D'acier et de feu

 :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Forêt du Pic de Thaä Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 14 Juin - 16:36

Après quelques jours à dos de cheval, nous arrivâmes aux abords du Pic de Thaä et pénétrâmes dans la forêt de pins avec la plus grande des prudences. Il y régnait un étrange silence, oppressant, comme si toutes les créatures de forêt craignaient qu'une nouvelle catastrophe comme la précédente ait lieu.

Il ne nous fallut que peu de temps pour nous retrouver dans la partie désolée et sinistrée de la forêt. Je regardai alors tout ceci avec tristesse. Les larmes coulèrent de mes yeux face à ce sinistre. J'avais bien vu ce qui s'était passé grâce à ma petite fouille de souvenir dans l'esprit de Grégoire, mais le voir en vrai était une toute autre histoire. C'était un véritable désastre… tout avait brûlé, on pouvait encore sentir la corruption qui avait touché ces terres. Tout était horriblement noir et calciné… Loghiam semblait dégoûté et pesta face à ce spectacle.

Nous continuâmes à avancer pour nous diriger vers le fameux temple, mais qu'elle ne fut pas notre surprise en voyant l'étendard immonde des Hayert'Vaäls, flotter au vent, dressé au dessus du lieu de culte. Nous nous arrêtâmes comme un seul homme, terrifiés par cet état de fait.

Putain d'merde… Les Hayert'Vaäl… ils sont là, ces salopards… rumina Loghiam. On peut pas continuer… On va avoir de gros ennuis, surtout s'ils te mettent la main dessus, Morianne… On doit faire demi-tour… Laisses tomber pour ta mission !

C'est bien la première fois que Loghiam m'appelait par mon prénom, il devait vraiment être inquiet… Qu'importe. Ma mission importait plus que ses inquiétudes et ses peurs. J'avançai la première, montrant à tous que je ne reculerai pas face au danger. Il fallait que je libère une dernière fois le pouvoir du Cube, que je m'en débarrasse. Je mettais beaucoup trop de monde en danger en gardant ce pouvoir, je ne pouvais le garder pour moi, ni le laissait à personne d'autre, il devait disparaître, d'une façon ou d'une autre.

Hé ! Mais qu'est-ce que tu fous ? T'as pas entendu ce que j'ai dit ? C'est trop dangereux par là… Bon sang… cette druidesse n'écoute rien… dit-il avant de se tourner vers Grégoire. Faites quelque chose m'sieur Boisdefer ! A ce train là elle va finir par aller affronter les Hayert'Väals à elle seule…

Je les laissai derrière, je n'avais que faire de leur hésitation. Personne ne m'empêcherait d'avancer, ou peut-être que si en réalité : les Hayert'Väals étaient là, tous armés et prêts à en découdre. Ils nous attendaient visiblement de pieds fermes. Voilà qui était fâcheux… je ne m'étais pas attendu à cela. Ils avancèrent vers nous criant et mugissant leur rage, leur haine contre tous les autres arcaëlliens de ce monde. Ils étaient nombreux et je me demandai alors si nous serions de taille. Les voix du Cube me susurrèrent des mots et me montrèrent des images qui me firent comprendre certaines capacités de l'artefact.

Je descendis de mon cheval et fit face à l'armée qui me fonçait dessus. Je fermai les yeux et les poings, et bandai toute ma volonté dans l'énergie qui circulait en moi. Les circuits sur mon corps s'illuminèrent et je sentis leur énergie courir le long de mes bras, produisant des arcs électriques. Je matérialisai alors, tout comme je l'avais fait pour la fleur, deux sphères, une dans chaque main, qui s'ouvrirent et prirent la forme d'épées. Je les empoignai fermement et étouffa un petit cri de douleur. Cette magie était beaucoup trop puissante pour mon corps qui avait du mal à le supporter. Je sentais les circuits me brûler la peau mais il fallait que je fasse à face à la menace qui se profilait devant nous. Je déployai alors en grand mes ailes et tous les Hayert'Väals stoppèrent leur avancée. Une aile noire et une aile blanche… Ils étaient horrifiés par ce qu'ils voyaient, et pour cause, je devais avoir des airs de Thaä avec mon apparence… Je souris, satisfaite et me lança à leur charge, espérant que la troupe du Renard Écarlate en ferait de même.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Juin - 22:00

La route fut sans embûche, vers le pic de Thaa les routes n'avaient que peu d'attrait commercial. C'est lorsque nous sommes arrivés au pic que les choses ont dégénéré... Une armée ennemie avait pris position au temple et notre chère druidesse semblait décidée à en venir à bout à elle seule... Son ami ne cessait de m’exhorter à agir... Pas le temps de rattraper la jeune femme, mais je comptais bien lui expliquer comment on se battait parmi les Renards Écarlates, on se battait ensemble !

Heureusement que la général Hilde était paranoïaque... Cinq cent fantassins et une centaine de cavaliers ne seraient pas de trop. Même si cela représentait un dixième des forces d'Ytabguer'Rall.


"Général! Menez la cavalerie ! Deux groupes sur les flancs !"

