L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Si t'as pas d'ami...

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Juier Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 12 Sep - 11:35
Cela va vous sembler être comme du réchauffé, mais il est des destinées que l'on ne peut changer, et la mienne était d'être sans cesse face à des imprévus qui me barraient la route. A chaque fois que je décidais de revenir à Zaï'Han, il y avait toujours un problème, et celui-ci était de taille : aucun bateau en départ de Zaï'Han depuis maintenant quelques mois. Pour cause ? Une tempête qui avait fait un sacré ravage sur les côtes, sans parler des nombreux dangers maritimes qui n'encourageaient pas les plus téméraires à prendre la mer. Il y avait bien des navires qui partaient de Juier, mais aucun qui n'aille à Zaï'Han. Pire encore, j'avais appris que le Royaume avait dans l'intention de fourrer son nez dans les affaires de Zaï'Lou, et d'y instaurer leur autorité. Des dires qui étaient confirmés par certains marins du coins qui témoignaient de l'importante activité de navires royaux passant non loin de Juier, certains même si arrêtaient pour y faire des pleins de vivres moyennant finance. Le Domaine avait tout à y gagner dans cette affaire.

Moi, en revanche, c'était autre chose. Depuis le temps que j'étais clouée ici, je rongeai mon frein en débauche d'alcool et de nourriture. Ce qui vint également à manquer à force de tout dépenser, je n'avais plus de quoi et je dus bien me mettre au travail, proposant mes services de femme à tout faire... Ce qui était fort apprécié des autorités locales. Avec l'effort de guerre, ils manquaient cruellement de personnes pour résoudre les litiges, les problèmes de voisinages, les petites affaires « sans importance ». J'étais payé une misère pour des boulots médiocres, mais c'était mieux que rien.

J'avais, avec l'accord du tenancier d'un bar relativement modeste, installé un bureau de réclamation, afin que l'on sache où me trouver en cas de demande. En réalité, cela ne ressemblait pas à grand chose : une table de taverne, quelques feuilles pour signer des contrats, me permettant de m'assurer que mes employeurs me payent, quelques cartes d'un jeu qui traînaient de-ci de-là, des assiettes sales et surtout, surtout : des pintes et des bouteilles vides.

Ce jour là, je me trouvais donc à mon « bureau », les jambes croisées, les pieds sur la table, le dossier de ma chaise penchant dangereusement en arrière tandis que je tenais en équilibre sur deux de ses pieds, l'air désabusé. Dans la taverne, pas un chat, en même temps à dix heure du matin, il ne fallait pas s'attendre à une foultitude de monde dans une taverne. J'entendis cependant, à mon grand soulagement, la porte s'ouvrir. Les affaires allaient-elles enfin reprendre ?

- Encore là ? Pfff... Tu es désespérante... soupira une douce voix.

C'était celle d'une jeune xen, de petite taille, aux ailes couleur bleu azur. Ses cheveux d'un roux flamboyant, lui tombait à peine jusqu'en haut du cou, un cou délicieusement pâle et nu, sur lequel j'avais désiré poser mes lèvres plus d'une fois. Et que dire de son opulente poitrine, qui aurait rendu jalouse Kert'An, la déesse de la fertilité. Il faut dire qu'elle n'était pas mince, la bougresse, elle avait quelques belles formes et un visage rond et jeune, avec un sourire aussi adorable que celui d'une enfant. Elle me regardait avec sévérité, de ses yeux verts feuille, et à vrai dire, elle ne souriait pas du tout à ce moment là. Je soupirai et roulai des yeux, sentant encore le sermon arriver.

- Oh non... Tu sais, c'est vraiment un régal pour les yeux de te voir, ma belle, mais si c'est pour me faire un sermon, c'est vraiment pas la peine... Tu as des choses bien plus importantes à faire...
- Et tu crois que tu te débarrasseras de moi comme ça ? Il est hors de question que je te laisse continuer à passer tes journées comme ça ! C'est mauvais pour ton moral...
- Tu sais... Si tu voulais me remonter le moral, t'aurais qu'à enlever cette magnifique robe verte et...
- Perverse ! Je te l'ai déjà dit ! Les femmes ne m’intéressent pas ! Et même si c'était le cas, je ne serais certainement pas attirée par toi... Si je m'inquiète, c'est par pur altruisme.
- Mais bordel... Qu'est-ce que t'en as à fiche de moi, à la fin ? On se connaît même pas ! Alors ouais... ok ! Tu m'as rafistolé une ou deux fois après que je me sois frotté à des gros durs... ça fait pas de nous des amies ! pestai-je, agacée.
- Qui te parles d'amitié ? Je te parles d'altruisme... Je m'inquiète pour toi, c'est tout. Je suis comme ça, je n'aime pas voir les gens malheureux. Et toi...
- Et moi, ça va ! Je vais bien, t'inquiète !
- Non ! Tu mens ! Tu ne vas pas bien du tout ! Tu passes tes journées à te tourner les pouces, à ne rien faire, à boire et à faire les cent pas comme un animal en cage...
- Et alors ?
- Et alors ? Je suis guérisseuse, Tahiri... Et je m'inquiète autant pour le bien-être physique que moral de mes patients...  Tout ça, ça ressemble fort à une dépression...
- Une quoi ? Enfin bref... Si tu veux vraiment me remonter le moral, tu sais ce qu'il faut faire... lui dis-je d'un ton plein de sous-entendu, le regard lubrique.

