Boire un ptit coup

 :: Le monde :: Mar’Baal :: Sud :: Hytan‘Ek Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 21 Juil - 11:53
J’avais fait voyage jusque Mar’Baal pour m’y implanter. Hytan‘Ek semblait la ville la plus adéquate à mon marché. J’errais donc dans la ville en quête d’un bâtiment à vendre. Je fis choux blanc. J’avais passais la journée à chercher un établissement pour m’implanter en vain. De plus il y avait déjà beaucoup de marchands de montures et je risquais, en m’implantant, de faire faillite. Je fis donc une croix sur mon choix premier. Je tombais sur une auberge de belle allure et y entrais. Je commandais une chambre où l’on me conduisit. Je déposais mon attirail sur le lit puis rangeait les vêtements dans une petite commode prévu à cet effet. Je déposais mon épée sur le dessus de la dite commode gardant tout de même avec moi mon pistolet à gemmes mez. Je descendis ensuite pour prendre le repas du soir. Le dîner était composé de légumes et de viande de bœuf bouillie. J’avais connu meilleure pitance, je dois l’avouer. Une fois le met fini, je commandais une bouteille d’hydromel avec un verre. Contentieusement, je me servis une première lampée. La bouteille avait dix ans d’âge elle était donc à savourer. Je bus lentement mon premier verre, appréciant les parfums de l’hydromel.

Cela faisait déjà plusieurs heures que j’étais à cette table non loin d’une fenêtre. La nuit commençait à tomber doucement. Les lampadaires était allumé un à un par le veilleur de nuit. Je ne sais à combien de verre j’étais mais j’avais la tête légèrement lourde. L’alcool ce faux ami… Je soupirais doucement, repensant à Ange et au fait que j’avais couché une seconde fois avec elle. Mais cette fois c’était à sa demande. Donc… Je ne culpabilisais pas. Je pensais un bref instant à Tahiri, me demandant où elle était. Peut-être allait-elle entrer dans l’auberge et me sauter dessus ! C’est beau de rêver…

La porte s’était ouverte à plusieurs reprises, laissant la chaleur entrer. Je n’avais pas prêté attention aux entrants, dans le fond j’en avais que faire des autres. Ce qui comptait c’était ma bouteille. D’ailleurs, elle était vide. J’hélais une serveuse pour commander sa petite sœur. Je remarquais alors que la seule place assise qu’il restait été à ma table. Peut-être allais-je avoir de la compagnie.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juil - 12:44
Adorai-je aussi ta neige et vos frimas,
Et saurai-je tirer de l'implacable hiver
Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ?

Baudelaire



Le voyage fut long, des Cités-Blanches jusqu'à Port-Suppure, dans l'Est d'Arcaëlle (plusieurs miles à l'est de Kaïl, à égal distance de Ray'Bauz et Tak'Nayu) puis de Port-Suppure jusqu'à la grande île de Mar'Baal. Phadransie La Noire avait su mener sa barque,  bon gré mal gré, et de son nouveau crochet avait frappé un bâtiment Royaliste (encore, oui) chargeant vin, épices, coton, cochenille, perles bleues de Hytraz, topaze, régiment de fruits, plumes d'or et tout un tas d'autres élucubrations. Phadransie avait fait remonter au vent sa Blackwasp, les vergues brassées dans l'axe pour en happer le moindre souffle, avant de faire lâcher dans son arcasse un coup de canon à boulet, le pavillon noir claquant au vent. L'artimon de la Reine s'était brisé net à quatre pied au-dessus du tillac, les Royalistes s'étaient agités, mais il était déjà trop tard car La Noire était sur eux ! Le haut château de poupe de la Blackwisp, que Phadransie voyait déjà comme future Reine des mers (la peste soit des vaisseaux des enfants de son père !) venait ombrager la frégate Royaliste. On entendit le roulement d'une seconde bordée, le pont de la sinistre BlackWasp tremblait puis les espars qui s'écroulent dans la fumée de la bataille. L'équipage et les passagers du Royalistes finirent à fond de cale, destinés à l'esclavage de la Suppure, la cargaison et le fret passa de l'un à l'autre vaisseau, puis La Noire saborda le bâtiment. Un petit cadeau pour la Reine !

De cette prise ainsi que de la vente d'esclaves, sa réputation avait grandi. Elle avait également le bras long -ou plutôt le crochet long- se disait-il à Port-Suppure, tandis que ses rivaux non en course la voyaient traîner avec le Gouverneur Henry Tarentt de l'île, prenant ses aises dans ses appartements, savourant du rhum jusqu'à pas d'heure. On la disait fieffée putain de l'Aracnor. En réalité Tarentt, fils du Roi-Pirate d'Arcaëlle, était simplement son demi-frère.

La Noire savait que sous ce faux jeu d'amitiés et de pichets bien bruns, Tarentt transmettait des informations la concernant aux fils et aux filles du Roi-Pirate, peut-être même à ce dernier en personne. Mais elle se faisait sourde, et continuait de jouer aux grandes amitiés et fraternités avec l'Aracnor aux yeux rouges. Car il ne rechignait pas à lui lâcher, en contrepartie, des informations sur le Eighth Son et même le Seventh Son. Aucun de ces deux navires n'était allé jeter l'ancre à l'un des ports de la Suppure, du temps que La Noire frappait dans les eaux du Sud-Est. Mais elle avait apprit grâce à Tarentt -on apprenait tant de chose lorsqu'on était gouverneur !- que le Eighth Son, navire qu'elle convoitait, recevait ses ordres de l'Elfe Ildezzeeth, l'Adopté, Capitaine du Seventh Son en une zone secrète, quelque part au milieu du cimetière d'épave. Ce qui justifiait tous ces allers et retours !

Phadransie comptait bien faire feux de tout bois du Septième, détruire Ildezzeeth, brûler cet Elfe vif, puis s'accaparer le Eighth et sa marchandise. Mais pour cela, il lui faudrait passer à un niveau supérieur.

D'où son odyssée à travers le monde d'Arcaëlle, jusqu'à l'île gigantesque de Mar'Baal, aux confins du monde. Encore une fois, sa chère Blackwisp lui prouva qu'elle pouvait bien compter sur elle. Le trois-mâts avait tenu bon la barre et le vent. Le voyage avait duré plusieurs mois, mais s'était déroulé sans encombre.

Épuisée, Phadransie et son équipage de forbans -à savoir près de trois-cent tête- avaient mis pied à terre -une bonne partie surveillait le navire- sur cette cité qu'on appelait Hytan'Ek. L'ile n'étant pas sous la jurisdiction dela Reine, La Noire prit la liberté d'abaisser le Joly Roger qui couvrait son Grand Mât et son Artimon, mais en aucune façon elle dissimula son visage et ses manières.

Les plus grands pirates des mers du Sud-Est débarquaient dans cette partie du monde, et elle comptait bien le faire savoir ! Elle entra dans une auberge, seule, tandis que ces forbans allaient aux putes pour la plupart, ou bien se soûler dans quelques tavernes du port pour les autres. Le but de La Noire était de trouver un maître Keï-Kan, expert dans l'art de la technomancie -si rare à Port-Suppure !- qui saurait équiper sa chère Blackwasp de canons à gemmes Mez de vingt-quatre, trente-deux et trente-six livres ! Auréolée de tels boulets rouges, avec des bouches à feu aussi puissantes, le Eighth Son et le Seventh Son imploreront bientôt pitié !

Phadransie La Noire se dirigea jusqu'au comptoir et balança un écu de cuivre.

« Ta bière la plus noire, l'ami.»

Ainsi armée, elle vint s'asseoir à la seule place restante, près d'une jeune humaine -semblait-il- aux cheveux platine. Voire même blancs. La Noire ne la salua pas, et attaqua sa chope. Elle avait horreur de savoir sa Blackwasp loin d'elle. Par ailleurs, même fatiguée comme elle l'était, elle devait s'attendre à des représailles de la part de Hytan'Ek au plus vite. Ses ordres avaient été clairs : pas de viols, pas de bordel tant qu'on est à terre.

Mais la règle d'or à la Suppure était que s'autoproclamait Capitaine celui qui commandait un navire, et dès l'instant où ce navire mettait à l'ancre et l'équipage descendait à terre, il était libéré de toute autorité de la chaîne de commandement à bord. La Noire savait très bien ce qu'il l'attendait.

Il y aurait des viols cette nuit. Il y aurait du bordel sur le port.

Elle devrait bientôt se farcir les autorités de Hytan'Ek, et ça ne serait ensuite pas la voie de la facilité pour négocier avec les technomanciens. D'un autre côté, Phadransie La Noire songeait que si elle se rendait maîtresse de Hytan'Ek, elle aurait ensuite toute attribution à exiger qu'on lui fabrique sa batterie de Mez.

On n'empêchait pas un pirate en mer depuis plus de trois mois de satisfaire ses mâles désirs. On pouvait encore moins l'empêcher de boire un bon coup, et casser la bouteille sur la tête de celui qui la lui avait servi si jamais il ne la trouvait pas à son goût.

Phadransie La Noire sourit tandis qu'elle trempait les lèvres dans sa bière. Dehors, on entendait déjà les premières clameurs et les premières manifestations de mécontentement de la part des citoyens. Jusqu'au bout du monde, on apprendrait à connaître la Capitaine Phadransie La Noire !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juil - 16:23
Une arcaëllienne aux allures de pirate s’assit sans même me saluer à ma table. Devais-je jouer son jeu et l’ignorer ou alors lui signaler ma présence ? Je me raclais la gorge et bus une gorgée d’hydromel sans rien dire. Puis, jovialement, je la saluais sans rien attendre en retour. Mon verre était vide, la peste. Je pris la bouteille et me servis à nouveau. Je jouais un instant avec le verre puis le bus d’une traite. Je finis par demander si elle était de passage dans la ville. Elle avait un joli visage mais son crochet me refroidit pour lui faire des avances malsaines. Je tenais à la vie. le brouhaha environnant cachait la voix du barde qui chantait dans son coin en jouant du violon. Je jetais un œil vers le chanteur itinérant et lui souris.

Avec ce vacarme on n’entend même pas le barde… Alors, tu fais quoi dans la vie ? Dis-je d’une voix joyeuse à l’inconnue. Je suis Vÿdareen Loumez.

Je bus à nouveau après m’être servie. J’avais envie de faire la conversation à la pirate face à moi-même si je risquais un peu ma vie en la forçant à me parler. Qu’importe. Elle semblait humaine et un peu agressive. Ça me changerait des rencontres habituelles. Bien qu’elle soit impolie, je ne lui en tins pas rigueur. Après tout, elle avait tout d’une pirate. Le chapeau, le crochet, la dégaine et l’aura.

Moi je suis de passage, je voulais m’établir ici mais c’est vain.

Lui dis-je sur le ton de la conversation. J’insistais peut-être un peu trop… Mais après tout, j’étais déjà dans un bel état. Je vidais un énième verre et commandais une troisième bouteille.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil - 2:07
Les yeux flambent, le sang chante, les os s'élargissent, les larmes et des filets rouges ruissellent. Leur raillerie ou leur terreur dure une minute, ou des mois entiers.
J'ai seul la clef de cette parade sauvage.

Rimbaud



Capitaine Khengis :
 


C'est fou comme certains souvenirs ne sont pas faciles à oublier. Parfois, quelques années ne suffisent pas à vous remettre le cœur à la bonne place.

Tout avait commencé bêtement. Le Seventh Son avait pris en chasse une frégate sans pavillon, montrant les dents avant de lui lâcher une bordée bâbord. La grande vergue, ainsi que le Grand Mât furent brisés nets. La seconde salve avait suffit à emporter les gens du bâtiment, ainsi qu'une bonne partie du magasin arrière, sous le gaillard, créant un gigantesque trou au niveau du pont inférieur et fauchant les pauvres âmes infortunées envoyées aux pièces par dizaines. Puis il avait fallu s'expliquer, et s'excuser. En réalité, le Seventh Son venait de prendre pour cible le bâtiment du Capitaine Virenpien Khengis, qui était un allié du Roi-Pirate, un de ses laquais dont la soumission à cet Aracnor Hayert'Vaal n'était plus à démontrer. Le Capitaine du Seventh Son, l'Elfe Ildezzeeth, avait accepté de rencontrer à son bord, le Virenpien Khengis, afin de trouver un arrangement diplomatique aux dégâts causés dans la coque et le gréement du vaisseau. L'un des boulets du Seventh Son avait, de surcroît, emporté haut par-dessus le tillac le maître calfat du bord adverse, ainsi que les charpentiers. Diplomate, le Capitaine Ildezzeeth avait accepté d'offrir à Khengis plusieurs de ses propres calfats et charpentiers de bord. Il avait offert grand nombre d'autre chose au Virenpien, et cette histoire fut rapidement oubliée. Les deux Capitaines burent du bon vin en jouissant de leur compagnie respective, comme deux frères. Comme si le bâtiment de l'un ne venait pas de mettre à l'agonie le bâtiment de l'autre.
Khengis et son équipage écumaient les Grand'Eaux de May'Veal depuis des mois, et Ildezzeth crut fort aimable d'offrir une petite récréation à son nouvel ami Virenpien. Afin que cette maladresse sur les eaux soit totalement oubliée. Et au diable la trentaine de paquet sanguinolents que les marins de Khengis s’apprêtaient à offrir à la Déesse !

« Elle est là.

Ildezzeeth avait guidé Khengis jusque dans les geôles du Seventh Son. Phadransie n'oublia jamais le regard jaune, luisant, et mauvaise de ce lézard-là. Un monstre. Virenpien malformé, sans doute fruit d'une quelconque erreur de Uoc'Thuy, ce géant-là qui atteignait facilement les trois mètres de hauteur portait quatre bras ! Sa seule vue était un cauchemar, et il n'aurait pas été exagéré de dire d'une mère qui voulait effrayer son petit en lui parlant du pirate Virenpien Khengis qu'elle ne faisait pas de zèle. Son cœur était verdâtre, sa langue fourche, ses ongles longs et sales. Khengis avait une odeur à lui. Une odeur de sueur froide, d'écaille, d'animal et de pourriture, une odeur de peste qui vous prenait à la gorge et vous faisait le sentir avant même de le voir.

- Qui est-elle ? avait demandé Khengis en contemplant le présent d'Ildezzeeth.
- La bâtarde du Roi Lamiedo, avait répondu l'Elfe avec un rictus mauvais.

Et Phadransie s'était recroquevillée sur elle-même, faisant abstraction du tintement de ses chaînes, cliquant et claquant comme les rouages d'une machine infernale sortie tout droit des enfers. Ildezzeeth était déjà très grand, il avait une voix très grave, et des muscles épais. C'était un géant à ses yeux ; elle n'avait pas même dix-huit ans. Et elle haïssait quand il s'allongeait sur elle.

Mais Khengis...

Ça n'était pas même un Homme. Ni un Elfe. Khengis était une bête. Un animal. Un lézard. Un serpent haut de plus de trois mètres, à la peau aussi dure que si elle fut couverte d'une armure de paladin de la Démocratie ! Et Ildezzeeth laissa ce monstre la violer, ce jour-là. La lutte était inégale, Khengis n'avait pas que deux bras. Il en avait quatre. Phadransie était enchaînée. Et elle eut beau le repousser plusieurs fois, il repassait à l'attaque, jouissant de ce combat perdu d'avance, du désespoir qui gagnait sa victime petit-à-petit, puis enfin jouissant de son impuissance, de sa défaite, de ses hurlements, de son sang et de son corps.

Jamais auparavant Phadransie n'avait eu aussi mal. Les coups que le Virenpien lui avait administré n'arrangeaient en rien son état. Elle était plus morte que vive, de toute façon, aux portes de l'agonie, l'agonie ultime, se noyant dans une mare de sang, avec l'odeur de Khengis sur elle et son fluide en elle.

Le Virenpien avait quitté les cales du Seventh Son, en remerciant l'Elfe. Un échange de regard, une poignée de main, un yo ho ho. La routine. Phadransie se mourrait.

Du bout de sa botte, l'Elfe l'avait faite rouler sur le ventre, tentant de voir si il avait à faire à un cadavre ou non. Khengis l'avait déchirée.

-..pi...tié...tue..moi. L'Elfe...tue-moi.

C'était tout ce que la jeune Capitaine -ex Capitaine !- avait réussi à lâcher entre ses lèvres en sang. Ildezzeeth avait dû tendre l'oreille afin de l'entendre. Tranquille, il avait croisé les bras en la contemplant de sa toute-hauteur.

- Tu peux parler. Peux-tu encore travailler ? Marcher ?

Un silence était passé durant lesquels Ildezzeeth avait trouvé par lui-même les réponses à ses questions.

- C'est vrai que tu ne vaux plus grand chose dans cet état. Tu ne me rapporterais rien à la vente, et mes hommes ne sont pas nécrophiles.

Il avait fait appeler un Lieutenant, ordonnant qu'on mette le cap sur l'une des dix-mille petites îles désertes qu'on pouvait trouver dans cette partie là d'Arcaëlle. Moins de trois jours plus tard, on déposait sur l'une d'elle Phadransie Lamiedo, plus morte que vive, afin qu'elle puisse expirer loin du Seventh Son. Loin de ses bourreaux.


~



- Avec ce vacarme on n’entend même pas le barde… Alors, tu fais quoi dans la vie ? Je suis Vÿdareen Loumez. Moi je suis de passage, je voulais m’établir ici mais c’est vain.

Phadransie La Noire laissa les paroles de cette femme l'atteindre, sans force. Son visage émacié paraissait calme, son air joyeux et détendu, presque désinvolte. La Noire songea qu'elle avait traversé tous les eaux d'Arcaëlle, entamé ce voyage périlleux de plusieurs mois, dans le but de rencontrer un technomancien. Cette Vÿdareen en était-elle une ? Si non, pourrait-elle toujours la mettre sur la voie de l'un d'eux ? Malgré la fatigue, Phadransie choisit de ne pas montrer d'animosité envers cette femme. Après tout, elle pourrait bien lui être utile un jour ou l'autre. Le jour le plus rapide serait le mieux, d'ailleurs.

- On m'appelle Capitaine Noire. Je viens de très loin.

Elle termina la choppe de bière qu'elle venait de commander, puis se leva afin de ramener avec elle un bon litron de rhum. Le rhum du Nord-Ouest d'Arcaëlle, de Mar'Baal particulièrement, n'avait clairement rien à voir avec celui que l'on servait à la Suppure, ou dans l'Est. Phadransie en servit une rasade à sa camarade de table.

- Je suis à la recherche de quelqu'un, tenta-t-elle en posant sa main munie d'ongles vernis sur sa choppe de rhum, puis la porter à ses lèvres, peut-être pourras-tu m'aider l'amie.

Si cette Vÿdareen Loumez eût répondu à La Noire, alors jamais ne l'entendit-elle. Le temps parut s'être arrêté autour de la Capitaine de la Blackwasp. Après toutes ces années. Après tout ce temps.

Sur une table dans l'angle de l'auberge, voûté sous une cape qui avait bien dû être blanche un jour, un Virenpien gigantesque tentait très mal de dissimuler ses quatre bras. Son œil droit, arqué et ouvert, plus haut que le gauche lorsqu'il faisait siffler sa langue sur ses crocs, lui donnait un air sinistre. Cette voix. Cette gueule. Ce sifflement lorsque les mots jaillissaient de ses lèvres. La Noire trembla de rage lorsqu'elle le reconnut. Elle crut que Vÿdareen lui répondait, ou bien l'interpellait. Elle n'écoutait plus. Et au travers le parfum des hautes chopes dont la bière écumante se faisait se pourlécher les exquis dégustateurs, Phadransie La Noire avança droit vers son ennemi. Sans souffler, les cheveux et les tempes dégoulinant de sueur, elle fit tout virevolter dans un violent chaos.

Le Capitaien Virenpien se trouvait attablé avec quatre hommes, qui, à première vue, ne semblaient ni être des hommes-bête, ni des Elfes. Phadransie repéra un Aracnor et un Elfin. Les deux autres devaient être simplement des Hommes. Elle se souvient. Cet instant où il l'avait faite tomber raide par terre, du sang et de la bave aux lèvres, grinçant des dents, les gencives ouvertes, dans des convulsions presque épileptiques tandis qu'il la violait. Toute sa peau était en feu, ses os étaient brisés. Elle avait souhaité la mort cet instant-là.

- Tu te rappelles de moi ? lâcha d'une voix d'Outre-tombe La Noire, serrant tremblante la poignée de son sabre.

A ces mots, Khengis se retourna à demi de la chaise sur laquelle il siégeait. Il posa la choppe de bière ou de tafia qu'il était en train de s'envoyer derrière les dents, et siffla de manière fort sinistre à l'attention de la jeune humaine qui venait le déranger.

- Une femelle. Des femelles comme toi, j'en ai monté des tas. Pardonne-moi de ne pas me souvenir de leurs noms.

La Noire bondit alors, n'attendant pas même qu'il repose sa chope, aussi rapide qu'une aspic ! Le sabre en avant, tenu bien droit comme une lance, elle avait pour but de lui planter la lame en plein cœur ! Mais ce fut peine perdue pour le Capitaine Virenpien qui se protégea du revers de son bras, ce dernier demeurant aussi large qu'une ancre marine ! Mais l'acier fendit l'écaille, et Phadransie La Noire put se délecter des hurlements que lança son ennemi ! Ils chutèrent ensemble, roulèrent sous la table, La Noire frappant de son crochet, encore et encore, hurlant, jusqu'à ce qu'elle se déchire, la chair de ce Lézard, tout comme il avait frappé lui aussi, plus de cinq ans en arrière, ses chairs jusqu'à ce qu'elles se déchirent ! Un coup de poing en plein visage l'envoya mordre la poussière au sol, et la tête lui tourna tant qu'il fallut plusieurs secondes à Phadransie avant de parvenir à se remettre sur pieds. Khengis avait tiré de derrière son dos deux sabres d'abordage dont il serrait la garde nerveusement, à se faire pâlir les phalanges !

- Ça suffit salope !

Mais Phadransie ne demeurait point en reste ! Elle attaqua à son avantage, avec fureur, ce qui diminuait l'adresse et augmentait le risque ! Crochet en avant, sabre bien serré entre ses doigts, La Noire avait bien l'intention d'occire ce fils maudit de Uoc'Thuy ! Et il la reconnaîtrait ! Avant qu'il n'entame son dernier voyage ! Durant un fragment de seconde, ce ne fut que pluie d'acier, ripostes, coups bas, sueurs froides, feintes puis parades et farouches offenses ! Mais La Noire n'avait pas un dixième de la force de son adversaire. Et Khengis demeurait plus fin, plus fort, et plus rusé. Un coup de queue du Virenpien l'envoya cogner contre le mur de l'établissement, tant bien et si fort que le bois se fissura, le verre de la fenêtre se brisa et l'un des candélabre accroché à cet emplacement tomba sur elle ! Phadransie La Noire sentit des copeaux de verre à l'intérieur de sa bouche, puis le goût du sang. Elle cracha plusieurs fois, et à l'instant où elle parvint à se relever, cherchant son sabre du regard, une main gigantesque la saisit à la gorge, tandis que trois autres entreprenaient de la désarmer et la cogner.

- Attends, ça me revient, siffla une voix maléfique. La prisonnière du Seventh Son. La bâtarde du Roi-Pirate !

Il siffla de nouveau entre ses dents.

- Je te pensais morte.

Alors, avec l'un de ses bras, il se saisit de son sabre, passé de nouveau derrière son dos, et vint caresser la nuque de La Noire avec la lame, lentement, sinistrement, avant de se tourner vers l'assemblée effrayée, voire stupéfaite !

- Si personne n'a rien à redire, je vais conclure cette histoire qui vient de me priver d'une bonne chopine !

Il écrasa Phadransie au sol, faisant pression sur sa poitrine avec ses bras, compressant ses poumons. Jusqu'à ce qu'ils éclatent entre ses doigts !

- Moi, je ne saurais jamais ton nom de femelle, mais toi tu emporteras chez Gar'Haz celui de Khengis ! »
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil - 10:27
Ainsi c’était une Capitaine. Je doutais fort qu’elle soit capitaine pour le Royaume ou autre. Ce devait être une pirate. Elle était à la recherche de quelqu’un et me demanda si je pouvais la renseigner. Je lui dis de toujours demander et que je verrais si mes connaissances lui seraient utiles. Mais elle ne semblait plus m’écouter. Je bus une gorgée de rhum qu’elle m’avait servi quand soudain elle se leva et se précipita vers une autre table. Elle se jeta sur un virenpien bien étrange. En effet il tentait tant bien que mal de cacher deux bras supplémentaire. Je fus estomaquée par la violence de Noire. Mais elle se retrouva vite en vilaine situation. Par chance le virenpien me tournait le dos. Je bouclais la ceinture, devenant invisible comme tout ce que je touchais. Je pris mon pistolet à gemme et me dirigeais vers le colosse. Je posais le canon de mon arme sur son crâne et dis :

Si tu la lâche sans faire d’histoire ta cervelle n’éclaboussera pas le sol.

Il se leva, me dominant de toute sa hauteur, et se retourna. Bien évidemment, il ne vit rien. Il cligna des yeux, se demandant sûrement s’il avait affaire à un fantôme. Je contournais le monstre de la nature et me dirigeais vers la Noire. Je saisis son bras et la fis se relever. Je pointais toujours mon pistolet sur le géant.

Tu mérites la mort !

Crachais-je furieuse. On ne s’attaque pas à plus faible que soit, c’était mon principe. Bien que là ce fût la Pirate qui avait lancé l’offensive. La sotte. Je retirais la ceinture, tenant d’une main la Noire et de l’autre mon pistolet.

C’est pas tes affaires humaine !

Lâcha le virenpien. Je souris et me préparais à appuyer sur la gâchette. Il leva ses quatre mains en l’air. L’aubergiste intervint alors nous disant qu’il ne devait pas y avoir de bagarre à l’intérieur de son établissement.

Il n’y en aura pas. N’est-ce pas ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil - 2:17
Avant d’être sur cette terre,
Je sens que jadis j’ai plané ;
J’étais l’archange solitaire,
Et mon malheur, c’est d’être né.

Victor Hugo




Phadransie La Noire entendit le sifflement malaisé de son adversaire, tandis qu'il ne lâchait pas des yeux le pistolet -bien étrange tromblon que celui-ci en vérité !- que cette Vÿdareen tenait braqué sur lui. La Noire crachota le verre qui perçait ses gencives, ainsi que sa langue et ses lèvres. Son corps était mutilé en plusieurs endroit, et elle suffoquait encore.

« Viens, Vÿdareen. On se tire.

La Noire se dégagea de l'étreinte de cette femme qui venait de la relever, la tête haute. Derrière elle, elle sentait le regard perçant ainsi que le sourire mesquin de son tourmenteur. L'aubergiste ne voulait pas d'ennui ? Phadransie jura qu'il n'aurait bientôt plus du tout à se préoccuper de ce qui pouvait ou pas l'ennuyer à l'intérieur de son établissement. Elle prit le temps de s'adosser au mur de l'auberge une fois à l'extérieur et prendre un grand bol d'air frais. La tête lui tournait, son corps la faisait souffrir. Khengis ? Elle le tuerait. Ni demain. Ni après-demain. Ni dans dix ans. Maintenant.

- Merci pour le coup de main l'amie, balança-t-elle sans la regarder à cette jeune marchande.

De nouveau, l'oeil noire de la pirate scruta le pistolet qu'elle tenait toujours entre ses mains.

- Alors c'est ça une arme à gemme... Dis-moi, serais-tu une technomancienne ? »

Elle parlait, mais à l'intérieur d'elle-même tout son être hurlait le nom de Khengis. Elle allait foutre le feu à ce bordel de Hytan'Ek et crever ce Virenpien. Ensuite, il lui serait toujours temps de partir à la recherche des technomanciens.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil - 9:54
Tout en quittant l’auberge, je gardais mon arme pointée sur le virenpien. Noire avait l’air mal en point mais je n’y prêtais pas plus attention que cela. C’était une grande fille, elle savait quoi faire. Je m’adossais au mur de l’établissement et soupirais. Tout ce remue-ménage m’empêchait de boire. Ça, ça me travaillait. La pirate me remercia pour mon aide sans même me regarder. Je fis un signe de la main voulant dire « c’est rien ». je n’avais pas lâché le pistolet à gemme, au cas où le virenpien débarquerait. Elle me dit alors :

Alors c'est ça une arme à gemme... Dis-moi, serais-tu une technomancienne ?

Je ris doucement. Je finis par lui dire que non je n’étais pas dans la technomancie. Par contre dans la ville il y avait deux trois technomanciens plutôt doués. J’ajoutais qu’à cette heure ils étaient probablement fermés. Je rengainais mon arme, je n’en avais pas l’utilité pour l’instant. Je tournais la tête vers Noire et lui demandais pourquoi elle avait attaqué ce virenpien. Après tout, il était évident qu’elle n’avait aucune chance contre lui… Mais elle avait foncé tête baissée sur l’arcaëllien aux quatre bras. Visiblement elle n’avait pas réfléchi avant d’agir.

Tu sais, pour mourir y’a plus simple…

Lui dis-je d’un ton grave. Les poisons étaient plus efficaces et moins douloureux, par exemple. Mais je ne lui suggérais pas cette idée. Si elle était suicidaire, cela l’aurait tenté. Mais peut-être que je me fourvoyais et que ce virenpien et elle avait un passé commun. Qu’importe ! Mon regard se perdit dans le vide un bref instant. Soudain la porte s’ouvrit. C’était le virenpien. Il devait facilement mesurer trois mètres de haut et un mètre de large. Il sifflait et me dit :

C’est pas ton affaire, casse toi !
Je vais rester pour admirer les étoiles. C’est publique ici.
Tu te moque de moi ?
Si peu !

Il se mit en position de combat.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil - 10:36
Elle cachait - la scélérate ! -
Sous ses mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongle d'agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

P.V



Phadransie La Noire ne reculait jamais devant le danger et l'adversité. Même lorsque la partie était inégale. Visiblement, Khengis n'avait pas l'intention de la lacher. Ni elle, ni cette Vÿdareen qui venait de se mêler de ce qui ne la regardait pas. Trois options s'offraient à la pirate, qu'elle survola en quelques secondes.

La première, la plus plaisante et de loin, était celle qui l'amenait à tuer Khengis, le regarder se noyer dans ses propres entrailles puis fouler son cadavre aux pieds. Noire songea qu'elle pourrait tout aussi bien le laisser tuer l'humaine au pistolet à gemme, cela créerait une diversion. Cependant, ses écailles et sa carapaces avaient l'air de véritables pièces d'armures, et en dépit de la solidité et du tranchant de son crochet, il n'était pas facile pour elle de les percer.

La seconde option consistait à préserver sa vie. Elle regagnait sa Blackwasp, et mènerait dès à présent toutes ses affaires à bord. Envoyant des marins pour son compte sur la terre ferme. Et si ce fils de pute de siresse de Virenpien se pointait sur le port. Haha ! Elle lui cracherait une belle bordée à la gueule ! Et tant pis pour les habitants et les dockers de Hytan !

Enfin, la dernière option, la plus déplaisante...

La Noire cracha au sol -un caillot de sang, encore-. Il n'y aurait pas de troisième option !

Déjà, l'ombre imposante de Khengis avait tiré de leurs fourreaux ses deux sabres (jamais Phadranise La Noire n'avait vu armes si imposantes !) et de ses deux autres bras il s'était saisi d'un bouclier et d'une hache d'abordage. Vÿdareen avait son pistolet entre les doigts. Le combat commença !

Phadransie, de par son orgueil, refusa que son alliée porte le premier coup ! Elle lui passa devant, et para l'attaque du géant avec son sabre ! Khengis vint faire pression de son second sabre ! Il offensa, quinta, trancha l'air de ses lames ! La Noire se débattit bien, mais la maîtrise du sabre de son adversaire, sans parler de sa force surhumaine, eut raison de sa vaillance et de sa rage !

Une pensée lui traversa soudainement l'esprit. Si elle perdait ce duel, que ferait-il d'elle ? La tuerait-il ?

Son sabre, si petit comparé aux monstres du Virenpien lui vola des mains ! La Noire lui susurra un :

« Perdu ! »

Avant de se laisser glisser sur le sol pour frapper le lézard aux jambes ! Il portait une longue jupe noire, couverte de pièces d'armures, mais la pirate à l’œil noir parvint à trouver la feinte dans cet enchâssement de parcelles métalliques et elle sentit son crochet trancher la chair ! D'un retour du bras, elle lui en arracha un long morceau !

L'instant d'après, elle roula sur plusieurs mètres, transpercée par la queue aiguisée comme une lame de rasoir du Virenpien ! Son épaule percée de part en part, elle sentait le sang quittait son corps à gros bouillon.

Sa dernière vision fut le coup de sabre qu'assénait leur ennemi à cette Vÿdareen, qui chutait, tandis que son pistolet à gemme lui volait des doigts. Il tomba à quelques mètres de La Noire. Phadransie commença à ramper, du temps que le Virenpien s'acharnait sur son alliée. Même au sol, elle demeurait une bonne tireuse et se sentait capable de lui exploser la tête !

Phadransie La Noire se souvint seulement maintenant que de tous les alliés du Roi-Pirate et de ses enfants, le Capitaine Virenpien Khangis était sans conteste le plus puissant de tous. Il asséna un coup de genou au visage de cette Vÿdareen qui sembla perdre connaissance sur le coup ! Un coup à peine plus fort aurait fait décoller son visage de son cou comme un fruit trop mur tombant de la branche d'un arbre.

A l'instant où Phadransie atteignait le pistolet à gemmes, il l'arrêta de son pied, écrasant son épaule blessée. Elle lui lança le plus noir de ses regards, puis un coup de manche de la hache de Khengis l'expédia droit au pays des rêves.