Je commençais à ordonner d'une voix puissante. Les cavaliers se divisèrent en deux groupes qui prirent position sur les flancs de nos forces en attendant mon ordre pour attaquer.


"Soldat du Domaine ! Formez la ligne, que rien ne traverse nos boucliers !"

Immédiatement, quatre cents hommes et femmes se mirent en position sur deux lignes de combat, formant un mur de bouclier prêt à aller à la rencontre de l'ennemi.

"Élites en arrière et attendez mon signal ! Archer en place et tirez trois salves avant de solidifier notre arrière-garde !"

Un groupe de cinquante soldats en armure lourdes se mirent e nretrait derrière les fantassins alors que les archers prenaient palces et bandaient leurs arcs.

"Archer! Tirez !"

C'était l'ordre du chef archer et un claquement de cordes répondit avec une pluie de flèches, alors que les traits mortels ne touchent leurs cibles, je hurlais aux fantassins d'avancer. Un mur de bouclier d'acier trottait droit sur les forces ennemies alors que trois salves de flèches s'abattaient sur leurs rangs faisant des ravages meurtriers.

Alors qu'ils ne restaient qu'une vingtaine de mètres avant le choc entre les soldats, notre formation se fixait et notre ligne teint le choc de la charge ennemi dans un fracas d'acier, de hurlement de douleur et de guerre.

J'étais avec les soldats d'élites, attendant de pouvoir nous lancer dans la bataille, mais pour cela, nous devions fixer l'ennemi et les règles du jeu.

"Cavalier! À la charge !"

Ma voix portait loin et les cavaliers de la général chargèrent épée au clairs sur les flancs des forces d'Ozan qui s’apprêtaient à faire un contournement, les soldats ennemis furent fauché par les cavaliers en pleine manœuvre. Les chevaux de guerre ont alors agis comme une meute de squales, ne chargeant pas profondément les flancs des adorateurs, mais ils opéraient des raides qui éclataient leurs flancs dans un concerts de cris d'agonie et de désespoir.

J'attendis que la situation ce fixe avant de poser ma main au sol... Oui, la terre sous les cendres étaient encore bien vivante... J'usais de ma force pour invoquer à partir de là mon armure de bois de fer qui me couvrit sous les yeux de mes soldats d'élites qui regroupaient les meilleurs hommes d'Ytaguer'Rall, virenpien, lorcq, Mzekil, elfes et humain.

"Allons-nous joindre à la fête mes enfants !"

Je m'exclamais joyeusement alors que je commençais à courir vers les lignes ennemis qui tentaient encore d'enfoncer les nôtres qui tenait  bon avec bravoure.

"Tous avec le roi !"

Cette exclamation parcourut les rangs alors que je sautais avec mes hommes au-dessus de mes fantassins pour éclaircir les rangs d'en face avec ma lance. Deux virenpiens tombèrent à mes côté et dégainèrent d'énorme haches et un sourire carnassier.
Ma lance perçait les crânes à travers les visières, tranchait les gorges à découvert. J'empalais un humain sur un pieu de bois lancé depuis mon gantelet le stoppant net dans sa charge, a mes côtés mes forces d'élites captaient comme prévu les attaques. Je vis alors la druidesse aux prises avec une dizaine d'ennemis dont deux énormes lorcq.

"Soldat! Chargez !"

La ligne de fantassins poussa un cri de rage et d'un mouvement acquis par l'entraînement, se mit à chargé en maintenant la formation, comme prévu, les lignes de front d'Ozan déstabilisé par mes forces d'élites avait rompu la pression et étaient déséquilibré dans leurs répartitions en soldats. Lorsque les fantassins de mon armée arrivèrent au contact, les adorateurs ne purent leurs contré une ligne de défense solide et organisée.

Pendant que la général entamait une charge en profondeur avec sa cavalerie sur les flancs, je courais vers la druidesse avec trois de mes hommes d'élites, un lorcq, un virenpien et un mzekil qui gardait des lames entres ses plumes et s'en servit pour éclaircir notre côté droit lors de notre approche vers Morianne, il atterrit avec grâce sur trois humains en les couvrant de ses ailes pour ne laisser que des cadavres. Mon guerrier virenpien lui pris le flanc gauche de Morianne ou trois elfes tentaient une percé et reculèrent précipitamment sous les marteau de guerre du colosse d'écaille émeraude, le lorcq lui emportait avec lui l'arrière des ennemis de la druidesse d'une attaque de taille dévastatrice et j'en profitais pour sauter par dessus Morianne et atterrir face à ses adversaires en lançant deux cosse incendiaire qui répandirent la panique lors de leurs explosion.
Un nouveau groupe d'ennemis arrivait déjà pour remplacer celui tombé... Je me postais en garde avec ma lance leur fit signe avec deux doigts d'approcher alors que sur ma mâchoire deux lanceurs de liquide incendiaire prenaient forme..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Juin - 16:13
La bataille commençait à faire rage autour de moi. Je faisais face à une horde d'Hayert'Väal et heureusement pour moi, je n'étais pas la seule, l'armée du Renard Écarlate était derrière moi. Brandissant les deux sabres que j'avais fait apparaître dans mes mains je chargeais face au premier ennemi face à moi. Je le désarmais rapidement, de plusieurs mouvements audacieux. Un coup dans la jugulaire et ce fut rapidement terminé. Je sautai en l'air, d'un battement d'ailes et atterris au sol en donnant un puissant coup de mes deux épées à un lorcq qui para l'attaque de son sabre. Les épées se brisèrent sous l'impact mais rapidement j'en créais de nouvelles et attaqua rapidement le lorcq qui para l'attaque. Je vis une lance venir sur moi par le côté mais elle fut rapidement bloquée par un de mes alliés.

