Sexe, alcool... et Hayert'Vaäls ? - Partie 3

 :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Zaï’Han (Capitale) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 7 Déc - 9:46
J'avais obéi à Vÿ et était partie me reposer dans sa chambre. Très vite l'ennui me gagna... ça et les idées noires. Je ne pouvais m'empêcher de ressentir de la culpabilité pour les personnes que j'avais massacré. Bien sûr, je n'avais pas était maîtresse des mes actes mais ça ne les excusait pas. C'est quand je me mis à songer à me tailler les veine pour ne plus jamais causer de problème à personne que je décidai de quitter la chambre. Je sortis discrètement de l'établissement pour aller dans les rues. Tout était morbide. Les corbeaux volaient en cercle dans le ciel, on entendait les pleurs des proches des victimes et les cris menaçant des pirates emprisonnés qui juraient vengeance se répercutaient en échos dans toute la ville.

Je ne pouvais qu'assister à tout ce désastre. Les corps étaient emmenés par centaines vers le cimetière de la ville. Un spectacle désolant. J'en voulais toujours au Royaume d'avoir causé tout ce remue-ménage, et aux pirates et marchands d'esclaves, mais pas autant qu'à moi. Je pénétrai dans une taverne, éventrée par un tir de canon. Il n'y avait pas de mort par ici, personne n'avait été là, à ce moment. Une bonne chose au moins. Je fouillai dans les décombres et trouva une bouteille de uisge, une eau de vie de malt particulièrement prisée par ici. Elle était pleine et intact à mon grand soulagement. Je la débouchai et en bus une longue gorgée.

En sortant de là, j'entendis alors quelque chose, un petit chuintement. Je me tournai en arrière et remarquai alors un petit garçon recroquevillé dans un coin. Je soupirai.

- Pitié... Dis moi pas que je dois te sauver toi aussi...

Je fis comme si je ne l'avais pas vu puis m'arrêtai un instant. Je finis par céder à mon bon fond et fis demi-tour pour le prendre par la main. C'était un elfin, il avait à peine huit ans à tout casser. Il continuait de pleurer de façon presque inaudible.

- Hé... Hé p'tit ! P'tit ça va ? T'es pas blessé au moins ?

Il me fit non de la tête.

- Tu sais où sont tes parents ?

Il me fit à nouveau non de la tête. Je soupirais.

- Tu peux me dire ce qu'il t'est arrivé ?
- On... On s'est fait attaquer par des brigands ? Maman et papa m'ont dit de me cacher... Au début je me suis caché dans une ruelle... et... et ils ont enlevé maman, alors papa est parti à son secours en me disant de rester caché...
- Oh putain... pitié par un orphelin... me murmurai-je à moi-même. Bon... Petit... écoute... Je...

Je réfléchis  un instant et me souvint des paroles de Nihil la veille. Je pouvais faire le bien, malgré ma nature j'avais déjà fait le bien. Oui, je pouvais aider ce petit. J'ouvris la bouteille d'eau de vie et en bus une nouvelle gorgée avant de la refermer.

- Je vais t'aider, ok ? On va les retrouver... C'est quoi ton nom ?
- Billy, m'dame.
- Oh non, pitié... pas ce cliché... Sérieusement...
- Hein ?
- Rien... Fais pas attention à ce que je dis...
- Je crois que vous avez trop bu...
- Ça te regarde pas ça...  Tu veux que je t'aide à retrouver tes parents oui ou non ?

Il me fit oui de la tête.

- Bon... alors tu vas me suivre. Je vais faire ce que je peux !

Je passai donc toute la journée avec Billy, cherchant ses parents dans toute la ville. Entre deux gorgées d'eau de vie, je donnais des coups de mains à des passants, des blessés, ou des personnes qui avaient besoin de bras en échange d'informations pour retrouver les parents du petit. Je dus même m'abaisser à aider des soldats du Royaume qui tentaient de calmer un type qui avait pété les plombs et qui menaçait tout le monde de son arbalète. J'avais évité le carnage avec un peu de baratin. Finalement tout s'était fini sans violence.

Le soir venu, ma bouteille était presque vide et Billy n'avait toujours pas retrouvé ses parents malgré mes investigations. J'étais revenue à l'école de Vÿ avec le petit et l'avait confié à une des institutrices qui avaient bien voulu s'en occuper. Une femme beaucoup plus aimable et adaptée à la garde d'enfant que je ne l'étais. J'étais tout juste arrivé pour le repas. Je finis la bouteille durant celui-ci avant que Vÿ ne m'invite à aller me coucher.

En pleine nuit je me réveillai, incapable de me rendormir. Je soupirais et grognais avant de me lever, pour quitter la chambre, non s'en mettre habillée. Je gagnai le bureau de Vÿ pour feuilleter les documents que Nihil avait trouvé. J'ouvris également le coffre où je savais que mon amante gardait quelques bouteilles et me servis un verre d'alcool fort. Je continuais d'éplucher les documents et tombai finalement sur une lettre. Comment n'avions-nous pu pas nous en inquiéter ? Personne ne l'avait donc lu ? Ce qu'elle relatait me glaça le sang. Je vidais à nouveau un verre et me pris la tête dans les mains.

Je sortis du bureau en trombe et allai rejoindre la chambre de Nihil pour le secouer violemment, ce qui le réveilla en sursaut.

- Nihil ! Debout !!! On y va !!!
- Hein ? De... de quoi ? Mais... Mais il fait encore nuit Tahiri ! L'aube n'est même pas levée !
- DEBOUT !!! Prépares tes affaires !!!

Je sortis de la pièce en vitesse et couru jusqu'à la chambre de Vÿ pour la réveiller tout aussi brutalement.

- Vÿ !! Vÿ réveilles-toi ! Faut qu'on bouge maintenant ! J'en suis sûre maintenant ! Ils vont les sacrifier dans quelques jours ! C'est bientôt la pleine lune, j'ai trouvé une lettre ! Il y a eut une demande de plusieurs esclaves, une grande quantité, elle doit se faire avant la prochaine pleine lune. Il faut qu'on bouge ! Si on ne part pas maintenant on y arrivera jamais à temps.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 175

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Déc - 15:06
Je sursautais lorsque Tahiri me réveilla avec la plus grande « douceur ». C’est-à-dire en hurlant à moitié et en me secouant. Je grognais et me tournais offrant mon dos à l’elfe. Elle parlait vite et c’était quasiment incompréhensible. Tout ce que je retins fut « pleine lune » et « sacrifice ». Je m’extirpais des couvertures et insultais la demi-déesse. Encore endormie à demi, je m’habillais avec une certaine lenteur. Ensuite j’alliais à mon bureau prendre ma besace où se trouvait la carte.

Tahiri nous pressait avec Nihil. Ce dernier semblait d’une humeur massacrante. Nous nous dirigeâmes vers les écuries. J’appelais Sally et ses deux frères, Altos et Roméo. Altos était aussi noir que sa sœur. Quant à Roméo il était d’un roux tendre. Je sellais mes trois bsurts et confiais Roméo à Tahiri. Nihil semblait craintif face à Altos. Je rassurais le jeune arcaëllien, lui assurant qu’il ne se ferait pas manger.

Nous lançâmes nos montures au galop dans la ville silencieuse. Une fois à l’extérieur nous prîmes la direction d’Hazeben.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 126

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Zaï’Han (Capitale)-