[Concours RP] Retour en enfance

 :: Le monde :: Mar’Baal :: Est :: Forêt des pins rouges Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 27 Mai - 15:40
Azeniaxe
Beorn

Dorian
Grégoire
Lilith
Morianne
Sëya
Tahiri
Valkyon
Vÿdareen


Vous êtes tous assis autour d’un feu. Un vieux mage à l’air jovial et taquin apparait. Il vous offre à boire et disparait dans une fumée rose. Vous vous endormez et quand vous vous réveillez vous êtes des enfants de dix ans avec la mentalité de cet âge et vos souvenirs s’arrêtent à cette période. Vos vêtements, trop grand, dévoilent vos corps. Vous êtes en panique car vous ne connaissez personne et êtes loin de chez vous. Au fur et à mesure du RP la vie que vous avez eue vous revient en tête. Quand le MJ postera à nouveau, vous serez de nouveau adulte.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 775

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Je suis le Maître !
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juil - 21:07

Je gigote... C'est une couverture ? Ah non y a un trou... Une chemise ? Mais elle est super grande, bien plus que moi ! J'arrive à sortir ma tête, il fait nuit. Je vois un feu de camp, y a des tas de vêtements autour de moi avec des petits corps qui bougent dedans... Des enfants ? Comme moi ! D'ailleurs qu'est-ce que je fais là ?

J'arrive à sortir mes bras des vêtements trop grands qui me couvrent... Un chapeau, une grande veste, près de moi une amulette avec une tête de renard et une grande lance aussi. Ce serait à moi ?

Je finis par sortir du tas de vêtements en accrochant une couverture autour de moi, je regarde partout mais la forêt où je suis ne me dit rien, je ne suis pas chez moi...

"Maman!!! Plumefeu!!!" Je m'exclame soudain angoissé...

Je fouille dans un sac à côté du tas de vêtements d'où je suis sorti et y prends de la ficelle pour accrocher la couverture à moi, je trouve un grand couteau et le mets à ma taille bien accroché. J'ai mis le chapeau sur ma tête même s'il est trop grand et le collier à mon cou, je ne sais pas pourquoi, mais je les aime beaucoup, je ne veux pas les perdre.

"hey vous!!! Réveillez-vous ! Où est-ce qu'on est ?!"

Je crie.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil - 11:10
Pourquoi je nage dans mes vêtements ? Et… Où suis-je ? Il y a d’autres enfants de mon âge… Que faisons-nous là ? Je jette un regard circulaire et constate que nous avons tous des vêtements bien trop grands. Un petit garçon s’excite dans un coin. Il a noué une couverture autour de sa taille et moi je reste là à le regarder, nue. Il me faut une arme. Je vois une lance posée à côté de moi. Je m’en saisie et remarque qu’elle est dix fois trop grande pour mon petit corps d’enfant.

C’est quoi ce délire ?

Me demandais-je à voix haute. Je ne me souvenais pas de comment j’étais arrivée là… Ni de qui étaient ces enfants. Etaient-ils des armes eux aussi ? Etait-ce un test ? Je cherchais des yeux des adulte et notamment Yakan. Personne. Nous étions des gosses livrés à eux-mêmes dans un lieu inconnu.

Je suis Lilith et je ne sais pas ce que je fais ici ni pourquoi je suis là… Quelqu’un sait ?

Je sens la panique grandir en moi. Qu’étions-nous censé faire ? Je n’avais aucun souvenir du comment j’étais arrivée là… J’observais une épée à côté de moi. Elle devait être lourde et je ne tentais pas de la soulever.

Hey… Qu’est-ce qu’on fout là ?

Demandais-je à la ronde en admirant le feu. j'avais peur, très peur. Je n'étais pas à la maison et Yakan n'était pas là. Quelqu'un devait se jouer de nous. Ne pas pleurer, surtout, ne pas pleurer.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil - 16:44
J'étais engourdie, comme si j'avais eu beaucoup de fièvre, que j'étais très malade. J'ouvris mes yeux et me les frottai, baillant à m'en décrocher la mâchoire. J'étais confortablement installées dans des couvertures douillettes, mais après un moment je me rendis compte qu'il ne s'agissait pas de couvertures mais de vêtements, une robe, verte, et une cape, beaucoup trop grande pour moi. Je me demandai alors qu'est-ce que je faisais emmitouflée dans des si grands habits. Je tournai mon regard lentement autour de moi et vis d'autres enfants. Ils étaient tous plus ou moins de mon âge.

Une question me vint alors à l'esprit : Mais que faisais-je ici ? Qui étaient ces enfants ? Je reniflai l'air en sentit alors le parfum des pins sauvages, nous étions en plein milieu de la forêt. Je me tournai finalement vers les autres enfants, je distinguai d'abord un garçon, un humain visiblement, brun, a l'air malin. Il s'était drapé d'une couverture et portait un chapeau trop grand pour lui ainsi qu'un gros médaillon autour du cou. Je me mis à rire à sa vue, pour une raison que j'ignorai, il m'était vaguement familier.

Hey vous!!! Réveillez-vous ! Où est-ce qu'on est ?! s'écria-t-il.

Visiblement, je n'étais pas la seule à ne pas comprendre ce que nous faisions tous ici. J'entendis une autre voix s'élever, une petite xen non loin de moi se présenta.

Je suis Lilith et je ne sais pas ce que je fais ici ni pourquoi je suis là… Quelqu’un sait ? dit-elle.

Je fis non de la tête mais elle ne sembla pas me remarquer. Je me grattai la tête et essayer de me remettre les idées en place. Je ne savais pas ce qui se passait mais je ne sentais plus l'odeur de Gayël, ni celle de mes parents, ils devaient être tous très loin… Je me sentis soudainement désemparée, me rendant compte que j'étais belle et bien perdue.

Hey… Qu’est-ce qu’on fout là ? demanda la xen.

Je n'en savais rien… Et très franchement je n'étais pas très rassurée. Je me penchais sur le côté et vis une autre enfant juste à côté de moi, une mzékils, tout comme moi, les cheveux bruns et longs. Je la secouai pour la réveiller doucement.

Hé ! Hé ! Debout ! Debout ! Réveille-toi !

A bien y regarder, la mzékils à côté de moi était vraiment jolie et je ne sais pour quelle raison, elle m'était vaguement familière, tout comme le garçon au chapeau. Je la regardai avec curiosité, un peu comme quand Gayël me regardait avant de me lécher le visage. Je la vis ouvrir le yeux et me regarder avec étonnement.

Est-ce que ça va ? Tu sais ce qu'on fait là ? On dirait qu'on est perdus…

J'attendis un moment puis rajoutai finalement :

Oh j'm'appelle Morianne ! C'est quoi ton nom, toi ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil - 17:01
Je sentais qu’on me secouait mais je n’avais pas envie d’ouvrir les yeux. J’étais bien emmitouflée dans mes couvertures. Une voix enfantine me disait de me réveiller, je grognais et me tournais dans l’autre sens pour faire face à l’importun. Je finis par ouvrir un œil puis l’autre puis je baillais à m’arracher la mâchoire. J’observais la petite fille à côté de moi qui tenais des vêtements trop grands contre elle. Je regardais les alentour alors qu’elle me demandait comment j’allais. Où étais-je ? Des pins rouges nous encerclaient de toute leur grandeur. Je me grattais la tête et me levais, me retrouvant nue devant les autres enfants. J’aperçue une xen et un petit garçon qui semblait être un humain. Je portais une main vers ma bouche. Qu’allait dire ma maîtresse en voyant que j’avais disparu ?

