L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Intrigues à Wasdkioljer

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 13 Oct - 17:59
Juier n'était pas très loin de Wasdkioljer. Il ne nous fallut que quelques jours en monture pour atteindre la grande citée qui se voulait être la capitale de la partie Ouest de Kaïl. Pourtant, jusqu'à présent, Wasdkioljer n'avait pas fait montre de beaucoup de férocité envers les Hayert'Väals, et le fait que le Domaine s'agrandisse ne semblait pas les inquiéter outre mesure, tout du moins c'est l'absence de réaction de leur part qui nous faisait penser cela.

Quand nous arrivâmes aux portes de la citée, nous dûmes faire face à une garnison entière, postée à l'entrée nord. Le grand virenpien qui dirigeait ce escouade nous fit signe de nous arrêter et nous demanda de poser pied à terre.

Hé la, étrangers ! D'où venez-vous, qui êtes-vous et que venez-vous faire à Wasdkioljer ?
Bonjour, nous venons de Juier, et au nom du Domaine, nous aimerions parler à l'intendant de Wasdkioljer…
Vous faites donc partie du Domaine…
Pas tout à fait… Nous sommes leurs alliés, il est vrai, mais nous sommes surtout des ennemis des Hayert'Väals. Laissez nous voir l'intendant…
Hum… Vous m'avez l'air vachement suspects quand même… Qui me dit que vous n'êtes pas des Hayert'Väals ?

Je me tournais alors vers Sëya, cherchant du secours auprès d'elle, ne sachant que dire face à la méfiance de l'officier qui ne semblait pas décidé à nous laisser entrer. Par la pensée, grâce à nos médaillons respectifs, je lui demandais alors :

Que fait-on ? Il n'a pas l'air très réceptif…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 18:32
Le voyage jusque Wasdkioljer se passa sans encombre. Nous ne nous reposâmes guère mais c’était agréable de chevauché en pleine nature. Je regrettais presque qu’il n’y ait pas eu d’attaque d’adorateurs d’Özan mais fis mine de rien. Une escouade gardait la porte par laquelle nous arrivâmes. Le virenpien, sûrement chef du groupe, semblait suspicieux. Malgré les mots de Morianne il nous barrait la route. Je soupirais et descendis de mon cheval. Ma bien-aimée m’envoya alors un message télépathique grâce au médaillon. C’est vrai qu’il n’avait pas l’air réceptif du tout. Je m’approchais de lui et lui dis que nous étions des alliés du Domaine venu les aider à combattre les Hayert’Vaäl. Il haussa les épaules et ne sembla pas me croire. Perdant patience je lui dis que j’étais en capacité de le tuer sans le moindre effort si je le voulais. Cela le rebuta encore plus et il dégaina son arme imité par ses arcaëlliens d’armes. Je pinçais l’arête de mon nez et soupirais. Comment les amener à nous faire confiance ? J’avais bien une idée mais c’était quitte ou double… Si je leur prouvais que j’étais la fille de Thaä peut-être auraient-ils confiance en nous. Je me décidais sur un coup de tête.

Je suis Sëya Nazen, noble d’Yban et fille de Thaä. Je suis ici pour vous aider et non vous faire du mal. Je peux prouver mes dires en invoquant la vie.

Je fermais les yeux et étendis la main droite au-dessus du sol. Après quelques secondes un arbre se mit à pousser. Il y eut des jurons et des cris d’étonnement. Une fois l’arbre arrivé à maturité, je ramenais ma main vers ma hanche et souris satisfaite. Le virenpien me regardait avec de grands yeux ronds. Il nous dit qu’il allait avisé le gérant de la ville et que nous devions attendre ici.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 19:30
Après la démonstration de puissance Sëya, les soldats n'eurent d'autre choix que de nous croire sur parole. Ils avaient eu la preuve devant leurs yeux ébahis, que ma bien-aimée était fille de Thaä et que ses pouvoirs étaient grands. Leur chef ne savait plus où se mettre et nous dit alors qu'il allait aviser le gérant de la ville de notre venue. Il sembla partir avant de se raviser et se tourna vers Sëya, un peu craintif.

E… Excusez-moi, fille de Thaä… Je ne voulais pas… enfin… Si vous vouliez bien me suivre… Je ne vais pas vous laisser aux portes de la citée… je… Thaä en serait sûrement très contrarié.
Il le serait, dis-je alors abruptement. Je suis druidesse de Thaä et j'entends sa voix… Si vous nous faites attendre…
Il risque fort de ne pas être très content de votre comportement et ne vous offrirait plus sa protection, il serait même très en colère… renchérit Yëris qui portait ses habits de prêtresse de Thaä.
Je… Oui… pardon ! Veuillez me suivre… Gardes ! Escortez ces femmes et hommes jusqu'au palais de l'intendant… Je vais aller l'avertir de votre venue…

C'est finalement sous bonne escorte que l'on fut conduit jusqu'au palais de l'intendant. Nous traversâmes donc la ville sans vraiment profiter de ce qui nous entourait, les gardes ayant pris grand soin de nous encadrer comme il se devait. Ce que nous pûmes remarquer en revanche, c'est le nombre de paires d'yeux qui nous fixaient avec curiosité. Une foule de monde semblait s’amasser à notre passage, se demandant qui nous étions, ce que nous voulions et pourquoi étions-nous ainsi escortés.

Le palais de l'intendant était un bâtiment plutôt imposant, fait de pierre et comportant des gravures ornementales somptueuses. La grande porte à sa devanture était gardée par nombres de soldats, et chaque personne y entrant était scrupuleusement fouillée. Nous n'eûmes cependant, à mon grand soulagement, pas le droit à ce traitement. On ne nous demanda même pas de retirer nos armes, possiblement parce qu'ils étaient au courant du pouvoir que possédait Sëya, et qu'il serait inutile de nous déposséder de nos armes.

Après un moment à patienter dans un grand hall où des personnes passaient sans cesse, nous fûmes finalement invités à entrer. C'est un grand elfe blafard, aux cheveux grisonnant, qui vint à nous pour nous annoncer la nouvelle.

L'intendant va vous recevoir… Mais uniquement la fille de Thaä.
Hors de question, je viens avec elle !

Il me regarda d'un air hautain et froid mais ne prononça pas un mot. Il semblait ne pas réagir quand soudain il reprit la parole.

Vous êtes la druidesse, c'est cela ?
Oui ! répondis-je avec défi.
Où est la prêtresse ?
Ici !
dit Yëris en se montrant.
Bien… Vous pouvez toutes les trois venir, mais uniquement vous trois. Les autres attendront ici…
Quoi ? Mais c'est dégueulasse…
protesta Amaya.

L'elfe toussota avec agacement et je pris alors les devants.

Amaya… calme-toi ! La dernière chose dont on ait besoin, ce sont des complications… alors attends nous la comme les autres… On y arrivera sans vous.
Pfff… ok… grogna-t-elle.
Bonne chance ! me lança Brohmac.
Merci…

Nous suivîmes alors l'elfe qui nous mena jusqu'à l'intendant, un autre elfe, encore plus vieux et plus blafard, mais dont les habits étaient à la hauteur de son statut. Il était aussi plus bel homme, et malgré l'age, il gardait des traits séduisants.

Bienvenue, serviteurs de Thaä… Asseyez-vous, je vous en pries… Nous avons beaucoup de choses à nous dire, je crois…

Toute une ribambelle d'hommes armés entrèrent dans la pièce, nous encerclant, armes aux poings et prêts à défendre l'intendant à la vue de tout signe de danger. Non… pire… j'avais l'impression qu'ils avaient ordre de nous tuer à tout moment. Je sentais aussi leur peur… Agissaient-ils sous la menace ? Je n'en savais rien… mais ces hommes semblaient prêts à tout.

C'est mal barré… pensais-je, partageant ces mots avec l'esprit de mon âme sœur.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 9:13

Le virenpien s’excusa de sa maladresse et s’en alla prévenir l’intendant. Nous fûmes escortés jusqu’au palais par le reste de la garnison. Il n’y eut pas de fouille à notre arrivée au palais ce qui me soulagea. Nous patientâmes dans un grand hall jusqu’à ce qu’un vieil elfe décrépit vienne nous chercher. Seules les trois représentantes de Thaä avaient le droit à l’entrevue. Je trouvais cela étrange et injuste mais ne fis pas de vagues. Nous pénétrâmes dans la salle où un autre elfe en fort beaux apparats attendait. Il avait la mine fatiguée et les traits tirés. Alors qu’il nous invitait à nous asseoir, une ribambelle d’arcaëlliens en armes fit son entrée et nous encercla. Au moment où je me disais que c’était mal barré, Morianne m’envoya ce message par la pensée. En essayant de garder mon calme, je pris place sur une chaise. Le vieil elfe sourit doucement et s’excusa pour cette scène mais il avait eu affaire à des Hayert’Vaäl se faisant passer pour autre. Je hochais la tête, acquiesçant ses mots. Je comprenais sa méfiance même si je la trouvais démesurée. Yëris semblait effarée et hors d’elle. Mais elle se tut. Elle s’assit sans un mot et tourna la tête vers l’elfe.

Je gère cette ville depuis de nombreuses années mes enfants. Mais jamais je n’ai connu de difficulté telle que celles qui sont à nos portes. Les adorateurs d’Özan sont puissants et nombreux. Il ne faut pas prendre à la légère leurs attaques. Pardonnez ma méfiance à votre encontre mais rien que cette semaine on a essayé de me tuer trois fois en deux jours.
Messire, je comprends votre défiance à notre égard. Cependant, sachez-le, nous sommes là pour vous protéger. Nous avons en horreur les adorateurs d’Özan, surtout qu’ils veulent me sacrifier. Nous pensons qu’il suffit de faire tomber la tête pensante du groupe, un certain Lemmy, pour créer la débandade.

L’elfe hocha la tête et garda le silence.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 9:58
Sëya fit preuve d'un sang froid que j'admirai. Face à l'intendant qui nous expliquait prendre des mesures si extrême suite à de nombreuses tentatives ratées d'assassinat, elle lui répondit calmement le pourquoi de notre venue ici avec un calme à toute épreuve. Le vieil elfe sembla acquiescer et garda un moment le silence avant de reprendre la parole.

Ainsi donc, vous êtes Sëya Nazen... la fille de Thaä... celle qui ouvrira la porte par son sacrifice...
Une minute... Comment savez-vous cela ? l'interrompis-je abruptement.

Il soupira et passa une main sur son vieux visage fatigué, essayant visiblement de trouver les bons mots avant de reprendre.

Je suis au fait de beaucoup de choses, jeune mzékils... Tout ce qui concerne la sécurité de notre peuple ne m'est pas inconnu... Et je suis profondément navré, sachez le, que si jeune, votre amie porte un tel fardeau...
Alors aidez-nous ! Le Domaine a des armées, des arcaelliennes et arcaelliens prêts à se battre pour protéger Kaïl ! C'est ensemble que nous pourrons lutter contre les Hayert'Väals. On ne vous demande qu'une chose : vous allier à nous !
Ce n'est pas si simple... Voyez-vous... Je suis, par mon poste, contraint d'obéir à la volonté de l'Alpha... Hors, le Domaine... est considéré comme un groupe de dissidents, des rebelles. Selon les informateurs de l'Alpha, ils seraient de mèche avec les Hayert'Väals...
Mais c'est faux !!! m'écriai-je, sortant de mes gonds.
Et pourtant, si j'en crois les informations, c'est vrai ! Ils auraient nommé une Hayert'Väal, Anna Cornwall, ministre de leur économie. C'est bien suffisant pour douter de leur loyauté envers les lykosims !
C'est...

Je ne savais pas quoi répondre à cela. C'était vrai d'une certaine façon, mais je connaissais bien Grégoire, il haïssait les Hayert'Väal plus que tout. Il s'était battu pour défendre Kaïl, il avait affronté les pires dangers alors qu'il aurait tout simplement pu vivre sa propre vie sans s'en soucier. Non... définitivement, si Grégoire avait nommé cette Anna Cornwall, ministre de l'économie de son Domaine, c'est qu'il avait de bonne raison de penser qu'Anna ne faisait plus partie de ces criminels d'Hayert'Väals. Mais comment le prouver ? Et comment faire comprendre à cet homme qu'il avait tout faux ? Je laissais à Sëya ce rôle. Ce qui me tracassait toujours en revanche, c'est qu'il savait pour Sëya... C'était bien trop louche à mon sens. Comment pouvait-il savoir ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 10:19
Comment savait-il pour moi ? Comment pouvait-il connaître ce fait ? Je me crispais un peu, angoissée à l’idée que nous soyons tombées dans un piège. Lorsqu’il parla d’Anna, je ne sus plus où me mettre. Elle avait été Hayert’Vaäl mais aujourd’hui son allégeance allait au Domaine. Je l’expliquais au vieil elfe qui se crispa. L’alpha n’en avait rien à faire de son peuple, tout ce qui l’intéressait c’était le pouvoir. Et les arcaëllienne de basse extraction. Je soupirais appuyant ma tête sur ma main droite, le coude posé sur la table. Cela n’allait pas être facile de convaincre cet arcaëllien de se rallier à nous. Nouveau soupir tout en réfléchissant à ce que je pouvais dire pour le convaincre. J’allais jouer sur mon ascendance divine. Je ne voyais que ça.

Vous ne voulez pas fâcher Thaä ?
Bien sûr que non ! S’offusqua l’intendant.
Pourtant c’est ce que vous faites en refusant notre aide… Moi, sa fille, je peux communiquer avec ce Dieu. Et je vous assure qu’il ne sera pas content d’apprendre que vous préférait prêter allégeance à l’Alpha plutôt qu’à sa divine fille.
Que… Que voulez-vous dire ?
Que Thaä est plus puissant que l’Alpha.

Il sembla réfléchir longuement et lentement. Il se leva de son siège et dévoila un dos vouté. Il porta une main vers son front et sembla penser profondément. Enfin il s’assit et déclara :

Le problème c’est que ça ne m’appartient pas de choisir si je vous aide ou pas. Seul l’Alpha peut décider. Et il ne porte pas le Domaine dans son cœur. Laissez-moi réfléchir. Je vous donnerais une réponse demain. En attendant, ma maison est votre maison. Vous êtes libre de circuler dans le palais et uniquement le palais. Je ne veux pas vous voir quitter ma demeure. On va vous conduire à vos appartements. La séance est levée.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 10:41
Il nous avait congédié, purement et simplement, sous prétexte de réflexion avant toute décision. Mais je n'y croyais pas trop, et si cet homme était fidèle à l'Alpha... il n'était peut-être pas vraiment la bonne personne soucieuse de son peuple qu'il prétendait être. L'Alpha n'était qu'un porc, uniquement soucieux de sa richesse et de son confort, c'est en tout cas ce qui se disait au travers du continent. Et puis le fait qu'il sache pour Sëya m'inquiétait toujours autant... Et s'il prenait son temps non pas pour prendre un décision mais pour préparer notre arrestation ? Et s'il avait en tête de nous vendre à ces chiens d'Hayert'Väals ? J'avais de sérieux doutes à son sujet et une fois sorties de la pièce, je m'empressais alors de faire part de mes suspicions à ma douce et tendre :

Sëya... J'ai peur que l'intendant soit corrompu ou de mèche avec les Hayert'Väals... ou alors peut-être font-ils pression sur lui et les gens de cette citée... Mais ce n'est pas normal... Il sait pour toi... Et il sait aussi pour Anna, alors que son identité était plutôt bien gardée, si j'ai bien compris... Tout ceci sonne affreusement faux... de plus il nous a assigné à résidence, ici, sûrement pour nous garder à l'oeil... voir peut-être pour nous capturer plus facilement... J'ai peur qu'il ne s'agisse d'un coup des Hayert'Väals, voir même de ce... Lemmy... On ne devrait peut-être pas rester ici...

Yëris semblait aussi inquiète que moi et sembla plutôt de mon avis, mais ce n'est pas du sien que je me souciais, mais plutôt celui de Sëya. Après tout, elle était la seule à devoir décider de si l'on devait rester ou non, il en allait de sa sécurité, de sa vie à elle. Rien ne nous garantissait que l'intendant n'allait pas vendre ma bien aimée aux Hayert'Väals, ce que je redoutais fortement étant donné qu'il avait connaissance du fait qu'elle était « la clef ». En plus leur attitude suspecte... Je ne pouvais me défaire de cette idée.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 11:43
Je trouvais cet elfe louche au plus haut point mais je devais me faire des idées. Nous sortîmes de la salle du conseil. J’avais la peur au ventre. Et s’il s’était allié au Hayert’Vaäl et qu’il me livrait aux adorateurs ? Morianne semblait avoir les mêmes doutes que moi. Je fis un bref résumé de ce qui s’était passé dans la salle à Amaya et aux autres. Ils semblèrent surpris autant que nous. Morianne suggéra que nous ne devions pas rester ici. J’étais plutôt d’accord avec elle mais on allait sûrement nous empêcher de sortir. L’elfe qui était venu nous chercher tout à l’heure reparut. Il nous invita à le suivre dans le palais pour nous conduire à nos appartements. Je gardais une main sur mon épée, au cas où. Amaya semblait aussi sur ses gardes tout comme le reste du groupe. Brohmac jetait des regards inquiets sur les gardes. Nous finîmes par arriver dans une aile du palais où se déclinaient beaucoup de portes. Tour à tour, nous entrâmes dans les pièces étant ainsi séparés. J’entrais dans une chambre luxuriante où trônait un lit à baldaquins rouges. L’elfe me laissa là et je m’assis sur le lit. Il avait emmené Morianne avec lui. J’envoyais un message télépathique à ma bien-aimée lui disant d’être prudente. M’allongeant sur le lit je vis à la fenêtre un oiseau de mille et une couleurs. Je me levais et allais lui ouvrir. Le messager de Thaä se posa sur mon épaule gauche et se mit à piailler. Qu’essayait-il de dire et pourquoi l’artefact ne fonctionnait pas avec lui. D’habitude, depuis que j’avais cet objet, je comprenais les animaux mais là… Rien. L’oiseau s’envola par la fenêtre et disparut. Je soupirais et retournais sur le lit. Morianne me manquait déjà.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 13:55
Malgré nos doutes, nous ne pouvions faire autrement que de rester ici pour le moment. Ainsi nous dûmes suivre le serviteur elfe qui nous conduisit à nos appartements. Un à un nous fûmes séparés... et cela ressemblait d'autant plus à un piège de mon point de vue. Ils ne voulaient pas que nous soyons ensembles, cela me sembla assez clair. Quand nous rejoignîmes notre chambre, le vieil elfe me retint et m'expliqua alors :

Pas vous...
Mais... Sëya et moi... nous...
Peu importe... Il y a quelqu'un qui désirerait vous voir. Je vous reconduirai auprès de Dame Nazen plus tard...
Je... Bon... D'accord... soupirai-je. A tout à l'heure, Sëya... dis-je en faisant une moue triste.

Je suivis l'elfe bien malgré moi, soupirant et ronchonnant que je préférerai être avec Sëya. Mais l'elfe ne sembla pas en faire cas, pire encore, il m'ignora complètement. Nous arrivâmes finalement au bout de l'aile est du palais, devant la porte d'une suite réservée aux invités d'honneur. Il frappa à la porte et une voix grave et sinistre l'invita à entrer. Quand il ouvrit la porte et me proposa d'entrer en première, j'étais loin d'imaginer que la première chose que je verrai serait un homme en armure noire. Pire encore, son apparence ne m'était pas inconnu, il ne me fallut qu'un bref instant pour reconnaître le mzékils qui était apparu dans mes cauchemars... Le Serviteur Noir qui m'avait tendu la main et m'avait invité à le rejoindre. Prise de panique, je me jetais en arrière mais deux autres hommes en armure noire me saisirent et me firent entrer de force dans la pièce.

NON !!! LÂCHEZ-MOI !!!
Allons... calmez-vous jeune fille... Nous ne voulons que discuter...
Je ne veux rien entendre de vous ! Vous êtes des monstres ! m'écriais avant de lancer un regard furieux à l'elfe. Espèce de traître !!! Je le savais !! Je le savais !!! Vous avez pactisé avec ces sales types !!

Le mzékils qui était debout derrière le bureau fit signe à un de ses hommes et aussitôt celui-ci passa son épée sous ma gorge, ce qui eut, je dois l'avouer, l'effet immédiat de me faire taire.

Maintenant, tu vas m'écouter, jeune fille... Nous avons à parler toi et moi !
Non... Non je ne vous écouterai pas...
Je crois, au contraire, que tu vas m'écouter très attentivement, car au fond de toi tu meures d'envie de savoir qui je suis et ce que je veux...
N... non... Je... ne veux pas... bégayai-je en tremblotant.
Je me nomme Saladin Wilsard... Je te cherche depuis longtemps... très longtemps, Morianne... ou devrai-je dire... Badb !

Je le regardai alors avec toute mon attention, essayant de comprendre ce qu'il venait de dire, mais cela n'avait aucun sens pour moi.

Badb ? Mais de quoi parlez-vous ?
De ton vrai nom, pas celui que t'ont donné tes parents adoptifs, peu importe qui ils soient d'ailleurs... Non... Je parle du nom que l'on t'a donné à ta naissance, celui que ta mère et ton père t'ont donné. Badb...
Ne m'appelez pas comme ça ! Je ne connais pas mes parents naturels... mais ce n'est pas important ! Ce sont mes vrais parents qui m'ont élevé, mes parents adoptifs, ceux que je considère comme ma seule famille !
Hum... Je vois... mais n'es-tu pas curieuse de savoir pourquoi ta mère t'as abandonné ?
Parce qu'elle voulait me sauver de vous !!
Précisément ! Je vois que tes dons de voyance t'ont déjà permis d'en arriver à cette conclusion... Mais tu ne voudrais pas savoir pourquoi ta mère était ainsi poursuivie par les Serviteurs Noirs que nous sommes ?
Je...

Je restais silencieuse... Je mourrai d'envie de le savoir. Depuis que j'avais fait ce cauchemar, pas un seul instant je m'étais arrêter de penser à cela. Que voulaient-ils d'elle ? Était-ce moi qu'ils voulaient ? Comment connaissaient-ils ma mère ? Qui... ?? … … … Qui étais-je ?

Ahahahah ! Je le savais... tu en meures d'envie...
Ce dont j'ai envie n'est pas important... C'est ce qui se passe ici, qui l'est ! Pourquoi êtes-vous ici ? L'intendant... L'intendant est un traître... Il sait que vous êtes ici, n'est-ce pas ?
Oh oui ! Il le sait, puisque c'est lui qui nous a gentiment invité à rester ici... Ou disons plutôt qu'il s'est senti obligé de nous accorder ce privilège.
Vous le faites chanter !!?
Disons qu'il a tout intérêt à ne pas participer aux conflits qui ont lieux actuellement... dans son intérêt personnel et celui de sa famille.
Espèce d'ordure !!!

Le mzékils se mit à rire, amusé probablement par mes injures qu'il devait juger risibles. Je l'observai se moquer de moi, et après un moment à l'observai, je remarquai que son casque ne comportait d'ouverture que pour un seul œil. Il devait être borgne... Son aspect était terrifiant en tout cas, et son seul œil visible était d'un bleu glacial.

Si tu savais le nombre de fois que j'ai entendu ce mot là prononcé à mon égard... avant que la personne qui l'ait prononcé ne meurt dans d'atroces souffrances... Maintenant que ce point est éclairci, laisse-moi te parler plus avant de nos projets... pour toi !
Pour... moi ? Vous... Jamais je ne vous obéirai !
Tu ne t'es jamais demandé pourquoi le premier fluide que tu ais pu maîtrisé, était le fluide Dën, et qu'en plus ce ne soit que sous la forme de glace ?
Que... Que voulez-vous dire ?
Hum... et si je te parlais des voix que tu entends ?
Des... voix ?
Oui... Les voix qui te parlent durant ton sommeil, ou lorsque tu as perdu tout contrôle sur toi ! Cette fois où tu as failli accomplir ce pour quoi tu es née !
Ce que... Qu'est-ce que vous racontez ?

Je tremblai... je commençais à voir où il voulait en venir exactement mais je n'arrivai pas à l'accepter. J'étais terrifiée... Cet homme m'était si familier... sa présence me donnait un sentiment si étrange...

Ce n'est pas la voix de Thaä que tu entends dans ton sommeil. Nous t'avons fait croire cela pour que tu obéisses bien gentiment, mais tu sais ce qu'il en est, Badb !
Je ne m'appelle PAS Badb !
Tu sais ce qui se cache au fond de toi... la noirceur ! Les ténèbres sombres et obscures, pleines de mauvaises intentions, avec cette soif de destruction !! Pourquoi crois-tu que tu ais survécu à la mort, Badb ? A qui crois-tu que cette voix appartenait ? Cette voix sombre qui t'a appelé maintes et maintes fois à elle ?
Non... Cette voix... c'était... c'était vous !
Oui, Badb ! C'était moi ! Et pourquoi crois-tu que j'ai fais en sorte de te rapprocher de Sëya ?
Non... vous... vous m'avez...
Utilisée, oui ! Tu n'as jamais été la druidesse de Thaä ! Depuis tout ce temps, tu n'as fait que servir nos intérêts... à chaque fois que tu as fait un rêve, c'était soit pour rejoindre Sëya, soit pour aller à la rencontre des Hayert'Väals ! Pourquoi, à ton avis ?
Non...
Oh, si ! C'était pour nous l'apporter ! Pour que nous puissions l'amener là où nous voulions qu'elle aille ! Tout le reste n'a été que pur coïncidence... et le fait que tu tombes amoureuse d'elle n'avait pas été prévu... Ce qui a pas mal compliqué le chose et a empêché le rituel de s'accomplir... Par deux fois !
Vous mentez !!! C'est faux !! Vous essayez de me tromper ! Je... Je suis druidesse de Thaä ! Je... L'oiseau multicolore... il était posé sur mon couffin...
Oui... parce que Thaä avait pitié de toi... mais tu n'as jamais été sa messagère !
VOUS MENTEZ !!!
Non... Au fond de toi, tu sais que j'ai raison.
Foutaise !!!

Une colère noire et glaciale se mit à m'envahir. Je n'arrivai plus à me contrôler... Les deux hommes qui me maintenaient en respect le sentir mais ne purent rien faire. En un instant, je projetais mes lames de glaces de mes mains et elles vinrent toutes les deux se loger dans une de leurs épaules, les clouant tous les deux contre les murs, l'un et l'autre à chaque bout de la pièce. Le mzékils borgne se mit à rire et en un instant, matérialisa une lame de glace sous mes yeux horrifiés tandis que j'en faisais de même. Elle était parfaitement identique à la mienne.

Que...
Tu te demandes comment j'en sais autant sur toi, non ? Tu te demandes pourquoi, ma magie est similaire à la tienne, n'est-ce pas ? N'as-tu pas une petite idée de la réponse ? N'as-tu pas idée de mon identité, moi qui sait presque tout de toi, au point de savoir qui est ta mère ?
Je ne veux rien savoir !!!

Je me jetais alors sur lui et nous échangèrent de nombreux coups. Mais il était plus fort que moi, et malgré son armure, il était aussi agile et aussi rapide que je ne l'étais, voir plus. Plusieurs fois, il m'envoya au tapis, me laissant me relever.

Tu le sais au fond de toi, Badb ! Tu l'as deviné dès que tu m'as vu, mais tu n'oses pas te l'avouer à toi-même !
LA FERME !!! Et ne m'appelle pas comme çaaaa !

Je me jetais à nouveau sur lui, et à nouveau je fus surpassée en tout point. Nous avions les même techniques de combat, les mêmes gestes, les mêmes parades... sauf que lui était plus expérimenté, et plus fort. Il m'envoya au tapis encore une fois et me regarda de haut, son œil cruel fixé sur moi.

Puisque tu ne veux pas te l'avouer à toi-même, je vais te le dire, Badb ! Je suis... ton père !!
Nooooooooooooooooon !!! La ferme ! La ferme ! La ferme !!!! Vous n'êtes pas mon père !!! Vous n'êtes pas mon père !!! Vous n'êtes rien pour moi !!!
Lis dans ton cœur, et tu sauras que je dis vrai ! Au plus profond de toi, il y a la même noirceur qui est dans mon cœur ! Je t'ai légué cette cruauté et cette férocité ! Tu as soif de destruction, Badb... ou Morianne... peu importe ! Tu es ma fille, et tu es aussi mauvaise que moi ! Rejoins-moi, et ensemble, nous pourrons révéler ta vraie nature ! Qui y a-t-il de plus beau, qu'un père et sa fille, oeuvrant pour la même cause ?
JAMAIS !!! Vous m'entendez ? Jamais je ne vous rejoindraiiiiis ! Grahaaaah !!!

Je me jetais à nouveau sur lui, mais dans mon cœur, j'étais apeurée, terrifiée même. Je me mis intérieurement à crier à l'aide auprès de Sëya, espérant que mon pendentif ferait son office. Je me laissai en même temps aller à une rage sans aucun contrôle, fondant sur le mzékils face à moi qui prétendait être mon père. Je refusais d'y croire, je refusais qu'il soit mon père, mais au fond de moi, une petite parcelle de mon esprit sentait qu'il disait vrai...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 16:56
Je sentais la peur grandir et ce n’était pas la mienne mais celle de Morianne. Je me redressais sur le lit. Elle était en danger, je pouvais le sentir. Mais, pourquoi ? Comment ? Je me levais du lit et allait vers la porte. Elle était verrouillée. Je pestais en entendant Morianne appeler à l’aide. Sentant sa crainte, je donnais de vigoureux coups d’épaule dans le battant mais il ne bougea pas. Que devais-je faire ? Je posais ma main droite sur les gonds de la porte et invoquais la flore. La porte se déchaussa et je pus sortir. Je pris mon épée et courus dans le couloir long et uni. Il n’y avait pas de gardes, la belle aubaine. J’arrivais devant une porte et entendis des bruits de bagarre. J’ouvris la porte et vis Morianne au sol et un cavalier noir borgne non loin d’elle. J’invoquais un tigre qui se rua sur le mzékils mais l’animal ne fit pas long feu.

Sëya Nazen, c’est ça ?
En effet !
Ce n’est pas encore ton tour, Sëya Nazen. Mais bientôt ce le sera.
Et tu crois que je vais me laisser faire ?

Le mzékils se mit à rire disant que je n’avais pas le choix. Je me jetais sur lui, épée dehors. Ma lame ne le toucha même pas, je roulais au sol comme une vulgaire poupée de chiffons. J’avais la lèvre inférieure fendue. Je pestais et rampais jusqu’à Morianne lui disant par la pensée qu’à deux on pouvait l’avoir. J’en oubliais les Hayert’Vaäl présent dans la pièce. Il fallait que les autres nous viennent en aide. Mais ils devaient être bouclés dans leur chambre. Je sentis qu’on me soulevait et vis le mzékils me faire face. Il me lança dans les bras d’une lorcq aux cheveux brun et aux yeux oranges. Il m’intima de ne pas bouger si je voulais que Morianne vive.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 17:39
Sëya était venue à mon secours... malheureusement elle n'avait pas jugé utile de faire venir les autres avec elle... J'aurais dû être plus précise en l'appelant à l'aide... Je regrettai subitement de l'avoir informé de ma situation... nous étions à présent toutes les deux dans une situation peu enviable. Sëya était entre les mains d'une lorcq féroce et visiblement très forte, quant à moi... j'étais face à ce mzékils, Saladin Wilsard, qui était peut-être mon père naturel. Il me tenait en respect, son épée de givre pointée sous ma gorge.

Quel plaisir... Sëya. Je m'attendais à ce que Badb te mène jusqu'à moi, mais pas aussi rapidement. C'est du bon travail, ma fille !
Je ne m'appelle pas Badb et je ne suis pas ta fille !
Oh... Tu me fais de la peine, Morianne... Renier ainsi son héritage... ce n'est pas très sain. Mais maintenant qu'on y est, pourquoi ne me présente tu pas à ta compagne ? Je serais ravi de faire plus ample connaissance avec ma... belle-fille !
Je t'interdis de nous parler comme si nous étions de ta famille !
Oh... crois-moi, je suis navré qu'elle soit destinée à être sacrifiée pour ouvrir la porte... Sincèrement ! Mais c'est ainsi... on n'y peut rien ! Tu lui dois la vérité, cela dit ! Aller ! Dis-lui qui tu es vraiment !
… …
Décevant... Incroyablement décevant... Puisque tu insiste, je vais faire les présentations moi-même !  Je suis Saladin Wilsard, et cette pauvre fille avec qui tu partages une histoire d'amour est ma fille. Son véritable nom est Badb et...
TAIS-TOI !!!
SILENCE !!!

Il pressa sa lame un peu plus contre ma gorge et m'entailla même la peau jusqu'à en faire couler un filet de sang.

Quand ton père parle, tu te dois de ne pas l'interrompre !!! Bien... Je disais ? Oh oui ! Je parlais de toi, ma fille ! Je devais vous informer, Sëya, que cette fille n'est pas du tout une druidesse... Mais on ne peut pas lui vouloir de l'avoir cru, puisque c'est moi qui ait fait en sorte qu'elle le pense... regrettable...
N... non ! Pi... Pitié... A... arrêtes !!!
Il faut bien qu'elle sache à cause de qui elle va tomber entre nos mains !
Non... non ce n'est pas... ma faute... je... ce n'est pas...

Je me mis à pleurer à chaudes larmes, totalement désemparée. Depuis quand m'avait-on utilisé ? Depuis quand étais-je l'outil des Serviteurs Noirs ? Ma vie n'était-elle qu'un horrible mensonge ? Ce n'était pas ma faute... je voulais être une druidesse de Thaä... mais finalement je n'étais rien... était-ce cela la vérité ? N'étais-je qu'un outil qu'on avait utilisé depuis toujours ? Je ne voulais pas accepter cela...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 17:59
Badb ? Pourquoi l’appelait-il ainsi ? Son nom était Morianne…. Non ? Apparemment j’avais des choses à apprendre sur ma bien-aimée…. Je baissais la tête et retenais mes larmes. Elle n’était pas ce qu’elle croyait, cela devait être dur pour elle. Je sentais sa déception, sa peur et sa tristesse. J’eus un frisson de dégoût pour le mzékils. Soudain, je relevais la tête et défiais du regard le père de Morianne.

Vous n’êtes rien pour elle et elle est druidesse de Thaä ! Parce que son cœur a choisi de servir ma mère !
Vraiment ? Alors pourquoi ta mère divine n’intervient pas ?

Je ne sus que répondre et baissais la tête à nouveau. Il était abominable et parfaitement grotesque. La lorcq resserra son étreinte quand je tentais de me défaire d’elle. L’arcaëllienne était foutrement forte.

Mo…. Morianne ! Crois en toi ! Crois en nous ! Tu es une druidesse de Thaä, ne crois pas ses mensonges facétieux. Tu le sais au fond de ton cœur, tu sais qui tu es !

L’arcaëllien se mit à rire de bon cœur et me gifla avec violence.

Badb va te tuer et ce sera un régal pour mes yeux et mon âme.
Morianne, je t’en prie, ne l’écoute pas ! Garde foi en toi !

Je me mis à pleurer à chaude larmes en sentant la lorcq resserrer son étreinte pour que je cesse de bouger dans tous les sens.

Tues la et sois fière d’être ma digne héritière !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 18:32
Ce mzékils était un véritable sadique. Il semblait se réjouir de mon malheur, de ma souffrance... non... à bien y regarder ce n'était pas tout à fait exacte. En fait il n'était pas heureux de me voir souffrir... non... il était plutôt impatient de me voir embrasser les idéaux Hayert'Väals. Il s'attendait à ce que je lui obéisse, il s'attendait à ce que j'abandonne mon nom, mes idées, et que je le rejoigne. Sëya m'encourageait à croire en moi, à me battre pour ce que je croyais... Mais si ma vie n'avait était qu'une mensonge ? Devais-je croire en ce mensonge ? Ma bien-aimée semblait croire que le mzékils me mentait... mais je n'en avais pas l'impression... non... il disait la vérité... j'étais bien sa fille... Je le sentais, au fond de moi-même... il y avait un lien qui nous unissait, le lien du sang.

Pourtant... Pourtant je ne voulais pas lui obéir, je ne voulais pas m'abandonner à la noirceur. Il m'ordonna alors de tuer Sëya. Je le regardai alors avec défiance et lui répondit alors :

Jamais... Vous... vous m'avez utilisé... Vous pouvez me faire croire ce que vous voulez... mais jamais je ne tuerai Sëya ! Jamais je ne lui ferai du mal !
Oh, mais bien sûr que si ! Tu vas la tuer de tes propres mains ! Je vais t'arracher ce ridicule chapelet qui bloque ta véritable forme, et tu vas devenir l'instrument de mort et de destruction que tu devrais être ! Ouvre les yeux Morianne !
C'est toi qui devrait ouvrir l'oeil ! tonna la voix de Brohmac.
Que...

Brohmac entra dans la pièce en fonçant comme un taureau en pleine course. Saladin n'eut même pas le temps de réagir qu'il prit un violent coup de poing en plein visage, le faisant basculer en arrière.

Brohmac ! m'écriai-je. Mais comment ?
C'est un petit oiseau qui m'a dit que vous aviez des problèmes...

Un petit oiseau multicolore se posa sur l'épaule de Brohmac qui dégaina son épée.

Alors, Saladin ? Toujours convaincu que Thaä ne fait rien pour sa fille et sa druidesse ?
Comment oses-tu ? Je vois que tu as tout entendu... inutile de t'expliquer que...
Non ! Inutile de m'expliquer ! Si Morianne est convaincue d'être une druidesse, alors s'en est une ! Peu importe que tu sois son père naturel, ou qu'elle soit née avec de la noirceur... Elle a décidé d'être druidesse de Thaä, et elle y croit dur comme fer ! Alors pour moi elle est druidesse de Thaä, qu'elle entende Thaä pour de vrai ou non...
Pfff... Idiot... Tu crois pouvoir t'interposer, seul, contre son destin ?
Non... Pas seul !


Amaya débarqua dans la pièce et faucha d'un coup de hache les jambes de la lorcq qui maintenait Sëya en respect.

On croit en toi Morianne ! On s'en fout que ton père soit un Serviteur Noir ou que tu sois pas vraiment un druidesse. C'qui compte c'est ce que toi tu veux ! rugit Amaya.

Je restais silencieuse un instant et les larmes continuèrent de couler le long de mes joues. Je me relevais alors, d'un air déterminé et rugis à mon tour.

Je... Je suis druidesse... de Thaä... et... et je protégerai Sëya, parce que je l'ai promis, et parce que je l'aime ! Je suis peut-être un monstre... mais un gentil monstre ! Et toi... toi tu n'es rien !

Mon père naturel resta silencieux un instant, me fixa, et sembla calculer la situation.

Hum... Je vous ai sous-estimé... Visiblement Thaä n'est pas aussi indifférent à sa fille et à sa fausse druidesse que je ne l'aurai pensé... Nous nous reverrons, Badb ! Sëya ! Et la prochaine fois, vous accomplirez votre destinée !

Saladin fit un geste et invoqua un portail magique qui projeta une vague de froid dans la pièce. Le vieil elfe servant hurla de douleur, tandis que Saladin et l'un de ses sbires se jettent dans le portail, laissant derrière eux la lorcq qui les implorait de l'attendre... en vain ! Le portail se referma sur eux, nous laissant couverts de givre... Je tombais à genoux et essayai alors de regagner mon calme... Je n'étais pas tranquille après toutes ses révélations... Mais j'avais tenu bon... Grâce à mes amis et à ma douce et tendre, j'avais fait mon choix... le bon choix...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 9:12
Elle refusa de me tuer ce qui me soulagea même si je doutais qu’elle ne me fasse du mal un jour. La voix de Brohmac s’éleva alors et s’en suivit une discussion. Amaya me libéra de l’emprise de la lorcq et je me mis en garde. Mais le chevalier noir invoqua son portail et disparut laissant l’arcaëllienne à la grande force dans la pièce givrée. Morianne était par terre je m’empressais de la rejoindre et de lui dire des mots rassurants. Brohmac attrapa la lorcq et lui attacha les poignets. Elle semblait complétement ahurie comme si elle ne s’attendait pas à être laissait pour compte. L’Hayert’Vaäl avait la tête basse et les larmes aux yeux. Mais je n’y prêtais aucune attention. Ce qui comptait c’était ma dulcinée. Je l’aidais à se relever et nous quittâmes cette pièce. Plus nous nous en éloignons, plus il faisait chaud. Morianne semblait anéantie, mais elle avait fait le meilleur des choix. Elle avait lutté pour ses idées et ça c’était admirable. Je demandais à l’elfe de nous conduire à l’intendant. Il refusa. Je l’attrapais par le col et glissais ma lame sur sa gorge. Il accepta. Il frappa à la grande porte et une voix lasse nous dit d’entrer. Faisant un bond de dix mètres en nous voyant, il chercha à fuir. Brohmac le retiens.

Beau piège que vous nous avez tendu…. Mais ce n’était pas suffisant. Maintenant nous avons à parler !

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 17:22
Sëya vint jusqu'à moi et me rassura, me disant que j'avais fait le bon choix. Comment pouvait-il en être autrement ? Je l'aimais trop, mon arcaëllienne, pour lui tourner le dos et la trahir. Et puis qu'auraient dit mes parents s'ils avaient su que j'abandonnerai mon rêve de petite fille pour rejoindre l'homme à cause de qui ma mère naturelle avait dû m'abandonner ? Gayël m'aurait probablement grogné dessus et m'aurait mise en pièce si j'avais décidé de trahir tout le monde... de me trahir moi-même d'ailleurs. Mais je restais anéantie par la nouvelle... Depuis le début, depuis que j'étais toute petite, ce n'était donc pas la voix de Thaä que j'avais entendu dans mon esprit... J'essayai de me remémorer péniblement toutes les fois où j'avais entendu sa voix dans mes rêves... Je n'arrivai pas à me faire à l'idée que jamais il ne s'était agit de la voix du dieu que j’idolâtrai tant... que j'avais servi avec tant de conviction. Que restait-il à présent de ma foi ? Il restait Sëya... Sëya était la preuve même que, malgré tout, j'avais été choisie pour la protéger. L'oiseau multicolore s'était posé sur mon berceau, j'avais rencontré Sëya au moment où elle en avait eu le plus besoin, et il était revenu pour donner sa bénédiction à notre union. Je n'avais pas à douter... pas de ma foi en tout cas... en revanche je devais me méfier de mes pouvoirs, de mes visions. Dorénavant il fallait que je considère ces visions comme des mensonges, des messages que mon père naturel essayerait de me faire croire.

Il semblait se passer beaucoup de choses autour de moi, mais mon attention était accaparée par mes réflexions internes. Je n'avais même pas réalisé que Sëya m'avait mené avec elle jusqu'au bureau de l'intendant avant que ce dernier ne se mette à couiner.

Croyez... Croyez que je suis sincèrement navré pour cela. Rien de personnel, mais...
Rien de personnel ?
gronda Brohmac. Vous avez livré mon amie à un Serviteur Noir ! Et vous alliez en faire de même pour Sëya ! Alors si, je vais le prendre très personnellement !

Il empoigna le vieil elfe par le col et le souleva d'un bon mètre, lui lançant un regard assassin.

GARDES !! GAAAARDES !!! cria le vieil elfe.

Brohmac le plaqua contre le mur, toujours soulevé à un bon mètre du sol, et commença à gronder :

Laisse les en dehors de ça et parle ! Qu'est-ce qui m'empêche de t'écarteler sur le champ ??? grogna-t-il.
Je n'avais pas le choix ! Ils ont des membres de ma famille en otage ! J'ai... J'ai fait ça pour le bien de Wasdkioljer... ma famille n'est pas la seule a être menacée. C'était un moindre mal ! protesta l'intendant.
Un moindre mal ? Et si je t'arrache la tête avec les mains, tu crois que se sera un moindre mal ? s'emporta Brohmac.
Pitié... je n'avais pas le choix... je suis désolé, fille de Thaä... Je sais que j'ai déçu votre père par cette conduite impardonnable, mais ayez pitié ! Vous devez me comprendre ! Si je ne le faisais pas, si je n'obéissais pas à leur demande, ils auraient exécuté ma famille et bien d'autres personnes encore. Et c'est sûrement ce qu'ils feront vu qu'ils n'ont pas eu ce qu'ils voulaient...

Brohmac grogna mais semblait comprendre, à défaut d'accepter, le geste de l'intendant. Quant à moi... je restais muette, mais sur mes gardes... Les hommes armés de l'intendant n'allaient pas tarder à débarquer.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Oct - 10:26
Il appela les gardes lorsque Brohmac l’attrapa et le souleva. S’en suivi une discussion intéressante. Des membres de sa famille était retenu par les Hayert’Vaäl… Je comprenais son geste même si je ne le cautionnais pas. Il fallait mettre un terme à tout cela et vite. Je m’approchais de l’intendant et lui demandais où stagnait les Hayert’Vaäl. Il ne sut me répondre. IL avoua que c’était un mystère pour lui. Je soupirais les garde entrèrent. L’elfe reprit de la constance et ordonna qu’on nous consigne dans nos chambres. Les garde s’approchèrent avec prudence et nous encerclèrent. Nous fûmes conduit jusqu’à nos appartement mais cette fois je n’étais pas séparer de Morianne. Je lui demandais si ça allait aller. Je me jetais sur le lit et m’allongeais de tout mon long sur le lit. J’invitais Morianne à me rejoindre mais elle ne bougea pas. Elle semblait dans ses pensées. Je soupirais et me levais pour la rejoindre. Je lui dis des mots réconfortant lui assurant qu’elle était une druidesse de Thaä. Que ce qui comptait c’est ce qu’elle avait dans le cœur. Je la regardais avec amour et l’embrassais tendrement sur la bouche. Je ne voulais pas la perdre à cause d’un Hayert’Vaäl prétendument son père. Elle n’était pas son père et je le lui dis. Elle était Morianne, druidesse de Thaä. Je pris ses mains dans les miennes et la cajolais aussi bien que possible.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 9:58
J'étais complètement dépitée… après notre entrevue avec l'intendant, nous fûmes reconduits à nos chambres… de nouvelles chambres… chacun avait démoli sa porte pour venir à mon secours, il fallait donc d'autres chambres qui aient des portes. Pour autant j'étais toujours dans mes pensées, à me demander tout un tas de choses. Ce n'est qu'en s'approchant de moi que je remarquais la présence de Sëya. Elle n'eut pour moi que des mots doux et réconfortants, j'eus même le droit à un baiser plein d'amour et de tendresse. Elle me dit alors que Saladin n'était pas mon père, que peu importe ce qu'il avait dit, j'étais une druidesse de Thaä. Tendrement elle caressa mes mains avec les siennes. J'eus un léger hoquet et me mis à pleurer silencieusement.

Je suis désolée Sëya… J'y ai tellement cru toute ma vie… Ça me brise de savoir que je ne suis pas vraiment… Je n'ai aucun pouvoir venant de Thaä… Ce n'est même pas sa voix que j'entendais. Je ne suis druidesse de rien du tout… Cet homme est bien mon père… je l'ai senti… et j'ai reconnu sa voix… c'est celle que j'entendais quand je me suis transformée en monstre. Il peut me parler au travers de mes rêves, Sëya. Il pourrait me rendre complètement folle si il le voulait, en manipulant ce que je vois dans mes rêves. Mais je t'aime trop pour le laisser me manipuler dans l'intention de te faire du mal ! Comment… Comment ma mère naturelle a pu être avec ce… monstre ?

Je me mis à pleurer de plus belle, prise de chagrin et abattue par ces questions qui me torturaient l'esprit.

Je sais que ce… ce n'est pas ça qui définit ce que je suis. Ou plutôt ce que je souhaite être… ce pourquoi je vais me battre… Mais je ne comprends pas… Ma mère naturelle avait l'air si aimante dans mes rêves… si gentille…

Je restais là, l'air songeur et me blottis contre Sëya. Rien n'effaçait les années que j'avais vécu avec mes parents, ceux qui m'avaient élevée, ceux qui pour moi étaient mes vrais parents, ni celles que j'avais passé à idolâtrer Thaä. Je continuais à l'aimer et à me fier à lui, je continuerai à croire en sa bonté. Mais le fait que je sois druidesse était lourdement remis en cause… Je n'avais aucun pouvoir liés à Thaä… même pire… j'avais en moi un monstre qui venait de la création d'Özan. Je n'arrivai pas à me défaire de cette idée quand me revint en mémoire une chose importante : Thaä était le fils d'Özan… sa toute première création... et pourtant il était bon. En quoi étais-je alors différent de Thaä ? J'avais de la noirceur en moi, comme Thaä avait sa part d'ombre, et comme Thaä, j'avais décidé d’œuvrer pour la vie, de la protéger. En ce point là j'étais légitimement druidesse de Thaä, même si sa voix ne me parvenait pas réellement, j'étais comme elle d'une certaine façon. Je fis part de ce point de vue à Sëya, utilisant mon pendentif pour parler, incapable de sortir le moindre mot de ma bouche. Je voulais encore y croire… je voulais encore être druidesse de Thaä malgré tout.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 10:15
Nous fûmes enfermés dans de nouvelles chambres. De nouvelles prisons dorées. Je m’occupais peu de ce qui se passait dehors mais étais concentrée sur Morianne. Elle s’excusa encore disant qu’elle y avait cru toute sa vie et qu’en fait elle n’était rien. C’est ainsi que je compris les choses. Mais elle n’était pas rien. Elle était l’arcaëllienne de ma vie, l’amour de mon âme. Je le lui dis avec tendresse par la pensée. Même si Saladin était son père, ça ne changeait rien. Elle était elle et non son père. Je soupirais doucement la prenant dans mes bras lorsqu’elle me révéla être comme Thaä. Dans un sens c’était vrai mais elle n’était pas un Dieu. Cela m’amusa de l’imaginer en Divinité grande et puissante mais je repris vite mon sérieux. Il fallait qu’on s’échappe d’ici. Qui nous disait que ce n’était pas à nouveau un piège tendu par l’intendant que de nous garder dans ces chambres ? Je fis part de mon doute à Morianne. J’allais vers la porte mais cette fois elle n’était pas verrouillée mais un garde était en faction devant. Il m’intima de retourner dans la chambre ce que je fis en bougonnant.

On est surveillé. Il y a un garde devant chaque chambre. On est piégé. Ce n’est pas bon…. Je veux partir d’ici.

Finis-je les larmes aux yeux. Je m’approchais de Morianne et me blottie contre elle comme une enfant dans les bras de sa mère. Il fallait partir ou alors combattre les gardes.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 10:59
C'était au tour de Sëya de pleurer et d'avoir peur. Visiblement nous étions encore surveillées… C'en était assez, il fallait agir maintenant et prendre les choses en main. Cet intendant allait payer pour tout, malgré le danger qui menaçait sa famille, il était hors de question que je le laisse faire à sa guise. Il devait probablement nous cacher encore quelque chose. Je sortis alors de la pièce comme une furie et le garde à la porte m'intima de rentrer à l'intérieur. Je l'attrapai alors par le col et le souleva à quelques centimètres du sol.

Silence ! Je suis druidesse de Thaä… Et Thaä n'est pas contente du tout !! Je vais aller voir l'intendant maintenant !
Vous… glurgh… n'avez… pas… l'autorisation…
Alors je me passerais de votre autorisation !

Je lançais alors le garde contre le mur d'en face et il ne lui fallut pas grand-chose de plus pour s'évanouir. Les autres gardes se tournèrent vers moi et sortirent leurs armes.

D'autres amateurs ?

Alertés par le bruit que j'avais produit en me battant avec le premier garde, les autres membres de notre troupe ne tardèrent pas à sortir de leur chambre et à dégainer leurs armes. Je restais quant à moi à côté de Sëya, menaçant les gardes qui s'approchaient avec mes épées en glace. Face à notre groupe, les soldats semblèrent plus qu'hésitants, et l'un d'eux fini par lâcher ses armes et venir à Sëya.

J'en ai assez… Je ne veux pas me battre contre la fille de Thaä… ni contre ses alliés… J'ai peur pour ma famille… Les Hayert'Väals les ont pris en otage… Mais je ne peux pas me battre contre une fille de dieu… Aidez-nous à retrouver nos familles, fille de Thaä, et nous vous aiderons à lutter contre les Hayert'Väals. L'intendant… l'intendant vous a menti… c'est lui qui détient nos familles. Il a conclu un marché avec les Serviteurs Noirs pour épargner la ville… en échange d'otages et de sacrifices humains… C'est un monstre ! J'ai peur pour ma famille… mais vous êtes notre seul espoir, Dame Sëya.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 16:36
J’avais suivi Morianne dans le couloir et la vis soulever le garde et l’assommer en l’envoyant valdinguer contre le mur. Les gardes se mirent en position de combat mais l’un d’eux lâcha son épée et parla. Sa famille était retenue en otage par l’intendant et les Hayert’Vaäl. Il ne voulait pas s’opposer à moi, fille de Thaä. J’en fus soulagée et rengainais mon arme sans discuter. Les autres gardes jetèrent également leurs armes par terre en disant que s’en était trop. Özan leur avait tout prit mais pas leur dignité. Ils nous escortèrent jusqu’au bureau de l’intendant et j’ouvris la porte. L’elfe se redressa et dit :

Encore vous ? ! Décidément vous ne savez pas rester en place….
Effectivement, Intendant. Maintenant nous allons parler des Hayert’Vaäl qui tiennent la ville. Et vos gardes sont de notre côté. Ainsi pas la peine de les appeler ! Asseyez-vous et dites-moi ce qu’il se passe.
Je… Je n’ai rien à dire ! Je protège ma ville.

Je pris place sur un des fauteuils en face du bureau et le fixais intensément. Il s’assit en soupirant et en marmonnant entre ses dents. Il croisa ses bras sur le bureau et déclara :

Cela fait plusieurs semaines que les Hayert’Vaäl ont débarqué ici. Ils ont un camp non loin de la ville dirigé par un chevalier noir. C’est tout ce que je sais. Ils détiennent aussi les familles de certains d’entre nous dont ma femme et ma fille. Ils ont promis de ne pas leur faire de mal tant que j’obéissais, alors j’obéis. Mettez-vous à ma place un instant, qu’auriez-vous fait à ma place ?
J’aurais lutté. Vous avez bien une armée, non ? Déployez-la.
Je signerais l’arrêt de mort de ces arcaëlliens. Et des otages !

Je le fixais avec intensité et il soupira balayant l’air de la main. IL déclara que si nous attaquions nous serions perdus. Je répondis que je prenais le risque.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 17:24
Nous eûmes une discussion plutôt houleuse avec l'Intendant, ou plutôt Sëya en eut une avec lui. Je n'avais pas vraiment besoin de parler à vrai dire, j'étais d'accord avec tout ce qu'avait dit Sëya. Il fallait à présent réfléchir à un moyen d'agir. Si nous attaquions le camps Hayert'Väal sans la moindre précaution, nous risquions de mettre en danger les otages, pis encore, il était possible que nous échouions à combattre les adorateurs d'Özan. Il nous fallait un plan bien construit et finement pensé. Il nous fallait d'abord étudier le terrain où se trouver leur camps, et ensuite mettre en place une mission pour faire évader les otages sans qu'ils craignent quoique se soit. Pour se faire il fallait que nous déployons un petit groupe réduit, discret, mais capable de tenir en respect des ennemis nombreux pendant un moment. C'est là que notre groupe interviendrait. C'était, selon moi, à nous de nous infiltrer dans le camps ennemi et de faire s'évader les otages, pendant ce temps il fallait que les   soldats de Wasdkioljer avance vers le camps ennemis. Il fallait faire en sorte de saboter l'armée de nos ennemis de l'intérieur avant que les troupes n'arrivent pour écraser les Hayert'Väals qui seraient attaqués de l'intérieur et qui ne s'attendraient pas à cela. C'était probablement un plan risqué, surtout pour nous, mais nous n'avions pas le choix, et après tout, ça serait l'occasion de voir si nous serions de taille pour ce genre de mission, avant de s'attaquer à celle que nous avions à cœur : éliminer Lemmy.

Après ce long moment de réflexion je fis part de mon plan à Sëya, satisfaite de ce que je pensais être notre meilleure option. Les soldats, quant à eux, semblèrent plutôt convaincus de mon plan et nous dire qu'ils nous soutenaient quoique nous décidions. Ils nous conseillèrent aussi de mettre à bien ce plan en pleine nuit, afin de profiter de l'effet de surprise. Cela allait de soit, nous serions bien plus discrets en pleine nuit. Je demandai à Sëya si elle trouvait ce plan satisfaisant.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 556

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Oct - 11:24
Morianne me fit part de son plan qui était un bon plan si on l’appliquait de nuit. Ce que fit remarquer un garde. Je hochais la tête, déterminée à sauver tous ces innocents des Hayert’Vaäl. Je me levais d’un bond de mon siège et dis à l’intendant :

Que vous soyez d’accord ou non, nous agirons dès ce soir.

Il bredouilla quelque chose d’incompréhensible et se vautra dans son fauteuil. Pour lui c’était perdu d’avance. Pour moi nous avions une chance. Libérer les otages était la priorité, ensuite nous ferions un carnage dans les rangs des adorateurs d’Özan. Il fallait se préparer, j’invitais tout le monde à le faire dans sa chambre. Les gardes nous escortèrent jusqu’à nos appartement. IL ne fallait pas que l’intendant prévienne les Hayert’Vaäl j’envoyais donc deux garde le surveiller. Il devait être outré mais je m’en contre fichais bien. Je regardais Morianne et l’embrassais délicatement sur la joue en lui disant qu’elle était un génie de la tactique. Je me jetais ensuite sur le lit afin de dormir un peu. Me glissant sous les couvertures je fermais les yeux.

Le soir était là. Notre groupe était prêt à lancer l’offensive discrètement. Je marchais en tête du groupe avec Morianne, la tête haute et le torse bombé. Nous allions réussir.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 357

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Ouest :: Wasdkioljer-