Une chevalier de sa majesté la reine hein?

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 24 Oct - 13:08


J’étais enfin de retour à la capitale du Domaine, les choses allaient bon train et après quelques jours auprès de mes enfants et ma famille, je me sentais revigoré ! Je m’étais donc penché sur les choses qu’il me restait à accomplir ici-bas pour permettre âmes gens de vivre en paix et en sécurité. Le devoir d’un roi passait avant ses envies et je m’étais déjà absenté depuis trop longtemps de la vie publique de mon rôle. Sang et cendre… 

Je quittais donc ma tendre Saphira pour revêtir une tenue plus… correcte que ma veste et mon chapeau sempiternel. C’est donc vêtu d’une tunique et d’un pantalon vert feuille aux dorures représentant des feuilles que je me rendis dans le hall du manoir, j’avais néanmoins gardé mon pistolet, ma cartouchière à la ceinture et ma dague. Un tahora en tenue verte de page vint à ma rencontre.

« Mon seigneur ! Quelle joie de vous revoir à la capitale, je suis terriblement navré que vous ne puissiez plus vous ... » Commençait le tahora assez âgé avant que je ne le coupe pour éviter qu’il ne digresse comme à son habitude.

« Halfrad, je suis ravi de vous revoir également, mais j’ai ouï dire que ma journée était des plus chargés n’est ce pas ? » Je lui dis avec calme et un léger sourire. 

« Oui, c’est exact mon roi ! Je vous en prie suivez moi, j’ai fait qérir un carrosse pour nous faire amené à notre première destination. » Se reprit le Tahora grisonnant.

Je suivis l’homme en dehors du grand hall au parquet ciré et aux tapisseries luxueuses, en effet un carrosse nous attendait à la sortie de l’allée qui menait à l’entrée de l’édifice, six cavaliers étaient aussi en attente là-bas, sûrement mon escorte. Halfrad me fit savoir que la première destination tait le fort nord de la capitale pour y rencontrer les troupes en garnison. Nous avons traversé ensemble l’allée flanquée des statues représentant des héros qui avait permis à ce Domaine d’exister, certains, la majorité, étaient mort hélas. Nos quelques années d’existences n’avaient pas été aussi pacifiques que je l’aurais souhaité. 
Arrivé au carrosse, je saluais joyeusement les cavaliers qui furent plutôt surpris d’être ainsi salué par un roi. J’entrais dans le véhicule de bois et pris place alors que mon aide de camp prenait aussi place à ma droite en repliant ses ailes au mieux. Je pus découvrir qu’un de mes protecteurs était dans la calèche. Le protecteur avait des ailes de xen replié au maximum, une armure en lame d’acier teinté de rouge et tenait un grand sabre dans ses mains devant elle pour ne pas gêner sa voisine.

« Jenifael ! Je suis heureux de vous revoir. » Je m’exclamais joyeusement à la Xen sur la droite.

« Je suis heureuse de vous voir sain et sauf mon seigneur. Vous avez été absent longtemps. » Répondit elle avec un sérieux digne de son caractère spartiate. 

« Mais je n’ai pas le plaisir de vous avoir déjà rencontré mademoiselle ? » Je continuais en me tournant vers la jeune femme brune aux ailes noires qui me faisait face dans le carrosse qui roulait sur les rues pavés. 

« Je vous présente dame Mekhin Miranya, chevalier du royaume de sa majesté Amaly Tahora’Han. La général Highwind souhaitait qu’un de ses chevaliers puisse participer à assurer votre sécurité à votre retour… Il faudra aussi convoquer un nouveau conseil des représentants étranger mon seigneur, mais ce n’est pas dans l’immédiat de votre liste d’activité d’aujourd’hui. » Me renseignait Halfrad. 

Je pouvais voir sans peine que derrière son casque, Jenifael trouvait l’idée d’une aide pour ma sécurité ridicule. Nous devions néanmoins être courtois avec les représentant du royaume. 

