L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Sam 22 Avr - 11:08


L
J’étais revenu depuis quelques jours de mon voyage avec Tahiri. J’avais pour le moment gardé ce que j’avais découvert pour moi, j’avais besoin de digérer tout cela avant de le partager avec mes proches. 
Aujourd’hui, je devais me rendre à l’Université pour y rencontrer les premiers érudits qui avaient débuté leurs installations dans les locaux en cours de finition du complexe techno/magique en recherche. J’étais comme à mon habitude vêtue de mon sempiternel chapeau à large bord et de ma veste verte. J’ai traversé les couloirs de mon manoir avant de commencer à traverser la ville pour me rendre à l’Université.
Les rues pavées en cette matinée naissante étaient encore peu parcourues. Je fus donc peu aperçu malgré le Protecteur à mes côtés. J’ai atteint l’Université en quelques dizaines de minutes, les six dômes cerclant le dôme plus massif centrale était presque tout terminé, l’architecte disait qu’il en avait encore pour un mois et quelques jours de finitions. 
Les soldats en patrouille autours des lieux m’escortèrent jusqu’à l’entrée où je pus rencontrer nombre de magicien et technologue qui commençait à préparer leurs arrivée. Je m’assurais qu’ils avaient tous bien compris les règles et que les choses avançaient comme il faut avant de visiter les lieux curiosité. 
Le Dôme central accueillait les quartiers et les salles d’enseignements de l’Université, enfin quand les lits et le matériel d’étude seraient livrés. Le dernier étage serait le lieu de vie de l’archimage et l’architechnologue qui présideraient un conseil régulièrement.
Les six autres dômes seraient des lieux de recherches divers, et justement, on me fit savoir qu’une chercheuse avait commencé à travailler dans le dôme des recherches en science des formes de vie animal et végétal. 
Je me rendis donc, sur place, rencontré la chercheuse si assidue. Seulement accompagné du Protecteur dans son armure exotique, je pue constater que le dôme accueillait du matériel d’entretien et de vie pour l’étude des plantes et animaux. Je traversais la zone qui comme les autres dômes ne comportait pas d’étage, mais était construit de manière creuse avec des structures qui montaient sur les parois du dôme en formant des cercles habitables pour toujours avoir en visuel les animaux et plantes.
Je me rendis au premier anneau en hauteur et frappais à la porte avant d’ouvrir lentement la porte en me présentant.
« Bonjour ! On m’a fait savoir qu’une chercheuse de mon Domaine avait déjà commencé à travailler. Je suis venu voir à quoi elle peut ressembler haha ! » Je lançais en laissant le Protecteur en dehors de la pièce.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr - 21:03
Une tension palpable se faisait sentir petit à petit dans les locaux de l'université. La construction s'accélérait, les mâitres de chantiers mettaient les bouchées doubles et les quelques chercheurs semblaient lustrer leur bureau et ranger le bazar habituel. Une visite exceptionnelle devait avoir lieu d'ici peu, avant l'inauguration officielle de l'université. Le propriétaire et seigneur du Domaine, Grégoire Boisdefer, allait faire une petite inspection. Cependant, on ne savait nullement quand. Les chercheurs voulaient faire bonne impression, et tout grouillait d'activité. De mon côté, cela ne m'intéressait guère. j'avais mes recherches en court, et s'il voulait venir qu'il vienne. Même si j'étais curieuse de savoir qui il était, je n'avais nullement envie de me tirer à quatre épingles et de me prosterner devant lui, en faisant preuve des milles amabilités requises pour le seigneur des lieux. J'en avais assez soupé par le passé, et s'il voulait venir, qu'il vienne. Mais je ne ferais pas tout pour être dans ses bonnes grâces.

Des rumeurs avaient circulés sur lui, plus ou moins contradictoires on le disait grand seigneur, fin stratège, presque un miracle pour d'autre, et pourtant il s'habillait comme un pouilleux, une personne s'accoutrant comme les gens du peuple. Bien étrange à mes yeux, car il est rare que le pouvoir inspire la manifestation de la modestie que celle de l'étalement de toute sa gloire. J'étais curieuse, mais je préférais éviter toute confrontation. Même si de moi même je m'étalais dans toute la frivolité et l'extravagance dont je pouvais faire preuve, cela n'en restait pas moins une démonstration privée. Devant les grands, il faut s'en méfier. Je n'écoutais donc pas les ragôts, et retournais à mes travaux. Il viendra quand il viendra, et j'aviserais à ce moment là. En attendant, je continuais mes extraction et purification de venin, mes dosages de vasoconstricteur et mes tests sur rats, cochons et chèvres. Je pouvais passer des heures sur un projet, tant le processus me fascinait. Et c'est ainsi qu'un jour, alors que j'allais reposer un crotal après avoir fait une extraction, que j'entendis la porte de mon antichambre claquer. Quelqu'un venait d'entrer. Cachée derrière un buisson épais de feuillage, près de l'alcôve des reptiles, on ne pouvait pas me voir, tout comme je ne pouvais voir la personne qui venait de faire irruption. Je l'entendis cepandant, se présenter à moi d'une manière amusante. Reposant le serpent dans sa cage de verre, je lui répondis de ma voix insolente et pourtant si charmeuse.


" Mon domaine... Je vois que l'annonce met bien le ton sur qui possède quoi en ces lieux..."

Je marchais tranquillement, ne me dévoilant pas de suite. Je savais qui il était, et j'avais bien envie d'en savoir plus. Mais à ma manière, bien entendu. Il avait entendu parlé de moi ? Je me demandais en quel terme. Car j'inspirais autant l'admiration que la peur, le charme que le dégoût. Mon corps et mes manières étaient attirantes, mais mes yeux et mon savoir révulsaient. L'art du poison n'avait jamais eu bonne presse, et ce malgré les applications bénéfiques que l'on peut en faire. Continuant d'avancer, je continuais cependant de parler.

" Je me demande ce qu'ils ont bien dû vous dire à mon propos... Quant à vous, bien des choses circulent..."

Je me découvrais enfin à ses yeux. Une jeune femme élégante, mes cheveux longs d'argent avaient été tressés pour ne pas me gêner dans mon travail. Mes habits, bien que de couleurs vives et chatoyantes détonant avec l'environnement vert, étaient d'étoles attachées pour ne pas entraver mes mouvements, ni se prendre dans des plantes ou des épines. Mes yeux étranges, noirs à iris bleus, étaient plantés sur lui, le toisant et l'étudiant avec parcimonie. Mon sourire malicieux se dessina un peu plus, amusée par ce que je voyais.

" Ha, intéressant ~ ... C'est donc bien vous, le seigneur du Domaine, Grégoire Boisdefer... Je pensais que c'était une boutade quand ils disaient que vous étiez habillés comme un rôdeur ou un mendiant. La réalité est proche des langues fourchues qui se sont exprimées, dirait-on."

Je me rapprochais de lui, marchant tranquillement mais m'arrêtant à une distance respectueuse. Il avait l'air d'un mendiant, mais restait le seigneur des lieux. L'apparence est trompeuse, et j'étais bien la première à le savoir. Là, je fis un léger salut plein de grâce, inclinant légèrement les jambes, le buste et la tête comme toute courtisane de haut rang doit le faire. Ni trop peu, ni trop bas. Je me présentais enfin, continuant de le regarder avec intérêt.

" Je me présente, Tullia Estrama Von Raijer. Je travaille en tant qu'alchimiste et herboriste à l'université. Mes recherches se penchent principalement sur les applications médicales des poisons et autres toxines. Bien entendu, cela peut aussi être utile pour des applications militaires, mais je trouve qu'il est plus difficile et gratifiant de sauver une vie que d'en voler une. Ne croyez-vous pas ?"

Je marchais à nouveau, me rapprochant cette fois ci de ma table de travail. Il y avait quelques fioles, et de nombreux papiers éparpillés. Des notes d'expériences en cours, celle de la semaine pour être plus exacte. Je jetais un coup d'oeil rapide sur l'une de mes dernières notes, mais ne pris pas la peine de ranger le bureau. Je me tournais de nouveau vers le souverain, l'interpelant sur la suite des évènements.

" Alors... déçu ou étonné de ce à quoi je ressemble ? Vous devez avoir des questions, et je prendrais sur mon temps pour y répondre."
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 15:41


La chercheuse se permit de jouer un petit peu à cache-cache avant de se dévoiler. Une jeune femme d’apparence, mais cela ne voulait pas dire grand-chose avec certaines races, elle parla rapidement de ma phrase d’entrer… Puis des rumeurs sur ma façon de me vêtir. Je gloussais à cette remarque, car il est vrai que j’aimais entretenir le mythe du roi rôdeur. Alors qu’elle reprenait place, après s’être respectueusement incliné face à moi, auprès de sa table de travail où je voyais nombre de note et de fioles, elle demandait si ce que j’avais découvert me rassurait et si j’avais des questions.

« Je suis ravi de vous rencontrer Tullia Estrama Von Raijer. Les rumeurs sur vous vous devez déjà les connaitre. Froide, distante, peu bavarde et aimant la solitude. » Je m’approchais pour observer ses expériences avec curiosité, étant moi-même aussi quelque peu érudits.

« J’aime entretenir le mythe du roi rôdeur, cela me permet de ne pas passer pour un souverain classique et banal. 
» Je lançais avec un gloussement.

« Sauver des vies est une noble entreprise, et user d’un mal pour en guérir un autre est une approche novatrice et fascinante. Néanmoins, je ne vous demanderais pas de vous pencher sur des applications militaires… Un poison capable d’être utile à grande échelle serait trop dangereux, les risques de morts collatéraux seraient trop grand. » 
Je me permis de saisir toucher du bout d’un doigt une matière pâteuse dans un petit bol, mon fluide agissant pour l’analyser, la matière verte était composée de datura à grande partie.

« Votre pâte de datura est des plus fascinante… Néanmoins, elle contient une grande partie de substance inerte sans aucune particularité alors que je pense que vous vouliez en concentrer l’essence toxique pour la stocker plus facilement et sûrement. Usez de moins d’eau vous fera gagner en place et en efficacité lors du processus. » 

Je lui conseillais avant d’user du fluide pour neutraliser les restes sur mon doigt.

« En ce qui me concerne toutes les bonnes volontés sont le bienvenu à l’Université. J’imagine que les règles vous ont été décrites, mais je vais les redire par soucis du travail bien fait.
Si vous menez des recherches à but militaire, vous devez en prévenir le dôme qui est attribué à celle-ci.
L’archimage aura chaque mois une copie de vos recherches qu’il scellera dans ses quartiers et sera seule à pouvoir consulter hormis si vous autorisez que vos recherches soit intégrez à la bibliothèque des connaissances.
Pas de recherches sur les individus sans le consentement de celui-ci et l’assistance de trois autres mages et technologues pour palier à tout problème, l’archimage sera aussi prévenu des expériences et le sujet mit honnêtement au courant des risques.
Et le plus évident… Si vous menez des recherches pour les offrir ou vendre à des groupes de bandits, de pillard ou pire aux adorateurs, vous serez emprisonné par les Proclamateurs et jugez pour trahison. 
» 
Je lui récitais avant de fixer les doigts agile de la jeune femme aux longs cheveux neige, s'agité sur les fioles, bols et autres instruments.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Avr - 21:32
Je l'observais, tout comme lui observait les lieux et ma personne. Je le laissais s'approcher de mes expériences, celles ci n'étant pas trop dangereuses. Je me demandais s'il en comprendrait la moindre chose. Tout en vérifiant qu'il ne fasse pas de bêtise, je souriais légèrement et lui répondis sur ce qu'on disait de moi.

" Haa... des rumeurs de peur, d'appréhension et d'ignorance. Intéressant, je dois dire. Mieux vaut être respecté à distance que familièrement bousculé, ce n'est pas plus mal. "

Je le regardais s'approche de mes notes, regarder, toucher. J'étais un peu tendue, je n'aimais pas que l'on touche à mes affaires. Comme toute personne sensée d'ailleurs. Je plissais légèrement des yeux, mais ne bougeais pas. Enfin si, j'essayais de mettre tranquillement en sûreté des produits qu'il pourrait renverser. J'ai pas envie de perdre des ingrédients clés et des expériences, ce serait du gâchis. Il parlait d'ailleur de vouloir être un roi non banal en s'apprêtant ainsi. Quel gâchi je dois dire, aussi. Je n'étais pas du même avi sur la manière de gouverner. Un roi, un seigneur qui n'en n'a pas l'air, est comme une ombre sur un trône : il ne gouverne pas. Si son rôle n'était pas d'être au devant de la scène et de tenir sa place sous la lumière, il n'aura aucune légitimité face aux noblesses et clergés des autres nations. Ni même aux yeux du peuple. Mais bon, c'était mon avis, et je me gardais bien de le partager. Ce n'était pas mon affaire, et il pourrait bien disparaitre demain que cela ne me fera ni chaud ni froid. Je perdrais juste une place confortable et un lieu de travail, pas d'affection et de conviction idéologique. Il critiqua d'ailleurs le fait que faire des armes n'était aps très louable. Je soupirais, répliquant ma philosophie en la matière.

" Une cuillière est un simple outil dans les mains d'un enfant, et une arme terrible entre qui sait s'en servir. Je donne des moyens, l'utilisation et la fin ne me concernent pas, et qu'elles soient bonnes ou mauvaises ne sont pas de mon ressort."

Je fronçais des sourcils alors qu'il mettait ses doigts dans mon déjeuner. Sérieusement ? A quoi il jouait là ? J'étais assez étonnée qu'il touche ainsi à tout, sans même savoir ce que c'était. Mais bientôt il voulu m'offrir son conseil avisé sur ce produit, pas assez concentré selon lui. Je ne pus m'empêcher d'être étonnée, et le voyais sous un autre jour. Il n'était donc pas si incapable que cela. Mais, souriant d'amusement et le regardant avec malice, je lui expliquais pour cette pâte n'était pas mortelle.

" Bonne analyse, je dois dire. Mais s'il n'est pas concentré, c'est normal. Cette pâte, c'est une partie de mon régime alimentaire. C'est donc normal que la dose ne soit pas trop élevée, et que le processus habituel n'ait pas été suivis."

Je posais sur lui un regard amusé, un grand sourire malicieux sur mon visage.

" A manipuler des poisons, il vaut mieux être prudent et capable d'y résister, ne croyez-vous pas ? "

Bon, ce n'était pas totalement la raison qui faisait que je prenais du poison ainsi. Ayant été assassin spécialisée dans les poisons, on avait du me rendre immune à beaucoup d'essence en m'en faisant ingérer régulièrement. C'était pratique, mais le contre-coup était non négligeable. Si je n'ingère pas régulièrement différent type de poison, mon corps se détraque, mes organes commencent à se nécroser et je finirais par mourir. C'était ainsi qu'ils gardaient les assassins, et pouvaient facilement s'en débarrasser. Mais pour moi, être une herboriste et alchimiste m'avait sauvé la vie, pouvant synthétiser, extraire ce dont j'avais besoin. Et seulement pour survivre. Mais ça, je n'en parlais à personne. Je laissais d'ailleurs Grégoire enchainer, racontant des choses dont j'avais bien peu à faire. Je rangeais un peu, répondant avec plus de sérieux mais aussi plus d'agacement.

" Je connais ces règles en effet, et de toute manière dans mon accord j'ai bien spécifié ne vouloir que travailler le moins possible sur des armes. Pour les individus non consentant, c'est aussi un fait. J'étais esclave, je sais ce que c'est que de ne pas avoir le choix."

Je soupirais, m'accoudant contre la table, m'asseyant presque dessus pour lui faire face.

" Pour mes ventes, je sais ce que je fais. Je me concentre sur la médecine, et ne dédie mes produits pilotes qu'à certains triés sur le volet. Je vous rassure, seigneure Grégoire, que je maitrise parfaitement mes affaires, qu'elles soient à but non lucratif ou non."

Je le regardais avec plus d'attention, mon regard tentant de percer ce seigneur vagabond. Je me demandais ce qu'il savait de moi.

" Vous avez peut être fait vos recherches en amont, mais j'étais avant de venir ici autant l'Empoisonneuse que le Dragon Blanc. Je le suis toujours d'ailleurs, mais on ignore l'Empoisonneuse tant qu'elle n'a pas fait de nouvelles victimes. Comme les toxines et autres poisons, je suis autant la partie bénéfique que préjudiciable de cette affaire. Mes oeuvres seront toujours sont de même, et ne prendront de sens vers l'un ou vers l'autre qu'en fonction de l'utilisation que l'on en fait."

Je me redressais soudainement, faisant craquer mes doigts et le regardant avec plus d'enthousiasme.

" Je vous fais visiter peut être ? J'ai envie de marcher..."

Ma salle de travail était relativement grande, en raison de la place pour les plantes et les animaux. c'était presque une serre, et je travaillais avec un autre chercheur chargé de collecter et d'étudier des essences rares. Mais il était en déplacement pour l'instant, ce qui me laissait champs libre dans cette partie de l'université. Le dôme était haut, et offrait une lumière agréable et non directe. Nous passions pour le moment devant les cages de quelques reptiles, allant du varan à la vipère, j'en avais une dizaine. Mais au lieu de parler de ce que nous voyions, je dirigeais la conversation vers quelque chose qui m'intéressait plus. Lui.

" Et vous, Seigneur du Domaine, que comptez vous exactement accomplir avec cette université ? C'est un investissement lourd, avec un retour que dans la longue durée, et incertaine en ces temps troubles. Je suis... curieuse d'avoir votre vraie raison."

Je posais sur lui mes yeux étranges, attendant avec curiosité sa réponse. Il avait sûrement d'autres objectifs qu'un simple attrait scientifique, et je devais savoir ce qu'il en était. Pour assurer mes arrières, ou faire bouger les choses dans mes intérêts.
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 20:46


Plus je faisais connaissance du « dragon blanc » plus je constatais avec un sentiment de malaise qu’elle n’aurait aucune utilité en cas de conflit. Elle était indépendante et sûre d’elle, presque noble et hautaine à mes yeux malgré son passé… Ou à cause de celui-ci. Tant pis, je serais plus conciliant avec les autres chercheurs.
Lorsqu’elle débutait sa marche, je la suivis les mains croisées dans le dos. J’observais les choses qu’elle observait pour être certains que rien de trop dangereux n’était installé au sein d’une ville habité.
« Le Domaine est jeune, petit et affaibli suite à notre guerre contre les adorateurs… Pourquoi j’ai tenu à ce que l’université soit bâtie au plus tôt ?… Pour que la connaissance permette aux gens qui m’ont confié leur sécurité, de l’assurer malgré nos désavantages. » Je lui répondis en fixant l’entré du dôme me stoppant pour observer des Septenn qui gambadaient dans un enclos. 
« L’université découvrira comment décupler nos récoltes, faire naviguer plus vite et sereinement nos navires, comment bâtir plus efficacement et comment assurer notre défense face à des menaces grandissantes. »
Je me tournais vers la femme aux longs cheveux blancs.
« Vous avez sûrement dû vagabonder autant si ce n’est bien plus que moi… Combien de fois la ruse et vos connaissances vous ont sauvé la vie ? La connaissance, c’est le pouvoir et l’assurance de puissance… Et nous en avons cruellement besoin face aux adorateurs. »
Je m’y genoux à terre pour prendre un petit septenn et lui gratter la nuque comme ils aimaient tant. Ce dôme serait un lieu d’observation et d’étude du vivant, un véritable microcosme de vie quand les autres érudits arriveraient… Des druides, des guérisseurs, des dresseurs et autres animaliers allaient tenter de percer les mystères des animaux les plus étranges.
Je continuais sur une ton léger en regardant dans les yeux la femme aux cheveux d’ivoire.
« J’espère aussi que nos connaissances apporteront une ère glorieuse à notre monde, une ère de progrès dont je n’ai eu que de vagues songes grâce à certains ouvrages. Mes enfants vivront dans un monde en paix Tullia… Même si je dois le plier par le fer ou par l’or. La voilà ma raison. » 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Mai - 14:32
Grégoire voulait mettre en avant une nation des lumières. C'était une idée séduisante, et qui pouvait profiter à tous. Mais de ce que j'avais vu, c'étaient surtou des chercheurs qui étaient venus, et non des ingénieurs, des personnes pour mener des travaux public ou bien pour former d'autres personnes. Il avait des idées pour le peuple, mais cela avait de l'intérêt en temps de paix. Et nous ne l'étions pas encore. Enfin, c'était mon avis.