J'étais bien accompagnée, Grégoire m'avait rejoint rapidement et le gros des forces Hayer'Väal était occupé avec les charges de la cavalerie. Mais il y avait des xens, des tahoras et de mzekils en face, ils prenaient leur envol et agressaient les cavaliers qui tombaient de leur monture. Je mis la main au sol, genou à terre, et commençai à me concentrer. Les lignes d'énergies circulèrent sur le sol et des épées en sortirent, par dizaine, leurs pointes s'orientèrent vers les cieux. Je donnais une nouvelle impulsion magique et elle partirent dans les airs, fauchant ou non nos ennemis ailés.

Je comprenais de mieux en mieux comment fonctionnait le Cube, comment me servir de son pouvoir. J'analysais tout ce qui m'entourait, les armes de mes ennemis, de mes alliés, mon cerveau en gardait les structures exactes et les reproduisaient à l'identique, le Cube m'offrait alors le pouvoir de les constituer grâce à son apport considérable en fluide. Après les épées j'avais réussi à forger des haches, des lances, des hallebardes… tout un arsenal que je pouvais projeter contre les lignes Hayert'Väal qui commençaient à trembler devant la puissance des l'armée du Renard, mais aussi face à mon pouvoir.

J'étendis mes ailes et gagnai les airs rapidement pour affronter avec quelques alliés ailés, la cohorte d'ennemis tout aussi ailés, laissant ceux à terre à Grégoire et ses alliés. La bataille fut coriace, les Hayert'Väal avaient cette rage de vaincre incommensurable. Ils étaient fous, emplis de la haine de leur dieu. A chaque fois que l'un d'eux tombaient, d'autres se relevaient, plus féroces, voulant en découdre toujours plus. Il fallait que je ne leur laisse aucune chance, que je m'en débarrasse d'un coup, pour qu'ils ne se relèvent plus jamais. J'observai un archer au sol et matérialisai un arc dans mes mains, étudiant avec soin les détails qui me permettrait de reproduire un tir parfait. Je créai ensuite une flèche, faite de métal, que je fis parcourir de fluide. Je pointai alors l'arme vers le gros des troupes Hayert'Väal sans viser précisément l'un d'eux, et tira. La flèche vint se planter à côté d'un ennemis qui pensait avoir échappé de peu à la mort… mais la flèche produisit des étincelles tout autour d'elle et fini par exploser, brûlant tous ceux dans la zone d'influence.

J'étais plutôt satisfaite du résultat. Les pouvoirs du Cube était sans commune mesure, j'aurai pu encore en abattre tellement d'autre avec lui… mais très vite mon statut d'arcaëllienne me fit oublier cette idée. Les marques sur mon corps se mirent à brûler plus intensément et la douleur me fit me plier en deux. Je tombais vers le sol, les ailes repliées sur moi-même, incapable de faire le moindre mouvement. J'allais m'écraser quand un homme, juché sur un cheval noir, m'attrapa avant que je ne touche le sol. Loghiam me fit un sourire et se moqua de moi.

Je savais que tu tomberais dans mes bras un jour, mais pas comme ça. Ahahah !

Il plaisanta beaucoup moins quand il vit que j'étais vraiment souffrante. Le temps jouait contre moi, le Cube allait me détruire si je ne le libérai pas… Mais je ne pouvais pas le faire là… Il fallait que je retourne au temple, et utiliser ses pouvoirs n'avait fait qu’accélérer le processus.

Bordel… C'est pas joli à voir… Tu vas vraiment mal on dirait… Mais que faire ?

Je pointais du doigt le temple et le regardai d'un air suppliant. Il semblait comprendre ce que je voulais lui dire, mais il était perplexe.

Le temple ? Bordel… Il reste encore vachement d'ennemis… Faudrait tenter une percée… parce que même la voie des airs n'est pas libre. Faudrait être suicidaire pour tenter un truc pareil… à moins que… Les troupes d'élite de Grégoire et lui-même… ça pourrait fonctionner. On va t'ouvrir la  voie… T'auras plus qu'à voler jusqu'au temple… En plus avec l'explosion que tu nous as fait en plein milieu des lignes ennemis là… ça devrait passer. Allons-y !

Loghiam fit foncer son cheval vers Grégoire et ses troupes d'élite et entama alors une rapide conversation.

Sir Grégoire ! Faut qu'on tente une percée dans les lignes ennemis ! Faut absolument que la druidesse aille au temple là, ça urge ! Avec vos troupes d'élite on pourrait tenter ça et mener Morianne derrière les lignes ennemies. Le temps presse !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Juin - 14:12

Parer, attaquer, parer, attaquer, avancer, repousser, avancer, repousser... La bataille prenait son dû sur ma conscience. Ma perception du monde était devenu un maelström de cris, de sang et douleur.
Je ne revins à moi que lorsque j'entendis quelqu'un m'interpeller alors que je finissais d'achever un adversaire. C'était l'ami de la druidesse, il voulait de l'aide pour amener la jeune femme au plus vite au temple, il disait qu'elle allait mourir d'ici peu si on n'y parvenait pas.
Je tournais mon regard casqué vers le ciel pour voir les forces ailées des adorateurs pris pour cible par des volées de flèches tirées depuis l'arrière de nos lignes... La général avait fait intervenir ma force de réserve au bon moment et ramener nos propres troupes ailées à l'abri. Je retournais mon regard vers l'ami de la druidesse.

"Restez au centre de la formation..."

Ma voix était glacée et mécanique, mais alors que je regardais autour de moi, je sentis comme une soif de vaincre, revenir couler dans mes veines, mes hommes se battaient comme des lions autour de moi, pour éradiquer ces chiens qui avaient fait tant de mal autour d'eux, ils se battaient pour une femme qu'ils ne connaissaient pas, mais qui avait sauvé leurs chefs, parcequ'elle m'avait sauvé, ils donnaient leurs sangs sur ces terres désolée.

"Soldat du Domaine ! En formation d'assaut ! Finissons-en!"

Je hurlais en brandissant bien en vue ma lance.

"Maintenant!"

Un cri de guerre se répandit dans les rangs des miens alors que les forces d'élites se ralliaient à moi avec férocité. Moi et les soldats d'élites, nous prenons la tête d'une formation en pointe de flèche suivis par les fantassins, aux extrémité de cette formation la cavalerie refoule les pauvre bougres de d'ozan qui n'ont pas eu la chance de périr sous l'acier des premières lignes!
Nous chargeons, je fauche du manche de ma lance une pair de jambes avant d'écraser sous mes bottes cuirassées la tête de leur propriétaire, un tahora tombe le coeur perforer par ma lance, je repousse sur quelques mètres un humain d'un uppercut,trois adversaires tente une attaque de concert, mais le feu qui naquit de mes poches de liquide sur le côté de mes mâchoires les noya dans les flammes et les hurlements d'agonie.
Je pouvais voir autour de moi mes guerriers continuer à avancer, la rage de sang de nos ennemis vacillaient, leurs morts s'amoncelaient à leurs pieds, nous ne cessions de les pousser alors qu'ils pensaient nous avoir obligés à la défense. La peur s'insinuait dans leurs esprits comme un poison perfide.
Les forces d'Ozan finirent par rompre les rangs, une partie prirent la fuite vers le nord, mais une autre diriger encore par un commandant encore compétent se rallièrent pour tenir le temple espérant avoir une chance de survivre, mais leurs forces étaient en piteux état.

"Fantassins encerclés le temple ! Cavalerie harceler leurs forces en fuite et éradiquer les ! Troupes d'élites avec moi et la druidesse, on part nettoyer ce temple !"

J'ordonnais avec fureur alors que je voyais la général Hilde mener ses cavaliers à la traque des fuyards et les fantassins avec les archers formés une ligne autours du temple.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin - 10:25
Nous partîmes droit devant, Loghiam me portant dans ses bras et les troupes d'élites de Grégoire et ce dernier ouvrant la voie vers le temple. La bataille fut sanglante, périlleuse, mais au prix de nombreux efforts et de vies au combien précieuses, il y eut une percée dans les rangs ennemis. Les forces Hayert'Väal se replièrent autour du temple, tentant une dernière fois de défendre les lieux… tactique qui porta plutôt bien ses fruits, car il fut plus compliqué de les affronter ainsi alors qu'ils étaient retranchés.

Les archers de l'armée du Renard Écarlate furent cependant appelés au renfort et des volées de flèches furent envoyées pas centaines, abattant un nombre important d'adorateurs d'Özan. L'ordre fut alors donné de percer dans les défenses autour du temple. Loghiam fonça en plein cœur de l'action, cerclé par les soldats d'élites. C'est au même moment qu'une pluie de flammes s'abattit sur nos forces. Ils étaient à l'intérieur du temple, tapis dans l'ombre, des mages sournois du dieu destructeur. Ils avaient fini d'incanter leur magie et à présent nos forces devaient faire face à un déluge de feu.

Merde ! Les salauds ! Ils avaient prévu le coup ces tordus ! Ils vont payer pour ça ! hurla Loghiam.

Nous fondîmes sur eux tel un faucon sur sa proie, déchirant la ligne de défense à l'entrée du temple. Loghiam sauta de son cheval, et me posa à terre, vérifiant que je pouvais tenir debout seul. Je faisais signe que oui et nous entrâmes dans le temple, accompagnés par nos camarades dont Grégoire faisait parti. D'un geste savant, mon maître d'arme tourna son épée autour de lui, parant de nombreux coups et d'un autre geste, il balaya les ennemis autour de lui. Des têtes tombèrent, je tenais debout tant bien que mal et invoquai à nouveau le pouvoir du Cube pour faire apparaître des épées dans mes mains.

Nous nous dirigeâmes le plus vite possible à l'intérieur du temple, là où se trouvait les mages. Ils étaient là, scandant leur magie, vidant de pauvre victime de leur fluide pour s'en servir pour leur rituel. Des morts partout, du sang, des hommes et femmes découpés en morceaux. Mon sang bouillit d'une nouvelle rage et je hurlais de fureur, fonçant sur ces monstres qui avaient osé profané ce sanctuaire et avaient tué tant de personne pour en tuer encore plus. Ce fut un carnage, une boucherie sans nom, les corps de nos adversaires se mêlaient à leurs victimes, des boules de feu fusaient dans tous les sens, il était difficile d'esquiver dans un endroit si restreint. Plusieurs fois je fus léchée par les flammes d'un sort Mez et je dus me défaire de ma cape en fourrure qui avait pris feu.

Dans la salle d'entrée, au beau milieu de toute cette agitation, de tout ce fatras sans nom, reposait une hache plantée dans le sol dallé de pierre. Une hache à deux mains, avec une lame des deux côtés, présentant un crâne en son centre. Je la fixai un moment, me demandant ce que cette arme faisait là en plein milieux de tout ce carnage. Il y avait des traces de brûlures partout autour d'elle, comme si il y avait eut un terrible incendie provoqué par cette dernière. Le feu avait noirci tous les murs du temple, mais c'est bien autour de la hache qu'il y avait eut les flammes les plus intenses. Je crus entendre alors une voix en émaner, une voix roque, puissante, celle d'un homme.

« Prends moi... »

Je secouai alors la tête et fis comme je n'avais rien entendu. Une hache qui parle, c'était impossible, j'avais du le rêver. Je retournais au combat et fonça dans la mêlée. Nous devions d'abord nous débarrasser des fidèles à l'intérieur du temple pour que je puisse passer à la dernière étape. Loghiam quant à lui, fixait soudainement la hache avec intérêt.

Je rêve ou cette hache vient de parler ?

Je n'avais donc pas rêvé ? La hache avait bien parlé ? Étrange… C'était très très étrange même. Mais pour le moment nous n'avions pas le temps de nous soucier de cela, il fallait en finir avec les fidèles d'Özan.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Juin - 21:19

Nous avons réussi à percer leurs dernières poches de résistance, les soldats de mon armée ont parcouru chaque couloir, chaque pièce, exécutant chaque rescapé de l'armée des fidèles.
J'ai atteint finalement avec mes hommes l'immense pièce où était encore fichée l'imposante hache de mon ami Beorn... Je m'approchais et passais ma main sur le manche de l'arme, je serrais mes doigts dessus et l'arrachais de la pierre pour la poser sur mon épaule.
"Comment tu faisais pour combattre avec ce truc, Beorn?" Je murmurais amusé.
Les escaliers menant à la salle du cube étaient gardés par mes hommes qui amenaient la druidesse et son compagnon là-bas, je l'ai suivi à quelques pas laissant petit à petit mon armure se dissiper.
La salle était toujours aussi belle... Les plantes régnaient, la vie irradiait de cette terre. Je voyais les petits insectes lumineux voleté partout autour de nous et parfois se poser avec douceur.
"Morianne... Qu'est-ce que vous devez faire maintenant ?"
Je demandais un peu inquiet pour elle.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Juin - 23:58
Je fus finalement mené à la pièce principale, celle où s'était autrefois trouvé le cube. Elle était merveilleuse, les plantes y poussaient et y régnaient dans une atmosphère bénéfique. C'est comme si la malédiction extérieure n'avait aucune emprise en ce lieu. Le feu avait miraculeusement épargné cette place. Loghiam et Grégoire me suivaient de près, et ce dernier me posa finalement une question :

Morianne... Qu'est-ce que vous devez faire maintenant ?

Je me concentrai un moment et sans avoir à toucher qui que se soit, je réussis à partager mes pensées, mes idées. Je fis comprendre à travers des images et des mots simples que j'allais déverser toute la puissance du Cube ici, là où il avait été trouvé, l'endroit où il me serait le plus aisé de l'utiliser. J'avais la ferme intention d'utiliser cette énergie pour restaurer la forêt du Pic de Thaä. Les morts ne pourraient être remplacés, mais je pourrais au moins effacer le mal qui avait plongé ces bois dans un tel désastre.

« Je suis le noyau brûlant de la terre... »

Je fis quelques pas en avant pour rejoindre l'autel sur lequel se trouvait le Cube auparavant et m'y assis, posant mes mains sur le bord de la pierre.

« … la roche est mon corps, le magma mon sang… »

Je fermai alors les yeux, prenant une longue inspiration, mon corps tremblant déjà d'émotion à l'idée de ce que j'allais devoir faire, ne sachant si j'allais m'en sortir ou non.

« … j'ai créé plus d'un millier d'êtres… »

Je m'allongeai finalement sur l'autel de pierre, posant mes mains à plat contre ce dernier, dos contre la roche. Je tournai mon regard vers Grégoire et Loghiam qui semblaient tous deux inquiets, sachant peut-être les risques que j'étais en train de prendre.

« … inconnu de la mort, et de la vie… »

Je sentais petit à petit le fluide passer sur les marques géométriques qui se dessinaient sur ma peau, me brûlant de leur puissance phénoménale, j'étouffai un hurlement de douleur tout en me tordant et me cabrant.

« … j'ai supporté la douleur pour créé ce monde… »

Les filets d'énergie s'échappaient de moi, se dessinant sur le sol en des centaines et centaines de circuits, prolongeant le pouvoir du Cube au travers de ces liens tissés au travers de toutes choses.

« … à présent, ces mains ne créeront plus jamais autre chose… »

Ils s'étendirent loin, je les sentis parcourir des kilomètres à la ronde, s’imprégnant dans le sol, se tendant vers le ciel. Je pouvais sentir toutes formes de vie dans ce périmètre, je pouvais ressentir le souffle d'une biche, le battement de cœur d'un lapin, le frottement des pattes d'une fourmi sur le sol rocheux…

« Ainsi l'ai-je souhaité… »

Je me mis à hurler de douleur alors qu'une lumière verte et vive s'échappait de moi, grossissant les innombrables circuits qui se divisaient en tellement de branches qu'il était impossible de les compter. La lumière verte envahit la salle, plongeant le temple dans une ambiance étrange. Les plantes autour de nous s'agitèrent et grandirent rapidement. La lumière se fit moins violente et mes compagnons purent rouvrir les yeux pour admirer ce que je venais d'accomplir avec le Cube. La salle du temple était baigné dans une douce lumière bénéfique et chaleureuse, des fleurs et des diverses plantes ornaient tous les murs de la pièce, du sol au plafond. La roche semblait jeune, lissée, comme si elle venait de reprendre son aspect originel, tout était couvert de runes.

Bordel ! Alors ça… s'exclama Loghiam qui ne put en dire plus.

Dehors le sol reprenait une couleur naturelle, la terre redevenait fertile et des plantes poussèrent à une vitesse folle. Les pins de la forêt sortirent du sol à une vitesse incroyable, leur tronc prenant rapidement de l'épaisseur, leurs branches se multipliant à un rythme inconcevable. Très vite la végétation de la forêt reprit place, comme si les incendies n'avaient jamais eut lieux. Alors que la vie reprenait, le pouvoir du Cube s'estompait et sortait de mon corps, arrachant les dernières parcelles de sa puissance dans ce sort puissant qui avait fait renaître toute une forêt. Les runes et les circuits disparurent au fur et à mesure et je m'effondrai finalement sur l'autel, le bras pendant.

Mes ailes avaient repris une teinte ordinaire, elles étaient toutes les deux à nouveau noires, et mes yeux rouges, l'un comme l'autre. Je tournai mon visage vers Grégoire et lui fit un sourire satisfait.

J'ai réussi…

Avant de perdre connaissance, épuisée par l'effort que j'avais fourni et la douleur que j'avais enduré…
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Juil - 14:48

Tout c'est passé si vite, j'ai ressentis la force de la magie déployé par la druidesse, cette aura de vie était une véritable bouffer de joie dans mon coeur si bien que malgré les récent affrontement j'ai sentis des larmes perlé sur mes joues en voyant dans la salle la vie s'épanouir et sentant la force de la forêt renaître en dehors du temple.

Quand tout cela fut finis je m'élançais vers la druidesse à terre et la portais jusqu'à l'extérieur où mes hommes accouraient vers nous. Je confiais aux mages de notre troupes l jeune femme qui fut vite pris en charge par les guérisseurs, les soldats c'étaient agglutiné autours de moi et du compagnon de la druidesse.

"Soldats! La grande druidesse Morianne vient de mettre en echec Ozan! Elle à redonné la vie à ce que ses fidèle ont détruit. Aujourd'hui nous avons remporter une grande victoire! Reposez vous ce soir nous repartirons pour le Domaine une fois nos morts honoré ici où ils sont otmbé pour nous ceux qui continue de vivre."

Je m'exclamais avec force avant de rentrer dans le temple où les mages avaient pris une pièce comme infirmerie pour les blessé. Plusieurs dizaines de soldats plus ou moins touché étaient pris en charge, allongé ou assis. Je retrouvais le lit attribué à Morianne et m'assis à côté de la jeune femme, attendant qu'elle se réveille.
Un soldat encore si jeune m'apportait un repas et un hydromel, je le remerciais chaleureusement en mangeant par automatisme.

J'avais ordonné qu'ont nettoie le temple, les adorateurs seront brûler sans cérémonie, leurs équipements récupérer pour notre cause. Je restais éveillé aussi longtemps que possible jusqu'à ce que le sommeil finisse par m'emporter.....
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juil - 11:07
J'avais perdu connaissance… mais la forêt du pic de Thaä se portait bien à présent. Allais-je survivre ? Allais-je pouvoir à nouveau me réveiller pour vivre ? Allais-je pouvoir rejoindre ma douce Sëya et la prendre dans mes bras ? Alors que mon esprit voguait et errait dans les méandres de mon inconscient, je sentais à côté de moi une présence rassurante et chaleureuse. Je n'étais pas seule, non… j'étais bien en vie et il y avait des personnes près de moi, et je sentais comme une présence familière.

J'étais apaisée, aussi dormis-je plusieurs heures avant de finalement me réveiller. C'était l'aube, le soleil se levait à peine tandis que sa lumière entrait au travers des ouvertures du temple. Je m'étirai doucement et me relevait à peine sur le lit de camps sur lequel je me trouvais et jeta autour de moi. Je trouvais un Grégoire endormi, assis à côté de mon lit de fortune. Il avait du veiller sur moi, je souris tendrement à cette vue. Je m'assis sur le côté du lit, passa une main sur la tête de Grégoire pour lui ébouriffer les cheveux et lui colla même un bisou sur le front avec une certaine tendresse.

Il sembla se réveiller à ce geste et je lui souris tout aussi amicalement que je ne l'avais fait en le voyant assoupi ainsi. Je laissai une main sur son épaule et le fixai avec amitié.

Merci d'avoir veillé sur moi, Grégoire. Je suis contente de pouvoir enfin vous parler de vive voix. Vous m'avez manqué !

Je le serra dans mes bras, comme une femme embrasse un frère, un ami. J'étais vraiment ravie de le revoir, même si ça avait été dans des circonstances terribles. Je ne pouvais m'empêcher de me réjouir de nos retrouvailles et de la possibilité qui m'était enfin donné de pouvoir lui parler. Nous avions accompli un exploit ici, j'en étais consciente, mais c'était presque le cadet de mes soucis à ce moment là.

Comment allez-vous ? Vous n'avez pas été blessé au moins ?

HRP:
 
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juil - 21:13

Je fus tiré du sommeil qui m'avait surpris par une nouvelle surprise, l'élan d'affection de la jeune femme me fit tout drôle, c'était une chose à laquelle je ne m'étais pas habitué. Une fois le sommeil complètement dissipé, je répondit à la jeune druidesse avec un sourire et une voix enjoué.

"Je me porte bien ne vous en fait pas Morianne, je m'inquiète plus pour mes hommes qui sont en train d'être soignés."

Je me relevais et réajustais mon uniforme débraillé pour regarder par la fenêtre l'immense forêt à nouveau bien vivace. La cime verdoyante respirait la vie et l'énergie, les animaux semblaient revenir peu à peu.

"La forêt est guérie des ravages que je lui ai fait subir pour arrêter le mal... Le mal par le mal... J'ai perdu tant dans cet endroit. Je suis heureux que vous lui ayez rendu sa majesté."

Je pris un broc d'eau et l'amenais à la druidesse avec quelques fruits dans un panier.

"Demain, je partirais pour Juier, Marina dirige la cité depuis que nous l'avons prise aux bandits. Je dois voir mes enfants, je ferais un détour par le Ghyuerf et Ytabguer'Rall."

Je confiais à la jeune femme alors que mon fils entrait en trombe pour ensuite s'exclamer.

"Je suis heureux de vous savoir réveiller, votre amie arrive dame Morianne... Vous nous avez fichu une sacrée frousse lors de la bataille..."..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Juil - 10:47
Grégoire semblait aller bien, j'en étais satisfaite. Mon ami était également soulagé de voir que j'avais remis la forêt sur pied. Je m'en félicitai également, c'était la meilleure chose qu'il fallait faire. Nous étions débarrassés du Cube, personne ne retomberait sur son pouvoir, et cela avait permis de rendre à la forêt sa splendeur d'antan. Je souris aux paroles du jeune maître et il finit par dire :

Demain, je partirais pour Juier, Marina dirige la cité depuis que nous l'avons prise aux bandits. Je dois voir mes enfants, je ferais un détour par la Ghyuerf et Ytabguer'Rall.
Hum… Je vous accompagnerai ! Cela fait un moment que je n'ai pas vu le domaine, et puis je dois également me rendre à Juier pour y prendre un navire. Je dois me rendre le plus rapidement possible à Cescan…

J'eus à peine le temps de finir ma phrase qu 'Aleksandar entra en trombe dans la salle et s'exclama de vive voix :

Je suis heureux de vous savoir réveillée, votre ami arrive dame Morianne... Vous nous avez fichu une sacrée frousse lors de la bataille…
Désolée, Aleksandar, dis-je avec embarras. Mais à situation exceptionnelle… Enfin… Je serais plus prudente à l'avenir… Désolée de vous avoir inquiété.

Je piquais quelques fruits dans ceux qu'avait apporté Grégoire et les mangeais avec appétit. C'est à ce moment là que Loghiam débarqua, se grattant la barbe avec nonchalance, me regardant avec sévérité.

Rah ! Et ben c'est pas trop tôt ! T'as fini de jouer la xen au bois dormant ! Tu sais qu'on s'inquiétait tous, ici ? T'es complètement inconsciente ! Tête de piaf ! T'es bien une mzékils tiens… Cervelle de moineau !
Héééé ! J'avais une mission importante à accomplir… et puis… on s'en est bien tiré, non ?
Ouais ouais… y a juste des gens qui sont MORTS pour ça…
Je… Je sais… Je suis navrée pour eux… mais nous avons gagné un combat contre les Hayert'Vaäl et restauré une forêt entière ! C'est une victoire, non une défaite, même si elle a été coûteuse, il est vrai… Je suis navrée pour eux ! Nous prierons Thaä et surtout Gar'Haz pour leurs âmes.

Je me servais un verre d'eau et le vidais d'une seule traite. Je mangeais à nouveau quelques fruits et finis par dire à Loghiam.

Comme je le disais à Grégoire, je l'accompagnerai jusqu'à Juier, de là toi et moi prendrons un navire pour Cescan.
Tu fais comme tu veux, poulette ! Moi chuis bien obligé de t'accompagner jusqu'à ce que tu rentres… sinon Loreleï va me tuer si elle apprend que je t'ai abandonné en chemin…

Je me tournai alors vers Grégoire et lui fit un grand sourire.

Nous partons demain, c'est ça ? N'hésitez pas à me dire quand vous voulez que nous partions, je suis toujours prête pour le départ.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juil - 20:47

J'ai suivi sans un mot l'échange entre l'ami de la druidesse et celle-ci avant que l'homme ne reparte avec mon fils vers le hall principale du temple. Je me suis mis dos à la fenêtre, coudes appuyés contre le rebord.

"Je dois vous avertir... Le Domaine à prit de l'ampleur en votre absence. La Ghyuerf est en train de devenir une grande cité, une académie de magie y est en construction, Ytabguer'Rall prospère et Marina et Aleksandar ont pris Juier des mains des seigneurs bandits pendant mon inconscience."

Je poussais un long et triste soupir.


"C'est triste, au final, ce sont les adorateurs qui sont le moteur de notre expansion... Nous prenons les positions qu'ils convoitent pour nous défendre, nous les empêchons de prendre es villages et villes vulnérables pour défendre les gens et les nôtres... Demain, nous partons, nous ferons un crochet par la Ghyuerf pour récupérer une amie avant de monter sur Juier."

Je me dirigeais vers la porte.


"Kail est un continent en guerre, vous ne pouvez pas y être en sécurité, les autres royaumes laissent les choses trainer ici... J'ai peur que si l'Alpha tombe et nous ensuite... Les adorateurs ne fondent sur les royaumes que vous rejoignez."

Le lendemain, le convoi d'hommes et de chevaux prenait la route pour rejoindre les frontières du domaine. Une partie des mages et des soldats valides étaient resté en garnison pour veiller sur les blessé, plus tard un convoi viendrait les extraire de là et apporterais une plus grande garnison pour contrôler la région.

Je chevauchais à côté de la druidesse et de mon fils, après la bataille au temple les forces ennemies de la région ne devaient plus être assez nombreuses et organisées pour nous barrer la route sans être exterminées, mais qui savait avec ces taré....
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 157

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juil - 22:19
Je souris tristement aux paroles de Grégoire. J'admirai à quel point il avait mis en œuvre des moyens qui me dépassaient totalement pour défendre la région des Hayert'Vaäl. J'admirai d'autant plus ses « enfants » qui avaient pris la relève pendant son « absence involontaire ». J'écoutais attentivement son exposé sur la situation de Kaïl et le laissai finir avant de lui répondre posément.

Ne vous inquiétez pas pour moi, Grégoire. Je sais me débrouiller et me faire aussi discrète qu'une souris. J'aimerai vous aider plus que ça, ici, mais je dois vraiment partir… on m'attend ailleurs… Je vous accompagnerai demain c'est une certitude en tout cas ! Je suis curieuse de voir comment le Domaine a changé.

Je soupirai avant d'ajouter finalement.

Je reviendrai le plus vite possible. Si tout va bien je viendrai avec une alliée de plus. Nous aussi voulons lutter contre les Hayert'Vaäl… En attendant, reposons-nous. Le voyage va être un peu long demain.

Nous partîmes ainsi le lendemain, escortés par une troupe de fiers guerriers. Nos ennemis n'allaient sûrement par ré-attaquer de si tôt, mais nous ne pouvions vraiment savoir. Par prudence, donc, nous avions préféré partir accompagnés d'un petit groupe armé. Ainsi, nous arrivâmes bien vite aux abords du marais, sans rencontrer aucun conflit. J'avais hâte de retourner au domaine en réalité, cela faisait longtemps que je n'y étais pas passé et les lieux me plaisaient vraiment.

Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 62

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Kaïl :: Ouest :: Forêt du Pic de Thaä-