Elle inspira une grande bouffée d'air, se dirigea vers moi, son sceptre en main et m'en asséna un coup sur le haut du crâne.

- Aïe !!! Non mais ça va pas ? C'était pour quoi, ça ?
- Cadeau ! Ça fait la centième fois que tu me fais des allusions perverses... je me devais de célébrer ça...
- Putain, mais merde ! C'était pas obligé ça ! T'aurais pu te contenter d'un baiser fugace sur la bouche, ou juste me dévoiler un téton... ARGH !!!

Elle balaya l'un des pieds de ma chaise qui était, encore jusque là, en équilibre précaire, faisant ainsi en sorte que je me viande lamentablement la gueule sur le plancher de l'auberge.

- Mais bordel...
- Oh ! Et cette vulgarité... Tu es exaspérante, Tahiri ! Secoues-toi un peu ! Fais quelque chose ! Si personne ne vient te réclamer ton aide, va dehors la proposer !
- Hé ! Si j'ai installé ce bureau, c'est justement pour pas avoir à passer ma journée dehors à espérer qu'un type ait besoin de moi ! Là je suis au chaud, j'ai à boire et à manger, et j'ai pas besoin qu'une rouquine à gros lolo vienne me dire ce que je dois faire...

D'un air désespéré, elle m'attrapa par le col et me tira vers la sortie de l'auberge tandis que je criais et me débattais.

- Hééééé ! Mais qu'est-ce que tu fous ? Arrête-ça !
- Tu me désespère... Alors j'te donne un p'tit coup de pouce...
- J'ai pas besoin d'un coup de pouce, je t'ai dit, Miss Gros Lolo !

Excédée, elle lâcha mon col pour me tirer par l'oreille, l'air blasé, se fichant totalement de ma souffrance actuelle. C'est vrai quoi, vous vous êtes déjà fait tirer l'oreille, vous ? Ça fait hyper mal ! Et le pire c'est qu'elle ne lâchait rien la bougresse. Elle n'avait pas l'air comme ça, mais elle avait une certaine force dans le poignet.

- Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler comme ça...
- Et moi je t'ai déjà... AÏE !! …  dit de ne pas t'occuper de mes affaires ! Aïaïaïa !

Elle me jeta en avant, croisa les bras sous sa grosse poitrine et me fixa avec sévérité.

- Maintenant, tu arrêtes de geindre et de te plaindre. Tu vas me faire le plaisir de trouver quelqu'un qui a besoin de tes talents ! Que se soit pour aider un chat à descendre d'un arbre, ou aider les habitants à traquer un monstre, et que sais-je encore ! Mais je ne veux pas te voir ne rien faire dans cette taverne !
- C'est pas parce que t'as des grosses loches que tu dois te prendre pour ma mère...

Un nouvelle fois, je pris un coup à l'arrière de la tête.

- Parle encore une fois de ma poitrine et tu auras besoin de mes talents...
- Aaaaah aïe ! Je croyais que t'étais une pacifiste et une non-violente...
- Normalement, oui ! Mais c'est étrange, avec toi j'ai du mal à garder mon calme et à ne pas me transformer en tyran... Tu es la seule personne que j'ai jamais frappé de ma vie... C'est te dire à quel point tu es navrante...
- Ben voyons... Ça t'arrangerait la prochaine fois de m'assommer avec tes nénés plutôt qu'avec ce bâton ? Ça fait vachement mal quand...

Je ne vis pas le coup venir. En un instant, je sentis une puissante douleur me plier en deux, une douleur intense et atroce, provenant de mon entre-jambe. Elle venait de me donner un coup de bâton dans une partie de mon anatomie qui, même si je n'étais pas un homme, faisait quand même drôlement mal. Je tombais au sol en pleurant de douleur et en gémissant.

- Aïe ! Putain, mais t'es folle ! Tu...

Je m'arrêtai net, voyant le regard flamboyant de la xen me foudroyer. Un dragon ! Cette fille était un dragon dans un corps de jeune xen. Je me recroquevillais sur moi-même, terrorisée. C'est sûr, elle va me bouffer ! Elle va complètement me massacrer !

- Je ne me répéterai pas, Tahiri...
- Ok !!! Ok ok !!! T'as gagné, putain ! Aaaaah ahahah ! Ma féminité en a pris un coup... dis-je en pleurant.
- Mais qu'est-ce qui se passe ici ? s'écria la voix d'un homme.

Nous nous tournâmes toutes les deux, elle plus que moi, pour voir d'où cette voix provenait. Il s'agissait d'un garde de la citée, rameté par le vacarme que nous faisions à toutes les deux. Une de ses collègues, qui était une mzékils, soupira et lui fit signe de passer leur chemin.

- Laisse, Belind. C'est encore l'autre mercenaire qui se fait corriger par Elona !
- Ah... Si c'est que ça...

- Héééé ! D'où vous m'ignorez ? Je me fais tabasser, et c'est comme ça que vous réagissez ? Faites gaffe ! Je connais Grégoire Boisdefer, je lui dirais comment vous agissez, sales gardes pourris !
- Oh oui... tu le connais si bien que tu n'as même pas été invitée au mariage de son fils, Aleksandar... soupira Elona.
- Hein ? Quel mariage ?
- Celui de son fils... je viens de te le dire... Il a eut lieu y a un peu plus d'une semaine maintenant... voir deux je crois. Si c'était vraiment un bon ami, tu aurais été invitée à la fête...

Les yeux en larmes, je me recroquevillais sur moi-même, en position latérale, me plaignant sur mon sort et le fait que je n'avais pas d'ami.

- T'es vraiment désespérante... Bon... Je vais être gentille aujourd'hui... Viens ! On va aller à mon cabinet ! Il y aura bien un de mes patients qui aura besoin d'un coup de main pour quelque chose qui n'entre pas dans mes compétences... Mais vivement que tu puisses prendre un bateau pour Zaï'Han... De tous mes patients réunis, tu es la pire...

C'est le regard morne, me curant le nez, que je fus traînée jusqu'au cabinet où Elona accueillait les personnes qui avaient besoin de ses soins. Un corbeau se posa sur ma tête, toujours ce même corbeau débile, qui n'arrêtait pas de me suivre et de m'espionner.

- Roh ! Fous-moi la paix, papa !
- Mais à qui parles-tu ? s'indigna Elona.
- A mon père, évidemment ! Tu vois pas qu'il prend ma tête pour un perchoir ?
- C'est un corbeau...
- Oui... et mon père de surcroît.
- Oula... c'est pire que ce que je pensais. Va vraiment falloir te trouver un truc à faire, et vite !
- Pourquoi tout le monde me prend pour une folle quand je dis ça... ? C'est la vérité, bordel...
- Oui oui... Tout à fait... soupira la xen en continuant de me traîner.

Elona:
 
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 318

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Sep - 23:00
Saleté de voleurs ! Cela fait des heures que je suis leurs traces et ils se déplacent bien vite. Heureusement que je peux les localiser plus vite avec mon don. Tout de même, commettre un larcin à un pauvre vendeur de toutes sortes de bricoles vieux et sans défense… . Il a rien vu en plus, pauvre homme. Sauf que moi, j’ai bien vu qu’il avait pris ma bourse en même temps. Normalement, ils devraient être par-là. Bizarrement, ils se sont arrêtés dans cette forêt pour voir leurs magots. Peut-être ne m’ont-ils pas remarqué les poursuivre ? En même temps les suivre à cette distance, seul en plus, il faut être bien tenace. Tiens, je les aperçois. Je vais éviter de faire trop de bruit. Tiens ? Ils sont tous à terre. Ils dorment ? Ah oui. Ils ne sont pas habillés comme des voleurs, c’est étrange. Bon, ben je vais me servir. Déjà, ma bourse. Les leur aussi. Oh, il y en a un qui avait pris une mandoline, chouette. Vu que Saphira m’apprend un peu les bases, se serait bien de m’entraîner. Je ne pourrais pas tout rendre à moi seul les biens du vieil homme mais j’en informerais les soldats pour les prendre au fait. J’en profiterais pour lui demander de me vendre sa mandoline. Je vais en jouer un peu pour voir si elle est bien encordée, ça je ne sais pas faire. Je m’éloigne alors des bandits qui dorment à poings fermés puis m’assoie sur un petit rocher sympathique près d’un lac.

Bien, on va tester la bête avec un ton joyeux à faire danser la nature. Je joue un peu puis en même temps, je crois apercevoir les herbes qui dansent. Sûrement le vent. Tiens ? Les feuilles des arbres aussi s’y mettent. C’est moi où les roseaux dansent à leur tour ? C’est quoi cette histoire ? Le vent ne peut pas faire un truc pareil. Et si je joue plus fort ? Oh ! Bah mince alors ! L’eau se met à tourbillonner. On dirait que toute la nature autour de moi danse joyeusement. Ah ! Mais ! Moi aussi je ne peux pas m’empêcher  taper du pied et danser. Oula, ce n’est pas facile de danser et jouer en même temps mais je n’ose pas arrêter. Peut-être que si j’arrête tout s’arrêtera autour de moi ? Je n’en ai bien aucune idée. Heureusement que je connais cette petite mélodie toute simple et joyeuse. Est-ce vraiment moi qui fais tout ça avec cette mandoline ou est-ce juste le fruit de mon imagination ? Je ne parviens pas à m’arrêter de jouer, c’est fou ! J’ai l’impression que tout mon corps bouge tous seul ! Je ne commande rien du tout ! Je ne fais aucune fausse note pour une fois. Je me suis drôlement bien amélioré et le son est très joli. Je ne sais pas ce qu’il se passe mais c’est sympa !

Je pourrais chanter par-dessus. Je ne sais pas quoi chanter. Bon, je vais arrêter et aller voir les autres mecs voir s'ils dorment toujours. Comment je peux arrêter ? Mes mains ne veulent pas stopper. Hum... Ah ! Non, rien à faire. Et si je l'a trempais dans l'eau ? Hop ! Ça va bien me faire riper et je vais arrêter. Oh ! Ça s'est arrêté ! Même la nature cesser de bouger. Bien, où en sont nos voleurs ? Aïe... Ils sont partis...! Bon, ben je vais au moins aller rapporter la mandoline à ce vieux. Elle est cool mais très bizarre.

Enfin je suis sorti de la forêt, me revoilà à Juier. Où était la rue du monsieur déjà ? A droite ? Ah ben non. Déjà je vais voir où est la place du marché, il était pas loin. Oulà, qu'est-ce que je vois débarouler dans cette rue ? Ça hurle par-ici !

- Roh ! Fous-moi la paix, papa ! Crie une elfe. Enfin, à sa tête c'est sûrement ça.

- Mais à qui parles-tu ? Lui répond une Xen.

Ouah, j'ai jamais vu de nana avec d'aussi gros lolos ! Je ne savais pas que ça pouvait exister un truc pareil. Je suis bien content d'être un mec, c'est plat, c'est bien. Si je me souviens bien le vieil homme était par-là mais je ne suis pas sûr que les interrompes pour leur demander serait judicieux. On dirait une une dispute entre amies. Je ne vais pas m'en mêler. Peut-être que le vieillard se trouve au bar remarque. Je vais passer discrètement l'air de rien et jeter un coup œil.

Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 501

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Sep - 19:19
Alors que j'étais lamentablement traînée par Elona qui continuait de me faire la morale, je vis un jeune elfe passer à côté de nous. Quelle drôle d'allure... Il jeta un coup d’œil en notre direction, intrigué par le spectacle que nous donnions là. Il portait un cache-œil et dans son dos, trimbalait une mandoline. Était-ce un barde ? Cela m'intriguait quelque peu, en tout cas ses vêtements étaient ceux d'un voyageur. Un voyageur... Un potentiel client donc ! Les voyageurs avaient souvent des problèmes : bandits, monstres, et autres complications. Le fait est qu'ils n'avaient en général, pas beaucoup d'argent non plus. Ce n'était peut-être finalement pas une bonne idée de s'attarder à proposer mes services à ce genre de personnage, mais il aurait peut-être des infos sur des choses qu'il avait vu en chemin : la position de bandits qui étaient recherchés par les autorités locales, un monstre errant à chasser... Il fallait définitivement que j'aille parler à ce blondinet, d'autant qu'il n'était pas moche, bien au contraire. En tout cas, de loin, je ne l'avais pas trouvé repoussant.

- Bon... ça sera pas la peine de me faire venir avec toi, Elona ! J'crois que je viens d'apercevoir un futur client...
- Quoi ?
- Tu l'as pas vu ? Y avait un voyageur là ! Avec un peu de chance il aura des infos à me donner pour un éventuel boulot ! Tu sais comment ça marche...
- Heu... Pas vraiment... Mais... Bon... Si tu dis que ça pourrait t'aider à trouver du travail... Je vais pas t'empêcher d'aller le voir... Aller ! Files ! Vas me trouver ce boulot !
- Ouais ! T'inquiètes ! A plus, Gros Nénés ! lui criais-je en détalant comme un lapin.
- Que... Je t'interdis de... Raaaaaaaaah !!!! Et puis zut !

Je faussais donc ainsi compagnie à la guérisseuse aux gros lolos pour tenter de rattraper mon inconnu. Mais où était-il passé ce bougre ? Je cherchais un peu partout du regard avant de voir sa natte au loin qui se distinguait assez facilement sur son manteau de voyage marron foncé. Il passait à peine la porte de l'auberge où je campais depuis plusieurs jours. Vite, je me mis à courir à toute vitesse, utilisant mon fluide de vent pour me propulser en avant, histoire de ne pas perdre de temps... et j'avais mal calculé la distance. Résultat, j'enfonçais la porte, l'ouvrant avec force contre mon épaule qui me fit tout de suite comprendre que j'y étais allé trop fort sur ce coup là. Et en plus le blondinet était juste derrière... Bam ! Je me le percute de plein fouet, nous tombons tous les deux à la renverse.

- Bon sang ! s'écria le tavernier. Est-ce que ça va ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Heum... mauvais calcul... désolée...

Je me trouvais à présent dans une situation délicate, mon corps entremêlé à celui de mon inconnu, la tête penchée au-dessus de lui.

- Hé ! Désolée blondinet ! Ça va ? J't'ai pas fait de bobo ?

« Nouvelle technique de rentre dedans... » me dis-je. Maintenant au lieu de faire ça en douceur en faisant connaissance, je leur rentre carrément dedans... Oui oui... pourquoi pas ?
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 318

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 14:46
Je n'entends pas trop d'agitation dedans, ouvrons déjà cette porte pour voir, après tout ce n'est pas comme si d'entrée j'allais me faire-

BADABOUM !

Aïe ! Mais Ah ma tête contre ce sol si dur... Mon flan qui prend aussi... Oh douce joie. J'espère que dans mon sac il n'y a rien que cassé. Ah ma tête ! J'ai beau me l'a frotter là où ça a taper ça fait toujours aussi mal ! Je sens comme un poids sur moi. Je lève la tête et ce poids est une femme aux cheveux vert.

- Bon sang ! Crie un homme. Est-ce que ça va ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

- Heum... mauvais calcul... désolée...

Mauvais calcule ? Pourquoi elle m'est rentrée dedans ? Elle n'a pourtant pas d'ailes pour un atterrissage corsé ! On dirait une elfe. Peu vêtue. Une elfe. C'est comme ça qu'on intercepte les gens franchement ?! C'est quoi cette technique du rentrer dedans ? Raaah... Elle ne l'a sûrement pas fait exprès.

- Hé ! Désolée blondinet ! Ça va ? J't'ai pas fait de bobo ?

Blondinet ?

- Non, pas du tout, ça va aller, merci.

Je me frotte toujours la tête cependant. Ah ! La mandoline ! Elle est où ? Raaah mais mais j'ai ses cheveux dans la gueule ! Je me redresse un peu. Ah ! Ouf ! Elle n'a rien !

- Et... Et vous, ça va ? Pas de bobo non plus ?

Pour reprendre son expression. Bon, c'est quand qu'elle bouge ? Je ne suis pas un matelas ! Raaah... Avec ce mal de tête je ne fais que râler. La pauvre, j'veux pas paraître antipathique. Bon, je me relève en faisant partir la poussière de mes vêtement puis je ramasse mon barda. Voilà ! Ah, et la mandoline ! Elle n'a vraiment rien ? Hum... Non, pas une seule bosse. Ouf ! Hum... Voyons si y'a le vieux. Raaah non, il n'est pas à l'intérieur. Flûte ! Pourquoi l'elfette me fixe avec autant d'insistance ? J'ai un truc sur le visage ? Enfin elfette... Euh... Je ne ferai aucun commentaire là-dessus.

- Dites, vous n'auriez pas vu un vieux marchand qui vendait un peu de tout dont une mandoline ? J'ai coursé les voleurs qui lui ont piqué ses biens mais au bout du compte je n'ai récupéré que ça et leurs bourses.

Elle n'a pas de sac de voyage avec elle donc cette femme est d'ici. Elle va pouvoir me renseigner.
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 501

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 11:59
- Et... Et vous, ça va ? Pas de bobo non plus ? Me demanda-t-il après m'avoir affirmé qu'il n'avait rien.
- Nan, ça va ! Y a que ma dignité qui est blessée...

Je me relevai en poussant un léger soupir de douleur et l'aidai à se relever. Je regarde ramasser ses affaires, dont une très chouette mandoline qui me semble être d'une facture complètement inconnue.

- Dites, vous n'auriez pas vu un vieux marchand qui vendait un peu de tout dont une mandoline ? J'ai coursé les voleurs qui lui ont piqué ses biens mais au bout du compte je n'ai récupéré que ça et leurs bourses.
- Hein ? Quoi ? Ah ! C'est à moi que tu causes ? Désolée ! Hum... Un vieux vendeur ? Ça me dit rien...

Je réfléchis un instant, tentant de me souvenir de quelque chose, savoir si j'avais déjà croisé un vendeur comme ça dans les rues de Juier. Cela faisait un petit moment que je traînai là, mais je n'avais pas forcément fait attention à tout ce qui se passait dans la ville. Étrange que le vieil homme ne soit pas venu me voir pour me demander de l'aide pour poursuivre ces voleurs. A moins que...

***flashback***

Hier soir, j'étais assise à ma table, en train de me curer le nez, m'ennuyant à mort. Soudain débaroule un vieux type en panique. Lorsqu'il m'a vu, il est tout de suite venu vers moi.

- S'il vous plaît... Vous... Vous êtes mercenaire, n'est-ce pas ?
- Haaan... Ouais... Je suis même mieux que ça ! Je suis femme à tout faire... bla bla bla... bref... le speech habituel ! Qu'est-ce tu m'veux ?
- S'il vous plaît jeune fille ! Vous devez m'aider ! Je me suis fait voler mon...
- Jeune fille ? Hein ? Tu sais à qui tu parles au moins le vieux ? Si ça se trouve je suis plus âgée que toi !
- Mais... Mais on m'a volé ma marchandise ! S'il vous plaît, aidez moi ! Je vous récompenserai ! Promis ! Si vous me retrouvez ma cargaison... je... je vous donnerai de l'argent ! Beaucoup !
- Hum... Ouais... C'est quoi le truc ?

Ah oui... c'est vrai que c'était le soir et que j'avais beaucoup bu à ce moment là. J'étais pas tout à fait fraîche quand il est venue me parler, du coup... Il a dit quoi après ? Ah oui !

- Des bandits, alors que je passais avec ma caravane dans la forêt non loin d'ici, ils ont volé ma marchandise ! S'il vous plaît, je vous en conjure. Il faut m'aider. Je me suis arrêté quelques minutes sur la route pour pisser derrière un arbre et l'instant d'après, pouf ! Ma marchandise... disparue ! Y a un jeune qui est parti à leur recherche... Mais j'ai peure qu'il se mette en danger...
- Ouais ouais... j'm'en occupe demain... trop tard là... en plus j'ai trop bu...
- Quoi... mais... Mais c'est important ! Vous ne comprenez pas ! Il y a des choses de valeurs ! La mandoline ! Au moins la mandoline, il faut que vous me la rapportiez ! S'il vous plaît...
- Raaaah !! Lâche moi les bottes papy ! J't'ai dit demain... ch'fatiguée...
- Oh misère... Je suis fini...
- Ouais ouais... Fini ouais... J'vais aller me pieuter moi... je vois ça demain.

***

Et ce matin j'ai complètement zappé ça...  

- MERDE !!!Le vieux !! C'est vrai, bordel !!

Je pris le blondinet par les épaules, en totale panique.

- J'avais oublié ça !!! Je l'ai vu hier soir, il baragouinait je sais pas quoi à propos de sa mandoline et de ses marchandises ! Mais j'étais trop bourrée pour l'écouter... Aaaaaaargh !

Je me secouais la tête en me tirant les cheveux, me maudissant pour ma bêtise infinie.

- C'est pas vrai ! J'ai loupé un contrat comme une idiote !! Aaaah !! Putain de vieux ! Ils sont où ces voleurs ? Faut leur mettre la main dessus ! J'ai besoin de thune moi ! Faut que le vieux me paye pour que je retrouve ses affaires et... ! Attends... C'est bien sa mandoline que tu as là ?

C'était foutu. Si ça se trouvait, le vieux s'en fichait du reste de sa marchandise à part la mandoline. Du coup, même si je coinçai les voleurs, il ne me donnerait sûrement pas de récompense, ou alors pas aussi conséquente qu'elle ne l'aurait été avec la mandoline en prime. J'avais un sourire crispé, et le regard complètement dépité.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 318

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 17:27
Mince ! Elle ne sait pas de qui je veux parler. En même temps comme description c'est assez vague. Il était petit, le dos courbé, pas beaucoup de poils sur le caillou, d'ailleurs il a des tâches brunes assez ronde sur le dessus. Il a les yeux vitreux, une barbe blanche et des rides laissant paraître son expression qu'il donne le plus souvent : la colère. Il porte une écharpe violette en laine sur lequel il y a un drôle d’écusson assez vieux pour qu'on ne puisse que voir une wiverne dessinée, le reste des habits est marron et très abîmé ainsi que des sandales grises. Sur son manteau... Hum... Oh ? Tiens ? Je ne pensais pas que j'irai jusqu'à me souvenir de tous ça ! Est-ce parce que je m'entraîne à mémoriser des choses ? Bonne question. En tout cas, elle semble ne rien savoir. C'est vraiment pas de veine ! Peut-être que le tavernier le sait ? Je lui pose la question.

- Tavernier ! Bonjour, excusez-moi mais j'ai besoin de savoir si vous ne connaîtriez pas un vieux marchand chauve avec une écharpe violette et des habits marrons ?

- Hum ? Si tu cherches ce genre d'information ce n'est par moi qu'il va falloir t'adresser.

Pourquoi il regarde la femme aux cheveux verts en disant ça ? Elle semble complètement perdu dans ses pensées... . Ah ? Elle s'agite. Oh ?!

- J'avais oublié ça !!! Je l'ai vu hier soir, il baragouinait je sais pas quoi à propos de sa mandoline et de ses marchandises ! Mais j'étais trop bourrée pour l'écouter... Aaaaaaargh !

Ah Euh...

- C'est pas vrai ! J'ai loupé un contrat comme une idiote !! Aaaah !! Putain de vieux ! Ils sont où ces voleurs ? Faut leur mettre la main dessus ! J'ai besoin de thune moi ! Faut que le vieux me paye pour que je retrouve ses affaires et... ! Attends... C'est bien sa mandoline que tu as là ?

Un contrat ? Mais de quoi elle parle ? Hum ? La mandoline ?

- En effet, j'aimerai lui remettre en personne pour être sûr qu'il lui soit bien remise. Il est chauve, il porte des habits marrons abîmés, une écharpe violette et à une barbe bien fournit. Il s'est envolé à une vitesse... . C'est bizarre. Il était peut-être trop presser de revoir sa marchandise...? J'ai poursuivit les voleurs mais je n'ai récupéré que la mandoline. Ils sont partis de cette ville il y'a pas longtemps. Même s'ils n'ont plus un sou en poche, avec ce qu'ils ont prit ils vont s'en refaire. Flûte ! Enfin bref... Vous savez où il pourrait être ce vieux ?

<< Wraith...?>>

Hum ?

- Oui ?

Je me tourne mais personne ne semble m'appeler. On aurait dit un souffle. Un murmure d'une voix féminine mais mise à part la femme aux cheveux vert personne pourrait avoir ce genre de voix. Et encore, c'était une douce voix.

- Hum... Vous dites "contrat", vous êtes une femme à tout faire ?
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 501

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Sep - 10:10
Je m'en mordais les doigts. Le jeune blondinet me confirma qu'il s'agissait bien de la mandoline volée et qu'il voulait la remettre à son propriétaire. Il me demandait où se trouvait le vieux marchand mais je n'en avais aucune idée à présent. Intérieurement j'étais en totale panique. Il me fallait cet argent, mais je ne pouvais pas piquer la mandoline à ce gentil garçon. D'autant qu'il était mignon et que je préférai m'en faire un ami plutôt qu'un ennemi. Il fallait que je réfléchisse vite à quelque chose.

« C'est pas bon putain ! C'est pas bon du tout ! Et si je lui piquais la mandoline ? Non non non ! Après je vais avoir des ennuis et la garde de Juier sur le dos ! Mais il me faut cet argent bordel, j'ai plus une thune, et l'aubergiste est en train de me fusiller du regard. Ça fait déjà deux jours que j'aurai du le payer. Hein ? Qu'est-ce qu'il fout ? » me dis-je à moi-même.

Je vis l'aubergiste se saisir d'un énorme couteau et découper le pain en me regardant avec des yeux sombres.

« Aaaaaaaaargh !! Là c'est sûr, il veut complètement me tuer ! Si je le payes pas il va me désosser à coup de couteau à pain ! Il faut que je trouve un moyen de gagner de la maille ! »  

- Hum... Vous dites "contrat", vous êtes une femme à tout faire ? me demanda le jeune homme aux oreilles pointues.
- Hein ? Heu... Ah !! Ah ahahahah ! Ah oui ! Oui oui oui ! Exactement !

Je posais mon bras sur son épaule tendant mon bras en l'air et l'invitant à user de son imagination.

- Je suis même la meilleure de toutes les femmes à tout faire ! J'ai voyagé en tout Arcaëlle pour rendre service à tout un tas de personnes !

Et toutes ces personnes, j'avais soit couché avec, soit rendu un service contre de l'argent, mais ça il n'était pas obligé de le savoir. Je préférais ne laisser paraître que le meilleur côté de la chose.

- Je suis Tahiri Rösenwand ! Championne de Zaï'Lou, chef des Corbeaux de Zaï'Lou !
- Et tu mes dois toujours de l'argent... Championne ! s'écria l'aubergiste.
- Ahahahaahah ! Quelle mauvaise langue ! Laissons-le parler... A... alors ? C'est quoi ton nom à toi ? Tu pourrais me guider vers ces voleurs ? Je suis sûre que le vieux aimerait bien retrouver sa marchandise au complet ! Et tu sais... avec tous les types que j'ai déjà combattu, c'est pas une petit bande de voleurs qui me fait peur !

Je sentais le regard glacial de l'aubergiste derrière nous tandis que je guidais le jeune homme blond vers la sortie. Il fallait absolument que j'échappe à ce type à qui je devais de l'argent pour m'être restauré dans son auberge. Trouver un moyen de le payer... ou de m'en aller comme une simple voleuse.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 318

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep - 11:02
Elle me confirme que oui puis ajoute quelque chose qui éveille bien ma curiosité : elle a voyagé dans tout Arcaëlle ! C'est génial ! Elle va pouvoir me dire où dans le monde, il y a des choses superbes à voir. Elle est assez familière mais j'aime bien, je le suis aussi. J'espère qu'on va bien s'entendre j'ai pas mal de trucs à lui demander. Elle se présente, Tahiri et après elle me dit de drôles de titres. Elle est championne de quoi ? Et comment elle peut être chef des corbeaux de... Zailou ? Ah, je ne sais pas comment le prononcer. Tahiri me mène à la sortie, sentant un regard pesant sur elle de la part de l'aubergiste. On sort donc de cet endroit puis je lui prend la main pour la lui serrer en souriant.

- Enchanté Tahiri, je suis Wraith Dorcas, conteur itinérant.

Je lui lâche sa main avant de bien redresser mon sac.

- On va devoir pas mal marché mais heureusement, nos voleurs sont à pieds eux aussi. Ils sont vers cette forêt.

Je lui pointe du doigt la forêt en question.

- Tant mieux que vous sachiez vous battre, ils sont cinq et sûrement très en colère de ne plus avoir leur bourses... . Personnellement, je ne suis pas un champion de la baston mais je sais tirer avec mon arc. A ce propos, c'est quoi vos titres ? "Championne de Zailou" et "chef de corbeau de Zailou" ? Vous êtes championne de quoi ?

Je m'arrête là avec les questions sinon elle va croire que je lui fait un interrogatoire. Je me mets en route et nous marchons alors en direction de la forêt. Elle est assez verdoyante et peu à peu l'air de la mer laisse place à celle de la forêt. Je n'ai pas vu de nom, je fais que passer par là où il y avait les voleurs. Ah oui, à ce propos, c'est vrai qu'ils n'étaient pas habillés comme des voleurs, un camouflage peut-être ? La forêt est bien calme, on voit que quelques petits rongeurs et oiseaux. Les herbes son hautes et il y a pas mal de ronces. Tiens, un des voleurs s'est fait accroché et a tirer comme un malade. Le bout d'une cape est resté coincé dans les ronces. Je la prend délicatement puis je me tourne vers Tahiri qui doit bien se faire griffer un peu sur ses longues jambes. C'est vrai que je ne l'ai pas très bien regarder, je ne m’attarde pas trop sur les personnes en petites tenues. Elle a des cheveux verts encore plus longs que ce que je croyais et je n'avais pas fait attention au fait qu'elle est des yeux aussi vert. Et une peau foncée. En faite, comme un arbre. Marron au tronc et vert pour les feuilles. Je ne vais pas lui dire qu'elle ferait le camouflage de nature parfaite, elle va p'être mal le prendre. Elle est plutôt jolie. Mais si je lui dit elle va penser que je l'a drague. On ne peut rien dire aux femmes... .


Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 501

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Juier-