouissant mon visage dans sa chevelure.  

- Ça... ça va aller Vÿ ! C'est bon... T'en fais pas... C'est moi. Je suis là.

J'entendis des bruits de pas à côté de nous. Je jetais un coup d'oeil rapide. C'était Nihil qui enjambait les cadavres mais il y avait quelque chose d'étrange dans son attitude. Il semblait comme inquiet. Il avança vers le chaudron rempli de sang qui se trouvait au niveau légèrement inférieur au notre. Il scruta avec minutie les symbole qui s'y trouvait avant de décider de faire tomber le chaudron, ce qui provoqua évidement un bruit terrible. Le sang se rependit un peu partout à terre.

- Le fumier... Il comptait vraiment invoquer une créature d'Özan avec ça ? Ah... Pacifiste, mon cul ! pesta Nihil.

Je relâchais tout doucement Vÿ et me tournais vers lui.  

- Aller ! C'est bon... On en a fini avec leurs manigances, faut se tirer maintenant !
- Pas tout de suite... Il faut libérer ces gens de l'emprise de ce culte...
- Qu'est-ce que tu racontes ? M est mort ! Ils vont bien finir par s'en rendre compte là dehors !  
- Et le plus tôt sera le mieux ! objecta Nihil.  

Il invoqua une lame de foudre et se dirigea vers le corps de M. Il en découpa la tête et la prit par les cheveux.

- Nihil, mais qu'est-ce que tu fous ?  

Il s'en alla vers la sortie principale du temple, là où tous les fidèles attendaient. Était-il devenu fou ? Vÿ et moi nous jetâmes à sa poursuite. Il était arrivé en haut des marches, brandissant la tête de M. Il se mit à crier et tout le monde se tourna vers lui.

- Voilà ce qui est arrivé à votre Maître !!! Voilà ce qui attend les adorateurs d'Özan ! Une mort douloureuse et pathétique ! Vous voulez la liberté ??? Allez la chercher vous même, ailleurs !!!

Nihil jeta la tête qui roula dans les escaliers alors que tout le monde s'écartait avec horreur de ce spectacle.

- Vous voulez vous battre pour la liberté ? Rejoignez les Corbeaux de Zaï'Lou, à Zaï'Han au lieu de pleurer sur votre sort ou de suivre bêtement tous ces manipulateurs !!! Que Jurk ait pitié de vos âmes bandes d'imbéciles !

Le mage s'en retourna alors à l'intérieur devant nos yeux ébahis. Je ne savais que trop dire face à cela. Était-ce de la folie, ou du pure génie ? Peut-être un mélange des deux...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Déc - 16:08

J’entendais les cris de stupeur et de tristesse. Les esclaves imploraient Özan de venir les chercher. J’espérais que la drogue dans les plats cesse de faire effet rapidement. Nihil était-il devenu fou ? Non…. Peut-être…. Je soupirais et retournais dans le temple.

Bien, nous avons vaincu M apparemment. Nous devrions rentrer maintenant. Ce temple me donne la chair de poule ! De plus les victimes vont sûrement venir venger leur gourou. Allons-y !

Je me mis en route vers le passage que nous avions emprunté à l’allée. Je descendis les marches en courant à moitié. Nihil et Tahiri sur mes talons. Une fois dehors, je constatais que le jour se levais. Nous prîmes nos montures et partîmes vers la capitale.

Le voyage dura quelques jours et ne fut pas de tout repos. D’abord la pluie, puis la neige et enfin des voleurs de grand chemin. Ces derniers avaient été évincés rapidement.

Enfin la capitale fut en vue. Je mis pieds à terre imitée par l’elfe et l’humain. Nous prîmes la direction de mon domaine. Nous confiâmes mes montures aux palefreniers. J’invitais Nihil et Tahiri à me suivre dans mon bureau. Läzen m’arrêta en disant que Nyra et mes affaires étaient arrivées. Je remerciais le tahora et ouvris mon bureau.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Déc - 13:21
- Et bien, quelle aventure, dis-je en pénétrant dans le bureau à la suite de Nihil et Vÿ.

Ils opinèrent tous les deux de la tête, mais nous en avions belle et bien terminé avec cette histoire. M ne serait plus une menace pour Arcaëlle ni pour mon employeuse : Anna Cornwall. Il fallait célébrer cela. Vÿ eut donc la bonne idée de nous sortir des verres et de nous servir tous les trois en boisson alcoolisée. Nous trinquâmes avant de boire à notre santé avant de tomber chacun dans un siège.

- J'en reviens toujours pas de ce que tu as fait quand même, Nihil...  
- Quoi donc ?

Je lui fis les gros yeux, comme pour lui signifier que c'était pourtant évident.

- Le discours, avec la tête balancée dans l'escalier ! C'était complètement dingue !
- Humpf... Vous voulez mon avis ? C'était indispensable...
- Indispensable ? Nihil... Tu as tranché la tête d'un type...
- D'un scélérat qui a manipulé des centaines de gens et les a poussé vers Özan ! Je ne souhaite à personne de rejoindre ce culte, encore moins quand ils sont drogués et manipulés ! Ce que j'ai fait, c'est les inciter à ce détourner de cette voie.
- Ou de faire de M un martyr... répondis-je froidement.

Nihil ne trouva rien à redire face à cet argument. Il avait peut-être agi dans une bonne intention, mais il était possible que M devienne, de son gisant, un martyr, une icône.

