L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

[Event] Attaque sur Wasdkioljer ! - à l'intérieur des murs

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 7 Nov - 18:59
Wasdkioljer, citée siège de l'Intendance du gouvernement des lykosims, Capitale de l'Ouest de Kaïl, imposante en taille et en architecture. De nombreuses académies et de nombreux temples se trouvent derrière les remparts de cette ville à la culture richement développée. Il s'y trouve même une arène, vestige de l'ancien Empire qui gouvernait presque tout Arcaëlle. Elle était autrefois resplendissante, glorieuse et la vie s'y déroulait très agréablement. Mais depuis quelques temps, elle est le théâtre d'un important conflit entre les adorateurs d'Özans et les forces du gouvernements. L'Alpha ayant abandonné cette partie d'Arcaëlle, L'Ouest de Kaïl fut livré à lui-même.

Wasdkioljer étant menacée par les Hayert'Väals, son Intendant décida, sans que cela ne s'ébruite à travers le pays, de pactiser avec les Serviteurs Noirs afin de maintenir une paix illusoire. Des gens furent enlevés à leur foyers dans la discrétion la plus totale et les familles des forces en place furent menacées pour obliger les hommes et femmes de l'armée de Wasdkioljer à obéir aux exigences des Serviteurs Noirs, laissant ainsi les Hayert'Väals agir à leur guise dans tout l'Ouest de Kaïl.

Les troubles grandirent dans la région et seule une force réussit tant bien que mal à se lever contre cette menace : Le Domaine. Dirigé par un ancien mercenaire du nom de Grégoire Boisdefer, cette force finir par croître, alimentée par la venue de réfugié et par la volonté de fer du nouveau seigneur improvisé de luter contre la menace qui planait sur ses gens. Tous respectaient son courage et sa détermination, et même s'il fut parfois dépassé par les événements, Grégoire Boisdefer réussi à fédérer l'Ouest à l'aide de sa famille et de talentueuses personnes telles qu'Anna Cornwall.

Il fut également rejoint par Ethan Eisherz, un mercenaire faisant parti du Clan des Corbeaux de Zaï'Lou, une guilde cherchant à trouver les armes maudites d'Özan et les mettre en sécurité, loin de mains inexpérimentées ou mal intentionnées.

Suite à un voyage pour mettre la main sur un grimoire qui pourrait l'aider à affronter les Hayert'Väals, le jeune seigneur du Domaine fit aussi la connaissance d'une jeune apprentie magicienne du nom de Lumanaia Hedera qui accepta de l'accompagner pour lui venir en aide. Si elle n'était pas doué pour se battre, l'elfe était en revanche une guérisseuse de talent et promis de mettre tout en œuvre pour soigner le plus grand nombre de personnes.

Mais il n'y avait pas que ces personnes là pour aider Grégoire Boisdefer dans son incroyable entreprise : Sëya Nazen, une noble mzékils de Cescan, et surtout fille de Thaä, avait traversé océans et terres pour combattre les Hayert'Väals à ses côtés. Elle était accompagnée d'un groupe de mercenaires d'élite, qui étaient prêts à donner leur vie pour mettre fin à la menace que représentaient les adorateurs d'Özan en Kaïl. Il y avait également à ses côtés Morianne, une mzékils éperdument amoureuse d'elle, druidesse et messagère de Thaä, qui avait déjà combattu du côté du Domaine. Ensemble, ils déjouèrent les plans des Serviteurs Noirs qui avaient investi Wasdkioljer, et mirent Saladin, le chef de ces Serviteurs, en déroute.

Malheureusement, lors de la libération des otages de Wasdkioljer, la druidesse disparut lors de sa poursuite contre Saladin qui s'avéra être son père biologique. Elle se retrouva donc dans le repère secret des Serviteurs Noirs et fut maîtrisée par ce dernier alors qu'elle perdait peu à peu son statut d'Arcaëllienne. Elle se changea en monstre, avide de sang et de destruction, et seul son amour pour sa dulcinée faisait qu'elle avait encore ce diamant de lucidité en elle. Elle fut également soutenue secrètement par Thaielsen, un prêtre et fils d'Özan, lui-même opposé aux violences exercées par ses confrères adorateurs. C'est ainsi que dans l'ombre, les deux nouveaux alliés se mirent à comploter contre les plans maléfiques de Saladin.

Après une réunion secrète, organisée par le chef des Serviteurs Noirs, Lemmy Mördenmeister, fils d'Özan et chef autoproclamé des adorateurs d'Özan, accepta de coopérer avec ces derniers et réunit donc toutes les forces en sa disposition pour frapper un grand coup la capitale de l'Ouest de Kaïl. Profitant de cet assaut, Saladin et ses frères feraient irruption en plein milieu de la ville pour obliger les forces du Domaine à plier. Tout ceci aurait pu être une réussite si Morianne n'avait pas alerté Sëya des intentions des adorateurs via un artefact leur permettant de communiquer à longue distance.

Le gros des forces du Domaine fut donc mobilisé à Wasdkioljer afin de contrer cette menace. Mais il manquait cruellement d'arcaëlliennes et d'arcaëlliens pour faire face à une telle puissance armée. Sans alliés possédant une grande armée, Le Domaine risquait bien de perdre cette bataille, même avec une stratégie ingénieuse et ils ne pourraient compter que sur leur courage et leur détermination pour triompher. Est-ce que les forces des autres patries allaient-elles intervenir ? Est-ce que Le Domaine serait livré à lui-même ? Est-ce que leur seule bravoure allait-elle suffire à sauver Wasdkioljer et ses habitants ?

Seuls les dieux semblaient le savoir. Allaient-ils eux aussi intervenir ? C'est ce qui sembla être le cas ce matin là. Le jour s'était levé, mais le ciel était presque aussi sombre qu'une nuit sans lune. Des nuages noirs obscurcissaient la voûte céleste, et l'on sentait déjà le tonnerre gronder dangereusement, prêt à frapper de sa foudre. Gadvaoi semblait visiblement être le triste témoin de cet affrontement et l'on pouvait aisément ressentir sa détresse face à tout ça. Le vent soufflait furieusement, et la pluie n'allait sûrement pas tarder à tomber en un triste déluge. Au loin, venant du Sud et de l'Est, les forces des adorateurs d'Özans marchaient inexorablement vers la capitale. Une marée d'arcaëlliens et d'arcaëlliennes, nourrissant de sombres idéaux, avançait vers les murs de la citée, rugissant et beuglant tels des sauvages, assoiffés de sang, de combat et de mort.

Face à eux, les armées du Domaine, peu nombreuses mais prêtes, rangées, et commandées par des personnes prêtes à donner leur vie pour sauver les innocents qui se trouvaient derrière les murs de la citée. Ils étaient prêts, ils attendaient leurs adversaires de pieds fermes. Ils savaient déjà que malheureusement, avec un temps pareil, leurs archers et armes de siège seraient inefficaces dans de telles conditions climatiques. Mais il en allait de même pour les Hayert'Väals dont les archers et catapultes, verraient leur efficacité réduites. Les magiciens des deux côtés n'étaient même pas sûrs de pouvoir lancer des sorts correctement sans risquer qu'ils ne soient déviés par la force du vent qui soufflait en rafales tourbillonnantes.

Volant au-dessus de cet étrange spectacle, secoué par les vents violents dans tous les sens, un étrange quatuor observait tout cela d'un œil inquiet. Aaron Lycen, un tahora et fils de Thaä, ancien membre de la guilde des marchands des Zaïans, se trouvait sur le dos de sa fidèle dragonne Wyrnai, accompagné d'un autre dragonnier, Boneheart Valius, un elfe vieux de plusieurs siècles, chevauchant lui même un dragon du nom d'Elbars. Ils semblaient indécis, ne sachant que faire. Devaient-ils participer à cet affrontement ou en rester spectateurs ? Les dieux décidèrent pour eux, car le pouvoir d'Aaron lui permettait d'entendre la voix de ces derniers. Une voix masculine s'était manifestée à lui et l'avait emmené jusqu'ici, lui exprimant les mots suivants : « Fils de Thaä, toi qui a été victime de la fourberie des Hayert'Väals, il est temps pour toi d'obtenir ce que tu désires : la vengeance ! Vas à Wasdkioljer, et affronte tes démons ! Affronte les armées de Lemmy, le fils d'Özan, celui qui s'est rendu coupable de ton malheur. Il est le chef de ceux qui t'ont arraché les ailes ! »


Les participants à la bataille ayant lieux à l'extérieur des murs sont les suivants :

Forces du Domaine :
PJ : Sëya Nazen, Lumanaia Hedera
PNJ : Équipe de Sëya (Yërith, une humaine, prêtresse de Thaä qui maîtrise dën, thâ et äan, Sazan une elfe prêtresse de Ge-Ban, Brohmac un guerrier lorcq sage mais impitoyable, Maïa une tahora qui maîtrise ka et äan mais plus douée pour le support, Amaya une guerrière lorcq qui maîtrise une hache à deux mains, Fänny une humaine qui se bat avec une épée fine et maîtrise le fluide mez, et Hùlikcz un xen maîtrisant la métamorphose.), un contingent du Domaine principalement composé de mages et Saya.

Hayert'Väals :
PJ : Morianne, Thaielsen
PNJ : Saladin, les Serviteurs Noirs


Hayert'Väals :

Vous êtes du côté des Hayert'Väals, et plus précisément, vous participez à l'attaque des Serviteurs Noirs à l'intérieur des murs grâce à leur portail. Vous avez pour mission de tuer tout ce qui bouge, de capturer Sëya vivante et de réduire Saya, une ancienne membre des Serviteurs Noirs et traîtresse, au silence. Vu que vous êtes ceux à lancer l'assaut, vous serez les premiers à intervenir. Vous savez que des portails seront ouverts un peu partout dans la ville, que vous n'atterrirez pas tous au même endroit.

Morianne, tu es la fille de Saladin, et de plus tu es sous l'influence de ta nature démoniaque. Il a décidé que tu serais leur meilleur atout, tu seras la première à agir, sachant que tu es téléporté dans les quartiers de l'intendance, là où Saladin se trouvait avant que Sëya et toi ne mettiez fin à ses intrigues.

Thaielsen, Saladin compte sur toi pour garder sa fille sous contrôle. Il a fait donc en sorte que vous soyez tous les deux téléportés au même endroit. Étant donné que tu as la charge de faire équipe avec elle, et que vous avez tous les deux prévus de changer de camps quand l'occasion se présenterait, tu devras donc agir juste après elle.


Forces du Domaine :

Vous voici à présent au sein des murs de Wasdkioljer. Vous qui êtes du côté du Domaine, vous vous êtes préparés à accueillir les Serviteurs Noirs avec un contingent du Domaine constitué principalement de mages sous couverture. Vous n'aviez plus vraiment de raison d'utiliser Saya, une Servante Noire que vous avez capturez, comme appât, puisque vous saviez à présent de source sûre que les Serviteurs Noirs viendraient d'eux-même. Vous avez toutefois mis le plan à exécution afin de diviser les Serviteurs Noirs sur leurs objectifs. Ils sont à présent à la poursuite de Sëya et de Saya. Il ne s’embarrasseront pas de la lorcq, et la tueront sûrement sur le champs dès qu'ils en auront l'occasion, mais vous savez qu'ils désirent capturer la fille de Thaä vivante. Vous avez également réussi à convaincre Saya de jouer les appâts. Elle est dans votre camps… mais pour combien de temps ? Vous ne savez pas si vous pouvez lui faire confiance mais elle est sous bonne garde et personne n'hésitera à l’exécuter si elle joue un peu trop les rebelles.

Sëya Nazen, tu es la cible des Serviteurs Noirs, ils veulent te capturer. Tu te trouves dans la même demeure que Saya, comme le plan que tu as échafaudé avec Grégoire le prévoyait. Ton groupe d'élite se trouve avec toi, tous habillés en nobles de Wasdkioljer mais prêts à dégainer leurs armes. Tu sais également qu'il y a des mages dans les environs et qu'ils n'hésiterons pas à vous aider en cas de conflit. Tu seras la troisième intervenante à chaque tour.

Lumanaia Hedera, tu es arrivée jusqu'ici car tu as suivi Grégoire Boisdefer et qu'il avait besoin de toi pour lutter contre la menace Hayert'Väal. Tu as littéralement la trouille de ta vie parce que tu n'as jamais connu des affrontements pareils. Seulement tu as décidé de lutter contre cette peur, car au-dessus de cela, tu es une arcaëllienne qui veut faire ses preuves et lutter pour le bien commun. Tu te dis également que tu en apprendra sûrement beaucoup lors de ce combat. On t'a assigné à la protection de Sëya parce qu'on connaissait tes talents de magie de protection et de soin. Grégoire a totalement confiance en toi et est persuadé que tu pourrais changer la balance en leur faveur. Tu jouera juste après Sëya que tu dois assister tout comme les autres membres de l'équipe.

Le MJ interviendra à chaque début de tour, ce sera ensuite aux cinq intervenants de faire leurs actions. Un nouveau tour débutera donc après l'intervention du MJ. Pour le moment, le MJ vient de finir son intervention. Je vous laisse donc intervenir dans l'ordre que je viens de donner juste au-dessus et que je redonne si après :

Morianne
Thaielsen
Sëya Nazen
Lumanaia Hedera
MJ
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Nov - 22:31
Nous étions là, debout, dans l'ombre de ces sous-sols dans lesquels nous avons passé des semaines. Je ne me souvenais plus combien de jours s'étaient écoulés exactement, et je crois que j'en devenais folle. Mon moral était au plus bas, je vivais comme un parasite, suçant le sang de Thaielsen pour me nourrir. Je n'en pouvais plus de cette vie, je sentais que mon esprit était confus, que je perdais pied avec la réalité. Qui étais-je à présent ? Morianne ou Badb ? Seule ma liaison télépathique avec Sëya me maintenait dans un équilibre mental précaire. Je voulais en finir avec tout ça, je voulais que tout cela s'arrête… et ça serait bientôt le cas. Nous étions là, face à Saladin qui préparait le portail que nous allions emprunter. Il y avait quelques Serviteurs en armure avec nous. Les autres emprunteraient d'autres portails, arriveraient dans d'autres lieux. Mais nous avions tous le même but : détruire la ville, tuer le maximum de personnes, et mettre la main sur Sëya.

J'avais si hâte de la revoir… si hâte que mon sang bouillait. J'aurai détruit le monde, rien que pour être avec elle. Thaielsen s'était fait en revanche de plus en plus silencieux, de plus en plus froid et distant. Était-ce cette mission pour acquérir l'arme maudite d'Özan qui l'avait ainsi changé ? Il avait sûrement dû l'obtenir, il avait sûrement besoin de lutter contre l'esprit maudit de cette arme pour ne pas céder. Les stigmates sur son visage étaient en tout cas la preuve qu'il avait réussi sa mission, qu'il possédait cette arme destructrice. Je ne savais laquelle, il l'avait caché dans une étoffe de tissu, mais elle était belle et bien là.

Saladin me jeta un dernier regard au travers de son casque et le portail s'ouvrit finalement face à nous. Toujours aussi froid, toujours aussi peu accueillant, mais nous fûmes bien obligés de l’emprunter. Le froid fut une morsure intense quand nous entrâmes là dedans, et nos esprits s'embrouillèrent légèrement. Après ces quelques secondes désagréables, je sortis de cet infernal tourbillon de glace. Il y avait là des soldats qui nous attendaient, des hommes et femmes du Domaine. Ils prirent peur en me voyant et hésitèrent à lever les armes contre moi tandis qu'il tremblaient de froid… mais aussi de terreur face à mon aspect démoniaque.

Saladin sorti à son tour du portail et me vis hésiter. Il gronda alors, d'une voix puissante et ferme.

Tue-les !

Je hurlai, mon esprit me criant de ne pas leur faire de mal, mais je n'avais pas le choix… Ils étaient là, au mauvais moment, au mauvais endroit. Que Thaä me pardonne… que Gar'Haz et Jurk aient pitié de leurs âmes… Que Thaä ait pitié de moi… Je fis un geste du bras et invoquais alors des pieux faits de ténèbres gluants qui foncèrent droit sur les hommes du Domaine et les abattirent comme de vulgaire gibier. Je sentais mon âme se déchirer et appeler au-secours. J'implorai Sëya, Thaä… le monde entier de me pardonner pour cet acte cruel.

Bien joué, Badb !
SILENCE, Serviteur Noir ! JE suis la créature des abysses ! JE décide qui je dois tuer et quand ! Ne me donne pas d'ordre !!! lui hurlai-je dessus.
Je vois que tu prends enfin conscience de ton véritable rôle… c'est très bien, Badb !

Il semblait plus que satisfait. Au loin nous entendions déjà les autres portails s'ouvrirent et les combats commencer dans la citée. Tout était en place… J'espérai sincèrement que je n'aurai pas à tuer d'avantages de mes frères et sœurs… Je ne le supporterai jamais.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Nov - 15:24
* J'ai si faiiiim... *

« Näzver, patience, tu te repaîtra très bientôt, mais on doit attendre encore un peu... »

La semaine avait été très longue, les jours lacérant. Tu subissais les plaintes de ton armes tous le temps. Tu prenais peur de toi-même et gardait tes distances, restant enfermé dans cette chambre en tentant d'aller contre la volonté de Näzver.

Parfois, Morianne venait te réclamer du sang, la pauvre était affamée et refusait encore de tuer les simples serviteurs. Tu avais remarqué mais elle prenait en moins grosse quantité qu'avec les serviteurs, peux-être prenait-elle la force de contrôler faim, à moins que ton sang ne sois que plus nourrissant. Tu ne savais que te taire, elle ne devait pas entendre tes plaintes ou discusser avec Näzver, c'était le seul moment où tu te taisais et ignorais ton arme, quand Morianne était ici.

Finalement le jour fatidique arrivas et tu étais face à ce portail. Tu détestais tant les portails, rien que les sentir te faisais frémir. Tu craignais encore plus de part la présence de Näzver. Soupirant alors que Morianne et Saladin avaient traversé le portail, tu fini par les suivre. Tandis que tu entendais des personnes se faire massacrer par le désir de Saladin, tu tentais de reprendre tes esprit, bon sang que tu haïssais ces foutus portails !

Tu repris tes sens et Babd défiais son père violemment, ce qui ne faisais que plus amuser Saladin, riant fortement. Tu soupiras en posant Näzver sur le sol, le bas de l'arme contre celui-ci tandis que le haut voyant le plafond.

* Fais moi sortir, alleeeeeez ! J'ai envie de manger ! //*gémissement*// Laisse moi manger la femme, et celui qui la commande aussi, ils ont l'air si délicieux ! *

Tu avais du mal à contenir sa rage grandissante, il sentait que c'était bientôt l'heure et, comme un chien désireux de sortir de chez lui, il vibrait de plaisir et d'envie. Tu avais du mal à le contenir et tu du exprimer ton mécontentement à son égard de manière orale.

« Shhhhh... Saladin, allons-y, nous ne devrions pas perdre plus de temps, je crains qu'à un moment ils se rendent compte de l'utilité de Lemmy dans votre plan. »
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 91

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Aän
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-Dieu d'Özan & Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2


Näzver, celui qui ne tue pas

Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Nov - 15:45
Saya se rongeait les sangs à attendre que cela commence et il faut dire que j’étais peu rassurée aussi. Dans la demeure que Grégoire avait choisie, nous attendions sans parler. Assise sur des chaises nous fixions le vide. Je soupirais quand je commençais à entendre des bruits de combat dehors. C’était l’heure. Enfin ! Un peu d’action n’était pas pour me déplaire. J’essayais de joindre Morianne par télépathie pour savoir où elle était mais je me heurtais à un mur invisible. Badb était en action. Nouveau soupir. Il fallait attendre ici qu’on nous débusque comme des lapins apeurés. Je regardais Brohmac et il me sourit gentiment. Je reportais mon attention sur Saya qui tremblait un peu. Etait-ce de la peur ? Oui sûrement, il ne faisait pas froid dans la pièce. Un feu crépitait dans l’âtre. Inconsciemment j’envoyais à Morianne mes émotions. De la peur, de la tristesse et l’envie de sang. Je voulais que les Hayert'Vaäl meurent tous. Le combat allait être ardu mais nous allions vaincre. J’en étais sûre. Je croisais mes bras sur ma poitrine. Je sursautais soudainement, on venait d’enfoncer la porte. C’était un serviteur noir.

Haha ! Je vous trouve le premier !

S’exclama-t-il fier de lui. Je me levais soudainement et invoquais un tigre grâce à mon don divin. L’animal se rua sur l’Hayert’Vaäl en rugissant férocement. Mais l’arcaëllien esquiva les griffes de l’animal en faisant un mouvement gracieux sur le côté. Le tigre atterrit dans le mur en couinant. Je maugréais et dégainais mon épée. Je me lançais sur l’arcaëllien en armure noire mais il m’esquiva avec finesse. Je pestais.

Tu dois être l’enfant de Thaä. Je ne te tuerais donc pas mais les serviteurs et la traitresse mourront.

A ce moment, Brohmac et les autres dégainèrent leurs armes et Saya se recroquevilla sur sa chaise. Je n’avais plus peur, juste un désir puissant de vaincre. Le serviteur noir, un peu décontenancé, ne bougea pas lorsque les camarades se ruèrent sur lui. Yërith lui envoya un sort de thâ en pleine figure ce qui le déséquilibra un peu. Maïa lui lança un sort de Ka qu’il parvint à esquiver de justesse. Fänny lança à son tour un sort mais de mez qui toucha la cible en pleine poitrine. Hùlikcz se transforma en panthère noire et feula. Nous étions prêts.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Nov - 18:44
Qu'est-ce qui lui avait pris d'accepter cette mission ? Elle qui n'avait rien d'une combattante, se retrouver au cœur d'une bataille de cette importance ? Elle n'allait pas survivre longtemps, c'était sûr ! Oh, mais pourquoi être venue ?