Elle se réveillerait en enfer.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Juil - 10:24
Ce fut rapide et douloureux. Je me pris de nombreux coup sans pouvoir en donner. Il fit voler mon arme au loin et m’assomma. Je m’écroulais comme une poupée de chiffons molle. Je ne pus voir la suite, j’étais au pays des songes et les rêves n’étaient pas joyeux. J’ignorais ce qui se passait autour de moi, tout était noir et calme.

Le soleil baignait mon visage de sa douce lumière réchauffante. J’avais mal partout. Je tentais d’ouvrir les yeux mais j’eus mal à la tête comme si j’avais trop bu. Hors, je ne me souvenais pas m’être bourrée la gueule. Le souvenir du combat me revint en tête. Ça avait était si rapide… Je sentis une serviette humide et froide être posée sur mon front. Je grognais de douleur puis de bienêtre.

Ne vous agitez pas, vous êtes en piteuse état.

J’essayais à nouveau d’ouvrir les paupières et je vis un arcaëllien d’âge mur. Il était penché sur moi. Il ne parlait pas outre mesure. J’étais allongée sur un lit confortable quoi que un peu petit. J’observais l’arcaëllien manœuvrer pour me soigner.

Où est Noire ?
Votre camarade se repose dans le lit à côté de vous. Elle dort encore.

Je tournais la tête vers la gauche et vis la pirate allongée sur un lit tout aussi petit que le mien. Je soupirais de soulagement en voyant qu’elle n’était pas morte. Je demandais ce qu’il était advenu du virenpien à quatre bras. L’elfe me répondit qu’il l’avait éliminé. Et ce avec un grand calme. Je soupirais de soulagement, nous n’aurions plus d’ennuis avec ce monstre. L’arcaëllien me dis de me reposer et qu’il apporterait le petit-déjeuner plus tard.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 19:54
Du plomb pourri coule en ses veines
D'yeux mornes jusqu'à sa face austère
Qu'entraînent tous les flots d'âmes en peine
L'enchaînant sans fin aux galères.



Lorsque Phadransie La Noire ouvrit l’œil, elle se trouvait posée sur un lit de bois au draps blancs. La tête lui tournant, elle mit un peu de temps afin de se situer, et se souvenir des événements de la veille. On l'avait déchaussée, apparemment, et des bleus ainsi que des contusions marquaient son corps. Elle tenta de se redresser, mais un cri jaillit d'entre ses lèvres, et son épaule à l'agonie la cloua derechef sur les draps. Elle se souvient alors ! La queue, aussi aiguisée qu'une lame, du Virenpien ! Khengis l'avait percée de part en part, la trouant au niveau de l'épaule. Un épais bandage entourait sa poitrine ainsi que son épaule. Son bras entier la tiraillait et la faisait souffrir.

Elle se reposa, trop épuisée pour tenter quoi que ce soit. Ce ne fut que quelques heures plus tard, lorsque la douleur fut déjà moins présente et la fatigue moins lourde, qu'elle parvint à se tenir sur ses deux jambes, bien que tremblantes, et hors du lit. Sur le lit à côté d'elle Vÿdareen dormait.

La pirate se chaussa avec difficulté. Plus que tout, elle devait regagner sa Blackwisp avant qu'on ne la lui dérobe !

Lui apparut alors un homme, un humain visiblement, aux rides bien marquées et portant une robe blanche. La Noire ne voulut savoir qu'une seule chose de cet homme. Était-ce lui qui l'avait privé de sa vengeance ? Il répondit par l'affirmative

Cet Arcaëllien venait de lui sauver la vie. Et de lui voler sa vengeance. Elle l'écarta avec violence d'un geste du crochet qui manqua de le faire saigner. Dès l'instant où La Noire s’apprêta à quitter cette demeure maudite, elle entendit le râle de cette Vÿdareen, en train de s'éveiller.

Elle sentit la haine l'envahir de nouveau. Khengis était sa proie à elle ! C'est d'une voix froide qu'elle intima à Vÿdareen de se lever.

« Conduis-moi jusqu'au technomancien. Je ne resterai pas une minute de plus ici... »
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Aoû - 9:12
Je m’étais rendormie entre la première et la seconde visite du type. J’émis un râle en me réveillant la seconde fois. J’étais totalement courbaturée. J’aperçue Noire qui était debout, elle grondait notre sauveur de ce que je pouvais comprendre. Elle me dit alors :

Conduis-moi jusqu'au technomancien. Je ne resterai pas une minute de plus ici...

Je restais stupéfaite, elle me donnait des ordres ? Je me levais avec difficulté. Une fois sur pied, je l’invitais à me suivre. Je remerciais l’arcaëllien pour ses soins et lui remis une belle bourse bien garnie. Je quittais la pièce, la capitaine sur les talons. Nous quittâmes la demeure du soigneur. Je restais un instant sans bouger pour essayer de repérer où on était. Une fois que je sus, je me mis en route vers le technomancien. Nous enfilions les rues et ruelles à un rythme assez lent. J’avais foutrement mal. Nous arrivâmes devant une maison imposante aux couleurs légères. J’entrais dans la boutique et une cloche sonna.

Bonjour, il y a quelqu’un ?

Demandais-je timidement. Pas de réponse juste un bruit de pas. Une arcaëllienne sortie de l’arrière-boutique.

Bonjour ! C’est pour quoi ?

Je me tournais vers Noire et l’invitais à parler. Quant à moi, j’avais repéré une chaise et je m’y assis en me tenant les côtes.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Aoû - 20:18
Soit ! le grandiose échappe à ma dent,
Mais, fi de l'aimable et fi de la lie !
Et je hais toujours la femme jolie,
La rime assonante et l'ami prudent.

P.V




« Je recherche un maître Keï-Kan, attaqua directement La Noire en arrangeant son cache-oeil du bout de son crochet.

L'homme en question, un Xen aux grandes ailes noires, possédaient deux grands yeux gris qui lui donnaient un air perdu. Ainsi, avec ses longs cheveux noirs jais rabattus en arrière, il ne fut guère surprenant que Phadransie le prenne pour un simple valet, ou un larbin. Mais le Xen, qui ne semblait pas dépasser la trentaine -Phadransie soupçonna qu'il demeurait bien plus vieux en vérité !- se présenta comme tel.

- Og-Kan, Maître Keï-Kan. Technomancien de formation, mais je compose aussi beaucoup de poëmes et je joue de tous les instruments qui existent.

Phadransie crut au départ que ce Og se foutait de sa gueule. Par ailleurs, en deçà de ses airs jovials, il exigea qu'on l’appela "Maître Og".

- Peux-tu me fabriquer des canons à gemmes ? demanda la Capitaine de la Blackwisp. Il me faudrait dix pièces en fonte de fer, ou coulées en bronze. Je souhaiterai des pièces de trente-six et de trente-deux, au nombre de deux de chaque. Puis je veux que tu me fasses un mortier.

Phadransie La Noire ajouta.

- Il devra être le plus gros qu'aucun navire de ces eaux n'aura jamais vu. Capable de raser un village côtier en trois-quatre tirs !

Un silence tomba, tandis que le Keï-Kan passait une main dans ses cheveux lisses.

- Dis-moi. Tu es une pirate ?
- Capitaine Phadransie La Noire, commandante de la Blackwisp des eaux de l'Est !
- Un canon à gemme ça n'est pas un jouet, madame. C'est très technique à utiliser, long à la fabrication, dangereux et très coûteux.

Phadransie La Noire balaya ce dernier argument du crochet.

- J'ai de quoi payer !
- Vous désirez cinq pièces c'est cela ? Quatre canons à gemmes plus un mortier à gemme ? Cela vous reviendra très cher. Avec tout le respect que je vous dois, je doute que vous ayez assez pour me payer l'intégralité. Un seul canon à rubis, même, vous ruinerait. A propos. Quelle fluide vous intéresserait ?
- Mëz, évidemment ! Les navires sont faits en bois, et le bois ça brûle !
- Mmmh. Je vois. Et le Mortier ?

Phadransie La Noire avait esquissé un sourire glacial.

- Je veux pouvoir me débarrasser d'adversaires volants. Je hais les ailés ! Thâ m'y aidera. A chacun des tirs de mon mortier, les cieux se chargeront de lames d'airs qui les expédieront dix-mille pieds dans les enfers de May'Veal. Peux-tu me faire tout ça ?

Le Xen réfléchit un bon moment.

- Cela te coûtera cher.

Il annonça son prix, ainsi que le temps de travail que cela lui nécessiterait afin de lever toute une batterie de canons à gemmes Mëz. Presque un an. Phadransie accepta de payer d'abord pour le mortier, puis elle financerait au fur-et-à-mesure la réalisation de la batterie et de ses pièces. Elle passerait souvent sur Mar'Baal, à Hytan'Ek, afin de retirer son dû chaque fois que le technomancien achevait une pièce. Sur ce, et après des heures interminables de discussions techniques, fluide et économie, les deux interlocuteurs se séparèrent. Phadransie La Noire vint trouver Vÿdareen Loumez. Cette dernière s'était endormie sur une chaise, là où elle l'avait laissé en arrivant. La Noire la réveilla.

- Je vois que toi aussi tu disposes d'une arme sertie d'une pierre de belle taille. Et puis hier, lorsque tu es intervenue entre le Virenpien et moi. Je ne t'ai pas vu venir. Dis-moi l'amie. Ca te brancherait d'être pirate quelque temps ? Ma Blackwisp y gagnerait, à héberger une bête comme toi ! »

Une fois sa proposition lancée, elle élança plusieurs fois son épaule douloureuse. Elle devait vite retourner sur son bâtiment, afin de s'y reposer. D'ici quelques semaines, le mortier serait achevé, muni d'un beau rubis, et Phadransie La Noire ne craindrait plus tous ces Tahoras, Mzékils, Xen ou Elfins de merde qui pouvaient se tenir hors de la portée des bouches à feu de la guêpe !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû - 12:36
J’étais assise lorsqu’un xen fit irruption et parti avec Noire dans une autre pièce. Je contemplais la pièce, les yeux lourds, le corps douloureux. J’avais envie de me lever pour faire quelques pas mais je n’en avais pas la force. Je croisais les bras sur ma poitrine et laissais mes paupières se fermer. Je m’endormie comme une grosse merde sans même m’en rendre compte. Ce fut Noire qui me réveilla. Elle me fit une proposition étrange. Entrer dans la piraterie. Hors de question, qui gérerait mes boutiques si je partais sur les mers faire les quatre cent coups. Poliment, je refusais l’offre de la pirate espérant ne pas la vexer. Ensuite, avec difficulté et douleur, je me levais de la chaise en grognant.

Tu as conclu une affaire ?

Demandais-je de façon joviale. Je me dirigeais vers la sortie. Je posais une main sur la poignet et fis marche arrière. Ma pierre était presque hors d’usage. J’interpellais le xen. Il vint à moi en souriant.

Il me faudrait une émeraude mez pour mon pistolet à gemmes, vous avez ça ?
Oui bien sûr. Ce sera quatre cent cinquante pièces d’or.
Pas de soucis ! Je sortie une grosse bourse et la posais sur le comptoir. Je vous laisse compter.

Il me sourit de plus belle et ouvrit la bourse. Dedans il y avait cinq cent pièces d’or, entre autre. Il prit son temps pour compter la somme et une fois la dette payée il alla dans l’arrière-boutique et revint avec ma pierre. Il me la donna en la déposant délicatement dans la paume de ma main droite. Je le remerciais gentiment et lui tournais le dos.

On peut y aller, Noire.

Dis-je à la pirate qui me semblait un peu inconfortable et impatiente. Je lui souris doucement, comme une mère à son enfant. Je me dirigeais à nouveau vers la porte.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Aoû - 13:34
C'était un Royaume vraiment, à double rangée de dents
Un marchand de mort subite, mais le corsaire n'a pas peur
Au lieu de brasser en fuite, nous le rangeons à l'honneur.



Phadransie La Noire n'arrivait pas à chasser de sa tête Khengis le Virenpien. Etait-il réellement mort ? Ne se devait-elle pas d'aller vérifier ? Plus la pirate y pensait, plus elle se disait que ce Capitaine lézard, en tentant de la tuer il y avait des années en arrière, avait amorcé le premier chaînon de sa destinée. Toute sa vie, elle n'aurait de cesse de se battre. Pour tuer Khengis aujourd'hui, puis Ildezzeeth et le Seventh Son demain. Puis, qui sait, peut-être couler un à un tous les Lieutenants de son père, puis jusqu'au Roi Pirate lui-même. Avec sa Blackwasp et sa future batterie de canon Mez doublée de son mortier Thâ, qui pourrait se dresser face à elle ?

Elle serpenta tant et tant dans ses pensées, qu'elle ne fit pas plus attention à ça à l'épais sac d'or que cette Vÿdareen venait de poser sur le comptoir à l'attention de Og-Kan. Phadransie se demanda si cela valait le coup de dépouiller cette garce-là. La douleur à son épaule et le souvenir de ses capacités de discrétions hors du commun lui intimèrent que non. Bientôt, Vÿdareen en eut terminée également, et les deux humaines sortirent de la boutique, avançant dans la Hytan'Ek presque épaule contre épaule.

« Bon, j'ai rentabilisé ma journée, lança La Noire. Khengis en enfer, ma Blackwasp bientôt maîtresse des Grand'Eaux et ce fils de pute de Xen à mes bottes !

Elle se tourna vers Vÿdareen.

- Le commandement n'attend pas. Ma Renarde m'attend à bord, et je suis la commandante de la guêpe. C'est donc un adieu, l'amie.

Dès l'instant où elle s'apprêtait à se retourner, elle ne tarda pas à voir rappliquer sur elle ce qui paraissait bien être une demi dizaine d'officiers du port d'Hytan. La Noire porta la main à son sabre.

- Capitaine Phadransie La Noire ? cria celui qui semblait être le chef de ce peloton armé. Au nom de Khan, nous vous arrêtons pour trouble à l'ordre public, vol à la tire et agressions sexuelles dans les bas-quartiers de Hytan'Ek !

Phadransie esquissa un sourire. C'aurait été trop simple... Et cette Vÿdareen à ses côtés, paraissait certainement pour sa complice ! Noire se racla la gorge. Ça lui apprendra aussi, à intervenir dans son combat contre Khengis.

- Dites-moi, officier, lança-t-elle avec ironie. Vous êtes-vous déjà fait piquer par une guêpe ?

La réponse de ce dernier ne tarda pas.

- La plupart de vos hommes croupissent déjà en cellule ! Il va falloir vous expliquer ! Les pirates sont des bêtes fauves, des êtres intraitables ! La corde les attend, et à vous-même, si on ne vous dompte pas !

Le sourire de Phadransie tomba sur l'heure.

- Je vais te faire regretter ces paroles fils de pute.

Elle dégaina dans un crissement soudain et suraiguë. La dizaine d'hommes en face d'elle aussi. Le regard droit, elle lança à l'attention de Vÿdareen :

- Je peux compter sur toi, ou pas ? »
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Aoû - 16:58
Elle parlait mais je ne l’écoutais que d’une oreille distraite. Fréquenter une pirate n’était pas dans mes habitude, loin de là. Mais voilà, c’était un fait, je traînais avec Noire. Noire était une pirate… Sûrement aurais-je dû la craindre mais ce n’était pas le cas. Elle se tourna vers moi me signalant qu’elle était attendue. C’est alors que des officiers du port firent irruption. Ils allaient croire que j’étais de mèche avec la capitaine. C’était bien ma veine. Je dégainais tout de même mon épée et enfilais ma ceinture. Je devins invisible. Je m’approchais à pas de loup d’un des officiers et lui tranchais la gorge pour faire bonne figure. Il y eut des cris de stupeur lorsque l’officier s’écrasa au sol se vidant de son sang. Il était une dizaine et je pouvais tous les tuer de la sorte sans être vue. Mais j’avais mon honneur. Je défis la ceinture et redevins visible.

Quelle est cette magie ?

S’exclama un tahora de petite taille. Je souris et me ruais sur lui, arme en main. Mon épée s’écrasa contre la sienne. Nous échangeâmes quelques coups rapides. Puis, j’avais observais le tahora, j’enfonçais mon épée dans son épaule droite ce qui lui fit lâcher son arme. Il pesta et me maudit. Je n’arrivais pas à me départir de mon sourire goguenard. Il se jeta sur moi pour m’étrangler mais je l’esquivais avec un pas de côté souple et rapide. Il atterrit la face sur les pavés. Tout cela n’avait pris que quelques minutes. Les autres se mirent à réagir et attaquèrent Noire et moi. J’attrapais une humaine et lui collais mon genou dans le visage. Elle se mit à saigner abondamment du nez. Je ne voulais pas les tuer, je voulais les mettre hors d’état de me nuire. Un elfin se précipita sur moi, épée en main. Il s’apprêta à me couper la tête mais je parvins à parer. Nous dansâmes un instant avant que je ne lui plante ma lame dans les tripes. Il s’écroula au sol au moment où je retirais mon arme souillée de sang de son ventre.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Aoû - 2:52
J'ai eu raison dans tous mes dédains : puisque je m'évade !

Rimbaud



Si Phadranisie La Noire n'avait pas pris le temps de jouer avec ses adversaires, si faibles, si lent, si inutiles, elle se serait sans doute fascinée pour l'art de cette humaine, Vÿdareen. Les deux femmes souriaient lorsqu'elles combattaient, car la victoire leur apparaissait certaine. Et en effet, les officiers furent rapidement mis hors de portée de nuire. La Noire prit plaisir à faire racler son nouveau crochet en or contre la lame sanglante de son sabre, puis elle le passa à son fourreau en se léchant le crochet, un tic qui la prenait souvent en début ou en fin de combat. Son regard trouva celui de Vÿdareen.

« - Avant que nous nous quittions définitivement l'amie. Ta ceinture ? Tu sais où je pourrais m'en procurer une comme ça ? »

Pour faire bonne mesure, La Noire brisa net le nez de l'un des officiers, un elfin, au sol barbotant déjà dans son propre sang, d'une pression du talon de sa botte. Elle avait désormais son mortier à gemmes Thâ ! Que ses ennemis ailés viennent contre elle, à présent ! Elle proposa également à Vÿdareen de la déposer quelque part, si elle le désirait, avec sa Blackwasp.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : Tout RP
Expérience : 158

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s):
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/aracnor
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Aoû - 18:05
Après quelques minutes de combat, nous avions gagné. Je regardais Noire qui semblait se délecter de cette victoire. Moi-même je souriais bêtement. Pourtant je n’étais pas une guerrière aguerrie. Mais cette petite victoire me réjouissait hautement. Je regardais la pirate qui me posa une question à propos de la ceinture. Je lui répondis que, malheureusement, c’était une pièce unique et que j’en étais la maîtresse. Je lui expliquais comment je l’avais obtenue sans mal. Elle me proposa de me déposer quelque part mais, je l’avoue, je ne faisais pas confiance à cette arcaëllienne, loin s’en faut. Je déclinais donc son offre avec politesse et la laissais là sans un mot de plus si ce n’est un adieu.

Après avoir combattu au côté de la pirate, j’étais retournée à l’auberge pour prendre mes affaires, je réglais la somme due et m’en allais la tête haute. J’allais sur les quais afin de prendre un navire pour n’importe quelle destination. Tant que je quittais ce continent j’étais ravie. J’embarquais donc sur un navire au hasard. Une fois à bord, je me rendis à ma cabine que je partageais avec une jeune xen aux cheveux bleus et aux yeux noirs. Drôle de contraste. Elle se prénommait Syballe Velporte. Elle était apprentie mage et voyageais pour son maître afin de lui rapporter des plantes. Je sympathisais avec elle rapidement. Elle avait vingt-deux ans et était apprentie depuis ses seize ans. Je lui expliquais que moi aussi je formais de jeunes gens à un métier. Je lui expliquais le fonctionnement de mon école et elle sembla fascinée.

Le voyage se déroula dans la bonne humeur et la gaité. Nous n’essuyâmes aucune attaque quelconque. Cependant j’aperçus quelques pouzans rodant autour de la coque. Mais le bateau était trop gros pour eux. Mon voyage en mer fut donc paisible. J’arrivais à Zaï’Lou, la maison mère de mon entreprise se trouvait à l’ouest de ce continent à Youëh. J’étais arrivée au nord, il me faudrait donc un peu voyager en pleine terre pour rentrer chez moi.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 118

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mar’Baal :: Sud :: Hytan‘Ek-