« Soyez le bienvenu chevalier Mekhin, j’espère que vous ne vous ennuierez pas trop, les gens du coin ont appris à ne pas faire de vague en voyant l’un de mes protecteurs comme Jenifael ici présente. Néanmoins, vous pourrez en apprendre plus sur notre nation et dire à la reine que nous sommes tout ce qu’il y a de plus pacifique. 
» Je gloussais en regardant par la fenêtre du carrosse les habitants qui saluaient le passage du véhicule. 



Aide de rp:
 






(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 363

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 15:08

Comme tous les fins de semaine, j'étais partie m'entraîner aux techniques de combat moyennant l'espionnage, la furtivité et les duperies. Comme à chaque fois, avant ce genre d'entraînement, je serrais fort contre ma poitrine le collier de Dhael, un petit pincement au cœur. C'était ses entraînements préférés, ainsi que les miens. Je chassais tout ça bien vite de mon esprit, juste à temps pour éviter le coup adroit de mon adversaire en me penchant en avant, en profitant pour attraper son bras et le tordre de façon à passer derrière lui et lui passer ma dague sous sa gorge, un sourire victorieux aux lèvres.

« Meril, concentre-toi plus la prochaine fois ! Ce qui te tuera, c'est ton envie de trop bien faire. »

J'étais aussi comme ça étant jeune. Mais le talent n'est pas l'unique déterminant d'une victoire assurée. L'entraînement touchait à sa fin. Je soupirais. C'était alors une belle journée, je pouvais sentir le vent et le soleil brûlant caresser mes joues. J'avais prévu de passer la journée en compagnie de mes parents, mais à ce qu'on m'avait dit, la reine me sommerait en cette fin de matinée. J'aiguisais alors mes dagues avec précision et amour -celles qui m'avaient tant servi déjà-, avant de les ranger précautionneusement dans leurs fourreaux respectifs sur mes cuisses.

J’aperçut au loin une silhouette au pas assuré et élégant qui venait en ma direction. Un conseiller royal, de toute évidence. Je levais les yeux au ciel et je ne pus m’empêcher de retenir un sourire d’exaspération. Ma journée était donc bel et bien loin d’être finie ! Je lui adressais une brève révérence et le suivit jusqu’au palais.

Mes yeux parcoururent la largue étendue chatoyante que formait la capitale. Ville très active, effluve d’énergie humaine, commerces en tous genres. Depuis la taverne du Centaure, on pouvait entendre les braillements des pochetrons assemblés autour du bar. Nous entrâmes alors dans le vaste palais royal, fermement gardé par d’imposants Mzékils.
Arrivée à la hauteur de sa Majesté, je me courbais gracieusement.

« Votre Majesté. »

« Dame Miranya. Je vous ai fait venir pour vous faire part d’une requête, qui, j’en suis sûre, ne sera que trop facile pour vous. »

J’arquais un sourcil. Comment devais-je le prendre ?

« Voyez-vous… J’ai sommé quelques soldats d’escorter Sir Grégoire Boisdefer, mais je pense qu’une présence féminine les adoucira. »


« Les... Adoucira ? » Je fronçais légèrement mes sourcils mais acquiesçait néanmoins d’un signe de tête à la reine.

« Je m’excuse de vous confier cette tâche, mais cet acte prouvera certainement mon soutien à Sir Boisdefer. Vous partirez dans l’heure qui suit, avec quelques hommes. »

***

J’étais montée dans un grand carrosse avec d’autres soldats – sûrement des fidèles à Grégoire Boisdefer- en direction d’un point de rendez-vous où il nous rejoindrait. J’avais entendu beaucoup de bien de ce preux chevalier, et j’avais hâte de le rencontrer si les rumeurs étaient vraies. Un seigneur apparemment à cheval sur les différences de rang social.

Je vis ensuite entrer un grand homme brun, imposant d’une large stature, saluant chaleureusement tous les soldats –ce qui me surpris fort-. Il semblait connaître une jeune Xen, puisqu’elle l’appela mon seigneur.

Son regard se posa ensuite sur moi, ce qui me fit sortir de ma torpeur. J’allais me présenter, quand un autre homme me présentait alors, ne me laissant pas vraiment le loisir de m’exprimer. Je voyais bien que les hommes du seigneur trouvaient l’idée ridicule que de le protéger, moi qui venait du royaume, mais j’en étais toute aussi consciente.

« Je suis ravie de pouvoir vous accompagner une fois, Sir Boisdefer. J’ai entendu beaucoup de récits héroïques à votre propos. Sa majesté m’a sommée de vous escorter jusqu’au nord de la capitale mais je me doute bien que cela était plus une preuve de son appui qu’un réel besoin, néanmoins. »

Après une bonne demi-heure de trajet, nous arrivâmes à un grand fort, étroitement protégé par des soldats sillonnant les murs de part et d’autre, bordant un large terre-plein où plusieurs hommes s’entraînaient à l’épée, à l’arc sur des mannequins fictifs. J’observais avec attention leur tenue. Je me sentais quelque peu différente avec ma robe noire large, mais une armure ne pouvait pas dissimuler mes ailes sans leur faire de mal.

Je me tournais finalement vers le seigneur. Il était très imposant, mais n’inspirait pas la crainte à ses hommes. Il leur imposait du respect.

« Sir ? Excusez-moi, mais sa majesté ne m’as pas expliqué clairement ce que nous allions faire ici... Devrais-je me changer pour le combat ? »
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 2-3 rps en même temps
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan'Néé - Niveau 1 / Thâ'Ronae - Niveau 1
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 18:25


Notre envoyé du royaume de sa majesté Amaly ne dit pas grand-chose du court trajet jusqu’au fort. Alors comme ça, on parlait de moi à l’étranger ? C’est amusant, moi qui n’avait rien d’un noble que je passe pour un personnage héroïque dans les terres au-delà des mers. 

Nous avons fini par arriver au fort, l’entraînement des recrues, allait il semble, bon train. Une grande tristesse que de devoir apprendre à tout ces gens à tuer pour obtenir la paix. J’allais commencer à marcher à travers la cours d’entraînement quand la jeune femme me demandait ce qu’elle était sensé faire… Je la regardais un peu surpris, puis fixais un instant Halfrad qui semblait tout aussi perdu.

« Eh bien d’après votre reine, vous avez été envoyé pour renforcer ma sécurité… Bah, je me doute qu’en réalité elle aimerait surtout que je vois en bien le royaume car ma proximité avec Yban lors des négociations à dû la faire grincer des dents… Ou alors elle veut que vos oreilles traînent pour obtenir des informations qui lui serviront, ce n’est que de bonne guerre, si j’en avais le loisir je ferais de même et enverrais mes gens pour garder les oreilles chez vous haha ! » Je gloussais.

Bien évidemment, je savais comment les politiciens fonctionnaient. L’information était leur arme favorite, et si je n’avais pas besoin de chaque homme et femme ici, j’irais sûrement grappiller aussi des infos chez eux. Enfin, là n’est pas le débat. Je fis signe à la demoiselle de me suivre alors que Jenifael nous suivaient de près. Je me rendis à la cours d’entraînement une trentaine de recrues apprenaient à former une phalange digne de ce nom, face à eux, trois armoires à glace qu’étaient les instructeurs lorcqs et virenpiens leur chargeaient dessus pour mettre à l’épreuve la solidité de leur mur de bouclier. Je m’approchais pour être vu des soldats, c’était ce que voulais Halfrad, que je sois visible et que les soldats voient pour qui ils suaient sang et eau. Les recrues, néanmoins, ne parvenaient pas à empêcher les instructeurs de faire éclater leur phalange en morceaux. 

« Eh bien soldats ! Vous comptez laisser les trois sadiques devant vous s’amuse encore longtemps ? » Je m’exclamais en approchant sur leur flanc. « Toi ! Rentre ton pied ! Et toi là-bas, c’est avec ta main libre qu’il faut pousser ton frère d’armes devant, pas avec ton bouclier ! Je veux un peu de nerf les gars et les filles ! Allez ! » Je criais en montrant les mauvaises postures du doigt. 

La section poussait alors un cri de guerre et reprit sa formation et attendit l’impacte… Les trois instructeurs se préparaient à charger.

« Faite pas de cadeau ! S'ils ne peuvent pas tenir une phalange sur le terrain ils sont déjà mort ! » Je criais au instructeur. 

Ils s’élancèrent et je pus assister avec satisfaction que les boucliers tinrent bon et encaissèrent malgré l'a poussé des instructeur. Je tapais gentiment sur les casques à porté de bras en les félicitant et les encourageant à continuer, la prochaine, ils ne reculeront pas d’un pouce ! 

Je retournais vers Halfrad et la chevalier Kin avant de demander à celle-ci alors que je continuais de parcourir le champ d’entraînement en offrant par-ci par-là un conseil à une recrue en difficulté. 

« Comment vous vous entraînez chez vous chevalier Kin ? Qu’est-ce qu’il faut pour obtenir la fierté d’être chevalier ? » Je demandais en marchant sans me presser. Nous devrons bientôt repartir et d’après la suite de mon programme, l’activité suivante, c’était de rencontrer les mages de l’Université de la capitale… Pas que je n’aimais aller là-bas, mais ils ne cessaient de digresser et de sauter du coq à l’âne lors d’une simple conversation.


Aide à la rep:
 


(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 363

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Nov - 14:12

« Eh bien d’après votre reine, vous avez été envoyé pour renforcer ma sécurité… Bah, je me doute qu’en réalité elle aimerait surtout que je vois en bien le royaume car ma proximité avec Yban lors des négociations à dû la faire grincer des dents… Ou alors elle veut que vos oreilles traînent pour obtenir des informations qui lui serviront, ce n’est que de bonne guerre, si j’en avais le loisir je ferais de même et enverrais mes gens pour garder les oreilles chez vous haha ! »

Je souris doucement à cette blague. Je n'avais que très peu l'habitude du second degré mais on m'avait prévenu que Sir était un personnage ironique et amusant. Je me contentais donc de glousser avec lui, levant les yeux au ciel comme pour mimer un effarement.

- Si j'aurais voulu traîner les oreilles comme vous dites, Sir, sachez que je suis aussi l'espion de Sa Majesté. Je pense que j'aurais su utiliser des méthodes plus... efficaces que l'infiltration.

Je lui adresse un sourire angélique en gloussant doucement à ma propre blague. Très crédible, tout ça. J'observais ensuite avec attention les soldats à l'entraînement, en train d'essayer de former une ligne de défense digne de ce nom. Au bout de plusieurs tentatives échouées, j'observais Grégoire leur donner des conseils justes et avisés. Finalement, ils réussirent non sans mal à repousser les assauts de leurs instructeurs.

J'en profitais pour laisser glisser mes yeux et mes mains sur les armes et armures déposées de part et d'autre du fort. Les soldats de Sir Boisdefer avaient l'air redoutablement bien entraînés. Ce n'était pas le même type d'entraînement, ici ils s'entraînaient sur la défense en groupe et la parade tandis que nous travaillions plus l'attaque et l'auto-défense. Je décidais de prendre une dague aiguisée plantée dans un des socles en bois présentant les armes, et de la faire virevolter dans ma main.

« Comment vous vous entraînez chez vous chevalier Kin ? Qu’est-ce qu’il faut pour obtenir la fierté d’être chevalier ? »

« A la capitale, on privilégie l’attaque à la défense, et on fait en sorte bien sûr de garder les valeurs sûres qui font de nous des chevaliers. Loyauté, bravoure et courage. C’est là ce qui fait ma fierté, pour ma part. Servir Sa Majesté, me dévouer à une cause. Mais je ne connais que les techniques sommaires de l’espionnage, je ne combat pas en tant que chevalier au front, ou très peu, Monseigneur. »

D'un coup habile, je l'envoyais en plein milieu d'un mannequin en bois sur lequel s'entraînait un brave soldat. Celui-ci sursauta rapidement et se tournais vers moi d'un œil mauvais. Je déglutis péniblement et mes joues viraient au rouge tomate. Je me pinçais les lèvres et cherchait à fuir son regard.

« Oops, désolée.. Je m'éclipse. »

Je rejoignais alors en trottinant Sir Boisdefer, en pleine discussion avec un soldat de ses rangs, en essayant de dissimuler ma gêne. Nous retournions alors dans le silence au carrosse. Notre prochaine destination était donc l'Université des mages. J'avais toujours envié les mages. Ils maîtrisaient à la perfection les fluides. L'apprentissage des miens était toujours un peu catastrophique, même si je commençais à m'y habituer. Nous montions alors tour à tour dans le large carrosse qui nous emmenait avec hâte auprès de ces mages.

Après quelques temps de trajet dans la plaisanterie et les discussions banales, nous arrivâmes dans un immense complexe aéré, accueillant sept dômes de pierre, abritant des salles et des espaces de vie commune. Je restais bouche bée devant l'architecture somptueuse de cet endroit si mélancolique. Nous croisons plusieurs mages vêtus de longues robes qui nous adressaient des sourires faux. J'en profitais pour balader mes yeux sur l'ensemble du bâtiment, tandis que Grégoire et ses protecteurs avançaient sans un mot. Je ne savais même pas ce qu'il comptait faire ici. Recruter du monde, former de nouvelles alliances ?

En haut d'une des vastes colonnes du bâtiment, j'aperçut un jeune enfant qui nous observait fixement. Un jeune Mzékils, apparemment. J'arquais un sourcil. En l'observant un peu plus, je pût décerner une énorme pierre accroché en haut du dôme, dans notre direction. Il ne me fallût que peu de temps pour discerner le piège adressé à Sir Boisdefer.

« Monseigneur, attention !! »

Son protecteur leva ses yeux dans la direction des miens, et eût le réflexe de se jeter sur lui pour le mettre à terre à l'instant où l'enfant lâchait la pierre sur nous.

«  Thâ'Ronae ! »

Une vague de vent affluait alors de mon corps, repoussant la pierre juste à peine, mais assez pour l'éloigner et la laisser tomber plus loin de nous, sur une grande place -que personne n'occupait, heureusement-. La pression exercée par l'utilisation du fluide et la puissance du vent me propulsait en arrière, et je tombais quelques pas plus loin, essoufflée.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 2-3 rps en même temps
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan'Néé - Niveau 1 / Thâ'Ronae - Niveau 1
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 11:48



« Monseigneur, Attention !! » 
Je n’eus guère le temps de tourner la tête vers la chevalier que je sentis une masse en armure me jeter à terre. Il y eu un énorme souffle de vent puis un grondement avant que je ne sente Jenifaël déployer ses ailes de xen et s’envoler furieusement. 

Je me relevais avec agilité et me précipitais près de la chevalier qui était à terre, craignant qu’elle n’ait été blessée, je me penchais vers elle en lui demandant si cela allait… Visiblement, c’est elle qui avait usé d’un puissant sort pour m’empêcher d’être écrasé par une pierre. Je l’aidais à se mettre sur pied alors que je voyais des dizaines de mages sortirent de l’Université et accourir vers nous. Plusieurs mages ailés s’apprêtaient à s’envoler pour aller aider Jenifaël qui pourchassait semble t’il un jeune mzekil, mais un vieil elfe leurs ordonnait de resté au sol alors qu’il approchait de moi et de la chevalier.

« Archimage Tavos, je suis heureux de vous voir, même si c’est dans un contexte agité. » Je dis au sempiternel elfe en robe rouge et doré d’archimage alors que nous nous serrions la main à la manière de vieux frère d’armes. 

« Un plaisir mon roi de vous voir rendre visite à nos étudiants, il est triste en effet qu’un être si jeune et bouleversé ait attenté à votre vie durant votre venue. » Répondit l’elfe à la barbe blanche digne d’un homme. 

Alors que l’archimage félicitait Miranya de son sort, un mzekil tombait à nos pieds brutalement et une masse aux ailes de xen et en armure écarlate lui tombait dessus quasi immédiatement en le gardant sous la menace de sa lance sur sa nuque et une botte entre les ailes noires.

« Les limiers sont en route mon roi. » Fais savoir l’archimage.

« Mon seigneur ! C’est un traître qui a attenté à votre vie ! Il mérite la mort immédiatement ! » Rugit Jénifaël, visiblement tendu par l’effort pour ne pas enfoncer sa lance dans la gorge du jeune mzekil.

« Il suffit ! Les limiers s’occuperont de faire leurs enquêtes et les proclamateurs feront procès pour ce mzekil… Nous ne sommes pas des sauvages ou des despotes, la justice n’est pas chose que je peux donner à chaud ainsi. Je suis le roi et protecteur de ce Domaine… Pas celui qui ordonne la mort d’enfant sans ciller. » Je criais pour que les esprits des mages qui voulaient aussi l’exécuter se refroidissent immédiatement. 

« Vous avez ordonné à mon père de mourir !!! Vous êtes un meurtrier comme les autres ! Tuez moi ! Tuez moi !!! Ma mère a tout perdu à cause de vous ! 
» Hurlait le mzekil sous la botte de Jénifaël.

Je m’accroupis au niveau du mzekil et je commençais à réciter avec tristesse :

« Alcor, Bayane, Valoria, Hytamasse... » Et je continuais à réciter les noms des cent soldats qui ont été volontaires pour activer les pièges magiques et mécaniques du quartier extérieur de wasdkioljer pour porter u n coups dévastateur aux hayert’vaal qui assiégeais la cité… Les cent noms qui sont mort pour offrir la victoire à l’arraché à notre Domaine. « Bayak Cordy, de Juier... » Je terminais prononçant le nom du père du mzekil. « Je n’ai oublié aucun nom de ceux qui sont mort pour le Domaine ce jour-là. » Je conclus en me relevant alors que les gardes en armure et un homme en long manteau brun venait enchaîner le mzekil et le trainer en larme et en hurlement jusqu’au bagne où il attendrait son procès des proclamateurs. 

Je me tournais vers la chevalier et m’excusais pour cela et l’invitais à me suivre alors que les mages retournaient à leurs occupations. Nous avons alors pris la route pour le dôme de l’étude des espèces animales et végétales, guidé par l’archimage Tarlen Tavos. Les habitations des mages étaient toutes construites sur les parois du dôme et reliées par des pontons et autres escaliers. 

Le dôme était en grande partie pourvu d’ouvertures massives pour laisser entrer le soleil dans l’intérieur creux de cet édifice qui accueillait des enclos et des jardins d’études. En cas de tempête ou de grand froid, les ouvertures étaient refermé magiquement avec des plaques pour mettre les occupants à l’abri. 

Nous sommes donc entrer dans le bâtiment pour voir que au centre de celui ci se trouvait un bassin plutôt grand divisé en plusieurs morceaux agrémenté de structures pour permettre aux occupants de se sentir comme chez eux, il y avait deux sirènes dans l’un qui passaient visiblement leurs temps à taquiné les mages, dans un plus petit une multitude de Faëliya tournaient près d’un mage et semblaient se parler par des gestes et de petit son. 

Autour du bassin central, des enclos accueillaient des Hyüo han qui gambadaient joyeusement, un kaï était en pleins dressage avec deux mage portant des plaques de cuirs. Je vis avec émerveillement qu’un Eluas, pas dans un enclos celui ci, avait prit place près de mages qui semblaient très heureux de pouvoir étudier de si près le merveilleux animale, un homme se tenait près de l’eluas, pas un mage, peut être son protecteur. Je pus voir arriver près de nous un autre animale qui s’assit sur son arrière-train en nous fixant, un noil’kal… 

« Comme vous pouvez le constater, nous avons pu convaincre certains prestigieux visiteurs à nous rendre visite pour nous aider dans nous études sur la faune et la flore de notre monde. 
» Dit Tavos.

« Bonjour roi des arcaëlliens du Domaine. Je n’ai pas pus rencontrer beaucoup de rois dans mon existence. Je suis Tsar’Vas. » Émis dans nos têtes le noil’kal.

« Heureux de vous rencontrer également. Je suis heureux que vous acceptiez de nous aider dans nos recherches. » Je répondis à haute voix au noil’kal tsar’Vas. 



(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 363

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Nov - 14:44

Grégoire m'aidait alors à me relever, je le gratifiais alors d'un mince sourire, lui assurant qu'il n'y avait aucun mal. Fort heureusement, la chute ne m'avait pas causé de dégâts physiques. Soudain, j'aperçus des dizaines de mages sortant des tours bâties pour venir nous prêter main forte. On peut dire que c'était une entrée fracassante ! La protectrice de Sir Boisdefer était partie à la recherche du nabot malfaisant, suivie de près par d'autres mages, avant qu'un vieil homme ne leur consigne de rester au sol. Je vis Grégoire lui serrer la main avec ferveur, tandis qu'ils se partageaient le plaisir de sa venue. Un archimage, hm ? Ca m'avait toujours passionnée, la magie.

Il se tournait ensuite vers moi pour me féliciter, à propos de mon sort, ce à quoi je répondit avec un mince sourire et une révérence. Tout d'un coup, nous entendîmes un bruit de fracas, et j'eût juste le temps de me tourner pour apercevoir la protectrice de Sir Boisdefer, apparemment énervée, menaçant de sa grandeur le jeune nabot attentant à la vie de son maître.

« Mon seigneur ! C’est un traître qui a attenté à votre vie ! Il mérite la mort immédiatement ! »

Je ne pût m'empêcher de sourire. Les soldats de Grégoire avaient l'air de lui témoigner le plus profond des respects, un peu comme mon dévouement à la reine Tahora'Han.

« Il suffit ! Les limiers s’occuperont de faire leurs enquêtes et les proclamateurs feront procès pour ce mzekil… Nous ne sommes pas des sauvages ou des despotes, la justice n’est pas chose que je peux donner à chaud ainsi. Je suis le roi et protecteur de ce Domaine… Pas celui qui ordonne la mort d’enfant sans ciller. »

Il y eût un grand blanc dans l'assemblée. Les mages se turent. Toute l'assemblée se tue, avant que le jeune mzékil ne prenne la parole en suppliant presque la soldat de l'achever, accablant Sir Boisdefer de la mort de son père. Grégoire s'approcha alors de l'enfant et récita avec tristesse des noms. Les noms des soldats morts au combat pour lui. Je pinçais les lèvres et baissait les yeux, ralliant mes mains comme pour réciter une prière silencieuse.

Grégoire se tournait alors vers moi pour s'excuser, j'acquiesçais alors d'un simple signe de tête, les yeux emplis de compassion, avant de le suivre sans un mot de plus vers un grand dôme qui m'avait tout l'air d'être un consacré aux études des espèces animales et végétales par rapport à la décoration. Les tours immenses étaient très jolies, et abritaient des habitations reliées entre elles par des ponts, à la forme d'une étrange toile d'araignée.

Une fois dans le bâtiment, je pût apercevoir un grand bassin, au centre de la pièce, dans lequel nageaient des sirènes, qui faisaient du rentre dedans aux mages. Je m'approchais d'elles et les toisait prudemment. Je n'avais encore jamais vu de sirènes. Elles m'observaient d'un œil malicieux.

Alors que je m'approchais encore un peu plus, l'une d'elle me prit soudainement par le col de ma veste et m'attirais dans l'eau avant que je n'ai pu émettre la moindre protestation. Je me retrouvais alors dans le bassin, trempée, pendant que les sirènes gloussaient, ainsi que les quelques mages présents à leurs côtés. Je pestais mais ne pût m'empêcher de glousser aussi, avant que tous les regards se tournent vers moi. Je me raclais la gorge et acceptait ensuite la main que me tendait l'un des mages.

Je sortais du bassin et essorait rapidement mes habits tandis qu'une voix dans ma tête me surprit. Je me retournais vivement vers un animal très impressionnant, noil’kal. Mes yeux brillèrent à nouveau d'une lueur d'émerveillement. Je ne pouvais que contempler cette créature magnifique, un sourire enfantin aux lèvres.

« - Excusez-moi, Sir, nos recherches se portent sur l'utilité même de cette tour ? Les espèces de la faune et de la flore ? »
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 2-3 rps en même temps
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan'Néé - Niveau 1 / Thâ'Ronae - Niveau 1
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Nov - 15:11


En voyant l’état de notre invité royal, l’archimage levait une main vers celle-ci alors qu’elle terminait tout juste de poser ses questions, et usant du mez, Tavos séchait la jeune femme en un instant alors que de minuscules flammèches dansaient brièvement autour de la jeune femme. 

« Le dôme d’émeraude est voué à l’étude de la nature de notre monde en effet, nos trouvailles permettent parfois aux autres dômes de développer des techniques et technologies fascinantes. Un des mages du dôme ambre est en train de concevoir un prototype de nouvelle armure pour nos troupes… Le recteur Franz lui tente de percer les secrets de la communications mentale de certaines espèce, comme les noil’kal par exemple. 
» Expliquait l’archimage Tavos.


« D’après ce que j’ai pu lire de ses rapports préliminaires, il pense que les noil’kal possèdent un organe spécifique pour ce genre de capacité. Les disciples de Franz penchent pour un fluide de nature encore inconnus. 
» J’ajoutais. « Nous avons aussi un traité moral pour assurer que les expériences sur les êtres vivants ne sont, en aucun cas, cruelles, inutile, douloureuse ou handicapante. C’est grâce à ce traité que les noil’kal et les premiers eluas ont accepté nos invitations pour être observé et répondre aux questions aux mieux possibles. »

La jeune femme posa encore quelques questions avant que l’archimage ne nous guide alors à un autre dôme de l’Université. Le dôme central, il était le centre névralgique de l’instituions magique dominian. Principalement composé de dortoirs et de salle d’apprentissage pour les apprentis mages, il était aussi le foyer du haut conseil que présidait l’archimage Tavos, depuis le sommet du dôme. Nous avons été guidées pour assister alors à l’apprentissage d’un groupe de dix enfants sensible au mez. Le mage qui leur enseignait était un mage bien connu de l’endroit, le général Barthélémius Octavious Baltazard. Il aidait les jeunes enfants d’une dizaine d’années à produire leurs premières flammes magiques. Il y eu un des jeunes qui ne parvint pas à contrôler sa flamme en nous voyant entrer dans sa classe mais Barthélémius s’en occupa sans problème, aspirant dans sa paume la flamme récalcitrante en conseillant avec calme et sérieux le contrôle de soit pour éviter les accidents avec la magie féroce du feu. 

Les enfants continuèrent à étudier et je félicitais les efforts de ces jeunes gens et de leurs professeurs avant de commencer à reprendre la route vers la calèche qui devait nous amener à notre prochaine destination. Le grand temple… 

Alors que nous prenions place dans la charrette, je soupirais déjà d’avance… 

Description du grand temple.:
 



(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 363

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5






Artefacts acquis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-