L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Lun 14 Nov - 22:41
Perdition
- Franchir le point de non-retour -
ft. Ïfercha
Ʃkaemp はは ™

Me tenant fièrement à la proue du navire, je fixais l’horizon. C’était en tout cas ainsi que j’avais passé une partie du voyage en direction de Zaï’Lou. Après les évènements de Wasdkioljer, j’avais immédiatement embarqué afin de me rendre sur Zaï’Lou, à la recherche de cette lance maudite.

Après avoir échappé de peu à la mort, je m’en allais vers une autre mort, mort qui avait bien plus de chance d’être effective. Malgré tout, et surtout l’appréhension, je restais déterminer. Rien ne pourrait me détourner de mon objectif… Bon… D’accord… Si je rencontrais une charmante Xen, y aurait des chances pour que cette lance attende ma venue encore un moment, mais mit à part ça, je ne me détournerais pas de ce qui semblait être mon destin…

J’ai toujours été de ceux qui pensent que le destin n’est pas écrit d’avance. Que nous en sommes seuls maître, qu’il se module selon nos actes… Malgré cela, je ne peux m’empêcher de penser que certains évènements ne peuvent être évités… Ma destinée fut de retrouver l’une de ces armes, aussi dangereuse soit-elle. Au péril de ma vie, je me devais de faire en sorte de tenir cette arme de malheur loin des mains malintentionnées.

Maintenant que j’y repense, j’aurais beau dire ce que je veux, faire le beau aussi longtemps qu’il me plaît, je ne pourrais jamais nier la vérité… La dure vérité… Etait que j’étais effrayé. Oui. Vous avez bien entendu. Ethan Eisherz, le fou de guerre, le suicidaire souriant, le sage inconscient, celui qui n’hésitait pas à se trouver en première ligne en dépit du danger, ce même Ethan qui, il y a à peine cinq jours désormais, avait sauté par-dessus ses alliés, les motivants, qui avait presque ri aux éclats face au plan plein d’audace de Grégoire Boisdefer, seigneur du marais de la Ghyuerf, cet Ethan dont on chantera peut-être l’insouciance. Oui… Cet Ethan qui commençait à être reconnu était transi de peur, tétanisé par la destinée qui l’attendait.

J’ai accosté à Huiran dans le nord de Zaï’Lou… Où était cette lance ? Je n’en n’avais aucune idée, je m’étais seulement laissé porter par les vents, eux-mêmes dirigés par la volonté des dieux. Accompagnant un convoi marchand en direction du sud en passant par l’est, la question qui me fut le plus posée fut celle-ci :

« Vous allez bien ? Vous êtes tout pâle et n’avez pas bonne mine. »

Ces seuls mots me permettait de garder les pieds un minimum sur terre. Je ne devais inquiéter personne, je répondais que j’avais juste du mal à dormir ces derniers temps… À cause d’une peine de cœur et de cauchemar… C’était en riant que l’on me répondait que ça allait s’arranger, ce à quoi je leur répondais d’un simple sourire amical malgré mon mal être intérieur. Comment répondre en toute sincérité que je marchais vers une mort certaine ? Impossible. Je ne pouvais m’y résoudre.

Mon chemin s’éloigna alors de ce convoi, je compris alors que l’heure fatidique arriverait sous peu. Le convoi préférait éviter la cité en ruine de Hazeben. Même si elle est le refuge de quelques voyageurs, elle serait également devenue bien moins sûre ces derniers temps. Ces paroles m’affirmèrent ma crainte… Ma destinée… Mon devoir… Ma mission… Elle était là, je n’avais désormais plus aucun moyen de faire marche arrière. Si je tournais les talons, je ne pourrais plus me voir en face… Je jetai rapide coup d’œil aux protège-bras que j’avais gardé en souvenir de Wasdkioljer… Puissent-ils me sauver la vie.

Je m’avançai parmi les bâtiments délabrés et déserts… Dans l’ancien quartier où je me trouvais, il n’y avait pas un chat… Personne ne vivait ici… Personne ne s’était abrité ici… Continuant mon inexorable marche, mon chemin me fit finalement débouché sur une ancienne place de marché. Malgré une végétation abondante, la vue n’était pas obstruée et les mouvements n’étaient pas gênés… Un magnifique lieu pour un combat… Ou une exécution… Inspirant et expirant à fond comme si cela allait me redonner du courage, j’allais reprendre ma marche lorsqu’un rire faible se fit entendre.

Mon regard se porta vers l’autre côté de la place. Un individu en armure s’avança lentement. Une de ces mains tenait une lance tandis que l’autre tenait sa tête comme s’il souffrait. Je restais parfaitement immobile alors qu’il vint se placer face à moi, laissant un espace de dix mètres au moins entre nous. Je le fixais, sur mes gardes, prêt à réagir en cas de besoin… La peur s’insinuait dans la totalité de mon corps… Ce type… Il avait totalement perdu les pédales… Etait-ce la cause de l’arme ? Ou n’a-t-elle fait qu’empirer son cas ? Alors qu’instinctivement, j’avais pris ma posture de combat, l’autre se mit à rire comme un dément.

«  HA HA HA ! HA HA HA ! ENCORE ! ENCORE UNE ÂME EN PEINE À SOULAGER DE SON FARDEAU ! HA HA HA HA HA HA !!! »

Etait-ce si visible que ça ? Ma peur… Je n’eus pas l’occasion d'y réfléchir plus amplement que l’armure fonça dans ma direction. La pointe de la lance fila dans ma direction. Je devais absolument éviter la moindre égratignure ! Sinon c’est la mort assurée ! Malgré tout, j’étais tétanisé et ne parvint qu’à faiblement interposer mon bras sur la trajectoire de l’arme maudite. Le métal mortel fit mouche. Merde ! J’ai merdé ! Je vais crever ! Merde ! J’aurais tellement voulu trouvé une Xen à épousée avant… Désolé tout le monde… C’est la fin…

Fermant les yeux tandis que je basculais en arrière à cause de l’élan du coup, je restais parfaitement immobile. L’autre riait encore aux éclats. Mais l’un comme l’autre nous cessions bien vite ce que nous faisions. Rouvrant un œil, j’aperçu le protège-bras du Domaine perforé, mais qui avait tout de même empêché l’éraflure mortelle. Ha ha ha… Le Domaine ne cessera de me surprendre.

Vexé par le fait que j’ai été en mesure de survivre à un coup censé être mortel, l’individu en armure balança une nouvelle fois la lance dans ma direction. Cependant, il était temps pour moi d’arrêter d’avoir peur. Cette fois, son coup fut paré. J’affichai alors un large sourire satisfait. Me donner de l’assurance, c’est ce que je me devais de faire si je voulais gagner… Si je voulais survivre. Contre-attaquant, la pointe de ma lance rencontra la hampe de l’arme maudite. Sans attendre, je fis immédiatement pivoter mon arme afin d’asséner un coup de hampe dans les côtes de mon adversaire.

Bien que l’armure stoppa en partie le coup, il avait dû le sentir passer, je ne m’arrêterais pas en si bon chemin. Esquivant de peu la pointe inférieure de la lance maudite, ce fut mon talon qui vint frapper dans l’articulation du genou gauche. Posant un genou à terre, il bloqua l’attaque visant sa tête au travers de la visière de son casque. Me repoussant, il planta la pointe supérieure dans le sol en s’adressant à moi.

« TU N’ES PAS UNE ÂME EN PEINE ! MAIS UNE ÂME DAMNEE ! ET LES ÂMES DES DAMNEES NE CONNAITRONT QUE L’ENFER ! »

Quatre ou cinq Hytrez sortirent de bâtiments proches. P’tain… Ce n’était pas prévu qu’il y aurait des morts par ici… Alors que l’autre possédé riait comme pas possible, les créatures putréfiées se rapprochèrent. Me mettant à rigoler à mon tour, je perforai sans hésitation le crâne d’une des créatures mortes. Cependant, l’autre malade avait décidé de revenir s’amuser. Mettant un terme aux souffrances d’une seconde créature, je déviai l’assaut qui manqua d’être meurtrier pour moi et qui le fut finalement pour un autre hytrez qui approchait.

Bien… Il ne restait plus que ma cible et deux sous-fifres. Bon… Ça devrait le faire. Invoquant une sphère électrique grâce à mon fluide. Ma main fila aussitôt que la sphère fut formée en direction du type en armure. Il interposa la pointe de la lance sur la trajectoire de ma main. Manquant de m’y blesser, ma main glissa le long du plat de la pointe à mon grand soulagement. Finalement, ma main fut utilisée afin d’éviter la morsure d’une créature morte-vivante alors que je parvins tant bien que mal à pourfendre l’autre créature.

Donnant un coup de pied dans la main du malade en armure alors qu’il relevait cette dernière, je poussai la créature morte au sol avant de bloquer de justesse un nouveau coup de mon adversaire. La pointe était bien trop proche de mon visage, ce n’était pas bon. De plus, il forçait sur ma garde en espérant me faire céder, si bien que je me rapprochai de plus en plus du sol. De ma main libre, je cherchai un moyen de me tirer de ce mauvais pas. La solution apparue sous la forme d’une pierre que je vins fracasser contre le heaume de mon adversaire.

Il bascula sur le côté, sonné. J’en profitai pour me redresser tant bien que mal. Alors qu’il allait tenter de me faucher les jambes avec la hampe de son arme, je me hâtai d’abattre la pointe de ma lance sur sa gorge en trébuchant à cause du stress de la situation. Le type semblait ne pas en revenir. Bien qu’il semble s’agir d’une victoire sans préavis, je ne pus m’empêcher de m’assurer que ma lance était correctement plantée, triturant la blessure déjà sévère, je considérais que ce fut bon lorsqu’il tenta d’ôter mon arme à l’aide de ses deux mains.

Je reculai de quelques pas, n’y croyant pas moi-même. Alors que l’autre agonisait dans un concert de gargouillis sanglant, je me laissai tomber par terre. J’y étais arrivé… Par tous les dieux… J’avais réussi à vaincre cet enfoiré… Je restai ainsi au moins deux bonnes minutes, histoire de me remettre de mes émotions, car le plus dur restait à venir…

Lorsque je pensai être prêt, je relevai mon regard, le portant sur la lance gisante aux côtés du vaincu. Je m’approchai à pas lent de l’arme maudite… J’étais ici pour ça… Mais étais-je vraiment prêt pour ça ? Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir. Je me penchai, attrapai la lance et reculai de quelque pas… Hmm… Elle était plutôt bien équilibrée… Les pointes semblaient être parfaitement aiguisées… Et puis… Et puis… Puis…

P’tain… Ma tête… C’est comme… Comme si elle allait explosée… Argh… Mal… Ça fait un mal de chien… P’tain… C’est pas possible que ça fasse autant mal… Portant d’abord une main… Puis l’autre… Puis posant un genou à terre… Puis l’autre… Puis… Puis….

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!! »

Je me tenais la tête, le regard fixer dans le vide du ciel. Ma tête ! Elle allait explosée ! Mon cri de douleur semblait interminable, mais je m’écroulai lorsque la douleur devint insoutenable. Mon regard dans le vide, je semblais être mort… Est-ce que je l’étais ? Non… Je ne pense pas.

« Ha… Ha ha… »

Non… Je ne le suis pas…

« HA HA HA HA HA HA HA !!! HA HA HA HA HA HA HA !!! »

Je basculai sur le dos en commençant à rire comme un dément, mon regard semblait être celui d’un fou et le sourire que j’affichais était des plus malsains.

Je me redressai subitement, sans arrêter de rire, sans quitter mon regard dément, sans  arrêter d’afficher ce sourire malsain. Me relevant petit à petit, je voulu mettre à marcher, mais ma tête me fit à nouveau mal… Qu’est-ce que… Qu’est-ce que c’était ? J’ai… J’ai perdu l’esprit ? Alors qu’il s’agit de la première fois que j’ai cette arme en main ? C’est… C’est mauvais signe… C’est…

* C’est plutôt pas mal ici… Y a pas mal de place, je crois que je vais m’installer ici… *

Que… Hein ?

* Eh ben… J’comprends pourquoi j’ai d’la place moi…*
« Qui est là ? Montrez-vous ! »
* Nan, mais arrête de tourner en rond comme ça. Ça me fait pitié et tu vas me filer la gerbe.*


Lui filer la gerbe ? Si je réfléchis deux secondes à tout ça… Cela voudrait dire…

* C’est bien champion ! T’as enfin trouvé !*

Dans ma tête… Y avait quelqu’un dans ma tête… Et pas n’importe qui je crois… Mon regard se posa sur la lance maudite que je tenais encore en main. Elle était dans ma tête…

* P’tain qu’est-ce que j’ai la classe quand même comme lance !*
* Comme on risque d’être ensemble un moment, quel est ton nom ?*
* Woh ! T’as cru quoi là ?! J’suis peut-être un démon, mais j’respecte la politesse moi ! ‘foiré va !*
* Ça va ! Te vexe pas pour si peu… Moi, c’est Ethan Eisherz…*
* Ethan, hein ? J’vais t’appeler Eth’. Bon… Pour te faire plaisir. Moi c’est Ïfercha. On m’appelle aussi : « Celui qui dévore ». La classe, hein ?*


Ïfercha… Celui qui dévore… La lance maudite d’Özan… La première étape de notre plan avait été mise en place… À présent… Espérons que je ne perdre pas les pédales. Me retournant vers l’adversaire que je venais de vaincre, j’entends Ïf lâcher un : « Tss… ‘spèce de faible… » Dégageant mon ancienne lance du corps, je me rendis au centre de la place et y planta la lance. Ïf reprit alors la parole.

* Faite Eth’… Voilà mon cadeau de bienvenue.*

Je n’eus pas le temps de me demander ce qu’il voulait dire qu’une douleur lancinant me traversa le bras droit. Crispant le bras douleur et le tenant au niveau de l’articulation du coude de mon autre main, la douleur persista plusieurs seconde avant d’enfin ce dissiper. Ôtant mes affaires afin de voir de quoi il en retournait, je fus stupéfait par ce que je vis : La totalité de mon bras, du bout des doigts jusqu’à l’épaule, était couvert par une sorte de tatouage à l’allure pierreux donnant à mon bras l’aspect d’un bras d’hytrez.

* T’es désormais marqué… Tu ne pourras pas cacher l’emprise que j’ai sur toi… En espérant que notre… « Collaboration » soit longue et fructueuse.*

Pff… Collaboration, tu parles… Mais bon… À présent, il me faut retrouver Tahiri pour la prévenir…

Hors-sujet.

Niveau 1
avatar
Je suis dispo pour : 1/2 Rp
Expérience : 200

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Ka
Groupes: Royaume
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 1


Ïfercha, celui qui dévore
Ethan : #ccff99
Ïfercha : #ffff99
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Zaï’Lou :: Est :: Hazeben-