Je… je vais bien à part ce mal de tête lancinant… Et… Non je ne sais pas ce que nous faisons ici… Ma maîtresse va me disputer si je ne rentre pas… Je suis Sëya.

J’attrapais un pan de la robe qui était à mes pieds pour me couvrir. Elle était en soie bleue. Elle devait appartenir à ma maîtresse. Soudain, prise de panique, je me mis à pleurer à chaude larmes. Je ne voulais pas me prendre un soufflet pour m'être sauver alors que ce n’était pas le cas. Je savais que je ne serais pas battue mais l’idée d’offenser ma maîtresse m’était très douloureux.

Snif, qu’est-ce que je vais faire ? Snif…

Sanglotais-je sans comprendre ce qui m’arrivait. Morianne m’était familière alors je lui pris la main pour me rassurer. Elle était douce et légèrement plus grande que la mienne. Il y eut un bruit sourd non loin de nous. Comme un rire. Etait-ce une mauvaise blague de quelqu’un ? Ou peut-être un vendeur d’esclave qui, voyant tous ces enfants seuls voyait déjà sa richesse. Je me mis à pleurer de plus belle. Je tournais la tête vers la xen qui semblait d’un calme froid. Je m’essuyais les yeux de ma main libre, nous n’étions pas attaché, c’était déjà ça. Je passais une main sur mon cou. Mon collier ! Où était mon collier d’esclave ? Je me mis à paniquer de plus belle.

Je… Je veux pas mourir ! J’ai que dix ans !
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil - 17:30
Ouille ! Ma tête ! J'avais mal à la tête, sacrément mal même. Dormir… j'avais envie de dormir… mais je sentais de l'agitation autour de moi. Des voix d'enfants… Laissez-moi dormir… je n'ai pas envie de me réveiller… Mais l'agitation ne s'arrêta pas, j'entendis même certains pleurer. Mes camarades destinés à devenir de futurs armes me semblaient bien bruyants, et puis cela faisait un moment que personne d'entre-nous n'avait pleuré. Je grognai et me frottai les yeux avant de les ouvrir.

Dehors ! Nous étions dehors, à même le sol. J'étais drapé dans une couverture bien grande et sur moi des vêtements… des vêtements bien trop grands pour moi. Je ne comprenais pas ! Que faisions-nous ici ? Je regardai plus attentivement les autres enfants et me rendis soudainement compte que je n'en connaissais pas un seul. Aucun d'entre eux ne faisaient parti de mes camarades. Mais que faisais-je là alors ? Ces enfants ne me disaient rien. Je commençais à angoisser, j'étais perdue, avec des enfants que je ne connaissais pas, et aucun adulte pour nous venir en aide. Même le vieux maître m'aurait rassurée de sa présence… Pris de panique je regardai à côté de moi, pour voir si ma sœur était à côté de moi. A ma droite il y avait une jeune humaine aux cheveux blancs argentés, de l'autre un mzékils aux cheveux tout aussi blancs.

O… Oliry ?? Oliry où es-tu ? Grande sœur !!!

Mais il n'y avait pas d'autre elfe… j'étais la seule elfe… Je commençai à paniquer, à ne plus savoir quoi faire. Que faisais-je ici ? Où était Oliry ? Où était les Armes ? Les larmes commencèrent à couler de mes yeux et je me mis à pleurer à chaudes larmes.

Bouuuuuuuuh ! Je suis perduuuuuue ! Oliry !!! Je veux ma grande sœur ! Au secours !!! Snif !

Je ne faisais même pas attention à ce que les autres enfants disaient, j'avais peur, j'étais terrorisée. Je pleurais, encore et encore, incapable de comprendre ce qui m'arrivait.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 351

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juil - 23:09
J'ignore combien de temps je suis resté dans les vapes après avoir bu le verre que m'avait proposé ce vieux rabougri de mage... Je me souviens que je me promenais en forêt, j'ai rencontré ce vieux chnoque qui m'a proposé un verre contenant une mixture bizarre qu'il m'avait présentée comme une boisson désaltérante et ensuite...ensuite le gros trou noir.

*Beurk c'est quoi ce goût dégueu que j'ai dans la bouche...et ma tête...*

Ma tête me fait atrocement mal alors que j'ouvres difficilement les yeux. La lumière me fait mal et je me redresse avec quelques vertiges et la sensation que le froid mord un peu ma peau...ce qui a pour don de me réveiller totalement. En tournant un peu la tête, je vois que je ne suis pas seul : une elfe aux cheveux qui pleure après sa soeur, une humaine aux cheveux blancs et tout un tas d'autres...gosses que je connais pas. Je vais pour me lever et vois quelques unes des filles rire en me regardant et rosissant.

*Pourquoi elles rient, elles? Elles sont folles ou...*

Autre courant d'air qui me passe entre les jambes et me fais baisser les yeux pour me rendre compte que mes vêtements sont...

*Pourquoi mes vêtements sont trop grands? Qu'est-ce qui s'est passé?*

C'est vrai, il s'est passé quoi après que j'ai bu la mixture...à part ça et le vieux, je me souviens de rien d'autres mais je n'aie pas le temps de cogiter: les filles rient toujours de mon état.

"Vous pouvez vous moquer de moi, vos fringues aussi sont trop grandes!* dis-je en rabattant mes ailes vers l'avant pour cacher mes parties comme je peux.

En râlant, je retourne dans mon pantalon trop grand et cache ce qui doit être caché en restant torse nu...mais d'ailleurs : est-ce vraiment bien mon pantalon.

*Les filles, ce sont vraiment des idiotes quand elles s'y mettent!*

Nénamoins, la petite qui appelait après sa soeur en chouinant me fait mal au coeur et je tends la main en lui demandant.

"Comment elle est, ta soeur?"

Peut-être que lui faire parler de sa soeur l'apaisera un peu?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juil - 23:22
Pourquoi j’ai mal à la tête ? Que se passe-t-il ? Où suis-je ? Où sont mes parents ? J’ai beau regarder autour de moi, je ne vois que des gosses apeurés et en larme. Je soupire et repousse mes cheveux en arrière. Pourquoi je flotte dans mes vêtements ? D’ailleurs, ceux sont des vêtements d’adulte et je n’ai que dix ans alors pourquoi suis-je dedans. Je ris en voyant un petit garçon à poil se diriger vers les autres enfants. Il bougonne et je cesse de me moquer de lui. Je dois comprendre ce qui m’arrive. Je suis où… ? Dans une clairière. Je suis avec qui ? D’autres gosses. Je suis nue… J’enfile le haut qui me fait une petite robe. Je fouille la besace à la recherche d’une cordelette pour la nouer autour de ma taille.

Voilà, ça fera l’affaire.

Dis-je fière de moi. Puis j’appelle mes parents. Pas de réponse. Je recommence. Le même silence. Est-ce une mauvaise blague ? Je soupire. C’est sûrement une mauvaise plaisanterie d’Algar. Il aime me faire des blagues. Algar est un jeune mzékils aux cheveux blancs et aux yeux émeraude. Il a cinq ans de plus que moi mais c’est un farceur.

Algar ? Tu me fais une blague c’est ça ?

Mais… Si c’est une blague du mzékils pourquoi y a-t-il d’autres gosses ? Ai-je était enlevée ? Par Thaä le tout puissant ! Et si c’était un marchand d’esclaves qui nous avait réuni ici pour nous vendre ensuite !

M’MAN ! P’PA !

Hurlais-je à m’en rompre la voix. Je commence à pleurer et à paniquer. En plus j’ai envie de pipi ! Je quitte le cercle et vais dans un taillis afin d’uriner. Une fois fais je reviens.

Je m’appelle Vÿdareen et je suis perdue comme vous. Il faut réfléchir, quel est la dernière chose dont vous vous souvenez ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 472

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 10:11

Les autres enfants faisaient trop de bruit, trop de bruit ! Je n'ai pas rencontré d'enfant avant, mais ceux-là n'ont pas l'air de se connaître d'avant. Réfléchit Grégoire, réfléchit... La lune déjà ! Elle est pleine comme un oeuf, beaucoup de lumière donc. Le temps.... Pas de trop de nuages, plus de lumière encore et pas trop froid. Maman, qu'est-ce que ferait maman ou plumeocéan... Les traces ! Ont à du laissé des traces en venant !

Un grand grondement retentit au loin dans la plaine à l'opposé de l'orée des bois... Pas des loups, les loups sont plus mélodieux... Oh non ! Un Loumez! Je grimpe sur une bûche près du feu de camp pour attirer l'attention des autres comme moi.

"Hey! Je sais que vous avez peur, mais faut pas rester là! Ici, c'est dangereux y a un loumez pas loin et ils sont pas gentil ! Je connais comment vivre en forêt ma maman ma appris avec mes amis. Suivez-moi, on doit se réfugier dans les bois au plus vite !"

Je veux prendre les sacs, mais j'abandonne trop lourd pour ma petite force. Je fais le tour des enfants, deux petites filles arrivent pas à se calmer, mais les trois autres filles et le garçon ont l'air d'être capables d'écouter ce que je dis. Un nouveau grondement retentit, plus proche et dans les bois une série de hurlements de loups réplique. Les loups n'aiment pas les loumez. Je m'approche de la petite fille avec des oreilles bizarre et qui appelle sa sœur pour lui ajuster sa grande chemise en une robe avec un peu de corde, la deuxième petite fille plus comme moi, mais avec des ailes d'oiseaux et s'est approché, je fais la même chose qu'avec les oreilles bizarres en leur expliquant comme je peux.


"Écoutez, j'ai jamais vu d'autres enfants avant, alors je sais pas quoi faire pour vous empêcher d'être triste, mais si vous faites ce que je dis, on va s'en sortir. Y'a un loumez qui arrive, c'est un méchant loup maudit. Le truc, c'est que les autres loups détestent les loumez alors si on arrive jusqu'au bois qui est le territoire des loups, on sera en sécurité, les loups sont gentils avec les enfants. Vous pourrez marcher ?"

Je prends des bâton et enflamme le bout pour faire des torches improvisé, dans la forêt, on apprend vite que le feu est votre meilleur amis. Je distribue à tout le monde une torche en leur répétant de me suivre dans les bois alors qu'un nouveau grondement retentit suivis de la même salve de hurlement.

"Courez! Allez vite dans les bois !"

Je m'exclame en trottant, attrapant la fille aux oreilles pointues par le bras qui saisit elle-même la fille aux ailes par le bras..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 10:40
Je regardais le garçon s’agiter devant les hurlements du loumez. Je pris la torche improvisée même si elle ne durerait pas vu que le bois allait se consumer. Je regardais les autres enfants et, nue comme un ver, j’allais vers la forêt. Et ce mal de tête qui ne me quittait pas… J’eus un bâillement à m’en décrocher la mâchoire mais je ne m’arrêtais pas pour autant. Ce garçonnet se prenait-il pour le chef du groupe pour donner ainsi des ordres ? Moi j’étais une future arme de Morloc… Je n’allais pas me faire dicter ma conduite par un morveux ! J’étais dans le couvert des arbres.  C’était angoissant mais je ne laissais rien paraitre.

Et maintenant, on fait quoi monsieur le chef ?

Dis-je d’une voix amère. Le seul qui avait le droit de me donner des ordres c’était Yakan. Ce mouflet n’était rien de plus que nous. Il était tout aussi perdu et apeuré. Un hurlement suivit par ceux des loups. J’entends bouger dans les feuillages. Je brandis ma torche comme une lance. J’abaisse mon arme de fortune et regarde les autres enfants. Aucun ne semble savoir se battre. On est pas dans la merde.

Faut pas avoir peur les mioches. Qui sait se battre ?
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 13:37
Je ne faisais pour le moment pas attention à ce qui se passait aux alentours et me concentrais sur la mzékils à côté de moi. Elle avait peur, elle pleurait, je ne voulais pas la laisser dans son état. Je posai mes mains sur ses épaules et la regardai dans les yeux, gonflant ma poitrine toute plate pour me donner du courage et montrer que j'étais forte, comme une grande.

Ça va aller Sëya ! Sois forte ! T'inquiète pas ! On va r'trouver ta maîtresse et ta maison, et comme ça tu seras pas punie. J'te laisserai pas mourir, moi !

Alors que je l'encourageai, le garçon au chapeau arriva en nous disant qu'il ne fallait pas rester ici. Je tendis l'oreille et entendis un cri au loin, celui d'une créature bestiale, un loumez probablement. Le garçon nous raconta qu'il fallait se mettre à l'abri, dans la forêt, au plus vite. Mais je n'étais pas vraiment d'accord, que l'on soit ici ou dans la forêt, le loumez n'aurait aucun mal à nous trouver et à nous croquer les fesses. Cependant c'était notre meilleure option… dans la forêt il y avait de nombreuses cachettes… nous aurons peut-être une chance si nous préparons un piège pour la bête.

Je regarde le garçon au chapeau qui est en train de lacer une corde autour de la taille d'une petite elfe avec une chemise pour lui servir de robe. Je hausse les sourcils puis me tourne à nouveau vers Sëya et lui dit pour ne plus qu'elle ait peur :

T'en fais pas Sëya, je laisserai pas le loumez te croquer les fesses ! J'lui donnerai un coup d'poing comme ça, et comme ça ! Et après j'lui mordrai la patte avec mes dents ! Grrrr !

J'avais sûrement l'air un peu ridicule, mais à vrai dire j'espérai que ça ait un effet positif sur ma camarade mzékils. Le garçon au chapeau revint vers nous et nous dit qu'il fallait nous préparer, il voulait faire comme avec l'elfe, habiller Sëya, avec une corde autour des vêtements, je me mis à lui grogner dessus, pris la corde, et le repoussa, grognant, montrant les dents, me tenant sur mes mains et mes pieds, comme une bête.

Laisse ! Je vais l'faire ! T'es un garçon, toi !

Alors qu'il reculait pour parler à tous les autres enfants, je m'approchai de Sëya et lui proposa de s'habiller avec les moyens du bord, en utilisant la corde et la veste du haut d'adulte dans laquelle elle était emmitouflée.

Tiens, comme ça t'aura pas froid ! Moi j'en ai pas besoin ! Chuis un louveteau ! J'ai jamais froid ! dis-je fièrement, le corps complètement nu.

Je m'en fichais bien d'avoir le torse et la zezette à l'air, j'étais une petite sauvageonne, et la forêt était mon élément. Je n'avais pas vraiment peur de cette situation pour le coup, même si la présence d'un loumez dans les environs ne me rassurait pas vraiment. Je pris finalement Sëya par la main.

Viens avec moi, on va s'mettre à l'abri comme a dit le garçon au chapeau bizarre !

Le garçon en question vint nous tendre une torche improvisée. Je la pris avec moi et tins fermement Sëya par la main.

Fais moi confiance, Sëya ! On se ferra pas croquer comme ça !

Je l'emmenai avec moi et suivis le reste de la troupe, décidée à ne pas me laisser croquer les fesses par la grosse bête qui rôdait. Finalement, la xen aux ailes bleues, Lilith, se mit à protester et lui demanda au garçon au chapeau ce qu'il comptait faire maintenant. C'était une bonne question, mais la meilleure vint après, elle demanda :

Faut pas avoir peur les mioches. Qui sait se battre ?
T'es aussi mioche que nous d'abord ! Et moi ! Moi, je sais me battre ! C'est Gayël qui m'a appris, d'abord !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 17:40
Certains d’entre nous étaient calmes d’autre, comme moi, pleuraient à chaude larmes. L’humain donnait des ordres mais je ne savais pas s’il fallait y obéir. La mzékils à côté de moi me rassuré tant bien que mal. Je serais un peu plus fort sa main dans la mienne. L’idée qu’un loumez approche ne me rassurait pas du tout. Je ne voulais pas me faire manger. Morianne fit partir le garçon qui voulait m’habiller et le fit elle-même. Je me retrouvais avec une tenue de fortune sur le dos. C’était mieux qu’être à poil même si cet état de fait ne semblait gêner ni la xen ni Morianne. Elle assura d’ailleurs être un louveteau. Cela me fit peur. Je lâchais sa main. Mais ne rien tenir me faisait encore plus peur alors je repris sa main dans la mienne et nous partîmes vers la forêt. Le feu s’éloignait, ce feu rassurant et chaud. J’avais la tête basse. Qu’allait dire ma maîtresse ? La xen nous dit, en nous traitant de mioches, qu’il ne fallait pas avoir peur.

Toi… Toi aussi t’es une mioche…

Répliquais-je à voix basse. Elle demanda qui savait se battre, Morianne répondit qu’elle savait. Moi je savais faire le ménage, pas très utile dans cette situation. Je regardais Morianne et mon cœur loupa un battement. Elle était belle. L’humain continuait à donner des ordres. Je ne l’aimais pas lui. Il était trop directif. La xen me regarda et me sourit. Je me jetais dans les bras de la mzékils et l’implorais de me protéger en pleurant de plus belle. Je tremblais légèrement. De froid et de peur. Je n'étais pas dans mon élément.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 19:57
Je vis alors le jeune mzékils aux cheveux blancs se tourner vers moi et me demander comment était ma sœur. Je le regardai alors les yeux embuée de larmes, surprise par sa demande. Je m'essuyai les yeux, quelque peu rassurée de savoir que quelqu'un se souciait de mon sort.

Bah… Bah elle est comme moi… On est jumelles… Sauf qu'elle a les cheveux attachés… Snif… J'ai peur ! Pourquoi on est ici ? Elle est où l'île et les autres enfants ?

Je me demandai à présent si ce n'était pas une épreuve. Peut-être que le maître avait voulu nous tester, pour savoir si nous nous débrouillerions sans aide. Mais les autres enfants m'étaient parfaitement inconnus… Ils ne pouvaient pas être de futurs armes eux aussi, si ? Peut-être venait-il d'une autre division ? Nous avait-on mélangé exprès pour être avec des personnes totalement inconnues ? Je n'en savais trop rien…

Le fait est que le garçon au chapeau commença à parler d'un loumez qui rôdait dans les parages. Et effectivement j'entendis son hurlement. Je me mis à sangloter de plus bel, j'allais finir dans le ventre d'un monstre, séparée de ma sœur.

On va mourir ! chouinais-je.

Le garçon au chapeau arriva vers moi et m'aida à enfiler quelque chose, en essayant de me rassurer. Je trouvais ça gentil de sa part et me laissai faire, en le remerciant, essuyant d'un revers de manche mes larmes et la morve qui me coulait du nez. J'étais tellement effrayée que je m'accrochai alors désespérément au mzékils aux cheveux blancs, tremblant comme une feuille. J'entendis soudain un bruissement dans les fourrés et me mis à paniquer, croyant que c'était une bête, mais ce n'était que la fille aux cheveux blancs. Elle était sans doute allée faire pipi.

Je m’appelle Vÿdareen et je suis perdue comme vous. Il faut réfléchir, quel est la dernière chose dont vous vous souvenez ?
Snif… m… moi c'est Tahiri… Je… j'me souviens juste que je faisais dodo après l'entraînement, j'étais à côté de ma sœur pour dormir. Toi aussi t'es une future Arme ?

Il fallait que j'ôte ce doute de mon esprit, il fallait que je sache si oui ou non, il ne s'agissait que d'un test, ou si nous étions bels et biens perdus. Mais le garçon au chapeau s'approcha de nous à nouveau, pour nous tendre une torche improvisée. Je laissai les autres s'en saisir, j'avais trop les foies pour faire quoique se soit. Finalement nous entendîmes des grognements se rapprocher, le gamin au chapeau m'attrapa par le bras et me tira avec lui. Je me mis à pleurer de plus bel, effrayée, même terrorisée. Je ne voulais pas mourir.

Il y avait une xen à côté de nous, elle semblait calme, étrangement calme… Elle me faisait penser à ma sœur. Elle ne lui ressemblait pas physiquement, mais dans sa façon d'être. Elle nous demanda finalement si on savait se battre. La petite mzékils courageuse brandit le poing et affirma qu'elle savait se battre, tandis que l'autre qu'elle tenait par la main ne semblait pas vraiment courageuse, en fait elle était plutôt comme moi, effrayée et apeurée…

M… Moi j'ai appris un peu… Mais je suis qu'une débutante… Chuis pas une vraie Arme…
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 351

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juil - 12:56
Le groupe que nous sommes est scindé en deux : vous avez ceux qui chouinent comme la petite elfe que j'essaie de calmer un peu en lui demandant de me parler de sa soeur...

"Bah… Bah elle est comme moi… On est jumelles… Sauf qu'elle a les cheveux attachés… Snif… J'ai peur ! Pourquoi on est ici ? Elle est où l'île et les autres enfants ?

-Oh je vois, moi je suis fils unique. Si tu as peur, tu peux rester avec moi si tu veux, je ne sais pas de quelle île tu parles ni pourquoi on est là mais regarde autour de toi : on n'est pas tout seuls, y a d'autres enfants comme nous."

et vous avez ceux qui sont calmes comme moi ou cette fille qui revient vers nous en se présentant

"Je m’appelle Vÿdareen et je suis perdue comme vous. Il faut réfléchir, quel est la dernière chose dont vous vous souvenez ?

-Snif… m… moi c'est Tahiri… Je… j'me souviens juste que je faisais dodo après l'entraînement, j'étais à côté de ma sœur pour dormir. Toi aussi t'es une future Arme ?

-Quant à moi, mon nom c'est Valkyon. Le seul truc dont je me souvienne c'est un vieux chnoque qui m'a donné un truc pas bon à boire soit disant pour me désaltérer. Je crois que je cherchais des plantes avant de tomber sur lui mais c'est flou."


...mais bon, il ne faut pas oublier celui qui s'est auto-proclamé chef de groupe et qui n'a rien de mieux à faire que d'effrayer tout le monde avec son histoire de loumez...même Tahiri qui se remet à chouiner.

"On va mourir!

-Mais non, on va s'en sortir tu vas voir." tentais-je de la rassurer et la calmer en souriant.

Intérieurement parlant je ne pouvais pas m'empêcher de maudire ce crétin d'affoler tout le monde avec son histoire de loups pas gentils. C'était déjà pas la joie mais pour certain c'est maintenant la panique...

*Il est idiot ou quoi?! Pour un chef auto-proclamé, il est pas très futé : faut jamais parler de loumez à une bande de gosses apeurés, ils auront encore plus peur. Dans un cadre comme celui-là, il faut surtout agir calmement car beaucoup d'entre nous ont déjà peur, chose que les loumez peuvent sûrement sentir de là où ils sont alors s'ils se met à faire paniquer encore plus ceux qui pleurent...là, c'est qu'on est tous morts.*

Pour l'heure, je prends ce qui semble être ma besace et ma cape trop grande afin de voir ce que je peux me fabriquer comme fringues. Je jette un oeil dans mon sac et soupire de soulagement en voyant une boîte à couture avec ce qu'il faut

*Pfiouuu merci Mamie, si j'ai le temps de te trouver une belle fleur, je te la ramènes parce que tu me sauves vraiment la mise sur ce coup.*

Je me saisis du ciseau et de ma cape puis découpe dedans de quoi me faire au moins un pantalon et un veston sans manches car...

*Si on doit bouger, hors de question de rester à poil et pas question de toucher à mon pantalon, il peut encore servir pour plus tard.*

Tout en m'adonnant à ma séance de couture, j'écoutes, alors le reste de la conversation...

"pas avoir peur les mioches. Qui sait se battre ?

-Oh là...déjà t'es une mioche comme nous pour commencer, de deux je suis d'accord qu'il ne faut pas avoir peur parce que les bestioles du coin peuvent sûrement le sentir, de trois je sais me battre, j'ai ça dans le sang depuis ma conception et ma naissance...autrement je ne serais pas le fils de ma mère, la Déesse de la Guerre et de quatre..."

Je m'arrête et pointe du doigt celui qui s'est auto-proclamé chef de groupe sans nous demander notre avis...

"...quatre en dehors de ma mère Ge-Ban, ma grand-mère parce que mon grand-père peut toujours aller se brosser et mon père, je n'obéis à personne d'autre. De plus, je ne suis pas franchement pour qu'on aie un chef de groupe et pourquoi? Tout simplement parce que c'est le meilleur moyen de créer des tensions entre nous et que dans la situation où nous sommes, il serait plus judicieux que nous nous serrions tous les coudes ensemble. Parce que si on te laisse comme chef...? Bah déjà pour commencer, tu ne nous a pas demandé notre avis à tous : un chef de groupe, ça s'élit avec l'accord de tout un ensemble après avoir pesé le pour et le contre et surtout jaugé à l'aptitude d'assumer ce poste qui demande pas mal de responsabilités de celui qui endosse ce rôle. Faut savoir que si une situation se passe mal ou dérape...bah c'est toi qui prendra le premiers les remontrances du groupe et honnêtement..."

Je finis de coudre mes vêtements puis les enfile avant de faire un tour circulaire sur moi-même pour lui montrer qu'on est tous des gosses avant de le regarder lui pour ajouter.

"Honnêtement, regarde-toi, regarde-nous...nous ne sommes tous que des gosses de 10 ans et à 10 ans on n'a pas encore la force mentale d'assumer la responsabilités de vies de tout un groupe, soyons francs. Nous sommes à un âge où on a encore tout à apprendre de la vie, je suis même sûr que certains d'entre nous comme moi sont encore sur les bancs de l'école


Alors voilà ce que je propose avec l'avis et surtout votre accord à tous et toutes : on va faire un tour de table façon de parler où chacun et chacune va dire quelles sont ses compétences. Cela peut être sur le plan combat, *regarde le garçon au chapeau* ça peut être des compétences aussi sur comment vivre en forêt, quelle plantes peut être utilisées en soins médicaux etc... On pose toutes nos compétences à plat tous ensemble et ensuite on pourra tous et toutes élaborer un plan contre les loumez en mettant nos compétences à tous et toutes en commun.


Et aussi..."

Je regarde le garçon au chapeau et souris.

"Sans vouloir imposer mon avis, je pense qu'il serait judicieux que nous nous trouvions un coin sécurisé ici afin de nous construire à tous et toutes un abri. On ne sait pas combien de temps on va rester là alors qu'on est tous et toutes un toit sous lequel nous reposer. S'il y a des loumez, il vaudrait mieux un coin que leur soit inaccessible afin qu'on n'ait pas de mauvaises surprises durant la nuit et aussi, il nous faudra sûrement de quoi dormir, manger et nous laver. Tu penses que tu pourrais tous nous guider dans un coin de cette forêt qui répondrait à tout ça?"

Avant de penser au combat, il nous faut déjà  commencer par le basique : un endroit où se poser, où dormir et où établir un plan de défense contre ces bêtes-là.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juil - 14:44
Je regardais les enfants pleurant et les enfants calmes. Je devais avouer que je ne faisais pas la fière, à 10 ans, seule dans les bois avec une bande de gosses apeurés. J’écoutais à peine le garçon aux cheveux blanc, il parlait trop comme les grands et je n’aime pas les grands ils veulent toujours avoir raison. Une petite xen demanda si l’on savait se battre, je répondis par l’affirmative. Dans mon clan on apprend assez tôt à se battre. Celui qui se prenait pour le chef m’agaçait hautement. Je regardais tout le monde une fois dans le couvert des arbres, il fallait trouver une planque. Un trou de souris comme disait ma mère. Je voulus émettre l’idée mais Valkyon, qui parlait trop à mon goût, continuait à déblatérer comme un adulte. Ne prêtant pas attention au mot d’adulte qu’il utilisait, je m’assis sur une souche et calais ma tête entre mes mains. Où étaient mes parents ? Que faisais-je là ? Il ne fallait pas céder à la panique comme la petite elfe qui posa une drôle de question. Je me permis d’y répondre :

Je suis pas une arme, je sais même pas ce que c’est… Je suis une Rastgar.

Je soupirais doucement, j’avais soif et un drôle de goût dans la bouche. Je ne savais pas pourquoi. Je tirais la langue et piaffais pour essayer de retirer ce goût abjecte de ma langue mais rien à faire il restait collé. C’était comme si j’avais bu un mauvais médicament mais je n’étais pas malade. Du moins je n’en avais pas l’impression. Je pestais tout bas en lupan. Ce devait être une mauvaise blague ou alors on était vraiment dans la merde. Je regardais vers la cime des arbres et aperçus quelques étoiles. Le ciel était dégagé c’était déjà ça. Pas de pluie, pas trempée. Je souris doucement, la nuit était agréable. Un léger vent tiède parcourait l’air. Je me levais de ma souche lorsque j’entendis un hurlement. Mon cœur palpitait à tout rompre mais je semblais, d’extérieur, calme.

Faudrait trouver une cachette pour la nuit. Une grotte par exemple.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 472

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juil - 21:11

Je sentais l'air frais de la nuit qui caressait mes cheveux et mon cœur battait super fort ! C'était bizarre, comme quand j'avais affronté le loumez pour défendre plumefeu, j'avais une sensation étrange dans tout le corps comme si je n'vais plus peur. Je voyais les petits brins d'herbe qui dansaient comme des petites dreks poussé par le vent, je souriais tout seul trouvant cela drôle.

Tout en aidant du mieux possible les autres enfants à se préparer, j'ai rajusté la couverture pour qu'elle me fasse un pagne et j'ai enroulé les chaussettes autour de mes pieds puis les ai fixés avec de la corde.
J'ai voulus aider la fille oiseau qui pleurait mais l'autre fille oiseau m'a grogné dessus comme une louve et je suis repartis avec un pincement au coeur... Je veux juste aider...

Nous avons atteint les bois et avons soufflé à l'abri de la mer d'arbre où les petits animaux se mouvaient pour nous fuir. Une fille, c'est alors mit à me traiter de "chef... Elle parlait avec une voix pas gentille et j'ai encore eu un pincement au cœur...

Puis y'a un garçons qui à aussi commencé à dire plein de truc compliqué et dire que je faisais les choses pas correctement. J'ai crié de colère alors que je sentais des larmes me monter aux yeux... J'ai ajusté le couteau, mon collier de renard et j'ai commencé à tourner les talons vers la source des hurlements de loups... Mais avant j'ai juste dit en langue commune comme m'avait appris ma maman.

"Si j'avais su que les enfants de l'extérieur de la forêt étaient méchants comme vous, j'aurais préféré rester dans ma forêt avec mes amis de la meute de plumefeu. Je suis un sauvageon ! J'ai jamais connus d'autre enfant avant vous, alors pardon de faire le "Chef" pour vous aider à pas vous faire croquer par un méchant loumez... Au revoir!"

J'ai couru dans l'intérieur de la forêt laissant ses méchants enfants derrière moi... Awilda m'avait prévenu ! Les gens de l'extérieur, son méchant avec les enfants comme moi, ils n'aiment pas les sauvageons ! Eh ben qu'ils se fassent manger !
J'ai courus jusqu'à ce que je puisse plus et je me suis recroquevillé contre un tronc d'arbre et j'ai pleuré jusqu'à ce qu'une voix me sorte la tête de mes bras.

"Oui petit homme, c'est bien à toi que je parle." Continua la voix alors que je la cherchais des yeux.

Je finis par voir un renard devant moi, assis sur son postérieur et qui me fixait.

"Tu me parles ?" Je demandais timidement en reniflant.


"Oui petit homme, tu a le collier, tu peux nous entendre nous les renards."


"Je sais pas comment je l'ai eu, je me suis réveillé dans des vêtements trop grands avec des inconnus, des méchants enfants." Je lui expliquais.

"Tu devrais les rejoindre, le loumez ne va pas s'arrêter à la lisière... Comment veut-tu que la seule petite sauvageonne du groupe les maintienne en vie?"

"Je me fiche d'eux ! Ils ont été méchants alors que je voulais juste les aidez ! Je vais retrouver ma forêt et revoir ma maman !"

Un cri de loup me tira de ma conversation avec le renard, une meute nous avaient encerclés et nous fixaient... Les loups semblaient intérogger le renard des yeux. Je poussais un grognement qui d'après ma maman voulait dire bonjour  en loup, les loups sursautèrent et approchèrent curieux vers moi.

"Ils demandent où tu as appris ca... Petit sauvageon,tu n'es pas de notre forêt, tu dois retrouver la tienne, les loumez sont la moindre des menaces en ce moment." Dit le renard.


"Mais comment retrouver ma forêt ? Je ne sais même pas où je suis."

La louve alpha reniflait mes mains puis mon visage, curieuse. Elle finit par s'asseoir sur son arrière-train alors que les plus jeunes loups se collèrent à moi en me léchant, je gloussais et les caressais derrière les oreilles comme ils aimaient.

"Le chef de meute va aller chasser le loumez." Me prévint le renard.

"Alors j'y vais aussi, les loumez sont maléfique, et le chef de meute ne doit pas mourir pour continuer à protéger les petits." Je dis avec conviction en me relevant.

J'ai courus avec le chef de meute et deux autres loups pour aller chercher le loumez imprudent qui s'était introduit chez les loups..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Juil - 15:21
Certains me firent remarquer que j’étais aussi une mioche. Nous étions tous plus ou moins effrayés par le loumez approchant et le petit chef décida de se tirer. Je soupirais en me pinçant l’arête du nez. L’une des enfants était, tout comme moi, une future arme mais elle pleurait comme un bébé. Je m’approchais d’elle et lui dit à l’oreille que j’en étais aussi. Je ne voulais pas que ça s’ébruite, cela devait rester un secret. Toujours nue, je retournais vers mon piédestal et annonçais :

Il faut en effet se cacher. Mais où ? Je ne connais pas cette forêt…

Je sentais les larmes me montaient aux yeux, la panique allait-elle prendre le dessus ? Non, je valais mieux que ça. Je me raclais la gorge et cherchais du regard le petit humain qui était parti. Mais il faisait noir et c’était impossible de voir à plus de cinq mètres. J’haussais les épaules avec un peu de chance il rassasierait le loumez et nous serions en sécurité. Je me laissais tomber sur les fesses. La fille aux cheveux blancs parla de trouver une grotte. Je haussais les épaules, je n’avais pas l’âme à diriger tout ce petit monde. Si quelqu’un d’autre s’en chargeait cela m’arrangeait.

On fait quoi ?

Demandais-je d’une petite voix innocente et enfantine. Le loumez hurla. S’en suivit les hurlements de loups. J’eus un  frisson de peur. Je ne voulais pas mourir. Encore moins déchiquetée par une bestiole.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil - 10:21
C'était le chaos, tout partait dans tous les sens, entre le garçon qui parlait comme un adulte et qui essayait de raisonner tout le monde alors que personne ne l'écoutait, l'elfe qui pleurait, le garçon au chapeau qui s'était en allé. Je ne savais plus où donner de la tête. La xen qui avait définitivement l'esprit d'un chef sans en avoir l'air affirma qu'il fallait se cacher à la suite de la petite humaine aux cheveux blancs.

Sëya était toujours accrochée à moi, en train de pleurer et d'implorer de la protéger. Je passais une main sur sa tête et lui fit un gros câlin.

T'en fais pas Sëya ! Il t'arrivera rien ! Faut que tu sois forte ! Mais on devrait pas laisser le garçon au chapeau tout seul. Il va se faire croquer par le loumez…

Je réfléchis un moment, essayant de trouver une solution à tout cela. Le problème était épineux… On ne pouvait décidément pas rester là à ne rien faire, c'était évident. Je ne pouvais pas non plus laissé le petit d'homme au chapeau se faire manger les fesses par un méchant loup. J'étais cela dit dans mon élément et je devais sûrement être la seule à être habituée à ce genre d'endroit. Je ne pouvais les laisser seuls pour en sauver un… ç'aurait été injuste. Il n'avait qu'à pas partir après tout. Ce fut également pour le cas du petit mzékils aux cheveux blancs qui parlait comme un adulte… il partit de son côté, persuadé qu'il se débrouillerait mieux sans nous. Tant pis pour eux, nous avions décidé de survivre.

Bon… chais pas trop c'qui faut faire, mais dans ces cas là, Gayël me dit toujours de grimper aux arbres ou de me cacher sous la terre. Je sais pas où y a une grotte, mais des arbres hauts, ça y en a partout ! Faut qu'on grimpe aux pins même si ça pique, faut attendre le jour, y aura plus de méchant loup le jour. Vous savez grimper vous ? Moi j'ai des ailes, j'peux vous aider à monter si vous savez pas.

Je me tournai alors vers Sëya et lui sécha ses grosses larmes avec mes doigts.

Tu vas voir, si on se met très haut dans les arbres, les méchantes bêtes pourront pas nous croquer et demain matin on retrouvera ta maison et ta maîtresse. D'accord ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil - 10:41
Absolument pas dans mon élément, je paniquais comme tout gosse normalement constitué. Le mzékils aux cheveux blancs parlait comme un adulte et cela m’agaça. Il croyait être plus mur que nous ? En plus il prenait des grands airs pour montrer que lui savait et que nous nous n’étions que des gamins. Le garçon au chapeau était parti seul dans la forêt. Je songeais qu’il risquait de se faire croquer les fesses… Mais il devait savoir ce qu’il faisait. La fille aux cheveux blancs dit qu’il fallait trouver une cachette donnant comme exemple une grotte. Mais je ne savais pas où en trouver une… J’étais vraiment inutile. Je serais un peu plus la main de Morianne dans la mienne. Morianne proposa qu’on grimpe dans les arbres. Je déployais mes ailes, les étendis et m’envolais vers une grosse branche. Ça sentait bon mais ça piquait les fesses. Néanmoins, j’étais en sécurité pour un temps. Les autres enfants semblaient bien petits d’un coup. Je me tenais à deux mains à la branche afin de ne pas tomber. Je continuais de pleurer sur mon sort. Comment allais-je expliquer mon absence à ma maîtresse ? Et si, cette fois, elle me battait ? Je ne voulais pas goûter le fouet…. Ni le bâton… Je soupirais, essayant de retrouver une constance.

Pourquoi vous ne montez pas ?

Demandais-je en criant aux autres enfants. J’aperçus non loin de nous une forme arcaëllienne voutée. Ce devait être un vieillard. Peut-être un vieux marchand d’esclaves. Je frissonnais de peur. N’ayant pas mon collier on pouvait m’attraper et me vendre à nouveau… Les larmes coulèrent de nouveau.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil - 17:46
Le garçon aux cheveux blancs et aux ailes noires s'en était allé, et moi je pleurai de plus bel, on essaya de me consoler mais le départ de l'autre garçon ne fit qu'accentuer ma frayeur. Tout le monde allait partir et me laisser seule. J'avais affreusement peur, j'allais probablement me faire dévorer par des monstres de la forêt. La fille qui s'appelait Lilith me confia qu'elle était elle aussi une Arme, mais les autres ne semblaient pas en être. Nous n'étions que deux donc… autant ne pas l'ébruiter. Je restais plantée là, à pleurnicher quand Vÿ, la fille aux cheveux blancs, proposa de trouver une cachette. C'est là que Morianne, la mzékils toute nue, proposa de grimper aux arbres.

Sans attendre, l'autre mzékils fille alla se réfugier en haut des branches. Je me mis à pleurer mais malgré tout, je tentai à plusieurs reprises de me hisser à un arbre, tenter de grimper à ses branches. Le succès n'était malheureusement pas au rendez-vous. J'avais beau me démener, je n'arrivai à qu'à arracher des bouts d'écorce de l'arbre. Je me mis à paniquer et à pleurer à nouveau.

J'arrive paaaaaas !

J'entendis des craquements non loin de moi, il y avait une silhouette sinistre au loin. J'étais horrifiée, je me mis à gratter l'arbre de plus bel, essayant de m'y hisser mais je n'arrivai à rien. Je pleurai tout en suppliant qu'on me vienne en aide. Et si c'était un vieux méchant qui me voulait du mal ? Allai-je rejoindre maman si je mourrai ? Est-ce que papa allait bientôt m'accueillir dans son royaume ? Mais que deviendrai ma sœur sans moi ? Je ne pouvais pas mourir maintenant… pas à mon âge, j'étais trop jeune pour ça.

Papa… Au secours…
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 351

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil - 17:57
Les deux seuls garçon du groupe étaient partis. Je soupirais, ils ne se rendaient pas compte qu’ils allaient mourir seul dans leur coin… Je pinçais l’arête de mon nez et réfléchis aussi vite que mon petit cerveau me le permettait. La mzékils nue proposa qu’on grimpe aux arbres et l’elfe essaya pendant que l’autre mzékils s’envolait vers la cime des arbres. Je soupirais de plus belle en voyant la petite elfe se mettre à pleurer et appeler ses parents. Comme si ce comportement allait l’aider… J’attrapais la gamine couinant et la fis monter sur mon dos puis je grimpais à l’arbre. Au bout de quelques minutes, nous arrivâmes à une branche.

Dégage de mon dos et mets-toi sur cette branche.

Lui ordonnais-je sans ménagement. Elle continuait de pleurer s’accrochant de plus belle à moi. Je soupirais, encore, et m’approchais de la branche où je m’assis.

Arrête de pleurer comme ça… On dirait un bébé. Maintenant on est en sécurité, alors calme toi…..

Je n’étais pas douée pour rassurer les autres, d’autant plus que j’avais peur aussi. Un loumez c’est dangereux. En regardant plus bas, je vis une silhouette voutée. L’arcaëllien semblait dangereux, encore plus que le loumez. Je portais mon pouce vers ma bouche et me mis à le sucer, inquiète.

On fait quoi maintenant ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 472

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juil - 22:36

Je me sens à nouveau en confiance, chez moi, mes pieds volent presque sur le sol pour suivre la cadence du chef de meute qui a senti son adversaire qui approchait. Je suis remotivé à bloc, je veux rentrer chez moi et pour cela autant commencer par régler le problème du loumez. Je m'arrête brusquement en voyant une plume tombée d'un arbre... En la ramassant, je vois quelle est super grande ! Je mets sur mon chapeau et j'avance plus lentement quand je vois les trois loups qui gronde vers une silhouette tout voûtée qui caresse la tête de l'horrible loumez luminescent et vaporeux.

La silhouette est couverte d'un grand manteau miteux, crasseux et rapiécé... Y'a tant de saleté que je sais même pas la vraie couleur du manteau.

"Eh bien... Que font des petits enfants dans la forêt si tard..." Glousse de manière malsaine la personne. "Vous ne partirez pas d'ici... Vous êtes tous à moi maintenant... les esprits seront très content de vos âmes sacrifiées."

L'homme sort un grand couteau de son manteau et approche... Les loups se jettent sur le loumez qui est plus grand qu'eux et s'engage un affrontement sanglant dans les rugissements et les couinements de douleurs. L'homme à capuche lui approche de moi... J'ai peur... Je veux pas mourir ici ! Maman ! Plumefeu... Je sens une énergie qui m'entrave, une aura de sang bloque mon corps alors qu'il approche avec son couteau gigantesque et les loups se font battre par le loumez...

Ma vu se trouble et je me sens comme aspiré par... Je ne sais pas...


Où suis-je ?... Ma forêt ? Plumefeu! Tu es là... En sang et ses gens qui rient de ta mort ... NON ! La scène change, qu'est-ce que je fais là ? Sur cette route... Cela change encore... Ce vacarme est assourdissant, les cris, des clang insupportable.. Pourquoi je frappe ces gens ?

Je reviens à moi en haletant, l'homme s'apprête à me trancher la gorge, le métal froid du couteau me fait frissonner de terreur... J'ai trop peur ! NOOOON!

Un hurlement animal sort de ma gorge et j'ignore comment, mais... Les arbres autours s'agitent et les branches et les racines, dans un tonnerre de terre explosé et de grincement de bois, se lancent contre l'homme en capuche et son loumez, je sens les entraves disparaître alors que la magie de l'homme se focalise sur sa protection contre les végétaux déchaîné. Ils lancent feu et éclair sur les arbres qui semblent rugir de colère.

Je me sens alors si faible. La fatigue me couche sur la terre douce et si parfumée, je vois des racines qui s'enlacent sur ma main. J'ai... Je n'arrive plus à penser... Je vais dormir un peu... Oh un autre renard arrive au loin....
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Juil - 10:52
Les hurlements changèrent comme si les loups se battaient contre le loumez. Cela ne me rassura pas. Plusieurs enfants étaient montés dans les arbres. Que devais-je faire ? Les imiter ou rester là ? Je secouais mes ailes, je pouvais toujours me transformer en chat… Et partir à la découverte de la forêt. Mais je ne voulais pas abandonner mes camarades d’infortune. L’elfe pleurait de plus belle. Une vraie chochotte celle-là. Mais, je l’admets, je n’étais pas dans mes petits souliers. J’étendis mes ailes et m’envolais vers la cime d’un arbre. M’asseyant sur une branche je pu voir les loups se battre contre le loumez et le garçon faire face à un arcaëllien vouté. Je haussais les épaules, j’en avais que faire. J’étais en sécurité.

Tout le monde est bien installé ?

Demandais-je d’une voix forte. Je regardais autour de moi puis en bas. J’étais suffisamment haut pour ne pas me faire croquer les fesses. Je m’adossais au tronc et mis mes mains derrière ma tête. Je voulais avoir l’air détendue. En vrai, j’étais très inquiète de la suite des évènements. Mais, pour l’heure, il fallait dormir. De toute façon, j’étais exténuée. Il y eut un bruissement en bas. Je regardais et vis un renard traverser. Il se dirigeait vers le combat.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Juil - 18:29
Tout le monde avait finalement rejoint les arbres, moi de même. Nous étions tous en sécurité, tous ? Non pas vraiment... a vrai dire il y avait du grabuge en bas. Le garçon au chapeau était là, et il était face au loumez et à un vieux monsieur effrayant. Ils voulaient probablement le tuer de ce que j'arrivai à entendre. Les loups se jetèrent sur la créature, mais elle était beaucoup trop féroce pour eux et furent éjectées comme des fétus de paille. C'était l'anarchie complète en bas. J'eus le cœur brisé en entendant l'un des loups pousser un gémissement de douleur et me retins d'intervenir... mais pas bien longtemps. Je descendis alors pour voir ce qui se passait, voir si je pouvais faire quelque chose pour venir en aide au garçon. Il était par-terre, étendu dans les fougères. Face à lui, le loumez et le vieux type bizarre, aux prises avec la nature qui se déchaînait. Je n'en croyais pas mes yeux, c'était surréaliste, mais je remerciai Thaä pour ce miracle. Je pris le petit d'homme par les épaules et le tira avec moi pour m'envoler et le déposer à côté de moi, sur une grosse branche, pas loin de Sëya qui n'était visiblement pas rassurée par tout ça.

Faut pas faire de bruit... faut rester sage et rien nous arrivera.

Je posai alors la tête du garçon sur mes genoux et pris soin qu'il ne tombe pas. A mon tour je m'appuyai contre le tronc de l'arbre et commença à m'endormir, fatiguée de tout ça.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 54

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Juil - 18:46
Agrippée à ma branche, je pleurais en silence. Je ne voulais pas mourir ou être vendue. Une fois ça suffit… J’observais les autres enfants monter dans les arbres ainsi que la belle Morianne. C’est dingue ce qu’elle m’était familière. Je m’appuyais contre le tronc de l’arbre afin de me reposer. Soudain je vis Morianne partir ce qui m’angoissa. Je me remis à pleurer en silence, la mine inquiète. Je ne voulais pas que Morianne meurt mais, heureusement, je la vis revenir avec le garçon au chapeau. Elle se posa sur une branche non loin de moi avec l’humain. Elle m’expliqua qu’il ne fallait pas faire de bruit et ferma les yeux. Je l’imitais bien vite mais rouvris les paupières bien vite. Il y avait quelqu’un en bas. C’était le vieil arcaëllien. Il semblait chercher quelqu’un. Le loumez était à ses côtés. Il grondait et reniflait l’air. Il poussa alors un hurlement en levant la tête. Le vieillard fit de même et je pus voir un sourire se dessiner sur sa face.

C’est là-haut que vous vous cachez petits chenapans.

S’exclama-t-il fier de lui. Il se laissa tomber sur les fesses en disant que nous serions bien forcés de redescendre. Je me mis à pleurer, je ne voulais pas être vendue encore une fois. Sans savoir où j’étais en plus. A voix basse j’appelais Morianne pour qu’elle vienne me consoler. Le vieil arcaëllien se coucha à même le sol. Il rabattit sa cape sur lui et commença à dormir. Le loumez tournait autour de lui en glapissant. Je ne voulais pas me faire mordre les fesses par cette bestiole alors je m’accrochais de plus belle à ma branche en couinant.
Niveau 7
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 108

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 7



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mar’Baal :: Est :: Forêt des pins rouges-