L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Renaître de ses cendres

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 21 Mar - 18:00
Je souris à sa réponse et replaçais une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Je frottais mon nez au sien puis l’embrassais avec tendresse et dévotion. J’avais des papillons dans le ventre et une envie de l’aimer d’une toute autre façon qu’avec un simple baiser. Mais… Quelqu’un pouvait, et le fit, débarquer à tout instant. La Haute Prêtresse de Thaä entra dans notre tente et nous regarda. Elle posa un doigt sur ses lèvres et sembla réfléchir. Je soupirais et m’assis sur le lit de peau de bête dévoila sans pudeur ma poitrine dont les tétons pointaient.

Quoi ?
Je… Heu… Ta poitrine est nue….Hm…. Elle détourna le regard rougissant.
T’as les mêmes non ?  
Oui… Hm… Je voulais te dire d’être prudente, des adorateurs d’Özan ont été repérés dans les bois. Ils ne bougent pas pour le moment. Une équipe les surveille. Sëya, tu es la fille de Thaä… Soit plus… Prudente !

Elle jeta un œil à Morianne comme pour lui dire « je vous ai à l’œil » mais elle dormait. Je soupirais et lui demandais de nous laisser un peu dans notre intimité. Je me glissais sous les peaux de bête et me cachais le visage lui faisant comprendre que je ne voulais plus rien entendre. Je l’entendis maugréer et partir.

Gna gna gna… Je suis prudente !

Ronchonnais-je mécontente qu’elle est cassée mon envie de sexe. Je retirais la peau de bête de mon visage et tournais la tête vers Morianne. Je caressais son visage avec douceur, je fronçais cependant les sourcils en la voyant s'agiter dans son sommeil. Je la pris contre moi et m’endormis.

Alors que je rêvais d'un animal somptueux de mille et une couleurs, je fus secouée dans tout les sens et une voix m'appelait à l'aide. Je me réveillais et cherchais qui m'appelais et vis Morianne en larme devant moi. Je regardais son entre-jambes en sang et compris qu'elle était en pleine lune rouge. Je me levais, allais chercher une bassine sous les yeux hagard de nos voisins. Je fis signe qu'il n'y avait rien de grave. Je pris un tissus. Je rentrais dans la tente et dis à ma douce que ce n'étais rien de grave mais juste ses règles. Je pris le tissus et frottais le sang. Puis j’allais chercher une queue de lapin et une culotte propre et lui mis afin que la queue absorbe le sang.

T'en fais pas, tu as dû faire un mauvais rêve. Dis-je en la cajolant contre ma poitrine et en nous recouchant. Tout va bien, rendors-toi.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Mar - 17:24
Je sanglotais un moment dans les bras de Sëya, incapable de me calmer. Tout ceci était profondément stupide à vrai dire, mais il fallait dire que je n'étais pas dans un état émotionnel très stable cette nuit là. Elle me cajola, me rassura, et je trouvai finalement le sommeil au bout de quelques minutes, épuisée par tout cela.

Le soleil vint caresser ma peau ce matin là, entre les interstices de la tente. J'eus du mal à ouvrir les yeux, et tout autant à me sortir des chaudes peaux de bêtes dans lesquelles j'étais drapée. A peine réveillée que j'avais déjà la nausée et des douleurs au ventre... Si Thäa avait bien foiré quelque chose en ce monde, c'était sûrement cela... Quel pénibilité que le cycle menstruel, et je n'avais plus aucune herbe pour préparer la décoction qui me permettait d'en atténuer la douleur et les symptômes.

Grah... Thäa est bien gentille de nous avoir donné le don de la vie, mais des fois j'aimerai bien qu'il ne nous le rappelle pas tous les mois... Pfff...

Sëya semblait encore dormir doucement. Je ne voulu pas la réveiller en ouvrant les battants de la tente et restai alors collée à elle un moment. Il fallait se mettre au travail aujourd'hui, mais je n'étais pas vraiment d'humeur ni dans un état très à même pour le travail. Mais il fallut tout de même que je sorte rapidement, la nature faisant son œuvre, il fallait que j'aille au petit coin. J'embrassais ma mzékils et partis en courant vers un petit bosquet juste à côté du camps pour aller faire mon affaire.

Je revins après quelques instants au campement pour rejoindre notre petite équipe qui était déjà en train de se sustenter pour affronter les épreuves de la journée. Je bougonna quelques salutations et m'assis à la table en soupirant de fatigue. Cette journée allait être horriblement longue...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Mar - 17:38
Morianne sanglota un moment et finit par s’endormir. Je caressais ses cheveux avec douceur et fermais les yeux finissant, moi aussi, par rejoindre le monde des rêves. Je dormis du sommeil des justes et aucun mauvais rêve ne vint me nuire.

Le jour était levé depuis un moment lorsque j’ouvris les yeux. J’allais me rafraichir un peu et uriner avant de rejoindre les autres à notre table. Je saluais joyeusement tout le monde et embrassais Morianne. Scathach et Loreleï se joignirent à nous. Je soupirais et mangeais rapidement mon bol de gruaux. Je bus mon verre de jus de fruit en deux secondes et m’étouffais avec. Je fus prise d’une quinte de toux violente et incessante. Je devins rouge écrevisse. Maya me tapota le dos. Enfin ça se calma et je levais une main. D’une voix étouffée je remerciais Maya pour son aide.

Ça va aller ? Demanda Scathach
Oui, merci.

Je me levais, saluais tout le monde et retournais à la tente. Mais avant je passais voir l’herboriste et pris des herbes pour Morianne, elle devait avoir mal au ventre. L’herboriste me vendit ce dont j’avais besoin pour cinq pièces d’argent. Une fois à la tente, je fis chauffer de l’eau et attendis Morianne.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Mar - 11:24
Je regardais ma douce s'en aller après s'être au préalable étouffée... Tout ceci m'avait rendu bien inquiète mais heureusement, Maya avait été rapide et efficace. Comme toujours, c'est elle qui nous sauvait la mise à chaque fois. Elle n'était pas très costaude, mais au moins pour guérir et faire à manger, ça, elle était douée. Je finis de manger et me préparai à la rejoindre quand ma mère se tourna vers moi.

- Tu vas bien, Morianne ? Je t'ai entendu hurler cette nuit...
- Oh... Heu... Des cauchemars... J'ai eu quelques cauchemars...
- Hum... Liés à la période où tu étais « Badb », j'imagine ?

Je m'étonnais qu'elle ait deviné aussi facilement cela, mais après tout, c'était une femme intelligente et il ne fallait pas être un devin pour arriver à cette conclusion. Je bougonnai et fit une légère moue avant d'avouer.

- Oui... J'ai fait des choses terribles ces jours là...
- Tu ne dois plus te soucier de ça... Tu as fait ce qu'il fallait pour survivre.
- Au prix de combien de vies ?
- Ne te torture pas avec ça ! Et puis tu as déjà assez souffert pour expier ces crimes. Tu en es morte... Je ne vois pas ce que tu pourrais avoir de pire comme punition. Thäa même en a décidé ainsi. N'est-ce pas un signe que tu es pardonnée ?

Je lui souris vaguement et fit oui de la tête.

- Vous avez raison. Merci Scathach ! Vous êtes plutôt gentille pour une sorcière, finalement !
- Humpf... Je suis ta mère avant tout, ma petite... Enfin ta génitrice en tout cas... Je sais que tu ne me considère pas vraiment comme une mère mais... Bref ! Ne crois-tu pas que je ferais tout pour te protéger à présent ?
- Si... Sûrement... Mais il y a des choses que je veux savoir. Vous me parlerez de vous et Saladin aujourd'hui ?
- Très bien... Peut-être serait-ce mieux d'en parler en présence de Sëya. Elle a le droit de savoir aussi, non ?
- Hum... Oui ! Où est-elle allée d'ailleurs ?
- A votre tente, peut-être ?
- Allons-y !

J’emboîtai le pas à Scathach et me rendis avec elle jusqu'à la tente. Sëya nous y attendait devant, faisant bouillir un peu d'eau.

Tu fais bouillir de l'eau, ma douce ? lui demandai-je alors, curieuse de ce pour quoi elle la destinait.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Mar - 15:07
L’eau bouillonnait doucement, j’y mis les plantes et touillais avec un bout de bois. L’odeur qui se dégagée de la décoction était plutôt agréable. Morianne et sa mère biologique entrèrent dans la tente.

Tu fais bouillir de l'eau, ma douce ?
Oui. C’est une décoction pour ton mal mensuel.

Répondis-je en lançant un regard inquiet à Scathach. Depuis que je savais qu’elle était sorcière, je m’inquiétais de son côté dangereux. Je me laissais tomber sur les fesses et regardais ma bien-aimée.

C’est bientôt prêt, donne-moi une tasse.

Demandais-je aimablement à Morianne. Je touillais encore un peu. Une douce odeur emplissait nos narines et la tente. Je me levais et allais voir s’il y avait encore des queues de lapins. Il en restait une dizaine, c’était suffisant pour le moment. J’attrapais une louche et ramassais la tasse posée à côté de la casserole. Evitant les feuilles et autres éléments de la mixture, je servis Morianne. Je la mis en garde en disant que c’était chaud.

Scathach était debout dans un coin de la tente à attendre. Je lui demandais ce qu’elle attendais et elle me souris.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar - 10:09
J'allais chercher une tasse pour boire la décoction que Sëya m'avait préparée. Scatach resta là à sourire à mon aimée qui lui demanda alors ce qu'elle attendait.

- J'observe, ma chère ! J'observe ! Et pas que par les yeux ! Si j'en crois l'odeur qui règne ici et les feuilles de belladone qui flottent dans cette marmite, je dirais que Morianne est dans une période faste du mois et que tu as préparé ceci pour la soulager des douleurs que ça lui provoque.
- On ne peut rien vous cacher...
- Je suis une sorcière, je m'y connais en potion. Vas-y doucement au niveau du dosage, la belladone reste toxique à forte dose.
- Je sais... merci du conseil.
- Je suppose que je n'apprendrai rien à une druidesse en matière de remède ?
- Non ! Effectivement !

Je soupirai et me fis servir une tasse de remède avant de remercier Sëya et l'embrasser sur la joue de façon volatile. Scathach se tourna vers Sëya et finis par lui expliquer après un court silence.

- Je suis là pour vous parler un peu de Saladin et de moi, par la même occasion. Morianne et moi pensons que ça pourrait t'intéresser, Sëya. Après tout, tu as le droit d'en savoir autant sur moi que n'en sait Morianne. Vous n'avez pas vraiment de secret de toutes façons... dit-elle en désignant le pendentif que Sëya avait autour du cou.

Était-elle au courant pour la pouvoir du médaillon ? Savait-elle que nous pouvions communiquer par la pensée grâce à cela ? Je supposais que oui, au regard de ce qu'elle disait et au regard insistant qu'elle posait sur nos pendentifs. Comment pouvait-elle savoir ? Elle n'était pas au moins responsable de cette trouvaille au moins ? Aurait-elle un lien avec ma découverte de cet artefact ? Tant de question, mais je n'osais les poser, de peur qu'elle se froisse. Et puis ce n'était pas le sujet premier. Tout d'abord il fallait que j'avale cette tisane, qui n'était pas si mauvaise, ensuite il faudrait parler d'elle et de Saladin, même si cela me rendait hautement nerveuse... ajoutez à cela que je suis dans un état de fragilité émotionnelle à cause de mes règles, et imaginez à présent l'angoisse que je ressentais sur le moment...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar - 12:21
Sa réponse me figea. Elle observer par les yeux et l’odorat. Je n’aimais pas ça. De toute façon depuis que j’avais appris qu’elle était une sorcière, je me méfiais d’elle. Morianne déposa un baiser sur ma joue et je me détendis. Je l’observais boire la décoction et mis le reste de côté. Je réchaufferais demain matin pour que ma douce en ait une autre tasse.

Je suis là pour vous parler un peu de Saladin et de moi, par la même occasion. Morianne et moi pensons que ça pourrait t'intéresser, Sëya. Après tout, tu as le droit d'en savoir autant sur moi que n'en sait Morianne. Vous n'avez pas vraiment de secret de toutes façons...

Enonça Scathach en fixant mon pendentif. Je pris le petit objet dans le creux de ma main pour le cacher aux yeux de la sorcière. Mais que pouvait-elle contre nous ? Je lâchais le pendentif et fixais Scathach. Je ne voulais pas lui donner la satisfaction de me faire peur.

Eh bien, nous écoutons.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 11:36
Scathach se racla légèrement la gorge tandis que je buvais une gorgée du remède que m'avait préparé Sëya. Nous étions toutes ouïes de l'entendre nous parler de Saladin et elle. Peut-être en apprendrai-je ainsi d'avantage sur mes racines.

- Merci de me prêter attention. Par quoi vais-je commencer ?
- Ce que je me demande, c'est comment tu as pu être amoureuse de ce fou furieux.
- Oh... Et bien Saladin n'a pas toujours été un « fou furieux » comme tu pourrai l'imaginer. Non... Non il était même plutôt comme toi.
- Que... Comme moi ?
- Oui... C'était un jeune mzékils intrépide et courageux, un brun charmeur même, avec un petit côté sauvage. Hum fu fu ! Même s'il était de la noblesse d'Yban, il avait ce côté un peu brute.

Je soupirai face à cette description. Cela ne m'enchantait guère d'entendre cela, c'était un détail qui était fort insignifiant pour moi.

- Enfin bref... C'était un homme bon et plutôt malin. C'est cet homme là que j'ai aimé, pas celui qu'il est devenu aujourd'hui...
- Comment un noble d'Yban et une sorcière ont-ils pu se rencontrer ?
- Hum fufufu ! Cet idiot s'était cassé un bras pendant une bagarre. Moi, je passais par là, pour me fournir en ingrédients rares qu'on ne trouve pas à Yban, il fallait que j'aille voir un marchand spécialisé qui faisait venir de la racine de melgor qu'on ne trouve qu'à Zaï'Lou. J'ai eu pitié du pauvre mzékils et ait usé de mon fluide äan pour le soigner. Il a tenu à me remercier mais je n'en avais que faire... Il m'a agripper par le bras et c'est là... quand nos regards se sont croisés... que je suis tombée amoureuse. Follement et éperdument amoureuse... Ses yeux étaient d'un bleu si clair... Je n'ai pas pu résister à son charme ce jour là. Nous avons finalement vécu quelques années d'amour sincère ensemble. C'était un homme bien, Morianne...

Je serrai le poing, agacée par ces paroles. Comment ce mzékils avait pu être bon ? Comment quelqu'un de si bon avait pu devenir l'être abjecte qu'il était aujourd'hui ? C'était inconcevable. Pour moi, on ne pouvait pas changer aussi radicalement... ça ne se pouvait.

- C'est impossible ! Comment alors ? Pourquoi est-il devenu comme ça ?
- Et bien... ton père fréquentait de mauvaises personnes... Il était aussi naïf que toi !
- Je ne suis pas naïve !
- Si ! Tu l'es ! Si tu penses que quelqu'un de bon ne peut pas basculer vers le mal... alors tu es naïve ! D'ailleurs le bien et le mal sont des concepts... se ne sont pas des réalités ! Selon de quel côté tu te trouve, tu peux te juger du bon côté ! Saladin était persuadé de faire le bien !
- Persuadé de faire le bien ? En massacrant des innocents ?
- Oui... Saladin était proche d'un homme influent... très influent parmi les Hayert... Et il a appris une vérité qui a changé sa vision des choses. Un vérité qu'il n'est pas forcément bon de connaître pour certains...
- Quelle vérité ?

Scathach se pinça l'arrête du nez et réfléchit un moment en faisant les cents pas. Craignait-elle de me la dévoiler ? Craignait-elle que je suive les traces de mon père ? Sornette ! Il en était hors de question.

- Ton père a appris qu'Özan était le père de toute chose...
- Quoi ?
- Laisses-moi reformuler ça... Un prêtre d'Özan, lui a clairement révélé qu'Özan était père de toutes choses, de Thäa, de tous les autres dieux de ce fait, et qu'il était le seul et tout puissant créateur. Et Saladin a évidemment accepté ce fait... et c'en est un ! Özan est le premier de tous les dieux...
- … Peut-être... et alors ? Ça ne lui donne pas le droit de tout détruire ! Özan veut tout plonger à nouveau dans le néant ! Nous ne voulons pas ça ! Thäa ne veut pas de ça !
- Et je n'en veux pas non plus ! Mais Saladin, lui, a été convaincu du bien fondé des intentions des Hayert'Vaäls, d'Özan lui-même. Il veut tout replonger dans le silence... Lorsque j'ai compris cela, j'étais déjà enceinte de toi et j'ai pris la fuite.
- N'as-tu donc pas essayé de le raisonner ?
- Le raisonner ? Cet homme était et est probablement toujours aussi têtu que toi !
- Arrête de me comparer à lui...
- Pourtant il te ressemble beaucoup... et c'est même pour cela que ça t'énerve, n'est-ce pas ?

Je restais silencieuse, mais elle avait raison... Tellement raison... J'avais été la première à me rendre compte de nos nombreux points communs entre lui et moi. Cela m'était pourtant dur de l'avouer. Je ne pouvais pas accepter que ce mzékils ait été aussi gentil que moi... et que c'est simplement nos idéaux divergents qui ont fait que nous avons suivi des voies différentes.

- Peut-être... oui...
- Enfin bref... c'est à ce moment là que j'ai appris qu'il te voulait toi, pour faire de toi un apôtre d'Özan, une Servante du Néant... Il connaissait ta destinée Morianne... Il savait que tu étais destinée à trouver Sëya et à devenir sa gardienne. J'ai voulu empêcher ça... J'ai voulu te protéger de lui... Et visiblement c'était ton destin que je t'abandonne aux nomades. Peut-être que si ton père n'avait pas basculé vers le mauvais côté... alors je ne t'aurai jamais laissé à tes parents adoptifs, nous aurions vécu différemment, et tu n'aurais peut-être jamais connu Sëya... C'est lui qui a poussé ta destinée dans ses bras... à moins que se fusse la volonté de Thäa. Peu importe...
- Peu importe, oui ! Avec des « si » nous pourrions refaire le monde ! Mais les choses se sont passées ainsi, et ne peuvent être changées. Pour le meilleur comme pour le pire !
- Je suis contente que tu vois les choses ainsi ma fille...
- Je ne suis pas votre... Bref... Comment pourrait-il en être autrement ? Finalement ma destinée me plaît bien comme ça... J'ai peut-être failli mourir à plusieurs reprises, mais au moins, je suis avec Sëya !

Scathach sourit tendrement, comme soulagée d'un fardeau. Au moins les choses étaient claires pour nous toutes et elle semblait contente de me voir accepter aussi bien les choses.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 12:16
J’écoutais le récit de la mère biologique de Morianne. Comment Saladin avait-il pu être un arcaëllien bon ? Comment avait-elle pu l’aimer ? De mauvais e fréquentation l’avait changé mais avec sa magie Scathach n’aurait-elle pas pu inverser la courbe ? Je croisais mes bras sur ma poitrine. Le fait qu’elle compare Saladin à Morianne m’énervait au plus haut point. Je crus même un instant que j’allais la frapper avec violence. Mais je ne fis rien. Pourtant je me vis me précipiter sur la sorcière et lui mette mon poing sur le nez. Mais je n’en fis rien et heureusement.

Alors comme ça, Saladin est tombé du côté obscure à cause d’une révélation sur Özan ? Comment peut-on être aussi faible ?

Crachais-je avec dédain. Je ne voulais pas manquer de respect à la mère de Morianne mais là, c’était difficile. Je dis d’une voix pleine de colère :

Vous l’avez laissé glisser vers Özan sans rien faire ? Vous n’êtes pas digne d’appeler Morianne « Ma fille ». Si je venais à sombrer vers les Hayert’Vaäl Morianne me retiendrait, me résonnerait. Jamais elle ne me laisserait tomber dans le néant…. Si vous aimiez Saladin, pourquoi l’avoir laissé partir vers le mal ?

Tout ça c’était sa faute à elle dans le fond. Elle n’avait pas su garder Saladin du côté des justes. Je baissais la tête et grommelais quelque chose d’incompréhensible.

Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 13:37
Ma biologique mère soupira face aux attaques de Sëya. Ma mzékils était plutôt rude avec elle, mais dans le fond elle posait des questions légitimes dont les réponses m'auraient intéressé également. Je ne la coupai donc pas et lançai un regard inquisiteur à la sorcière.

- Crois-moi, jeune fille, c'est beaucoup plus compliqué que cela en a l'air. Si j'avais pu, j'aurai tenté de raisonner Saladin, j'aurais tenté de le garder pour moi, et de fonder une famille avec Morianne... ou plutôt Badb comme nous voulions l'appeler de base. Mais il était trop tard... Crois-moi, je me suis battu. J'ai expliqué à Saladin que les choses n'était pas aussi simple que cela, qu'Özan n'avait pas tout pouvoir sur toute la création, que Thäa était en quelque sorte une autre facette d'Özan... puisqu'il est né d'une partie de lui. Mais il était déjà trop tard... Peut-être est-ce de ma faute si j'ai refuser de voir les choses avant que cela n'empire... Mais que pouvais-je y faire ? J'étais jeune, enceinte, et effrayée. La seule option que je voyais était la fuite... Fuir pour épargner la vie de Morianne ! Lui épargner la servitude que lui réservait son père... Alors oui, peut-être que tu as raison... Peut-être que j'ai été lâche...

Elle s'arrêta un instant et baissa la tête d'un air désolé. J'avais pitié pour elle à présent... Je comprenais mieux pourquoi elle m'avait abandonnée... Je comprenais aussi qu'elle avait tout tenté mais en vain. Peut-être avait-elle eu tord de réagir aussi tard par rapport à Saladin... Mais elle n'était pas non plus responsable de son basculement vers l'autre camps... Pas directement en tout cas.

- Vous avez quand même eu le courage de partir... Il y a des femmes qui n'en auraient pas fait autant... Des femmes qui auraient sans doute plié sous la volonté de Saladin et lui auraient offert leur enfant. Mais pas vous... Vous m'avez épargné tout ça... Même si ça a un peu raté au final...
- J'ai... encore commis une erreur cette fois là, oui... Je suis arrivée trop tard... encore une fois.
- Mais vous êtes venue quand même, vous vous êtes tout de même inquiétée pour moi malgré ces années passées loin de moi...
- Merci Morianne... C'est gentil de ta part. Mais Sëya a peut-être raison... J'aurai peut-être dû en faire plus pour Saladin...
- Ce qui est fait, est fait ! On ne peut plus retourner en arrière ! Ce qui est sûr, c'est que je ne laisserai pas Sëya sombrer vers les Hayert'Vaäls, et je ne me laisserai pas sombrer vers eux. Il est trop tard pour Saladin... Mais pas pour nous, ni pour les autres arcaëlliens qui ont encore de l'espoir. Vous pouvez racheter vos erreurs ! C'est bien pour ça que vous êtes là, je me trompe ?
- Entre autre, oui... Je suis également là pour protéger Sëya... étrangement c'est la seule fille de Thäa dont le sacrifice est capable d'ouvrir La Porte vers les profondeurs... Pourtant je ne lui vois rien d'exceptionnel...

Je hurlais alors dans ma tête mais m'empêchais de lui sauter dessus pour lui arracher la tête. Je sentais que Sëya n'avait pas non plus pris cela de la bonne façon et j'essayais alors de nous calmer toutes les deux.

- Bien sûr que si ! Sëya est exceptionnelle !! Elle est forte, courageuse, gentille et j'ai été choisie pour la protéger ! Elle doit forcément avoir quelque chose d'exceptionnel ! Ne serait-ce que sont don pour donner la vie à des créatures.
- Quoi ? Un don pour... Comment ça ?
- Explique-lui, Sëya !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 18:57
J’écoutais la conversation avec la mère biologique de Morianne et ma dulcinée. J’avais un peu de peine pour la sorcière dans le fond. Elle avait juste voulu protéger sa fille. Ce qui est digne d’une mère, avouons-le. Je soupirais doucement et baissais la tête. Elle parlait de moi….

Entre autre, oui... Je suis également là pour protéger Sëya... étrangement c'est la seule fille de Thäa dont le sacrifice est capable d'ouvrir La Porte vers les profondeurs... Pourtant je ne lui vois rien d'exceptionnel...

Je relevais le visage, prête à lui bondir dessus. Rien d’exceptionnel ? J’allais lui montrer moi ! Je sentais la fureur de Morianne au travers du médaillon. Elle aussi fulminait. Mais nous gardâmes notre calme et ma bien-aimée expliqua en quoi j’étais différente et extraordinaire. Scathach sembla surprise et bégaya. Morianne me dit alors de lui expliquer.

Oui. Ma mère, Thaä, m’a offert le don de créer la vie à partir de rien. Je peux invoquer plante et animaux. Pour les animaux rien de plus gros qu’un bsurt. Pour les plantes un arbre de bonne taille. Le mieux c’est que je montre.

Je me frottais les mains l’une contre l’autre puis étendis la main droite au-dessus du sol. Une petite lumière dorée éclaira ma main et un lapin apparut. Il se dressa sur ses pattes arrières et remua son museau. Je claquais des doigts et il disparut.

Voilà…. Et j’ai tout contrôle sur eux. Ils m’obéissent. Questions ?
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Avr - 8:18
Scathach resta silencieuse et bouche bée devant une telle démonstration de pouvoir. Elle n'en revenait tout simplement pas. J'étais heureuse de voir qu'elle ne pouvait plus rien dire face à cela. Sëya était exceptionnelle, qu'elle le veuille ou non, elle ne pourrait plus nous contredire là-dessus.

- C'est tout bonnement stupéfiant, mon enfant... Je ne pensais pas qu'un tel pouvoir puisse exister... Le pouvoir de créer la vie... Évidemment... Voilà qui explique pourquoi aucun autre enfant de Thäa ne correspond mieux que toi pour un sacrifice afin d'ouvrir la Porte !
- Hum... Si on pouvait éviter de parler de Sëya comme d'un potentiel sacrifice...
- Oui... pardon. C'était assez malpoli. Désolée. Mais je comprend à présent. C'est un sacré don que tu as là !

La sorcière se tourna alors vers moi et me regarda avec fierté. Elle devait probablement se sentir honorée d'avoir donné naissance à une fille destinée à protéger l'enfant la plus exceptionnelle de Thäa. En tout cas elle semblait plutôt heureuse que j'ai accepté cette mission divine sans rechigner. Comment le pouvais-je de toutes façons ? J'étais adoratrice de Thäa et amante de Sëya, ma destinée était loin d'être désagréable pour moi, bien au contraire.

- Maintenant que ce point est éclairci, nous parlerez-vous de vous ?
- Que veux-tu savoir exactement ?
- Rien de précis... Juste ce que vous avez fait ces dernières années tandis que je vivais avec ma famille. Et même celle que j'ai passé avec Sëya.

En y repensant, oui... cela faisait un an que nous nous connaissions Sëya et moi. Le temps passait si vite... J'avais l'impression que notre rencontre datait de quelques semaines seulement. Et bien non pourtant... Il s'en était passé des choses cela dit. Mais je ne m'égarerai pas plus loin sur ces détails. Scathach réfléchit un instant avant de prendre la parole avec précaution.

- Et bien j'ai vécu recluse, à l'écart du reste du monde. Il me fallait être la plus discrète possible pour ne pas que Saladin me retrouve après ma fuite. Auparavant j'ai du l'affronter une bonne dizaine de fois, lui faisant croire que je t'avais toujours avec moi. Finalement, lorsqu'il a compris que je t'avais laissé à la garde de quelqu'un d'autre, il a tenté de me capturer par tous les moyens pour savoir où je t'avais caché... Mais une sorcière comme moi a plus d'un tour dans son sac pour s'enfuir et éviter les pièges. Finalement je suis restée à Yban, sachant que ta tribu ne voyageait que sur ce continent. J'ai offert mes services à tout un tas de personnes, en me cachant dans les marais de Tompa... le plus souvent à des tribus de barbares ou à des habitants de petits hameaux oubliés. J'ai même appris la magie à l'un d'eux... un ancien esclave affranchi après avoir remporté des combats à l'arène... Une vraie bête ! Ce n'était qu'un humain mais il avait quasiment la force d'un lorcq... Par contre qu'est-ce qu'il était bête... bref... il n'a pas appris grand chose de la maîtrise du fluide... Brone... Barone... Bjorn... Ah... son nom m'échappe... A moins que se soit Bob qu'il s'appelait ? Je ne sais plus... enfin bref ! Je lui avais donné la hache que son père m'avait donné en échange d'un service... Du coup je n'avais plus rien pour couper le bois et...
- AHEUM !! toussais-je en regardant Scathach avec sévérité.
- Hum ! Oui ! Je m'égare ! Désolée ! Bref... Je me suis tout de même tenue informée des choses qui se passaient en Arcaëlle. Et un jour j'ai croisé un type un peu bizarre... et à l’œil lubrique qui a commencé à me faire du gringue avant que je ne finisse par l'amocher. Il disait des choses bizarres, comme quoi je ressemblais à une de ses élèves... Alors je lui ai demandé qui s'était...
- Tu as... rencontré Loghiam ?
- Hum... Je crois que c'est comme ça que cet imbécile s'appelle, oui. Heu... enfin... votre mentor je veux dire...
- Non mais t'as raison, c'est un imbécile... Continue !
- Bref... Et donc j'ai appris ton existence et celle de Sëya par la même occasion... Et qu'elle ne fut pas mon déplaisir lorsque j'appris que vous étiez parties toutes les deux pour la guerre qui avait lieu à Kaïl... Le pire, c'est lorsque je croisai la route d'une jeune lorcq lorsque j'arrivai à Kaïl... une blondinette, très mignonne mais un peu... étrange ! Pour sûr, elle avait de beaux habits... mais elle était un peu dérangée je pense.
- Attendez... Une lorcq blonde un peu dérangée avec de beaux habits, vous dites ?

Je regardais Sëya avec interrogation et dans mon esprit je lui demandais : « Tu crois que ça pourrait être Anna ? »

- Oui ! Elle avait un air un peu... froid et austère même... Bref... lorsqu'elle m'a dit qu'elle avait croisé des Serviteurs Noirs... Vous imaginez à quelle point j'ai commencé à m'inquiéter... Et la suite vous la connaissez...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Avr - 12:34
Attentive au récit de Scathach, je restais muette. Elle n’avait rien fait d’extraordinaire pendant tout ce temps. Elle s’était juste cachée en attendant que l’orage passe. A Yban en plus. Je regardais Morianne et lui envoyais un message télépathique d’amour. Une fois que Scathach eut finie de parler je me laissais tomber sur les couvertures en peau de bêtes. Que pouvais-je dire ? Que pouvais-je faire ? Rien… Je soupirais et lançais un regard vers la sorcière. Elle avait tout de même accouru lorsque nous nous mîmes en danger. Instinctivement je la remerciais pour son aide. Elle sourit et me dit qu’aucune mère ne laisserait son enfant aux bras du péril. A mon tour je souris. Nous restâmes là, silencieuses. J’avais bien une question en tête mais je n’osais pas la poser. Je triturais mes cheveux, jouais nerveusement avec mes doigts. Je finis par me lancer et demander d’une voix trainante et lasse :

Pourquoi ne pas avoir pris contact avec Morianne avant ?

Je ne savais pas ce qu’allait répondre l’arcaëllienne, mais une chose est sûre sa réponse ferait la différence entre lâche ou pas. Je regardais Scathach réfléchir. Elle semblait en pleine réflexion, en proie à l’incertitude. Je soupirais et m’allongeais sur les peaux de bêtes. Je gardais les yeux ouverts et invitais ma bien-aimée à venir me rejoindre, par la pensée.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Avr - 10:28
Ma tendre et douce m'invita à la rejoindre pour s'allonger sur les peaux, mais je n'en fis rien. J'étais trop pressée de savoir qu'elle allait être la réponse de ma mère à sa question. J'étais inquiète, je voulais savoir ce qu'elle avait à répondre à cela. Probablement serait-ce tout bête, mais selon ça réponse, cela aurait pu me mettre dans la plus noire des colères.

- Il était trop tard... Quand je suis arrivée à Wasdkioljer, j'ai appris que tu avais disparu dans un des portails des Serviteurs Noirs... Alors j'ai commencé à essayer de remonter jusqu'à eux. Je n'étais pas au courant qu'ils avaient l'intention d'attaquer Wasdkioljer quelques jours plus tard. Le temps que j'essaye de mettre la main sur l'un d'eux, il était déjà trop tard... La bataille avait commencé. J'ai pris mon envol et je suis retourné jusqu'ici pour tenter de te sauver... Et j'ai échoué ! Encore une fois...

Je fis une grimace qui était entre le sourire compatissant et l'embarras profond.

- Vous ne pouviez pas savoir...
- J'aurai du savoir... J'aurai du faire plus d'efforts... Je n'aurai jamais du t'abandonner. J'aurai du continuer à fuir... loin de Saladin.
- Vous avez choisi de me confier à une famille avec laquelle je pourrai vivre sans avoir sans cesse peur de devoir fuir. Vous avez fait ce que vous deviez faire pour me protéger... Échouer... n'est pas toujours une fatalité. Cela arrive parfois... nous sommes arcaëlliens... et même les dieux échouent parfois. Personne n'est parfait. On peut faire tout ce qui est en autre pouvoir, tout au plus. Il m'est également arrivé de me haïr en me disant que j'aurai pu faire mieux, que j'aurai pu... arriver plus tôt par exemple, que j'aurai pu épargner des souffrances à certaines personnes...

Sans le vouloir, je partageais avec Sëya ce à quoi j'étais en train de penser. Je me revoyais combattre ces arcaëlliens qui avaient violé Sëya. Je me détestais pour être arrivée quelques minutes trop tard. Mais j'avais fait tout ce que j'avais pu... Je n'aurai pas pu faire mieux et c'était le sentiment que je ressentais à l'égard de Scathach. Elle avait fait de son mieux...  

- Mais parfois on ne peut juste pas... il y a des choses qui nous échappent... parce que nous ne sommes que des arcaëlliens. Même les dieux se montrent parfois impuissants... Comment pourrait-on vous en vouloir pour ne pas avoir été là à temps ? Vous avez essayé... C'est tout ce qui compte pour moi !
- Essayer n'est parfois pas suffisant, Morianne...
- Mais c'est mieux que ne pas essayer ! C'est mieux que de baisser les bras !
- Oui... Tu as raison ! Tu es loin d'être sotte, ma petite !
- Je ne suis pas petite !
- Tu n'es pas bien grande !
- Vous non plus je vous signale...

Nous nous regardâmes un instant et nous mîmes à rire doucement. Nous n'étions pas bien grandes toutes les deux, nous avions la même taille même.

- Voilà... vous savez tout maintenant... soupira-t-elle.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Avr - 10:42
J’écoutais attentivement Scathach parler de son échec qui, à mes yeux, n’en était pas un. Si elle n’avait pas abandonné Morianne aux nomades alors je serais morte depuis longtemps et sur Arcaëlle régnerait le chaos. Ma bien-aimée partagea un affreux souvenir avec moi. Le viol…. Je frissonnais et détournais la tête. Ça avait été le pire moment de ma vie. Ma virginité prise par des mécréants d’Özan. Je retenais mes larmes, ne voulant pas c »der à la faiblesse. S’en suivit une discussion pour le moins amusante sur leur taille respective qui nous fit rire toutes les trois.

Vous avez fait ce que vous avez pu et c’est le principal. Vous avez abandonné la chair de votre chair en ne sachant ce qu’elle allait devenir. Je trouve cela courageux et fort.

Je me levais des peaux de bêtes et me dirigerais vers la sorcière. Je la pris dans mes bras et lui fis un câlin. Je murmurais qu’elle était très forte et courageuse. Je la lâchais ensuite et regardais Morianne la petite Morianne. Je la remerciais de m’avoir sauvée par la pensée. Je retournais ensuite sur les peaux de bêtes et m’assis en tailleur.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Avr - 10:25
Je restais à la fois silencieuse et surprise face à la réaction de Sëya, mais c'est Scathach qui en sembla la plus déboussolée. Elle lui rendit machinalement son étreinte mais l'on sentait qu'elle ne savait plus trop où se mettre. Elle n'avait sûrement pas l'habitude de recevoir ce genre de marque d'affection. Elle en resta patente alors que ma chère mzékils me remerciait mentalement de l'avoir sauvée il y a de cela un an avant d'aller s'asseoir sur les peaux de bête.

Je... Merci, Sëya. Vous êtes toutes les deux formidables... Je ferais le nécessaire pour vous aider et vous protéger dans la mesure du possible. Je vais m'atteler à retrouver la piste de Saladin aujourd'hui. Tâchez de vous reposer un peu, surtout toi Morianne, tu n'es pas vraiment en état de faire des folies aujourd'hui.
Oui... Je vais m'occuper de la peau de chevreuil aujourd'hui. J'ai hâte d'avoir de nouveaux vêtements... Ça va me prendre plusieurs jours...
Oui ! Et bien ne te surmènes pas !
Mais oui ! Ne t'en fais pas.

Scathach nous fit un sourire à toutes les deux et quitta finalement la tente. C'était une bonne chose qu'elle reparte sur la piste de Saladin. Il fallait faire quelque chose pour régler nos comptes avec lui une bonne fois pour toute. Je m'assis alors à côté de Sëya et posa ma tête sur son épaule en soupirant de fatigue.

Je ne sais pas toi, mais moi je n'ai le courage de rien faire aujourd'hui... Toutes ces révélations, et puis mon état d'aujourd'hui...

Je restai là, comme une larve à serrer ma douce mzékils contre moi alors que mon esprit errait dans la lune. Je n'étais clairement pas en état de faire quoique se soit et ma volonté n'était pas au rendez-vous. J'avais juste envie de rester là à ne rien faire.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Avr - 15:27
Je regardais  Scathach partir, toujours surprise par mon étreinte. Morianne vint s’affaler sur les peaux de bêtes posant la tête sur mon épaule. J’avais bien une idée d’activité agréable à faire. Mais vu la condition de Morianne, ce ne serait agréable que pour moi. Je soupirais, dépitée. Déposant un baiser sur la joue de ma douce, je me laissais tomber en arrière. Ma dulcinée se vautra dans le lit de fortune.

Viens faire un câlin ma douce. Moi aussi j’ai envie de ne rien faire aujourd’hui. Juste des câlins.

Je me mis en étoile de mer sur les peaux de bêtes. Je fermais les yeux et fis semblant de ronfler. J’ouvris un œil pour voir la tête de Morianne. Elle semblait être exaspérée et amusée. Allais-je subir une attaque chatouille ? Je le craignais. Elle se jeta sur moi et commença à me chatouiller aux endroits les plus sensibles. Je criais grâce mais elle continuait. Je gigotais dans tous les sens elle semblait fière d’elle. J’avais les larmes aux yeux tant je riais.

Tu… hahahaaha… Tu vas... haha… Me le …. Hihihi… payer !

Je me tordais dans tous les sens, haletante.

HRP:
 
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Avr - 10:22
Je m'arrêtai finalement de torturer avec des chatouilles ma tendre et douce pour la laisser respirer un peu. Qu'elle ne fut pas mon erreur puisqu'elle en profita pour se venger. A mon tour je me tordis dans des rires à n'en plus pouvoir, les larmes aux yeux avant qu'elle n'ait pitié de moi et arrête de me harceler avec ses doigts.

Nous passâmes la journée ainsi, à ne rien faire, à flâner et à se câliner. Nous avions bien mérité cette journée de repos, mais le lendemain il faudrait s'atteler à nos taches quotidiennes. Nous en profitâmes également pour rendre visite à Brohmac qui était toujours en convalescence. Il nous sourit en nous voyant arriver, content que nous venions prendre des nouvelles de lui. Nous discutâmes un peu avant de repartir, le laissant se reposer.

Nous passâmes également voir Sazan qui s'occuper d'entraîner quelques civils à se défendre et à manier les armes, tous des volontaires qui ne voulaient plus subir les combats mais voulez aussi pouvoir se défendre et aider les forces locales. Nous n'eûmes pas grand chose à nous dire mais au moins nous pouvions voir ce qu'elle faisait en attendant que nous repartions à la poursuite de nos ennemies.

Nous savions déjà que Maïa était occupée à soigner Brohmac et d'autres blessés, vu que nous l'avions vu à cette occasion, mais il nous restait à savoir ce que faisait les autres : Fänny, Amaya et Hùlikcz. Nous croisâmes ce dernier en train de faire de la couture, reprisant des vêtements, recousant des boutons, ou combler quelques trous dans les tissus. Il avait l'air de ce plaire dans ce rôle. Nous lui demandâmes s'il avait vu Amaya et Fänny et nous indiqua que l'humaine était en train d'étudier la stratégie auprès de quelques érudits de la ville. Cela nous serait sûrement utile plus tard. Nous n'allâmes donc pas la déranger mais préférâmes plutôt chercher Amaya.

Nous la retrouvâmes finalement plus tard, le soir, après que nous nous soyons reposé à notre tente, profitant d'une sieste bien mérité. Elle nous raconta qu'elle aidait les paysans à remettre les champs en état pour la culture. Tout avait été ravagé par la guerre et Amaya était une solide lorcq qui pouvait remplir le travail de deux voir trois paysans humains. Elle nous raconta même avoir remplacé deux bœufs fatigués pour tirer une charrue pour les labours. J'éclatais de rire face à ce fait incongru et félicitai Amaya pour son dur labeur.

Après avoir passé une soirée agréable avec nos amis, lors d'un modeste repas, nous allâmes nous coucher, épuisées de n'avoir rien fait de la journée hormis avoir parlé à notre joyeuse bande. Demain nous nous mettrons à nos taches avec une ardeur renouvelée.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Avr - 11:56
Je me vengeais de son attaque en lui retournant des chatouilles bien placées. Une fois ma vengeance finie, nous allâmes rendre visite à quelques amis. Brohmac sur son lit d’hôpital semblait se remettre tout doucement de sa blessure. Il était entre de bonnes mains en tout cas. Les autres s’occupaient comme bon leur semblait, s’instruisant ou reprisant des vêtements. J’étais rassurée, dans l’ensemble tout le monde allait bien et le soir, autour de la table, les discutions allaient bon train. Nous rîmes, chantâmes et parlâmes un moment. Puis ce fut l’heure d’aller se coucher. Je pris Morianne dans mes bras et la câlinais jusqu’à ce qu’elle s’endorme bien vite imitée par moi-même.

La nuit se passa sans encombre de mon côté. J’avais rêvé que je montais un fier bsurt blanc et que je le chevauchais dans la nuit noire. Je secouais ma dulcinée pour la réveiller. Elle grogna ce qui m’amusa. Je la secouais à nouveau, encore un grognement. Là je me mis à rire. Je me levais et m’habillais laissant Morianne dans les bras du doux sommeil. Une fois vêtue de pied en cape, je m’assis sur le lit et caressais la tête de Morianne. Elle émit un bruit étrange qui me fit rire doucement.

Morianne, debout…

Dis-je d’une petite voix amusée. Elle grogna et ouvrit les yeux. Je lui volais un baiser et lui dis de s’habiller.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Avr - 10:39
Je me mis à grogner et à me tourner dans mes peaux de bêtes jusqu'à ce que je décide enfin à me réveiller par la douce voix de Sëya. Je bougonna et émis un petit gémissement avant de me gratter l'arrière de la tête, étendre mes bras et bailler comme jamais je n'avais baillé avant. Je me levais et suivis les instructions de mon aimée avant de quitter la tente en sa compagnie pour aller nous restaurer et prendre une légère toilette matinale afin de nous rafraîchir le visage.

Une fois toute cela fait, je me mis en quête de traiter la peau de bête. Et je devais avouer que j'étais bien assez de moi-même pour m'occuper de cette tâche. Je me demandais alors ce qu'allait bien pouvoir faire mon aimée en attendant. Je me tournais vers elle et me grattais l'arrière de la tête avant de prendre la parole.

Je pense que je vais pouvoir me débrouiller seule pour m'occuper de cette peau. Tu risques de t'ennuyer si tu restes à me regarder faire... Tu pourrais peut-être aller en ville pour voir comment ça se passe là bas ? Il y a encore pas mal de chose à y faire, donner un coup de main, parler aux blessés et les réconforter. De toutes façons on a nos colliers, s'il arrive quelque chose on se tient au courant. Ça te dit ?

Je la regardai avec tendresse. Il est vrai qu'il m'était assez peu agréable de la savoir éloignée de moi, mais avec les pendentifs, c'est comme si nous étions toujours l'une à côté de l'autre. Et puis je ne voulais pas qu'elle se morfonde d'ennui toute la sainte journée.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer-