L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Comment ça sur mon 31?

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Mai - 20:40
Comment ça sur mon 31 ?


Ambiance:
 


La grande tempête était passée depuis deux semaines, les dégâts sur les terres et les infrastructures avaient été minimisés et malgré quelques aqueducs à réparer ou des routes à retracer, les choses, c’étaient mieux passé que je ne l’avais prévu.
Mais pour le moment, je me dirigeais vers la porte de la salle de réception du palais de Wasdkioljer. Peu après la fin de la tempête, une missive de dame Cornwall était arrivée au manoir, elle demandait que je la rejoigne au plus tôt pour des affaires d’état. D’après ses mots, ma présence à un gala était cruciale pour signer nombre de contrat avantageux pour le Domaine. J’étais donc parti avec une dizaine de cavaliers en escorte et Saphira pour la ville du sud, laissant la gérance de la capitale à Erikar.
Et ainsi, nous nous trouvions après deux semaines de voyage à l’entrée de la salle de réception du palais de Wasdkioljer où les gardes nous firent entrer avec leurs sérieux habituels. Je portais mon éternel chapeau et ma veste verte, l’écharpe de Didiorkar autour du cou et j’avais laissé mes armes hormis ma dague à la garde. Saphira elle portait une robe qui lui tombait jusqu’aux chevilles de couleurs bleu-vert et restait près de moi comme intimidé par le grand palais.
Je vis notre chère ministre du commerce dans sa robe bien connu qui discutait avec un elfe d'une tête de moins qu’elle. Au vu de ses accessoires, c’était un couturier. Lorsque l’elfe me vit, il fit une grande révérence et se déplaçait derrière Anna qui avait son visage neutre de tout les jours… Hormis… Une étincelle d’amusement au fin fond de ses yeux peut-être ? Non, je dis être fatigué du voyage.

« Anna ! Ravie de vous revoir, nous sommes venus aussi vite que possible… Alors, que ce passe t’il ? Mais vous allez mieux non ? » Je m’exclamais en lui serrant la main vigoureusement.
« Je suis honoré de rencontrer la grande Anna Cornwall… Tout le monde ne parle que de votre duel face au fils d’Ozan dans les rangs de l’armée Dominian.  Je suis la compagne de Grégoire, Saphira Akua’Aël. » Se présentait la belle femme des mers. Néanmoins, je sentais une espèce de préventions sous-jacente dans ses mots, algré sa voix douce, amicale et son sourire engageant Surement une habitude féminine.



PS:
 



(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Mai - 17:02
Plusieurs semaines étaient passées déjà depuis ma demande à Sëya d'aller sauver Aaron, et je n'avais toujours pas de nouvelle. J'espérai qu'il n'était rien arrivé de grave à mon amie et qu'il ne s'agissait là que d'une inquiétude sans fondement. J'avais décidé après quelques jours de réflexion, d'organiser un bal, un genre de gala de charité qui nous permettrait d'obtenir des fonds pour la reconstruction de Wasdkioljer ainsi que de quelques accords marchands avec de riches bourgeois de la région, des régions alentours... ou même des états du Royaume et de la Principauté. En effet, j'avais profité de leur présence pour prendre contact avec certains pontes de ces deux nations, il serait peut-être opportun d'en faire également des alliés commerciaux en plus d'alliés militaires.

J'avais fait venir mon couturier, celui-là même qui était installé à Cescan. L'elfe semblait enthousiaste à l'idée de préparer les tenues pour le bal et j'avais déjà ma petite idée de celle que j'allais porter. En revanche, je n'étais pas sûre que mon seigneur, que j'avais convié à se joindre à nous quelques jours plus tôt via une missive, serait le genre d'homme à venir avec une tenue décente pour ce genre d'événement. Et je ne m'y étais pas trompé, lorsque je vis le Seigneur Boisdefer arriver, je crus que j'allais soupirer d'exaspération, mais je n'en fis rien, me tenant tout simplement face à lui avec ma mine toujours aussi... égale à celle des autres jours. Après tout je m'y attendais et cela m'amusa même quelque peu, car je savais ce que cela impliquerait : vêtir notre Seigneur à ma bonne convenance, j'en jubilais d'avance.

- Anna ! Ravi de vous revoir, nous sommes venus aussi vite que possible… Alors, que ce passe-t-il ? Mais vous allez mieux non ? me dit-il en me tendant une main que je serais avec enthousiaste.
- Mieux oui ! Je vous remercie de vous inquiéter pour moi, Seigneur Grégoire ! Ravie de vous revoir également !

Ce fut finalement au tour de la femme à ses côtés de se présenter à moi.

- Je suis honorée de rencontrer la grande Anna Cornwall… Tout le monde ne parle que de votre duel face au fils d’Özan dans les rangs de l’armée Dominiane. Je suis la compagne de Grégoire, Saphira Akua’Aël.

Je sentais ses mots pesants, comme si elle avait un message caché dans ses paroles. Elle avait tant insisté sur le fait qu'elle soit la compagne de Grégoire que j'eus mon idée sur ce qu'elle voulait me faire comprendre. Cela m'amusa quelque peu que quelqu'un puisse être non pas jaloux mais au moins prudent à mon égard concernant Grégoire.

- C'est un honneur de vous rencontrer Dame Saphira, Sieur Grégoire ne m'avait point parler de vous en tant que conjointe, sûrement par pure discrétion. Je suis ravie de vous voir à ses côtés, cela ne peut que me combler de joie. J'espère que vous prendrez plaisir à la réception que j'ai organisé. Voyez-vous, pour vous répondre Sire, dis-je en me tournant à nouveau vers lui, j'ai organisé cet événement dansant afin de réunir nombre de nobles gentes afin de remédier à un ralentissement des efforts liés à la reconstruction de Wasdkioljer. Nous manquons à la fois de main d’œuvre mais surtout de fonds et également de matériaux. L'intendant a fait sacrifié bon nombre d'habitants qui auraient été utile ici... Je me suis donc dit qu'il était peut-être judicieux de faire venir à nouveau des marchands de tout horizon afin de garantir un nouvel essor à l'ancienne capitale de l'Ouest de Kaïl. Si vous vouliez bien me suivre...

Je fis signe à Grégoire et sa conjointe de me suivre, me courbant légèrement avec politesse pour les enjoindre à se laisser guider par mes pas. Je reprenais alors la parole tandis que nous marchions au travers des couloirs du palais de l'intendance encore en rénovation.

- J'avais besoin de votre présence, d'une part pour faire de cet événement quelque chose de tout à fait officiel, et d'autre part pour convaincre ces marchands, bourgeois et autres personnes de grande importance de conclure quelques accords avec nous, des accords évidemment commerciaux. C'est pourquoi, l'idée du bal m'est venue. Je suppose que vous n'avez pour tous vêtements que ceux que vous portez là... Il va falloir remédier à cela, mais ne vous en faites pas, mon couturier va s'en charger. Connaissez-vous les codes de bonne conduite, Grégoire ? Vous avez une idée de ce qu'est l'étiquette ? Savez-vous danser au moins ?

Je m'arrêtais pour le regarder, attendant sa réponse, même si je la connaissais déjà d'avance : évidemment que non. Grégoire n'était pas un noble, et n'avait pas été instruit à toutes ces choses. Il me faudrait probablement y remédier, mais je préférais le lui demander.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai - 21:48


J’avais retenu mon souffle alors que ma ministre répliquait aux paroles de ma fiancée et que je craignais une sorte de joute verbales féminine dont je n’aurais su quoi penser ou même si j’avais pu rester à écouter. Néanmoins Saphira eut un petit sourire et ne dit rien de plus, elle semblait, presque rassuré.
D’ailleurs, je reportais mon attention sur Anna, un bal ? Pour amener des accords commerciaux en notre faveur ? C’est une excellente idée ! De plus, je n’étais pas contre être présent, j’imagine que c’est une responsabilité de roi après tout. 
C’est aux deuxième morceau qu’une petite voix me disait dans ma tête : « Grégoire, je crois bien qu’ont, c’est fait avoir ! ». D’autres vêtements ? Alors que je balbutiais une réponse comme « En effet, je n’ai emmené que ceux-là, mais j’en ai... » Que déjà, j’entendais parler de bonnes conduites ? D’étiquette et de… Danse !
Sang et cendre, je vais devoir danser ! Sérieusement ? Je tournais mon regard sur Saphira qui s’était laissé aller à tâter les différents tissus amenés par le couturier… Aucune aide ne viendrait de ce côté pauvre petit sauvageon !
« J’ai entendu parler d’étiquette et de bonne conduite quand j’étais à Alzbey il y a des années, mais je n’ai pas vraiment côtoyer l’aristocratie… Et en terme de danse eh bien… Je sais danser la gigue et d’autre danse de village en effet pourquoi ? » Je demandais avec suspicion à Anna avant de prendre chapeau entre mes mains et de tendre un morceau de ma veste typique. « Puis mes vêtements sont très bien non ? » 
Saphira réapparut brièvement pour dire, avec un sourire à Anna.
« Oui ! Un bal ! Nous appelons cela autrement chez moi, mais c’est une fête où il faut être très élégant et faire bonne impression. C’est durant ces rencontres que les chefs font les propositions e marchandage et d’union, on porte nos plus belles perles et robes en fibres d’anémone ou d’écailles d’argent ! » S’exclamait-elle joyeusement.
Je la voyais alors retourner vers le couturier qui lui posait des questions sur les textiles qu’elle avait mentionné et avec une joie visible elle lui répondait en décrivant les dit textiles. Puis je tournais mes yeux vers Anna… Une part de moi savait ce qui allait arriver, et cette épreuve me semblaient bien pire que la bataille de Wasdkioljer ! Et les yeux, cette fois, j’en étais certain, plein de malice de dame Cornwall ne faisait que m’inquiéter encore plus.
Je jetais un dernier coup d’oeil à l’immense soleil par la fenêtre, à ce ciel bleu si enivrant que je ne pourrais pas contempler pour le moment. 
« Je ferais ce qu’il faut si cela aide mon peuple... » Je soupirais, avant d’ajouter avec une voix gênée. « Soyez douce s’il vous plaît, je n’ai jamais fait cela avant... » 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Mai - 10:08
J'eus presque l'envie de rire aux éclats alors que Grégoire me demandait d'être douce avec lui. C'était là quelque chose de touchant de voir son ignorance face à ce que je lui présentais. Il fallait cependant que je sois franche avec lui et que je le l'avertisse de ce qui l'attendait. C'est avec une étincelle de malice dans les yeux que je lui répondis :

- N'ayez craintes, Sire ! Je saurais me montrer douce quand il le faudra. Vous ne risquez cependant pas grand chose à apprendre de moi ! Nous vous choisirons une tenue décente pour le bal, je vous apprendrai à danser, à vous comporter comme l'étiquette l'exige, et ma foi... Je crois que le mieux serait de commencer par une toilette rafraîchissante, cela inclus donc que vous vous laviez, brossiez convenablement, après quoi une petite coupe de cheveux devra s'imposer. Rien de très impressionnant, je vous rassure, mais vous méritez bien une petite égalisation des mèches.

Sans aucune pudeur, je passais mes doigts dans les cheveux de Grégoire et confirmais mes dires. Il aurait bien besoin d'une petite taille de cheveux histoire de paraître plus élégant, moins sauvage, même si c'était un trait que j'appréciais chez lui. Cependant il nous faudrait être impeccable et cela passait par l'apparence et la manière d'être, de se comporter.

- Hum... oui... vraiment... Je vous laisserai aux bons soins du barbier. Il vous fera une coupe élégante et taillera correctement cette barbe. Une chance que celui-ci ne soit pas passé entre les mains des Serviteurs Noirs... Sans doute que l'intendant avait besoin de ses services... Bref ! On va vous pouponner et biiieeeen s'occuper de vous Seigneur ! Vous allez être frais comme la rosée du matin !

Avec délectation, je poussais avec douceur Grégoire en avant pour l'inviter à se rendre dans la salle d'eau où l'attendait déjà un bon bain chaud, des linges propres et une tenue temporaire fraîche et décontractée. Le barbier quant à lui, était déjà installé non loin de la salle d'eau, aiguisant ses rasoirs et ses ciseaux.

- Et puis je suis persuadée que vôtre jolie compagne va apprécier ce petit changement !
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Mai - 20:33


J’ignorais si je devais rire, pleurer ou être frustré de cette situation incongrue. Déjà, le fait d’avoir les mains de la ministre me passant dans les cheveux me faisais craindre une attaque carabinée de Saphira mais au final tout allait bien. C’est un peu dépité que je me rendis à la salle de bains pour m’y dévêtir.
Nu comme un ver, je pouvais profiter du grand miroir dans la chiche salle circulaire, pour examiner mon corps à nu. Je pouvais voir des dizaines de cicatrices plus ou moins importantes me parcourir le torse, l’abdomen, les bras et les jambes… Les traces des combats. Je m glissais dans l’eau chaude, après avoir laissé mes affaires sur un tabouret. Je devais l’admettre, c’était un plaisir et mes muscles courbaturés du voyage appréciaient le traitement à l’eau chaude. 
Je passais quelques minutes à savonner ma peau avec un savon à l’odeur des plus agréables de fruits avant de laisser ma tête se reposer un peu contre le rebord du bain en porcelaine de l’ancien intendant. La porte s’ouvrit et le parfum de ma tendre Saphira me vint au nez, je ne bougeais donc pas et ouvris un œil pour la voir prendre place à côté de moi. Je rougissais quand même d’être à nu devant elle malgré nos relations… Plus intimes. 

« Les serviteurs commençaient à parler de brûler tes anciens vêtements… Je leur ai dit que s'ils touchaient à un seul fil de tes affaires, je m’occuperais personnellement d’eux. Je crois que je leur ai fait plus peur que voulu. » Me dit-elle avec un petit sourire en replaçant une mèche de mes cheveux à l’occasion d’une caresse sur ma joue.
« C’est un peu extrême, mais… Merci. » Je gloussais.

« Je sais que tu tiens beaucoup à ces vêtements. À qui ils ont appartenu avant toi. Cela t’aurait fait trop de mal de les perdre. 
» Murmurait, elle en me tendant les bras avec une serviette propre.

Je la suivis en souriant et elle m’aidait à me sécher et enfiler les habits qui m’attendaient sur la chaise, une chemise de lin crème, un pantalon brun et des bottes de bonnes facture brunes. Je ressortis de la salle de bains avec Saphira et vis le barbier qui m’attendait, et une Anna qui semblait très fière d’elle. Je soupirais et vins m’asseoir sur la chaise devant le barbier et me laissais guider alors que Saphira prenait place non loin. Le barbier, un humain à la barbe tressé et soigné, rousse comme ses cheveux court, avait une technique sans hésitation. Le claquement des ciseaux était régulier ainsi que la chute de mes mèches rebelles et de mes poils de barbe trop dissident. 
Il eut fini en quelques instants et je passais une main dans mes cheveux et ma barbe de quelques jours… Je devais avouer que le résultat était à la hauteur.
« Eh bien… j’imagine que je dois apprendre l’étiquette et les bonnes manières haha. 
» Je lançais à dame Cornwall, mi figue-mi raisin. 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Mai - 9:25
J'observais avec attention les résultats du barbier sur la pilosité et capillarité de Grégoire, et je ne peux m'empêcher d'exprimer ma satisfaction par un petit sourire amusé. Voilà qui était plus élégant, plus représentatif d'un souverain.

- Très satisfaisant ! Vous ressemblez presque à un gentleman à présent. Je sais que ce n'est pas tout à fait votre genre, et je vous remercie de la peine que vous vous êtes donné. Mais effectivement, c'est loin d'être terminé. Il me faut vous apprendre tout cela. Vous verrez, c'est peut-être désagréable au début, cependant, à force, cela deviendra un automatisme... Hum... ce n'était peut-être pas les mots les plus rassurants... Qu'importe ! Allons-y ! Nous allons d'abord vous préparer une tenue. Après quelques essayages, notre tailleur pourra réajuster à votre taille celle qui vous conviendra le mieux.

Ce n'était pas non plus les mots les plus rassurants pour Grégoire que je sentais déjà appréhender tout cela. Ses réponses étaient toujours ponctuées de petits rires nerveux, cachant derrière eux une certaine gêne. Il fallut pourtant bien passer par là et l'on n'y pouvait pas grand chose. Je pris le soin de guider mon Seigneur jusqu'à la salle où étaient entreposées les tenues étant réservées à ce dernier, mais aussi comprenant quelques somptueuses robes. Mon choix avait déjà été fait, il ne me serait point nécessaire d'en essayer une, en revanche, cela serait une autre paire de manche pour Grégoire.

Le couturier nous présenta d'abord quelques classiques dans le genre, de somptueuses et élégantes tenues, toutes présentant des froufrous, des fraises, ou encore des dentelles. Après quelques essais infructueux, qui provoquèrent quelques fous rires chez Saphira, contenus pour ma part, nous dûmes bien nous faire à l'idée que ce genre de tenues ne convenaient vraiment pas à notre Seigneur. Il n'était pas le gaillard le plus musculeux et le plus grand du Domaine, mais il possédait tout de même un corps de guerrier, et il fallait avouer que les tenues étaient fortes ridicules sur lui.

Après plusieurs essais infructueux et rires étouffés de notre, part, nous finîmes par trouver quelque chose de peut-être plus adapté, qui sied un peu plus à la condition de chef de guerre de notre bon seigneur. Un pourpoint de cuir noir et rouge savamment confectionné, présentant des manches rouges, bouffantes, dans un textile léger et agréable à porter. Des gants noirs fait de velours, ainsi que des bas noirs et de longues bottes rappelant par ses matières premières et ses couleurs, le pourpoint.

- Il faut que vous vous regardiez dans la glace, mon Seigneur ! Voilà enfin une tenue qui vous conviendrait ! Hum... J'y rajouterai même bien un petit quelque chose... Ah oui ! C'est cela ! Attendez !

Je partis fouiller dans les accessoires et revint avec un haut de forme du plus bel effet. Comment imaginer Grégoire, en tenue élégante, sans un chapeau digne de ce nom ? Je le lui tendis tout en le guidant devant le miroir.

- Essayez !
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai - 18:09


Par mes ancêtres ! Les femmes sont des démones avec un joli minois ! Je suis réduit à m’agiter dans des tenues ridicules ! Le tailleur semble désespéré par mes essais, sang et cendre que puis je si les froufrous et la dentelle ont une dent contre moi. Je change au moins six fois de tenue, six ! Saphira et Anna semblent très amusé par mes essayages, heureusement que mes Protecteurs ne sont pas là, ce serait une catastrophe sinon. 
Après quelques conseil d’Anna au tailleur, il finit par me trouver quelques de plus simple et pratique… Bon, c’est toujours aussi excessivement raffiné, mais c’est déjà plus proche d’un uniforme, même s'il est rouge pétant… Je vois Anna qui approche de moi avec un chapeau tout aussi rouge et me le fixe sur la tête. 
Elle veut que je me regarde ? Un coup que je me fasse peur moi-même tient. Si Ombrefeu me voyait, j’en aurais pour des mois à me faire rabâcher cet essayage ridicule, j’ai quand même un peu de chance. Je me place devant la glace et m’observe… Je fais jouer mes membres pour voir jusqu’où j’ai de la liberté de mouvement, pas bien loin à première vue… Sang et cendre, c’est ça quand on porte un corset ? Je comprends bien mieux cette demoiselle à qui j’ai arraché quelques baisers et informations quand je travaillais à Alzbey.
« C’est… Mieux. » J’avoue avec une pointe de retenu. 
Je me tourne vers Saphira avec un sourire malicieux… Elle me regarde avec de grands yeux, avant qu’un frisson ne la parcoure en comprenant ce que j’allais faire et elle fait discrètement non de la tête alors que je fais oui de la mienne.
« Je pense qu’étant donné que tu m’accompagnes à ce bal ma belle fleur, il te faut aussi te préparer une tenue adaptée pour l’occasion. Après tout, tu es devenu la reine du Domaine huhu. » Je glousse sous les yeux du tailleur qui semble soudain retrouvé un peu d’enthousiasme à l’idée de trouver une tenue pour une belle demoiselle.
Il guide alors Saphira sur un estrade où il prend ses mesures avant de partir choisir une robe, et comme ci, il l’avait déjà en tête, revient avec une robe écarlate à dentelle qui pose dans les bras de Saphira qui jette un regard implorant à Anna en la tirant par le bras dans la cabine d’essayage. Elles ressortent quelques instants plus tard alors que le tailleur finis d’ajuster mes vêtements. Saphira est magnifique, Anna à surement du elle même procéder aux réglages sur la robe et à même ajouter des broches sertie de grenade et de rubis dans les cheveux de ma tendre Saphira. Elle prend place à côté de moi en me pinçant gentiment la joue en me disant à l’oreille :
« Tu me le paieras petit renardeau malicieux. » 
Je retiens un gloussement et me tourne vers Anna… En repensant à l’étiquette et à la danse ! 
« Euh… Eh bien, j’imagine qu’on commence par l’étiquette… Où on tente d’apprendre la danse du bal ? » Je demande avec appréhension.  .
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Mai - 11:26
J'étais plutôt satisfaite du résultat. L'aässila était magnifique dans sa robe même si elle contrastait quelque peu avec ses cheveux. Mais il était temps de passer aux choses sérieuses comme le suggérait Grégoire.

- Nous nous chargerons des deux à la fois ! Enfin... Je me suis mal exprimée ! Le programme risque de durer quelques jours. Nous apprendrons l'étiquette une partie de la journée, et apprendrons à danser durant l'autre partie. Nous allons donc commencer par l'étiquette.

Je sentais déjà le désarroi de Grégoire dans ses yeux. Il ne s'attendait sûrement pas à ce que cela dure plusieurs jours. Je le rassurais sur le fait que nous serrions le plus bref possible. D'autant que le bal se déroulerait d'ici moins d'une semaine. Il me faudrait donc lui enseigner dans un temps vraiment court. Ça n'allait pas être de la tarte.

Le première chose que nous fîmes fut d'apprendre à saluer. Je lui montrais donc comment un gentilhomme de la bourgeoisie en saluait un autre, et comment il saluait une noble dame. Cela ne fut pas une mince affaire, et plusieurs fois je dus reprendre les gestes de Grégoire. Je le guidais donc dans ses mouvements, en replaçant parfois un bras, une main, ou un pied mal positionné. Ce contact physique complètement anodin et dénué de la moindre affection était toutefois perturbant. Je n'avais pas vraiment l'habitude de toucher quelqu'un ou que l'on me touche. Je fis mine de rien, gardant un air toujours aussi distant et calme, mais il m'arrivait parfois d'avoir un bond dans la poitrine.

Il n'y avait rien d'étonnant à ce que je ressente quelque chose pour l'homme qui m'avait libéré de ma servitude. Bien au contraire, c'était un sentiment tout à fait normal. Et puis nous avions fait coulé le sang ensemble, nous avions saigné ensemble et sous la même bannière. Je me rappelais ce moment, juste au début de la bataille, avant que les premiers tirs de flèches et d'arbalètes ne fusent, où il prit la parole pour nous encourager. J'avais ressenti tellement de choses à ce moment là, une sorte d'admiration pour mon Seigneur. C'est pourquoi je m'étais battue corps et âmes dans cette bataille, pas seulement pour assouvir ma vengeance contre Lemmy, mais aussi parce que Grégoire m'avait inspiré. Me retrouver à présent à son contact était quelque peu... perturbant, d'autant plus que sa compagne nous regardait parfois avec un œil critique.

Il me fallut donc opter également pour une approche plus délicate, en mettant par exemple en scène la salutation, non pas avec moi, mais avec Saphira. Ainsi je jouai le rôle d'un gentilhomme pour qu'il apprenne à saluer un gentilhomme, tandis que Saphira joua le rôle de la noble dame. J'évitais ainsi bien des tracas même s'il me fallait parfois intervenir à nouveau. Et ça n'allait sûrement pas s'arranger avec la danse.

Je profitais également de l'heure du repas pour une nouvelle leçon, celle des bonnes manières à table. De toutes évidences, Grégoire ne les avait pas et je dus lui enseigner comment se tenir. Pas qu'il soit un sauvageon mangeant comme tel, même s'il avait sûrement dû passer par là un moment de sa vie, mais il lui fallait apprendre les us et coutumes de la noblesse, ce qui n'était pas aisé, je devais l'admettre. Moi-même je m'épargnais la chose lorsque je le pouvais, même si par automatisme, j'étais parfois fort délicate pour ces choses là. Le repas fut un peu moins agréable du coup, mais au moins, je sentais que Grégoire avait déjà appris quelques choses utiles. Il ne faisait aucun doute que mon « élève » faisait preuve de bonne volonté.

J'en vins ensuite à une leçon de langage, non que Grégoire fusse analphabète ou maladroit avec notre langue, mais il lui fallait une façon de parler plus soutenue pour s'adresser à certaines personnes. Je m’échinais donc à lui enseigner ce que je pouvais dans cette courte après-midi ensoleillée. C'était notamment l'occasion de travailler sur la locution, l'articulation des mots, la respiration également. Je ne ferais sans doute pas des miracles en si peu de temps, mais je sentais qu'il faisait tout son possible pour progresser et les résultats seraient probablement là.

Après cela, nous finîmes par attaquer la leçon de danse. Je ne sus dire si elle fut le moment le plus embarrassant de ma vie ou le plus agréable. A dire vrai, il me fallut danser avec Grégoire, et c'était quelque chose qui m'obligeait donc à être en contact avec lui. Ce foutu sentiment de gêne me revint en pleine face, me faisant me poser nombre de questions troublantes mais d'apparence, je m'efforçais de rester neutre, inflexible.

Un ensemble de musiciens -ceux d'ailleurs qui joueraient lors du bal- nous accompagnait lors de nos répétitions, afin que nous puissions avoir le rythme.


Ils jouaient à ce moment là une composition avec un rythme ternaire, fréquemment utilisé pour les bals dansants.

- Et un, deux, trois, un, deux, trois. C'est simple, Grégoire, il faut simplement suivre le rythme !

Mais au bout de quelques essais je sentais que je n'y arriverai pas ainsi, il fallait également que je lui montre comment procéder. Encore une fois il me fallut endosser le rôle du gentilhomme et je pris Saphira comme partenaire pour montrer l'exemple.

- Vous voyez... L'on pose la main ici, comme ceci, tandis que de l'autre, nous prenons la main de notre partenaire. Et ainsi... Maestro, musique ! Un, deux, trois, un, deux, trois ! Les pas sont en rythme avec la musique. Comme ça !

Saphira était prodigieusement douée pour la danse. L'on sentait qu'elle maîtrisait les arts musicaux, et que le rythme était quelque chose qu'elle connaissait bien. Sans doute avait-elle aussi appris à danser ici, ou même sous l'eau, bien que cela fut sûrement différent avec un nageoire à la place des pieds. Quant à moi, je connaissais bien les pas de danse, et il ne m'était pas compliqué de faire ceux d'un homme. L'aässila était d'une incroyable douceur même si je sentais une petite animosité dans son regard. Elle savait ne rien avoir à craindre de moi, que jamais je ne convoiterai celui qu'elle aime, mais c'était sûrement plus fort qu'elle, ce que je comprenais fort bien. Au final, nous dansâmes sans la moindre difficulté, et j'espérais que l'exemple serait assez parlant pour Grégoire.

- Je dois vous féliciter, Saphira ! Vous dansez à merveille ! lui dis-je avant de me tourner vers son conjoint. J'espère que cela vous aidera, Grégoire !
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Juin - 19:22


Eh bien… Les quelques jours passés à devoir apprendre l’étiquette étaient… Plus que fatiguant haha ! Nous avions après l’essayage commencé les cours d’étiquette. 
Apprendre des choses que je jugeais si futile ne fut pas simple, heureusement Anna était bonne professeur et Saphira l’aidait très souvent à montrer l’exemple. Ma ministre m’avait semblé plusieurs fois assez perturbé, pas de manière très visible, c’était plus un sentiment que je sentais de sa part, rien d’étonnant étant donné tout le sang que nous avions laissé tous les deux sur les pavés de cette ville. 
Je devais admettre que je me faisais parfois sourire moi-même de mes essais à saluer ou parler à la manière d’un noble, de plus même si dans son peuple Saphira était noble, elle ne pouvait guère m’aider, car ses coutumes étaient très différentes des gens de la surface.
C’est lors des cours de danse que ce fut encore plus folklorique. J’avais marché sur les pieds d’Anna une demi-douzaine de fois en quelques pas, alors qu’elle dansait avec moi pour me guider et m’apprendre le bon enchaînement de pas. Là encore, je la sentais un petit peu ailleurs, comme ci quelque chose la troublait, de manière extrêmement discrète. Saphira prit mon relais, et appris en un instant les pas de danse au fil de la musique, un vrai esprit de rythme et de synchronisation. J’en étais envoûté, dans sa belle robe, elle était splendide. 
Je me souviens des derniers mots de ce jour-là de Saphira à la jeune lorcq qui l’avait complimenté.
« Vous avez le rythme qui coule dans votre sang aussi dame Cornwall, j’ai beaucoup apprécié ce moment… Peut-être que notre cher roi renard pourra réussir à faire quelques pas pour le bal hihi. » Gloussait, elle en me lançant un regard malicieux.

Nous, voilà maintenant au pied du palais de la ville, nous portons nos tenues de soirée, avons prit un bain, avons été massé, parfumé et poudré pour Saphira… Quand un servant avait voulu me poudrer, j’ai presque failli le jeter par la fenêtre à cause de son insistance. 
Les portes en ogives du palais étaient éclairées par de nombreuses torches, les renards écarlate montaient la garde, des haies fleuris et des parterres de roses formaient des chemins menant au palais. J’ai alors pris Saphira par le bras comme Anna nous avaient apprit et avons commencé à marcher pour entrer dans le palais éclairé par le clair de lune. 
Les invitées jetaient des regards qu’ils pensaient discret vers nous sans arrêt, les gardes nous ouvraient la voie avec déférence. Après une série de corridors et une anti chambre richement décoré, nous voilà dans la salle de bal, un lustre magique éclaire la salle. Le sol est couvert de parquet ciré magnifiquement, des dizaines de tables son disposé selon un ordre complexe et une estrade accueil les musiciens qui joue une mélodie calme et posée. 
Un page annonce notre entrée avec force :
« Le roi Grégoire Boisdefer, du Domaine. Seigneur des cités de Phangrt à Wasdkioljer, ami des elfes d’AMonco. Chevalier d’émeraude et Protecteur des terres du Domaine. » Puis il présente alors Saphira.
« Saphira Akua’Ael, première fille du seigneur marin Tyraël Ankamariel, princesse de guerre, épouse du roi Grégoire Boisdefer, grande oratrice et mère des courants du clan d’Ithaque. » 

Nous avançons lentement, je caresse discrètement la main de ma tendre Saphira pour la rassurer, puis nous entendons annoncer Anna et nous retournons pour la voir.

Sang et cendre… Si j’avais su que je la verrais de la sorte ! 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 15:55
J'avais choisi l'une de mes robes les plus somptueuses, large et avec de nombreux plis. Rouge en avant, et blanche sur les côtés et les manches qui étaient très larges, avec des motifs très complexes. Je portais dans ma coiffe des roses blanches et rouges, et à mon coup, pendait un collier en or, celui appartenant à ma mère. En arrivant au bal, j'eus l'impression que tous les yeux étaient rivés sur moi, surtout lorsque l'on m'annonça. Sûrement était-ce une bonne chose pour le Domaine, moi qui était sa représentante pour les affaires commerciales et mondaines, mais pour moi c'était un véritable cauchemar. Je détestais par dessus tout être le centre d'attention de tout un monde. Pourquoi me regardaient-ils ainsi, ces imbéciles ? Concentrez-vous sur quelqu'un d'autre, bon sang !

C'est à ce moment là que je remarquai que Grégoire et sa compagne étaient aussi admiratifs que les autres de mon apparence. Je n'avais pourtant rien d'exceptionnel... Tout du moins c'est ce que je pensais, car les yeux rivés sur moi me juraient l'inverse. Mes joues rougissaient à vue d’œil, je les sentais brûlantes et j'eus soudainement une bouffée de chaleur. J'avais envie de faire demi-tour, revenir dans ma chambre et me cacher pour tout le reste de la soirée. Cependant, je ne pouvais me permettre un tel comportement, c'était indigne de ma personne. Je continuais d'avancer, le visage légèrement levé, montrant ma fierté et marchant d'un pas à la fois alerte et gracile.

Je fis révérences au Seigneur Boisdefer ainsi qu'à Dame Saphira avant de me redresser

- Seigneur Boisdefer, Dame Akua'Ael. Quel plaisir de vous voir ! J'espère que la réception vous satisfait. J'ai de nombreuses personnes à vous présenter, mais avant, mettez vous à l'aise. Nous avons fait venir quelques fûts d'un vin pétillant, une production d'un petit exploitant local et très modeste. J'espère que vous apprécierez le fait que j'ai mis à contribution les petits producteurs locaux. Ça va permettre de promouvoir un peu les produits que nous pourrions exporter... et... bref... Je vous sers un verre ? proposai-je finalement tandis que nous approchions d'une table où des verres de vin étaient servis.

Autour de nous, les discussions allaient bon train. Je devenais de plus en plus nerveuse à mesure que les regards se tournaient vers nous. Cependant, nous étions les hôtes, il était normal que toute l'attention soit portée sur nous. J'avais d'ailleurs insisté pour afficher les armoiries du Domaine un peu partout, ainsi que quelques discrets écussons de la famille Cornwall ça et là, lorsqu'il s'agissait de produit venant des navires que je faisais venir régulièrement de Mar'Baal. Des fleurs, principalement des roses, se trouvaient un peu partout dans la grande salle de réception où des lustres blindés de verre et de bougies nous illuminaient avec splendeur. C'était bien la seule chose qui n'avait pas été endommagé lors de l'attaque sur Wasdkioljer d'ailleurs... Je m'en étais étonné sur le moment, mais avait fini par apprécier ce fait. La douce musique coulait également dans nos oreilles, laissant notre esprit voguer au rythme des notes dansantes et joyeuses.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 21:11

Nous regardions, comme à peu près toute l’assistance l’arrivé d’Anna jusqu’à nous. Je fis remarquer à Saphira avant que la jeune femme ne parvienne à notre hauteur.
« Je crois qu’elle est aussi mal à l’aise que nous… Elle à les joues rouges. »
« C’est problématique vu qu’elle est la plus expérimenté de nous trois… le rouge et le blanc lui vont à ravir ! Elle devrait cesser de porter ses tristes robes sombres. » Commentait Saphira toute guillerette.
« Au moins ses joues se pare aux couleurs de sa robe. » je gloussais avant que ma tendre épouse ne me donne un discret coup de coup de dans le flanc.
Elle fini par arrievr à notre hauteur et nous salua, nous avons alors répondu par une révérence approprié (apprise avec nombre de rires) et l’avons écouté. Saphira posait alors sa main sur le bras d’Anna en lui souriant gentiment.
« La réception est parfaite et Grégoire est ravis de voir que vous avez mit à contribution nos producteurs locaux pour faire étale de leurs talents. » Emis la douce voix de la femme des mers.
« Détendez vous, vous êtes plus tendus que je ne le suis moi-même, c’est tout de même un comble vous ne trouvez pas… Allons, rencontrons donc ces fameux dignitaires étranger... » Je lui dit discrètement en lui faisant signe de nous guider.

.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 11:47
Grégoire essaya de me rassurer. C'est vrai que j'étais nerveuse à ce moment là et aussi tendu que la corde d'une arbalète prête à tirer son carreau, mais il fallait bien avouer que j'avais mes raisons.

Si vous aviez à gérer ce que j'ai à gérer pour cette réception, vous seriez tout aussi tendu que moi, Sire... Entre les musiciens, le vin, la nourriture, les invités et les problèmes avec la sécurité... Bref... Venez ! Je vais vous présenter ces personnes. Elles ont hâte de vous voir !

Je menais ainsi Grégoire et sa charmante compagne vers nos invités. Tous étaient de riches marchands pour la plupart, les autres, des personnes d'influences. Les caractères étaient tous aussi disparates, des sourires aimables, des visages hautains ou fiers, mais au fond, la seule chose qui les différenciait c'était le fait qu'ils soient honnêtes ou non. Leur but était d'avant tout, s'enrichir, non pas forcément de manière égoïste, mais au moins de proposer des échanges qui les arrangeaient.

Poignées de main après poignées de main, salutations après salutations, nous en fîmes le tour, et malgré la fausseté de certaines personnes, il y en avait dans le lot qui étaient prêtes à investir à long terme pour la reconstruction de Wasdkioljer mais également dans l'échange de matières premières et produits d'artisanat avec le Domaine. C'était un véritable succès, les gens avaient été charmé par les lieux, les produits des artisans locaux et même la musique était à leur goût. J'avais pour le moment fait un sans faute et je commençais à me sentir détendue. La pression baissais jusqu'à cet instant.

Après avoir conclu un accord oral, qui mènerait très certainement, plus tard, à un accord écrit, avec le Comte de Moléfar, un petit seigneur du sud de Kaïl, détenteur de champs de dattes -fruits dont je raffolais d'ailleurs-, une étrange personne se présenta à nous. Tout vêtu de verts, de pieds en cape, d'une taille plutôt modeste pour ne pas dire qu'il était plus petit que la moyenne des hommes, un xen aux ailes oranges, avec des motifs noirs et blancs, une longue chevelure rousse, coiffée en une natte attachée par de fins rubans noirs. Mais ce qui me frappa réellement dans  tout cela, c'est qu'il avait un visage des plus singuliers, un sourire large qui fendait, à l'horizontal, tout son visage. Son nez pincé, ses yeux mis-clos couleur fauve, et cette expression qui ne se départait pas de ce sourire presque figé... On aurait dit un renard avec des traits d'homme.

- Je vous souhaite bien le bonsoir noble dame Cornwall ainsi qu'à vous Seigneur Boisdefer, sans oublier votre charmante dame et compagne, Dame Akua'Ael. J'eus entendu de source fiable que vous fûtes celle qui organisa cette réception des plus divines, Dame Cornwall. Quelle joie, quel régal. Les mets tout comme le vin sont un délice qui n'en finit pas, comme si ils marquaient au fer rouge nos papilles, en particulier ces petites choses que vous appelez : « petits-fours ». Une merveille, à n'en point douter, vous en conviendrez !
- Bonsoir noble sir, à qui ais-je l'honneur de m'adresser ?
- Oh... Et voilà que je recommençai à manquer à mes manières ! Que Thäa m'en pardonne, et puissiez-vous en faire de même face à cette impolitesse que je m'en vais de ce pas corriger. Je me nomme Godfrey De Vulpère, Maître Godfrey Charles Augustin De Vulpère, au service de sa majesté la toute puissante Reine Amäly Tahora'Han, souveraine du Royaume Tahora'Han et de toutes ses terres qui s'étendent, en Arcaëlle, du levant au couchant.

Quel étrange personnage, me disais-je à moi-même. Il n'avait pas quitté son sourire un seul instant et c'était incliné comme un parfait gentilhomme devant nous. Il avait un grand intérêt pour Grégoire semblait-il, puisqu'il lui jetait souvent un regard, mais je le sentais aussi me fixer avec ses yeux presque fermés. C'était assez déroutant. Ainsi donc il était un serviteur du Royaume... Il allait falloir la jouer fine avec lui. Pas question de se faire avoir pas son beau sourire et ses belles manières.

- Ravie de vous rencontrer, Maître De Vulpère. Vous souhaitiez vous entretenir de quelque chose avec nous en particulier ?
- Précisément, Dame Cornwall, précisément ! Je n'ai pas manqué de répondre à votre invitation, aussi, me permets-je de vous adresser mes compliments. Mais il est des affaires que nous voudrions discuter avec votre bon Seigneur. Quoique j'eus compris que c'est vous qu'il avait chargé de s'occuper des affaires monétaires et diplomatiques de son Domaine.
- Non sans son approbation. Je préfère à présent lui référer toutes les décisions importantes à prendre à ce niveau là. Je ne pourrais me permettre des libertés qui mettraient à mal notre système.
- Bien bien ! Dans ce cas je vous parlerai à vous tous, si vous ne voyez point inconvénient à cela. Voyez-vous, vous eûtes invité le Royaume à envoyer un représentant, et bien j'en suis. Et il s'avère que nous avons quelques propositions à vous faire, mais point ici, les oreilles sont bien trop indiscrètes ! Sachez que nous sommes cependant de votre côté, même si techniquement, nous sommes conscients de votre... position vis à vis de cette terrible guerre qui fait rage en ce moment. Je ne peux que vous dire une chose, c'est que nous ne désirons qu'une chose, une entente fraternelle entre nos deux « nations »... Ais-je le droit de vous nommer ainsi ? Une nation ? Je ne sais trop si je le devrais, mais l'étendard de votre Domaine m'étant particulièrement agréable à la vue, j'en ai bien envie. J'ai une très grande sympathie pour ces animaux que l'on nomme « renards » !

Avec sa tête, cela n'était pas très étonnant, mais je me gardais de lui en faire part. Cet homme parlait beaucoup trop en tout cas, comme s'il voulait nous noyer dans un flot continu de paroles. Il était terriblement habile avec les mots... Nous devions nous en méfier quoique montrer également patte blanche. L'erreur était difficilement acceptable.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 124

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Hayert'Väal
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 18:23


Dame Cornwall semblait reprendre un peu plus d’entrain après nos encouragements et nous guidaient jusqu’à plusieurs personnages influents venus à cette soirée. Certains de ces personnages étaient à première vu de bon vivants, d’autres très protocolaire, certain plutôt distant sans parler des requins qui affichaient un sourire de façade… Néanmoins, les choses se passèrent au mieux malgré mes appréhensions, la plus sympathique rencontre étant avec le comte de Molefar avec qui j’ai pu avoir une conversation bien plus franche qu’avec les autres étant donné qu’il traversait les mêmes épreuves que mon Domaine et appréciait les connaissances botaniques.
C’est peu après avoir pris congé du comte qu’un étrange personnage nous abordaient. Un xen aux ailes oranges, blanches et noirs. Une longue tresse rousse lui tombait sur l’épaule, ses yeux mi-clos laissaient voir des iris fauve qui semblait me fixer régulièrement alors qu’avec son sourire permanent et son ton enjoué, il se présentait à nous. 
J’ignorais réellement pourquoi, mais… Je ressentais une certaine répulsion envers ce xen un peu trop amical, ce n’était le premier à l’avoir été mais… D’un coup d’œil vers Saphira je pouvais comprendre à son regard qu’elle ressentait la même gêne. Néanmoins, autant être polie et écouter ce que cet homme étrange avait à proposer.
« Comme vous le souhaiterez, sire De Vulpère. Nous avons un petit salon non loin qui conviendrait parfaitement. » Je répondis au xen. 
Je guidais notre groupe en dehors de la salle de bal pour rejoindre par un corridor un salon de détente proche, la présence des gardes en uniforme écarlate et de mes Protecteur quasi-invisible qui nous suivaient me rassurait un peu.
Je fis entrer le groupe dans le salon rectangulaire meublé de deux grands canapés et trois fauteuils autour d’une table basse en bois laqué, les murs étaient couverts d’armoire contenant des bouteilles d’alcool ou de tentures. 
« Sire De Vulpère, quel est donc cette proposition que vous portez pour la reine Tahora’Han je vous prie ? » Je demandais avec un sourire alors que nous nous installions. Moi et Saphira sur le canapé face à celui où avait pris place l’étrange xen. 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 102

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Neutre
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer-