L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

[Event] Lemmy – L'Être Suprême

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 6 Jan - 16:20
Nous revoici réunis tous ensemble pour un deuxième tour, chers joueuses et joueurs. Le combat est d'ailleurs loin d'être terminé… À moins que celui-ci ne s'achève de manière brutale pour vous.

Vous avez décidé lors de l'Event précédent (ou on vous a plus ou moins imposé ce choix) d'affronter Lemmy et son Wyrmvide. Vous êtes à présent face à ces deux redoutables adversaires tandis que la bataille fait rage à côté de vous. Les morts se multiplient, le froid continue de se répandre à l'intérieur et autour de la ville, la pluie tombe drue, et le vent souffle avec fureur.

Boneheart, dans ton dernier post, tu as joué les spectateurs… J'avais pourtant bien précisé que le Wyrmvide s'en prenait à toi et à ton dragon. Étant donné que tu n'as fait aucune tentative d'esquive à ton tour, ni aucune action pour contrer ou attaquer le Wyrmvide, je suis dans le regret de devoir t'appliquer une conséquence négative voir désastreuse même si la dernière action que tu as fait est de lui prêter attention et de le provoquer, ça ne sera malheureusement pas suffisant.

Boneheart, alors qu'Elbars pousse son cri de provocation, il est déjà trop tard. Vous vous rendez compte que la créature n'est pas si lointaine que vous le pensiez. Elle s'écrase de tout son poids sur vous et vous fait basculer en arrière. Le bâtiment sur lequel vous étiez posés s'effondre comme un château de cartes. Vous avez à peine eu le temps d'entendre des gens crier de s'écarter avant qu'il ne se face écraser par les gravas et les deux dragons qui commencent à lutter férocement au corps à corps. Elbars se fait mordre au niveau supérieur de sa patte antérieur droite, ce qui lui laisse une profonde blessure. Quant à toi, tu es contraint de t'agripper avec force à Elbars pour ne pas tomber et te faire écraser. Tu peux éventuellement tenter d'utiliser ton fluide pour repousser la Wyrmvide, mais une autre action risque d'être compliquée.

Vous autres, vous étiez quelque peu accaparés par Lemmy, mais vous avez tous été intrigués par le cri d'Elbars et ceux des gens qui se sont mis à hurler :

« Un dragon maudit !!! Aux abris !!!! »

Vous avez à peine eu le temps de remarquer la présence d'Ethan parmi les personnes qui se trouvaient à ce moment là près du bâtiment qui s'est littéralement effondré sous le poids des deux dragons. Pour vos personnages, Ethan vient de disparaître sous une tonne de gravas et est possiblement mort.

Grégoire, tu es toujours face à Lemmy qui vient de survivre à l'attaque d'Anna qui semble visiblement posséder une arme qui lui permet de déclencher une magie meurtrière. Tu as réussi toi même à faire face à cet être surpuissant qui semble à peine agacé par vos assauts. Et pourtant tu n'as pas été seul à l'affronter, et tu ne le seras pas pour la suite. Mais vous avez tous souffert de blessures et traumas plus ou moins importants.

Anna, tu es toi même dans une position très inconfortable. Tu tiens à peine debout, et si tu n'avais pas cette haine viscérale envers Lemmy, cette haine qui pousse ta volonté au-delà de tes limites, tu serais probablement encore à terre. Alors que Grégoire et toi fulminaient de rage en voyant vos alliés se faire décimer, Lemmy s'approche de vous, le torse entièrement nu sur lequel l'eau ruisselle, faisant briller ses muscles saillants.

« Inutile ! Toi et ta bande de petits copains du Domaine… vous ne pouvez lutter contre moi, l'Élu d'Özan ! Je suis un être en tout point supérieur à vous, pauvres mortels ! Tu as eu tort de te joindre à eux ! J'attendais de toi que tu les élimines ! Mais tu as préféré rejoindre l'ennemi… Comme on dit : « On est jamais mieux servi que par soi-même ! » Je vais m'occuper moi-même de Grégoire, de ses enfants… et ensuite je te réserverai le même sort !! Ou pire encore… Je vais t'humilier comme la vulgaire poupée que tu es ! »

Le Fils d'Özan se jette sur vous. Marina et Aleksandar s'interposent entre lui et vous. Ils tentent une manœuvre très habile qui leur permet d'atteindre Lemmy au bras gauche. Ils lui provoquent une blessure qui l'handicape légèrement sans pour autant l'empêcher de se servir de son bras. Ils sont violemment repoussés par le Lorcq qui a une force colossale et les envoie au tapis. Vous avez même cru entendre des os se briser sous la violence des coups.

Aaron, tu t'es mis en spectateur effrayé. Tu as tout tenté pour lutter contre ta peur viscérale de combattre, en vain. Tu n'arrives toujours pas à prendre les armes et à lutter pour ta vie… Néanmoins, il se passe la chose suivante : tu as une vision. Un court instant, l'horreur du champs de bataille s'efface à ta vue tu vois des images défiler. Elles sont vagues, floues, mais tu as pu saisir parmi elle des détails qui se détachaient des autres : tu as vu une tour de pierre, une arbalète, tu as pu aussi distinguer quelqu'un au sol et Lemmy s'apprêtant à tuer cette personne.

Chers joueuses et joueurs, c'est à votre tour d'agir. Voici l'ordre dans lequel vous allez jouer :

Grégoire Boisdefer
Anna
Aaron
Boneheart

Évidemment, comme pour l'Event précédent, une fois le tour terminé, ce sera au MJ d'intervenir.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Jan - 19:18

Le chaos ne cessait de prendre de l’ampleur, les combattants qui s’entre-tuaient près de nous, le vent, la pluie et les cris des bêtes volantent au-dessus de nos têtes. En parlant de cela alors que nous profitions d’un moment de répit pour souffler, un hurlement retentit au-dessus du vacarme des guerriers.
« Attention, il s’écrase ! » 
Aucune idée de s’y, c’était un de mes gars ou ceux de mon ennemi, mais en effet en levant es yeux, je pouvais voir une masse sombre à travers le voile de pluie, une masse qui tombait inexorablement vers le sol… Trop près de nous ! J’allais crier de se mettre à terre, mais la masse percuta avant plusieurs bâtiments les faisant s’écrouler avec un roulement de tambours de la terre elle-même. La poussière envahie la place, réduisant le champ de vision un instant avant que la pluie ne colle la poussière au sol et révèle des dizaines de corps gisant au sol. Une partie de la place avait été séparée par l’éboulement, et Ethan avait disparu… J’espère qu’il n’est pas sous les décombres… Pour le moment, je n’ai pas d’autre choix que de m’occuper des dangers plus immédiats avant de lui venir en aide.

J’entends Lemmy débiter un chapelet de conneries sans queue ni tête, tout à son image donc, et je le vois commencer à charger vers nous. Je ne peux retenir mes enfants qui tentent de s’interposer entre lui et nous, mais ils se font rejeter avec tant de violence que j’entend des os se briser.. ; les os de mes enfants !
Je ne peux pas bouger avant qu’il ne nous tombe dessus et je fais au mieux pour esquiver, usant de toute mon agilité. Je sens parfois presque les poings ou les pieds de ce salopard frôler ma tête ou mes abdominaux quand je me baisse ou saute en arrière pour lui échapper. Hélas, je ne peux être assez rapide et je finis par subir un violent coup en pleine hanche gauche qui me propulse comme une poupée dans un mur qui n'était pourtant pas si proche…

J’ai perdu conscience quelques secondes, je pense… J’ai une douleur atroce à la hanche gauche et derrière la tête, je sens un liquide chaud filer le long de ma nuque. Sang et cendre, je suis bien amoché. Je sens des gravats sous mon corps, j’entends comme lointains les bruits de la bataille… 
J’arrive à ouvrir les yeux… Le monde me semble voilé par quelque chose d’immatérielle. Je vois une silhouette approcher et se pencher vers moi… Sang et cendre… Didiorkar, père. Je sais que je pleure sans avoir besoin de sentir les larmes couler et se mêler à la pluie.

Moment de dérive:
 


« J’ai perdu père… Nous ne sommes pas assez puissants… » Je souffle.
« La puissance ne fait pas tout, fils. » Me sourit-il.
« Mais… Mes hommes se font massacrer, ma famille malmené et mes amis sont blessé… J’ai fait du mieux possible, nous avons dépassé nos limites, mais c’est fini... »
« Tes hommes continus pourtant de se battre… Comme ta famille et tes amis. Utilise la cervelle que je t’ai fait développer fiston… »
« La ruse ne marchera pas cette fois père… Le rapport de force avec leur chef est trop déséquilibré... » Je gémissais proche du désespoir absolu.
« Ah bon, pourtant, il peut saigner non ? » Répliquait mon père.
« Il… Oui... . »
« Tu as accomplis de grande chose mon fils,là d’où je uis, je peut voir l’amour que te porte les tiens. Je peux voir tout le bien que tu aies fait. Tu as bâtis un sanctuaire pour les plus faibles, tu leurs a offert l’espoir de devenir plus fort pour reprendre leurs avenir en mains. Tu as bâtis un bourgeon d’une nation qui va peut-être amener la paix et les plus belles avancées d’Aracaëlle, alors relève toi fils ! »
« Je ne peux pas, père ! Je n’ai plus de force ! » Je répliquais sentant la colère me gagner.
« Alors trouve en mon fils ! » S’exclamait la vision de mon père adoptif.
« En.. ; trouver... »
« Oui… Allez ! Debout ! Bats-toi ! Gagne ! » 

Je tendis la main vers la vision de cet être si chère qui m’avais été depuis bien longtemps arraché… Mais elle s’évaporait lentement, les sons du champ de bataille reprirent leurs intensité normal et ma vue se clarifiais alors que je voyais une armure noire approcher de moi, dans un cliquetis macabre et un rire sardonique le serviteur noir me saisie par la gorge et me soulevais à hauteur de son visage.


« Le voilà donc, le seigneur du Domaine… Je vais apporter ta tête à mon seigneur… Il va être ravi, elle fera très bien sûr son trône. » Disait, il en approchant un poignard de ma gorge de son autre main.

Trouver de la force… Oui… Je sais comment… Et dans l’état actuel des choses, je peut mettre ma conscience de côté. Je pris dansmes mains le bras qui me saisissait la gorge et commencait à faire appel à mon fluide…


« Idiot, tu n’a aucune force, que compte tu faire ? Hahaha ! »

Je laissais courir le long de l’armure du serviteur noir des racines parasite qui s’infiltrèrent sous les plaques de metal et coururent sur et sous la peau du serviteur.


« Qu’est-ce que ?.. ; non ! Non ! » Criait le chevalier d’Ozan.

Je laissais mes racines aspirer l’énergie vitale de mon adversaire, il voulut amener son poignard jusqu’à ma gorge, mais alors que son bras se levait, il perdait en même temps sa force et il commençait à tomber à genoux alors que je laissais mes pieds toucher le sol et ainsi surplombé le corps à genoux de mon adversaire.

« Non... Comment... » Croassait-il.

Sans répondre je pris des mains le poignard du serviteur pour le planter dans sa gorge laissant du sang couler sur ma main. Je laissais l’arme dans la gorge du guerrier avant de le pousser sur le côté et de commencer à reprendre la route vers le champs de bataille. Tout en marchand, j’utilisais l’énergie que j’avais absorbé sur le serviteur pour réinvoquer mon armure et mes lames de feuilles-acier, je croisais deux adversaires sur le trajet qui furent aussi vidé de leurs énergies malgré l’horrible sensation de souillure que cela me provoquais. 

Je retrouvais Anna et mes deux enfants qui étaient au sol et Lemmy toujours debout qui me toisait avec mépris et un sourire malsain. 
Je me penchais pour toucher l’épaule mise à nu d’Anna et laissais mes racines lui retransmettre de l’énergie… Hélas, j’ignore comment elle allait régir à la sensation de souillure.



« Votre arme à l’air de pouvoir lui faire mal… Vous arrivez à tenir, je peut vous rechargez.. A force de le pilonner, on arrivera bien par l’achever ! Aller soufflez un instant, je vais l’occuper. » 
Je lui dit en tirant mes enfants.

Je me suis alors posté devant Lemmy et est fait sortir dans un sifflement mes deux lames de feuilles acier de mes poignets.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Jan - 14:02
« Inutile ! Toi et ta bande de petits copains du Domaine… vous ne pouvez lutter contre moi, l'Élu d'Özan ! Je suis un être en tout point supérieur à vous, pauvres mortels ! Tu as eu tort de te joindre à eux ! J'attendais de toi que tu les élimines ! Mais tu as préféré rejoindre l'ennemi… Comme on dit : « On est jamais mieux servi que par soi-même ! » Je vais m'occuper moi-même de Grégoire, de ses enfants… et ensuite je te réserverai le même sort !! Ou pire encore… Je vais t'humilier comme la vulgaire poupée que tu es ! »

Ainsi furent les mots de Lemmy, des mots qui n'étaient faits que pour me blesser. Mais plus jamais je ne le laisserai m'humilier. Plus jamais je ne laisserai ses paroles m'influencer. Il devait payer… il devait payer pour tout ce qu'il m'avait fait, et il allait payé pour s'en être pris à ma nouvelle famille. Le Domaine… Moi qui était pourtant si solitaire, moi qui n'avait toujours compté que sur moi-même, je me battais finalement pour les autres, pour une famille que je n'avais jamais eu jusqu'à présent. Je n'étais pas du genre à faire beaucoup de témoignage de mes sentiments, je n'étais même pas sûre de ce que je ressentais parfois, mais me battre pour eux serait mon témoignage le plus marquant.

Voir Aleksandar et Marina se faire mettre au tapis par cet ordure manipulatrice de Lemmy me mettait hors de moi, mais Grégoire fut le premier à réagir, et s'était bien normal. Mon état ne me permettait pas de réagir convenablement, pas avec autant de réflexe que je ne le voudrais. Grégoire enchaîna les coups et les esquives contre Lemmy qui lui même semblait être trop rapide pour les encaisser. La danse mortelle se finit brutalement lorsque Lemmy parvint finalement à lui donner un puissant coup de pied qui l'envoya valser au loin. Voyant que mon seigneur ne se relevait pas, je me mis à hurler de fureur et me jetai à mon tour vers mon ennemi juré, lame en avant.

Je donnai ainsi plusieurs coups en avant, essayant de trancher mon ennemi en morceau, mais ce dernier était bien plus en forme que moi, bien plus agile, rapide et fort… Et il avait été mon maître. Il était fou de penser que j'avais une chance de le battre alors qu'il connaissait ma façon de manier l'épée. J'avais un avantage également, c'est que je savais comment il se battait lui aussi, mais jamais je n'avais réussi à le surpasser. Je n'avais pas l'ombre d'une chance, tout au plus je pouvais faire gagner un peu de temps à mes alliés…

«   - Inutile ! Je t'ai formé ! C'est moi qui t'ai enseigné ce que tu sais ! Tu n'as aucune chance de me vaincre ! Abandonne ! Reviens à mes côtés, et peut-être que je te pardonnerai tes erreurs ! Il est encore temps de me rejoindre !
- Jamais ! Vous m'avez trompée ! Depuis le début… Depuis le début vous m'avez manipulée ! Et moi qui vous aimez comme mon propre père ! Vous, vous ne m'avez jamais aimé !
- Alors tu mourras comme tous les autres !
- Jamais !! Je ne vous laisserez jamais les tuer ! Jamais !  »


J’enchaînais alors les coups, sans arriver à le toucher. J'esquivais la plupart des siens mais plus je faisais d'effort, plus je m'épuisais et faiblissais. Arrivée à un moment, je lui donnais un coup de haut en bas, dans l'espoir de le couper en deux, mais il stoppa ma lame avec ses deux mains.

«  - Guh !
- Stupide marionnette ! Quand comprendras-tu que sans moi, tu n'es rien ?
- Voilà… Voilà pourquoi je les ai choisis plutôt que vous ! Eux… Eux connaissent ma vraie valeur ! Pour eux, je ne suis pas une marionnette !
- Ils ne savent rien de toi ! S'ils savaient quel mal tu as causé, s'ils savaient quels crimes tu as commis au nom des Hayert'Väals, jamais ils ne t'accepteraient !
- Que crois-tu que les gens punissent pour leurs méfaits ? L'épée ? Ou la personne qui la tient ? Je n'étais qu'une épée entre tes mains ! TU m'as forcée à faire tout ça ! TU t'es servi de moi comme un outil de mort et de destruction !  »


Lemmy lâcha l'épée et bondit sur le côté avant de se relever et de me saisir à la gorge pour me soulever à un mètre du sol. J'étais en train de suffoquer, je ne pouvais absolument plus respirer. Il me lança un regard amusé, celui d'un fou qui ne peut ressentir aucune compassion pour la personne à qui il est en train de faire du mal. Ce lorcq était vide de tout sentiment arcaëllien… Il n'était qu'un poison, un sociopathe dénué de pitié, d'amour, d'intérêt pour les autres. Non que je ne fus le meilleur exemple de bonté et de générosité… mais moi, au moins, j'avais une âme.

«  Alors je vais me débarrasser de toi, comme le vulgaire outil que tu es !  »


Il me projeta quelques mètres plus loin, me faisant rouler sur les pavés glissants et trempés de la place qui n'en avait plus que le nom… Elle ressemblait plutôt à un champs de ruines à présent. Je restais prostrée à terre. Ma tunique était en partie déchirée, et les morceaux d'armures que je portais auparavant avaient tous fichu le camps. Je tentais tant bien que mal de me relever quand je sentis une main se poser sur mon épaule nue. C'était la main de Grégoire.
Je sentis des racines se poser sur mon épaule et la parcourir. Elles étaient pleines de fluide, un fluide qui provenait probablement d'autres êtres vivants. En tant que Lorcq je pouvais le sentir, ce n'était par le fluide de Grégoire.

« Votre arme à l’air de pouvoir lui faire mal… Vous arrivez à tenir, je peux vous rechargez. À force de le pilonner, on arrivera bien par l’achever ! Aller, soufflez un instant, je vais l’occuper.  »

La rage me gagna à nouveau. Ce renouveau d'énergie m'avait donné assez de force pour me relever. Je brandis mon arme et concentra mon fluide à l'intérieur, tout comme ma fureur. Cette sensation de noirceur… cette haine grandissante… je m'en nourrissais et en fit profiter mon arme qui sembla un instant me remercier… Mais c'était impossible, Gwyar n'était pas une personne… Non… C'était impossible. J'avais du imaginer cela. J'étais prête à faire baver Lemmy comme jamais. Ce coup là lui ferait mal… très mal.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 174

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 14:33
Te voilà enfin face à ton destin. Tu hésitais, tu observais avec horreur tout ce qu'il se passait. Relevant ta tête, tu pu voir Boneheart qui semblait veiller sur toi, c'est avec terreur que tu vis le dragon aberrant lui foncer dessus et l'envoyer s'écraser au sol. Tu voulu crier mais aucun sons ne sortait de ta bouche, la crainte t'envahissais, t'opprimais. Retournant ta tête vers Anna et ses alliés, tu te mis à trembler en les voyant se faire éjecter.

L'effroi, le sentiment d'inutilité, tu le sentais t'oppresser. Tu pria alors Thäa, tu priais ton sois-disant père. Tu espérais un signe de sa pars, s'il était ton père comme le disait Lemmy, il saurait sûrement te dire quoi faire, il saurait sûrement t'aider.

C'est avec sursaut que tu ouvras grand tes yeux, parcouru d'un long frisson, tu voyais une scène, un espoir. Une tour, une arbalète. Tu allais devoir faire vite. Regardant autour de toi, tu observa la tour de guet derrière toi. Fronçant les sourcils, jetant un dernier coup d'oeil à la troupe, alors que les deux enfants se firent éjecter avec violence. Tu fini par courir vers la tour, t'enfuir sûrement comme un lâche aux yeux des autres, mais toi, toi tu savais qu'il y avait un espoir suicidaire.

Courant de toutes tes forces, bien que tu n'avais toujours pas l'habitude de la terre ferme, tu arrivas devant la porte de la tour. Défonçant celle-ci, tu t'introduis alors dans la tour, gravissant les escaliers de toutes tes forces. C'est une fois arrivée en haut que la poussée d'adrénaline se stoppa. Essoufflé, tu tentas un instant de reprend ton souffle. Plié en deux, les mains sur tes genoux, tu toussais un peu, suffoquais par le manque d'air.

Tu étais trempé, mais maintenant à l'abris sous le toit de la tour. Tu regardas le champ de bataille, plissant tes yeux. Tu finis par baisser tes yeux en direction de la fameuse arbalète, mais aussi du cadavre de celui qui l'utilisait. Il avait du être tué au début du combat. Soupirant, tu fermas alors ses yeux grand ouvert : Priant Gar'harz qu'il guide son âme vers le repos éternel.

HRP:
 
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 135

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 10:54
Grégoire, tu fais face à Lemmy pour donner du temps et l'occasion à Anna d'user de Gwyar pour le blesser. C'est clairement de la folie pure, tu en es conscient, mais cet acte sera peut-être la seule chance de mettre le semi-dieu à genoux. Lui-même ne semble pas impressionné et semble garder un œil sur la lorcq.

Anna, Grégoire te laisse une opportunité d'utiliser Gwyar. Seulement voilà... Tu as reçu une énergie souillée, et même si tu as l'habitude d'aspirer le fluide de créatures ou êtres vivants, l'utilisation de ton épée te fait petit à petit sombrer dans la noirceur. Tu n'es pas sans savoir que le passé de ton arme est lourd de noirceur et tu vois des petites veinules rouge courir tout du long de tes bras. Tu sens en toi l’enivrement et la soif de puissance. Tu en veux plus, toujours plus ! Gwyar a faim d'énergie.

Anna, Grégoire, vous êtes face à Lemmy, celui-ci semble savoir ce que vous préparez et n'est pas dupe. Il vous regarde d'un œil mauvais et vous dit alors :

« Laissez tomber votre idée stupide. Ce coup ne marchera pas une deuxième fois ! Je vais te tailler en pièce Grégoire ! Je vais briser le moindre de tes os ! »

Il fonce sur toi comme un ouragan et son attention est finalement plus accaparée par toi que par Anna. Je te laisse le soin de décrire ce que tu fais, néanmoins, au cours de votre affrontement, il est possible que tu sois mis à terre.

Aaron, tu as monté les escalier de la tour de pierre que les dieux t'ont fait voir dans tes visions. Tu as également trouvé l'arbalète, autre symbole que tu as pu voir dans tes songes. Tu trouve également sur le corps du malheureux et ancien possesseur de l'arme, deux carreaux d'arbalète. Tu n'auras donc possiblement le droit qu'à une erreur. Mais parviendras-tu seulement à trouver le courage de tourner ton arme contre Lemmy ? Pour le moment il te manque un élément de ta vision, la personne qui est censée se trouver à terre, mordant la poussière, et le semi-dieu s'apprêtant à le tuer. A moins que Grégoire ne se fasse justement mettre à terre...

Boneheart, je pense que j'ai été déjà assez patient avec toi. Je t'ai laissé l'occasion de t'en sortir. Tu avais largement le temps de répondre. Pour ne pas rebuter les joueuses et joueurs qui veulent avancer,  je vais être obligé de faire ton action. Sachant que c'est un premier et dernier avertissement. La prochaine fois que j'ai à intervenir ainsi, tu seras exclus de l'Event pour manque de participation et je t'infligerai un malus de -15xp comme l'annonce de l'event le prévoit.

Boneheart, tu es acculé par ce dragon démoniaque dont le corps même dégage des miasmes de flétrissure et de mort. Tu as du mal à te dégager, et ne possédant pas de fluide (je n'ai trouvé aucune fiche de fluide, donc je considère que tu n'en as pas) tu ne peux pas faire grand chose à distance comme cela. Par chance, les dragons qui sont venus te porter assistance viennent une fois de plus à ton secours et dégage la créature d'Elbars qui était aux prises avec lui et qui avait bien du mal à lutter contre cet être. Ton dragon a du mal à reprendre ses forces, toi même, tu partage sa fatigue, tu ne sais pas si tu vas pouvoir battre ce monstre. Les dragons blancs l'ont occupé un instant, mais à présent, le wyrmvide s'en prend à eux et pourrait bien les tuer. Il faut que tu agisses dans leur intérêt et dans le tien, puisque tu seras probablement sa prochaine cible.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 12:18


Le combat entre ce monstre et moi-même partait assez mal. La différence de puissance était totalement disproportionnée. La danse mortelle que nous nous livrons met mon armure à l’épreuve à chaque coup au but de ce chien galeux alors que mes propres coups ne font que stopper ses propres attaque quand je parviens par chance à le toucher.
La fatigue finit par reprendre rapidement son du, l’énergie souillée que j’ai aspiré est plus faible que celle que je produis et mes réserves sont en baisse rapide, il me faut un plan sinon… Je ne gagnerais pas ce combat. Il va s’en dire que je ne sais même plus si mes propres troupes d’élites ont pris l’avantage sur celles des adorateurs, et j’ignore si mes enfants vont bien. 
« Tu n’es rien… Un insecte que je vais écraser ! » S’exclamait lemmy alors qu’une frappe de son tibia droit me percutait le flanc gauche, l’écorce de bois de fer se brisait, laissant voir ma peau alors que je finissais au sol et qu’il approchait lentement finir le boulot… Un instant… Plus de… Oui ! Allez encore un peu !
Je lui lançais plusieurs pieux de bois de fer qu’il se contentait de laisser rebondir sur son torse en continuant d’avancer vers moi avec un sourire malsain.
« Tu vas nourrir de ton âme mon père, prépare-toi à cet honneur ! » Criait, il en levant la main vers moi alors qu’il se trouvait à quelques pas. 
Soudain, il eut un rictus de douleur en portant à sa poitrine son autre main… Il poussait un cri de colère en arrachant les racines sauvagement laissant couler quelques gouttes de sang. 
« Espèce de vermine ! Tu vas payer ton affront ! » Hurla t’il en cherchant à vouloir saisir mon crâne alors que j’étais au sol, dos contre la pierre dure de ma terre… Quand un éclair frappait la main du demi-dieu le forçant à la retirer de vers moi.
« Je te l’ai déjà dit, Lemmy ! » Je m’exclamais en me dressant en grognant sur mes pieds chancelants. « Je ne suis pas seul ! Comparé à toi, j’ai de vrais guerriers à mes côtés ! Allez ! » Je hurlais.
La place était couverte de corps, en tunique rouge ou tenu disparate des adorateurs, mais encore debout, sur les toits ou sur le sol… Il y avait encore mes enfants, mes fils et mes filles, mes guerriers ! Mages et tireurs encerclant le demi-dieu qui dans un cri à l’unisson donnèrent tout ce qu’ils leur restaient pour offrir une ouverture à Anna !
Les bâtons et les mains des mages crachèrent feu, glace et tonnerre dans un ouragan de lumière et de claquements, tous concentré sur ce demi-dieu alors que des dizaines de fusiliers et d’archer commandé par un Jaskar en piteux états qui lui-même tenait un fusil faisaient pleuvoir la mort vers Lemmy qui se protégeait du mieux possible de cette fureur de magie et de fer.
Je profitais de la situation pour cracher dans un dernier élan de magie un long jet de flamme de mes mandibules d’armures grâce à mon liquide incendiaire qui allait couler sur Lemmy.
« Allez Anna ! » Je criais. .
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 15:12
J'avais la gorge horriblement sèche... Soif... Si soif... J'avais une envie folle de boire. Mes mains tremblaient alors que les ondes noires dansaient autour de mon épée. L'odeur du sang autour de moi me rendait complètement folle. Je pouvais la sentir comme jamais, c'était comme si mon sens de l'odorat s'était décuplé mais uniquement pour ce concentrer sur l'odeur de sang... Le fluide qui m'entourait était également une torture de plus à mes sens. J'avais envie de dévorer tout ce fluide, de me nourrir. Je voyais celui de Grégoire s'agiter devant moi, dansant avec celui de Lemmy. Comme j'aurais aimé goûter à ces si jolis fluides qui dansaient face à moi.

Plus... Il m'en fallait encore... Plus de fluide... Je sentais les mages du domaine se presser tout autour de Lemmy et commencer à le bombarder de sorts. Il semblait résister incroyablement bien, même s'il souffrait que les sorts ne lui laissent pas assez de temps pour régénérer totalement ses blessures. Il poussa un hurlement tandis que Grégoire m'appelait pour que j'agisse ! Des veinules rouges commençaient à atteindre ma gorge quand je me décidais à lâcher une onde de fluide sombre à l'aide de mon épée. La lame passa près de Grégoire et faillit l'emporter avec elle, avant de finalement se joindre au déluge de sort que Lemmy subissait. Le fluide se mélangea aux autres et une terrible explosion eut lieu.

Un vent sombre nous propulsa tous en arrière, même les mages, sur le haut de leur remparts furent rejetés et tombèrent au sol. Grégoire fut projeté contre moi et nous tombâmes tous les deux sur le parvis de ce qu'il restait de la place. Nous roulâmes tous les deux en boule, entraînés par la vague d'énergie que l'explosion avait produite. Je le serrai tout près de moi, le protégeant du mieux que mon corps le pouvait. Dans toute cette folie pure qui ne m'avait pas quitté, même lorsque je vis l'explosion se produire, ce réflexe me vint tout naturellement. Il ne me quitta pas... Je ne devais pas lâcher Grégoire, je devais le protéger, quitte à en être mortellement blessée. Peu importait ma soif de puissance, de fluide... J'avais quelque chose de plus précieux à garder.

Gwyar était par terre, non loin de nous... trop loin pour que je puisse l'atteindre en tendant mon bras vers elle. J'étais presque quasiment nue après l'explosion qui avait déchiqueté mes vêtements et mes cheveux habituellement coiffés en chignon étaient totalement détachés, dévoilant ainsi leur longueur. Mais je continuais à tenir Grégoire dans mes bras. Je récupérai très mal de mes blessures, et du sang coulait un peu partout sur mon corps mutilé. Je sentais que c'était la fin. Si Lemmy n'était pas vaincu avec ce que je lui avais envoyé, nous étions perdus.

La fumée de l'explosion se dispersa finalement et nous laissa voir alors ce qu'il en était. Je me mis à tâtonner frénétiquement le sol, en essayant de me traîner avec Grégoire jusqu'à mon épée. La peur... J'étais terrorisée. Lemmy se tenait debout, couvert de terribles blessures, mais toujours en vie. Il saignait d'un peu partout, et des plaies béantes sur son corps laissaient couler des flots de sang. Le lorcq me dévisagea avec haine, marchant vers nous.

« Toi... TOI !!!! Tu vas mourir !! TU VAS MOURIR !!!! Peu importe combien de minables vous êtes dans le Domaine ! Vous ne faites pas le poids face à moi ! Je suis Lemmy, l'Être Suprême !! Personne ne peut me surpasser ! Personne !! Vous allez vous pliez à ma volonté !! Özan est le dieu de tous les dieux ! Je vais vous montrer que son fils est le dieu de tous les arcaëlliens ! »

Il avançait inexorablement vers nous alors que je perdais espoir. Nous allions mourir... C'était terminé... Avais-je des regrets ? Non... Je m'étais battue en femme libre, et si je le devais, je mourrai en femme libre !

Je suis enfin libre... *

La seule chose pour laquelle j'avais peur, c'était Grégoire et ses enfants... Je ne voulais pas voir le Domaine disparaître. Je voulais encore le voir grandir et s'épanouir...

* Je peux voler et aller où je veux... *

Peu importait ma mort... peu importait que je sois cloué au sol. Je voulais voir les renards aller loin vers l'horizon...

* Je ne t'oublierai jamais... *

Ce qui importait vraiment, c'est ce que je faisais maintenant, c'est ce pourquoi je m'étais battue. Je voulais qu'on se rappelle de moi pour ce que j'avais défendu, pas pour ce que j'avais détruit...

* Envole-toi, Lumy ! *

Brièvement, une image de mon enfance me revint... un oiseau de feu s'envolant vers l'horizon... Le Domaine... Je voulais que le Domaine soit comme le Phénix... Qu'il s'envole et brille comme mille feux. Lemmy se dressait à présent face à nous, prêt à me transpercer de sa main au bout desquelles se trouvaient de long ongles acérés comme des lames. A genoux, j'étendais mes bras pour faire obstacle au demi-dieu, le sourire aux lèvres, les larmes aux yeux.

« - Tu peux me tuer, mais jamais tu ne détruira le Domaine !
- Silence, femelle !! Je vais t'apprendre où est ta place !! »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 174

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Jan - 9:03
Tu étais dorénavant seul face à ton destin. Tu attrapa l’arme et les carreaux et alla vers la fenêtre de la tour de guet. Tu fixais l’horizon qui surplombais le champ de bataille, serrant tes dents. De là tu pouvais voir le fracas des armes, tu pouvais voir les cris d’effroi des innocents se faisant détruire. Tu voyais plus loin dans la ville des explosions, tu voyais les gravats où résidait le corps de Boneheart. Si seulement tu étais assez fort pour le sauver, si seulement tu avais été capable de le sauver. Tu fermais brusquement tes yeux tout en serrant les dents, remuant ta tête comme pour chasser les larmes qui venaient envahir tes yeux.

Soufflant, tu regardais ensuite les carreaux, tu étais prêt à te battre. Tu en préparas un dans ton arbalète et te mis en position de tir. Portant ton attention vers Lemmy tu le pointais au mieux que tu pouvais. Tu fixais la lame de ton carreaux qui était maintenant aligné à Lemmy. Tu fixais encore et encore cette petit lame et tu grimaças. Une vive douleur vint lacérer ton dos.

Serrant tes poings sur l’arme, tu ne pouvais détacher ton regarde de la lame aiguisée du carreau. Tu remuas alors ta tête frénétiquement alors que la crainte te gagnais. Gloussant, tu revoyais cette horrible scène, celle où tu vu tes ailes se faire arrachées, coupées, tranchées par tes propres épées.

Tu fermais tes yeux et fini par lâcher l’arbalète qui tomba à tes pieds, te tenant la tête en retenant tes gloussements de souffrance. Tu te disais faible, même pas capable de tenir la moindre arme, qu’étais devenu le soldat que tu étais… ?

Ton père aurait si honte de toi… Mais était-il réellement ton père… ? Si Thäa était ton père, qui était cet homme qui t’avais élevé ? Les doutes t’envahissais puis une lumière apaisante te revint. Tu relevas ta tête et vis clairement Lemmy s’apprêter à tuer la belle lorcq. Tu serras les dents, non, tu devais passer outre, sinon, sinon, elle allait mourir. Tu attrapas de nouveau l’arbalète chargée du carreau et pointa Lemmy pour lui tirer dans l’épaule avec rage. Tu te mis à charger le second carreau, te remettant en position de tir, cessant de regarder le champ de bataille pendant cet acte.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 135

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Jan - 17:24
J'ai le regret de vous annoncer, suite au départ quelque peu brutal de Boneheart, la suppression simple et définitive de son compte. De ce fait, considérez qu'il est mort lorsque le wyrmvide s'est attaqué à son dragon, écrasé par le poids de la bête.

Aaron, tu as finalement décidé de prendre ton courage à deux mains et tu as décoché un carreau d'arbalète. Tu n'y croyais presque pas, mais ton envie de sauver Anna a été plus forte que ta peur. La pointe du projectile s'est plantée dans l'épaule de Lemmy qui a poussé un cri de douleur.

« Aaaaargh !!! Qui ? Qui a osé ??? »

Tu n'attends même pas de voir ce qu'il fait pour recharger ton arbalète, il ne te voit donc pas, mais il se doute que le projectile vient de la tour. Il fulmine de rage et hésite à présent à monter la tour pour venir te chercher, ou s'en prendre à Anna et Grégoire. Le choix est cependant assez facile à prendre, mais ce moment d'hésitation était celui de trop pour Lemmy.

Vous entendez tous soudainement le son d'un cor au loin. Ce n'est ni celui d'une force du Domaine, ni celui d'une force Hayert'Väal. Il n'y a que toi, Aaron, qui reconnaît le son de ce cor, car tu as déjà fait parti de cette force armée : Le Royaume. De la tour où tu es, tu as une bonne vision sur le champs de bataille, et tu vois arriver au loin, les forces du Royaume. Les bannières sont fièrement dressées en l'air, et tu vois leur nombre assez important, ils sont au moins un millier. Tu aperçois également que les forces Hayert'Väals commencent à se disperser et s'enfuir.

Anna, Grégoire, Lemmy semble bouillir de rage devant vous, à moins que ce ne soit de la peur ? En tout cas il se tourne vers la direction d'où le son du cor provient. C'est grâce à lui d'ailleurs, que vous comprenez à qui il appartient.

« Le Royaume ??? Ici ?? Impossible !!! Impossible ! »

Ils se tournent vers vous, la rage dans les yeux, et vous sentez comme une envie de meurtre à votre égard, enfin je veux dire... encore plus forte qu'elle ne l'était avant.

« Vous... C'est vous !!! Tout est de votre faute !!! Je vais perdre à cause de vous !!! Je vais vous faire payer... Je vais vous faire payer !!!! »

C'est à vous, chers joueuses et joueurs, de vous défendre. Vous avez encore trois tours à tenir avant que les forces du Royaume ne vous viennent en aide.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Jan - 20:52


L’explosion fut un véritable cataclysme ! La vague noire et les sorts des mages étaient entré en résonance et l’onde de choc m’avait propulser loin de Lemmy. J’ai eu du mal à reprendre mes esprits, je ne vis que Anna qui tentait de me couvrir de son corps qui lui avait du mal à être aussi couvert que moi malgré que mon armure était en morceaux.
Je n’avais plus beaucoup de force, je n’arrivais pas à bouger, et Anna qui était maintenant dans les mains de ce salopard… Je dois bouger ! Et malgré mes grognements, je ne parvenais pas à me mouvoir. NON ! NON ! NON ! 
Je vois les ongles de se fou qui s’apprête à lui transpercer le ventre, malgré ses blessures, il continue de vouloir nous tuer.
La pluie ne fait que dilué et teinté d’une nappe rougeâtre le sol pavé et défoncé de toutes parts… Mon sang, celui de mes hommes, des adorateurs, et même de Lemmy. Je parviens difficilement à me mettre sur les genoux en tremblant quand j’entends Lemmy hurler et le son mat de la pauvre Anna qui retourne à terre avec douleur. Je comprends que une seconde plus tard que le demi-dieu à un carreau dans le dos ! Il fulmine et semble tenaillé entre nous et le mystérieux tireur… Je vois l’épée d’Anna non loin… Il me faut une ouverture.
C’est là que j’entends le plus beau son du monde… Un cor de guerre… Un cor de guerre qui n’est pas aux adorateurs et j’entends parmi les mages et les tireurs qui se redressent peu à peu.
« Le royaume ! » 
« La cavalerie arrive ! »
« Nos alliées sont là ! »
« Les adorateurs sont en déroute ! »

Oui ! Je jubile et un sourire barre mon visage tuméfié alors que Lemmy nous fixe avec une rage hors de l’entendement. Il s’avance vers nous en proférant les menaces de mort habituel… héhéhé.

Je le vois lever la main en arrivant à notre niveau et là encore… Un sort le ramène à la réalité. Les quelques mages encore en vie se lancent dans une dernière bravade, usant de tout ce qu’ils peuvent et ceux à bout d’énergie lancent des pavés sur le demi-dieu qui rugit de rage face à cet affront.
« Tu toucheras pas à notre seigneur ! » Hurle un mage.
Je vois alors débarquer Halamar eau milieu des mages qui rugissent avec les yeux pleins de colère… Il a un compte à régler avec celui qui a brûlé son village.
« Allumer moi ce fils de pute mes frères ! 
» Hurle t’il en envoyant de violents éclairs de magie.
Un nouveau déluge de feu s’abat sur Lemmy qui encaisse… Je n’avais pas besoin de plus. 
Je saisis l’épée d’Anna aussi vite que possible et charge vers Lemmy pour la plonger dans une plaie de son flanc gauche en poussant un hurlement lorsque la lame pénétra la chair du demi-dieu. Je pousse de toutes mes forces pour enfoncer la lame jusqu’à la garde alors que Anna est juste derrière moi, en boule sur le sol.l
« Passe le bonjour à ton père ! » Je hurle avant de planter ma dague dans une autre plaie du demi-dieu démoniaque et de me replier en traînant au mieux Anna alors que des soldats profitaient de ce chaos pour venir nous porter sur leurs épaules au plus loin de Lemmy.

Je ne peux plus penser, je sombre peu à peu dans l’inconscience totale… Je ne vois rien d’autre que le visage de mes hommes… Étendue sur le sol, le corps sans vie. Je ne… Ne vois que leurs sangs qui teint d’écarlate le sol de ma cité… Je ne me rappel que des destructions… Je ne vois que les corps blessés de mes enfants dans les bras des Protecteurs qui ont leurs armures en pièces… Nous avons peut-être battu Lemmy et une armée d’adorateur… Mais nous avons tellement perdu… Je finis par jeter un coup d’oeil à Anna…
Une victoire à la Pyrrhus.:
 

« On va pouvoir dormir… Il ne va pas revenir de sitôt... » 

Je finis après ces mots arrachés, par tomber dans le noir complet d’un coma bienvenue, .
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Jan - 10:43
Alors que je croyais mon dernier instant arriver, un carreau d'arbalète salvateur se planta dans l'épaule de Lemmy qui me lâcha sur le coup. Je tombais alors en boule sur le sol, épuisée et n'en pouvant plus. Je regardais autour de moi pour savoir qui nous était venu en aide. Personne... Je ne vis pas signe d’arbalétrier mais remarquais la tour de guet. Le tireur était probablement réfugié dans la tour et avait tiré de là-haut. Après un moment de réflexion, je me dis que je n'avais pas vu l'humain de tout à l'heure, Aaron. Était-ce lui le tireur ? Probablement ! Remarquant son absence, j'espérai que oui et qu'il ne faisait pas parti des nombreux cadavres.

Nous entendîmes alors un cor de guerre que je ne connaissais pas. A qui appartenait-il ? J'eus la réponse très vite. Les soldats du Domaine qui était en haut des murailles s'exclamer alors que l'armée du Royaume était en approche et que l'armée Hayert'Väal était en déroute. Cela rendit Lemmy fou de rage. Il se tourna vers nous et nous lança un regard furieux.

Tout se passa alors très vite, Lemmy fut la cible de nombreuses attaques, Grégoire se saisit de Gwyar et lui asséna un coup quasi mortel avant de lui planter également sa dague dans une autre plaie. Le lorcq sembla tituber en arrière et n'eut d'autre choix que de reculer. Grégoire ne tenta pas plus d'héroïsme, probablement parce qu'il était dans un état aussi pitoyable que le mien. Il vint vers moi et me traîna tandis que je tendais mon bras vers Lemmy. Je voulais récupérer Gwyar... je voulais achever mon œuvre de vengeance... Sois maudit Lemmy ! Sois maudit ! Je n'en avais pas encore terminé avec toi ! J'espérais intérieurement que ses blessures ne le tuent pas... pas tout de suite... Je voulais pouvoir le regarder mourir, mais je n'étais pas en état pour ça.

Grégoire posa un regard sur moi tandis que des arcaëlliens du Domaine venaient nous porter assistance, nous sortant de tout cette furie destructrice.

- Il ne va pas revenir de sitôt... me dit-il avec un sourire épuisé avant de, semblait-il, sombrer dans l'inconscience.
- Grégoire...

Je regardai mon seigneur tomber ainsi d'un sommeil lourd et profond, me demandant soudainement s'il n'y avait pas plus important pour moi que la vengeance. Même Gwyar me semblait insignifiante face au fait de nous mettre en sécurité. Nous avions déjà perdu assez de choses... Mais à mes yeux tout ça était un gâchis. Nous nous étions battus et Lemmy semblait toujours en vie. Dans un état proche de la mort, certes... mais allait-il le rester longtemps ? Allait-il en mourir ? Que son âme retourne dans le néant d'Özan et qu'elle n'en revienne plus... J'en avais assez de tout cela.

Ce qui m'inquiétait à présent, c'était de savoir où était Aaron et ce qu'il était devenu. Mais j'étais beaucoup trop faible... Les Protecteurs du Domaine étaient obligés de me soutenir pour ne pas que je m'écroule au sol. Je leur demandais alors d'aller envoyer quelqu'un à la tour de guet pour aller l'aider. J'avais peur que seul, il ne s'en sorte pas si des ennemis venaient à lui...
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 174

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Jan - 9:19
Tu étais toujours à épier Lemmy du haut de ta tour. Abaissant ton arme, tu haletais un peu. Tu avais fait d’énormes effort pour réussir ceci. Tu avais réussi à passer outre deux de tes plus grandes peurs, les lames, et Lemmy, pour sauver la Lorcq et ses alliés. C’était comme si tu avais fais ça pour un sentiment très cher, que tu n’avais pas ressentis depuis 5 bonnes années.

Un cor retentit et du haut de ta tour, tournant ta tête vers l’horizon, tu sentais une lueur d’espoir entrer en toi. Tu pouvais le reconnaître même les yeux crevés et les oreilles coupées, c’était celui de ta patrie d’origine, le royaume. Après tant années à son service, c’était bien la faction que tu adorais le plus, celle qui faisait vivre ta loyauté. Il y a 5 ans, après avoir été capturé et torturé à mort, tu avais abandonné tout espoir d’y retourner, tu avais trop honte. Un Tahora qui ne peut voler à tes yeux était indigne de retourner sur son foyer. Tu t’es toi-même exilé, pourtant tu mourrais d’envie de retourner chez toi, retrouver ta famille, tes proches...

Tu fronças tes sourcils avant de décider de redescendre la tour en voyant par ce même moment la Lorcq et Grégoire se fait emmener en sécurité. Il ne restait bientôt presque plus personne sur la place, uniquement un Lemmy en colère faisant face à des gars du domaine. Tu était sortit de la tour et tu finis par être rejoindre par un homme qui était présent avec Anna, tu compris vite qu’elle avait envoyé un homme pour assurer ta sécurité.

« Je suis venu vous soutenir. »

Tu réfléchis un moment avant de froncer les sourcils, remuant sa tête.

« Je… Je dois vérifier quelque chose en attendant que le royaume n’arrive… »

Tu fini par te diriger en direction de là où tu avais vu Lemmy se faire blesser, le cherchant du regard tout en maintenant l’arbalète devant toi, le doigt prêt à tirer au moindre danger face à toi, méfiant.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 135

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Fév - 18:48
Les troupes du Royaume approchent inexorablement. Les combats sont de plus en plus violents et désespérés. Les Hayert'Väals tuent pour fuir ou piller ce qu'ils peuvent avant de ficher le camps. Personne ne semble totalement sain d'esprit dans ce carnage sans nom. Même les soldats du Royaume ne semblent pas montrer de retenue pour leurs ennemis. Les fuyards sont sauvagement abattus, exécutés, tous comme les blessés Hayert'Vaäls qui jonchent le champs de bataille. Tout n'est que mort et désolation.

Vous avez porté un coup dur à Lemmy, et il est en train de ramper sur le sol, essayant de s'extirper de cet endroit, en proie à la folie pure. Il répète inlassablement les mêmes mots :

« Grégoire... je t'aurais... Grégoire... je t'aurais... »

Aaron, toi qui est sur place et qui le cherche des yeux, tu finis par le voir. Il est à portée d'arbalète, tu pourrais déjà te voir lui tirer le carreau ultime, mais les choses ne sont parfois pas aussi simple qu'on le voudrait. Alors que tu as le doigt sur la gâchette, tu vois surgir du haut des remparts un immense lupan au regard féroce et assoiffé de sang. Il porte un pagne et un équipement très léger mais effroyablement intimidant. Ses yeux, sont étrangement blancs, comme si la créature était aveugle... mais tu peux remarquer qu'il voit très bien. Il bondit près de Lemmy et dans un grognement de rage, l'attrape par la taille et par l'épaule et commence à le traîner avec lui. Tu le vois se saisir de Gwyar, et l'arracher au corps du demi-dieu avant de la lancer négligemment à tes pieds. Il te lance un hurlement terrible, te défiant de tirer sur Lemmy.

« Pas touche à Alpha !!! » ajoute-t-il avec rage.

Il décide cependant de ne pas t'attaquer, préférant avant tout mettre son Maître en sécurité. C'est peut-être l'occasion pour toi de fuir, notamment qu'un autre danger commence à se profiler à l'horizon. Le wyrmvide, qui était occupé à se battre contre Elbar et les autres dragons... en a fini avec ses derniers. Il semble en très mauvais état, mais est assez vigoureux pour causer encore quelques dégâts. Il pourrait ne faire qu'une bouchée de toi... à moins qu'il ne s'attaque à une cible plus évidente... comme Wyrnai par exemple. En tout cas, il vous survole actuellement et s'apprête à plonger dans votre direction.

Anna, Grégoire, vous avez décidé de fuir après avoir vaincu, plus ou moins mortellement, Lemmy. Vous êtes dans un état des plus pitoyables et vous battre semble assez peu envisageable pour vous. Cependant il faut fuir, et vous êtes encore potentiellement les cibles d'un dragon aliéné par le pouvoir d'Özan, ou encore des Serviteurs Noirs qui sont dans les parages. Il va falloir décider d'un lieu propice pour vous mettre en sécurité. Ou bien avoir un peu de chance et tomber sur une rencontre fortuite. Mais ça risque d'être compliqué dans tout ce fatras et ce chaos. La mort rode...
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Fév - 21:08



Je finis par rouvrir les yeux… Je suis sur un lit, surement dans l’une des maisons encore intacte du centre de la ville. Je me redresse sur mes coudes, la fatigue est comme une chape de plomb sur chacun de mes membres, mais je sens que mon esprit est encore vif. Je ne dois pas être très loin des combats en terme de distance et de temps passé inconscient.

J’ai des bandages sur presque tout le corps et seul un de mes yeux voit toujours, je sors du lit de fortune en ignorants les guérisseurs qui me supplient de me rallonger et en claudiquant, je trouve un jeune soldat terrifié qui me regarde comme si j’étais un fantôme.

« Où est le poste de commandement soldat ! » Je lui demande fermement.
« L’étage de la tour m-m-mon s-s-s-seigneur. » Bégait-il.
Je monte à l’étage, retrouve alors mon état-major en pleine panique. La salle elle-même est le sommet couvert d’une ancienne tour de guet spacieuse avec en son centre une immense table avec une carte détaillé gigantesque de la ville et des pions figurant la place de nos forces aux fur et à mesures des rapports des éclaireurs, des messagers ou des sorts de visions des mages présents dans al salle.
Le général Arakar fulmine, il n’est pas à sa place, mais il est le plus haut gradé encore en vie. Toutes les têtes se tournent vers moi à mon entrée, malgré ma démarche boiteuse, je me tiens droit en arrivant torse nu et couvert de bandage, près de la table de commandement.
Les protestations sont renvoyées d’un revers de main agacé et là, je reprends ma place.

Et faite moi tonner ces tambours!:
 

« Arakar, vous êtes très bon sur le terrain, mais je pense que le calme d’un état-major vous est désagréable. Prenez les hommes que vous pourrez et reprenez la porte sud pour que nos alliés puissent entrer dans la ville. Les forces de Set’Rina sont-elles là ? » Je demande à la volée.
« Oui seigneur, ils ont perdu la moitié de leurs forces en perforant les arrières de l’armée ennemis, mais ils ont fait de lourds dégâts avec l’artillerie. » Rapporte un mage.
« Où sont les canons ? »
« Sur les toits des hautes habitations du centre ville, monsieur, avec les hommes de manœuvre. » Informe, un messager.
Je vois un lieutenant dans la salle et l’interpelle.
 » Rapporte un mage. »
« Oui seigneur, nous étions la réserve du centre ville, une compagnie de Set’Rina est aussi en attente de vos ordres. Nous avons profité de leurs désorganisations pour nous regrouper près du des batiments du centre et préparer la suite des combats. »
« Parfait, Arakar va prendre la moitié des forces restantes et reprendre la porte sud. Qu’est-ce qui nous reste en termes de soldats ? » Je demande.
« Ils nous restent deux légions de fantassins de mille hommes chacune, une division de cavalerie de 500 cavaliers léger et une troupe de fusiliers de 200 hommes et deux compagnies de 250 archers et arbalétrier chacune. »
« Et les mages ? »
« Nous avons perdu 60 % de nos forces, il ne nous reste que 80 des nôtre en comptant les 20 infirmiers guérisseurs. » Me répond Halamar qui était revenu.
« Lemmy ? »
« Enfuie, seigneur »
« Il ne fuira pas longtemps… Mais chaque chose en son temps… Halamar divise les mages de guerres en 4 groupes et tenez le fort. Prenez 450 hommes à Arakar et placé les en défense du centre ville. »
J’avais un plan… Un plan fou, mais.. Cela pouvait marcher. Je dois nettoyer la cité, en commençant par l’ouest et l’est. Arakar va s’occuper du sud. Mais j’ai trop peu d'hommes pour faire le ménage par la force brut.
« Les armes de siège ? » Je demande.
« Les balistes concentrent leur tirent sur les forces ailées ennemi, dont un dragon noir. »
« Parfait, il faut garder cette chose loin de nous. Halamar, prends 10 mages aux guérisseurs et donnent leurs cette saloperie pour cible, qu’ils soutiennent les balistes. » 
« A vos ordres ! » S’exclame le mage en partant donner les ordres.
Je donnais ensuite mes instructions pour le reste des forces au sol. Le plan était simple et implacable. Les canons du fort plus ceux ramenés de Set’Rina vont pilonner sur instruction la partie ouest et est sur un éventail d’environ 1000 mètres puis cesser le feu après 3 salves et laisser les cavaliers légers faire une première frappe sur les survivants. Les cavaliers se replieront ensuite pour laisser les fantassins anéantir ce qui reste des hayert’vaal avant de laisser les archers et fusiliers prendre le terrain en hauteur et commencer à harceler l’ennemi. Une fois cela fait, l’artillerie relance une nouvelle salve sur la zone plus loin de celle nettoyée pour hacher en pièces ce qui pourraient subsister d’organisation ennemis et on répète le processus rapidement sans laisser aux hayert’vaal le temps de se regrouper ou réorganiser. Une fois l’est et l’ouest sécurisé, nous convergerons avec les troupes de la porte sud et les forces du royaume sur la zone nord pour sortir Seya et sa troupe de ce merdier… Et éventuellement, mon chef des mages militaires bathélémius.

Je donnais les ordres et les premières salves tonnèrent quelques minutes plus tard avec la clameur intensifier de combat et le martèlement de sabot au loin. 
"Et que quelqu'un aille faire résonner nos tambours de guerre!"Je criais à la volée alors que des aides de camps y couraient. "Est-ce qu'ont déjà mort pour ne pas faire battre nos coeurs?!" je gloussaient.

(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Fév - 7:45
Plus je passais de temps sur ce champs de bataille, plus j'avais l'impression de devenir folle... Je veux dire... plus que je ne l'étais déjà. A vrai dire j'étais au courant de ne pas être totalement saine d'esprit. Je le savais rien qu'au regard des autres. Mon père m'avait toujours considérée comme un être étrange, à l'esprit insondable et tortueux. Mais la vérité, c'est que mon esprit était plus torturé que tortueux. Possiblement parce qu'il me manquait en mémoire une partie de mes souvenirs... Tout semblait toujours si flou et lointain quand je tentais de me remémorer ma vie avant d'avoir été adoptée... Mais rien... rien de très concret. C'est pour cela que j'ai toujours considéré ma mère adoptive comme ma seule et véritable mère. Et Lemmy me l'avait arraché... Pas de ses propres mains, non... Il avait utilisé la perfidie pour que se soit mon père adoptif qui s'en charge. Le vrai meurtrier de ma mère m'avait échappé... Grégoire était à présent en sécurité, après qu'on l'eut conduit dans des bâtiments fortifiés, mais moi je n'avais toujours pas l'esprit tranquille. Où était passé Aaron ? Était-ce un dragon que j'avais entendu hurler dans ma fuite ?

- Dame Cornwall, Dame Cornwall !

Silence ! Je réfléchis... Il me faut retrouver Aaron et Gwyar maintenant que mon seigneur est en sécurité. Mais comment faire dans tout ce chaos ? Et si le Wyrmvide était toujours en vie ? Serait-ce pour ça qu'Aaron n'est toujours pas de retour ?

- Dame Cornwall !

Je me tournais finalement vers la voix qui s'adressait à moi. C'était un soldat de l'armée du Domaine, un soldat d'élite pour être plus précise. Il me regardait d'un air inquiet, soucieux de me voir ainsi ne pas lui répondre, comme si mon esprit était perdu ailleurs... C'était le cas.

- Qu'y a-t-il ? répondis-je finalement d'une voix monocorde.
- Est-ce que vous allez bien ?
- Pas vraiment...
- Vous avez refusé de recevoir nos soins... Les mages guérisseurs vous ont à peine rafistolé...
- Je sais oui... Je suis au courant...

J'étais assise, dans un piteux état, sur un banc de fortune, observant le mur intérieur d'un des bâtiments dans lequel nous nous étions retranchés. Me soigner n'était pas vraiment nécessaire, étant donné que j'étais une lorcq et que je pouvais me régénérer plus vite que la moyenne... même si mes blessures mettraient beaucoup de temps à se refermer.

- Je guérirai, ne vous en faites pas pour moi... occupez-vous des autres !
- Vous ne semblez pas aller bien. Vous avez des marques sur le corps... C'est... On dirait une malédiction !
- Une malédiction ?
- Oui... Des marques rouges... comme des... veinules... étranges.

Je soupirais longuement et me mis à réfléchir un instant : c'était sûrement dû à mon utilisation trop poussée de Gwyar. Qui sait ce que ces marques représentaient ? Étaient-elles un témoin d'une malédiction ? Sans doute... En tout cas je n'avais pas l'esprit clair à ce moment là.

- Il faut vous mettre à l'abri... ici ce n'est pas très sûr...
- Aucun endroit n'est sûr dans cette ville... nous sommes en guerre ouverte.
- Laissez-moi au moins vous mener à l'infirmerie.
- Non... Il... Il faut que je retourne là-bas ! Aaron... Aaron n'est pas encore revenu ! Il a besoin de moi !
- Nous avons besoin de vous également, Dame Cornwall !
- Sans lui, je serais morte ! Je lui dois la vie !
- Et sans vous il serait sans doute mort, également. Vous êtes quittes, non ?
- Qu'en sais-tu ? Tu étais là pour le voir ?
- Je... Je ne fais que supposer !

Je soupirais à nouveau, lasse. Il ne me laissera pas la paix... Je devais faire quelque chose pour le convaincre de me laisser seule... ou de m'accompagner dans ma quête, aussi folle soit-elle.

- Viens... Il faut le retrouver, et puisque tu ne sembles pas décidé à me laisser seule, tu vas m'accompagner et me protéger.
- C'est de la folie ! s'indigna le jeune elfin.
- Oui... C'est vrai ! Mais... c'est normal, puisque je suis folle !
- Vous... Quoi ?
- Je suis folle... Tu comprends ? J'en suis consciente... mais... je ne peux pas faire autrement, c'est comme ça ! Mon esprit est malade... Ravagé...
- Vous... n'êtes pas folle. Les fous ne se rendent pas compte qu'ils le sont... Vous... vous êtes peut-être malade, vous avez peut-être l'esprit perturbé... mais vous n'êtes pas folle. Inconsidérée peut-être... imprudente...

Je regardais l'elfin d'un air absent puis lui fit un léger sourire qui disparu aussitôt de mon visage.

- Merci... Mais je pense quand même être démente... pas toujours... par moment j'ai quelques moments de lucidité, comme là... Je me dis que ce n'est peut-être pas une bonne idée de partir aider Aaron alors que moi-même je ne suis pas en mesure de me battre correctement...
- A la bonne heure !
- Mais je vais quand même y aller !
- Vous... QUOI ?
- J'y vais ! Je dois récupérer mon épée, sauver Aaron... et tuer Lemmy !
- Je retire ce que j'ai dit... vous êtes complètement cinglée !

Je me levais avec grand peine et me traîna vers la sortie du baraquement. Il n'y avait nulle-part où se cacher de toutes façons. Les forces ennemis étaient déjà là ! À peine avais-je rejoint un couloir menant à une sortie que j'entendis les cris et hurlements de terreur et de rage ainsi que l’entrechoquement des lames. L'elfin me suivait de près et continuait de me dire que c'était de la pure folie. L'endroit où nous étions retranchés n'était désormais plus en sécurité. Il y avait des tirs de canons des sorts qui fusaient... et l'air qui se gelait. Les Serviteurs Noirs étaient à nos portes, apparaissant tels des spectres. Je me saisis d'une épée qui se trouvait là, sur un râtelier d'armes et fonçais en avant.

- Vous n'avez même plus d'armure valide ! Vous allez vous faire tuer ! Dame Cornwall ! Je vous en prie ! Revenez à la raison !
- Tais-toi ! Et aides moi à passer les lignes ennemis !!
- C'est de la folie... Ils sont tous fous... Il n'y a que Kaliqua pour être derrière tout ça... Il n'y a que Kaliqua pour rendre les arcaëlliens aussi fous... Jurk... ayez pitié de nous...

L'elfin se précipita à mes côtés, et nous engageâmes alors le combat... Encore du sang, encore des morts... encore... encore... il n'y avait que les fous qui en réclamaient toujours plus... Et j'en voulais encore.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 174

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Fév - 15:32
Tu finissais par le voir, c'était ta chance, ton unique chance. Tu finis par armée l'arbalète, prêt à l'achever d'un carreau quand subitement le soldat qui était là pour te soutenir, te protéger, fit très bien son travail. T'attrapant, il te poussa sur le sol, allongé sur toi.

« Attention ! »

Relevant les yeux sous le coup, tu remarqua une immense bête manquer de te donner un violent coup.

« M-Merci... Ce Lupan...? »

Tu finis par te redresser en fixant droit dans les yeux la bête enragée qui te regardais avec rage. Il tirait Lemmy pour l'éloigner de ta portée. Dorénavant le seul être que tu pourrais attaquais serait ce Lupan au pelage ébène et aux yeux blancs et pure comme l'étaient jadis tes ailes.

Tu finis par baisser l'arbalète en entendant le mot Alpha. Un Lupan est un être en meute, tu en avais conscience, il considérait donc Lemmy comme son alpha, mais cela voudrait dire qu'il n'était pas seul, il devait sûrement avoir d'autre Lupan. Tu ne te sentais pas capable de les vaincre, tu ne te sentais pas capable de combattre une meute de loup sanguinaires intelligents.

Le Lupan fini par jeter l'immense épée à tes yeux. Par réflexe, tu reculas en fixant l'arme avec crainte. Ton dos se mit à te brûler et tu te mettais à trembler des bras. Tu avais peur, peur de cette foutue lame. Tu avais beau réussis à manier une arbalète, tu n'en étais pas moins toujours pas guéris de tes blessures.

Un hurlement sauvage te sortis de tes pensées, relevant ta tête, tu vis passer l'immense dragon corrompu au dessus de ta tête. C'est à ce moment que tu compris qu'il te fallait réagir vite.

« ... Le Wyrmvide ! Oh non ! Les Razuhi... Wyrnai ! Boneheart ! »

Tu t'apprêtas à courir quand le soldat te regarda avec un air perdu.

« Où allez vous...? »

« Je dois récupérer ma dragonne avant que le Wyrmvide ne le tue, combattre ce Lupan mettrais en danger la vie d'autre personnes, va prévenir que je retourne à rempart et qu'on a besoin d'aide avant que le Wyrmvide ne détruise tout... Ramène l'épée à la sabreuse aux cheveux d'or, elle sera bien plus forte avec... Je m'occupe d'occuper le Wyrmvide en attendant les renforts... »

Remuant ta tête, tentant de chasser les cris d'horreur de ton compagnon se faisant torturer sous tes yeux sans que tu ne puisse rien faire, tu tentas de reprendre du courage au plus profond toi.

« Ces dragons... Ces monstres, aberrations... Elles n'ont même pas de fidélités, elles ne savent que tout détruire... La priorité n'est plus Lemmy, mais cette chose qui vole dans le ciel... »

Sous des mots douloureux, tu finis par débuter ta course, fonçant tête baissée en direction de Wyrnai, ignorant tout bonnement le Lupan qui ne semblait pas non plus tenter la moindre attaque sur toi. Courant au mieux que tu pouvais alors que l'eau continuait de rissoler sur tes cheveux et tes vêtements trempés, tu finis par apercevoir Wyrnai.

Haletant un moment, tu allas vite la rejoindre, inquiet de son état.

« Wyrnai ! Thäa soit loué, tu vas bien... Comment va ton aile...? »

Tu finis par l'inspecter, la moindre de ses blessures fut inspectée, espérant qu'elle n'est pas perdue trop de sang.

« Tu vas mettre du temps pour guérir... Il faut te mettre en sécurité avant que le Wyrmvide n'arrive. »

Tu fus néanmoins rassuré en voyant qu'elle se portait bien malgré tout. Elle se mise même à te léchouiller doucement la joue, comme pour montrer son soulagement de te revoir. Tu serras sa tête et te mis à la faire avancer un moment, dans l'espoir de la mettre dans un endroit couvert dès que tu en croiserais un, mais tu sentis son malaise, elle semblait avoir mal au ventre.

« Ton ventre va bien...? On dois partir avant qu'il n'a... »

Un grondement résonna de nouveau, tournant ta tête, tu osais espéré qu'il s'agissait de l'orage, mais non, le Wyrmvide vous fonçais dessus, prêt à vous dévorer.

« Oh non... »

Tu te repris très vite et tenta de lui tirer le carreau d'arbalète dessus. Devant Wyrnai, tu comptais bien la protéger jusqu'au bout. Tu préférais mourir que causer la perte de nouveau des êtres qui te sont chers.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 135

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 16:57
L'armée du Royaume est à présent au pied des remparts de Wasdkioljer, massacrant ce qu'il reste des Hayert'Väals sur leur passage pour atteindre le centre de la Capitale Ouest de Kaïl. Vous auriez peut-être pu vous attendre à un peu plus de douceur de la part d'un royaume qui est du genre à ne pas appliquer la peine de mort en son sein, mais les soldats ne semblent avoir aucune forme de pitié pour les adorateurs d'Özan. Le champs de bataille commence à se transformer en un véritable charnier. Les quelques survivants prennent la fuite comme ils peuvent, essayant d'échapper à la tenaille qui se forment avec d'un côté le Domaine et de l'autre le Royaume. Ils sont désespérés et font absolument tout pour s'en sortir, quitte à sacrifier des camarades ou à foncer dans le tas comme de vrais déments. La folie s'empare de Wasdkioljer... tout devient désordonné et même le Royaume a du mal à contenir tout ce chaos malgré leur rigueur.

Au centre de la ville, les choses commencent à dégénérer. Là où les forces du Domaine sont retranchées et appuyées par les forces de Sec'Rina et leur batterie de canon, les Serviteurs Noirs se déchaînent. Ils semblent... étrangement vides d'émotions, comme s'ils ne ressentent pas la peur, ni l'imminence d'une défaite. Ils continuent à se battre comme des possédés, sans la moindre faiblesse ni fatigue. Ils sont arrivés jusqu'à vos fortifications et il va falloir défendre chèrement ces murs... et surtout vos vies.

Grégoire, toi qui est au commandement, tu as reçu des renseignements tandis que tu diriges les opérations. On vient de t'informer que les Serviteurs Noirs vous ont pris d'assaut et semblent comme possédés, ils semblent ne pas souffrir de la fatigue, ni de leurs blessures. Encore pire, ils semblent totalement vide d'émotions et répètent sans arrêt : « Le néant ! Le néant ! Rejoignez le néant ! Embrassez Özan, notre créateur et retournez au néant! » sans discontinuer et ce, même à l'article de la mort, quand ceux-ci veulent bien finir par mourir.

Anna, tu es directement témoin de cela. Tu t'es jetée en-dehors des fortifications et tu peux entendre les Serviteurs Noirs scander ces mots. Malgré la pluie de canons déversée, la clameur ne semble pas faiblir, et certains chevaliers noirs semblent même se relever après de terribles blessures. Les forces autour de toi commencent à manquer de courage, ils sont terrifiés par ces monstres qui se relèvent d'entre les morts. Tu commences à douter toi-même de pouvoir rejoindre l'arrière du champs de bataille pour aller retrouver ton épée, ainsi qu'Aaron. La folie commence à doucement gagner ce combat qui semblent désespéré, pour un camp comme pour l'autre.

Les tambours de guerre du Domaine se mettent à résonner, à redonner un peu d'espoir aux soldats, mais ça ne sera pas suffisant. Face à eux se produit un phénomène qu'ils n'avaient encore jamais vu et qui les met dans une situation difficile. La pluie continue d'ailleurs de tomber et le tonnerre gronde.

Aaron, tu as vu le Wyrmvide de foncer littéralement dessus. Tu as pris ton courage, ainsi que ton arbalète, à deux mains, et tu as décoché le dernier carreau qu'il te restait sur la créature qui la reçoit dans son poitrail déjà abîmé. Elle se met à hurler de douleur et au lieu de fondre sur toi comme elle l'avait prévu, elle remonte en l'air en poussant des gémissements. Le soldat à qui tu as donné Gwyar ne sait plus trop s'il doit ou non te laisser seul face à cette créature, mais tes ordres lui ont semblé clair, et il se résigne à y obéir. Il part, te laissant seul avec Wyrnai et le Wyrmvide qui ne va pas tarder à revenir à l'assaut. Tu as également remarqué que ta dragonne avait été partiellement soignée. Tu te rends compte qu'il y a une mage de soin non loin de toi, il s'agit d'une tahora qui porte les vêtements du temple de Thäa. Il s'agit d'une prêtresse. Tu l'as voit concentrer son fluide et tirer un trait de foudre en l'air, ce qui éloigne un instant le Wyrmvide. Elle te regarde un instant... puis s'en va, visiblement pressée, comme si elle avait quelque chose de plus urgent à faire.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 21:13
Chantez ! Que nos voix s’élèvent, quelles fassent taire celles de nos ennemis !

Je me tiens debout les bras croisés sur le torse en fixant le champ de bataille. La ville entière est un océan de chaos. Une mer de sang que seule la pluie drue permet de lessiver dans les profondeurs de la terre. 
Les soldats envoyés à l’ouest et à l’est de la ville sous le couvert des tirs d’artillerie avancent bien, les destructions causées néanmoins pour cette avancée sont sans pareilles et je ne peux que ressentir une large culpabilité de voir les vies de plusieurs civils être démolies sans scrupules pour gagner une bataille sans aucun sens. 
Je reportais mon attention sur le nord de la cité d’où nous ne recevions aucune nouvelle malgré les dizaines de flashes qui montraient bien que des gens se battaient toujours là-bas, dans un camp comme dans l’autre. 
« Les forces noires attaquent nos positions fortifiées ! » Hurlait un messager en arrivant en courant.
Sang et cendre comment sont ils passés entre nos forces ! La réponse est pourtant simple Grégoire, nous n’avons plus assez de forces valides pour établir une ligne de surveillance.
« Je veux le rapport des mages sur place ! Maintenant ! » Je m’exclamais.
Un des mages semblait alors se concentrer fortement et nous relatait les mots de ses frères et sœurs sur le front.
« Les forces noires ne semblent pas vouloir mourir, ils recitent un mantra tout en combattant… On dirait qu’ils n’ont plus d’âme. » Dit-il avec une angoisse naissante.
« Foutaises, tout peut mourir, même les dieux. » Je grognais. 
Alors c’est à ce moment que plusieurs messagers arrivèrent comme si la mort elle-même les poursuivait.
« Les forces noires ont percé les lignes de défense ! »
« Ils sont partout »
« Ils veulent détruire les canons ! »

Je sentis stout mes muscles se bander soudainement… Le son de la pluie m’hypnotisant durant quelques secondes.
« Défendez les canons à tout prix ! Sans l’artillerie, les régiments d’Arakar et de reconquête de l’ouest et de l’est seront massacré ! »
Tout ce qui me restait de soldats, c’est-à-dire quelques dizaines d’hommes se précipitaient vers la ligne de défense pour protéger les canons vitaux pour le reste de l’extermination des hayert’vaal. Moi-même, je saisis un glaive et me mis à suivre mes forces. Plusieurs d’entre eux me supplièrent de rester à l’abri dans la tour de commandement, mais je ne pouvais pas les laisser saigner ici sans moi.
Je fus relégué à l’arrière de la mince ligne de bouclier qui sous une pluie battante attendaient que surviennent les forces noires, pour l’ultime affrontement.
Nous avons entendu leurs mantras sans intonations avant de les voir, petit à petit sortir du rideau de pluie. Leurs armures parfois cabossées, parfois perforées de lance en pleine poitrine, mais ils marchaient encore. 
J’étais épuisé, terrifié, la main serrée sur le manche de mon glaive, la peur s’insinuant comme de l’eau dans la cuirasse de ma volonté rien d’autre ne me parvenait que leurs fichus mantras qu’ils répétaient comme des damnés ! Un mal de tête me vrillait le cerveau comme à la plupart de mes hommes alors que leurs mots et le tambourinement de la pluie ajoutaient à cette saloperie de bruit.

Ils approchaient… Toujours plus près, toujours plus effrayant. Nous commencions à fléchir avant même les premiers coups ! Je pensais une dernière fois à ma famille… À Ayako… J’aurais voulu vivre un peu plus.

Le Chant!:
 

Les armes se levèrent, les boucliers se figèrent… Et tout son de pluie et de mantra se turent soudain. 
Un son de flûte… Puis des tambours… Et une voix, plusieurs, un chant. Le plus beau au monde, il s’infiltrait dans nos âmes et apaisait nos peurs. Pourtant, c’était un chant qui promettait la mort et l’anéantissement à ses ennemis. Devant nous, les serviteurs noirs étaient à l’arrêt et semblaient se préparer à encaisser quelque chose. 
Je me suis tourné… Plusieurs de mes hommes aussi. Nous avons vu… Plusieurs centaines de guerriers et guerrières. Ils portaient des armures en écailles, en nacres de coquillages, des armes aux allures redoutables. 
Alors que nous nous écartions pour faire place, je vis sous les heaumes et les casques des traits que je connaissais. Les traits de Assaila. Une femme en armure d’écaille approchait de moi et retirait son heaume en posant sa main gantelée sur ma joue alors que tous les autres chantaient toujours. 
« Nous prenons le relais, perle de mon cœur. » Soufflais la voix douce de ma tendre Ayako.
Je suis tombé à genoux auprès de mes hommes qui complètement vidé se laissaient allé à des pleurs de soulagement, de tristesse et surtout, nous avons commencé à scander notre propre chant. Tous ensemble en nous relevant, nous avons pris place sur les barricades et les toits pour de toute la force de nos cœurs offrir le plus beau chant de guerre à ces êtres venu des mers pour nous aider à défendre de la terre et des vies.

Le combat entre les guerriers comme Ayako et les serviteurs noirs s’engageait très rapidement et les mantras ne résistèrent pas au Chant. Le Chant qui couvrait leus impie prières, le Chant qui offrait le courage aux guerriers vêtu de bleu qui s’acharnaient sans répit sur les serviteurs. .
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 10:28
This is madness ! :
 

Le son des tambours résonna, tout comme les voix de nos guerriers qui scandaient un dernier chant d'espoir. Un acte désespéré à mon humble avis. Un acte qui n'avait pas le moindre sens face à nos ennemis qui semblaient totalement dépourvus d'émotion. Je me battais dans cette cacophonie de mantras diabolique et de chant guerrier. Pour moi, seul les tambours résonnaient, pour moi, seul ce battement régulier avait du sens. Il était comme celui d'un cœur vivant. J'étais encore vivante, je pouvais donc encore me battre... Tant que j'entendrai ce battement, je n'aurai de cesse de me battre, de trucider mes ennemis.

L'elfin à côté de moi m'était d'une grande aide cela dit. Seule, je n'aurai pas pu tenir face à de tels adversaires. En plus d'être de redoutables guerriers, ils étaient à présent capable de se relever de blessures graves. La décapitation était la seule chose vraiment efficace contre ces monstres. Ils n'avaient plus rien d'arcaëllien... Mais l'avaient-ils déjà été ? Le doute me vint alors... Et s'ils n'avaient jamais été vivants ? Et si depuis le début, ces monstres en étaient vraiment ?

Je hurlais de fureur et à l'aide d'un groupe de guerriers, je perçai les lignes ennemies... avec la plus grande difficulté. Le fait que nous arrivions jusque là fut en grande partie grâce à l'arrivée d'une armée inconnue, nous venant en renfort. Des armures d'écailles et de coquillages, des fluides Dën... une armée venant de la mer ? Je repensais à Ayako, cette femme si douce et qui semblait venir des fonds marins... Serait-elle l'investigatrice de l'arrivée de cette armée ? Probablement... Ce n'est pas pour autant que nous devions terminer le combat, il fallait encore continuer... et je continuais !!

Après moult efforts, je me retrouvais enfin capable d'apercevoir un semblant d'espoir. Mon épée ! Gwyar ! Elle était là, entre les mains d'un soldat étendu sur le sol, les yeux vides de vie. Je me ruais en sa direction et me penchai vers le soldat : le pauvre homme avait perdu la vie en tentant de me ramener mon arme. Je me saisis de Gwyar et à ce moment là, il attrapa mon bras à ma grande surprise.

- Argh... Dites... dites à ma sœur... Dites à ma sœur que je l'aime... Que... Que je ne regrette pas... Dites-lui... Dame Cornwall...
- …
- S'il... S'il vous plait...
- Comment s'appelle-t-elle ?
- Elora Tanis... Elora Tanis... C'est... son nom... Dites lui que son frère Jill... Hurgh... … …
- Jill... Jill !
- …

Il n'y eut pas plus de réponse... Le pauvre homme venait de mourir en me suppliant de transmettre ses dernières volontés à sa sœur. Je déglutis et poussa un cri de fureur, mêlé à du désespoir. Je me mis à foncer face à nos ennemis et à attaquer avec Gwyar comme une démente. L'armée des Assaïlas était un renfort non négligeable, et sans eux j'aurais sûrement trouvé la mort comme tous les autres avec moi. Mais à ce moment là je ne me souciai guerre de cela. A ce moment là, j'étais parti dans une folie meurtrière. Je m'acharnai sur mes ennemis avec démence, frappant alors même qu'ils étaient déjà au sol.

- Crève !! Crève !! Crève !! Te relèves pas saloperie !!!
- Dame Cornwall... glapit le soldat elfin à côté de moi.
- Crèèèèèèèèèèèèève !!!
- Le néant ! Le néant ! Rejoignez... le néant...
- FERME-LA !!! FER-ME-LAAAA !!! hurlais-je en donnant au même rythme des coups d'épée dans la tête du Serviteurs noirs qui gisait à mes pieds, continuant malgré tout à scander son mantra démoniaque.

Des roses rouges... De belles roses rouges... Elles sortaient de sa bouche dans laquelle j'enfonçais mon épée. Elles étaient si magnifiques... Encore !! Encore !!! Des roses rouges... des roses rouges partout !

- Hi hi... Hi hi hi hi ! Ahahahahaha !
- Dame Cornwall ! Arrêtez ! Je vous en supplies... Vous... vous me faites peur...

Je me tournai vers l'elfin et brandis mon épée face à lui.

- Silence... Silence !!! Ce n'est pas de moi qu'il faut avoir peur ! Ce sont ces monstres qu'il faut craindre et haïr... Tuez-les ! Tuez-les !
- Ils... Ils sont trop forts... nous croulons sous leur force et leur nombre... ils se relèvent alors que les nôtres continuent à tomber.
- Plus de roses rouges...
- Pardon ? me demanda-t-il, ne semblant pas m'avoir bien entendu.
- …

Je fis silence, ne préférant pas répondre à cela. Nous avions face à nous la pire des folies... la pire des engeances. Özan était une calamité, un dieu qui était capable de rendre ces arcaëlliens totalement dénués de vie... Özan... et tous les autres dieux... qu'ils crèvent tous... Les dieux... les croyances... tout ceci était un mal qui rendait fous les arcaëlliens ! Si seulement je pouvais débarrasser Arcaëlle de ces dieux...

Je vis alors dans le ciel, passer au dessus de nous un dragon et le wyrmvide. J'ouvris de grands yeux ahuris.

- Aaron... C'est... C'est Aaron ! Il... Le Wyrmvide... AAROOOOON !!!
- Dame Cornwall ! Nous n'avons pas le temps de nous occuper de lui ! Les ennemis sont sur nous !
- Au diable ces monstres ! Au diable ces dieux qui ne font rien et qui nous laissent face à cette engeance damnée ! Qu'Özan et Thäa meurent eux et tous les autres dieux !! Ils nous ont laissé à Özan et ses enfants sans la moindre protection... Ils laissent mourir nos sœurs et frères d'arme !!
- Dame Cornwall...

L'elfin me regarda avec un air quelque peu apeuré. Il commençait à comprendre que j'étais réellement dérangée, que je n'avais pas toujours toute ma tête. Que le pire dans ma folie, c'est qu'il me restait assez de lucidité pour avoir des raisonnements... inquiétants. Mais peu importe... La mort allait se répandre sur le champs de bataille.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 174

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Force, Régénération
Groupes: Domaine
Race: Lorcq
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3


"Des roses... de jolies roses rouges... partout..."

Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 13:05
Le combat avait débuté et le carreau se planta en pleins dans le Wyrmvide. Alors que tu le regardais mugir de douleur, un rayon de foudre plongea vers le dragon du néant avant que celui-ci ne décide de s'éloigner, visiblement blessé par l'attaque. Tournant ta tête tu remarquas l'origine de l'attaque, une prêtresse magnifique qui s'empressa de partir, tu pris la parole, t'attendant à ce qu'elle ne t'entende même pas.

« Eh... Merci...? »

Soupirant, tu serras la tête de Wyrnai qui groula avant de te faire signe de monter. La prêtresse avait donc soignée son aile et ta dragonne était plus que motivée à repartir. Tu pris un air incertain puis repenser aux êtres qui te tenaient à coeur, à cette sabreuse aux cheveux d'or et à la force sur-humaine avec qui tu partageais les larmes et le sang.

« Allons-y ! »

D'un air certains, tu finis par grimper sur la dragonne qui d'un bond s'envola haut dans le ciel. Boneheart t'avais toujours guidé, toujours épaulé, tu allais devoir faire une manœuvre sans lui, pour une fois diriger un dragon seul.

Tu poursuivais alors l'aberration, le ventre contre Wyrnai afin de ne pas la ralentir avec le frottement de l'air. Observant la cible du monstre, tu remarquais bien qu'il fonçait tout droit vers la belle sabreuse, tu devais agir, tu devais faire quelque chose.

« Oh non, il faut l'empêcher... ! »

Tu sentais la vitesse parvenir, c'était maintenant ou jamais. Wyrnai ouvrit ses pattes, dévoilant ses griffes, elle fonça tout droit sur l'imposante créature. Enfonçant avec rage ses griffes acérées et sa queue tranchante dans l'abdomen de la créature pour la faire hurler de douleur.

Serrant tes dents, fixant avec haine la créature, tu savais bien que tu ne ferais pas le poids, d'ailleurs il lui suffit d'un simple coup de mâchoire pour vous éjecter toi et ta dragonne vers le sol. Voyant encore une fois le sol se rapprocher, tu priais Thäa, souriant.

« Je ne regrette rien, si cela peut les sauver... »

Contre toutes attentes, tu sentir les griffes du dragon t'agripper au niveau du torse. Hurlant de douleur, tandis que tu sentais ses puissantes griffes s'enfoncer dans ta chaire, étouffant quelque peu, tu finis par tourner ton regard vers Wyrnai qui elle aussi avait été attrapée. Tendant faiblement ta main, alors que ta vision se brouillait, tu eu à peine la force de dire quelques mots.

« J'ai mal... J'ai froid... Wyrnai... »

Tu finis par t'abandonner à l'inconscience, te demandant si tu allais rejoindre Gar'Haz, qu'il puisse guider ton âme vers un repos mérité.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 135

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Neutre
Race: Tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Fév - 17:23
La mort règne partout autour de vous. Les Serviteurs Noirs ne semblent pas faiblir et même avec ces renforts inespérés, vous avez du mal à les repousser, cependant, vous n'êtes bientôt plus seuls. L'armée du Royaume vous rejoint et vous aide à achever les dernières poches de résistances. Vous avez gagné ! Enfin ! Vous vous en êtes sortis vivants... mais à quel prix ! Tout n'est plus que carnage et désolation autour de vous. Vous avez chèrement défendu votre peau et vos terres.

Grégoire, Anna... vous êtes totalement épuisés suite à ce combat qui vous a directement plongés en enfer. Vous avez vécu de terribles choses, et n'en reviendrez peut-être pas mentalement indemne. Vous aurez sûrement besoin du soutient de tous vos proches... Enfin... pour ceux qui en ont.

Aaron... pour toi c'est plutôt un désastre. Tu pensais pouvoir tenir tête au Wyrmvide, mais malheureusement ton manque d'expérience dans ce genre de combat t'as fait basculer de guerrier à prisonnier. La créature t'as saisi dans l'une de ses serres tandis que Wyrnai se trouve dans l'autre serre. Les armées du Royaume et du Domaine ont tout tenté pour venir à bout de la créature, mais elle a semblé soudainement changer d'objectif. Au lieu de répandre la désolation et la mort, elle s'est enfui à la suite de Lemmy... t'emportant toi et ta dragonne avec elle.

Wasdkioljer est finalement aux mains des alliés. Les troupes du Royaume et celle de la Principauté viennent porter secours à vos propres forces, et déjà une grande section de guérisseurs du Royaume viennent soigner vos blessés. Il reste encore beaucoup de choses à faire, et Wasdkioljer attend d'être reconstruite. La victoire vous est quelque peu amer et vous ne demandez qu'une chose : pouvoir vous reposer.

Les deux chefs des armées du Royaume et de la Principauté, sont présents, ils vont probablement vouloir s'adresser à toi Grégoire, mais pas tout de suite. Il y a encore pas mal de choses à faire avant d'en venir là. Votre plus gros regret, c'est de savoir que Lemmy est peut-être encore en vie, fuyant le champs de bataille.

Peut-être partirez-vous à sa poursuite ? Peut-être y aura-t-il une suite à tout cela... mais ce sera pour une prochaine fois. Vous avez enfin terminé l'Event, bravo chers joueuses et joueurs. Pour vous récompenser de votre participation, je vous offre à tous, comme convenu, 40 points d'expériences que vous pourrez utiliser quand vous voudrez pour ce que vous voudrez. Merci encore pour votre participation, et à la prochaine.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer-