L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

La Noire, la Rousse et la Guêpe. [PV Renarde]

 :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 15 Aoû - 21:38
A quoi bon vivre, étant l'ombre
De cet ange qui s'enfuit ?
A quoi bon, sous le ciel sombre,
N'être plus que de la nuit ?

Hugo



Phadransie La Noire ordonna à sa Renarde de fermer la porte de sa cabine, cabine à l'intérieur de laquelle elle venait de pénétrer. Elle était affalée sur une chaise, près de son bureau, le front fiévreux et le corsage défait. Sitôt que la Blackwasp avait jeté l'ancre sur le port de Hytan'Ek, au sud de Mar'Baal en vue de trouver des technomanciens qui sauraient apporter des modifications pour son vaisseau de troisième rang, les ennuis avaient commencés. Les pirates, emmenant avec eux ripaille, viols, trouble et terreur sur le port s'étaient mis à dos une petite colonne d'officiers ; officiers que La Noire avait éliminé sans ciller.

Phadransie avait rapidement fait monter à bord de sa Blackwasp le mortier de canon à gemme Thâ qui lui revenait, sitôt qu'elle en eût payé le prix, calé sous l'entrepont et bien lesté avec des cordages, et ils avaient mis à la voile sans tarder.

Second soucis, son affrontement avec le géant Capitaine Virenpien Khangis. Bien qu'elle conservait cet affrontement secret, le trou qui perçait de part en part son épaule parlait pour lui-même, de même que les éraflures et les contusions qui maculaient bras, dos et jambes. Un vieil homme l'avait soigné chez lui et bandé son épaule, mais lors du dernier combat de la pirate, contre la dizaine d'officiers du port de Hytan, la blessure s'était rouverte. A présent elle suppurait, et le principal risque demeurait la mortification de la plaie. Si cela empirait, la gangrène naîtrait, se propageant jusqu'au bras, et en retardant l'amputation il se pourrait que dans moins de vingt-quatre heures on fut obligé de lui couper le bras jusqu'à l'épaule, mais alors ce serait avec peu de probabilités de lui sauver la vie ; tous expieraient durant cette opération pratiquée à vif.

La Noire avait désinfecté comme elle le put, à l'eau-de-vie, puis ajouté des pansements propres. Deux jours plus tard, la plaie était devenue noire et dégageait une odeur de cadavre capable de présider à toutes les tortures des enfers.

Elle n'avait pas le choix. Elle devait en parler au chirurgien de bord.

Ce qu'elle avait fait. Mais il n'avait pas été en mesure de la sauver, même avec l'aide de Äan. Phadransie La Noire avait reçu le verdict de son chirurgien avec colère ! Elle avait demandé ensuite à la Renarde, sans en donner de raison, de trouver si il y avait, parmi l'équipage, autre ce médecin humain, une ou deux pauvres âmes qui maîtrisaient également le fluide du soin. Mais le chirurgien de bord était le seul. Son verdict était sans appel.

Phadransie La Noire devait trouver au plus vite un maître dans l'imposition d'Äan, ou sinon elle mourrait. Sauf que la Blackwasp se trouvait entouré d'eau. Et le port le plus proche l’accueillerait avec des centaines d'officiers armés ! De plus elle avait passé un accord avec le technomage sur Hytan, et refusait de détruire le port.

« Que peux-tu me dire concernant la Blackwasp ? attaqua l'air le plus naturel au monde la Capitaine. Le mortier a bien été emménagé et roulé sur ses pièces ? Les affûts sont opérationnels ? Quelles sont nos pertes après l'escale ? As-tu bien attribué à chaque homme de l'équipage un poste ? Et surtout, à quelle distance penses-tu que se trouve les terres de Zaï'Lou ..? »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 1:28
Renarde contrairement à ses valeurs laissa ses hommes se défouler sur le port , se rappellant sa jeunesse . Elle resta donc sur le navire à s'occuper de ce dernier et de s'occuper tant bien que mal avec les rares pirates restés sur le bâtiment .