- Tu aurais préféré le laisser en vie ? me demanda-t-il.
- J'aurai préféré ne tuer personne, oui...

Le jeune mage ce tut. Dans un sens, il était d'accord avec moi. Tuer quelqu'un était toujours la pire des solutions, la plus extrême, et ce soir là j'avais décidé de dégainer mon épée et de mettre fin à la vie de plusieurs arcaëlliens, qui n'avaient rien fait de mal, hormis de croire en un sale type. Est-ce que je regrettais mon choix à présent ? Peut-être... En tout cas je n'avais pas l'esprit tranquille. Je tournais mon regard vers Vÿ. Quelque chose avait changé depuis notre arrivée à Zaï'Lou, et j'en étais terrifiée. Je me montrais beaucoup trop sensible envers elle et réciproquement. Qu'éprouvai-je pour elle à présent ? N'étions-nous toujours que deux amantes ? Si je me posais à cet instant la question, s'était probablement que non... Mais je ne pouvais pas me l'avouer à moi-même, ni à Vÿ d'ailleurs.

C'était cependant vrai, quelque chose avait changer que je pouvais accepter facilement, c'était que je faisais d'autant plus confiance à cette arcaëllienne à présent. Elle m'avait déjà sauvée plusieurs fois, et j'avais à présent mis ma lucidité entre ses mains. Elle me l'avait promis : elle sacrifierait sa vie s'il le fallait pour que je maîtrise ma nature divine. Est-ce qu'une simple amante ferait une telle promesse ? J'en doutais...  J'en étais à la fois heureuse mais aussi terriblement terrifiée. Je n'avais jamais connu ça.

- Ça va, Tahiri ? me demanda Vÿ, me faisant ainsi sortir de mes pensées.

Je devais probablement avoir l'air complètement absorbée par mes tracas pour qu'elle commence à s'inquiéter. Il n'était pas habituel que je sois aussi silencieuse.  

- Oh... heu... Ouais ! T'inquiètes pas, ouais ! Je... Juste un p'tit coup de fatigue ! Ça ira mieux après quelques verres !

Je bus une gorgée de l'hydromel qu'elle nous avait servi et lui souri béatement, pire qu'une pucelle qui découvrait son premier amour.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Déc - 16:39
J’avais servi un verre à mes deux comparses et à moi-même. Un bon hydromel vieillit en fût de chêne. Je soupirais en entendant la discussion entre Nihil et Tahiri. M était, effectivement, devenu un martyr aux yeux de ses disciples. J’espérais seulement qu’avec l’absence de substance illicite ils reprennent leur esprit.

Tahiri était silencieuse et semblait plongée dans les méandres de ses souvenirs. Nihil, quant à lui, levait bien le coude. Je demandais à l’elfe si ça allait. Elle bégaya, me sortant que c’était la fatigue et que ça irait mieux après quelques verres. Je lui rendis un sourire de jouvencelle pré-pubère affolée à l’idée de son premier baiser.

Nihil posa son verre sur le plateau du bureau. Vide. Il nous indiqua qu’il allait se reposer. Je l’invitais à reprendre la chambre de la dernière fois. Il hocha la tête et s’en alla. Je vidais mon verre d’une traite et m’en servis un autre, remplissant celui de Tahiri au passage.

Nous bûmes tout l’après-midi. Personne ne vint nous déranger. Mais l’heure du dîner approchait dangereusement. Je me levais et titubais jusqu’à l’elfe. Je pris sa main gauche dans les miennes.

Ta… Tahiri ! Acc… accepterais-t… Tu de venir ripailler avec …. Hic ! Moi ?

Je ne comptais pas l’emmener au réfectoire mais dans une taverne qui servait des plats succulents. On frappa alors à la porte.

ENTREZ ! Ha Nihil ! Tu tombes bien tu vas venir avec nous.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 17:28
Nous bûmes tout l'après-midi, parlant de tout et de rien avec Vÿ. Pour une fois nous nous tînmes sages, ce qui était fort étrange même. Je commençais à me sentir un peu mal à l'aise face à une telle absence de folie de notre part. Finalement, Vÿ brisa ce calme persistant en venant vers moi pour me prendre la main.

Ta… Tahiri ! Acc… accepterais-t…

« Accepterais-tu... quoi ??? Pourquoi elle me prend la main comme ça ? Bon sang faites que ce ne soit pas ce que je pense... »  me dis-je à moi-même.

- Tu de venir ripailler avec …. Hic ! Moi ?

« Ah putain ! Merci, elle m'a fait peur, j'ai cru qu'elle allait me demander autre chose là... » songeai-je alors que l'on frappait à la porte.

- ENTREZ ! Ha Nihil ! Tu tombes bien, tu vas venir avec nous. s'écria Vÿ tandis que Nihil pénétrait dans la pièce.

Le jeune mage nous regarda avec surprise avant d'ouvrir la bouche.

- Heu... Ah ? Comment ça ?
- T'inquiète, c'est rien ! Vÿ nous invite à aller boire et manger un coup quelque part ! Ça te tente ?
- Heu... Vous n'avez pas déjà assez bu comme ça ? Et puis... A vrai dire j'avais d'autres projets pour ce soir et...
- Ok ! On va faire ça autrement ! Tu viens avec nous, et t'as pas le choix !
- Hein ? Quoi ? Mais...
- C'est un ordre de ton chef, Nihil ! Ce soir tu dînes avec nous ! Et je ne veux pas entendre d'objection !

