Préparations

 :: Le monde :: Kaïl :: Nord :: Alzbey (Capitale) :: Port Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 22 Sep - 17:33


Alzbey… Après un long voyage, nous approchions enfin des côtes de Kaïl. A cette annonce, Sëya soupira de soulagement et me dit :

Prête à poutrer du Hayert’Vaäl ?

Je lui souris, avec tendresse et lui répondis alors :

Oui ! Mais encore un peu de patience. Les Hayert'Vaäl se trouvent à l'Ouest du continent, nous avons maintenant deux possibilités : soit nous traversons Kaïl jusque là bas, au risque de rencontrer des ennuis, soit nous pouvons prendre un navire pour Juier, afin de rejoindre les forces de Grégoire au Domaine. Il lutte ardemment contre les Hayert'Vaäl, ce serait une bonne idée de nous joindre à lui. Quant aux lykosims… on ne sait pas trop… Visiblement, l'Alpha n'est pas décidé à lutter efficacement contre nos ennemis.

Je laissais un moment en suspens, réfléchissant à ce que j'allais dire. Il était clair que le fait d'avoir un groupe réduit nous rendait discret, mais cela nous mettez aussi, d'une certaine façon, dans une situation assez délicate. Si nous tombions au hasard sur des troupes nombreuses des adorateurs d'Özan, nous aurions alors peu de chance de nous en sortir. C'est pourquoi je proposais la chose suivante :

Je dois t'avouer que je préfère me joindre aux forces de Grégoire. Les Hayert'Vaäls sont nombreux, ici… On risque vraiment de gros problèmes avec notre nombre réduit. Nous formons un groupe d'élite, le mieux serait donc de nous coordonner avec les forces qui luttent contre les adorateurs. L'idée c'est que Grégoire et son armée attaquent le gros de leurs forces pendant que nous nous attaquons à leurs chefs, profitant de cette « diversion ». Je pense donc que le mieux serait de prendre un bateau pour Juier une fois qu'on aura débarqué à Alzbey.

Après un moment de réflexion et vu la mine un peu dépitée de Sëya, je rajoutais alors, d'un air désolé :

Je sais que t'aime pas prendre la mer, mais ça reste la meilleure option… Mais c'est à toi de décider, Sëya. C'est… un peu toi la « chef »… après tout tu es la fille de Thäa, et tout le monde est plus ou moins d'accord sur le fait que c'est toi qui doit diriger notre groupe.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 31

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Sep - 18:04
Elle me sourit tendrement et répondit qu’elle était prête. Cependant elle me précisa que les adorateurs d’Özan étaient à l’Ouest et qu’il faudrait sûrement reprendre un navire pour s’y rendre. Je grimaçais à cette idée. Elle ajouta vouloir se joindre aux force de Grégoire. Je hochais la tête trouvant l’idée plutôt bonne même si ça ne m’enchantais pas d’être dans un grand groupe. Une armée… Je soupirais ne sachant que répondre sur le moment. Le bateau accosta et nous pûmes descendre de cet engin de torture. Une fois à terre, réfléchissant toujours à ce qu’avait dit Morianne, je nous dirigeais vers une auberge. Il fallait nous ressourcer un peu. Nous prîmes place autour d’une table ronde et commandâmes victuailles et boissons. Pour ma part j’avais choisi du rôti de dinde avec des haricots et un verre d’hydromel. On nous servit rapidement, j’en profitais pour demander des chambres. Il y avait quatre chambres à deux lits de libre. Je les pris trouvant le prix correct. Nous avions besoin, également, de nous décrasser. Je commandais donc des bains pour après le repas. L’aubergiste sembla enchanté que l’on dépense tant chez lui. Il nous traita comme des rois. Les discussions allaient bon train autour de la table et je finis par dire :

Demain nous prendrons un navire pour Juier et rejoindrons les troupes de Grégoire Boisdefer. Ainsi nous serons soutenus dans les combats par une armée.

Tout le monde hocha de la tête et je souris. J’ajoutais que l’idée n’était pas de moi mais de ma douce et tendre. Je soupirais et bus un peu d’hydromel puis coupais un morceau de viande que je portais délicatement à ma bouche. La viande était succulente et bien aromatisée. Je dévorais mon plat et, une fois que j’eus finie, je montais avec Morianne dans notre chambre où nous attendais une grande baignoire d’eau fumante et parfumée. Je me déshabillais et entrais dans le liquide chaud. J’eus un frisson de plaisir en sentant l’eau lécher ma peau.

Tu viens ?

Demandais-je à Morianne en souriant.





Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 298

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Sep - 8:16
Aussitôt arrivés à terre, Sëya nous mena tous à une auberge afin d'y prendre un repos bien mérité. Au programme de notre séjour : un repas à tomber par terre (pas aussi gargantuesque que chez Sëya mais pas mauvais du tout), des discussions entre amis, l'exposé de nos intentions à l'égard des Hayert'Vaäls, et surtout un bon bain chaud avant une nuit de sommeil.

Le repas fut agréable et l'aubergiste très amical en voyant la somme considérable qu'il allait gagner à nous héberger pour le reste de la journée. Lors de nos victuailles, Sëya prit la parole, clamant ainsi notre intention de nous rendre à Juier par voie maritime, précisant qu'il s'agissait de mon idée. Je me mis à rougir et disparu à moitié sous la table tandis que tout le monde me félicitait. Visiblement on comptait autant sur moi que sur Sëya pour mener les opérations.

Après nous être sustenté, Sëya et moi gagnâmes notre chambre, laissant les autres regagner les leurs ou continuer à discuter à loisir. Une fois que nous avions gagné notre intimité, nous pûmes constater  qu'un bon bain chaud et fumant nous attendait. Le parfum qui s'en dégageait me monta aux narines et ne manqua pas de me plaire. Toute émoustillée par cette odeur, et la perspective de barboter avec ma compagne, je m'empressai de me déshabiller. Sëya fut la première à goûter l'eau chaude du bain et sembla en retirer un plaisir non dissimulé. Elle m'invita finalement à y entrer à mon tour.

J'arrive ! dis-je à moitié en chantonnant.

Je trempais un pied dans l'eau et eus un frisson des pieds à la tête. Il était effectivement très agréable de pouvoir prendre un bain aussi chaud. Je me glissais entièrement dans cette eau parfumée et soupirai de soulagement. Nous restâmes ainsi un moment à profiter du bain, j'envoyai parfois des petits jets d'eau au visage de Sëya d'un revers de main pour la taquiner, ce qu'elle me renvoyait tout aussi tôt. Puis les simples taquineries virèrent à la chamaillerie puérile et grotesque, accentuant nos jeux infantiles. Finalement, après avoir envoyé une bonne partie de l'eau au sol, nous finîmes par nous calmer… enfin du moins pour quelques secondes.

Je décidais sur le moment de prendre soin de ma douce mzékils et me mis à la frotter un peu partout avec le savon. Dans notre hâte de profiter du bain, nous avions complètement oublié de retirer nos pendentifs, et j'appris donc à mes dépends qu'il n'était pas seulement possible de communiquer par la pensée avec des paroles, mais aussi avec des images, des sensations. Emportée dans mon enthousiasme de frotter mon arcaëllienne, mes pensées s'envolèrent vers scènes érotiques et bien évidemment, ne manquèrent pas d'effleurer sa conscience. Me rendant compte de se fait, je me mis à rougir très légèrement, mais n'ayant pas eus beaucoup d'occasion d'avoir un moment aussi intime avec elle sur le navire (dû notamment au fait qu'elle était la plupart du temps en train d'essayer de ne pas vomir), je ne pus résister au fait de concrétiser mes pensées et de glisser mes mains tout au long de son corps avant d'atteindre sa fleur pour la caresser. Je me penchais alors maladroitement vers elle et l'embrassai tandis que je fis glisser deux petits intrus dans son intimité, mon visage à présent totalement rouge du fait de la chaleur qui me montait aux joues.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 31

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Sep - 11:04
Ma bien-aimée me rejoignit dans l’eau chaude et nous nous amusâmes à nous éclabousser mettant de l’eau par terre. Alors qu’elle me savonnait, je reçu des images explicite de son désir qui me firent rougir. Elle glissa sa main entre mes cuisses et commença à caresser ma fleur ce qui me fit lâcher un soupir de bien-être. Elle approcha son visage du mien et m’embrassa fougueusement tout en agitant deux petits intrus dans mon intimité. Je caressais sa peau humide en lâchant des soupirs de bonheur. J’approchais à mon tour ma main de son intimité et commençais à titiller sa fleur. L’embrassant tendrement, je retenais mes cris de plaisir.

Après un moment à faire l’amour nous nous serrâmes l’une contre l’autre, heureuses et fatiguées. Je lui murmurais des mots tendre et affectueux tout en caressant sa peau mouillée. Je déclarais alors que nous devrions sortir de l’eau avant de perdre notre peau. Je fus la première à quitter le bain qui était désormais froid. Sur une commode il y avait des serviettes. J’en pris une et commençais à me frictionner avec vigueur. Une fois sèche, je me glissais dans le lit et fermais les yeux. Je n’eus pas de mal à m’endormir à dire vrai. J’étais exténuée. J’avais demandais à l’aubergiste de nous réveiller à l’aube. Il fallait donc dormir vite et bien.

On frappa trois fois à la porte et j’ouvris les yeux, je vis par la fenêtre que le jour pointé le bout de son nez. Je me levais après avoir secoué Morianne pour qu’elle se réveille. Une fois fait, je m’habillais et allait à la porte remercier le tenancier. J’étais encore à moitié dans les rêves. Je descendis les marches et vis une table où attendait un repas de prince. Des pâtisseries, des pains, du chocolat chaud et j’en passe. Je m’assis à cette table, me léchant les babines. Les autres arrivèrent au compte-gouttes. Tout le monde semblait encore endormi et les discussions se firent rares.
Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 298

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Sep - 16:27
Nous gagnâmes rapidement le sommeil après avoir quitté la salle d'eau où nous avions joyeusement fait l'amour, nous être séchées, et avoir gagné notre lit. La nuit fut paisible, et notre sommeil lourd. Nous avions besoin de ce calme, de ce repos réparateur. Au matin l'on frappa trois fois à la porte, je grognai alors, ayant envie de dormir plus, mais ma douce ne me laissa pas cette opportunité. Elle me secoua doucement pour me réveiller et je dus bien accepter qu'il était l'heure de se lever. Je m'habillais en même temps que Sëya et la suivais pour aller remercier le tenancier et finalement gagner l'étage inférieur où nous attendait un petit déjeuner qui me semblai fort appétissant.

Je perdis rapidement ma mine maussade et m'attaquai aux différentes pâtisseries présentes sur la table. Sazan, en arrivant, me tapa sur les doigts et me demanda de me calmer sur les pâtisseries et d'en laisser aussi aux autres. Je grognai alors et fis la moue, contrariée, mais elle avait raison, il fallait que j'en laisse aux autres. Ils arrivèrent tous au fur et à mesure et tous étaient plus ou moins dans le même état que moi, c'est à dire encore à moitié endormis. Après un moment de réflexion, je remarquai qu'il manquait quelqu'un : Yëris, la prêtresse.

Yëris n'est pas là… dis-je.
Tiens… C'est vrai ça. Où est-elle passée ? se demanda Brohmac de sa voix grave. Avec qui était-elle ?
Personne, je crois,
fit remarquer Maïa. Nous sommes en nombre impair, elle était seule, il me semble.
Vous cherchez quelqu'un ?
s'exclama alors une voix que je reconnu rapidement comme étant celle de la prêtresse.
Ah… Tu es là… grommelai-je. Où étais-tu passée ? On commençait à s'inquiéter.
Désolée de vous avoir inquiété. Je me suis rendue sur les docks pour m'informer sur les navires qui partent pour Juier. Il n'y en a visiblement pas beaucoup, mais l'un d'eux part aujourd'hui, en fin de matinée. Le capitaine est d'accord pour que nous embarquions à bord à condition que nous y mettions le prix.
Bonne nouvelle ! m'exclamai-je avec joie. Merci, Yëris. Bonne initiative de ta part. Mais avertis nous la prochaine fois…
J'aurai peut-être dû en informer le tenancier pour qu'il vous tienne au courant, oui. Excusez-moi ! Est-ce que… Est-ce qu'il reste quelque chose à manger ?

Je fis oui de la tête et l'invitai à s'asseoir à table pour manger un bout. Depuis quelques temps, j'avais remarqué un changement en moi, c'est comme si j'avais plus d'aisance avec les gens. J'étais moins sauvage, plus ouverte, et surtout, j'avais moins de mal à prendre la parole en public. Je ne pouvais que m'en féliciter. Nous allions finalement reprendre la mer après seulement une journée de repos, c'était une bonne chose, au moins nous ne perdrions pas de temps.

Nous apprîmes dans la matinée qu'il était possible que nous rencontrions en mer quelques pirates Hayert'Vaäls, et qu'il fallait donc se préparer à cette éventualité. Moi, j'y étais déjà prête. Mon retour à Cescan m'avait appris que les eaux des alentours n'étaient pas des plus paisibles et qu'il y aurait sûrement des combats à mener en mer.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 31

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Principauté
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Sep - 19:18
Morianne attaqua les pâtisseries avec appétit jusqu’à ce que Sazan lui fasse remarquer qu’elle devait en laisser aux autres. Elle fit la moue mais se calma. Je pris un éclair à la vanille et le dégustais calmement buvant un chocolat chaud. C’était foutrement bon voir succulent. Ma dulcinée remarqua alors que Yëris n’était pas là. Je regardais tour à tour chaque personne autour de la table et fus fort de constater l’absence de la prêtresse de Thaä. L’humaine se pointa enfin demandant si nous cherchions quelqu’un. Morianne grommela lui demandant où elle était passée. Elle nous informa qu’elle était allée sur les docks pour se renseigner sur les navires. Il fallait, selon elle, mettre le prix pour un des bateaux en partance fin de matinée. Je soupirais, j’allais encore avoir la nausée. Je secouais la tête et remerciais la prêtresse pour son initiative intelligente. Elle s’assit avec nous et mangea un peu. Elle se régala avec un croissant au beurre. Je terminais mon chocolat chaud et nous restâmes à la table toute la matinée à parler de tout et de rien mais surtout à nous organiser pour le voyage qui promettait des attaques de pirates Hayert’Vaäl.

Je réglais la somme au tenancier qui me remercia chaleureusement. Il nous salua et nous invita à revenir quand bon nous semblait. Pas étonnant avec le nombre de pièces que je lui avais filé. Je le remerciais pour son accueil chaleureux et lui dit au revoir. Nous retournâmes dans la rue pour nous rendre au port. Là, un trois-mâts nous attendait fièrement. Le capitaine nous salua et je lui donnais une bourse bien pleine pour le voyage. Nous montâmes à bord et choisîmes nos cabines. Cinq cabines suffirent pour nous tous. Je soupirais, pensant à mon mal de mer à venir. Pour pallier à cela je me rendis directement à la cabine du soigneur. Il me donna des plantes et m’assura que je n’aurais pas le mal de mer de tout le voyage. Le temps me dirait s’il avait raison.

Le bateau s’ébranla et nous prîmes la mer. Le port devenait de plus en plus petit au fur et à mesure qu’on s’en éloignait. J’étais appuyée contre la rambarde et regardais la terre ferme s’éloigner. Pour le moment les plantes fonctionnaient car je n’avais pas envie de vomir.

Advienne que pourra….

Murmurais-je dépitée. Prendre la mer était vraiment une épreuve pour moi. Morianne, qui était à côté de moi, me sourit doucement. Je lui rendis son sourire un peu tristement. Si nous étions attaqués et que j’étais inutile je risquais de me faire tuer. Enfin sauf s’ils me capturaient. Ce qui était une option à prendre en compte aussi. J’appuyais ma tête sur mes mains en soupirant. Advienne que pourra…

Niveau 8
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 298

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 8



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Nord :: Alzbey (Capitale) :: Port-