Les premiers à revenir allèrent se coucher aussitôt fatigués par leurs activités mesquines . La rousse quand à elle se coucha assez tôt ne doutant pas de sa capitaine une seconde .

Une fois réveillée la seconde alla voir un officier afin de prendre connaissance de l'avancement de la quête de sa capitaine et de vérifier le retour de tout l'équipage. À vrai dire là capitaine était portée disparue et pour une fois presque tout l'équipage était rentré .

Une à deux heures plus tard un mortier arriva mais pas la capitaine au moins elle avait trouvé ce pourquoi ils étaient ici . La rousse avec le reste de l'équipage prit le reste de la journée à installer ce magnifique jouet qu'elle allait diriger .

Quelques temps plus tard elle fut demandé dans la cabine du capitaine, au moins elle était rentrée . Elle se dépêchât donc de se diriger vers la cabine en question avant d'entrer lentement se tenant droite devant le bureau et buvant les questions de sa capitaine .

- pour ce qui est de votre mortier il est opérationnel à 100 % je m'en suis assurée moi même . Nous n'avons que perdu 2 hommes dans la soirée cela m'a moi aussi étonné , tous les survivants sont attribués à une tâche . Nous somme à je pense d'eux ou trois semaines du port de zaï lou.

La rousse marqua une petite pause avant de ravaler sa salive

-Que c'est-il passé en ville et n'essaye pas de me mentir je sais que ta blessure n'est pas anodine .
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 17:59
Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Baudelaire



Pour toute réponse, Phadransie La Noire laissa tomber sa chemise le long de son bras, l'écartant de la pointe de son crochet. Le bandage parut alors évident aux yeux de Renarde. Elle le trancha, toujours de son crochet -c'était l'épaule gauche, avec sa main valide qui avait été touchée- et révéla sa blessure. Renarde se pencha légèrement en avant, afin de l'examiner, comme si elle fut chirurgien de profession. Agacée, La Noire se releva de sa chaise afin de se servir un verre de rhum. Le regard au loin, scrutant les Grand'Eaux par delà le hublot, elle fit les termes suivant, comme avec du verre dans la voix :

« J'ai retrouvé un vieil ennemi à moi sur Hytan'Ek.

Elle se tourna vers la Rousse, sa Seconde.

- Un vieil ami du Seventh Son.

Et elle avala cul-sec son verre avant de le poser, violemment sur sa cabine.

- Cet enculé de Virenpien m'a bien baisé, sa queue lui faisait comme une rapière, encore plus tranchante. J'pensais putain, que ça avait cicatrisé et guéri grâce à Äan mais...

Elle se tint contre le mur, se sentant soudainement plus faible que jamais.

- L'équipage ne doit pas avoir, Renarde, petite garce. Tu tiendras ta langue. Et mets au plus vite le cap sur Zaï'Lou. »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 20:26
La rousse Se sentait inutile , elle était restée sur le bateau tranquillement sans bouger , elle culpabilisait.

-Je ne devais plus être là à ce moment car en aucun cas je ne m'en rappelle en aucun cas d'un virenpien . Ils ne sauront rien ne t'inquiète pas . Tu seras morte bien avant que l'on arrive il nous faut trouver une autre solution sinon tu devras te séparer de ton bras

-Phadransie, avec un sourire mauvais "Plutot crever ! C'est la seule main qu'il me reste par l'enfer !"

Renarde prise par les émotions s'énerva et levat à voix contre phadransie pour la première fois de toute sa vie . Elle ne voulait pas perdre phadransie , elle avait besoin d'elle .

-Et puis quoi encore espèce de lâche , c'est ça phadransie la noire l'écumeuse des hautes mers ? Puis moi tu me laisserais seule à errer sans but ?

Phadransie devient menaçante à son tour, balance Renarde au sol, et lui expose son crochet devant les yeux, en criant

- Mais j'en ai rien à foutre de toi !! Et je ne suis pas lâche, tu entends ?! Tous mes ennemis, tous, je leur ai planté ce crochet dans le corps avant de les envoyer rejoindre May'Veal dix mille pieds sous mers !! Je suis ta CAPITAINE donc tu T'ECRASES !!

La rousse tombât donc au sol sous les menaces de sa capitaine et elle ne pus s'empêcher de sourire . Ce sourire permettait de cacher sa peur et sa frustration, comme ça elle s'en foutait d'elle .

-Tous tes ennemis ? Et le virenpient ? Puis si tu préfères mourir si tu est lâche, tu n'ose pas affronter ton avenir dû coups tu met fin à ta vie . Je suis désolée mais tu ne me fais pas peur car tu sais très bien que sur ce navire je suis irremplaçable et que je ne le serait jamais!

Après une hésitation, Phadransie s'écarta un peu de Renarde. Elle la tira jusqu'à elle par son chemisier, toujours à moitié assise sur elle. Lorsque leurs visages sont très proches, elle lâche

- J'ai tué le virenpien

Elle se laissa faire ne résistant pas du tout Sachant que la noire se calmerait et que s'opposer physiquement ne servirait à rien.

- ah bon et comment avec un bras en moins cela m'intéresse.

-Je l'ai tué avant qu'il ne me transperce, sale garce !

-Donc il a rescuicité comme par magie pour te donner le coup ? Arrête de mentir je sais quand tu ment je te connais depuis que t'as 10 ans

Dit la seconde avec un petit sourire en coin

Phadransie s'écarta lentement de sa seconde .

- Je ne suis pas sure qu'il soit mort...


- ah ça je préfère , s'il te plaît ne me ment plus .

La rousse marqua une pause et dit .l'air sérieux

Tu pensais vraiment ce que tu m'as dit ?

Phadransie se laissa tomber sur le lit, l'épaule douloureuse une douleur qui se traduisi par une grimace. La noire était fiévreuse est fievreuse.

- Quoi donc ?

-que tu t'en fichais de moi .

Phadransie hausse les épaules

- J'ai dis ça comme ça.


La rousse après un long silence ravalât sa salive et dit d'une voix tremblante se tenant les mains moites comme jamais

-Écoute ,tu sais 'je voulais te dire quelque chose chez le forgeron. Cette chose c'est que je voulais te demander si tu serais d'accord de te marier avec moi ?

Après un silence, Phadransie lâcha, d'une voix tranchante

- Tu te fous de ma gueule ? Ou tu es ivre ? Ou les deux.

La renarde dont la voix devenait de plus en plus tremblotante dit à sa suite rapidement

-Nnn...non pas du tout je te demande si tu veux être ma femme .

Phadransie finit par eclater de rire, la tete en arriere.

- Par May'Veal ! C'est qu'elle est sérieuse !

Elle retrouve son calme immédiatement

- Tu prétends m'aimer ?

Renarde se sentait humiliée mais elle devait rester droite et tenir bon .

-Je t'aime phadransie la noire écumeuse des hautes mers , Je t'aime
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Aoû - 12:51
Qu'est-ce pour nous, mon Cœur, que les nappes de sang
Et de braise, et mille meurtres, et les longs cris
De rage, sanglots de tout enfer renversant

Rimbaud



A plus de quinze lieues sous le vent, la Blackwasp filait. Et Phadransie La Noire rendait à Renarde un regard, chargé d'incompréhension, de méfiance et d'ennui. Plus que de l'ennui même, du dégoût. Non mais c'était quoi cette déclaration à deux écus là, faite comme ça, balancé à la gueule comme couenne de lard ou balle de tabac ? Phadransie n'avait rien à foutre de ces choses-là ! Elle détestait Renarde pour s'être abaissé au trafic des sentiments et à l'affrètement de tels poids. Ces conneries-là affaiblissaient et ramollissaient. Phadransie La Noire ne pouvait pas se permettre de se ramollir. Elle voulait régner sur les Grand'Eaux d'Arcaëlle et détruire le Seventh Son ainsi que le Eighth Son !

Mais en même temps...

Elle évoqua brièvement tout ce qu'elle avait traversé dans la vie avec Renarde. Sa Renarde. Alors un détail la frappa.

Renarde avait toujours été là aux meilleurs moments, c'était vrai. Jamais aux mauvais.

Où étais la Renarde lorsque le Seventh Son l'avait réduite en esclavage ? Où était la Renarde lorsque Ildezzeeth s'allongeait sur elle ? Puis Khengis ? Où était cette pute de Renarde quand on la jetait sur le pont de son propre vaisseau, elle la Capitaine, en lui donnant du fouet et en beuglant "brique !" ! Où était Renarde lors de la prise de Maäl, quand ce Virenpien de siresse l'avait balancé aux domaines de May'Veal, bras liés ?! Où était Renarde la Rousse l'Inutile lorsque Khangis, pas plus tard que la semaine dernière, l'avait transpercée de part en part sur les quais maudits de Hytan'Ek ??!

Phadransie La Noire serra les dents. Renarde était inutile.

Cette femme qui prétendait l'aimer n'était bonne qu'à partager la Blackwasp avec elle. D'une voix que la froideur déformait, sans aucune colère entre les lèvres, Phadransie La Noire lui fit, avec de l'amertume au regard :

« Tu m'aimes moi, ou le poste de Capitaine que j'occupe ?

Avant que la Rousse s'apprête à répliquer, La Noire l'arrêta en brandissant son crochet.

- Tu m'aimes moi, ou le navire de troisième rang que j'ai réussi à dérober à la Reine ?

Et elle cria alors, de la rage perçant entre ses gencives !

- C'est moi que tu aimes, Renarde La Rousse, où c'est le pouvoir et le gain que t'offre le fait d'être ma Première Lieutenante à bord de la Blackwasp ?!!

Fiévreuse, fatiguée, en proie à la révélation la plus accablante -elle n'avait jamais pu compter sur cette femme, en vérité, qui disparaissait du jour au lendemain à cause "d'affaires personnelles" soi disant !- Phadransie La Noire lui balança une gifle si forte qu'elle parut résonner dans tout l'entrepont.

- Ne me parle plus jamais d'amour, tu as bien compris ? Regagne ton post, immédiatement, et fais mettre le cap sur Zaï'Lou. Et je te jure, Renardel la Perfide, si je crèves au cours de ce voyage, je jure par May'Veal de te traîner avec moi jusque dans les enfers de Gar'Haz... »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Aoû - 14:35
Après une quinzaine d'années aux côtés de la noire la renarde s'était préparée à un refus , elle savait que c'était possible mais de la à se faire insulter comme une malpropre , comme si jamais elle n'avait rien fait . Elle qui avait mis au fond tellement de navires pour la noire ce qui avait aidé à sa renommée. Elle qui avait été sa confidente et sa meilleure amie pendant des années se faisait insulter de bonne à rien n'aimant phadransie que pour son pouvoir.

Elle se rappela alors d'il y a quelques années à peine quand la rousse venait à peine de devenir la première lieutenante de phadransie . Il était vrai que depuis sa rencontre avec phadransie la rousse rêvait de prendre sa place mais la noire l'avait toujours elle aussi aidée et contrairement à ce que les gens pensent , avec la rousse phadransie était parfois un peu gentille. Ce sont les raisons l'ayant stoppé dans ses ambitions de mutinerie.

Tout dans sa tête s'embrouillait soit elle deviendrait la chose de phadransie ayant le droit de rester sa seconde seulement par son expérience soit elle devrait abandonner la noire . Elle prit quelques secondes de réflexion et de silence avant de se retourner et de dire

-Je vous aime phadransie et c'est pourquoi vous n'êtes toujours pas morte .
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû - 11:28
Sans toi, tout s'effeuille et tombe ;
L'ombre emplit mon noir sourcil ;
Une fête est une tombe,
La patrie est un exil.

Hugo






Renarde la Rousse s'était tirée, sans un mot de plus. Seuls demeuraient dans son sillage, palpitants, les derniers qu'elle avait prononcé :

« Je vous aime Phadransie et c'est pourquoi vous n'êtes toujours pas morte.

Phadransie La Noire, assise sur sa couchette, ressassait dans son esprit brumeux et fiévreux ces dernières paroles. Qu'avez-voulu dire par là Renarde ?

Cela lui semblait évident. Si elle ne se bougeait pas, sa Seconde la destituerait, lui volerait sa Blackwasp au mieux. La tuerait dans le pire des cas. Elle était consciente qu'elle n'avait pas été facile avec son amie, mais le mal était fait, elle ne reviendrait pas sur ses paroles, et il lui sembla dès cet instant que la Rousse nourrissait déjà un désir de vengeance qu'elle ne pouvait se permettre de tolérer à son bord. Elle était Capitaine.

Il était hors de question de refaire le Seventh Son !

La Noire tenait trop à ce bijou, ce prince des mers, ce requin de surface, afin de laisser Renarde le lui ravir. Elle devait prévenir tout danger, étouffer toute plainte, et ce avant même qu'il ne paraisse ou qu'elle ne s'entende. Etre Capitaine, c'était ça. Les propos de Renarde étaient on-ne-peut plus clairs : le jour où ces sentiments à fleur d'âme s'envoleraient, elle la tuerait.

Phadransie ne pouvait pas se permettre d'attendre que ce moment arrive. Sans compter que sa blessure l'affaiblissait chaque jour un peu plus. Elle enfila son tricorne, but cul sec un verre d'eau-de-vie, espérant se redonner là des couleurs, et quitta sa cabine !

Elle alla trouver le Second Lieutenant, ainsi que le Sous-Lieutenant et les deux Quartier-Maîtres à son bord. Deux Humains et deux Elfins. Et les ordres que leur donna leur Capitaine était limpides :

- Placez Renarde aux arrêts immédiatement. Pour complot et tentative de mutinerie.

Elle n'aimait pas faire cela. Mais se félicitait intérieurement d'avoir pris les devants ! Pourquoi avait-il fallu que Renarde gâche tout aussi ?! Ne pouvait-elle pas se contenter d'une relation professionnelle, amicale comme cela l'avait toujours été !?

Moins d'une heure plus tard, la Rousse avait les fers aux poignets et demeurait parquée derrière une grille, dans les cales sombres de la Blackwasp de Phadransie La Noire. Un autre choix s'offrait alors à la Capitaine du vaisseau royal : garder le cap, en vent arrière favorable, toute la toile de mise, ou bien virer de bord, orienter le gouvernail vers une direction différente, le temps que se règle ces différents avec sa Seconde.

Elle songea qu'elle était Phadransie La Noire, Capitaine de la Blackwasp, montée par un mortier en gemme Thâ et un canon de seize livres en gemme Mez, terreur des Grand'Eaux d'Arcaëlle, soeur du Gouverneur de Port-Suppure ! Elle ne pouvait pas mourir à cause d'une putain de blessure à l'épaule mal-soignée.

Elle mit la priorité sur la Rousse. On vira de bord. Moins d'une demi-journée plus tard, on atteint une zone de rochers escarpés, sertie de hauts-fonds et seule l'habileté du timonier empêcha la Guêpe de s'éventrer sur l'un de ces récifs aussi tranchant que des rasoirs. Séparées entre elles par moins d'un quart de lieu à chaque fois, plusieurs petits îlots à la roche noirâtre, inhabités, à peine montés d'une forêt, dont les plages demeuraient couvertes de cormorans et d'algues. La Noire fit mettre en panne sa Blackwasp. De toutes manières, les brisants avançant dans les Grand'Eaux empêchaient que les vaisseaux n'abordent trop près des îlots.

Phadransie La Noire, qui avait déjà été naufragée, jugea qu'il était possible, pour une âme vaillante, de survivre sur une telle île. La roche était malléable, il était possible sur le sable de creuser un puits afin de tirer l'eau avant que la mer ne soit haute et la sale. Les oiseaux et les poissons, abondants, pouvaient nourrir un homme avisé sans problème. Le soleil tapait fort, mais si on n'attendait pas trop, il y avait la possibilité pour un naufragé de s'en abritant en tirant leurs feuilles aux cocotiers et aux palmiers.

Phadransie La Noire s'assurerait que la Renarde ne put bénéficier d'aucun de ces avantages-là. On la sortit des geôles, toujours enchaînée, et on la débarqua par la force. Phadransie La Noire marchait à la tête de ce cortège silencieux. Renarde, entourée par ses geôliers -les hommes qu'elle commandait il y avait moins de deux jours !- avançait sans quitter sa Capitaine du regard. A chacun de ses pas, les pans de la veste noire de Phadransie volait au vent, ses talons claquaient durement sur les récifs. Finalement, on jeta la Renarde sur la plage puis on vint la débarrasser de ses fers.

- Je n'ai pas de temps à perdre, lâcha Phadransie La Noire d'une voix glacée d'indifférence, mais je te laisse le choix de ta mort.

Elle leva bien haut la tête, son œil noir semblait ne rien avoir à envier à ceux des démons de l'entre-monde ! Elle se mordait la lèvre, sans sourire, mais l'air serein, la voix autoritaire, en lâchant entre ses dents :

- La lame. La poudre. Ou la hache ?

Avant d'ajouter :

- Rapide ou lente ? »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû - 15:52
La rousse partit , elle savait d'avance que phadransie ferait le mauvais choix et choisirai de la neutraliser . Elle se lit alors dans sa cabine ayant prit le soin de totalement se désarmer , elle posât alors ses quatre armes à feu et son sabre sertit de rubis . En attendant les envoyés de la noire elle écrit un message dans son journal de bord destiné à Phadransie.

"Chère Phadransie

Cela fait maintenant une quinzaine d'années que nous nous côtoyons et je commence à te connaître mais toujours pas te comprendre, au départ je voulais attendre le bon moment pour te faire ma déclaration mais te voyant mourante . je voulait te déclarer mon amour avant ta mort.

Je voulais aussi t'avouer que lors de notre enfance commune il est vrai que j'ai voulue plusieurs fois te tuer . Mais sache que je n'ai jamais eue le cran de le faire c'est pourquoi j'ai abandonné à tout jamais

Pourquoi à tu fais ça nous étions invincibles toutes les deux sur la mer , nous étions Phadransie la noire reine de mers et sa renarde .

Ta défunte Renarde "

La renarde sortit alors de sa cabine pour aller donner la lettre à un homme de confiance lui demanda de transmettre la lettre au capitaine après que la rousse ne soit morte . Une fois la lettre donnée la renarde vint sur le pont afin de y sentir l'air marin . Une heure plus tard elle fut mise aux fers


Une fois arrivé sur cette la rousse ne dit rien marchant. Une fois devant la noire la renarde ne se rendait toujours pas compte .

-comme à l'époque, le sabre .

La rousse étonnement calme regarda phadransie sortir son sabre et au moment où la lame de la noire allait lui transpercer le ventre la rousse esquiva l'attaque sur le côté et donna une tape puissante sur la main armée de la noire lui prenant le sabre .

-arme toi et battons nous comme ce jour là où tu m'avais sauvé la vie si je gagne tu me laisse la vie sauve et si je perds , je meurt .
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Sep - 20:15
Tu m'entoures d'Auréoles;
Te voir est mon seul souci.
Il suffit que tu t'envoles
Pour que je m'envole aussi.

Hugo



Nul doutes que si La Noire ne souffrait pas de fièvre et de l'état de mortification avancé de son épaule, elle n'aurait fait qu'une bouchée de Renarde. La Rousse excellait dans le domaine de la stratégie militaire et de la canonnade, on ne pouvait lui reprocher cela.

Mais en terme de duel au premier sang, en terme de combat à la lame, à la hache, à la poudre ou au crochet, il y avait très peu d'âmes à bord de la Blackwasp -voire aucune- qui n'aurait su rivaliser avec la Capitaine Phadransie La Noire. Peu de chose rivalisait avec son orgueil également.

Elle accepta la provocation de la Renarde.

« Je n'ai pas même besoin de mon sabre pour mettre fin à tes jours petite sotte.

Elle brandit avant son bras droit, serti de son nouveau et étincelant crochet. C'était de la folie, tous le savait ! Renarde n'était pas fiévreuse, Renarde n'était pas blessée et surtout disposait d'un sabre de très bel acier !

Mais Phadransie était femme faite d'orgueil et d'impatience. Elle attaqua la première, crochet avant ! Renarde la Rousse fit exempt de toute l'agilité qu'elle se connaissait afin d'esquiver le coup de sa supérieure ! Phadransie La Noire trancha que le vide ! Elle bondit alors en arrière, tordant son flanc comme l'aurait fait un chat, esquivant l'attaque que Renarde aurait pu lui porter !

- Renonce, ma Renarde. Tu sais que j'ai toujours été meilleure que toi dans ce domaine ! »
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Oct - 10:50
La Renarde ne savait pas pourquoi elle lui avait demandé ça . Ce défi lui était sortit de la bouche , peut-être l'avait-elle pensé trop fort à leur rencontre sur le pont de ce fameux seventh son .

Elle se faisait violer à tout bout de champs par tout l'équipage à l'époque . Sa seule chance de pouvoir intégrer l'équipage à l'époque était de battre la nouvelle capitaine en combat à mort .malgres les apparences ce fut la rousse qui l'emporta à plate couture de cet affrontement. C'est alors que l'amitié entre l'ecumeuse des mers et sa Renarde débuta et finira peut-être , dans un combat à mort. Ce ne serait que comme ça que la rousse fidèle compagnon de la noire pourrait s'éteindre en paix de la main de la seule personne qu'elle n'aura aimé .

Si seulement Phadransie n'avait pas tellement changé , si elle était resté celle qui l'avait recueilli , qui l'avait prise sous son aile , Phadransie enfant . Elle avait toujours eux l'espoir que la bonté de cette petite fille ayant risqué son titre et son héritage pour une simple esclave comme les autres . La Phadransie qui était en train de prendre l'avantage dans cet impressionnant combat singulier n'était celle que la rousse avait connu , celle ci était violente et pleine de haine néanmoins la rousse gardait espoir que l'ancienne phadransie la vraie ne revienne .
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Oct - 13:02
Que veux-tu que je devienne
Si je n'entends plus ton pas ?
Est-ce ta vie ou la mienne
Qui s'en va ? Je ne sais pas.

Hugo



Qu'espérait Renarde au juste ? Phadransie feinta, poussa sa garde plus avant, quitte à se découvrir légèrement, raccourci soudainement la distance qui la sépara de Renarde, laissa sa lame plonger, sénestre avant, elle se ficha de sa propre défense, quitte à perdre un peu de peau, puis balestra et banderole et voila ! Renarde s'affaissa au sol, le poing toujours serré sur sa lame tandis que son épaule opposée, dans laquelle La Noire avait fiché six pouces d'acier froid, se déchirait pleine de sang.

« Je ne sais pas à quoi tu pensais, lui avoua Phadransie sans paraître affligée, tu n'as même pas attaqué. Tu perds ce combat, ma chérie. Alors je vais choisir moi-même pour toi.

Elle fit voler à plusieurs mètres de Renarde, raclant le sol, sa propre épée d'un coup de talon, la désarmant. Puis elle planta son sabre dans les deux chevilles de son ancienne acolyte, lentement, de façon à ce que résonne le cri des os brisés. Ça sera une mort lente. L'hemorragie de son épaule la cueillerait en premier sûrement.

- Je crois que tu n'as pas compris. La Capitaine du Seventh Son est morte, la Rousse. Et elle ne reviendra jamais. Pas même pour toi ! »

Elle lui expédia un coup de botte dans la mâchoire qui lui éclata les lèvres. Puis elle rengaina son propre sabre, essoufflée, transpirante, fiévreuse, maladroite et presque titubante. Elle ordonna à son nouveau Second de lier les poings de Renarde derrière son dos à l'aide d'une corde. Puis on libéra la BlackWasp de sa panne et on prit le large. Phadransie La Noire avait besoin de trouver un chirurgien au plus vite ! On mit le cap sur Zaï'Lou. Sans la Rousse.
Niveau 3
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 218

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP]-