Nihil soupira et voulu quelque peu objecter mais je le saisis par le bras pour l'emmener avec nous. Vÿ s'en amusa et nous emboîta le pas. Nous quittâmes rapidement l'école pour nous rendre à la taverne que nous réservait mon amante. Par chance, elle avait échappé aux affres du conflit qui avait eu lieux quelques jours plus tôt à Zaï'Han. Je me souvenais bien de cette taverne car c'est là que m'avait emmené plusieurs fois la jeune humaine pour que nous nous saoulâmes jusqu'à l'ivresse.

Une fois installés à une table, la charmante serveuse qui officiait dans cet établissement nous proposa de quoi boire et manger et nous fûmes vites mis d'accord sur le sujet. Les plats ne furent pas encore servis que nous étions déjà à attaquer nos choppes de cervoise sans la moindre modération. Nihil avait une sacrée descente. Il n'y paraissait pas comme ça, mais le jeune mage levait le coude assez facilement derrière ses airs de ne pas y toucher.

La soirée allait bon train, et alors que nous mangions, je leur racontais l'histoire avec Delphine la chèvre, et comment Sëya, une amie, et moi-même avions réussi à la secourir des griffes de terribles prêteurs sur gage malavisés. Nihil éclata de rire à la découverte de l'identité de Delphine avant de nous commander de nouvelles boissons. C'est à ce moment là que je sentis le besoin de m'absenter.

- Excusez-moi les amis, mais je crois que je vais aller devoir faire un tour aux latrines !
- Charmant... releva Nihil.
- JE VAIS PISSER !!! hurlais-je alors pour mettre le mage dans l'embarras.

Le jeune humain se prit la tête dans les mains, désespéré tandis que je quittais la table pour aller faire mon affaire. Je revins quelques instants plus tard. Nihil semblait étrangement pensif et Vÿ quelque peu silencieuse. Je haussais un sourcil mais fit mine de rien.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Déc - 18:59
Je fixais les fesses de Tahiri alors qu'elle s'en allait aux latrines. Je soupirais et vidais mon verre d'un coup alors qu'il restait la moitié. Je posais le contenant sur la table en soupirant bruyamment. Je fixais alors Nihil d'un œil hagard. Il arqua un sourcil et me demanda ce que j'avais. Je posais mon menton sur le dos de ma main et répondis d'une petite voix que je devais peser le pour et le contre de ce qui me tracassait.

J'aime cette gonzesse ! Nihil, avoue le elle est parfaite.... Que ce soit son cul ou son visage y'a rien à jeter ! Mais faut pas le dire, nhe!c'est un secret, ouaip !

Je soupirais une fois de plus et lâchais un gros rôt mal odorant. La serveuse passa à côté de moi et je commandais une bouteille de rhum et trois verres. Je fixais Nihil et lui fis jurer de ne rien dire. Il marmonna que j'étais étrange mais promis de ne rien dire.

La serveuse revint avec la commande et la déposa sur la table. Je la remerciais et la payais en hurlant un merci grossier. Elle eut un sourire gêné et s'en alla. Je servis les trois verres et en donnais un à Nihil, qui le bue cul-sec. J'applaudis amusée. Puis, déjà ivre comme pas possible, j'imitais l'arcaëllien.

Je me calais au fond de la chaise et souris doucement. Je croisais les bras sur ma poitrine et commençais à me dandiner sur mon siège. Nihil se demadait ce que je faisais. Je répondis que j'avais envie de pisser. Je me levais et vis Tahiri revenir. Je fis de grands signes à l'elfe. Lorsqu'on se croisa je lui mis une tape sur le cul. Elle ricana et fit de même.

J'arrivais dans les latrines et fis mon affaire. Je due m'endormir car lorsque je repris conscience j'étais le cul en l'air et la tête par terre.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Déc - 20:22
Je me rassis à la table et tournai le regard vers le joli postérieur de Vÿ qui s'éloignait de moi. Je me tournais ensuite vers Nihil qui avait le regard hagard. Je pris mon verre en main et en reniflait le liquide à l'intérieur. Du rhum, et un bon qui plus est. J'en bus une gorgée et souris, toute contente de moi. Quelque chose cependant me tracassais. Je n'arrivais pas à me défaire de cette idée, de mes doutes. Il fallait que j'en parle à quelqu'un et Nihil était tout désigné pour ça à ce moment là.  

- Hé ! Nihil ! J'peux te parler sérieusement ?
- Hum ? Quelque chose de tracasse ?
- Ouais... En quelque sorte... Tu sais, Vÿ... c'est quand même une sacrée jolie femme !  
- Ah ça... J'ai bien remarqué que vous étiez toutes les deux très... intimes.
- Ouais... mais c'est pas de ça que je veux te parler. C'est...

Je n'arrivais pas à trouver les mots convenables. Où bien était-ce de peur que je ne voulais pas les prononcer. En tout cas j'hésitais énormément. Je me donnai du courage en avalant le reste de mon verre.

- Écoute, je... Vÿ c'est... elle est différente de tout ceux et celles que j'ai connu. Je... Je crois que c'est la première fois que je m'attache autant à quelqu'un... et... Ça me fait peur, Nihil ! Je... Je crois que je suis tombée amoureuse...

Nihil recracha ce qu'il avait en bouche, complètement surpris par cet aveu de ma part. Il me regarda avec stupeur.  

- Non mais c'est sérieux ça ? me demanda-t-il. Je veux dire... Une femme comme toi... et elle... Tu... Oh misère...
- Mais j'ai peur... M'engager ça serait... complètement nouveau et... Je suis pas sûre d'en être capable. Et avec ce que je suis... Ce dont je suis capable...
- Sur ce coup là je ne peux pas trop t'aider, Tahiri...
- Je sais... mais... mais j'avais besoin de le dire à quelqu'un... C'est juste que cette femme... elle me rend folle. Je ne me suis jamais sentie aussi bien près de quelqu'un. Et chaque fois que je la regarde dans les yeux... Rah !
- Hum... Je comprend. Tu devrais peut-être lui avouer tes sentiments.
- C... Ça va pas non ? Si... Si je lui dis, elle va fuir en courant ! Non... Je... pfff... bref... Laisses tomber !

Je me servis un autre verre et le sirotais doucement, avant de me rendre compte que cela faisait un moment que mon amie était aux latrines. Inquiétée par son absence, je me levai et allai rejoindre le coin des latrines et retrouvais alors Vÿ le cul en l'air, essayant de se relever péniblement. J'accourus vers elle pour l'aider à se mettre debout et à se saper correctement.

- Wouw ma belle ! Ben alors ? Il s'est passé quoi ? Tu t'es endormie sur le trône ? lui demandai-je en riant à moitié. J'crois que t'as un peu trop bu ma grande. Allez viens ! On va aller se rasseoir !  

Je pris la charmante humaine par les épaules et la traînais avec moi jusqu'à la table avant de l'embrasser tendrement sur le front. Je vis Nihil se relever et le regardais avec étonnement.

- Heu... tu vas où ?
- J'vous laisse ! Je crois que vous avez des choses à vous dire toutes les deux ! Bonne fin de soirée ! dit-il avec un air enjoué.
- Hééééééé !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Déc - 17:44
Tahiri était venue à mon secours dans les latrine. Je riais bêtement, ivre morte. Nihil se leva déclarant qu’il partait. Il pouvait faire ça ? Apparemment oui… Je soupirais doucement et tournais le visage vers l’elfe. Qu’allais-je lui dire ? Devais-je li révéler la vérité ? J’attrapais le verre de Nihil, encore bien rempli, et le vidais d’une traite. J’eus un hoquet de trop plein mais ne m’arrêtais pas. Il fallait que je sois pire qu’une loque pour lui annoncer ça et faire comme si j’avais oublié le lendemain.

Nihil est un petit joueur… Il n’a même pas bu la moitié de ce que j’ai ingurgité.

Je ris doucement. Une fois que ma tête se mit à tourner je la posais sur l’épaule de la demi-déesse. Je baillais à m’en décrocher la mâchoire et soupirais doucement. Je pris la main droite de Tahiri et la portais à mes lèvres. J’y déposais un baiser tendre. Je fermais les yeux tout en lâchant un rôt singulier.

Jdois te dire un truc. Mais j’ai peur de te voir fuir. Alors je bois comme une damnée pour oublier que je t’ai dit que je…. Je… Enfin…. Tu vois ? Je suis ravie d’être en ta compagnie. Mais pas que. Je t’ai… T’apprécie beaucoup.

Je relevais la tête et l’embrassais doucement. Je sentie comme une passion brûlante chez elle aussi. Mais je devais me tromper. Tahiri ne pouvait être amoureuse de moi…. Si ?

Tu… Tu m’ai…. M’aimes ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Jan - 19:03
Je restais silencieuse, ne sachant que trop répondre à Vÿ. Je voyais bien qu'elle était saoule, assez pour sortir des âneries, mais ce qu'elle venait de me dire à l'instant, et ce qu'elle venait de me demander... Je ne pouvais m'empêcher de me demander si elle était sérieuse ou non. Et cette question... Comment pouvais-je y répondre ? Que répondre à cela. Pourquoi me demandait-elle cela si elle ne ressentait pas cela pour moi ? Je ne savais pas quoi dire sur l'instant ni quoi faire. Je me mis alors à rire nerveusement.  

- Ahahahahah ! Si... Si je... Si je t'aime ? Ahahah ! Heu... aaaha ! Alors ça ! Ça c'est une question ! Une vraie bonne question ! Ah ah ! Heum... Heu...

Je pris mon verre et ainsi que la bouteille de rhum pour le remplir à ras bord avant de prendre une longue gorgée qui me brûla légèrement le gosier sur le moment me faisant tousser et presque m'étouffer. Je tapai du poing sur la table avec de me cogner la poitrine pour expulser le rhum que j'avais avalé de travers. Je me tournais alors vers Vÿ qui me demanda si ça allait et mon regard s'arrêta sur ses yeux roses. A ce moment là, mon hésitation grandit : si j'étais amoureuse, je ne pouvais pas l'accepter, je n'y arrivais pas en tout cas, avec ce que cela impliquait...

Et pourquoi pas après tout ? Pourquoi ne pourrai-je pas me permettre un peu de bonheur ? Parce que mon père était Gar'Haz ? Je devais abandonné l'idée de vivre ce genre de chose à cause de mon dieu de père ? Non... C'est à cause de ce que j'étais que je ne pouvais pas prétendre à cela. Et si je perdais le contrôle ? Si mon autre moi tuait Vÿ dans sa folie meurtrière ? Pourrai-je me le pardonner ? Pour le moment, elle était en vie et attendait une vraie réponse de ma part et pas des bafouillements incompréhensibles.

- Heu... Bah... bah tu sais... heu... Moi... Moi aussi j'ai... J'adore être en ta compagnie. Heu... C'est... c'est vrai quoi ! Je...

Je bus à nouveau une gorgée de rhum pour me donner du courage et envoyer promener mes doutes. L'ivresse était, en général, source de désinhibition. Ne risquais-je pas de dire une bêtise ?

- Pfff... Tu sais quoi ? J'vais te dire... Ça serait stupide de pas t'aimer ! Bon... tu me diras que je suis stupide, ce à quoi je répondrai : Ouais ! Grave ! Surtout que t'es belle, intelligente, raisonnablement ambitieuse, et délicieusement aussi folle que moi. Mais heu... Bah j'ai envie de dire aussi que ben... l'amour c'est... c'est un truc stupide et... du coup... je...

Qu'est-ce que je racontais ? Mais pourquoi j'ai dit des trucs comme ça ? Au secours !! C'est quoi cette mièvrerie à deux balles là ? Je fais quoi ? J'ai l'impression de retomber à l'adolescence et jouer la pucelle amourachée. C'est pas vraiment mon genre ça, si ?

- Heu... Je t'ai... Je t'ai... Je t'aiderai bien à enlever tous ces habits ! Je crois qu'on a assez bu !!! Il est temps de rentrer et de faire des cochonneries en étant à moitié ivres ! dis-je en brandissant les bras en l'air en signe de victoire.  

« Mais quelle conne... » me dis-je à moi-même.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 19:03
Ma question, sortie de but en blanc, fut évincée. J’en fus, en un sens, soulagée. Qu’aurais-je répondu si elle m’avait dit « Je t’aime ! » ? J’aurais été mal…. D’ailleurs elle fit une proposition qui me parut bien plus « sage ». Elle leva les bras au ciel. Je me levais et me retrouvais la gueule par terre, riant comme une arriérée. Je mis quelques minutes à me relever et attirais l’elfe vers moi. Je laissais une somme sur la table et nous partîmes vers chez moi. Je tombais au moins vingt fois, gloussant comme une jouvencelle qui va tirer son premier coup.

Nous finîmes par arriver chez moi. Je mis un doigt sur mes lèvres et intimais à Tahiri d’être silencieuse dans les escaliers. Nous arrivâmes à ma chambre et j’en ouvris la porte. Je poussais gentiment l’elfe à l’intérieur, fermais la porte et me jetais sur elle, lui retirant son haut.

Une fois toutes les deux nues, nous nous dirigeâmes vers le lit. Je me glissais sous la couette en plumes d’oies. Avant même que je n’ai le temps de dire ouf, je dormais. L’alcool avait eu raison de moi.

Le soleil pénétrait dangereusement dans la chambre, me réveillant. Je pestais et cachais ma tête sous la couette. Il y eut alors un pet et une odeur nauséabonde. Je sortais la tête de sous la couverture. J’insultais Tahiri qui semblait dormir encore. Je quittais le lit. M’habillant rapidement à cause du froid ambiant, je pris la porte. Me dirigeant vers la cantine, je m’installais à une table et pris un chocolat chaud. Quelle mal de crâne horrible….
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan - 18:12
J’eus à peine le temps de me déshabiller que Vÿ ronflait déjà dans le lit. Je n’en croyais pas mes yeux ni mes oreilles. Elle s’était endormie en me laissant en plan.

- Vÿ ? Vÿ !!! Putain nan ! Mais sérieux… Elle s’est vraiment endormie !!! J’y crois pas ! T’avais pas le droit de me faire ça, Vÿ !

Je soupirai et me laissai tomber sur le lit, les yeux rivés en direction du plafond. Avais-je merdé ? N’aurai-je pas mieux fait de lui avouer que je l’aimais ? Dans son état, elle n’aurait probablement rien retenu de toutes façons… Mais quand même… pourquoi m’avait-elle posé cette question ? Il fallait que j’en ai le cœur net le lendemain. Après toutes ces réflexions, ces questions sans réponse et plusieurs minutes à me tourner dans tous les sens dans le lit, je m’endormis finalement comme une masse, mon ivresse y étant pour beaucoup.

Au petit matin j’entendis Vÿ lancer des jurons avant de quitter précipitamment le lit pour s’habiller et quitter la chambre. Je grommelai avant de me tourner et me rendormir quelques minutes avant qu’un oiseau de malheur ne vienne frapper au carreau de la fenêtre. C’était ce foutu corbeau qui me suivait partout qui y tapait avec son bec.

- Pffff… Fous moi la paix ! J’ai sommeil !
- Crooooa ! l’entendis-je croasser avant de cogner à nouveau son bec contre la vitre.
- Ça va ! Ça va ! Je me lève !!! Raaaah ! Stupide animal…

Je me levai et m’habillai rapidement avant d’aller ouvrir à cet idiot de corbeau qui se posa sur mon épaule. Je refermais la fenêtre avant de quitter la pièce afin de me rendre au réfectoire. J’y retrouvais ma belle humaine qui semblait avoir quelques difficultés à se remettre de la cuite de la veille. En tout cas elle n’affichait aucun sourire ce matin là.

- Hey, ma belle ! Pas trop dur le réveil ?

Elle grogna quelque chose qui ressembla à un bonjour et rajouta autre que je ne compris pas bien. Je me saisis d’un broc rempli de café encore chaud et m’en servis avant de porter la tasse à mes lèvres, ne laissant dépasser que mon nez et mes yeux fixés sur Vÿ.

- Au fait, hier soir, tu m’as posé une question bizarre. Tu t’en souviens, non ? Pourquoi tu m’as demandé ça ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Jan - 16:41
Tahiri arriva et se servit un café. Je ne savais plus où me mettre, j’avais envie de disparaitre. Comment avais-je pu lui poser cette question ? Me voilà bien dans l’embarra. Je vidais mon bol, essayant d’esquiver ses questions. Je ne l’avais toujours pas regardé dans les yeux. Que pouvais-je faire ? Je ris de façon saccadée. Pourquoi avais-je posé cette maudite question ? L’alcool bien sûr…. Ça n’aide pas. Je soupirais doucement, devais-je feindre l’ignorance ? Ou alors dire la vérité ? La vérité la ferait fuir à coup sûr. Je grommelais quelque chose d’incompréhensible et attrapais un bout de pain. J’entrepris de le beurrer et d’y mettre de la confiture de rhubarbe.

Quel genre de question ?

Finis-je par demander sur un ton neutre. Je n’avais toujours pas regardé l’elfe depuis son arrivée. Je mordis dans mon pain et le mâchais longuement. Une fois la tartine engloutie j’attrapais un pain au chocolat et un croissant.

Tu manges pas ?

Demandais-je à Tahiri en tournant la tête vers elle. Mes yeux devaient être rouges. J’eus un pâle sourire et arrachais un bout de croissant que j’engloutis sans faire de manière. J’attrapais le pain au sésame et le donnais à l’elfe en lui ordonnant de manger un peu.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Jan - 10:56
Je soupirai longuement. Comment avais-je pu être aussi bête pour penser que sa question était venu d'autre chose que l'effet de l'alcool ? Je voulu dire quelque chose en réponse à cela, mais finalement je ne dis rien. Je restais un moment sans rien faire d'autre que boire mon café et regarder dans ma tasse.  

Tu manges pas ?

Je haussais les épaules. A vrai dire, je n'avais pas très faim à présent. Vÿ me tendit un morceau de pain et m'intima de manger. Je soupirai à nouveau et attrapai le bout de pain pour y coller une couche de confiture.

- Ouais ouais... Je vais manger quelque chose. Et oublie pour la question, dis-je un peu plus sèchement que je ne l'aurais souhaité. On dit tous des conneries quand on a trop bu. Moi la première !

J'avalais mon café en vitesse et finis ma tartine en deux bouchées. J'étais pressée de me lever pour aller faire autre chose et ne plus penser à toute cette histoire. De plus, il me fallait vérifier si mon quartier général des Corbeaux était toujours debout. Après tout, je n'en avais pas eu encore l'usage mais il restait l'endroit où je pouvais me réfugier quand j'en avais besoin.

- J'vais aller au quartier général des Corbeaux aujourd'hui, faut que j'aille vérifier si tout tient debout, si y a pas eut de pillage et si je vais encore pouvoir m'en servir. Tu viens avec moi ou tu préfère rester ici pour gérer ton école ? T'as peut-être des trucs à régler ici, nan ?

Nihil arriva et nous salua avant que Vÿ n'ait pu répondre à la question. Tout comme moi il se servit du café et prit un fruit pour tout repas du matin : une pomme. Il nous fixa toutes les deux alternativement, comme s'il cherchait à sonder nos pensées, nos gestes. Après un moment il soupira, visiblement déçu ou excédé. Il roula des yeux en l'air et prit une nouvelle gorgée de café, gardant le silence.

Je me tournais vers mon amante et lui posais alors à nouveau la question de savoir si elle m'accompagnait ou pas. Nihil semblait en tout cas intéressé pour venir, ce qui paraissait normal étant donné qu'il avait plus ou moins officiellement rejoint les Corbeaux.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Jan - 11:04
Je jouais nerveusement avec mon bout de croissant avant de l’enfourner dans ma bouche. J’avais menti et ça me mettait mal à l’aise. Je me souvenais parfaitement de ma question. « Tu m’aimes ? ». Ça se répétait en boucle dans ma tête. Tahiri me plaisait et m’attirait de plus en plus. J’étais faite comme un rat. L’amour peut détruire les belles amitiés.

Nihil arriva et nous salua avant de nous zieuter comme un chasseur. Il soupira et s’installa à table face à nous. Tahiri m’avait posé une question et la réitéra. Je répondu d’une voix douce que malheureusement j’avais à faire ici. Elle sembla légèrement contrariée mais ne dit rien.

Je me levais, saluais l’humain puis l’elfe. J’allais vers mon bureau d’un pas peu sûr. J’avais envie que Tahiri me court après, m’attrape et me dise « Je t’aime ! » puis qu’elle m’embrasse fougueusement. Mais ça n’arriva pas. J’étais devant la porte de mon bureau et rien de tout ça n’était arrivé.

J’ouvris la porte et entrais dans la pièce. J’allais m’asseoir sur mon fauteuil et fixais le plafond. J’étais une idiote. Une parfaite imbécile. Je soupirais doucement et attrapais le courrier. Il y avait une belle pile de missives. J’ouvris la première et la lue avec attention. Et ainsi de suite.


Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Jan - 11:00
Sans un mot, je me levais de table. Je comprenais parfaitement que Vÿ ait beaucoup de choses à faire ici, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être quelque peu déçue. Nihil suivit mes pas jusqu’à l’extérieur de l’école-écurie et me tapota l’épaule pour réclamer mon attention.

- Je suppose, au vue des têtes que vous faisiez toutes les deux, que tu ne lui as rien dit.
- Rien dit sur quoi, Nihil ? Sois plus précis…
- Oh !!! S’il te plaît ! Tu sais très bien de quoi je parle ! Arrête de jouer au jeu du chat et de la souris. Dis lui ce que tu ressens !
- C’est pas aussi simple… dis-je en haussant les épaules après un moment d’hésitation.

Le jeune mage soupira. Il trottinait à côté de moi, essayant de rester à mon niveau. Il fallait dire que j’étais bien plus grande que lui et qu’en conséquent, chacune de mes enjambées allait plus loin qu’une des siennes.

- Tu dois lui dire ! Tahiri… Tu te souviens de notre discussion le soir où t’as essayé de partir seule ?

C’était à mon tour de soupirer. Je m’arrêtai en chemin et levai les yeux au ciel avant de me tourner vers magicien qui me regardait fixement.

- Oui… Je me rappelle, oui ! Tu m’as électrocuté d’ailleurs ce soir là !
- Certes, mais ce n’était pas le plus important à retenir ! Je te l’ai dit : Vÿdareen est ta meilleure chance d’arriver à contrôler ton pouvoir. Toutes les deux… Il y a un lien fort qui vous uni même si vous ne voulez pas vous l’admettre. Et… Tu ne peux pas continuer à refouler ce sentiment, Tahiri !
- Je te l’ai déjà dit… c’est plus compliqué que ça…
- Pourquoi ? Parce que tu n’as jamais voulu t’engager ? Parce que tu as peur de tout perdre ? Bon sang, Tahiri ! Tu sais tout comme moi que la vie peut être courte… très courte ! Avec tous les dangers qui rôdent en Arcaëlle, il y a des milliers de façons de mourir prématurément. Alors je crois que tu devrais justement lui avouer ce que tu ressens pour elle, avant que ça ne soit peut-être trop tard !

Il n’avait pas tout à fait tord le bougre. Je me mis à le fixer avec attention tout en songeant à ce que je devais faire. J’avais peur que Vÿ réagisse mal, ou que cela change notre relation à jamais, mais au vu de ce qui s’était passé  ce matin c’était peut-être déjà trop tard pour se soucier de cela. Et si je lui avouais mes sentiments ? Cela changerait-il quelque chose à notre relation ? Je craignais qu’elle ne s’attache trop à moi et moi à elle, mais comme le disait Nihil, la vie pouvait être courte… Si je ne faisais rien, aurai-je des regrets ? Très certainement.

- Je… Tu… Tu as peut-être raison…
- C’est une certitude, même ! J’ai toujours raison !

Quelle prétention… Ce jeune mage ne manquait pas de confiance en lui, ça, c’était certain. Cependant, il m’agaçait avec son air supérieur et sa façon de faire comprendre à tout le monde qu’il était plus malin que les autres.

- Toujours, hein ? Pfff… Quelle prétention, mon cher petit mage ! Bon… qu’est-ce que tu proposes que je fasse, toi qui a toujours raison ?
- Être honnête avec elle, lui dire simplement, avec tes mots à toi, la vérité sur ce que tu ressens pour elle. Il y a tellement de façons différentes de dire « je t’aime »…
- Je… « Je t’aime » ? répétais-je avec embarras.
- Allez, Tahiri ! Accepte ça et ça sera beaucoup plus facile à lui avouer…

Je hochais de la tête avec quelque peu d’embarras. Il avait raison, encore une fois. C’était décidé, ce soir j’allais avouer ce que je ressentais à Vÿ, d’une manière ou d’une autre.

- Je vais le faire… Ce soir je… Je vais lui avouer.
- C’est une bonne chose ! Bon… Allons-y, chef ! On doit aller voir comment se porte notre QG.
- Ouaip !

Nous partîmes en direction du quartier général des Corbeaux de Zaï’Lou. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque l’on vit, dans la rue, une masse importante de gens agglutinée à l’entrée de la porte.

- C’est quoi ce bordel ? m’étonnais-je.
- Je crois savoir ! répondit le mage avec un sourire satisfait.
- Tu m’expliques ?

Nihil s’approcha du groupe et tendit ses bras en l’air pour réclamer l’attention de cette petite foule. Tous se tournèrent vers lui et la réaction fut assez immédiate et unanime. Tous le reconnaissaient et acclamèrent son arrivée.

- C’est lui ! C’est le mage qui nous a délivré du Maître !
- Les Corbeaux de Zaï’Lou ! Ce sont les Corbeaux de Zaï’Lou !

- Sérieusement ? m’écriai-je. Ce sont… ce sont les types du temple de M ?
- On dirait bien, me répondit sobrement Nihil. Et je pense qu’ils sont venus répondre à ma proposition.
- Ta proposition ? Tu veux dire… Que tous ces types veulent être engagés ?
- Visiblement, oui ! dit-il avec une satisfaction non dissimulée. Je vous demande votre attention, s’il vous plaît !

Tous arrêtèrent de parler et se tournèrent vers le mage qui avait le sourire jusqu’aux oreilles.

- Nous sommes effectivement les Corbeaux de Zaï’Lou ! Certains d’entre vous, sont venus, je l’imagine, dans l’espoir d’être recrutés parmi nous !
- Ouais ! s’écria l’un d’eux, un peu trop enthousiaste.

Nihil leva la main pour réclamer à nouveau le silence.

- D’autres sont peut-être venus simplement pour nous remercier ou nous demander conseil. Vous serez tous entendus, peut-être pas tous aujourd’hui, mais nous promettons de porter attention à chacun d’entre vous. Je vous demanderai donc d’être calmes, disciplinés, et de ne pas causer de problème aux habitants du quartier. Merci de votre compréhension. Maintenant si vous le permettez, veuillez vous écarter afin que nous puissions entrer dans nos locaux et commencer à vous faire venir chacun votre tour.

Il y eut des cris d’approbation et tous s’écartèrent de notre chemin pour nous  laisser passer.

- Et ben, putain… ça va nous prendre la journée à passer tout ce beau monde en entretien d’embauche.
- Je ne te le fais pas dire… Il va falloir trier le bon grain de l’ivraie ! On s’y prend comment ?
- D’abord on voit qui sont les plus motivés, ensuite on leur fait tous passer des tests d’aptitudes physiques ou de fluide. Tu te chargeras de ce dernier en l’occurrence.
- Cela va de soit !

Lorsque nous arrivâmes à la devanture de notre quartier général, nous ne pûmes que constater l’étendu des dégâts. Les vitres avaient été pour la plupart brisées, le mobilier saccagé, et il ne restait plus grand-chose de valeur à l’intérieur du bâtiment même s’il n’y en avait jamais vraiment eu.

- Bon… Va falloir remettre tout en place… la galère… et je te parle même pas des réparations à faire…
- Ça va aller, Tahiri ! On arrivera à remonter la pente ! Y a pas de raison.
- Je l’espère…

Et ainsi démarra une longue journée, fastidieuse, afin de remettre en état nos locaux et faire passer un à un les candidats qui se présentaient à nous. Parfois nous décelions un bon potentiel chez certains, parfois nous tombions sur de véritables cas désespérés. Cela dura ainsi jusqu’au soir. Nous ne quittâmes nos locaux que tard et j’espérais sincèrement que Vÿ nous attendait encore. Nous laissâmes également nos potentielles futures recrues s’installer à l’intérieur du bâtiment. Même si les fenêtres ne protégeaient plus vraiment du froid, et que les lits étaient en piteux état, il restait tout de même de la place pour s’installer et ils avaient un toit au-dessus de leur tête.

Nous regagnâmes l’école-écurie de Vÿ et retrouvâmes celle-ci dans son bureau. Elle était soigneusement en train de vérifier les comptes de son établissement, un verre de liqueur de framboise à portée de main. Elle leva ses splendides yeux roses vers moi, nous signalant que nous arrivions un peu tard.

- Désolée… On a eut pas mal de choses à faire au QG… Mais je t’expliquerai ça plus tard. Faut que je te parle d’un truc… Nihil tu veux bien nous laisser, s’il te plaît ?
- Je serais au réfectoire si vous me cherchez.
- Ok !

Nihil quitta la pièce et referma soigneusement la porte derrière lui. C’est avec une certaine appréhension que je m’approchais de Vÿ pour me mettre face à elle, de l’autre côté de son bureau. Mon cœur battait la chamade, ce qui était d’autant plus difficile pour moi de garder mon calme et de m’exprimer convenablement.

- Heum… Je… Je voulais te parler d’un truc important… parce que j’ai bien réfléchi… Oui, aussi surprenant que ça puisse paraître, ça m’arrive de réfléchir parfois !

Je me mis à rire nerveusement et Vÿ en fit de même, m’accompagnant dans mon embarras.

- Je repensais… à ce qu’on a dit l’autre fois… à propos de… tu sais… m’aider à contrôler mon pouvoir divin, tout ça… Ça m’a beaucoup… beaucoup touché ce que tu m’as dit à ce sujet, que tu… que tu sacrifierais ta vie pour… pour m’aider à le maîtriser. Et… Et je me rends compte… que ce n’est pas n’importe qui qui aurait pu me dire ça, qui… m’aurait montré autant d’intérêt, autant… qui serait prêt à faire ça pour moi. Et… j’ai peur… j’avais peur que… avouer ce que j’ai à t’avouer… change un peu les choses entre nous, avant de me dire qu’en fait… les choses avaient déjà changé… sans que je ne veuille l’admettre.

Je ravalais ma salive, essayant de rassembler tout mon courage pour enfin avouer ce que j’avais sur le cœur.

- La vie… peut être courte, un peu moins pour moi qui suit une elfe, mais… je ne suis pas à l’abri d’une mort prématurée. Et… je crois que je pourrais être rongée de regrets si… si je ne te dis pas ce que j’ai… sur le cœur. Vÿ, je… je… Je tiens, vraiment, beaucoup à toi. Je ne te demande pas de… de changer quoique se soit. Je veux juste que tu saches que… tu comptes plus pour moi qu’une simple aventure, un peu plus qu’une simple amante… Et… moi aussi je serais prête à mourir pour te protéger !

Je me mis à hésiter quelques secondes, repris un peu mon souffle, inspirai profondément et finis par dire :

- On a vécu beaucoup de choses… des choses fortes depuis qu’on s’est retrouvé à Juier. C’est ça qui… a fait changer un peu les choses… ou du moins l’intensité des émotions que je ressens pour toi… Heum… Je voulais juste, que tu le saches. Que tu saches que je serais toujours là pour toi. Peu importe ce qui arrive, je reviendrai toujours… auprès de toi.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 238

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Hazeben-