L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Lun 8 Mai - 21:49
La journée avait été belle. Une bonne séance d'étude, des tests sur des animaux qui ont réussis, et personne pour venir me déranger. Pour achever cette journée comme il se doit, je me devais de retourner à mon point de chute préféré. La taverne du Cardinal Rouge. Ce n'était pas le coin le plus propre et le plus feutré du Domaine, et encore moins du pays. Mais là bas je commençais à avoir mes habitudes et les gens s'étaient aussi habitués à ma présence. Mieux que ça, j'avais même réussi à avoir mes clients pour mes expériences. Enfin, des testeurs pour mes prototypes pour être plus exacte. C'érait pratique, et j'avais bien avancé dans mes essais sur le terrain. Mais ce soir là, je n'y allais pas pour les affaires. Uniquement pour profiter de l'ambiance, discuter avec une ou deux personnes que je commençais à connaitre, boire une bière locale. J'aimais jouer aux cartes aussi, et j'avais formé un petit cercle d'amateurs de Grâce Perfide. Bon, on était loin du niveau de jeu et de bluff de la capitale, mais il faut un début à tout.

J'arrivais donc à la taverne, il pleuvait un peu. Ma cape sur les épaules et à cheval, ce n'était pas cela qui allait m'arrêter. Mais la pluie était une bonne chose pour la taverne. Plus de personne viendront y chercher refuge, et par personnes j'entends celles en dehors des habitués du Domaine. Peut être auront nous plus de voyageurs. J'ai toujours aimé entendre les nouvelles, les ragots, toute rumeur qui pourrait m'être utile par la suite. En rentrant dans la taverne, les choses furent comme attendues. Animée, la salle était pas mal remplie et bien bruyante. Seuls les étrangers et non habitués posèrent leur regard plus longtemps sur moi. La couleur de mes cheveux et de mes yeux y étaient pour quelque chose, mais je les ignorais royalement. J'allais vers le bar, souriant au barman et m'installant en attendant qu'il termine de servir. Je m'accoudais au comptoir, jetant de nouveau un coup d'oeil à la salle. Je remarquais une attitude plus aggressive à une table, où un petit groupuscule semblait prendre à partit un autre gringalet. Je fronçais des sourcils, interpelant le barman qui passait pour me servir.


"Bonsoir Talus. Alors, qu'est ce qu'il se passe cette fois ci ?"


Il jeta un coup d'oeil à la table, posant nonchalament une pinte devant moi. Il ne semblait pas plus inquiété que ça, haussant des épaules et répondant de sa voix rauque.

"J'sais pas, après ça me regarde pas, tant qu'ils pètent rien."

Bon, il avait dire ça, je le voyais bien jeter des coup d'oeil perçant pour évaluer la situation. Car il avait l'habitude de pas faire de quartier, et de jeter dehors ceux qui risquaient d'être trop violents. Prévenir que guérir, j'aimais plutôt cela. Je regardais un peu le manège, n'intervenant pas mais n'appréciant pas forcément ce genre de grabuge. Quand ça reste amical pourquoi pas, mais c'était plus un échange d'opinion virulent qui pourrait tourner au drame.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 185

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai - 16:31
Dans quoi je me suis encore baladé ?! Mon cher Gadbaoi je t'aime énormément mais je me mets dans de sacrés pétrins ! Je n'arrive même pas à me concentrer avec ce type qui me hurle dans les oreilles. Hum... Il a une bien longue moustache d'ailleurs. Je me demande s'il a déjà coupé sa barbe ? Avant d'atterrir ici j'ai rencontrer un homme qui ne l'avais jamais coupé par... Hum ? Coutume ? Tradition ? Je ne sais plus le terme exacte. Je me demande si c'est pareil. N'empêche, il est impossible pour moi d'avoir une aussi grande barbe et bien fournit. Avec mon blond, le fait que je sois presque imberbe ainsi que mes oreilles pointus ça joue pas mal pour avoir l'air soit d'un enfant soit d'un elfe.

- T'entends quand j'te parle petit elfe ?!! T'as quel âge pour traîner ainsi avec les enfants ?!! Avec MA fille ?!!

Arf ! Je l'avais presque oublié celui-là ! Euh... Pourquoi gueule-t-il déjà ? Ah oui ! Parce qu'à la base il n'avait pas aimé ce que j'avais raconté aux enfants avec les princes et princesses ! Raaah mais ce n'est qu'une histoire d'amour ! Ce n'est pas la fin du monde si c'est une histoire où il y a cette sorte de régime. Les adultes ne comprennent rien aux histoires de toutes façons !

- Monsieur, vous me faite mal aux oreilles. Si vous voulez bien vous asseoir et prendre une bière avec moi calmement je peux bien répondre à vos questions.

L'homme me juge du regard en se taisant. Il laisse une atmosphère pesante autour de nous. Je tente quelque chose.

- Si je vous la paye vous me laisserez tranquille ?

L'homme s'énerve et tape du point sur la table avant d'essayer de m'attraper le col. Je l'évite, l'ayant vu venir en me levant et prenant mon sac. Je compte m'en aller, aller trouver un meilleur endroit et s'y possible, dormir quelque part de moins bruyant. L'inconnu me barre le passage et me pointe du doigt en me criant des " On ne me l'a fait pas à moi ! ". Flûte ! Ce n'est pas possible ça tout de même ! Je déteste que l'on me donne en spectacle comme ça. Je tente une virée à gauche puis à droite mais rien y fait, je suis coincé entre la banquette et le nain avec, comme seule chose au milieu, une table et deux chaises. Monte sur la banquette et alors qu'il tente de me choper je saute et l'un de mes pieds atterrit sur l'une de ses épaules et l'autre sur le sommet de son crâne chauve avant d'arriver sur le sol. Le type part en avant sur la banquette puis se retourne brusquement avant de me lancer une chaise. Je fais quelques pas rapide pour atterrir derrière le comptoir du bar avec mon sac. J'ai cru que j'allais tomber car je n'étais pas trop en équilibre à cause du sac. Mais l'homme continu et balance une autre chaise après que je sois derrière le comptoir me servant de bouclier. Il doit certainement s'en foutre des gens autour qui aurait peut-être prit une chaise volante. Tans pis ! Je le sens venir avec ses pas lourds.

- Il n'y a que sire Grégoire qui ne gueule pas dans ce pays de fous ?!

L'inconnu ne m'entends même pas, il respire comme un buffle et est prêt à foncer tout droit.
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai - 22:14
Spoiler:
 

Je gardais un coup d'oeil sur la rixe, qui commençait à s'envenimer. Bha, ça fait un peu d'animation, c'est pas bien grave. Mais quand une crevette blonde passa derrière le bar pour se protéger, les choses n'allèrent pas mieux. J'entendis une vocifération, puis une chaise vola. Je l'évitais de justesse, mais ma pinte en subit les conséquences et se renversa. J'ouvris de grands yeux, dardant alors un regard furibond sur le poivrot qui fonçait vers le bar. Le barman essayait de faire partir la blondinette, et de mon côté je m'occupais du gros lard. Je n'aime pas que l'on gâche de la nourriture et encore moins quanc c'est MA bière. Alors qu'il essayait de grimper sur le comptoir pour atteindre l'autre personne, je l'accueillais avec un bon coup de poing dans le plexus solaire. Assez fort au moins pour arrêter sa course par surprise, puis lui faucher l'une de ses jambes pour le déséquilibrer. Et là, avec tout l'art consommé des combats de taverne, je lui chopais sa tête pour la plaquer contre le comptoir. J'étais furieuse, et pas prête à lâcher prise. Je persifflais, le mettant en garde d'une voix froide.

" C'est ma pinte que tu viens de dézinguer, pauvre tâche...."

Il se débattait, mais je tenais bien sa tête et lui avais fait une clé de bras. Bien plantée sur mes pieds, je ne fléchissais pas. J'avais plus de force que ce que mon apparence de femme pouvait me donner. Merci papa lorcq... Mais le taureau fauché ne voulait en rester là, et bien qu'il ne puisse se défendre il vociférait à tort.

" Rhaa ! Lâche moi sale sorci...urgh! "

Là, sa tête venait de se soulever du bois du comptoir pour s'écraser à nouveau avec force sur ce même bois imbibé de bière frelatée. Dommage pour lui, je n'étais pas très friande des insultes. Encore plus quand on me traite de sorcière. Je répondis avec une ironie bien appuyée.

" Pardon ? J'ai pas entendu ...."


Je lâchais son bras pour prestement atteindre l'une de mes dagues à ma hanche. C'était la dague au manche vert profond, à la lame légèrement brillante et humide. Je plaquais la lame contre sa joue, le contact froid du métal semblant le calmer d'un coup. Sa conscience du danger imminent l'avait ramené à la réalité. Une réalité bien mortelle.

" Tu sais qui je suis et ce que je fais... une simple coupure, et tu peux tomber raide mort. Veux tu vraiment tenter ta chance ? "

Il hésitait un moment. Oui, il savait qui j'étais. Il me voyait de temps en temps à la taverne, il avait entendu des histoires à mon propos. Je faisais peur, je manipulais de poisons, il avait décidé de ne pas m'approcher. Il avait peur, un instant, car il avait entendu ce que mes poisons faisaient. Mutilation, hallucination, mort... Mais après tout, ce ne sont que des histoires. Des histoires d'une folle dont les cheveux sont blancs comme la mort, un être qui ne dit que mensonges et qui se repait du pouvoir de la peur qu'il inspire. Il n'avait pas tord sur ce dernier point, mais il avait tord de soudainement omettre les autres histoires. Car toute histoire, légende ou mythe est toujours bâtie sur une fondation de vérité. Dans un grognement de bête, il s'arcbouta pour me repousser. Ignorant la sagesse et la prudence par colère et fierté, il voulut se libérer. Je le laissais faire, mais ma lame tailla légèrement sa joue. Je reculais d'un bon pas, le regardant avec une légère lueur joueuse dans les yeux. Il me faisait face, mais ses yeux commencèrent à se brouiller. Il avança pour m'attrapper, mais ses gestes furent lents, gourds et tremblant. Il fit plusieurs pas, mais trébucha sur un siège et tomba. Désordonné, bégayant, on ne pouvait que voir la frayeur et l'incompréhension dans son regard. Il trembla légèrement puis s'immobilisa, fermant les yeux. Il y avait à présent une sorte de silence dans la salle, tout le monde regardant ce qu'il croyait être une scène de meurtre. Même Talus le barman s'était penché par dessus le comptoir pour le regarder. Je le regardais aussi, avec dépit et presque dégoût. Je rangeais ma dague, retournant vers le bar en remettant sur ses pieds l'une des chaises tombée. Je fis un geste de la main à l'assistance, comme pour balayer une mouche.

"Allez ça suffit, il va bien. Juste inconscient pour quelques heures."

Les conversations reprirent doucement, et Talus me regardait pour me signaler qu'il espérait que j'avais raison. Des bagarres dans un bar c'est bon, mais des morts ça fait moins bonne presse. Je lui fis signe de me resservir, et posais enfin mes yeux étranges sur l'origine de la petite esbrouffe.

" Tu me dois un verre, voir deux fanfreluche..."


Je soupirais, me sentant cependant d'humeur à engager une conversation. Il n'avait pas l'air d'être un violent, mais beau-parleur par contre... Cela pourrait être divertissant, on ne sait jamais !

" Ce n'est pas dans le genre des gars du coin de s'énerver autant. Qu'as tu pu bien faire pour le mettre autant en rogne ? "

Bon, c'étaient des bouseux dans le coin, on était bien loin de la folie des populations des cités, bien habillées, cherchant l'élégance des Fabuleux et des Incroyables. Chacun avait son charme, mais ici le charme était une violence quotidienne mais jamais méchante. Alors qu'avait il pu bien faire ou dire pour déclencher une telle réaction ?
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 185

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai - 22:54
Le type se fait insulter par la jolie femme aux cheveux blancs qui semble, au son de sa voix, être moins charmante que son apparence. C'est drôle mais de dos, elle ressemble à Vÿdareen. Mince, grande et aux cheveux blancs. Pourtant, il est certain que ce n'est pas Vÿ' que j'ai devant moi. Je ne dis pas ça parce que je l'ai vu nu, elle est plus... Hum... Alors que l'autre est plus... Hum.... Ouai voilà. Enfin, toujours est-il qu'il ne se préoccupe plus de moi mais de cette femme. Ce n'est pas pour autant que je sortirais de suite du comptoir. Oh ! Ils commence à se battre ! Ou plutôt, le gars se fait mettre une branlé par la jeune femme. La dispute s'envenime et la sublime créature l'emporte sur l'empoté à la main leste. Franchement, c'est quoi cette ânerie de taper pour tout et n'importe quoi ? Si mon oncle m'aurais frappé à chaque fois que j'étais maladroit je ne serais plus de se monde ! Mon oncle... Il me manque un peu comme même ! Oh ? Elle l'a tué ?! Elle l'a sérieusement tué ?! C'est quoi ce pays de truands ?! Ah ! Quelqu'un va voir.

- Allez ça suffit, il va bien. Dit-elle. Juste inconscient pour quelques heures.

Ouf... ! Il y'a des gens un minimum civilisés ! J'aurai été un peu peiné de voir que quelqu'un est mort un peu par ma faute comme même. Mais bon, au moins, il se tiendra tranquille. Alors que j'allais me relever pour simplement la remercier, elle tourne sa tête vers moi avec rapidité. Elle semble me fixer et me jauger.

- Tu me dois un verre, voir deux fanfreluche... . Ce n'est pas dans le genre des gars du coin de s'énerver autant. Qu'as tu pu bien faire pour le mettre autant en rogne ?

F-Fanfreluche ?! Elle se repose à la même place, calmement. Hum... Si je cours, cela m'étonnerais qu'elle ne me rattrape pas avec ses jambes de sprinter. Je vais être obligé d’obtempérer. Je me lève puis repasse de l'autre côté du comptoir en souriant.

- Heum... Merci de m'avoir secouru mademoiselle... .

Je m'assoie à côté d'elle en regardant s'il elle ne va rien faire de déplaisant.

- Je suis un conteur et mon histoire banal de prince et princesse ne lui pas plu car selon lui j'inculquais aux enfants des notions qu'ils n'ont pas à savoir. Il a l'air d'avoir une dent contre les royautés... . Alors que je tentais de lui expliquer que ce n'était pas ce qui était important dans les histoires de contes de fées il n’arrêtait pas de me couper la parole et comprendre tout de travers. Puis ça a dérapé et il a cru que j'étais un de ces sauvages qui s'attaquent aux enfants !

Rien que de le dire ça me dégoûte.

- Oh, heu, je ne me suis pas présenté ! Je suis Wraith Dorcas, conteur itinérant. Je voyage dans pas mal de pays pour découvrir le monde et je suis financé par la générosité des gens qui m'écoutent. Et vous ?

Ce qu'elle est jolie aussi de devant. Vraiment jolie. Aussi ravissante que Vÿdareen. Faut que j'arrête de les comparer, elle va croire que je la dévisage. J'adore ses yeux. Aussi exotique que le mien mais ça lui va... Bizarrement bien ! Oui, on peut dire que ça lui va très bien. Raaah, maintenant que j'ai vu des femmes toutes nus j'arrête pas de les regarder. C'est gênant, maintenant je regarde les deux. Ce grand voyage me fait penser à des inclinaisons auquel je n'aurais jamais pensé. Pourquoi les nanas aux cheveux blancs m'attirent ? C'est bizarre tout de même !
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Mai - 20:56
La chiffe molle semblait avoir un minimum de grattitude. Il me remercia, mais encore trop contrariée d'avoir gâché ma boisson, je ne répondis que par un hochement de la tête et un geste de la main. Ce geste étant d'ailleurs plus destiné à Talus pour qu'il me resserve plus qu'autre chose. Mais je le laissais s'installer. J'étais encore curieuse de savoir le pourquoi du comment, et ce jeune homme n'était pas avare en paroles. Il m'expliqua comment le conflit avait débuté, et je comprenais mieux. Comme ça, ces histoires pour enfants ne devraient pas avoir de telles conséquences, mais je n'étais pas là pour écouter. Et puis, avec son physique qui sortait un peu de l'ordinaire, le fait qu'il soit étranger à cette contrée, il pourrait facilement avoir attiré sur lui les foudres d'une personne qui voulait juste défouler sa frustration ou son anxiété. La peur et l'ignorance entrainent la plupart du temps la violence chez les humains. Typique des races faibles et grégaires. Mais il y avait quelque chose que je pouvais comprendre. Je lui en fis d'ailleurs part, d'un haussement d'épaule nonchalant.

" Et bien, je ne sais pas comment vous l'avez raconté, mais il n'a pas tord en un sens. On peut rêver un peu, cependant il ne faut pas donner de faux espoirs aux crédules. Il a peut être eu peur de cela... Ou alors il était stupide et avait en effet peur que vous soyez un prédateur pour ces enfants...."

Je pris ma chopine et bus une petite rasade. Pas vraiment rafraichissante, mais assez fermentée pour me satisfaire. On était loin des raffinements des boissons alcoolisées de mon ancienne maison des courtisans. Mais c'est mieux que rien. Il faudra que j'attende d'avoir assez de fond pour importer mes bouteilles. En attendant, la fanfreluche se présenta, faisant honneur à la bienséance. Je posais sur lui un regard toujours aussi curieux, mais avec plus de distance que tout à l'heure. Etait ce un simple conteur, ou un barde espion ? J'en avais connu par le passé, et les bardes ont ces qualités folles de passer partout pour glâner des informations, avec discrétion et subtilité. En était il un ? A voir ce qu'il avait à nous réserver comme histoires, ses manières... Je répondis après quelques longues secondes de retard à sa présentation, comme pesant le pour et le contre.

" Tullia Estrama Von Raijer, chercheuse à l'Université du Domaine."


Dire qui je suis n'est pas bien grave. S'il était vraiment un barde, mon simple physique et les rumeurs suffiraient à lui indiquer mon identité. Jouer à leur jeu n'est pas aisé, mais cela m'excitait un peu de courir ce danger. De toute manière, rien n'assurait qu'il était un espion. La seule manière d'être certaine, c'est de le faire parler. Souriant un peu plus, comme amusée par une boutade dite en secret, je lui faisais face plus franchement et le toisais.

" Un itinérant alors... Vous devez avoir entendu quelques histoires dernièrement, non ? Quelles rumeurs ou nouvelles pouvez-vous colporter en ce moment ? "

Le jeu pouvait commencer maintenant. Lui aussi me regardait étrangement. Il ne restait plus qu'à savoir lequel des deux allait être le plus rusé et le plus fin...

Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 185

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 11:54
- Et bien, je ne sais pas comment vous l'avez raconté, mais il n'a pas tord en un sens. On peut rêver un peu, cependant il ne faut pas donner de faux espoirs aux crédules. Il a peut être eu peur de cela... Ou alors il était stupide et avait en effet peur que vous soyez un prédateur pour ces enfants... .

Aïe ! Mais si je leur raconte de vrais histoires, le fait que leur héros se fasse mangé, battre ou que sais-je vont leur faire voir la vie comme une succession de déceptions. Peut-être est-ce qu'elle le pense ? Sa posture, son air et sa façon de parler en disent long sur le personnage. Je me demande comment elle fait pour ses yeux. Les gens n'ont pas peur d'elle ainsi ? J'en ai qu'un seul bizarre mais elle, c'est carrément ses deux yeux. Pour les cacher c'est beaucoup trop chaud. Peut-être veut-elle qu'on la craigne ? C'est vrai que comme ça, on aurait de quoi avoir peur. On dirait une mercenaire ou une assassin. Même si je maintiens, elle est super jolie !

- Tullia Estrama Von Raijer, chercheuse à l'Université du Domaine.

Oh, alors elle se nomme Tullia ! C'est une chercheuse ? Hum ? Mais elle cherche quoi au juste ? Université ? Hum... Tout cela me parait bien abstrait. Je ne sais pas du tout c'est quoi comme métier. Elle cherche dans un endroit appelé "université" qui se situe au Domaine. Euh... Elle fait des fouilles ?

- Un itinérant alors... Vous devez avoir entendu quelques histoires dernièrement, non ? Quelles rumeurs ou nouvelles pouvez-vous colporter en ce moment ?

Des histoires ? Euh ? Elle parle de mes dernières histoires ? Hum... Je ne pense pas qu'elle soit friande de mes contes. Des rumeurs...? Je ne suis pas un espion ou un barde. Oula, elle semble beaucoup attendre une réponse. Qu'est-ce que je peux bien dire ? Pourquoi elle me fixe ainsi à présent ? Je ne détiens pas un secret d'état !

- Ben euh... Ah ! Je suis revenu ici car là où je voulais partir, vers le nord, il y a un véritable champ de bataille. Encore une guerre qui m'empêche de faire mon chemin. Il y en a pas mal en ce moment mais pour vous ça devrait aller vu que vous chercher que dans un endroit du domaine. Après vu qu'ici on a pas le droit au arme et que je suis obligé de les donner à l'entrée je ne vois pas comment les habitant pourraient se défendre. C'est la première fois que dans un endroit, tous le monde ne soit pas armée sauf la garde. D'ailleurs vous en avez vous ! Vous devez travailler pour Grégoire ! Vous cherchez un truc pour lui ?
Spoiler:
 

reedit
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 22:25


Je l'écoutais d'une oreille, tout en remarquant qu'il m'observait d'un oeil curieux. J'avais l'habitude et je ne m'en offensais guère tant qu'il ne faisait pas de réflexion stupide. J'étais d'humeur trop... instable et susceptible. Mais ce qu'il disait m'intéressait un peu, aussi je pouvais lui pardonner son regard inquisiteur.


"Une bataille ? Voilà qui est intéressant. Il y a toujours de quoi se divertir autour des campements et des villes frontalières. Ce sont des zones intéressantes à visiter dans ces situations."

Oui, ces endroits à risques étaient les meilleurs lieux pour qu'un "accident malencontreux" ne survienne. Il y avait aussi toujours des secrets à découvrir, des choses à piller, à voler. Manipuler la peur et s'en servir dans ces endroits était un délecte pour les connaisseurs. Le théâtre des horreurs l'était d'autant plus dans l'ombre et les recoins de la bataille que dans son coeur. Une véritable école de la vie et de la terreur qu'elle peut inspirer. S'en sortir dans un tel lieux prouvait qu'on pouvait s'en sortir à peu près partout. Je me rappelais quelques souvenir lointains, une mission étrange mais instructive, quand le petiot m'interpella sur mes dagues. J'y jetais un coup d'oeil, souriant avec douceur.

"Haa.... Vous parlez de ces petites choses ? Disons.... que cela fait partie du contrat que j'ai avec l'Université. Une vipère sans ses crocs ne serait pas d'une grande utilité, n'est ce pas ? "

Je lui souriais avec malice, puis bus un peu de bière. Moi sans mes dagues, c'était pas possible. Être nue aurait été moins terrible. Avec le danger qui pesait sur ma tête comme une épée de Damoclès, je ne pouvais prendre le moindre risque. J'avais ardument négocié ceci dans mon contrat, et avait du faire des concessions de mon côté. Mais pas la peine de s'apesentir là dessus... L'autre point important à souligner était que je n'étais pas un sbire de Grégoire. Du moins, pas directement.

" Je ne travaille pas vraiment pour Grégoire. Je travaille pour l'Université, nuance. Ma loyauté ne lui est pas acquise, et ne le sera peut être jamais."


Il est certain qu'il allait devoir bosser là dessus s'il voulait au moins que je l'estime. Pour l'instant, je ne savais pas grand chose de lui. Au mieux de l'indifférence, au pire du dédain. C'est tout ce dont il pouvait prétendre pour le moment. Un peu de reconnaissance tout de même d'avoir créé l'Université. Mais je n'étais même pas certaine qu'il sache ce qu'il se tramait dans ses propres murs. Les politiciens et seigneurs de domaine... la plupart du temps des ignorants joyeux qui construisent pour le plaisir de la renommée et flatter leurs égo. Parfois de vrais malandrins qui se servent à fond de ce qu'ils ont fait, comme une vache que l'on trait jusqu'à la dernière goutte de sang. Ce que ce Grégoire était pour le moment, je n'en avais pas la moindre idée. Mais vue ma situation, je ne pouvais faire la fine bouche. Pour mon compagnon du soir, je me devais d'expliquer ce que je faisais dans l'université. Je sentais que cela pourrait l'intéresser, ou du moins comprendre que j'étais dans le concret et non dans de grandes théories conceptuelles, noyées sous des parchemins poussiéreux et des notions d'un autre temps.


"Ce que je cherche, c'est améliorer les différents remèdes médicaux grâce à divers poisons et toxines que l'on peut trouver dans la nature. Il est intéressant de savoir que ce qui provoque la plupart du temps la mort, peut sauver la vie si bien employé."

Je lui faisais un petit clin d'oeil, jetant un rapide regard vers l'endroit où l'on avait mis l'autre soiffard. Il dormait plutôt bien, et gras comme il était il ne risquait pas de sombrer dans un coma inaltérable. Mes yeux se posèrent de nouveau sur le blondinet borgne, changeant un peu le sujet de conversation.

" Et vous, cherchez vous vraiment à simplement rejoindre le nord ? Pour quelle raison aller dans un endroit aussi... peu recommandable ?"

Je souriais un peu, me demandant si c'était un vrai barde, ou un simple colporteur de rue. Selon sa réponse, j'en saurais un peu plus.

PS :
Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 185

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Juin - 18:52
La chercheuse rebondit sur chaque chose que je lui dis. Apparemment, il y a des gens comme elle qui aime les champs de batailles. C'est quoi cette passion du sang, des lames et de la mort ? En tout cas, grâce à son contrat avec son université elle peut porter des armes. Moi, quand j'arrive et que je dis que confisquer les armes ne servent à rien car on évite pas les dangers on me propose "gentiment" d'aller me faire mettre. Du coup je donne mon pitoyable arc en bois et mes flèches ainsi que mon petit couteau de chasse... . C'est... Assez pathétique quand on y pense. Des armes pouvant faire l'affaire il y en a partout : bouteilles, couteaux, le bâton de fer pour s'occuper du feu et j'en passe. Même notre corps est une arme alors interdire les couteaux de chasse c'est juste une blague. D'autant plus qu'il y a la magie, ça ne se confisque pas ça. Enfin... Grégoire est peut-être un peu trop paranoïaque.

- Ce que je cherche, c'est améliorer les différents remèdes médicaux grâce à divers poisons et toxines que l'on peut trouver dans la nature. Dit-elle. Il est intéressant de savoir que ce qui provoque la plupart du temps la mort, peut sauver la vie si bien employé.

Elle poursuit avant que je lui répond.

- Et vous, cherchez vous vraiment à simplement rejoindre le nord ? Pour quelle raison aller dans un endroit aussi... peu recommandable ?

- Oh, je vois. En effet, j'ai un oncle qui s'occupe en faisant ce genre de choses lui aussi. Je ne savais pas qu'un endroit spécial était conçu pour faire ce genre de recherche. Pour répondre à votre question, je vais voir le monde. Je n'ai jamais été dans un autre endroit que mon village quand j'étais petit, une forêt plus loin où j'ai habité et le village d'à côté qui nous sert à nous réapprovisionner. Du coup, sous conseils de ce même oncle, je suis parti découvrir le monde. Ce n'est pas grave si le nord est rude, on ne peut pas avoir que des endroits accueillant et puis je préfère voir le monde dans son ensemble.

Je lui souris amicalement, vu qu'elle me souris aussi.

- Ça fait un petit moment maintenant, je n'ai pas compté les jours mais quand on commence à ne plus se souvenir distinctement de la voix d'un proche on se dit que ça dure pas mal de temps. Comme voyager ce n'est pas gratuit et que je connais pleins d'histoire je me suis dit que j'allais en raconter en échange de nourriture ou autre, je ne suis pas difficile. Entre outre, j'ai apprit à coudre un peu et faire des poupées pour les enfants, je m'en sert pour faire des spectacles de marionnettes.

Je lui souris un peu plus.

- Désolé, ce n'est pas très intéressant pour vous, je ne suis pas un intrépide et mystérieux voyageur. J'espère que la bataille vers le nord va s'arrêter... Où alors il faut que je trouve un autre passage. Je passe quasiment tous le temps sur les routes principaux, ça évite un peu plus les brigands. La dernière fois je me suis retrouvé tout nu ! Heureusement, un gars était resté pour voir s'il pouvait me vendre. J'ai réussit à l'assommer puis prendre ses vêtements avant de fuir mais c'était tendus. Je ne me ferais plus avoir alors j'aborde des tactiques maintenant. D'ailleurs, vous ne connaîtriez pas un chemin autre que le principal pour aller au nord par hasard ? Qu'importe la destination, j'ai pas d'endroit précis.


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : Un pour le moment
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-