Un oublie durant l'entretien [Feat Anna !]

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 26 Oct - 17:12
Des bruits de pas résonnent dans les grands couloirs de l'habitat du Seigneur Grégoire Boisdefer.
Des allées sombres et froides éclairées uniquement par la faible lueur des torches accrochées aux murs. L’acoustique est particulière en ces lieux, la réverbération des percussions émis par des bottes à talonnettes ne font qu'obscurcirent l'ambiance dominante par cet après midi orageux.
La pluie battante sur les fenêtres, les quelques gouttes qui ruissellent à certaines fissures du plafond et l'odeur de souffre générée par les cheminées où les feux s'affolent de plus en plus pourrait faire frissonner n'importe quel taré adepte du dieu du chaos....

Tout à coup, un silence à glacer le sang survient durant un laps de temps très court, de l'ordre de la seconde. Durant ce court instant on pouvait entendre le cri strident d'une fillette qui vint brusquement s'éteindre au retentissement d'un coup d'éclair au dehors qui illumina tous les couloirs qui se trouvent être plus vides que la poche trouée d'un sans-le-sou.

D'où vient donc ce bruit ? Que se passe t-il à l'intérieur de cette grande bâtisse ?...

........

Et bien en fait, ce n'est que Méril et sa gouvernante qui marchent main dans la main tout en sautillant dans les couloirs du Seigneur Boisdefer. Elles viennent à l'instant de sortir de l'entretien qu'il leur avait donné une semaine auparavant, durant le mariage de son fils.
Alors oui, effectivement, il ne fait pas beau, il y a de l'orage, de la pluie, la cabane est un peu vide, mais, regardez Méril et dédramatisez ! Elle se promène dans les couloirs sans s'inquiéter du manque de lumière, en profite pour jeter un œil autour d'elle et regarde fièrement sa gouvernante en lâchant un rôt assumé.
La suivante quant à elle, choquée de l'attitude de sa protégée ne se gêne pas pour lui rappeler qu'elle n'a pas été élevé de la sorte et qu'elle devrait commencer à se tenir bien.
Car en effet, depuis leur fuite de la principauté, la jeune Méril n'en fait qu'à sa tête ! Oublie les bonnes manières et a complètement perdu le sens des responsabilités. Heureusement,
ce n'est pas le cas de la gouvernante ...
Cela dit, plusieurs personnes qu'elles ont rencontré ont très vite détectées qu'elles viennent toutes les deux de la haute société ... Après tout, peut-être que le fait de se comporter comme le fait Méril permettra de passer plus inaperçu ...

Au détour d'un couloir, Méril se figea, les yeux plongés dans le néant. Elle se crispe alors et se tourne vers son amie :


<< - Dites ? J'ai oublié de demander à Grégoire pour euh ... Vous savez quoi ? ...>>

Effectivement, le sujet qu'elle a oublié d'aborder avec le seigneur Boisdefer est primordial pour leur survie ...
Elles sortent à présent de la grande bâtisse mais restent à l'abris sous le porche de l'entrée, attendant que la pluie se calme. Elles entament alors une conversation pour trouver une solution à leur problème ; une discussion qui sera quelque peu décousue à cause des gardes qui patrouillent et des personnes entrantes et sortantes du château.


<< - Si on ne peut pas se réapprovisionner nous n'allons pas tenir longtemps...>> Commence la gouvernante
<<- Oui je sais bien, mais que voulez-vous ... J'ai oublié de parler de cela à Greg', ça peut arriver ... Il me semble qu'il était pressé et doit déjà être parti ... La seule solution serait de trouver quelqu'un qui gère les affaires financières du domaine. Ou carrément engager un mercenaire ou quelque chose comme ça ... Mais j'avais plus confiance en Greg'...

-Cessez de l'appeler comme cela ! C'est le seigneur de ces terres, un peu de respect....>>

Méril pose la main sur la bouche de sa gouvernante, non pas pour ne plus se faire réprimander mais plutôt pour lui faire signe que l'un des gardes pouvait éventuellement entendre la conversation.
S’apercevant de sa médiocre discrétion, il poursuit sa route et Méril peut enchaîner :


<< - Je ne sais pas trop comment faire, il faudrait trouver des personnes qui ont l'air louches peut-être ? Après tout, si on veut trouver quelqu'un qui fait des trucs louches, il faut surement un homme louche ... Travailler pour nous afin de gérer les transactions avec nos coffres se trouvant en Principauté ...>>

A son tour, Méril se fait couper la parole par la main de sa gouvernante qui vient se poser sur ses lèvres. D'autres personnes passent sans cesse, et elle parle beaucoup trop ...

La pluie ne s'estompe toujours pas, elles continuent donc de parler discrètement et attendent que la tempête se calme.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct - 16:39
Le temps était pluvieux ce jour-là, même orageux. Je revenais à peine de Juier après avoir réglé quelques affaires pour Dame Loumez, ayant reçu une missive express de mon Seigneur Boisdefer qui désirait que je sois à ses côtés pour aller parlementer avec le chef des armées basées à Tromayan. Le ciel était aussi noir que l'encre et on y voyait à peine. Beaucoup de mes compatriotes ne semblaient pas tellement apprécier ce temps, pourtant je le trouvais magnifique. Le tonnerre était quelque chose qui me fascinait tout particulièrement, et le son de la pluie contre les carreaux et les tuiles avait sur moi un effet apaisant.

Les torches étaient allumées dans les couloirs du domaine, et je errais tranquillement dans ses différentes parties, m'attardant souvent devant une fenêtre pour admirer la nature se déchaîner au dehors. Quel spectacle magnifique avais-je là. Cela me rappelait les longues journées pluvieuses que je passais à lire lorsque j'étais plus jeune. Cela me rappelait également, et tristement devais-je dire, ma demeure familiale que je n'avais pas vu depuis un moment. Il faudrait que je remédie à cela plus tard. Pour l'heure je continuais à déambuler dans le manoir quand je vis un curieux duo, un peu trop bruyant, semblant comploter quelque chose.

Ma curiosité en fut pincé tout comme ma suspicion. Je m'approchais lentement, très lentement de ces deux femmes, à pas feutrés, les sourcils légèrement plissé, méfiante. Je tendais l'oreille attentivement pour savoir ce qu'elles se disaient, ce qui n'était pas bien compliqué au vu de leur manque de discrétion.

- Je ne sais pas trop comment faire, il faudrait trouver des personnes qui ont l'air louche peut-être ? Après tout, si on veut trouver quelqu'un qui fait des trucs louches, il faut sûrement un homme louche... Travailler pour nous afin de gérer les transactions avec nos coffres se trouvant en Principauté ...

Des trucs louches ? Des personnes à l'air louche ? Visiblement ces dames ne semblaient pas trop savoir de quoi elles parlaient mais c'était pour le moins suspect. Je m'approchai lentement de ces deux innocentes créatures avant de poser mes mains sur leurs épaules. Je les sentis sursauter et se retourner vers moi alors que dehors, le tonnerre gronda au même instant par une étrange coïncidence.

- Je peux peut-être vous aider, mesdames...

Devant leur regards hagards, presque apeurés, ou peut-être l'étaient-elles pour de bon, je décidais de me présenter brièvement à elle.

- Dame Cornwall, Ministre du commerce au sein du Domaine. Puis-je m’enquérir de vos noms et de vos... motivations ?
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct - 23:01
Méril et sa gouvernante complotaient toujours de manière totalement hasardeuse sans savoir réellement à qui s'adresser pour le type de service qu'elles cherchaient.
Elles surveillent les moindres faits et gestes des passants et tentent d'être discrètes le plus efficacement possible.
Leur conversation est entrecoupée de silence visant à veiller qu'aucune oreille indiscrète n'entend ce qu'elles prévoient de faire.

Cependant, alors qu'elles n'avaient détecté aucune présence aux alentours depuis un petit moment. Une main vint se poser sur l'épaule de chacune d'elle. Un éclair suivit de très prêt par un coup de tonnerre excessivement bruyant les fit sursauter.
Elles tournent alors très rapidement la tête afin de voir de qui il s'agit, le cœur battant plus vite qu'un cheval au galop. A ce moment là elles voient le regard vide et froid d'une femme à la silhouette à moitié masquée par ces lieux sombres. Cette personne leur demanda sur un ton monotone :


<< - Je peux peut-être vous aider, mesdames... >>

Prise de peur, Méril hurla si fort que sa voix pouvait se faire entendre dans tout le Domaine. Son cri fit également sursauter sa suivante qui, elle, n'avait pas bronché avant cela.
La jeune fille apeurée fit deux pas précipités en reculant, se cachant les yeux à l'aide de ses mains.
Mais elle ne fit pas attention au pied de sa servante qui l'empêcha de continuer sa marche arrière.
La jeune aventurière perdit l'équilibre et tombe en continuant de hurler à la mort.
Prise de panique, elle ne réussi pas à éviter la chute mais se débrouilla pour ne prendre le choc que sur ses fesses.
Elle se trouve donc là, assise au sol, une seule main sur le visage pour se cacher de celui d'Anna, et son autre main frottant le bas de son dos pour soulager la douleur du choc.

