Doux retour ?

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 29 Oct - 15:07
Nous avions pris le bateau jusque Cescan et nous nous étions rendues à ma demeure avec Morianne et Scathach. La sorcière était encore faiblarde et, par conséquent, je l’avais fait monter sur un cheval que j’avais acheté. Le ciel était gris et, à n’en pas douté, une pluie allait tomber. Nos camarade prirent des chemins différents pour rendre visite à leur famille et amis.

Nous arrivâmes devant chez moi où j’avais fait parvenir une missive annonçant mon retour. Une des servantes, Annabelle, nous attendait devant la maison. Elle me salua avec distinction ainsi que Morianne et sa mère. Jofän, un écuyer, aida Scathach à descendre de sa monture et emmena le cheval à la robe brune et blanche.

Loreleï était là, elle me salua avec une certaine froideur. Je soupirais et lui présentais la sorcière. Elle la salua avec un peu plus de chaleur que moi. Morianne fut saluée avec froideur aussi. Je demandais à Jaël de montrer sa chambre à Scathach. La haute prêtresse de Thaä nous invita à la suivre dans le salon où étaient disposées diverses douceurs et boissons.

Comment s’est passé votre séjour à Kaïl ?
Plutôt bien malgré quelques petits combats…. Et une entente avec son altesse le Prince.
Oh rien que ça. Quelle est cette entente ?
Réussir à convaincre les puissants que l’esclavage est passé de mode.
Bien, bien, bien... Et comment allez-vous vous y prendre, Morianne ?
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct - 10:29
Nous étions enfin de retour à Cescan, citée où je découvris la vie urbaine pour la première fois de mon existence. C'est avec plaisir que j'en redécouvris brièvement les rues en compagnie de notre petit groupe qui se sépara au fur et à mesure, tous mus par la volonté d'aller à la rencontre de proches ou de découvrir la citée. Nous gagnâmes quant à nous le manoir des Nazen, ou plutôt de la seule Nazen encore en vie, bien que je me considérais presque comme l'une d'entre eux.

Les cloches du temple de Thäa sonnaient les coups de quatre heures de l'après-midi quand nous arrivâmes devant les grilles de la demeure. Le jardin était toujours aussi splendide et la façade aussi bien entretenue. Scathach observa avec intérêt tout ce qui nous entourait et se tourna vers moi pour me demander.

- Alors c'est ici que vit Sëya ?
- Oui, sa mère adoptive habitait ici... maintenant il n'y a plus que nous... et Loreleï visiblement !
- Loreleï ?

Scathach se tourna et put alors faire la rencontre de la haute prêtresse. J'étais toute aussi surprise de la voir ici. Je la pensais encore à Kaïl, mais visiblement, elle avait décidé de revenir ici. Sûrement que la vie du temple avait réclamé son attention. Mais pourquoi était-elle dans la demeure des Nazen ? Après quelques salutations assez froide à notre encontre à Sëya et moi-même, elle nous convia à la suivre jusqu'au salon pour y prendre le thé. Il y avait évidemment des douceurs qui nous y attendaient en plus du thé.

- Comment s’est passé votre séjour à Kaïl ? nous demanda-t-elle.
- Plutôt bien malgré quelques petits combats…. Et une entente avec son altesse le Prince. répondit mon aimée.
- Oh rien que ça. Quelle est cette entente ?
- Réussir à convaincre les puissants que l’esclavage est passé de mode.
- Bien, bien, bien... Et comment allez-vous vous y prendre, Morianne ?
- Hein ? Moi ? Mais je n'en ai aucune idée ! Je suis une nomade, pas une citadine, encore moins une noble ! Je n'y connais rien moi, à vos histoires !
- Et bien il va falloir vous y connaître. Si vous voulez convaincre les nobles de Cescan d'abandonner l'esclavage...
- Pas seulement ! Il va falloir aussi lutter contre les esclavagistes, ceux qui réduisent en esclavage de pauvres arcaëlliens !
- C'est une histoire d'offre et de demande, Morianne ! Thäa sait à quel point je déteste l'esclavage, mais tant qu'il y aura des nobles pour avoir sous leur coupe des esclaves, il y aura forcément des gens mal attentionnés pour réduire en esclavage de pauvres arcaëlliens comme vous le dites.
- Alors nous allons avoir deux fronts à combattre ?
- J'en ai bien peur...

Nous restions un moment silencieuses. Pour passer le malaise de ce moment sans mot, je me mis à grignoter quelques gâteaux. Ils étaient vraiment bon. Pouvions nous continuer, avec Sëya, de réclamer la maison des Nazen en combattant l'esclavagisme ? Cela me semblait soudainement fort compromis. Nous n'avions pas vraiment de travaille pour gagner tout l'or qu'il fallait pour entretenir cette grande maison. Et d'abord, d'où venait toute cette richesse ? Je commençais à avoir des doutes... des questionnements. Sëya avait été recueillie comme esclave puis anoblie. Est-ce que cela ne faisait pas de l'esclavage une bonne chose ? Mais en vérité, elle avait sûrement eu de la chance de tomber sur la famille Nazen. Peut-être que les choses se seraient passé différemment dans une autre maison. Je ne comprenais décidément rien à tout ça.

- On pourrait se servir de la notoriété de Sëya en tant que fille de Thäa. Je crois que c'est ce que voulait le Prince...
- Je ne suis pas sûre que ce soit très... noble de se servir de cela, Morianne. Se servir du nom de Thäa pour imposer cela...
- Quoi ? Pour proclamer la liberté de tous les êtres vivants sur Arcaëlle, c'est pas bien d'utiliser le nom de Thäa ? Je crois que si, au contraire ! Nous devrions... Ce qui m'embête un peu plus, c'est que Sëya fût esclave et affranchie... Comment pourrions-nous rendre cela crédible ? Même à mes yeux, cela fait de l'esclavage quelque chose de... pas forcément mauvais... Je sais que certains ont moins de chance que toi, Sëya... Mais... Mais tu en es arrivée là, grâce à ça... Je... Je ne sais pas quoi faire... Ça parait un peu hypocrite, non ? Surtout que nous avons une grande demeure avec des domestiques...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct - 16:31
J’écoutais Morianne avec attention ainsi que Loreleï. Leurs points de vue étaient faussés. Bien évidemment que d’annoncer mon ascendance divine serait utile sauf si l’on tombait sur un adorateur d’Özan. Je soupirais doucement et dis que l’esclavage était un fléau. Que, dans mon malheur, j’avais eu beaucoup de chance. Si la fille de ma mère n’était pas morte je serais toujours esclave. J’expliquais aussi que ma mère avait fait ces démarches car je lui rappelais sa défunte fille. J’avais donc, par conséquent, eus beaucoup de chance.

Je fixais la Grande Prêtresse de Thaä et lui dis calmement que nous arriverions à convaincre les bourgeois et noble mais que pour cela nous aurions besoin d’aide. Je lui demandais donc de nous bénir en mettant le genou droit à terre. Surprise et choquée qu’une enfant de son Dieu s’agenouille face à elle, elle bégaya des choses incompréhensibles. Morianne s’agenouilla à son tour. Loreleï, bien forcée, nous bénie.

Une fois la bénédiction finie, je me rassie dans le fauteuil et pris une tartelette au chocolat blanc. Ma protectrice se leva et alla à la fenêtre. Elle me demanda si elle pouvait nous accompagner. Au cas où. Je regardais ma dulcinée et lui posais la question suivante :

Cela te dérange-t-il ? Personnellement ça m’arrange d’avoir l’appui d’une Haute prêtresse. Et, plutôt que de vadrouiller dans tout Yban, je propose d’écrire des invitations à venir gouter le vin des Nazen. Nous avons des vignes en dehors de la ville et nos employés fabriquent du vin que l’on revend ensuite. Même si ça rapporte pas mal, le faire goûter serait un avantage à en vendre plus. Qu’en penses-tu ?

Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Nov - 16:31
Oui... Sëya avait eu beaucoup de chance... Maintenant qu'elle même le disait, il était évident que l'esclavage était une mauvaise chose. J'avais été stupide de songer à un bon côté de la chose. Ou peut-être pas ? C'était peut-être une forme d'intelligence que de penser que les choses n'étaient pas toujours noires ou blanches. Mais il est également possible que je n'avais pas vu tout ce que représentait l'esclavage, peut-être parce que j'ignorai en réalité ce qu'il était exactement.

Après avoir reçu la bénédiction de la Grande Prêtresse, une deuxième réponse s'offrit à moi, mon questionnement sur la provenance de l'argent de la famille Nazen : des vignobles. C'est ainsi que les Nazen avait fait fortune. Je comprenais mieux à présent.

- Cela te dérange-t-il ? Personnellement ça m’arrange d’avoir l’appui d’une Haute prêtresse. Et, plutôt que de vadrouiller dans tout Yban, je propose d’écrire des invitations à venir goûter le vin des Nazen. Nous avons des vignes en dehors de la ville et nos employés fabriquent du vin que l’on revend ensuite. Même si ça rapporte pas mal, le faire goûter serait un avantage à en vendre plus. Qu’en penses-tu ?

Je réfléchissais un instant. L'appui d'une Haute Prêtresse était un avantage considérable. La question ne se posait même pas. Ce qui en revanche, me tracassait, c'était cette idée d'invitations. Il fallait que je dise à voix haute et intelligible ce que j'en pensais. Je me penchais à la fenêtre, et observa que le soleil était déjà en train de ce coucher. L'hiver approchait à grands pas, les jours se faisaient de plus en plus courts. L'astre diurne était d'or à cette heure là de la journée et j'en admirai les derniers rayons. Dans une heure il aurait totalement disparu.

- Nous avons besoin de votre appui, Loreleï... Plus que jamais... Quant à cette histoire de vin et d'invitation...

Je me tournais vers Sëya en soupirant.

- Je ne sais pas... Je ne suis pas très douée pour deviner les intentions des gens. Peut-être que certains, lorsqu'on leur parlera d'abandonner l'esclavage, feront oui de la tête... mais n'en feront absolument rien et comploteront contre nous.
- C'est même certain, Morianne ! déclara Scathach qui venait de nous rejoindre.
- Tu n'es pas allée te reposer ? lui demandai-je.
- Cela attendra bien quelques minutes, je ne suis pas mourante. Quant à savoir si des gens comploteront contre vous avec ce plan là... c'est sûr et certain ! Mais je n'en vois pas de meilleur ! La fille de Thaä a raison... Vous devez tenter cette carte ! Vous devez cependant vous assurer que le Prince tient sa parole et vous offre son appui dans cette entreprise ! Sinon vous risquez d'être vite débordées par de nombreux ennemis.
- Nous aideras-tu ?
- Tu oses me poser la question ? C'est évident, je vous aiderai ! Je me dois de protéger la fille de Thaä et la mienne par la même occasion.
- Merci, mère !
- C'est bien normal, mon enfant... Tu l'as dit toi-même ! Nous sommes une grande famille, et les membres d'une famille s'entraident !

Je souriais à la sorcière, qui me rendit la pareille. J'étais heureuse de l'avoir à nos côtés, avec sa sagesse, ses pouvoirs, et sa bonne volonté, il était sûr que nous avions plus de chance de l'emporter.

- Ok, Sëya ! Nous essayerons d'entrer en contact avec le Prince quand nous nous mettrons à cette tâche. Pour le moment, je pense que l'on devrait penser avant tout à se reposer.
- Et si nous allions visiter ces vignobles et y goûter le vin, demain ? Cela serait reposant et agréable, non ? proposa Scathach.
- Hum... ce n'est pas une mauvaise idée, mais je passe mon tour quant à la dégustation de vin... rétorquai-je. Qu'en penses-tu Sëya ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Nov - 17:13
Scathach était entrée et donnait son avis. Oui, c’est vrai, nous risquions de nous faire des ennemis mais qu’importe, nous avions le soutient du Prince Mzékils’Han. De plus nous avions deux arcaëlliennes d’âge mûre pour nous aider dans notre tâche ardue.

La sorcière proposa que l’on aille dans les vignoble demain afin d’y goûter son vin. Je souris et, après une courte réflexion, j’acceptais. Morianne voulait du repos et, je l’admets, moi aussi. Quelques jours à flemmarder ne me feraient pas de mal.

C’est entendus, demain nous visiterons mes vignobles et en goûterons son fruit. Ma chérie, tu ne sais pas ce que tu loupe en refusant de goûter ne serait-ce qu’une gorgée de notre vin. Nous faisons du blanc et du rouge.

Je souriais de toutes mes dents et pris un caramel mou que j’engloutis rapidement. Je proposais à la mère de Morianne de prendre un thé avec nous puis d’aller se reposer. Nous y compris.

Lorsque les douceurs furent englouties tout comme le thé, je me levais et pris la main de Morianne. L’entrainant vers ma chambre sans un mot, je montais les escaliers. J’ouvris la porte de mes appartements. Je vis que la salle d’eau était prête. Un grand bain chaud nous attendait. Sans faire attention à ce que pourrait penser ma dulcinée, je me mis nue comme un nouveau-né. Frissonnante, je me glissais dans l’eau limpide. Je fis signe à mon aimée de me rejoindre.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 17:08
Je n’aimais pas trop l’idée de boire du vin, j’avais un mauvais souvenir de l’alcool, quoique celui aux noix que j’avais bu lors de la fête au Domaine était passé tout seul ; mais pour quel résultat. Une envie furieuse de faire l’amour avant de m’endormir lamentablement avant qu’il ne se passe quoique se soit. Je promis tout de même à ma bien aimée de faire un effort.

Après notre collation, Sëya nous mena toutes les deux à sa chambre pour y prendre un bain. Sans même attendre le feu vert de ma part, elle se dévêtit et plongea dans l’eau chaude avec plaisir. Elle me fit signe de la rejoindre.

- J’arrive, mais essayons de ne pas en renverser partout cette fois ! dis-je à moitié amusée.

Elle se mit à rire également. Le souvenir de notre dernier bain ici était encore frais dans nos esprits : cela avait fini en pataugeoire, avec plus d’eau à l’extérieur qu’à l’intérieur de la baignoire. Nous nous forçâmes donc, une fois toutes les deux à l’intérieur, à ne pas nous agiter et mettre de l’eau partout… cela ne dura pas bien longtemps. Alors que je m’amusais à faire des bulles avec la bouche dans l’eau du bain, Sëya commença à m’arroser et cela fini en bataille d’eau, puis en bataille de chatouilles avant que nous vienne l’envie de faire quelques galipettes. Évidemment le sol était trempé à présent et il faudrait encore sécher tout ça, mais nous étions jeunes et bêtes, aussi cela ne nous gêna pas sur le moment. C’est lorsque nous sortions du bain et que nous épongions le sol que cela nous parut plus pénible.

Je profitais d’un moment où Sëya essorait la serviette totalement trempée au-dessus de la baignoire pour lui donner une tape sur les fesses. Elle sursauta et me lança un regard réprobateur avant de se jeter sur moi pour me chatouiller sous les aisselles.

- Naaaaaaaaaan !!! m’écriai-je avant de me tordre de rire.

S’ensuivit une bataille de regard où nous étions toutes les deux à nous fixer, n’osant attaquer l’autre en première. C’est finalement moi qui repartis à l’attaque non sans en subir les représailles. Nous finîmes par nous bagarrer à coup de chatouilles sur le lit, et nos exclamations durent s’entendre dans tout le manoir, car Scathach finit par venir dans la chambre pour nous demander de baisser un peu d’un ton avant de se rendre compte que nous étions toutes le deux nues.

- Hum… je… Juste… si vous pouviez… Non, laissez tomber ! finit-elle par dire gênée avant de s’en aller en claquant la porte.

Je me mis à glousser de rire, c’était un peu moins le cas pour Sëya qui était tout de même plus pudique que moi. Je me mis à m’excuser au nom de Scathach avant d’éclater de rire.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Nov - 10:05
La salle d’eau portait désormais bien son nom… La pièce était inondée. Nous épongeâmes le sol et allâmes vers le lit. Nous continuâmes à faire les pitres et à rire. La mère de Morianne vint dans ma chambre pour nous demander de baisser d’un ton. Lorsqu’elle remarqua que nous étions nues, elle bafouilla et s’en alla en claquant la porte. J’étais rouge de gêne et de honte ce qui amusa Morianne.

J’attaquais ma dulcinée à coup de chatouille et de bisous pour le venger de ses moqueries. Elle répondit à mon attaque en me chatouillant à son tour. Puis ma main glissa vers son entre-jambe et caressa doucement sa fleur qui devint bien vite humide.

Je sens ton désir à travers le pendentif et c’est excitant.

J’allongeais Morianne sur le lit et descendis entre ses jambes pour embrasser sa fleur délicatement. Puis, toute excitée, je remontais vers ses lèvres. Nous fîmes l’amour tout l’après-midi. Puis nous nous étendîmes l’une contre l’autre. La nuit était déjà tombée. On frappa à la porte et, à travers le battant, on nous annonça l’heure du dîner.

J’embrassais Morianne, remerciais le serviteur et me levais. J’enfilais une robe turquoise après avoir mis mon corset et ma culotte. J’invitais Morianne à mettre une robe rouge. Cette couleur lui allait si bien.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Nov - 18:37
C’est avec un immense sourire aux lèvres et le cœur enjoué que je me mis à fouiller dans la garde robe de Sëya pour y trouver de quoi me vêtir. Elle insista pour que je mette des sous-vêtements avec la robe rouge que je venais de choisir, soit-disant que l’on verrait mes tétons pointer dans le cas contraire. Je bougonnais et acceptait d’enfiler une brassière et une culotte avant de me vêtir de la robe rouge. Je tournais autour de moi-même pour la faire apprécier à mon amour. Elle me regarda avec la plus grande des tendresses et je sentais son désir de me dévêtir à nouveau pour recommencer à faire l’amour, mais nous résistâmes toutes les deux à cette tentation.

Une fois les marches descendues, Sëya et moi gagnâmes la salle à manger où Loreleï et Scathach nous attendaient. La prêtresse nous fit un grand sourire et nous invita à nous asseoir, comme si la demeure lui appartenait. Je n’en fis cependant pas une affaire et lui rendis son sourire avant de m’installer à côté de ma douce et tendre.

- Vous vous êtes bien reposées ? nous demanda-t-elle.
- Oh oui ! Ça fait un bien fou !
- De ce que j’ai vu et entendu, vous avez surtout chahuté… précisa Scathach avec un ton légèrement pinçant.

Je me mis à rire en repensant à la tête qu’elle avait fait en nous voyant nues comme des vers.

- Chahuté ? répéta Loreleï avant de soupirer. Pourquoi ça ne m’étonne pas ?
- Parce que nous sommes des petites pestes ! dis-je avec fierté.

Sëya se mit à rire à côté de moi et nous nous lançâmes un regard complice. Loreleï ne semblait pas trouver cela drôle et fit une mine réprobatrice.

- Et bien j’espère que vous serez un peu plus sérieuse quand il s’agira de convaincre les nobles d’Yban d’abandonner l’esclavage…
- Et moi, j’espère que vous serez un peu moins sévère ! Nous sommes sensées les séduire, pas leur faire peur avec des regards sévère et pleins de réprobation, lui lançai-je.
- Que…

Scathach se mit à pouffer de rire. La Grande Prêtresse se courrouça et regarda ma mère avec sévérité.

- Oh ! Vous aussi vous vous mettez à rire ? Vous ne devriez pas ! Nous parlons de choses sérieuses, Scathach. Vous pourriez me soutenir.
- Hi hi ! Morianne a tout de même raison. Nous devons les séduire pour les inciter au changement, non leur faire peur. Vous devriez essayer de rire un peu, prêtresse.
- Je sais maintenant de qui a hérité Morianne son caractère désinvolte !
- Je n’y suis pour rien, j’en ai bien peur ! Elle doit tout aux parents qui l’ont éduquée, pas à moi, mais cela me convient ! Morianne est très bien comme elle est !

Loreleï soupira et pria Thäa de lui venir en aide sous nos éclats de rire. Le repas fut agréable et jalonné de rire. Après nous être mises toutes les quatre d’accord sur l’heure à laquelle nous allions partir le lendemain pour les vignobles, nous partîmes chacune de notre côté dans nos chambres respectives. Après seulement quelques minutes où nous commençâmes à nous embrasser, Sëya et moi, nous entendîmes frapper à la porte d’entrée et l’un des domestiques ouvrit. On entendit alors des éclats de rire et la domestique -Annabelle devinai-je à sa voix- protester. Nous descendîmes en urgence avant de nous trouver face à un Brohmac et une Sazan ivres tandis que Maïa les implorait de se tenir correctement. Annabelle ne savait même plus quoi faire et était mortifiée.

- Ooooooh !!! Morianne ! Sëya !!! hurla Brohmac avec joie.  
- On a apporté de l’hydromeeeeeeel !! s’écria Sazan qui ne tenait pas bien debout et brandissai une bouteille.
- Vous connaissez ces énergumènes, madame ? demanda Annabelle à Sëya.
- Arrêteeeeez ! Vous êtes en train de nous foutre la honte… pleurnichait Maïa.
- Oh misère… soupirai-je.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 18:48
Brohmac et Sazan étaient dans un état peu enviable si j’avais été Loreleï. Je souriais bêtement, me retenant de rire face à ce spectacle peu désirable. La Grande Prêtresse ne devait pas entendre ces trois-là car elle ne déboula pas.

Vous voilà dans un état fort dérangeant.
Hoooo… Sëya, viens là que je te fasse goûter ma bouteille ! Allez, faut s’amuser les filles ! C’est vrai quoi ! Je suis sûre que t’as des bonnes bouteilles quelque part ici. Dit Sazan d’une voix enjouée.
Sazan, j’ai de bonnes bouteilles en effet mais je ne suis pas sûre que tu en apprécies le goût vu l'état où tu te trouves….
P’tite joueuse ! S’exclama Brohmac.

Je ris de bon cœur lorsqu’il faillit s’écrouler sur la pauvre Maïa qui faisait tout son possible pour les faire retourner à l’auberge. Je les invitais à poser leur bouteille et à me suivre vers l’étage et en les suppliant d’être silencieux. La mission fut un échec lorsque Sazan fit tomber une armure ancienne. Scathach sortie de sa chambre en chemise de nuit et nous demanda ce qu’on fichait. Je l’invitais à se recoucher tout en m’excusant.

Nous arrivâmes devant trois chambres inoccupées. Je couchais Sazan dans l’une d’elle et Brohmac dans une autre. Maïa me remercia et alla au lit. Je regardais Morianne et lui dit que désormais nous avions de grands « enfants » à notre charge.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Nov - 15:51
Oui, comme me l’avait dit Sëya, nous avions désormais de grands enfants à notre charge. Je soupirai avant de repartir me coucher avec ma douce et tendre. Demain nous attendait une longue journée.

Il faisait beau ce jour là, une chance bien que les températures ne furent pas bien élevées. Sazan, Maïa et Brohmac était là pour le petit déjeuner, les deux ivrognes de hier soir avec une sacrée gueule de bois, avec Loreleï qui les sermonnait et se félicitait de ne pas toucher à l’alcool. Scathach nous rejoignit après, elle avait visiblement eu du mal à se réveiller et à se lever aujourd’hui. Ce matin là, elle déploya son fluide khan pour se faire un bras constitué de branches qui se mouvaient aussi facilement qu’un vrai histoire de prendre son petit déjeuner à deux mains. J’en fus assez stupéfaite, comme les autres d’ailleurs, mais elle semblait en faire usage comme si de rien était. Il n’y avait pas à dire, elle avait de sacrées ressources.

Après une longue délibération dans laquelle la Grande Prêtresse s’opposa à ce que nos compagnons de voyage nous accompagne aux vignobles, nous y partîmes tous sans exception. Sazan et Brohmac avaient finalement gagné gain de  cause et nous accompagnaient avec Maïa qui soupirait d’avance. Je lui promis que tout ceci ne finirait pas en beuverie et elle m’en remercia. C’est à bord d’une calèche, conduite par Jofän, que nous nous rendîmes à l’extérieur de la ville jusque dans les verts pâturages de Cescan. Il nous fallut deux bonnes heures avant d’arriver finalement aux caves que des vastes étendues de vignes entouraient.

Les ouvriers étaient affairés à buter les pieds de vignes (à les couvrir de terre) afin de les protéger du froid de l’hiver. Brohmac m’expliquait dans le même temps que la fermentation, à cette époque de l’année, approchait de sa fin. Une femme nous accueillit lorsque nous arrivâmes au pied du domaine où était entreposé le vin, une humaine, d’une cinquantaine d’années, le teint bronzé, les cheveux blonds tirant sur le gris et des yeux incroyablement bleus.

- Bonjour Dame Nazen ! Ah bah ça fait plaisir de vous voir ! Je me demandai justement quand est-ce qu’on allait avoir le plaisir de votre visite quand j’ai reçu la missive de Loreleï hier soir ! Vous allez bien ? C’est quoi tout ce monde ? Vous me les présentez ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Nov - 19:46
Je saluais Fäzen avec enthousiasme, lui serrant chaleureusement la main. Puis je présentais tout le monde avec une certaine fierté dans la voix lorsque je présentais Morianne. La gérante sera les mains de tout le monde et nous invita à la suivre.

Elle commença par nous faire voir le vignoble, enfin une partie. Puis, nous invitant à aller au chaud nous retournâmes vers les caves à vins. Elle nous fit entrer dans une pièce où trônais quelques tables et chaise en velours rouge ou noir. Elle nous installa à une table ronde près du feu qui ronronnait dans une belle cheminée au manteau décorée au goût du vignoble. En effet on pouvait distinguer un pied de vigne de chaque côté se rejoignant sur le haut du manteau.

Fäzen, pouvez-vous, je vous prie, nous servir un petit blanc fruité avec un plateau de charcuterie et de fromages ?
Bien sur ma Dame ! Hélénore, Saban ! Un plateau de charcuterie et de fromages ainsi qu’un vin blanc fruité !

Hélénore et Saban s’affairèrent et dix minutes plus tard nous avions chacun un verre et, au milieu de la table, trônait un délicieux plateau. J’invitais mes convives à savourer mes biens. Je pris mon verre et le portais à mes lèvres. Mes yeux se fermèrent de bonheur. Le vin était un pur délice. Je pris un bout de jambon cru et le portais à ma bouche. Excellent !

Qu’en pensez-vous cher compagnons ?
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Nov - 16:38
Je gouttais comme tous les autres au vin blanc que l’on nous servit. Il était certes fruité, mais comme à mon habitude, l’alcool avait un peu de mal à passer. Après avoir à peine trempé mes lèvres dans le verre, je le déposais délicatement et hocha de la tête.

- Il… il est bon, je suppose ! admis-je

Ma sorcière de mère me regarda avec stupeur.

- Il est bon ? s’étonna-t-elle. Tu veux dire qu’il est excellent, oui.
- Je… je ne m’y connais pas trop en vin… mais… mais il est doux en tout cas, dis-je en baissant la tête.
- Doux, rond, avec cette note de… miel et de prune. Raffiné… J’ai rarement bu des vins aussi bons ! déclara Brohmac avec assurance.
- Tu… Tu arrives à sentir tout ça rien que dans… ce vin ? lui demandai-je, un peu déboussolée.
- Oui ! Le raisin d’ici a un goût particulier. Ce sont sans doute les minéraux dans la terre qui font toute la différence et le bois des fûts. Sans parler de l’altitude où il est cultivé. En tout cas il n’est pas trop acide, juste ce qu’il faut. Très fruité ! affirma-t-il.

Je me sentis un peu honteuse. Je n’y connaissais absolument rien en vin. J’avais l’impression d’être une intruse à ce moment là. L’alcool ce n’était décidément pas mon truc… à part le vin de noix. Et encore je suis sûre que j’étais une bien piètre connaisseuse. Sans doute m’aurait-on dit que les noix venaient de tel ou tel endroit et avait été mélangé avec tel ou tel alcool. Je n’en savais rien moi.

- Et bien on n’est pas prêt de convaincre les nobles si tu n’y connais rien en vin… soupira Loreleï.
- Morianne ne s’y connaît peut-être pas en vin, mais nous, si ! renchérit Sazan qui me fit un clin d’œil.

Cela me faisait plaisir de pouvoir compter sur mes amis. Je n’y connaissais effectivement rien en vin, mais Brohmac semblait particulièrement doué. Il avait sûrement un palais très développé. En tout cas il ne manqua pas une occasion d’y goûter à nouveau. J’avais l’air fine, moi, avec mon verre plein et mon morceau de saucisson dans la bouche. Je me rendis cependant rapidement compte que je n’étais pas la seule a ne pas être totalement fan d’alcool. A voir le verre et la tête de Maïa, elle partageait sans doute ce point commun avec moi, elle se faisait d’ailleurs bien discrète à ce moment là.

- On devrait peut-être goûter un autre vin ? suggéra Brohmac.
- Hum ! Parfaitement ! Bonne idée ! affirma Loreleï.

Fäzen qui était attablée avec nous hocha de la tête et se tourna vers Sëya.

- Je vais vous chercher une bouteille de notre vin blanc sec, cela vous ira-t-il ma Dame ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Nov - 16:58
Je regardais Morianne avec un petit sourire amusé. Fäzen proposa un vin blanc sec. Je hochais la tête, poussant mon verre à demi vide. J’attrapais un bout de maroilles que je claquais sur un bout de pain. Je portais le délicieux fromage vers ma bouche. Hélénore et Saban déposèrent les verres de blanc sec devant nous.

J’invitais mes amis à goûter ce vin sans plus attendre. Brohmac y trouva une note d’écorce d’orange. Je souris, même moi je n’en étais pas capable. J’appréciais le vin sans en trouver un sens profond. IL était bon, point. Le blanc sec était un peu râpeux par contre.

Nous continuâmes ainsi, passant au rouge et vidant le plateau deux fois. Bien évidemment, lors d’une dégustation on ne vidait pas les verres. Sauf Brohmac apparemment. Ainsi que Sazan. Je soupirais lorsqu’ils se mirent à chanter gaiment. Le retour allait être long…. Quoi que nous ayons six chambres ici, j’avais bien envie de les laisser là… Mais mon honneur, et mon côté commerciale, me disait de ne pas le faire si je voulais garder quelques bouteilles.

La dégustation pris fin. Nous nous levâmes et remerciâmes Fäzen. Elle nous dit qu’elle était prête à recevoir les nobles et les bourgeois d’Yban. Je souris en lui serrant la main et la remerciais une fois encore. Nous montâmes dans la calèche et partîmes.

Morianne semblait bouder et je sentais qu’elle était mal à l’aise. Je lui pris la main et lui souris. Le soleil se couchait déjà, il devait donc être dix-sept heure. Je regardais par la vitre de la calèche et soupirais. Je n’aimais pas l’hiver… Le printemps était plus ma saison.

Loreleï, pouvez-vous m’aider à rédiger un courrier au Prince en rentrant ?
Bien sûr mon enfant.

Il fallait que je m’assure que j’avais toujours le soutien du Prince d’Yban.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Nov - 18:17
Les jours passèrent agréablement dans la demeure des Nazen. Pour prendre du repos, nous en prîmes, et sacrément d’ailleurs. Tant et si bien que je finis par y trouver l’ennui. Nos dernières journées se résumaient à dormir, manger, flâner dans la maison et discuter. Nous avions bien commencé à préparer quelques courriers d’invitation et rassembler une liste de potentiels invités, mais cela fut pour moi d’une monotonie crasse. Impossible d’y trouver un quelconque enthousiasme. C’était certes pour la bonne cause et pour notre mission, mais ce n’était décidément pas dans ma nature. Seuls les encouragements de Sëya me permettaient de continuer à fournir un effort à cette tâche.

La soirée de jeu de cartes me redonna cependant le sourire. C’est Brohmac qui proposa de faire des parties de Gwent, ce jeu auquel j’avais joué avec Grégoire il y a de cela maintenant presque un an. Cela me redonna un peu d’entrain et le lendemain, nous passâmes une journée dans les rues de Cescan, à faire les boutiques, visiter les monuments importants et profiter des délices qu’offrait la ville : beignets, éclairs, tartelettes et autres pâtisseries dont nous nous gavèrent tous. Nous passâmes finalement une soirée au bar, à boire et à danser, profitant qu’il y ait un barde pour l’occasion.

Ce n’est que le jour d’après que les choses sérieuses commencèrent. Une missive nous parvint, signée de la main du Prince Mzékils’Han dans laquelle il nous informait que les hommes qu’il mettait à notre disposition viendrait d’ici un mois, le temps qu’il rentre à Cescan et qu’il nous donne tout son soutien.

Un mois !? J’avais le temps de mourir d’ennui pendant tout ce temps. Je proposais à Sëya de partir pour les plaines de Beyu’Han, à cette époque de l’année, mes parents devaient sûrement s’y trouver. Je confiais à l’équipe que je désirais les voir avant d’entamer notre lutte contre l’esclavage vu qu’il nous restait un mois. Brohmac songea que c’était une bonne idée, tout comme Sazan qui fit remarquer qu’il serait bon d’en informer Amalya qui passait du temps auprès de sa famille. Il n’y avait que Scathach qui n’était pas trop partante, probablement parce qu’elle redoutait encore sa rencontre avec mes parents.  

- Tout se passera bien, lui assurai-je.
- Je sais, Morianne… Mais… Je ne sais pas… Je ne me sens tout de même pas à l’aise à cette idée.
- Tu verra ! Ils sont gentils, prévenants, et amicaux. Ils seront sûrement ravis de te rencontrer.
- Je suppose que tu as raison… Pas d’objection, Sëya ? dit-elle en espérant presque que Sëya en porterait une.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 132

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 15:18
J’écoutais la discussion et réfléchie. Allez voir les parents adoptifs de Morianne était une bonne idée. J’opinais du chef et déclarais que nous partirions demain, en attendant nous pouvions profiter de notre dernière après-midi à Cescan pour aller faire le tour des pâtisseries que nous avions apprécié.

Le soir venue, je préparai une besace avec des vêtements de rechange, de la viande séchée et du pain noir. Une fois ma besace prête, je posais un pantalon et un haut sur une chaise. Ensuite, je me mis nue et me glissais dans le lit près de ma dulcinée. Je l’embrassais délicatement sur les lèvres. Nous nous étreignîmes cette nuit-là. Puis je m’endormie paisiblement.

Je fus réveillée par le chant du coq. Ouvrant les yeux, je m’étirais en grognant. Je tournais la tête et vis que Morianne n’était pas là. Je m’habillais hâtivement et descendis prendre le petit déjeuner. Comme chaque jour la table était garnie de douceur et de boissons chaudes et froides.

Vous avez bien dormi ?

Demandais-je à mes amis et ma bien-aimée. Scathach me répondit que malgré quelques mauvais rêves, elle avait bien dormi. Brohmac m’assura avoir dormi comme un nouveau-né. Sazan, quant à elle, annonça avoir dormi par intermittences. Je me tournais vers mon amour et attendis sa réponse.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 527

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Habitations-