Chauffeur ! Suivez moi ! Non pas moi, l'autre !

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 11 Jan - 16:13


Belle journée au marché, belle journée pour pratiquer, comme on s'amusait parfois à le dire à l'académie de magie. Et cela tombait bien, car pour Kanhxi et quelques uns de ses camarades, qui avaient du temps libres, c'était justement l'objectif de leur escapade au marché. Pourquoi cet endroit ? Parce que c'était l'occasion de faire le plein d'articles et de voir du monde. Les journées enfermées a l'académie étaient frustrantes et parfois, on avait simplement l'envie simple et précise de sortir prendre l'air. Ils étaient trois. Deux humains, un homme, une femme, et un virenpien, masculin, Kanhxi. Naviguant entre les tentes de marchands, le groupe s'arrêtait de manière régulière d'un endroit à l'autre afin d'observer les produits en vente ou bien discuter avec les commerçants.

« Il me faut de nouvelles robes... » soupira le garçon.
« Je vais en profiter pour me racheter du papier et de l'encre. » renchérit la fille.

Kanhxi restait silencieux mais souriant. Non... Il n'avait pas grand chose à prendre. Il travaillait sur lui même à ses risques et périls. Mais cela faisait aussi son charme. Du moins, c'est ce qu'il pouvait supposer. Les trois camarades s'arrêtèrent à un stand réservé à la vente de matériel de calligraphie. Le vendeur leur sourit et les inspecta.

« Ah ! De jeunes apprentis ? Mages ? J'imagine que vous venez de l'académie. Qu'est ce qui vous amène donc ici. »
« Nous fommes ifi pour faire ... ghhg ... quelques afats. » marqua Kanhxi.

Le commerçant manqua de lui rire au nez. Oui, il avait un problème de prononciation. La raison ? Une mâchoire endommagée qui peinait à se mouvoir. Un petit souvenir de la vie hors de la ville. Kanhxi n'en fut pas vexé pour autant. Il avait finit par s'y faire et ne voyait pas forcément d'un mauvais œil ce genre de moqueries. Elles étaient assez innocentes, après tout.

« Eh bien ! De quelles écoles êtes vous donc titulaires, les jeunes ? »
« Mez ! »
« Aan. »
« D-d-d-dën. » martela Kanhxi.

La bonne affaire. Ils effectuèrent la transaction et reprirent leur route. Soudainement, au loin, une voix se fit entendre. Attention, disait-elle. Attention à quoi ?
« Attention ! Le bouc ! »
Alors que le groupe avançait, ils virent alors débouler en plein milieu de l'allée un bouc paniqué, une corde passée autour du cou et son propriétaire qui courait après, se faisant largement distancer. Le public s'écartait de la route du bouc affolé qui renversait paniers et caisses sur son chemin. Le groupe de Kanhxi se jeta sur le coté, a l'exception du Virenpien qui regarda en louchant vers le bouc lui fonçant dessus, quelques peu décontenancé.

« Kanxhi ! Bouge ! »

Trop tard. Dans un réflèxe, le virenpien se concentra et bascula dans sa forme aqueuse, se rendant transparent, gélatineux. Il étendit ses bras sur les deux cotés de la rue pour agripper des surfaces et se prépara au choc. Le bouc passa littéralement à travers lui alors que les bras de Kanhxi s'étirèrent en arrière alors qu'il réceptionnait le choc sur son torse, comme une fronde élastique. Le choc projeta aussi de la matière de Kanhxi en arrière dans un bruit humide, éclaboussant les passants et les murs qui se mirent à dégouliner d'eau.

Kanhxi loucha et baissa la tête pour inspecter ce bouc planté en plein milieu de son torse. La tête avait traversée, mais pas le reste du corps. Voila notre bouc prisonnier qui tentait de se débattre, bloqué dans le corps de Kanhxi, créant des remous au sein de sa matière.

Le virenpien aqueux fit revenir ses bras a leur état normal avant d'essayer de se mettre à tirer pour extraire le bouc de son corps.

« Ahem... Est-ce que je pourrais avoir de l'aide ? » énonça t-il clairement, d'une voix plus grave et flamboyante, sa diction non handicapée par une mâchoire brisée.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Jan - 7:51
Spoiler:
 



Je sais que ton cœur, qui regorge
De vieux amours déracinés,
Flamboie encor comme une forge,
Et que tu couves sous ta gorge
Un peu de l'orgueil des damnés;

Baudelaire



« Ailleurs que dans les Cités-Blanches, et par delà toutes les terres de notre Reine bien aimée, astre de plusieurs mondes, car lorsque le soleil se couche sur les Cités-Blanches, il se lève sur Ray'Bauz, la rame est contraire à celui qui crache sur le mauvais traitement de l'Homme, ainsi que le trafic de la chair, qui est la monnaie courante et menue de la Principauté et des Écumeurs des mers. May'Veal nous soulage de ces fléaux-ci.
- Si fait, approuva le Second du Pygargue tout en réajustant sur son front son couvre-chef.

Horace De Klemmens, côte à côte avec le Pygargue, avançaient tous deux à l'intérieur de la capitale des Cités-Blanches, après dix ans de chasse aux pirates dans les mers du sud. Plongés dans de grands élans sociaux, politiques et culturels, les deux hommes traversaient le grand marché dans le but de rejoindre le palais royal. Le Pygargue avait bon espoir d'une entrevue avec la Reine qui, après tout ce temps, et s'estimant satisfaite de ses services sur le royaume de May'Veal, le laisserait repartir à bord de son fameux Prince de Hytraz. Bervers courrait toujours, quelque part aux confins de la Suppure...

- Ah ! Tenez ! Voici là une chose fort singulière qui ait donnée à nos regards afin que nous la contemplions ! Ne trouvez-vous point, Maître Klemmens ?

Le Xen aux ailes bleues, à côté du Capitaine, fronça légèrement les sourcils, ce qui accentua l'air austère qui ne le quittait jamais. Sur le visage du Xen arostocrate Horace de Klemmens, il était très difficile de différencier, parfois, l’état d'être nuancé de celui d'être euphorique. Il lança néanmoins un "mmh mmh" derrière ses dents.

- Une chose fort singulière, tout-à-fait, Mickaël.

Le Pygargue se dirigea tout naturellement vers ce jeune Virenpien qui semblait avoir un besoin d'aide assez urgent. Il se décoiffa et se para d'une révérence élégante lorsqu'il arriva au niveau du groupe d'étudiants. Son Second fit de même. Et la noblesse de leur haute-naissance transparaissait en chacun de leur geste.

- Aulcuns diraient que vous vous trouvez, Messire, en situation délicate. Jusques à temps que personne ne vous tendra sa main, vous risquez fort d'y demeurer.

Sans sourire, mais avec l'air agréable, le Pygargue posa une main sur l'épaule du jeune Virenpien.

- Allons Messire, ne vous débattez point. Laissez donc cette pauvre bête se dégager de votre matière aqueuse, et pourroit-on, ensuite, vaquer à nos activités. Notez, les obstacles ne servent qu'à irriter les désirs. »


Spoiler:
 
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Identité : Fiche perso

Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2



Le masque de Kaliqua

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Jan - 17:46

Kanhxi fit une grimace en entendant le noble parler. Il avait beau être un roturier, il n'était pas dénué d'éducation non plus. Même si ce n'était pas vraiment le genre de langage qui constituait son discours habituel.

« C'est que, messire, j'aimerais bien. Seulement, voyez vous... Il apparaît que nous sommes... Bloqués. » gargouilla le virenpien.

Des habitants vinrent lui prêter main forte. Ils se mirent devant et derrière lui. Certains attrapant les pattes du bouc, les autres tentant de maintenir une main ferme sur les épaules molles du virenpien. Ce dernier ne semblait d'ailleurs par pour autant extrêmement rassuré. Et pour cause : mieux valait ne pas tirer trop fort. Il n'était pas très résistants a ce genre de traitements.

« Quoiqu'il arrive... Ne tirez pas trop fort, s'il vous plaît. » exprima t-il.

Les citoyens s'organisèrent. L'un faisait office d'arbitre pour les deux équipes. A la une, a la deux, a la trois ! Ils se mirent en conséquence à tirer de chœur ensemble tentant d'extirper le bouc hors de cette mauvaise passe. Kanhxi ne semblait pas vraiment apprécier. Il grimaçait fortement alors que sa silhouette s'étirait un peu sur sa largeur alors qu'il tentait de résister à la pression. Le bouc commença à se mouvoir doucement dans son corps, alors qu'il revenait en arrière, par là où il était rentré. Les citoyens firent une brève pause pour reprendre leur souffle et relancèrent l'effort de plus bel, non sans une plainte de Kanhxi.

« Pas si fort ! Pas si fort ! » aboya t-il.

Trop tard. Les citoyens étaient déjà embarqués dans leur effort. Kanhxi se sentit fort étrange lorsqu'il commença à se rendre compte qu'on le déchirait en deux. Il sentit sa nuque et une partie de son dos et de sa tête se séparer de lui, s'étirer, puis finalement rompre dans un « plop » puissant, alors qu'on extrayait le bouc, faisant tomber les assemblées qui tiraient. Kanhxi reprit son apparence bien rapidement cependant. Il lui manquait quelques centimètres de hauteur.

« Mmh... J'avais prévenu, on dirait que vous m'avez cassé en deux.... » martela t-il.

Une partie des citoyens faisait désormais face à une sorte de petite boule gélatineuse qui s'était détachée de Kanhxi par accident. Cette dernière semblait animée. Elle roula un peu et prit l'apparence d'un minuscule individu qui se mit à faire des grimaces en étirant sa bouche, avant d'émettre une sorte de rire moqueur aigu. La créature perdit en consistance, se déforma et bondit soudainement vers le noble, comme si il s'agissait d'un morceau de gomme informe. Elle s'étala sur son chapeau et le fit basculer en arrière avant de détaler en glissant dans la rue, emportant le couvre-chef avec elle.
Kanhxi grimaça et reprit son apparence normale avant d'aggraver la situation. On dirait qu'une petite partie de sa matière avait décidé de jouer... Il s'inclina et s'excusa trois fois auprès du noble pour le désagrément.

« Ve fuis défolé ! Ve ne contrôle pas vraiment... mes forfes... » zozota t-il.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 9:33
Mon cœur, comme un oiseau, voltigeait tout joyeux
Et planait librement à l'entour des cordages ;
Le navire roulait sous un ciel sans nuages,
Comme un ange enivré d'un soleil radieux.

Baudelaire



« Ve fuis défolé ! Ve ne contrôle pas vraiment... mes forfes...

Le Second du Capitaine Pygargue, sans un regard et avec l'air le moins charmant du monde, aida ce dernier à se remettre sur pieds. Ses bottes, impeccablement vernies l'instant d'avant, dégouttaient à présent de boue. Il en était de même pour sa redingote, qui avait connu un triste sort. Par-dessus le front, le chef et haut-de-forme manquait presque théâtralement.

- Le mal est fait, Messire, même si il ne demeure point grand, je l'escompte.

A ceci, le Premier Lieutenant De Klemmens répondit :

- Ainsi conquesta celui qui s'était paré de fort belle manière afin de gravir les marches du palais de la Reine. Vous devez vous changer, Capitaine. On n'entre pas à l'intérieur du palais royal de façon si peu honorable.

Le Pygargue hocha la tête.

- Et pour mon haut-de-forme, fit-il en s'adressant à ce jeune Virenpien qui lui semblait plutôt sympathique, estimez-vous pouvoir faire quelque chose ? »
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Identité : Fiche perso

Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2



Le masque de Kaliqua

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Jan - 11:58


« Le moinfdre des foses que ve peux faire, f'est vous le retrouver... Ou vous le rafeter ! » dit-il.

Maudite mâchoire. Si tu n'avais pas été brisée par le passée, tu ne serais sans doute pas dans l'embarras à expliquer tes fautes face à un membre de la noblesse, se disait Kanhxi. Il s'épousseta et pivota un instant, regardant vers la rue alors que les commerçants remettaient en état leurs étales, le propriétaire du bouc ménageait l'animal.

« Dans l'idéal, il faudrait retroufer le morfeau de moi qui se balade dans la fité, afant qu'il ne provoque trop de dégats. » grimaça-t-il.

Un blob avec un chapeau, ça ne devait pas être bien discret. Malheureusement pour Kanhxi, il n'était pas né avec le sou. En conséquence, il allait être bien laborieux de régler directement l'affaire. D'autant plus que le vêtement était sur mesure. Il avait dû couter un bras à faire.
Deux problèmes se présentaient donc :

Le premier, il avait une dette envers quelqu'un.
Le second, cette dette risquait d'augmenter si le morceau de matière qui se baladait continuait de s'amuser dans le commerce.

« Il n'a fas fut aller bien loin ! » gargouilla t-il. « Puis-fe abuver de votre temps ? »

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Jan - 19:47
Les champs sont abreuvés après moi de douleurs,
Le souci, l’encolie, et les tristes pensées
Renaissent de mon sang et vivent de mes pleurs,
Et des cieux les rigueurs contre moi courroucées
Font servir mes soupirs à éventer ses fleurs.

Théodore Agrippa d’Aubigné



« La capitale sera marquée après votre passage de perturbations, jeune maître Virenpien.

Le Second Horace De la Maison Klemmens aida son Capitaine à se redresser, bien droit. Le Pygargue avait été l'élève de celui qui demeurait à présent son Second. Lui-même avait été son éducateur, du temps de ses études, transmettant au jeune Pygargue tous les secrets de la danse de sa propre maison. Un lien très fort unissait ainsi les deux hommes, lien renforcé par ces dix dernières années de chasse aux pirates en mer.

Horace De Klemmens reprit :

- Cependant, oyez, que le Capitaine ainsi que moi-même ne possédons point de temps à perdre en futilité. Pour le chef, ajouta-t-il en regardant le Pygargue, nous n'aurons qu'à en racheter un. Au moins le temps de paraître avec élégance et selon l'étiquette au palais de la Reine. Ensuite, nous prendrons la commande d'un autre, sur mesure.

Le Lieutenant s'apprêtait à abandonner sur ses talons le jeune Virenpien, après un hochement de tête condescend, comme il s'estimait, du haut de ses cinquante-deux ans, ne rien avoir à faire avec des jeux d'enfants. Le Pygargue connaissait son Second par cœur. Bon Horace. Droit comme une chanvre, mais brave comme un lion.

Le Pygargue posa néanmoins une main sur l'épaule du jeune élève et le détailla de ses yeux bleus. Derrière lui, ses ailes noires de coléoptères ajoutaient au charisme du personnage. Il arrêta son fidèle éducateur d'un geste de la main.

- Attendez, Maître Klemmens ! Qui me voudra trouver détourne par mes pas la politesse de ma Maison. J'escompte ne pas laisser dans l'embarras ainsi ce jeune Virenpien. Votre double, ajouta-t-il avec amabilité à l'intention du reptilien, on le pourroit retrouver. Ainsi que réduire à cicatrice l'étendue des dégâts qu'il aurait pu causer. Dites-moi, comment vous prénommez-vous ? Je suis pour ma part le Capitaine Pygargue, au service du Royaume et de la Reine Tahora'Han. Et au votre, pour une durée limitée. »
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Identité : Fiche perso

Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2



Le masque de Kaliqua

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Jan - 15:07


Kanhxi applaudit frénétiquement, comme pour manifester sa joyeuseté. Effectivement, il n'allait pas être facile de réparer ce qui avait été fait. Pire encore, il y avait de grandes chances pour qu'effectivement, le morceau de lui qui se baladait effectue des bêtises. Ils devaient donc l'empêcher d'agir au plus vite.

" Fplendide ! Nous ne ferons pas trop de deux pour l'attraper ! Fe vais vous expliquer fe que je fais dessus. "

Il prit sa main et respectivement, utilisa ses doigts afin de montrer des nombres, les un après les autres.

" Un : Fela peut fanger de forme. Il faudra être attentif aux diverfes anomalies dans le défors. Même fi fela fange de forme, fa ne peut pas fanger de texture. Fe fera transfparent et gélatineux, au mieux. Mais, fela présente un autre problème."

Il changea de doigt.

"Deux : Fa peut fanger de confifstance ! Et pour fela, et bien... Fela peut se cacher dans les liquides. Fependant, je peux reffentir la proximité du morceau. Donc... On fera pas complètement à l'aveugle. "

Encore heureux. Cela aurait été compliqué, sinon.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Jan - 9:25
Les champs sont abreuvés après moi de douleurs,
Le souci, l’encolie, et les tristes pensées
Renaissent de mon sang et vivent de mes pleurs,
Et des cieux les rigueurs contre moi courroucées
Font servir mes soupirs à éventer ses fleurs.

Théodore Agrippa d’Aubigné



Le Pygargue et Horace De Klemmens entreprirent donc de se mettre en route, guidés par le jeune Virenpien. Tout autour d'eux, la masse grouillait. Il fallait dire que la mission qu'ils s'étaient confiés n'était pas de tout repos. Le marché de Hytraz, capitale Royaliste des Cités-Blanches -rien que ça !- s'étendait sur des kilomètres et demeurait fort bien fréquenté. Le soleil, en pleine journée, tapait fort et aveuglait le Capitaine Xen qui avait du mal à s'en protéger, faute de chef. Une main en visière, il se mouvait avec une certaine élégance entre les ailés et les non-ailés, les familiers et les enfants, évitant les coups de coude et lançant de temps à autre des "Veuillez m'excuser Messire" , "Je désirerai seulement m'avancer" "Soyez honoré de me céder place". Sur ses talons, le Second au visage rigide ne déchantait pas, mais cette chasse-là paraissait lui faire ennui et soucis plus qu'autre chose.

« Il me semble que votre gémeau ait pris la fuite de par ce sens-là, avança le Capitaine. Votre oeil ne contemple-t-il rien ? »

Lui, pour sa part, ne trouvait personne. Il s'écarta afin de laisser une femelle Aracnor aux mandibules proéminentes soulever une main de carottes. Un humain cogna ses grandes ailes de coléoptère noires. Bientôt, Klemmens fut à sa hauteur.

« Je n'ai rien pu repérer, Capitaine. La foule est trop dense ici. Mais peut-être notre instigateur retient-il un regard davantage avisé ? »

Le Pygargue regarda de nouveau autour de lui, mais rien ne lui apparu. Et on le pressait de toutes parts.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Identité : Fiche perso

Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2



Le masque de Kaliqua

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Fév - 18:21


Depuis son point de vue, la situation était tout à fait étrange. Il était ici, mais il pouvait également sentir qu'une autre partie de lui se trouvait ailleurs, comme si il avait hérité d'une double vision imparfaite. La sensation était assez peu agréable, mais pas pour autant insurmontable. Néanmoins, cela persuadait Kanhxi d'une chose : Plus vite il serait entier, mieux il se porterait.

S'avançant dans les rues des commerces, Kanhxi décida de profiter de la situation afin d'en connaître un peu plus sur son allié de fortune.

" Alors... Dites moi monfieur... Qui êtes vous et... Qu'est ce que vous faites dans fa fie ? Après tout, fous afez accepter de m'accompagner dans ma requête. Enfin, fi vous acceptez fe genre de questions, bien entendu. Ve ne voudrait pas paraitre infiftant ou bien inapproprié..."

Puisqu'ils faisaient un bout de chemin ensemble, autant passer le temps et poser quelques questions. Ce n'était pas parce que l'on était dans les problèmes que l'on pouvait s'interdire une coopération et une entente avec ses collègues.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 21:56
Je veux dormir ! dormir plutôt que vivre ! 
Dans un sommeil aussi doux que la mort, 
J'étalerai mes baisers sans remords 
Sur ton beau corps poli comme le cuivre.

Baudelaire



Sans enfants, le Pygargue trouvait la compagnie de celui-ci plutôt agréable. Il regrettait cependant de ne pas dépasser d'une tête les plus grands Arcaëlliens du marché. Les ailés, Tahoras et Mzékils essentiellement, gênaient sa vision. Horace De Klemmens en fervent Second commandant, ploya ses grandes ailes écailleuses azurées afin de laisser place à une horde de jeune humains.

« Je vous serai gré de me nommer simplement Capitaine, ou bien si cela vous convient davantage, Capitaine Pygargue. Je ne suis rien de plus qu'un Xen de la mer, jeune Virenpien. Originaire des Cités-Blanches, je suis de retour en Hytraz après plus de dix ans passé à chasser les hors-la-loi.

Sautant sur l'occasion, Maître Klemmens enchaîna, d'une voix rugueuse mais sans animosité.

- Et la Reine Sa Majesté Tahora'Han nous a fais quérir sans tarder au palais. Comprenez donc mon jeune compagnon, que nous n'avons point de temps à perdre en colifichets !

Le Pygargue s'éloigna de quelques pas, époussetant encore sa redingote bleue cousue d'or.

- Chaque fois qu'un soucis atteint ceux qui demeurent dans le besoin, nous nous efforçons néanmoins de paraître. Bien sûr, ajouta-t-il la mine soucieuse, je ne saurai faire attendre la Reine, ceci serait manquer de l'honneur le plus élémentaire.
- Inacceptable, pour sur ! surenchérit Klemmens.
- Et j'escompte bien récupérer mon chef, conclut le Capitaine après un fin sourire pour le jeune Virenpien.

Il ajouta cependant après avoir scruté encore la foule et le ciel :

- Faites-vous vos études ici ? J'y ai fais les miennes, il y a plusieurs années de cela. C'est sur l'une des places Blanches des Cités que j'ai été d'ailleurs diplômé. Puis nous prîmes la mer... »

A ceci, le Second hocha respectueusement du chef. Non loin, une Elfin jura en un tourbillon de plumes grises.

Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : Demandez
Identité : Fiche perso

Expérience : 162

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2



Le masque de Kaliqua

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces-