L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Une rencontre intéressante [libre]

 :: Le monde :: Zaï’Lou :: Ouest :: Youëh Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 6 Jan - 16:01
Sous la fatalité de votre regard creux
Ne peut rien et va droit au précipice affreux ;
Et vous êtes aussi toutes trois si jalouses
De tuer et d'offrir au grand Ver des épouses

P.V



Ce qu'elle voulait faire ce soir ? Eviscerer ce Xen qui avait dérobé sa BlackWasp sous son œil ! Le voir se vider de son sang, lentement. Mais elle se répétait. Elle le savait. Alors la Capitaine Phadransie La Noire se contenta de hausser les épaules. Sa bouteille de rhum était terminée. Avant même qu'elle ne put répondre à sa voisine de table, l'Elfin etouffa en rire en dévoilant soudainement ses grandes ailes plumées.

« Moi j'ai bien une idée, de c'qu'on pourrait faire ce soir, toi et moi !

Il fut vite encouragé dans son idée par l'effarement incontrolé de ses deux acolytes, dont l'un, la bouche ravagée par une ancienne épidémie de scorbut dont il avait miraculeusement échappé, et l'autre, un nez de patate écrasé sur sa face garnie de cicatrices faites au couteau, exaltèrent des spasmes bruyants. Les doigts serrés autour de leur verre -ils avaient déjà descendus deux bouteilles à eux seuls-. La Noire parut se désintéresser de cette discussion vide d'interet. Renarde. Renarde. Renarde. Oiseau. Fils de pute.

- Ouais, piaffa l'un des forbans en posant une main caleuse sur la cuisse de Vÿdareen, t'sais, la loi à la Suppure c'est qu'on est régi par le code uniquement quand on est en mer. Dès qu'on touche terre, bah on est comme qui dirait libre ! Pis, c'est que t'es vachement bien roulé, toi !
- Et t'as un sacré cul quand tu chevauches le bsurt !

Ils rirent. La Noire posa la bouteille sur table. Fort. Vÿdareen lui prêtait un bâtiment. Elle mettait le cap sur Port-Suppure trouver son demi-frère. Elle repartait avec une petite flotte histoire d'étaler tout un banc d'oursins sous la plante des pieds de la Reine. Avec de la chance, ces merveilleuses petites boules de piquants iraient se loger jusque sur les couilles du piaf. Elle éructa un sourire tandis, qu'à sa droite, l'elfin, tout en frottant son menton imberbe, expliquait à Vÿdareen.

- D'accord, d'accord, parfois ça bouge un peu. Et c'est pô très légal. Mais c'est notre vie à nous ! Une vie pleine de saveur, de liberté, où chaque jour ne ressemble pas à c'lui qui va suivre ! Bon après c'est vrai, quand ça dure trop, faut savoir écoper. L'tout c'est d'savoir se retirer au bon moment.

Et il éclata de rire !

- Et il se trouve, que pour me retirer au bon moment, je suis très fort ! Ca t'plaira, tu verras. Allez, je t'offre un verre, la belle ! »

Et l'Elfin commanda trois autres bouteilles.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 262

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Jan - 16:35
Je n’avais d’yeux que pour Phadransie, en toute discrétion bien sûr. L’elfin déclara alors avoir une idée de ce que l’on pourrait faire tous les deux ce soir et il se mit à rire avec ses comparses. La Noire ne releva pas mais moi si. Cependant je ne dis rien laissant couler l’affaire. Mais, ce puit à morpions, insista. Il faut dire qu’ils étaient ronds. De ce fait, poliment, je déclinais son offre. Je lui fis comprendre que je n’étais pas intéressée par lui. Par contre si la pirate me proposais un tête à tête dans un lit je ne dirais pas la même chose. Mais elle semblait absorbée par de noires pensées. Je soupirais et vidais mon verre puis pris du fromage et du pain. Mon estomac était un gouffre sans fin. Je me resservis de l’hydromel et savourais le nectar divin distraitement. Je regardais du coin de l’œil Phadransie et l’imaginais nue. Cela titilla mon excitation. J’étais incorrigible…. Il fallait que je me soigne. Tiens, où était Tahiri en ce moment ? Elle, elle viendrait dans mon lit sans discuter. Je vidais mon verre et le remplis de nouveau. Soupirant de plus belle, je regardais fixement La Noire et lui demandais à quoi elle pensait. C’était plutôt direct mais au moins j’escomptais avoir une réponse claire. La porte du bouge s’ouvrit et laissa entrer des gardes. Ils firent le tour de la structure et s’en allèrent. Je remarquais alors, dans un coin, un grand virenpien qui nous fixait d’un œil morose. Je haussais les épaules et retournais sur Phadransie. La pirate ne m’avais toujours pas répondu. Je pris mon verre et le ballais d’une traite. J’étais un peu saoul et joyeuse. Les forbans se mirent à chanter des mélodies pirates. Je trouvais cela fort peu prudent. Cependant, je ne dis rien et tapais en rythme du pied. Je me surpris même à fredonner l’air répétitif. J’attrapais le plateau de fromage et m’en coupais un bout avec du pain. J’avais pris un brie onctueux et doux au goût. J’avalais le tout rapidement et bus. Ma bouteille était à moitié pleine encore. Je décidais d’abandonné le verre et de boire au goulot. Je vidais un tiers du reste de la bouteille en quelques gorgées. Une fois fais, je déposais la bouteille près de moi sur la table et dis :

Alors, qu’est-ce qui occupe ton si bel esprit ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Jan - 18:45
Spoiler:
 



J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie.

Rimbaud



Ayant pourtant saisie entre ses doigts une bouteille d'un rhum de ceux dont ne descendaient pas n'importe qui, la Capitaine La Noire sut fixer Vÿdareen avec morsure. Pas de menace. Pas de haine. Juste les tourments indicibles d'un esprit noir et embrumé par l'alcool. Un esprit que tous les regards, ciblé sur lui, finiraient un jour, peut-être, par transpercer.

« Quoi ? Mon esprit. Ce sont des n..noires pensées, là.

En même temps, sous ses bottes, le sol de l'auberge commençait à devenir instable. Ces derniers jours, en vue de sa convalescence, elle avait beaucoup bu, et le savait. Un luxe qu'elle ne pouvait pas se réserver aussi souvent à bord de son bâtiment. Elle en été la Capitaine. A sa droite et plus loin à sa gauche, l'Elfin et les deux autres enculés entamaient le fameux refrain des marins de la Suppure ! Le chant traditionnel des écumeurs de l'Est, pris et repris par des milliers de chœurs -et de cœurs !- et qu'on pouvait retrouver dans toutes les tavernes de Port-Suppure -ou quasi- le soir lorsque la lune ébauchait dans le ciel un sourire.

Yo ho ho
Souquez, massacrez, déferlez
Putes des Mers
Et faites le comme si vous aviez
L'Enfer d'Veal derrière
Sur le coffre du mort,
Au dessus foi et loi,
Pour l'argent et l'or,
Rien ne nous arrêtera
Ravagons, détruisons, buvons,
Comme dix, cent, ou mille
Scélérats
Le Capitaine vous le dira,
La Faucheuse ne nous connaît pas
En Enfer ou ici Haut,
Nous sommes les Maîtres des eaux
Sur le coffre de l'homme exécuté,
Une bouteille de rhum il a laissé
Yo ho ho


- Quelles genres de noires pensées ? demanda Vÿdareen tout en s'expédiant derrière les dents une bonne lampée d'hydromel.
- Devine.
- Ton navire et le Xen qui te l'a choppé ? avança cette dernière.

Bravo. Tu mérites une médaille. La Noire, sentant la danse de l'arac et de la mélasse dans ses veines et qui l'énervait, brandit au regard de Vÿdareen Loumez son crochet tout en or massif. Elle voulait la faire taire avec ses questions idiotes et sa niaise compassion !

- Tu sais pas ce que c'est toi ! Ho morbleu de merde ! Avec tout le mal que j'me s..suis donnée pour cho..choper ce bâtiment !

Et ça tournait.

- Mais toi, tu sais pas ce que c...c'est.

Sa voisine de table attrape sa bouteille d'hydromel, la but puis la reposa. De l'hydromel ? Ou bien cette chienne tourne au rhum depuis tout à l'heure ? Cela aurait expliqué à Phadransie comment ils avaient réussis à eux cinq à vider presque six bouteilles en quelques heures. Mais fallait dire que Vÿdareen titillait le manger autant que le boire. L'Elfin et Scrudd et Bones, ses deux collègues, de même. La Noire n'avait rien mangé, elle. Vÿdareen déposa une main en apparence amicale sur son épaule :

- Tu vas le récupérer, t'en fais pas. Et puis, au pire, t'auras mon bateau... C'est maigre consolation mais ça sera toujours ça. Une capitaine sans navire ça rime à rien, non ?
- Non, tu comprends pas !

La Noire avait gueulé ! Elle avait frappé sa propre bouteille sur la table, au risque de la briser entre ses doigts aux ongles vernis.

- Je me suis rendue jusqu'à Mar'Baal avec ce bâtiment ! Je me suis enga..gée auprès d'un fils de pute de technomancien afin d'équiper mon navire en navires à gemmes ! Quand ma guêpe elle pique, c'est Mez et Thâ qui viennent faire l'aiguillon ! Quiconque se serait amusé à m'aborder à une portée de pistolet, je l'aurai envoyé dans les flammes de Gar'Haz ! Les bonnettes claquent à l'air. Quand j'la mets sous le vent, on va du lof et je peux presque entendre la quille chanter. Je dois récu..récupérer le Eighth Son et faire péter le Septième Fils...et l'Adopté..Surtout l'Adopté ! Le putassage soit de ces E..Elfes !

Elle finit par soupirer, puis plongea son œil dans celui de Vÿdareen, très serieuse et davantage calme.

- Deux pour cent ça représente quoi, hein ? Sur le Xen. Un doigt ou...une épaule. Un œil p't'etre ?

Vÿdareen répondit à cet accès de colère avec un calme olympien, portant la bouteille à ses lèvres, suçant le goulot au risque d'exciter davantage les chaleurs des trois forbans autour d'elle qui ne la quittaient plus des yeux dorénavant. Elle abandonna enfin sa bouteille, très bien entamée. Et regarda La Noire dans l'oeil.

- Non, je ne comprends pas mais j'essaie. Je comprends ta peine et ta douleur mais il faut que tu remonte sinon tu ne récupérera jamais ton navire. Ecoute, il faut être plus forte que ce maudit Xen et là tu te ferais dépecer en un coup. Il faut que tu te reprenne !

La Noire fut vite secouée d'éclats de rire ! Son rire, tonitruant et crescendo, finit par l'emporter ! Dans le coin de l'auberge, le Virenpien sous un masque austère la lorgnait.

- Le dé..dépecer ? Tout entier ? Whaou, t'es une vraie chienne, toi !
- Je suis pas une chienne.... Je suis juste logique.

La Noire était secouée de vrais spasmes, ses doigts se contractant autour de la bouteille. Sans trop savoir pourquoi, les flibustiers de la Suppure a ses côt"s l'avaient imités. Quand La Noire riait, il était de mauvais augure de rester le visage fermé. Elle s'étouffa un peu, puis parvint à prendre le dessus sur son hilarité, cachant sous sa langue une bonne lampée de rhum.

- Je le dépecerai..Je le depecerai pour toi, promis !
- Je crois que je vais m'arrêter là, répondit d'une voix éteinte son interlocutrice, je vais aller prendre une chambre et dormir.
- Bah alors ? Une bouteille et tu vires la quille en l'air ? C'est p..peu ! J't'ai toujours v..vu bien b..boire, toi !
- La journée a été fatigante, Phadransie, je suis éreintée. Peut-être redescendrais-je dans une heure ou deux.
- Tias pas peur que les deux rigolos viennent regarder sous ta jupe p'dant qu'tu dors ? glapit La Noire tout en soulevant sa jambe par-dessus la table afin de venir poser son talon sur la cuisse de l'Elfin qui n'osa ni gémir de douleur, ni protester.

En même temps, Phadransie s'arc-bouta en arrière, s'appuyant sur cet éborgné de Scrudd comme s'il fut une chaise.

- Qu'ils essayent, je garde toujours mon pistolet près de moi !

Les trois forbans éclatèrent de rire, suivis par Phadransie La Noire, et trouvèrent apparement drole de conseiller à Vÿdareen de bien fermer sa porte à clé et de ne pas dormir sur le ventre ! La Capitaine lança un sourire amusé à Vÿdareen.

- Près, ma belle ! Au plus près !

Lorsque la marchande fut hors de vue, La Noire, toujours affalée sur Scrudd, le pied sur Loss (l'Imberbe comme on disait. Loss, l'Ailé), se nettoya les lèvres et le menton à l'alcool avant de se laisser retomber sur la table !

- Sérieusement Cap'tain ? On peut pas ? On fait ça rapide, on l'zigouille et on jette le cadavre quelque part. C'q'une ville de pd ici de toutes façons, p'sonne s'en rendra compte.

La Noire sourit.

- Vas-y Loss. Tu as carte blanche.

Un instant, l'incrédulité voila le visage de l'Elfin.

- P..Pardon ?
- Bah quoi, l'Ailé ? Tu as perdu tes couilles ou quoi ? Elle te plait, Vÿdareen ? Alors vas-y, prends c'qu'il te plait et arrête de me faire chier. Surtout, surtout. Tu arrêtes de me faire chier !

Ne sachant plus vraiment quoi faire, l'Elfin se leva, tituba. Il se dirigea néanmoins vers les escaliers, se cognant une ou deux fois aux murs. Scrudd et Bones, se jetant l'un à l'autre un regard interrogateur, ne lâchèrent pas des yeux leur compagnon. Jusqu'à ce qu'il joigne les couloirs des chambres.

- Vous verrez, vous deux, cracha La Noire, c'qui arrive aux crétins comme lui qui ont le feu à la queue chaque fois qu'une chopine roule à l'intérieur.

Elle se mordilla la lèvre en souriant.

- Je mise dix écus d'or sur Vÿdareen.

La misé était grande. Néanmoins, Bones et Scrudd auraient bien aimé voir la marchande se cambrer entre leurs cuisses également. Et pour qu'une telle éventualité se produise, fallait bien espérer en la victoire de Loss. Vÿdareen était ivre au point de tomber ivre morte sur son lit. Les deux pirates parières tout ce qu'ils avaient sur Loss.

Loss qui, ouvrant la porte de la chambre, trouva une Vÿdareen quasiment endormie. Et rien de plus raffiné que déboutonner d'une main ferme le haut qui enserrait sa poitrine que la nature avait faite généreuse. Assis sur le lit, il lui caressa le front lorsqu'elle gémit en sentant avant de voir sa présence.

- On se séparera sans doute demain. J'ai vu comment tu r'gardais la Cap'taine tout le long. J'suis pas aveugle, comme c'pouilleux de Scrudd, moi. Tu sais beauté, tu auras pas souvent l'occasion de croiser l'chemin de b..beaux pirates de l'Est comme m..moi. J'ai eu aucune plainte dans ma v..vie. Elles ont toutes aimé et t..toutes, elles en ont redemandé. Et pis moi, moi je vais rep..prendre la mer. C'est bien les voyages en m..mer, mais c'est chiant. On risque de mourir, auss..ssi. Et je toucherai pl..plus une fille avant des m..mois. Alors, t'en dis q..quoi ? Si ça te ra..rassure, je peux te prendre par d..derrière. C'm'est égal, moi. J'suis un g..gars bien. »


Spoiler:
 
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 262

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 11:13
Après une longue discussion, j’avais choisi d’aller m’allonger afin de dormir. J’avais vu avec le tenancier pour la chambre et était montée avec quelques difficultés. Une fois devant la chambre, j’enfonçais la clef dans la serrure et tournais deux fois. La porte s’ouvrit me laissant voir un cadre agréable. Il y avait un lit double qui trônait au milieu de la pièce, je me jetais dessus sentant sa douceur et son moelleux. Je glissais mon pistolet sous mon oreiller et fermais les yeux. Je sentis que l’on déboutonnait mon haut mais ne réagis pas immédiatement. Une main plutôt douce dans le geste me caressait le front. Puis un vois s’éleva :

On se séparera sans doute demain. J'ai vu comment tu r'gardais la Cap'taine tout le long. J'suis pas aveugle, comme c'pouilleux de Scrudd, moi. Tu sais beauté, tu auras pas souvent l'occasion de croiser l'chemin de b..beaux pirates de l'Est comme m..moi. J'ai eu aucune plainte dans ma v..vie. Elles ont toutes aimé et t..toutes, elles en ont redemandé. Et pis moi, moi je vais rep..prendre la mer. C'est bien les voyages en m..mer, mais c'est chiant. On risque de mourir, auss..ssi. Et je toucherai pl..plus une fille avant des m..mois. Alors, t'en dis q..quoi ? Si ça te ra..rassure, je peux te prendre par d..derrière. C'm'est égal, moi. J'suis un g..gars bien.

Je soupirais et fermais la main sur mon arme. Je n’avais pas peur, loin de là. Juste, sa présence me dégoutée. Je n’avais aucune attirance pour lui. Ça aurait été Phadransie, je ne dis pas, mais là…. Je me redressais d’un mouvement souple et collais mon pistolet à gemme mez sur la tempe droite du pirate.

Tu vas dégager de là si tu tiens à la vie. Murmurais-je d’une voix calme et froide. Je ne suis pas ce genre de fille. J’ai ma dignité. De plus, c’est moi qui choisis qui je mets dans mon pieu.

Je me mis debout et m’apprêtais à appuyer sur la gâchette. J’invitais le forban à sortir de la pièce sans geste brusque s’il tenait à la vie. Il pesta et m’insulta de tous les noms qu’il connaissait mais j’en fis fi. Il se leva et se dirigea vers la porte.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Jan - 16:30
Affûtez les couteaux et les sabres,
et bourrez bien le fût des canons.
Il est fini le temps des palabres,
soyez prêts au combat compagnons.

Rohan le Barde



Bones et Scrudd ronflaient depuis quelques longues minutes maintenant, endormis sur la table de bois. Entre les doigts de Bones, la chopine à demi-pleine de rhum qui tanguait contre ses bords. A l'intérieur de celle de Scrudd, plus d'expectorations et de gerbe que de mélasse. Le pauvre avait essayé de dégobiller discrètement. En fait, il avait plus crachoté que gerbé. La Noire s'en foutait pas mal. L'Imberbe ailé, en descendant les escaliers, tirait une tronche qui en disait long sur son infortune. Sans un mot, il avait claqué la porte de l'auberge et s'était rendu aux putes. Scrudd. Bones. Loss. Que des idiots. Ils n'ont aucunes valeurs. C'est de la menue monnaie. Et c'est pourtant tout ce qu'il me reste de ma BlackWasp.

Perdue dans ses pensées, Noire tenta finalement de joindre sa chambre. Mais sous ses pieds, tout tournait. Elle finit cependant par retrouver une Vÿdareen endormie, bouteille de rhum en main, et un couplet entre les lèvres.

Lorsque le passager, sur un vaisseau qui sombre,
Entend autour de lui les vagues retentir,
Qu’a perte de regard la mer immense et sombre
Se soulève pour l’engloutir,

Sans espoir de salut et quand le pont s’entr’ouvre,
Parmi les mâts brisés, terrifié, meurtri,
Il redresse son front hors du flot qui le couvre,
Et pousse au large un dernier cri.
Cri vain ! cri déchirant ! Le Xen qui plane ou passe
Au delà du nuage a frissonné d’horreur,

Et les vents déchaînés hésitent dans l’espace
A l’étouffer sous leur clameur.
Comme ce voyageur, en des mers inconnues,
J’erre et vais disparaître au sein des flots hurlants ;
Le gouffre de Gar'Haz à mes pieds, sur ma tête les nues
S’amoncellent, la foudre aux flancs.

L'enfer d'Veal est plus profond et surtout le naufrage
Plus complet et plus désastreux.
Jouet de l’ouragan qui l’emporte et le mène,
Encombré de trésors et d’agrès submergés,
Ce navire perdu, mais c’est la nef humaine,
Et nous sommes les naufragés.

Pour frissonner d’avoir compris.
Ah ! c’est un cri sacré que tout cri d’agonie ;
Il proteste, il accuse au moment d’expirer.
Eh bien ! ce cri d’angoisse et d’horreur infinie,
Je l’ai jeté ; je puis sombrer !

Elle tomba sur le lit, et se rendit à l'ennemi, abdiquant en abandonnant au sol sa bouteille. Vide.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 262

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Jan - 16:52
Suite à une nuit sans rêve et calme, je me réveillais aussi fraîche qu’un rat mort depuis une semaine. Je salivais à peine. Je m’extirpais du lit et vis Phadransie endormie sur l’autre. Dieux j’la baiserais bien… Non, c’était trop risqué. Je déposais une bourse bien pleine à côté d’elle pour qu’elle s’achète un navire. Je quittais ensuite la chambre et me dirigeais vers les bsurts. Je récupérais les bêtes et montais sur le dos de Nyra. Afin d’éviter que mon mal de tête se propage, je marchais au pas. Le ciel était clément, il ne pleuvait pas. Après quelques heures de chevauchée, j’arrivais à mon domaine. Je confiais les bsurt au palefrenier du lieu et me dirigeais vers ma chambre d’un pas trainant. Drôle d’aventure…. Et drôles de personnages…. Je soupirais en me déshabillant. Une fois nue, je me glissais dans le lit dans les draps en soie.

Quelques heures plus tard, je me réveillais fraîche et dispo. J’allais à mon bureau après une longue toilette à l’eau bien chaude. J’entrais dans mon bureau et vis que rien n’avait bougé. J’avais toujours autant de paperasse à faire…. Je soupirais et m’assis derrière mon bureau rectangulaire. Je pris le premier papier à ma droite et le lue. C’était une demande d’inscription.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaï’Lou :: Ouest :: Youëh-