Dépitée par cette scène absurde, la gouvernante se tourne vers la mystérieuse inconnue sans prêter attention à son amie. Cette personne se présenta comme étant Dame Cornwall.
Mais oui ! Elle l'a reconnait à présent, elles l'ont aperçu pendant le mariage du fils de Grégoire... Elle était habillée autrement mais c'est bien elle.
A priori, Dame Cornwall écoutait la conversation depuis quelques temps car elle demande des explications sur les motivations des deux demoiselles.
Par peur de passer pour une trouble-faite , la gouvernante répondit sans même prendre le temps de se présenter :


<< - Oh ! Bonjour Dame Cornwall. Excusez-nous, nous ne vous avions pas reconnu plus tôt. Je ne sais pas si vous vous souvenez mais nous nous sommes croisées au mariage du fils du seigneur Boisdefer. Nous étions venues avec Wraith Dorcas.>>

Méril est toujours au sol, reprend sa respiration et se remet à hurler. La gouvernante est donc obligée de forcer un peu plus sur sa voix pour se faire entendre d'Anna.

<< - Nous ne sommes pas là pour de mauvaises choses ! Nous venons de sortir d'un entretien avec le maître des lieux ! Cependant, Méril ici présente a oublié de lui demander de l'aide pour quelque chose d'important et de gênant à la fois ! Des choses dont nous ne pouvons pas parler si nous ne sommes pas à l'abris des curieux !>>

*Mais quand va t-elle se calmer ?!* Pense alors la gouvernante en regardant son amie apeurée au sol.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov - 15:33
J'essayais de rassembler mes souvenirs, et il ne me fallut pas longtemps avant de les remettre. Oui, la jeune femme pénible et sa servante. Cela me revenait à présent. J'eus un petit sourire amusé avant de fixer mon interlocutrice.

- Oui, je me rappelle bien de vous. Dame Méril et sa suivante.

Je regardais du coin de l’œil la dénommée Méril qui continuait de crier comme si elle avait vu un fantôme. Les gardes du domaine commençaient à accourir, se demandant ce qu'il se passait. L'un d'eux s'adressa à nous, visiblement inquiet.

- Que se passe-t-il ici ? Dame Cornwall ?
- Ce n'est rien ! Je crois que cette jeune femme a pris peur, c'est tout ! Je m'en occupe !
- Vous êtes sûre que ça va aller ? Hé ! Jeune dame ! Vous pouvez arrêter de crier ! Il n'y a aucun danger !
- Hum... Comme je l'ai dit, je vais m'en occuper. Vous permettez ?
- Heu... Oui, Dame Cornwall !

Je me penchais alors vers la jeune femme en essayant d'être la plus tendre possible... chose difficile pour quelqu'un comme moi qui n'avait pas vraiment l'habitude de me montrer indulgente.

- Allons, levez-vous, Dame Méril ! Je n'ai encore jamais mangé qui que se soit...

Elle se mit alors à crier de plus bel et je soupirai en faisant signe au garde à côté de nous de s'en charger. Visiblement, ce n'était pas mon fort de rassurer quelqu'un. Je me tournais à nouveau vers la suivante, le regard un peu confus.

- Désolée pour cela... Peut-être aurais-je dû m'annoncer... Mais je vous en pries, suivez-moi ! Je serais peut-être d'un quelconque secours à votre entreprise. Le Seigneur Boisdefer me permet parfois d'user de son salon pour discuter d'affaires avec certaines personnes quand la situation l’exige. Venez.

Je dirigeai alors nos deux invitées vers le petit salon circulaire dans lequel Grégoire m'avait reçu lors de ma première venue au Domaine. Il y avait là tout le confort que l'on pouvait désirer. Des fauteuils, un canapés, et une table ronde, basse, où l'on pouvait aisément poser des verres et quelques petites friandises, ce que je ne me privai pas de faire. Après avoir mit de l'eau à bouillir au-dessus du feu encore crépitant de l'âtre, je posais le coffret de biscuits secs sur la petite table tout en invitant mes convives à s'asseoir tandis qu'un garde tentait tant bien que mal de traîner Méril ici.

- Hum... Je... Et bien maintenant nous pouvons discuter de votre affaire... enfin... je crois ? Dame Méril ? Voulez-vous cessez je vous pries ? dis-je un peu plus sèchement. Je ne vais pas vous faire de mal ! Vous êtes en sécurité ici !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 0:17
Après qu'Anna ait parlé d'un ton plus agacé, la gouvernante regarda Méril dans les yeux et tenta de communiquer par le regard. Ce qui fonctionna très bien car Méril cessa de se débattre et de mettre des coups de pieds aux gardes. Elle comprenait enfin qu'elle est peut-être en train de faire une bêtise qui pourrait lui coûter cher dans sa quête d'aventure ... Inutile de se faire des ennemies au saint du Domaine alors qu'elles ont déjà la principauté sur le dos ...

La jeune peureuse reprit donc une tenue correcte mais se forçait à ne pas regarder Anna dans les yeux, cette femme lui fait peur ... Et Méril a tendance à faire des cauchemars très facilement. Elle est expressive, même la nuit ! Ce qui explique les grosses cernes qu'a la suivante qui n'arrive que très peu à les camoufler.

C'est donc la gouvernante qui va se contenter de répondre aux questions d'Anna.


<< - Nous sommes ravies et même honorées que vous nous accordiez du temps dame Cornwall. Vous devez être très occupée ...>>

Pendant que la gouvernante explique la situation à Anna, Méril cru bon d'aller s'asseoir à l'autre bout de la pièce, dos aux autres et commença à bouder...
Sans prêter attention à cette attitude infantile, la gouvernante replaça la mèche tombée devant ses yeux pour la replacer derrière son oreille avant de continuer :


<< - Ce que je m'apprête à vous dire doit rester le plus secret possible. Visiblement, le seigneur Boisdefer est au courant de nos origines grâce aux rapports de ses espions qui ont enquêté sur nous, mais je ne sais pas si c'est votre cas...>>

Loin des deux femmes, on pouvait entendre Méril qui murmurait à elle même des "Nianiania", imitant l'intonation de son amie qui continuait d'expliquer :

<< - Nous venons toutes les deux de la principauté et nous sommes actuellement en fugue ... La jeune Méril a des parents haut placés dans le gouvernement en place mais elle préparait sa fuite depuis un bon moment déjà. Je l'ai accompagné afin de l'aider.>>

Alors que Méril continuait son cinéma, la gouvernante prit soin de se servir un verre d'eau afin d'en boire une gorgée pour s'adoucir la gorge. Elle plonge alors son regard dans le fond de son verre avant de mettre fin au suspens :

<< - Méril a beaucoup de richesse en principauté. Elle a prit soin d'en prendre beaucoup avec elle afin de subvenir à nos besoin durant notre voyage mais elle n'a pas pu tout emporter. Il se trouve donc qu'elle a placer le reste de sa richesse dans différents coffres que des particuliers ou des hommes d'affaires louent. Nous cherchons donc un moyen de pouvoir nous réapprovisionner quand cela s'avère nécessaire. Peut-être en engageant quelqu'un qui ferait l'allé retour avec les clefs de nos coffres. Quelqu'un de confiance et de professionnel j'entend.>>

Elle relève alors la tête, fixe Anna dans les yeux d'un regard inquiet, peur d'être jugée, et s'apprête à demander à Anna :

<< - MOI AUSSI J'AI SOIF !>> ....

....

La gouvernante fut couper dans sa lancée par sa protégée qui, à priori, a bien vu que personne ne faisait attention à ses gamineries ... Elle décide donc visiblement de venir perturber la conversation.
Ne se rend-elle pas compte que c'est le bon déroulement de son avenir qui se joue en ce moment ?
La jeune fille arrive au niveau des deux femmes et, toujours en esquivant l'affreux regard d'Anna, prend un verre et le claque contre la table pour faire le plus de bruit possible.
Elle y verse alors de l'eau, en met le plus possible dans sa bouche et c'est à cet instant que la gouvernante cru bon de reprendre la conversation, comme la petite peste a la bouche pleine ...


<< - Je souhaitais donc vous demandez si ...>>

Manque de chance, elle se fait de nouveau couper la parole par Méril qui s'amuse à se gargariser avec l'eau de sa bouche, le nez vers le ciel, elle est fière de sa bêtise et souris mais manque plusieurs fois de s'étouffer.
La larme à l’œil à cause de cette petite mésaventure, elle s’assoit au sol et tente de reprendre son souffle.
Ca y est, c'est le bon moment pour la suivante de poser enfin sa question, quel suspens ...


<< - Donc, je voulais savoir si vous connaissiez quelqu'un qui puisse gérer ce genre d'affaire ? Et si oui, pouvez-vous nous mettre en contact avec cette dite personne ?>>
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Nov - 9:16
Je jetais un œil courroucé à cette fameuse Méril. Mais bon sang, quelle espèce de sale petite peste ! Je me souvenais avoir été moi-même une enfant pleine de caprice et parfois même agaçante, mais pas à ce point là ! Sans doute parce que l’on avait vite calmé mes humeurs par une éducation des plus strictes. L’envie me venait de refuser de leur venir en aide, mais la courtoisie de sa gouvernante mi força quelque peu.

- Je vois… Vous avez pris de gros risques… Être fugitives de la Principauté, ce n’est pas une situation très confortable.

Je portais la théière d’eau chaude jusqu’à la table pour y faire infuser le thé, calculant chacun de mes gestes, préparant avec minutie les mots qui sortiraient de ma bouche. Il fallait que je prévois à l’avance tous les risques que cette entreprise me coûterait… ou me rapporterait. Il fallait bien que j’y gagne au change après tout, une telle affaire pouvait être bénéfique pour moi comme pour mes clientes actuelles.

- Mais la Maison Cornwall sait garder des secrets et faire preuve de discrétion quant aux affaires qui lui incombent.

Je restais levée et allai chercher le pot de sucre qui se trouvait dans l’armoire. Je pris soin de le poser délicatement sur la table, près de la théière, le couvercle posé à ses côtés, offrant à nos invitées la vue de cette denrée qui n’était pas tout à fait courante par ici.

- Il est de fait que ma Compagnie fait transiter toute sorte de biens, qui vont de la soierie, aux denrées alimentaires. Il y a beaucoup de navires qui passent à Cescan et qui embarquent certaines de nos marchandises. Je pourrais m’arranger pour que vos biens profitent de ce transport pour vous parvenir, ici, en Kaïl et au sein du Domaine. Je peux même faire en sorte que cela se passe ailleurs, avec toutefois quelques conditions non négligeables.

Je retirais l’infusion de thé pour la déposer dans une coupelle et nous versai à toutes les trois, une tasse de thé encore fumant tout en n’oubliant pas de proposer du sucre à nos invitées.  

- Ce que je demande en retour, étant donné la tache demande une certaine délicatesse dans les affaires, une petite commission sur l’or que je vous ferrais parvenir. Rien de très excessif, seulement de quoi couvrir une partie du transport, commission qui dépendra avant tout du lieu où vous trouverez et de l’emplacement de vos fameux coffres. Je n’en demanderai presque rien s’il s’agit de le faire venir jusque dans le Domaine ou à Mar’Baal. En revanche, pour ce qui est de le faire venir ailleurs, cela risque de faire augmenter le prix de la commission.

Je soufflais doucement sur ma tasse de thé avant de jeter un regard aux deux femmes avant de tremper mes lèvres dans le breuvage et en boire une petite gorgée.

- Qu’en dites-vous, mesdames ? Nous sommes toutes gagnantes dans cette affaire. J’arrange le transport de votre or, et en échange je ne demande qu’une petite compensation pécuniaire qui n’aurait rien à voir avec ce que vous coûterait un commis entièrement dédié à cela. Évidemment, je garantis la sécurité du transport de votre or et en cas de perte, les mers n’étant pas toujours des plus sûres, je garantis le total remboursement de la perte qui a été faite.

Je levais un doigt pour attirer l’attention de mes invitées, mais également imposer leur silence. Je venais d’avoir une toute autre idée qui pouvait également les arranger.

- Je peux également vous fournir tout ce qu’il vous faudra : les comptoirs de ma compagnie sont assez nombreux, en particulier à Mar‘Baal et au Domaine. Évidemment, la valeur de ce que je pourrais vous fournir sera, en partie, prélevée sur l’or qui est le votre et que je vous ferais parvenir, si bien sûr cet accord vous convient, Mesdames. Je peux tout aussi bien vous faire prêt de l’argent de la compagnie, si parfois, il était question de disposer d’or un peu plus rapidement. Je n’aurai alors qu’à en faire les comptes.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Nov - 13:02
Les deux amies écoutaient attentivement madame Cornwall. Effectivement sa proposition était très alléchante !
Elles n'auraient pas espérer trouver de meilleurs services que celui-ci d'ailleurs.

Méril, assise au sol après s'être étouffée de sa boisson, regardait Anna avec un air béa. On peut facilement lire dans ses yeux que les explications l'ont complètement perdue, quant à la gouvernante, elle sourit et tendit la main vers Anna pour lui serrer la seinne et ainsi conclure un accord de principe sans demander l'avis de la propriétaire de la richesse.


<< - Nous sommes d'accord pour faire affaire avec vous ! Votre prix sera le notre, ne nous ménager pas simplement parce que nous nous sommes déjà vu une ou deux fois. Vous prenez des risques et il est normal de vous payer en conséquence.>> Dit la servante de Méril.

La jeune fille se relève et décide de laisser les deux dames discuter "affaire". Pour passer le temps, elle se met à déambuler aléatoirement dans les pièces, en scrutant la décoration et les meubles en marmonnant des choses incompréhensibles à elle-même.

Sans faire attention à elle, la gouvernante continue :


<< - Souhaitez-vous que l'on signe quelque chose ? J'imagine que non ... Gardez la trace écrite d'une affaire conclue avec deux fugitives et contre l'accord de la principauté... Ca s'avère risqué pour le Domaine.>>

Elle sort plusieurs parchemins enroulés et les pose sur la table.

<< - Voici quelques uns de nos points de ravitaillement se trouvant en Principauté. Chaque propriétaire de coffre ou d'établissement est au courant que nous comptions venir nous réapprovisionner régulièrement. Cependant, nous n'avons pas mentionné que ce ne serait pas nous qui viendrions.
Heureusement, pour plus de sûreté, nous avons des sortes de "mot de passes" qu'ils sauront reconnaître, ils sont écrits sur les parchemins que je vous ai mit ici.>>

...................... *GLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING* .....................

<< - PARDON !>> Cria Méril, rouge de honte après avoir cassé un vase posé sur l'un des meubles de la pièce.

Sans même prendre la peine de nettoyer sa bêtise, elle lie ses mains dans son dos et continu l'exploration de la salle.
La gouvernante, furieuse, se lève et vint attraper le bras de Méril pour la tirer jusqu'à une chaise et l'asseoir en la fixant rageusement. La jeune fille comprit très vite qu'il ne fallait plus qu'elle bouge d'ici...


<< - Excusez-la ... Vous pouvez déduire le prix de ce magnifique vase de l'or que vous prendrez pour le premier échange ...>>
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Nov - 16:03
...................... *GLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING* .....................

Je me retournais en sursaut pour apercevoir les dégâts que venait de causer la jeune Méril. Je soupirai et me pris la tête dans les mains. Je commençais à être doucement agacée par cette attitude de sale gamine. C’est avec un certain soulagement que je vis sa gouvernante la prendre par la main et la visser à sa chaise avec un regard furieux.

- Hum… Il n’était pas à moi mais… je verrais avec Grégoire pour lui racheter un vase, ne vous en faites pas.

A ce moment là, un garde pénétra dans la pièce, tout en alerte.

- Tout va bien ici ? J’ai entendu de la casse !
- Oui, tout va bien ! Ce n’est rien ! Un accident de vase brisé.
- Oh… Je vais appeler quelqu’un pour ramasser ça.
- Merci, Fredrik !
- Y a pas de quoi madame.

Il repartit aussi sec et je fixais mes invités avec embarras. Avant de reprendre, je me saisis d’un des parchemins et le lu très attentivement. J’opinais légèrement de la tête tout en étudiant la chose.

- Je ne vous demanderai pas de me signer quoique se soit. En revanche, je vais vous fournir un document qui vous permettra de venir récupérer votre or et de profiter des comptoirs de la compagnie Cornwall à votre gré, comme je l’ai suggéré par notre accord.

Je me levais et allais chercher de quoi écrire. Je pris alors grand soin de mettre par écrit les termes de notre accord. Cela prit un instant durant lequel la jeune Méril sembla s’impatienter quelque peu mais de peur de causer une autre catastrophe, ne se leva pas. Je finis par signer le document et le marquer du sceau de la compagnie Cornwall.

- Voici ! Votre certificat afin de pouvoir bénéficier de notre accord. Prenez-en soin, et évitez de l’égarer. Si toutefois, il arrivait un incident et que votre document était endommagé, n’hésitez pas à me contacter. Je ferais en sorte de vous en envoyer un autre. D’ailleurs je vais en faire une copie tout de suite.

Je pris soin de copier rapidement le document avant de leur rendre l’original.

- Vous aurez sûrement plus de chance de pouvoir me contacter à Juier plutôt qu’ici d’ailleurs. Même si l’on m’en fera sûrement la commission.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Nov - 17:14
Elle gigote, regarde dans tous les sens, se gratte la cheville, joue à essayer de toucher son nez avec sa langue ... Méril ne tient plus en place, c'est trop difficile pour elle d'être clouée à cette chaise. Cependant, sa gouvernante arrive très clairement à lui faire comprendre qu'il ne vaut mieux pas qu'elle tente de se lever de nouveau.

*Bon sang, pourvu que je n'ai jamais d'enfant* se murmure t-elle à elle-même.

Anna Cornwall donne donc une papier précisant l'accord qui a été passé entre les deux parties. Une bonne chose qu'elle s'empresse de ranger dans sa besace.
Avant de s'éclipser, la gouvernante tente une nouvelle fois d'insister pour connaitre ses prix :


<< - Concernant vos tarifs, pouvez-vous m'éclairer dès aujourd'hui ? Car il va falloir que je vous donne dès maintenant le montant de la première transaction qui serait le bienvenue, nous sommes bientôt à sec.
A ce propos, nous comptons nous rendre à l'université de la capitale. D'après le seigneur Boisdefer, c'est un endroit où nous avons des chances de trouver des mages et des personnes très âgées.>>

Pendant que la gouvernante continuait son explication, Méril trouvait ça amusant de tenter de s'échapper de son siège sans se faire voir par sa suivante.
Elle décide tout d'abord d'avancer sur son siège à la force de ses jambes et ce, en restant le plus statique possible de tout le haut de son corps.
Les yeux fixés droit devant pour être le plus immobile possible, elle réussit à décoller les fesses de son siège mais la gouvernante vu très vite ses intentions et, tout en continuant de parler à Anna, poussa Méril dans le fond de son siège.


<< - Dans quel endroit pouvez-vous nous livrer la marchandise en supposant que nous allions dans ces lieux ?>>

Attendant la réponse de Anna, la gouvernante ne prêtait plus attention à Méril qui tentait à présent de "glisser" sur son siège afin d'atteindre le sol et de ramper. Malheureusement, cette tentative est encore un échec car elle se prit un violent coup de pied dans les côtes et revint s'asseoir sur la chaise.

<< - Ha ! Ou sinon, si cela peut faciliter les transactions, le seigneur Boisdefer nous a aussi conseillé d'aller euh ... A Sec’Rina ? ... Oui c'est ça ! Dans une forêt nommée Amonco. Ce lieu serait-il plus pratique pour vous ? Je ne connais pas vos points de chute et je suis assez mauvaise en géographie ...>>

Après avoir finit sa phrase, la gouvernante tourna sa tête vers le siège vide de Méril ... Elle a réussi à s'enfuir !
Elle scrute du regarde toute la pièce et là ... La discrétion incarnée ! ... Non pas tout à fait.
Dans le fond de la pièce, coté cours, on pouvait voir les bottines de Méril sous le grand rideau prêt de la fenêtre... Quelle originalité affolante.
La gouvernante fit comprendre à Anna qu'il ne fallait pas s'occuper d'elle. Méril risque de rester un moment ici sans faire de bêtises, pensant être cachée...
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Nov - 14:43
J’écoutais avec attention les demandes de la gouvernante de Méril, me distrayant également de la vue des « jeux » qui se déroulaient face à moi. La noble ybanaise se faisait remettre, à mon plus grand plaisir, à sa place, prenant des coups de temps à autre. Je tentais désespérément de cacher mon sourire sadique à ce spectacle et me concentrai un peu plus sur ce que me disait cette dame.

Toutes ses questions étaient fortes pertinentes et il me fallait y répondre. Je jetais un coup d’œil désespéré au rideau derrière lequel se cachait Méril et soupirai.

- Comme je vous l’ai dit, nos tarifs dépendront de la distance qui vous séparera de vos coffres. Mais je peux dors et déjà faire une simulation du coût du premier transport. Voyons… Yban… Cescan… transport par navire, ma compagnie ayant des affaires là bas…

Je me mis à faire quelques calculs, griffonnant quelques chiffres sur une feuille, faisant une pause entre deux pour réfléchir avant de noter tout ce qui me passait par la tête. Je pris en compte également les différentes difficultés et les risques pris pour le transport, la gestion administrative également.

- Je vous en compterai trente-cinq pièces d’or. Si vous souhaitez faire parvenir l’or jusqu’ici, au Domaine. Si vous décidiez toutefois de vous rendre jusqu’à Juier, il vous en coûterait six de moins. Soyons claires, plus vous serez éloignées de Juier, plus il vous en coûtera ! Vous pouvez bénéficier de nos services dans les terres du Domaines qui s’étendent de Phangtr à Wasdkioljer. Il suffira tout simplement d’aller vous renseigner dans une des loges du commerce des grandes villes. Évidemment, si vous comptiez vous rendre à Alzbey, il y a un comptoir de la compagnie Cornwall qui s’y trouve, et il ne vous en serait demandé que vingt pièces d’or pour le trajet, qui est bien plus court depuis Yban. Si toutefois, le besoin s’en faisait sentir alors que vous ne vous trouviez pas dans une des grandes villes du Domaine ou de Mar’Baal… Hum… déjà à Mar’Baal cela vous coûterait quarante cinq pièce d’or à un de mes comptoirs… et… hors de ces secteurs, je n’ai plus aucune assurance et le prix risque d’être… bien plus élevé. Je ne vous le conseille pas. Restez-en à ces lieux pour vous assurez le transport de votre or. Bien évidemment, ces valeurs comprennent un éventuel coût de pénibilité du transport. Si vous désiriez obtenir un fort pesant d’or, je n’y ajouterais rien de plus. Sauf si cela pose quelques problèmes techniques.

J’espérais ne pas avoir perdu mes invitées dans des explications un peu trop complexes, en tout cas pour ce qui était de la Gouvernante. Pour Méril, je ne me faisais pas vraiment de souci, elle n’aurait dans tous les cas rien compris, j’en étais intimement persuadée.  

- Pour ce qui est de Sec’Rina, je n’ai aucun comptoir là-bas. Vous pourrez vous y rendre, mais les elfes ne m’y ont pas permis le commerce. Ils préfèrent s’en préserver. Je peux toutefois vous y envoyer un de nos commis, mais évidemment, cela aura un prix.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 11:19
Pendant que les deux dames parlaient affaires, Méril restait cacher derrière son rideau, l'air de rien mais perdant patience petit à petit, ne comprenant pas pourquoi sa suivante ne se mettait pas à sa recherche.
Sur le point de mettre fin à la conversation avec Anna, la gouvernante se trouvait satisfaite de l'échange qu'elle pu avoir et de l'arrangement qu'elle a pu obtenir. Elle tend donc la main à sa nouvelle associé et commence à se diriger vers la porte en annonçant aimablement :


<< - Je vous remercie pour votre sympathie et vos services pour deux fugueuses de la Principauté. J'espère que nous pourrons nous revoir très vite, nous restons dans les environs pour le moment et nous rendons dans la capitale. On pourra récupérer la première livraison avant notre départ de ce continent.>>

Elle ouvre la porte et part en saluant Anna.
Au moment où la gouvernante commence à descendre les marches, Méril sortit de sa cachette et, sans avoir vu l'absence de son amie, cria :


<< - J'ETAIS CACHEE LAAAAAA !>>

.....
.....

La jeune gamine eu l'air beaucoup moins amusée lorsqu'elle s'aperçut que sa suivante était déjà partie ... Par peur de se perdre, elle reprend rapidement ses affaires qu'elle a soigneusement dispersé aux quatre coins de la pièce tout en parlant à Anna :

<< - Merci pour votre gentillesse m'dame ! Ca se sent que vous êtes douée dans ce métier !>>

Elle continu de se précipiter, ne trouvant pas sa besace

<< - En tout cas votre accord est parfait ! J'ai laissé ma gouvernante s'occuper de cela mais sachez que j'ai bien tout écouté et que, éventuellement, si vous avez besoin d'un peu d'argent supplémentaire pour une guerre ou une mission quelconque, n'hésitez pas à me demander !>>

Elle trouve enfin sa besace qui était posée sur le support du vase qu'elle a cassé un peu plus tôt. Elle s'avance avec hâte à la hauteur de Anna et termine son discours :

<< - Je n'ai pas autant d'argent qu'un royaume ou que le domaine, forcément ! Mais je peux tout de même offrir un petit soutient si besoin !>>

Méril plonge son regard dans celui d'Anna. A cause de sa naïveté, la jeune fille n'arrive pas à percevoir que le regard d'Anna est assez froid et ne laisse pas transparaître beaucoup d'émotions. Du coup, Méril se jeta au cou d'Anna, l'embrassant sur la joue avant de la relâcher et lui demander :

<< - Avant que je ne parte je voulais vous demander si ça vous tentez de nous suivre à la capitale ? Nous allons à l'université pour trouver des vieux. Qu'en dites-vous ?>>
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP à la fois
Identité : Mon histoire
Expérience : 348

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Principauté
Race: Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Déc - 14:51
J’inspirais profondément et regarder Méril avec de grands yeux ébahis. Est-ce que le ciel venait de me tomber sur la tête ? Avais-je trop bu de thé ? Avais-je rêvé, ou cette arcaëllienne venait de me serrer dans ses bras avant de me baiser la joue ? Je ne savais plus vraiment comment réagir ni quoi penser de Méril. Était-elle une chipie finie ou y avait-il finalement tout de même un espoir qu’elle ait un tant soit peu de jugeote et de bon sens ? Je me mis à rougir légèrement écoutant le reste de ce qu’elle avait à dire.

- Avant que je ne parte je voulais vous demander si ça vous tentez de nous suivre à la capitale ? Nous allons à l'université pour trouver des vieux. Qu'en dites-vous ?

Je restais toujours aussi décontenancée. Malgré tout, Méril restait quelqu’un de parfaitement adorable si on mettait de côté son côté un peu… désordonné et excentrique. Je pris une longue inspiration, avant de soigneusement choisir mes mots.

- Je vous remercie beaucoup pour cette délicate attention, Dame Méril. Je prend bonne note de votre souhait le plus sincère d’aider le Domaine. Je suis aussi également flattée que vous… m’invitiez à venir avec vous à l’université, hélas, j’ai bien peur de devoir refuser poliment votre invitation, voyez-vous, des affaires avec sir Grégoire Boisdefer m’attendent et elles sont assez urgentes. Je vous pries de bien vouloir accepter mes excuses. Cela serait cependant avec grand plaisir que de compter une prochaine rencontre avec vous et votre charmante amie.  

Je m’inclinai distinctement et l’accompagnai alors jusqu’à la sortie du petit salon et même jusque dans le couloir. Je ne voulais point manquer à mes obligations et leur fit finalement mes adieux, espérant les revoir prochainement au Domaine.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 195

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Artefacts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-