Elle se souvenait, Grégoire voulait lui montrer une académie de magie susceptible d'utiliser certains grimoires en sa possession à elle... Et elle s'était retrouvée devant l'obligation de choisir entre aider ou retourner chez elle la queue entre les pattes. Par pur orgueil, elle devait l'avouer, elle avait choisi de rester. Mais elle voulait aussi remercier celui qui avait si bien veillé sur elle, principalement lors de la traversée pour se rendre en ce lieu, lorsqu'elle avait le mal de mer... Elle n'estimait toujours pas avoir réussi à lui rendre la pareille. Mais si elle parvenait à contribuer, à son échelle, à la victoire du Domaine... Là, elle aurait largement remboursé sa dette. Voilà pourquoi elle avait accepté sans protester la mission qui lui avait été confiée. Une mission de protection en équipe... Cela lui convenait.

Ses réflexions durent s'arrêter là. Une attaque. Il fallait s'y attendre. Mais elle resta figée dans son coin pendant tout le temps que dura l'affrontement, effarée. Et elle était consciente que ce qui se jouait en ce lieu n'était qu'une infime partie de l'affrontement général...

Il fallait qu'elle se secoue. Le premier assaillant avait été vaincu sans son aide, mais cela ne pouvait pas durer. Il suffisait qu'ils viennent plus nombreux... Et elle devrait être prête. Alors, tandis que les autres sortaient leurs armes, elle se força à respirer calmement et se concentra, prête à déployer son bouclier autour de ceux qui en auraient le plus besoin quand ce serait nécessaire.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Nov - 10:28
Les Serviteurs Noirs sont arrivés dans la citée. Il y a des portails magiques un peu partout et l'atmosphère commence à dangereusement se refroidir. Il fait si froid dans la ville à présent que vous pouvez voir de la buée s'échapper de votre bouche quand vous respirez, même à l'intérieur des maisons chauffées. D'ailleurs les feux de cheminée commencent à dangereusement faiblir et semblent s'éteindre d'eux-mêmes.

Pour le moment, les Serviteurs Noirs ne rencontrent pas beaucoup de résistance, mais ont affaires à des embuscades qui leur coûte pas mal de leur premières forces. Seulement ils ne cessent d'affluer depuis les portails. Plus le temps passe, et plus les meneurs d'embuscades sont confrontés à des forces qui les surpassent. Mais pour le moment, ils s'en sortent plutôt bien.

Morianne… ou plutôt… Badb ? Tu es aux côtés de Saladin qui ne te lâche pas d'une semelle. Il se montre implacable et sans la moindre pitié. Tu sens ta nature démoniaque prendre le dessus avec toute cette odeur de sang et de métal qui règne dans la ville. Tu aurais bien envie de participer à ce massacre mais tu as une double mission : celle de retrouver Sëya, et celle de ne pas passer dans le camps des adorateurs d'Özan au risque de perdre ta dulcinée.

Thaielsen, tu es également présent à ses côtés et tu sens Näzver presser contre ton esprit. Il a soif d'âme et il te torture mentalement pour que tu cèdes à ses envies meurtrières. Tu arrives à lui résister encore un peu, mais tu sais que le temps presse et qu'il va falloir redoubler d'effort pour l'empêcher qu'il ne prenne le contrôle sur toi… ou alors lui donner satisfaction.

Vous avancez au travers de la citée, à la recherche de votre cible. Vous savez où elle se trouve, de source sûre, puisque Saladin a été mis au courant de l'endroit où réside Saya qui est censée avoir trahi les Hayert'Väals et qui devrait être accompagnée de la fille de Thaä. Néanmoins, vous mettez du temps à vous repérer dans la citée et c'est alors que vous tombez sous les sortilèges de quatre magiciens faisant parti des forces du Domaine. Deux d'entre eux sont des xens qui maîtrisent mez et khan, un autre est un humain qui maîtrise mez et le dernier se trouve être un tahora qui maîtrise thâ.

Sëya, Lumanaia, vous vous trouvez actuellement dans la demeure luxueuse où est captive Saya et les Serviteurs Noirs vous ont déjà trouvé. Vous vous doutez qu'ils savaient d'avance où vous étiez. Vous avez réussi à vous débarrasser d'un des leurs, mais ils arrivent. Ils sont nombreux dehors et certains arrivent… oui… voilà ! C'est ça ! Ils sont six ! Sëya, toi qui a déjà affronté les Serviteurs Noirs, tu sais qu'ils n'ont pas besoin d'être nombreux pour être dangereux mais qu'ils sont extrêmement durs à combattre, même si vous êtes en supériorité numérique ! À six contre vous tous, en comptant vos alliés, tu te dis que ça va être compliqué mais pas impossible. Tu sais aussi que Lumanaia maîtrise un sort de bouclier, on t'a déjà parlé de ses capacités avant que la mission ne démarre et elle est visiblement en train de le préparer. Tu peux compter sur son intervention en cas de coup dur, tu sais que tu pourra survivre à un quelques coups grâce à elle.

Vous voyez plus ou moins les groupes se former pour faire face à ces Serviteurs : Sazan fait équipe avec Fannÿ, Maïa avec Brohmac, et Amaya avec Hùlikcz. Sëya, tu sais que Yërith est tout près de toi, et que comme Lumanaia, elle est prête à te protéger de ses puissants sorts. Tu sens aussi quelque chose qui commence à t'inquiéter, au début tu ne sais pas trop de quoi il s'agit, mais après un moment de réflexion tu commence à comprendre. Tu ressens un profond sentiment de rage émanant du pendentif. Tu avais toujours senti un mur te bloquer lorsque Badb prenait le dessus sur Morianne, mais là ce n'est plus le cas… tu la sens au travers du pendentif, tu peux sentir sa soif de sang et son envie de massacre. Morianne a vraiment besoin de toi pour être sauvée, sinon elle va sombrer à jamais dans les ténèbres !

Vous voyez également que Saya reste en retrait. Elle ne semble pas terrorisée mais il semble y avoir comme un petit air d'indécision dans son regard. Elle hésite peut-être à vous planter un poignard dans le dos… Façon de parler puisqu'elle est désarmée. Néanmoins c'est une lorcq et vous savez que même à mains nues, elle pourrait être un danger. Des mages ont un œil sur elle, mais vous feriez mieux de faire attention à ce qu'elle fait.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Nov - 14:09
Je n'arrivais plus à garder le contrôle de moi-même ! Je sentais la noirceur prendre totalement le dessus sur moi. Je me noyais dans un océan de ténèbres et de haine. J'avais extrêmement peur, horriblement peur et cela alimentait d'autant plus ma colère. Je n'y pouvais rien malheureusement. Je ne pouvais contrôler ces sentiments qui débordaient. J'étais totalement dépassée. Saladin nous mena au travers du bâtiment et nous en sortîmes rapidement sans rencontrer la moindre personne. C'était étrange, comme si on avait vidé la ville de tous ses habitants. Peu importe… il y aurait toujours assez d'ennemis à massacrer.

Non… Il ne fallait pas que je cède à tout ça. Je ne peux pas tuer ces gens, ils sont du Domaine, ce sont mes alliés. Si Grégoire apprenait ce que j'ai fait, il n'aurait aucune pitié pour moi et m’exécuterait… Et il aurait peut-être raison. J'étais en train de laisser le pas au monstre en moi… Après quelques minutes à nous diriger dans les rues de la citée, Saladin se mit à grogner, légèrement agacé.

Cette citée est si grande… Et il fait si sombre… On a du mal à se repérer… Mais nous ne devons plus être très loin ! Je crois distinguer la place où se trouve la résidence de cette traîtresse de Saya ! En avant !
Ne me donne pas d'ordre ! Je n'ai pas à t'obéir !

Saladin me lança un regard sévère mais sembla s'avouer vaincu. Il savait que contre moi, il ne pourrait rien faire, pas dans mon état actuel. C'est à ce moment là que des boules de feu nous foncèrent dessus, une venant d'en haut, et une autre d'une ruelle adjacente. Je bondis en l'air pour esquiver les sorts tandis que Saladin invoquait un bouclier de glace pour stopper les attaques. Son bouclier fondit au contact des deux boules de feu, mais il resta indemne, tout comme Thaielsen qui n'eut même pas besoin de bouger pour se défendre. Saladin avait veillé à le protéger. J'étais en l'air et remarquais la présence de deux xen habillés en toge de mage, postés sur les murs. J'avais du mal à me diriger à cause du violent vent qui soufflait et dus me poser. Il y avait également un tahora que je ne vis que trop tard. Il m'envoya une bourrasque de vent grâce à son fluide qui me fit valdinguer. Je tombais à la renverse et essayais de me rattraper. Je me ressaisis et leur lança un regard noir.

Allez-vous en, tant que vous le pouvez encore ! Je ne veux pas vous tuer mais si vous m'y obligez…
Dame Morianne ? s'étonna alors le tahora.
Fuyez, pauvres fous !
Mais…
Fuyez !!!

Les mages restèrent indécis, ne comprenant pas ce qu'il se passait. L'un d'eux semblait me reconnaître mais avait du mal à se faire à l'idée de mon apparence actuelle. Il ne savait plus s'il devait me faire confiance ou non. Il était cependant trop tard pour eux, Saladin m'avait rejoint, deux sabres de glace en main. Il décapita d'un geste adroit le premier des deux xens qui se trouvaient sur son chemin. En sa présence, je n'avais d'autre choix que de laisser Badb faire le sale travail… Je me tournais en panique vers le tahora et tendis mon bras vers lui, invoquant des pieux d'ombre. J'en lançai deux sur lui qui se plantèrent dans chacune de ses épaules tout en l'expédiant au loin. J'espérai juste que je ne l'avais pas tué sur le coup !

Je me tournai alors vers Saladin qui venait de massacrer l'autre xen, après un affrontement magique très court. J'avais encore envie de hurler en voyant ce carnage… Encore des alliés que j'avais trahi… Ma dette de sang ne faisait qu'augmenter… Je commençai à perdre espoir. Mon père me jeta un regard, l’œil plissé, comme s'il suspectait quelque chose.

Nous n'avons pas le temps de jouer, Badb…
Je sais !! Silence, Serviteur !!
Je préférerai que tu m'appelles « Père »… Ou Saladin…
Pour la deuxième fois, ne me donne pas d'ordre !

Il ne restait plus que le problème du mage humain qui se trouvait dans la ruelle en bas. J'espérai sincèrement que Thaielsen s'en sortirait sans problème avec ce dernier. Mais dans le doute, Saladin et moi descendîmes des toits pour éventuellement lui prêter main forte, même si s'était dans mon cas plus pour lui éviter de faire un massacre qu'autre chose.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Nov - 9:19
* J’en ai marre d’attendre… // Tuez-moi // J’AI FAIM !! *

Vous aviez été bloqués par quatre magiciens. Morianne c’était envolée et était partit avec Saladin pour s’occuper de trois d’entre eux. Tu te retrouvais ainsi face à un jeune humain. Tu sentais son fluide très développé, il était magicien et ceci tu n’avais aucun doute.

Tu sentais Näzver s’exciter en toi, tremblante d’envie, elle était affamée et heureuse de se retrouver face à ce nouvel adversaire. Tu savais ce qui allait se passer. Tu grognais légèrement en tentant de la retenir dans ta main et au fond de toi. Tu n’étais pas assez fort contre elle, pourtant tu continuais à tenter de la contenir.

« Fuis... »

L’homme mit un peu trop de temps pour se décider, il leva la tête tandis que tu sentais, dans leurs cris d’agonie, les trois camarades de l’humain se faire  décimer par tes alliés. Tu restais sans bouger, espérant vraiment qu’il m’écoute, qu’il m’obéisse.

« Tu sais bien que tu cours plus vite que moi… Fuis avant que je ne te // Dévore //... »

Il se décida finalement et commença à courir en faisant le chemin inverse. Je souris en le voyant s’éloigner, tu savais que Saladin ne pourrait pas voir ta satisfaction. Pourtant, tu sentis la colère de Näzver, l’épargner aura donc coûté ma conscience. Elle me dévorait de l’intérieur et mon air devint vite de la peine.

* Je ne te laisserais pas faire... *

Elle fini par te dévorer entièrement, elle prit le contrôle de ton corps, tu le sentais se mouvoir sans que tu puisse faire quoi que ce soit. Tu sentis sa rage bondir et s’élancer vers le mage qui courait. Elle le prenait en traite, sans aucun respect, sans aucune loyauté. Elle enfonça volontairement son tranchant dans le dos de l’humain qui avait à peine eu le temps de tourner sa tête avec incompréhension.

Il devait sûrement se demander pourquoi, tu ne pouvais pas lui répondre. Tu sentis alors ce plaisir malsain t’envahir, celui que ressentais Näzver, elle venait de le dévorer entièrement et tu en prenais un plaisir horrifiant. Elle retira l’arme du corps sans âmes du magicien, tournant sa tête en direction de Saladin et Morianne, se léchant les lèvres d’envie.

« J’ai encore faim... »

Le sourire fou de Näzver t’effrayais, tu la craignais, elle observait le fluide énorme de Saladin descendre, accompagné de Badb, tu savais très bien ce qu’elle pensais et avant même que tu ne puisse t’y imposer, elle bondit vers Saladin, l’arme tendue vers lui pour le dévorer.

« Nourrissez-moi ! »
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 91

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Aän
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-Dieu d'Özan & Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Nov - 10:44
Nous avions réussi à tuer le serviteur noir mais six autres entrèrent dans la pièce prêt à en découdre avec nous. Les équipes se formèrent toutes seules. Nous étions en position de combat et les serviteurs noirs étaient prêts à nous pulvériser. Je ne risquais pas grand-chose, ils me voulaient vivante. Mais je pouvais être blessée. Yërith était à côté de moi. La prêtresse de Thaä était sur le qui-vive. Je regardais les autres et lançais l’ordre d’attaquer. J’invoquais un bsurt qui se rua sur mon ennemi. Ce dernier n’eut pas le temps de l’esquiver et fut griffer mais son armure était épaisse et, par conséquent, il n’eut aucun dommage. Je sens la fureur de Morianne ou plutôt de Badb. Je lui envoie un message télépathique d’amour et de douceur. Mais je n’ai pas le temps de tergiverser, le serviteur noir lève son épée et l’abat sur moi. Je pare avec la mienne. Il faut que nous gagnions contre ces monstres. Le tigre invoquait plus tôt attaque avec le bsurt. Mais le serviteur noir les bloque sans soucis. Je peste, je râle et j’attaque. Nous échangeons des coups sans nous blesser. Je n’ai pas le temps de regarder si les autres s’en sortent. Je suis bien trop occupée avec mon serviteur Hayert’Vaäl. Je pousse un cri de douleur lorsque sa lame mord dans ma chair tendre. Un filet de sang coule de mon épaule gauche. Yërith s’active pour me soigner. Mais pas le temps de s’arrêter il faut lutter contre le serviteur noir. J’invoque Ka’Ing et trois flèches à base de foudre apparaisse, elles fusent vers mon ennemi comme une seule et même flèche. Son armure explose. Mez’Tîl fera l’affaire pour le reste. Je fais claquer le fouet près du casque de l’arcaëllien. Le heaume s’envole arrachait à la tête du renégat. Je fouette encore et un fin filet de sang coule de la joue du bougre. Il peste et m’injure de tous les noms d’oiseaux qu’il connait. Je le regarde et souris, je sens sa peur. Je fais disparaitre le fouet de feu. Yërith a réussi à me soigner malgré mes mouvements incessants. N’ayant plus d’armure, l’elfe est sans défense. Il regarde vers la porte mais sait que s’il fuit il sera tué par les siens. Le feu est éteint et il fait froid dans la pièce. Saya ne semble pas vouloir bouger ni pour nous aider ni pour aller contre nous. Je fais un moulinet avec mon épée et me lance à l’assaut du serviteur noir. L’elfe n’a pas le temps de réagir qu’il est au sol, mon épée planté dans le ventre. Du sang sort de sa bouche. Il me maudit et rend son dernier souffle. Un de moins reste, peut-être, cinq. Voir plus. Il faut que nous sortions de la maison car nous sommes acculés. Je retire mon épée des tripes du serviteur noir.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Nov - 17:49
Lumanaia, cent fois, crut suffoquer. Tant de combats sanglants autour d'elle... L'odeur du sang qui montait à la tête... Mais il lui fallait tenir bon, supporter. Enfin... Elle se sentait plutôt inutile. On lui avait demandé de soutenir cette jeune femme, mais cette dernière semblait déjà se débrouiller assez bien sans sa protection. Et, quant aux soins... On l'avait devancée. Elle commençait à se demander si sa présence était vraiment utile, quand, soudain, elle remarqua quelque chose. Quelque chose qui pourrait lui donner un rôle intéressant.

Un adversaire s'approchait dans le dos de Sëya, qui ne semblait pas l'avoir vu.

- Sëya, attention !

Elle l'entoura de son bouclier, qui réussit à parer le premier coup. Mais, si les intrus poursuivaient avec cette détermination, elle ne pourrait pas en encaisser beaucoup plus... Et, n'ayant pas vraiment de compétences au combat, elle risquait de perdre son semblant d'utilité. Et ça, elle le refusait. Elle se jeta donc à corps perdu dans le renforcement de son bouclier, déterminée à en faire une véritable armure, la plus impénétrable possible. Malgré tout, elle le savait, elle continuerait à subir mentalement les mêmes dommages que son invocation, c'était là une faiblesse majeure qu'elle n'arrivait pas à éliminer. Mais il lui faudrait passer outre. Elle ferait ce qu'on lui avait demandé, quoi qu'il lui en coûte !
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Nov - 21:38
L'assaut dans l'enceinte de Wasdkioljer continue. Les Serviteurs Noirs sont de plus en plus nombreux et malgré tout, les forces du Domaine tiennent bon. Les différentes embuscades ont plutôt bien fonctionné et ralenti considérablement les Serviteurs Noirs.

Thaielsen, tu as complètement perdu le contrôle face à Näzver, ton inexpérience fait que tu ne peux quasiment rien contre cet esprit puissant. Tu t'es attaqué à Saladin et Morianne qui sont un peu perdus face à ta réaction. Le chef des Serviteurs Noirs ne s'est pas laissé faire pour autant. Après quelques échanges de coups, il t'a finalement maîtrisé, physiquement, mais tu continue toujours à perdre les pédales. Ce n'est que lorsque Morianne intervient que tu arrives à retrouver un semblant de conscience. Tu sais cependant, que sans elle, tu aurais totalement perdu l'esprit.

Sëya, Lumanaia, Thaielsen, Morianne, vous entendez tous les quatre une explosion provenant du Sud de Wasdkioljer et des cris d'agonie. Vous ne savez pas trop ce que c'est.

Thaielsen, Morianne, vous qui êtes dehors, vous comprenez de quoi il s'agit : une partie de la ville est en feu. Vous ne savez pas trop de quoi il retourne, mais face à l'air inquiet de Saladin, vous vous doutez que se sont les forces du Domaine qui ont tendu un piège aux Hayert'Väals et que ça ne plaît pas trop au chef des Serviteurs Noirs.

De plus, comme l'on pouvait s'y attendre il pleut, mais ce ne sont pas quelques gouttes qui tombent, mais de véritables torrents d'eau. Les arcaëlliens en armure ont du mal à progresser, l'eau alourdissant leur équipement déjà pesant.

Thaielsen, Morianne, vous êtes trempés jusqu'aux os mais malgré la mauvaise visibilité dut aux intempéries, vous arrivez quand même à vous repérer et à trouver la demeure où se trouvent Sëya et Lumanaia ainsi que les autres membres du groupe. Il y a une pluie de sortilèges dans tous les sens. Les mages du Domaine sont concentrés ici et empêchent la plupart des Serviteurs Noirs de passer dans la demeure. Vous voyez que la place devant la demeure a subit de nombreux impacts importants de sorts.

Morianne, tu as reçu un message télépathique de Sëya. Elle t'envoie, malgré que son esprit soit très occupé par le combat, tout l'amour qu'elle ressent pour toi. Cela fonctionne bien… peut-être même mieux que tu ne le voudrais. Tu sens quelque chose d'étrange, comme si Badb avait développé un nouveau sentiment… Oui, voilà ! Tu as compris ! Badbest aussi amoureuse de Sëya, et c'est pour ça qu'elle a pu te contacter dans l'état où tu es. Ce sera peut-être un problème… ou une opportunité. Tu ne sais pas trop comment réagir, tu pense que c'est peut-être grâce à ta force mentale que Badb est influencée et qu'elle ressent pour Sëya autant de sentiments.

Sëya, grâce au pendentif des âmes sœurs, tu sais que Morianne n'est plus très loin, tu peux même sentir son excitation à l'idée de te revoir. Tes alliés gèrent à mort avec les Serviteurs Noirs, tu les as inspiré avec ton exploit et ils sont à présent comme des fous furieux. Brohmac vient de décapiter l'un d'eux avec un geste digne des plus grands bretteurs d'Arcaëlle. Il a profité d'un sort de Maïa pour ça et s'attaque déjà à un autre.

Lumanaia, ton bouclier a permis à Amaya de s'en tirer sans une égratignure, elle a même profité de sa pseudo-invulnérabilité pour foncer comme un taureau dans le lard d'un Serviteur Noir et lui planter sa hache en pleine poitrine. Elle avait tellement la rage, que l'acier de son arme a éventré l'armure de l'aracnor qui se vide de son sang dans des râles pas vraiment très sympathiques, ça te donne un peu envie de vomir d'ailleurs, mais l'adrénaline du combat te fais vite oublier cette idée stupide.

Tu as aussi déstabilisé un Serviteur Noir qui voulait s'en prendre à Sëya alors qu'elle avait le dos tourné. Alertée par ton appel, elle peut lui faire face sans problème. Tu viens de lui sauver la vie.

Hùlikcz maîtrise totalement son combat. Il n'a même pas besoin qu'Amaya l'épaule pour mettre en charpie un Serviteur. Il s'est transformé en gorille redoutable et… il est en train de fracasser son ennemi comme on tape un marteau sur une enclume. Ça commence à faire de la bouillie très sale, et totalement écœurante.

Sazan et Fannÿ viennent de mettre un Serviteur Noir en déroute. Elles ont usé de magie et de stratégie, et au final, c'est l'humaine qui a fait bouillir le type dans son armure.

Malgré ces réussites extraordinaires, vous sentez la fatigue commencer à vous gagner. Ils étaient terriblement durs à affronter, et il vous a fallu de grandes ressources. Cependant, vous pouvez largement faire face à un assaut de la même ampleur. Et justement, ça commence à arriver… Mais il n'y pas qu'eux, tu le sais Sëya, Thaielsen, Morianne et Saladin sont tout proches.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Nov - 1:01
Je regardais avec stupeur Thaielsen se jeter sur nous, une arme en main. Voilà donc l'arme maudite d'Özan… voilà donc son effet sur le prêtre. Alors que je réfléchissais à un moyen de contrer le fils d'Özan sans le tuer, Saladin prit les devants et fit apparaître deux sabres de glace, un dans chaque main. Il para l'attaque de Thaielsen qui était totalement enragé et sous contrôle de Näzver.

Ressaisissez-vous, Maître ! Ceci est indigne de votre rang ! Vous pouvez contrer l'esprit de cette arme ! Je ne suis pas votre ennemi ! Ni celui de cette arme !
Je me contre-fiche d'un serviteur ! Nourris-moi et je libérais peux-être ton foutu prêtre… rétorqua le demi-elfe.

Il continua son assaut, frappant avec Näzver. Il avait les yeux ouverts, ses yeux aveugles, mais il semblait deviner les moindre geste de Saladin. Il était rapide, puissant, et n'avait plus rien à voir avec le Thaielsen que j'avais rencontré. Mon père naturel avait bien du mal à se défendre, mais il avait tout de même un avantage certain : son corps était physiquement plus entraîné et plus apte à faire des mouvements rapides et puissants, contrairement au fils d'Özan qui n'avait pas la même maîtrise de son corps… à moins que se soit Näzver qui ne contrôlait pas encore assez bien le corps de Thaielsen.

Si je vous ais laissé l'acquérir, c'est que je vous sentais capable d'en garder le contrôle ! Battez-vous, Maître !!! J'offrirai à Näzver toutes les âmes qu'elle désire, mais pas la mienne ! Ensemble nous pouvons faire de grandes choses ! Je sais comment vous nourrir plus efficacement !
Je veux la vôtre ! Elle est si délicieuse ! Si puissante ! répondit Näzver.

Thaielsen restait hermétique aux paroles de Saladin et continuait de se battre comme un dément. Par chance, mon père avait largement le dessus en terme de combat et finit par désarmer Thaielsen d'un coup de pied prodigieux dans le poignet. Il le plaqua au sol et s'écria :

Arrêtez maintenant ! Ça suffit ! Calmez-vous !

Il se tourna vers moi et me beugla alors :

Badb ! Enveloppe moi ce foutu sceptre dans un tissu noir !!
Je n'ai pas de tissus noir sous la main !!! lui hurlai-je.
Déchire ma cape et sert-en !

Je me saisis de la cape de Saladin et la lui arracha du dos, faisant sauter ses attaches par la même occasion. Il poussa un râle de mécontentement mais je ne lui prêta pas attention. Je me dirigea alors vers l'arme et l'enveloppa dans le tissu noir. Je ne sentis pas son influence, il ne pouvait pas influencer quelque chose de déjà mort et sous emprise d'Özan… tout du moins en partie. Je me dirigeai alors vers Thaielsen et me penchai vers lui.

Thaielsen… Je vous en prie… maîtrisez-vous ! Je sais que vous pouvez y arriver… Vous m'avez aidé à me maîtriser… à accepter le mal en moi… Vous pouvez en faire de même.

Thaielsen sembla réagir à cela positivement. Ses yeux reprirent leur aspect vide et il eut l'air profondément désolé. Saladin et moi l'aidâmes à se relever. Il semblait confus et ne sortit plus un mot, mais je le sentais de retour parmi nous. Je gardais cependant Näzver dans les mains, juste au cas où, le temps que le demi-elfe ne reprenne ses esprits. Saladin fut satisfait de mon intervention et me fit un petit signe de tête pour me remercier. Il nous fit signe de le suivre, le temps pressait.

Nous entendîmes au loin une explosion, même plusieurs… Nous nous retournâmes et vîmes le sud de Wasdkioljer commencer à disparaître dans les flammes. Je jetai alors un coup d'oeil à Saladin qui ne semblait pas du tout enthousiaste à cette catastrophe.

Maudit soit ce chien de Boisdefer… S'il croit que ses stratégies pourront nous vaincre… Continuons d'avancer ! Notre objectif est Sëya ! Peu importe qui remporte cette bataille, si nous la capturons, le monde sombrera dans les ténèbres et nous aurons gagné !

Je restai silencieuse aux paroles de Saladin. Il ne se doutait pas que son plan allait échouer par ma faute. Je ne lui laisserai pas l'occasion d'emmener Sëya. Une fois nos alliés rejoints, je lui tournerai le dos et rejoindrai ma dulcinée. Rien ni personne ne pourrait empêcher cela.

La pluie se mit à tomber à verse, sans même prévenir par quelques petites gouttes d'eau. Ce fut rapidement un déluge d'eau froide qui nous tomba dessus. Saladin était incommodé par cette pluie qui s'infiltrait dans son armure et alourdissait tout son attirail. Je ne faisais pas plus la fière, je n'avais peut-être pas autant de barda sur moi, mais la cape de fourrure et mes ailes prirent un poids conséquent avec toute cette flotte. Nous avions à présent du mal à nous diriger mais Saladin savait où nous allions. Seul Thaielsen ne semblait pas trop incommodé par la pluie… il était aveugle, la pluie ne gênait pas vraiment sa façon de « voir » le monde.

Nous étions finalement arrivés sur la place où un combat acharné avait lieu. Les mages du domaine lutaient vaillamment contre les Serviteurs Noirs sans que les uns prennent le dessus sur les autres. Nous avions le champs libre cependant, assez pour nous faufiler à l'intérieur du bâtiment. Nous essuyâmes tout de même des tirs de sortilèges qui firent des dégâts conséquent aux murs. Une fois à l'intérieur, je rendis son arme à Thaielsen, espérant que cela n'allait pas engendrer une autre catastrophe. Pour le moment ça ne sembla pas être le cas. Je fus soulagée, mais pour un très court instant. Nous avions à peine entamé notre avancée que nous nous trouvâmes dans une grande salle avec un grand escalier qui menait à des couloirs. La pièce était très grande et des combats y avaient lieu.

Mon cœur fit un bond dans ma poitrine lorsque je vis Sëya…

HRP:
 
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Nov - 13:34
Ton esprit s’embrumait tant tes coups se fracassait contre l’arme de Saladin. Tu tentais de reprendre contrôle de ton corps mais rien à faire, la volonté de l’arme était bien au dessus de la tienne. Ton stress à la prévision de ta trahison, ta haine envers Saladin n’aidait rien. Inconsciemment tu espérais que Näzver tuait Saladin une bonne fois pour toute.

Fort heureusement Saladin était bien plus fort que toi ou Näzver qui ressentait tes réticences à ses actes. L’Adorateur de ton père fini par te renverser et te maintenir pour te contrôler. Pourtant sa voix n’arrivait pas à ta portée, tu étais bien trop fermé à lui pour cela, te manipuler était bien trop compliqué pour lui.

Finalement, c’est la voix de Morianne qui te délivra de tes chaînes causée par Näzver. Sa reconnaissance te permis de te rappeler d’une chose qui, à tes yeux, après ta famille, était le plus important à ton cœur meurtris. Tu te rappelas alors de ta promesse faite avec Morianne, semblant choqué mais bel et bien revenu.

D’un énorme effort tu tenta de repousser au fond de toi Näzver et ainsi reprendre le contrôle de ton corps. Tu vis progressivement les fluides réapparaître, dont celui de Morianne t’éloignant de Näzver. Malgré la distance grandissante tu sentais qu’elle était toujours en toi, même éloigné de ton corps elle semblait apte à te corrompre, tu craignais ainsi le futur.

Le fluide de Saladin frétillait en s’apercevant que tu étais revenu à toi, ils t’aidèrent à te relever, mais pas un mot sortit de ta bouche. À la fois gêné, honteux et perturbé par ton expérience. Tu lui avais cédé, tu l’avais trop retenu, il allait falloir que tu prive la vie d’autre gens.

Le silence qui s’imposait fini par se briser dans une sensation d’horreur qui te terrifia. Tu relevas ta tête avant de la tourner vers l’origine des troubles. Une explosion, tu étais certains d’en avoir entendu une. Saladin frétillait de haine et se pressait, enragé, d’accélérer le pas.

Grégoire Bois de Fer, ce nom te rappelas des souvenirs, c’était celui-ci qui avait aidé les elfes sur l’assaut à Amonco, un potentiel ennemi à tes yeux, tu ne pouvais pas nier que son influence grandissante te faisait craindre le futur de ton groupe. Soupirant longuement, tu fini par suivre Saladin sans dire la moindre chose, encore choqué par ta défaite face à Näzver.

Tu serrais les dents en entendant sa déclaration, appréciant peu qu’il se décide d’abandonner vos alliés mais tu ne pouvais plus rien dire. Morianne gardait Näzver mais tu entendais sa voix te corrompre de plus en plus. Tu les suivis malgré la pluie qui venait de se déclarer, tu te devais seulement de faire attention à ne pas glisser, l’eau alourdissante n’avait que peu d’effet sur toi, tu devais juste t’assurer que tes alliés arrivent à te suivre malgré l’obscurité qui s’était imposée.

Tu sentis le combat de magiciens déferler, serrant tes dents, tu te laissa guider par Morianne qui se mise à courir, esquivant de peu quelques tirs vous visant. Une fois hors d’atteinte de leurs attaques, Morianne libéra ta main et te rendis Näzver. Hochant ta tête pour la remercier, tu finis par l’empoigner et sentir de nouveau Näzver grogner, tu lui fis comprendre ton mécontentement mais celle-ci semblait s’en fichtre totalement.

Les suivant en silence, bien trop concentré sur faire comprendre à Näzver tes intentions, vous finissent par arriver dans la salle fatidique. Tu perçus diverses couleurs dont l’une blanche crépitante et une flamboyante et pourtant si pur. Tu devinas assez vite que ce dont vous cherchiez était dorénavant face à vous. Tu espérais que tout se passerais bien, réfléchissant à comment protéger Morianne et sa bien aimée.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 91

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Aän
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-Dieu d'Özan & Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2


Näzver, celui qui ne tue pas

Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Nov - 18:21
- Sëya, attention !

J’eus à peine le temps de me retourner que le coup tomba mais fort heureusement je fus protégée par l’un des boucliers de l’elfe. Je fis un bond en arrière et lançais mon bsurt à l’attaque du serviteur noir. Soudain mon cœur s’accéléra, Morianne approchait. Essayant de faire fi de cette information, je me concentrais sur l’Hayert’Vaäl face à moi. Le bouclier de Luma était très utile car je commençais à fatiguer et mes coups étaient moins puissants. Après avoir échangé quelques estocades, je parvins à désarmer mon ennemi. Il s’en retrouva coi et chercha à fuir mais mon épée, bien aiguisée, lui trancha la tête. Alors que je reprenais mon souffle, mon cœur se mit à battre encore plus vite. Morianne était proche, très proche. Je pouvais la sentir venir. Mais la question que je me posais était la suivante : allait-elle me tuer ou m’embrasser ? Quoi qu’un baiser passionné sur un champ de bataille n’était que peu conseiller…. Je soupirais en voyant d’autres serviteurs noirs enter. La guerre ce n’est pas pour les faibles… Étais-je forte cependant ? Peut-être. Je fixais l’encadrement de la porte car, soudainement, était apparue Morianne. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine et un sourire se dessina sur mon visage. Mais il n’était pas l’heure de fêter ces retrouvailles, loin de là. Une Hayert’Vaäl se rua sur moi. Je fis apparaitre mon fouet de feu et lui ôtait son heaume d’un claquement sec. Elle fut décontenancée un instant puis se jeta sur moi en grimaçant affreusement. J’échangeais quelques coups avec elle sans parvenir à la toucher. J’ordonnais à mon tigre d’attaquer. Il lui griffa le visage sévèrement lui crevant les yeux au passage. Elle hurla de douleur et tomba à genou. Je m’approchais d’elle et la décapitais. Sa tête roula au sol dans un bruit mat. Mon regard se posa sur Morianne et je compris qu’elle était Badb. Je me mis à craindre pour ma vie. Saladin était là aussi, fier et digne. Je me jetais sur lui mais il me repoussa comme une simple brindille. Je pestais et ahanais comme un animal ayant trop couru.

Je vais te faire ta fête, Saladin. Rends moi Morianne !
Elle n’est plus Morianne mais Badb et elle est au service du puissant Özan. Incline-toi petit insecte. Je vais te mener à l’autel de ta fin et libérer mon Dieu !
Plutôt crever sur le champ de bataille que de te suivre !

Il émit un rire sonore et malsain. Je frissonnais de peur et de dégoût. Mon regard croisa celui de Badb et je sus qu’il y avait encore un espoir.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Nov - 14:47
Quelle boucherie ! L'horreur. Elle venait de voir quelqu'un, une ennemie, d'accord, mais quelqu'un quand même, se faire décapiter d'une manière... Indescriptible. Elle détourna le regard, mais se reprit vite, et ses boucliers n'eurent pas le temps de disparaître. Même si, évidemment, ils étaient éphémères. C'est alors qu'elle vit arriver trois personnes, trois inconnus. Son premier réflexe fut de s'en méfier... Et elle resta sur la défensive. Sëya semblait les connaître, et ne pas les apprécier.

Ah oui, mais, attendez... Saladin... Ce nom lui disait quelque chose. Elle en avait déjà entendu parler. Mais impossible de se souvenir quand, et en quelle occasion...

Profitant du fait que pour l'instant, l'affrontement n'était qu'oral, elle supprima son bouclier. Inutile de s'épuiser pour rien. D'autant plus que, si elle se reposait quand on n'avait pas absolument besoin d'elle, elle pourrait être bien plus efficace quand ce serait nécessaire. Ainsi, dès que les mots ne suffiraient plus, elle devrait être là, prête à aider ses alliés. Et elle le ferait de tout son cœur. Elle s'en fit le serment. Tant qu'elle serait là, elle ne laisserait pas son camp perdre. Ce fut donc avec une toute nouvelle détermination qu'elle suivit l'échange.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Nov - 19:50
Morianne, Thaielsen, Sëya, Lumanaia. Vous vous trouvez tous au même endroit, au même moment. C'est maintenant que les choses sérieuses vont se jouer.

Sëya, Lumanaia, alors que vous luttez férocement contre les Serviteurs Noirs, vous vous retrouvez finalement face à Morianne qui n'a pas l'air tout à fait elle même, tout du moins physiquement… mais peut-être même mentalement. Ce qui est sûr c'est que Saladin est également présent et qu'il compte bien faire en sorte que la fille de Thaä le suive sans faire d'histoire.

Alors que Sëya profère des menaces à l'encontre de Saladin, celui-ci se met à rire avec cette espèce d'air malsain et sournois. Thaielsen, toi qui est juste à côté de lui, tu ne vois rien de ce qui se passe évidemment, mais… tu as cette sensation désagréable qu'il va se passer quelque chose de terrible. Saladin semble avoir une idée derrière la tête, tu peux le deviner à son rire mauvais, il a préparé quelque chose dont vous n'êtes pas au courant. Il ajoute même avec délectation :

Si tu ne veux pas me rejoindre… Elle t'y forcera ! Et ce… malgré elle !!!

Alors que toute l'attention semble tourner autour d'eux, Saladin empoigne Morianne sans qu'elle ne s'y attende et lui plante un sabre de glace en pleine poitrine depuis le dos. Vous voyez la lame de glace lui traverser le coeur.

Morianne… tu ne comprends pas trop ce qu'il t'arrive. Tu as une espèce d'absence, comme-ci tu n'arrivais pas à assimiler le fait que tu te retrouve avec une lame de glace qui te traverse le torse. Ce n'est qu'une fois qu'il a retiré la lame de ton corps que tu commences à saisir l'ampleur des dégâts. Tu tombes à genoux et bientôt tu seras inconsciente. Tu n'auras qu'un tour pour agir, et dans ce tour-ci tu ne pourra absolument rien faire hormis bafouiller, cracher du sang et peut-être pleurer ou supplier Thaä de te venir en aide.

Saladin prend alors la parole, avec une pointe de faux regret dans la voix.

Tu ne croyais quand même pas que ta trahison me serait inaperçue, Morianne ? Je suis terriblement déçu… mais je te l'ai déjà dit… tu seras l'instrument de la destruction d'Arcaëlle… que tu le veuilles ou non !

C'est à présent à votre tour, joueurs. Je vous accorde à tous des actions rapides et brèves. Un déplacement, une attaque, ou une autre action, mais pas plus ! Vous avez le droit de crier toute votre frustration, mais sans que ça ne fasse des pavés de dialogue. Vous devez aussi être conscient que les autres PNJs et les ennemis autours n'ont pas totalement cessé le combat. Il va falloir faire vite et agir en conséquence de la situation.

Vous devez prendre également en compte que Morianne n'est plus... tout à fait arcaëllienne, et que les soins ordinaires ont peu de chance de marcher vu sa nature de "non-morte".
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Nov - 7:04
A la vue de Sëya, j'étais tellement heureuse que j'en avais presque oublié mon état. C'est en voyant la crainte dans ses yeux que je me rappelai ce qu'il en était vraiment. J'avais même failli crier son nom avec euphorie… Par chance, Sëya avait pris la parole en première et m'avait évité de commettre cet impair.

Je vais te faire ta fête, Saladin. Rends moi Morianne !
Elle n’est plus Morianne mais Badb et elle est au service du puissant Özan. Incline-toi petit insecte. Je vais te mener à l’autel de ta fin et libérer mon Dieu ! lui répondit Saladin.  
Plutôt crever sur le champ de bataille que de te suivre !

C'est à ce moment là que Saladin se mit à rire, un rire sonore et mauvais. Je ne savais que trop en penser mais je devais encore jouer un peu le jeu avant de trouver la meilleur opportunité de trahir mon père naturel que je détestais tant. Mais je n'en n'eus pas le temps… je n'en eus pas l'occasion. Saladin se mit à parler, choisissant ses mots avec précision, comme si… comme s'il préparait quelque chose.

Si tu ne veux pas me rejoindre… Elle t'y forcera ! Et ce… malgré elle !!!

Alors que je ne m'y attendais, alors que je fixai Sëya avec attention, et que mon esprit était occupé à préparer un plan, Saladin m'attrapa par le bras et je sentis soudainement le froid transpercer mon corps. Je ne compris pas… Tout le monde sembla me regarder avec horreur, comme si je m'étais transformé encore plus. Mais ce n'était pas de la peur envers moi… c'était de la peur pour moi. Je baissai lentement la tête et m'aperçus qu'une lame de glace traversait mon corps au niveau de la poitrine.

P… Père ? bredouillai-je.
Tu ne croyais quand même pas que ta trahison me serait inaperçue, Morianne ? Je suis terriblement déçu… mais je te l'ai déjà dit… tu seras l'instrument de la destruction d'Arcaëlle… que tu le veuilles ou non ! dit alors Saladin en retirant son épée de mon torse.

Je tombais alors à genoux et lançai alors un regard désespéré à Sëya. A peine l'avais-je retrouvé que je la perdais déjà… ou plutôt qu'elle me perdait déjà.

Sëya… dis-je alors en m'écroulant au sol et en tendant ma main vers elle.

Une mare noire de sang commença à se former autour de moi. Ma vue se troubla et je sentis les ténèbres glaçant poser leurs griffes sur moi pour m'emmener loin d'ici… loin de ce monde si vivant…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Nov - 17:30
Tu sentis un froid te parcourir, pauvre Thaielsen, comme tu pouvais haïr les conflits. Les fluides face à toi regorgeaient de puissance, tout allait bien se passer, il ne vous restait plus qu'à poignarder Saladin dans son dos, mais il semblerai que celui-ci ai décidé de le faire avant vous.

Tu sentis un frisson d'horreur te parcourir aux mots de Saladin et avant même avant eu le temps de te décaler, tu remarquas le fluide de Morianne frétiller de faiblesse. Tu rattrapas ton pas arrière en posant légèrement Näzver contre sol, la tenant fermement dans ta main. Le doute t'envahis, la surprise te cloua sur le sol. Tu étais un piètre combattant.

Saladin avait découvert le pot-aux-roses, mais savait-il pour toi? Ou pensait-il que Morianne avait abusé de ta gentillesse? Tu ne savais pas et la surprise ne pouvait pas trahir ta couverture, elle trahissait juste une fois, une découverte, mais de là si c'est à savoir si Morianne t'avait abusé ou que Saladin était au courant... Tu préféras ne rien faire, après tout c'est ce que tu as toujours fait, rien, observer en silence une scène que tu ne peux voir.

* Si tu veux... Je peux m'occuper de lui... *

Ton unique mèche dorée, celle qui te faisait encore croire au bonheur, cette promesse faite avec Morianne, qui s'échappait, s'assombrissait au rythme que tout espoirs pour Morianne disparaissaient.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 91

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Aän
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-Dieu d'Özan & Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Nov - 17:47
Je fus parcourue d’un frisson d’horreur lorsque Saladin parla et empoigna Morianne avant de lui transpercer la poitrine. J’hurlais sans m’entendre un long non. Il lâcha le corps de Morianne qui balbutia mon prénom. Je me jetais sur ma bien-aimée et la pris contre moi en me mettant à pleurer à chaude larme. Je la suppliais de rester avec nous mais c’était en vain vu sa blessure. Je caressais son visage et déposais un baiser sur sa joue mêlant mes larmes à son sang. Je maudissais Saladin lui disant qu’avec ce qu’il venait de faire je le suivrais encore moins. Je serrais le corps pantelant de Morianne contre moi. Yëris s’approcha et s’agenouilla pour commencer à soigner Morianne mais cela semblait n’avoir aucun effet. Je posais mon front contre celui de ma dulcinée en la suppliant de ne pas m’abandonner. Mon corps était secoué de sanglots. Yëris s’arrêta et je lui hurlais dessus de continuer. Elle m’expliqua alors que sa magie n’avait aucun effet. Je redoublais de colère et de peine. J’insultais Saladin de tous les noms d’oiseaux que je connaissais ce qui le fis rire de façon cynique. Mes larmes furent encore plus abondantes alors que je sentais Morianne partir. Je l’implorais de ne pas me quitter ainsi. A l’aide du pendentif je lui exprimais tout mon amour et ma confiance en elle. Elle était forte et pouvait surmonter cette blessure. Tenant son corps sur mes genoux maculé de sang, de son sang, je pleurais comme une folle. Je ne voulais pas la perdre, pas comme ça. Pas maintenant ! Je l’avais enfin retrouvé et j’allais devoir me séparer d’elle à jamais, je ne le supporterais pas. J’hurlais alors à Saladin :

Par tout ce qui est bon et juste, si elle meurt, je me suicide et votre portail pour Özan ne s’ouvrira jamais !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Nov - 19:40
Elle ne put supporter cette horreur... Enfin, si. En temps normal, elle aurait pu essayer de s'y forcer. Mais là... Elle ne put faire autrement que de détourner les yeux... Jusqu'à prendre une autre décision. Bousculant quelques personnes au passage, elle courut vers la victime de l'attaque, victime à qui Sëya semblait vraiment tenir. Et c'était ce qui la motivait. Pour la première fois de sa vie, elle cria sur quelqu'un. Ce fut sur celle qui avait essayé de soigner l'inconnue :

- Obéissez ! Recommencez ! Je vous aiderai ! À deux, on aura plus de chance !

Sans attendre de réaction, elle déversa elle-même tout ce qu'il lui restait de fluide, tentant de composer un soin puissant. Elle était prête à tout pour sauver sa patiente, même à risquer sa vie. Si cela pouvait aider, elle n'hésiterait pas à se sacrifier. Mais si c'était inutile...

Peu importait ! Cela ne DEVAIT pas être inutile ! Elles étaient deux puissantes soigneuses, il fallait qu'elles arrivent au moins à sauver la vie de cette personne ! Il le fallait ! Aucune autre option n'était envisageable !
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Nov - 3:18
La situation est critique. Morianne malgré les soins qui te sont apportés, tu plonges doucement vers la mort. Tu vois déjà la rivière des morts qui mène aux portes du Royaume de Gar'Haz, le Passeur est là, il t'attend. Il porte une sombre toge noire qui cache ses mains et un capuchon tout aussi noir qui cache sa tête et son visage. Il te fait signe de venir dans sa barque… Mais tu as le sentiment que ça ne va pas bien se passer dans le Royaume des vivants si tu pars maintenant. Tu essayes de lutter encore… mais pour combien de temps ton âme arcaëllienne en a encore ? Tu as le pressentiment que si tu meurs, ton corps ne va pas vraiment périr… tu vas plutôt laisser définitivement ta place à Badb…

Thaielsen, tu assistes froidement à ce qu'il vient de se passer mais tu ne restera pas longtemps calme ainsi. Ta dernière mèche de cheveux blonds vient de se teinter de noir. Tu sens que ton don divin est sur le point de s'activer dû au fait que Morianne, ton seul espoir de connaître autre chose que ta vie de marionnette au service de ton père Özan, est en train de mourir et à côté de cela, tu as Näzver qui te hurle de tuer quelqu'un, il veut du sang et il sent que tu es prêt à le faire couler. Saladin ne semble quant à lui, pas faire attention à toi, il n'a visiblement pas imaginé que tu pourrais le trahir, il pense probablement que Morianne t'as abusé.

Lumanaia, tu t'es précipité vers Morianne à la suite de Sëya, afin de la soigner. Tu t'es mise à hurler sur Yëris pour qu'elle continue de tenter de la soigner. Elle est restée un moment dubitative avant de se remettre au travail. Tu n'as pas des pouvoirs incroyables et surhumains, ton don de soin est puissant, mais pas assez pour guérir une blessure mortelle de façon complète. De plus la nature non-morte de Morianne t'empêche de réussir ton œuvre. Mais tu n'as pas abandonné, tu as continué malgré tout. Sëya, ses amis… tous comptent sur toi pour la ramener à la vie, tu t'imposes d'y arriver et… cela paye.

Tu n'as jamais voué de culte à une divinité en particulier, tu ne leur as jamais vraiment accordé plus d'intérêt que cela, mais ta compassion envers tes semblables, envers une inconnue qui devrait t'inspirer plus de crainte que de pitié, a, semble-t-il, éveillé la bonté d'une divinité.

Sëya, tu t'es précipitée sur Morianne au moment où tu as vu Saladin lui transpercer la poitrine. Tu perds espoir, au point de préférer mourir avec elle plutôt que de suivre le chef des Serviteurs Noirs afin qu'il se serve de toi.

Saladin se met à rire et t'empoigne par les cheveux alors que tes compagnons sont occupés à sauver la vie de Morianne… ou a sauver la leur, et toi, tu batailles pour ne pas lâcher ta douce qui est en train de mourir. Tu ne te laissera pas faire, mais sa force est bien au-dessus de la tienne.

Je me moque bien de ce que tu comptes faire, tu viens exactement de faire ce que j'espérai de toi, petite sotte ! Maintenant tu vas me suivre, de gré ou de force, je ne te laisserai pas le temps de mettre fin à tes jours… mais je veux bien participer à cela en temps voulu !

Tu n'as pas le temps de réagir, ni lui d'ailleurs, que soudain, la terre sous les pieds de Saladin se met à trembler et à se craqueler. Une colonne de terre jaillit du sol et le force à te lâcher, le projetant légèrement en arrière. Tu vois alors débarquer, les ailes entièrement déployées, une mzékils a l'air familier. Tu as du mal à le croire en la voyant, mais elle atterrit à côté de toi et tu peux la voir distinctement. Elle ressemble quasiment trait pour trait à Morianne, avec les cheveux légèrement plus longs et un peu plus sombres, et surtout quelques années de plus. Elle porte une belle robe bleu sans manche, avec une ceinture en tissu à sa taille accompagné d'une deuxième faite de corde et de nombreuses perles de bois, un nombre incroyable de bracelets aux bras, et une cape à capuchon légère, qui couvre sa tête et une partie de son œil droit.

Mère de Morianne:
 

Elle s'interpose entre toi et Saladin, puis jette un œil rapide à Morianne. Elle semble furieuse et lance un regard courroucé au chef des Serviteurs Noirs.

Qu'est-ce que tu as fait à ma fille ???

Les combats autour se sont arrêté. Les Serviteurs Noirs ont été surpris de voir leur chef tomber à terre et sont un peu hésitant à présent. Les compagnons de Sëya quant à eux, viennent de remarquer l'état de Morianne et l'arrivée de sa mère. Ils ne bougent pas non plus, ne sachant que faire.

Thaielsen, tu assistes à ça, presque impuissant. Tu vois les fluides des personnes bouger et grâce à ce qu'ils se disent, tu comprends ce qu'il se passe. Mais à peine ! Tu es toi même occupé avec tes propres démons. Morianne est toujours entre la vie et la mort, et étrangement ton don divin ne s'active finalement pas. En revanche, tu te sens basculer en faveur de Näzver qui se fait de plus en plus pressant et te fais souffrir via les stigmates qu'il t'a déjà infligé…

Tue les !! Tue les tous !!!

Lumanaia… tu n'as pas fait trop attention au bordel qui se passe autour de toi en ce moment. Ton attention a été accaparée par les soins que tu prodigues, mais aussi par une présence bienfaisante qui t'as habité. Tu entends une voix dans ton esprit, une voix douce et chaleureuse.

Lumanaïa… J'ai entendu ton appel ! J'ai senti ta volonté de sauver cette personne qui pour toi est une inconnue, et qui pour moi est une messagère, une druidesse… Ta bonté, ta compassion, m'ont ému au point que je ne peux rester spectateur de tout cela. Ma fille ne se remettrait pas de la mort de sa chère et tendre… Je te prête mon pouvoir… sauve Morianne  !

Lumanaia, tu es à présent investie d'immenses pouvoirs. Tu es même littéralement en train de briller, un fluide aux éclats multicolores irradiant de ton corps. Tu es peut-être le dernier espoir de tes camarades qui comptent sur toi pour sauver leur amie d'une mort certaine.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 726

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Nov - 18:22

Lentement mais sûrement, je quittais ce monde. La dernière chose que j'entendis fut la voix de Sëya qui m'implorait de rester avec elle. La dernière chose que je vis, furent ses yeux pleins de tristesse. La dernière chose que je sentis, était son parfum délicat. La dernière chose que je goûtai, fut une de ses larmes qui coula sur ma bouche. La dernière chose que je sentis se fut un baiser qu'elle déposa sur ma joue. Puis plus rien… Le silence… l'obscurité… plus d'odeur… plus de saveur… Plus aucune présence… Rien… Pas même le froid de la mort, ou la brûlure de l'enfer. Plus rien…

Tout était sans dessus-dessous, il n'y avait pas même une ligne d'horizon. J'étais juste là, consciente de qui j'étais. J'étais entièrement nue, et mes cheveux flottaient dans les airs, privés de toute gravité. Je n'avais même pas besoin de battre des ailes pour voler. Je flottais paisiblement dans tout cet espace vide. Je n'avais pas peur, je n'étais pas non plus effrayée. J'étais dans un état de conscience si serein, si paisible… Je n'avais plus à lutter contre quoique se soit. Je flottais la conscience tranquille. Tout était si calme, si reposant. Je n'avais plus à lutter contre une faim dévorante, je n'avais plus à combattre le mal. Tout était si simple, si harmonieux.