"Mh... Ce sont donc des ingénieurs dont vous avez plus besoin. Mais votre Université n'est pas que basée sur la recherche n'est ce pas ? Pour l'enseignement, il vous faudra aussi de bons pédagogues. Et tout chercheur n'est pas bon pédagogue, fu fu fu ~..."

Je riais, car moi même je n'étais pas un bon professeur. J'agissais bien, je menais des recherches qui aboutissaient, mais je n'avais pas la patience pour former quelqu'un. Patience ni technique d'ailleurs. Et puis, je n'avais pas le temps. Le seigneur du Domaine me demanda mon expérience, ce qui m'avait permi de survivre. Ruse et connaissance, mais pas que. Mais il avait tort sur un point. Je n'avais pas autant voyagé que lui, et certainement pas dans le même but.

" J'ai voyagé un peu, en effet. Mais plus pour survivre que par loisir et pour étudier. Mais il est vrai que la ruse et le savoir sont de bons facteurs de survie. Mais la préparation et la chance font aussi partis du lot."

Nous arrivions près de l'enclos, où quelques petits septenn se pressaient voir le visiteur. Ils étaient mignon, j'aimais leur compagnie. Mais pas en liberté dans mon labo, ils mettraient des saloperies partout. J'enchérissais sur ses propos, voulant insister sur le fait que le savoir pur ne faisait pas tout.


"Vous entourer, certes, mais quand on est face à des fanatiques, il faut pouvoir rallier avec autant de conviction tout le monde. Vous voulez des spécialistes, c'est une bonne chose de s'entourer de personnes compétentes dans le domaine technique. Mais vous avez besoin d'alliance, il ne faut pas négliger la politique et le Noble Jeu. J'espère que vous avez mis autant d'efforts dans la constitution de votre corps diplomatique que dans la construction de cette université..."

Grégoire parla d'une ère nouvelle, pleine de connaissance et d'émerveillement. Je le regardais, mais avec un expression un peu dure. Je n'aimais pas les utopistes qui ne prenaient pas en considération la réalité, et les conséquences de leur souhait.

" Une ère glorieuse... beaucoup de mal a été fait en ce monde, au nom d'une 'ère glorieuse'. Il est beau d'être plein de rêves utopistes, mais la réalité est tout autre. Vous pouvez rêver d'une paix pour tous, pour la génération future. Mais prenez bien en compte le prix qu'il y aura à payer, pour arriver à cette fin. La connaissance est sans notion de bien et de mal, mais nous sommes toujours prompt à l'utiliser à mauvais escient. Votre ère glorieuse, pourrait s'avérer être une ère de ténèbre. Et pour y arriver, ce seront des vies que vous devrez plier et détruire."

J'étais bien sérieuse et pessimiste, mais la réalité était là. Je ne suivrais pas un homme qui dans sa folie aveugle, sa soif de paix et d'illumination mettrait à mal des vies entières, et plongerait le monde dans un chaos encore plus grand. Il est bon de rêver à un monde meilleur, mais il faut savoir le gouter avec modération, et accepter que tout ne peut être entièrement selon son idylle. Je soupirais légèrement, cette conversation ne menant pas à grand chose.

"Enfin, nous n'en sommes pas là. Et je prêche sûrement à un convaincu. Car vous ne vous lanceriez pas dans cette entreprise sans avoir conscience de toutes les conséquences, n'est ce pas ? "
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Mai - 10:28


Je reposais mon petit compagnon avec ses congénères avant de répondre à la toxicologue. 
« En effet, c’est aussi un lieu d’enseignement, en réalité tout le dôme principal n’est voué qu’aux étudiants hormis les deux derniers étages qui accueilleront l’archimage."  Je souris. « S’il vous vient l’envie de tenter une vie de professeur, vous n’aurez qu’à passé l’aller. » Je gloussais en faisant référence à l’allée circulaire qui relierait tous les dômes. 
Quand elle évoquait le noble jeu, je me raidis légèrement, j’avais une profonde aversion pour les fadaises et les complots de la politique des autres nations.
« La préparation n’est-elle pas une facette de la connaissance ? » Je lui fis remarquer avant de poursuivre sur la politique. « J’ignore comment vont les complots et les intrigues politiques des autres nations, tout ce qui m’importe pour le moment est de venir à bout d’Ozan et ses fidèles. Les deux corps diplomatiques en préparations n’auront pas d’autre objectif que de s’assurer des bonnes relations commerciales et des détails de la venue des renforts de nos alliées. l’ingérence dans leurs affaires est proscrite, l’ingérence mène à la guerre, j’ai déjà suffisamment d’une à gagner. » 

J’écoutais attentivement la suite de ses interrogations avant de lui répondre avec calme.

« Il y a toujours un prix à payer, Dragon blanc, vous le savez aussi bien que n’importe qui. Nous payons tous les jours le prix de notre envie de paix et d’innovations. j’ai donné mon propre sang auprès de mes hommes pour montrer au monde que nous ne plierons pas face à une idéologie. Il n’y aura pas d’ère de ténèbres, car nous allons balayer celle qui est déjà en place pour amener la paix. Mais vous avez raison, vous prêchez déjà un converti. Et je pense que nos règles que vous allez vite devoir prendre en compte parle en notre nom sur notre prudence en matière de recherche. » Je lui dis avec un sourire avant de voir que mon Protecteur me faisait un discret signe de la main.
« J’ai beaucoup apprécié votre compagnie Dragon Blanc, néanmoins, je dois partir. En conclusion, respectez les règles et cela ne pourra qu'aller pour nous tous. Et n’en voulez pas trop aux autres chercheurs qui vont bientôt arriver pour mener leurs propres recherches ici. Ils sont de natures très variées, mais ici, ils mettent de côté leurs préjugés, je m’en suis assuré pour le bien de tous. » 
Je m’inclinais en retirant mon chapeau face à la femme aux longs cheveux d’ivoire.
« Au revoir, dame Estrama Von raijer. » Et je partis vers la sortie escortée par Dakeyras dans son armure de Protecteur. 
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Mai - 21:32

Quand Grégoire parla d'étudiants et de salle de classe, je fermais les yeux et eus un tic de dégout. Un léger frisson de récalcitrance me parcourus, mais quand je rouvrais les yeux il n'y eut rien d'autre que de la malice et du dénigrement.

" Eurk, pitié, pas d'étudiants ! Je ne laisse pas n'importe qui trainer dans mes pattes ! Et puis, l'art des poisons et des toxines est dangereux, et nécessite du sérieux autant que de la précision et de la bienveillance. On ne peut pas l'enseigner à n'importe qui, c'est trop dangereux..."

Je parlais de danger, mais je faisais plus allusion au fait qu'il puisse être utilisé à mauvais escient. Mon regard se faisant plus perçant, j'enchainais avec la véritable raison de ma méfiance envers l'enseignement.

" Comme une épée éfilée, on ne sait pas si elle servira à défendre la veuve et l'orphelin que de tranpercer le coeur d'un innocent.... Mais vous faites bien de me rappeler cela. Ainsi, j'éviterai soignement le chemin de ronde."

Je finissais pas une petite pointe malicieuse et taquine, étant cepandant sérieuse sur le fait que je n'allais pas trainer du côté des salles de classe. Moi, enseigner... et puis quoi encore ! La connaissance, le savoir, ce sont des choses bien trop dangereuses entre de mauvaises mains. Grégoire lui philosopha un peu sur la préparation et le savoir, mais là dessus je ne pouvais être d'accord avec lui.

" Non, pour moi la préparation est une application de la connaissance, et elle n'est pas resteinte à elle seule. Se préparer, ce n'est pas que connaitre, c'est aussi une situation physique, du relationnel... Cela va plus loin."

Mais le seigneur des lieux ne semblait surtout pas apprécier mon conseil sur la diplomatie et la politique. Au contraite, on sentait une véritable révulsion. Mais le temps et l'expérience m'avaient appris bien des choses. Tôt ou tard, il devra comprendre qu'on ne peut échapper à ce genre de chose, dans sa position. Pas si l'on souhaite vraiment sauver son peuple, et jouer au même niveau que les autres.

" Je comprends votre répugniance... J'y ais vécu trop longtemps pour me défaire de ce masque, et même si j'en connais toute la pourriture qui se cache sous la belle dentelle, je ne pourrais m'en défaire. L'ingérence est à craindre certes, mais parfois les choix donnant les meilleurs résultats sont ceux jonchés de cadavres et d'épines. J'espère que vous n'aurez pas à faire un tel choix draconien, mais gardez avec vous des Machiavéliens. Ils vous seront toujours utiles, et sauront vous donner un avis... objectif."

Ses mots... Je me renfermais quelque peu, n'appréciant pas ce qu'il disait. Je me gardais bien de dire ma pensé, car ce n'était pas ma place, ni même le moment. Et puis, je m'étais dis que je ne m'impliquerais pas sans raison dans cette patrie. Il m'en faudra plus, pour me convaincre que ce Domaine vaille la peine que j'en vienne à la dispute avec un seigneur. Le genre de dispute qui peut finir mal, pour l'un comme pour l'autre. Je répliquais donc rapidement, me minimisant au mieux sur mes paroles.

"Mh... Nous verrons bien. Vos paroles sont pleines d'espoir, et je ne peux vous en vouloir. Mais pour le bien des autres, sachez garder les pieds sur terre et que votre regard se porte sur la réalité."

Bien trop de chimères ont emportés des gens. Ozan et ses pairs en sont de parfaits exemples... Que cela se reproduise sur une terre avec autant d'espoir, autant de gens qui comptent sur lui... C'est triste, et pourtant si fréquent dans l'Histoire. Grégoire me fit à nouveau une apologie du partage et du suivis des règles. Tout en roulant des yeux vers le ciel et en poussant un soupir peu discret, je le rassurais. Enfin, il était évident que je n'en n'avais pas grand chose à faire.

" Ils peuvent venir. S'ils meurent en se trompant dans mes fioles c'est leur problème, mais s'ils provoquent la mort d'autrui je saurais faire justice. Ce fut un plaisir également, seigneur Boisdefer. Nous serons amenés à nous revoir, j'en suis certaine..."

Je le saluais, tout aussi gracieusement et humblement que lorsque je lui avais souhaité la bienvenue. Je souriais légèrement, mais mes yeux étaient troublés. Troublés parce que je n'avais pas vraiment réussi à percer cette personne. Je n'arrivais pas à voir ses intentions profondes, ce qu'il était capable de faire ou non. Allait il avoir les épaules pour mener à bien sa si grande mission ? Je n'en étais pas certaine, et je restais dans l'indécision. C'était déroutant, et décevant. Mais bon.. Je retournais à ma table d'étude, alors qu'il s'en allait avec son gardien. Mes pensés allaient tranquillement, se rassénérant par la distance et l'indifférence que j'instillais en mon coeur. Nous verrons bien comment l'échiquier va bouger. Ses actions parleront pour elles même. Vers une ère de lumière et de savoir, ou bien de ténèbres et de terreur ...
[fin du rp]
Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : libre pour 3 rps
Expérience : 183

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Discrétion - Régénération
Groupes: Neutre
Race: Métisse Lorcq/Elfe
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Domaine de la Ghyuerf-