Un léger vent se mit à souffler. Je tournai mon regard vers sa source et ne vit rien, puis l'instant d'après je retournai la tête pour apercevoir qu'une plage avait fait son apparition. Tout était monochrome, avec des contours imprécis, comme si le décors se construisait au fur et à mesure. L'eau faisait des allers-retours paisiblement, faisant glisser le sable fin et produisant ce petit son caractéristique des vagues qui s'échouent avant de se retirer. Je tournais la tête et vit alors un petit enfant à côté de moi, nu lui aussi. Il devait avoir une dizaine d'années, pas plus.

Bonjour Morianne !
Heu… Bonjour oui ! Tu… Tu sais comment je m'appelle ?
Bien sûr, voyons ! Comment aurai-je pu t'oublier ?
On… On se connaît ?
Mais oui ! C'est moi ! C'est Barbath !
Barbath ? Barbath…
Barbath !
Le… Le vieux druide ? Celui de notre tribu qui est mort quand j'étais jeune ?
Oui ! C'est moi !
Mais… Tu es…
Un enfant, oui ! En fait l'âge n'a plus d'importance ici…
Ah bon ? Mais… où sommes nous ? demandai-je en me tournant pour regarder tout autour de moi.

L'océan face à moi semblait infini, et on ne voyait pas d'horizon. Il était même difficile de savoir si le ciel existait dans un tel lieu. Tout était infini…

Tu es à la lisière des mondes, Morianne !
La lisière des mondes ?
Tu ne comprends pas ?

Je fis signe de la tête que non.

Tu es morte, Morianne ! Tu as quitté ton enveloppe charnelle, et tu t'apprête à présent à voyager vers le Royaume de Gar'Haz !
Le Royaume de… N… Non… Je… Ce n'est pas vrai…
Et si… Aussi vrai que je suis là.
Tu n'as pas encore rejoint le Royaume de Gar'Haz ?
Si ! Mais il m'a envoyé pour t'expliquer, afin que tu n’ai pas peur d'accepter ton sort.
Mon… Mon sort ? Mais quel sort ?
Rejoindre le Royaume de Gar'Haz, pardi. Regarde !

Il me prit par le bras et me montra une silhouette encapuchonnée de noir. Aucun visage, on ne voyait pas même ses mains, mais il tendait son bras vers moi. Il se trouvait dans une barque de bois toute simple.

Qui est-ce ?
C'est le Passeur. Fais pas attention à son air effrayant, il est très gentil. Il va te mener au Royaume de Gar 'Haz avec sa barque !
Mais… Mais je ne peux pas !!! Je… Sëya m'attends !! Elle sera triste si je ne reviens pas !
Tu ne peux plus y retourner, Morianne… Tu es morte.
Je… Je ne peux pas partir ! Je ne peux pas…
Tu le dois, Morianne… Si tu n'accepte pas ton sort, tu deviendra une âme errante, torturée par le chagrin et le désespoir.
Je… Je ne peux pas… pas maintenant ! Je ne peux pas abandonner maintenant ! Sëya… Sëya va me sauver ! Elle va trouver un moyen de me ramener à la vie !
J'ai bien peur que tu te fasses des illusions, mon enfant…
Encore un peu ! S'il vous plaît !! Laissez moi encore un peu de temps… Je vous en supplie ! Sëya a juste besoin d'un peu de temps pour me sauver ! Je ne veux pas que nous soyons séparées !
Ne t'en fais pas, Morianne, le temps passe très vite ici ! Tu n'auras même pas le temps qu'elle te manque qu'elle sera déjà là. Un jour, comme nous tous, elle mourra.

Je restais sans mot dire. Il avait raison… Dans un certain sens il avait totalement raison même. N'était-ce pas plus simple d'accepter mon sort et de l'attendre ici ? Plus de souffrance, plus de combat, plus d'enfer à vivre… Mais la vie de Sëya était en danger, et c'est tout Arcaëlle qui allait peut-être disparaître si elle était sacrifiée par mon père. Je ne pouvais pas laisser faire ça sans rien tenter.

Non… Elle a besoin de moi… Arcaëlle a besoin de moi ! Je ne veux pas qu'un fou la sacrifie et condamne notre monde au chaos ! Je dois retourner là bas…

Le petit bonhomme sembla déçu. Il haussa les épaules et s'en alla. Il ne manqua cependant pas de prononcer quelques paroles avant de disparaître.

Je ne suis pas arrivé à te convaincre on dirait… Quelqu'un va venir pour essayer à son tour, ne soit pas surprise. J'espère que tu fera le bon choix, Morianne. Je n'ai pas envie que tu devienne une âme errante…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Nov - 23:40
* Tue les !! Tue les tous !!! *

La douleur qui te plongeais dans les ténèbres te torturais. Tu ne savais pas comment faire, tu ne savais pas quoi faire. Tu retenais un gémissement mais ta conscience s'enfuyais. Tu sentis des chaines t'attraper et te tirer vers le noir, encore une fois tu luttais face à Näzver pour rien. Sur ton corps un grand sourire se dessinait sur ton visage, mais ce n'était pas ta joie, ce n'était pas toi.

Tu voulais gémir de douleur, tu voulais crier de peine, tu voulais faire ressortir ta haine, mais rien, non rien, seul la joie et la famine de Näzver pouvait t'atteindre, tu perdais peu à peu espoir.

Tu ressentis alors un étrange sentiment qui émanait d'une sombre pensée. Celui qui avait causé ceci venait de se faire renverser, tu serras tes dents et finalement arrêtas de te débattre de l'emprise du démon qui prenait possession de toi.

Une idée folle te parcouru, tu ne réfléchissais plus comme tu avais l'habitude, à vrai dire tu pensais que plus personne n'était apte à te sauver. Tu réclamais la vengeance jusqu'à la mort, tu avais subitement plus envie de vivre, plus envie de te battre.

* Oui... Näzver... Nous allons les tuer, obtenir la force que tu désires, on plantera la lame du tourment dans le corps de tous les êtres vivants de ce monde. Tu te régalera de leur âme, de leur fluide. Tu deviendras le démon le plus puissant du monde... Et je serais ton immortel porteur, et ce jusqu'à ce qu'un homme bien plus fou que moi arrive à me tuer et te fasse tomber dans l'oubli s'il ne désire pas finir comme moi. Näzver, tuons, tuons ensemble, je sens ta folie me dévorer, j'ai envie du sang, j'ai envie de le couler. Je veux le sentir, le goûter. Mais mon désir le plus fort, tuons celui qui m'a dévoré mon unique espoir, dévorons cet homme qui m'a brisé. *

Alors que Näzver frémissait à t'écoutais, que plus heureuse, elle retirait le tissus noir de sur elle, s'approchant doucement vers Saladin. On aurait pu penser qu'elle se décide à se battre à ses côtés, tel un de ses défenseurs. Tout laissait croire que tu t'étais décidé à l'aider enfin.

Placé derrière Saladin, en position d'attaque, tu aurais pu abattre ton arme sur la Mzekil qui regorgait d'énergie, pourtant une proie te délectais bien plus. Dans un long rire fou, c'est dans le dos de Saladin que ton arme voulue se planter. Six nouvelles stigmates, formant toujours ces petits triangles, firent saigner tes yeux, mélanger aux larmes de ta haine.

* Oui... Tue le... Déchire le... Faisons lui connaître la souffrance de m'avoir volé Babd... *
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1/1
Identité : Histoire
Fluide
Journal
Expérience : 91

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Aän
Groupes: Hayert'Väal
Race: Demi-Dieu d'Özan & Elfe
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2


Näzver, celui qui ne tue pas

Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Nov - 11:11
Saladin se mit à rire  et m’empoigna par les cheveux, il me tira à lui et me parla. Je n’écoutais pas ses mots trop concentrée sur Morianne qui semblait morte. Je me mis à me débattre pour aller la rejoindre quand soudain le sol trembla et une colonne de terre jaillit laissant apparaitre une mzékils qui ressemblait traits pour traits à Morianne, en plus âgée. Saladin me lâcha et tomba en arrière. Je pris Morianne dans mes bras et la berçais doucement en lui murmurant de rester avec moi. Je ne faisais pas attention à ce qu’il se passait autour de moi trop préoccupée par l’état de Morianne. Je me rendis compte qu’elle ne respirait plus. Je pleurais toujours à chaudes larmes suffoquant à moitié. J’hurlais à Luma et à Yëris de sauver ma douce et tendre. Soudain Luma se mit à briller fortement. Je lui demandais si ça allait. Je n’eus pas de réponse, du moins pas immédiatement. Je regardais celle qui devait être la mère de Morianne. Elle ne bougeait pas et fixait Saladin d’un œil mauvais. Je soupirais dans mes sanglots, je ne voulais pas perdre ma dulcinée. J’observais la scène autour de moi, tous avaient stoppé leurs actions. Je regardais Morianne et déposais un baiser sur ses lèvres ensanglantées. Je ne pouvais me résigner à la perdre, pas comme ça. Pas maintenant. Je gardais les yeux sur le visage de Morianne espérant que son regard se pose sur moi et qu’elle revienne à la vie. J’implorais ma mère, Thaä, de lui rendre son souffle et son sourire. C’était tellement injuste et terrible. Je ne pouvais concevoir ma vie sans ma bien-aimée. Je caressais sa joue l’implorant de revenir. Alors que j'implorais Morianne de revenir, il se passa quelque chose d'étrange. L'arcaëllien aux côtés de Saladin lui planta son arme dans le dos lui arrachant un cri de stupeur et de douleur.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Nov - 15:47
Surprise, Luma marqua un temps d'arrêt. Qu'était-ce donc que cela ? Tout était si nouveau...

- Qui êtes-vous ?

Non ! Peu importait de savoir qui était cette personne qui lui parlait, seule comptait cette personne, si chère à Sëya, qu'elle avait appris à apprécier durant le peu de temps qu'elles avaient passé ensemble. Elle s'efforça donc de nouveau, du mieux qu'elle put. Elle en était certaine, après ça, elle ne pourrait plus utiliser le moindre fluide pendant un moment, tant l'effort qu'elle était en train de fournir était intense. Mais peu importait. Tous comptaient sur elle, elle ne pouvait donc pas les décevoir. C'est à ce moment qu'elle se surprit à supplier avec ferveur :

- Allez, ouvrez les yeux ! Faites-le pour Sëya, au moins ! Ni vous ni moi ne voulons son malheur ! Rendez-lui le bonheur, Morianne !

Oui, elle parlait à quelqu'un que tous croyaient morte. Mais elle, elle s'était trouvée envahie d'un espoir aussi fou que nouveau lorsque cette entité inconnue s'était manifestée. Qui qu'elle soit, elle aussi comptait sur la petite elfe, qui se devait donc de tout faire pour lui obéir.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer-