L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

"Trinquons mes jolies, Yohoo!" ~ Wolfängar Le Sanguinaire (terminé)

 :: Registres :: Citoyens du Monde :: Morts au combat Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 26 Mai - 14:05


Fiche de Présentation



Informations
☩ Wolfängar mais "Wolf" ou Capitaine suffira, rufiant
☩ J'ai pas de nom de famille...seulement Le Sanguinaire
☩ 21 ans
☩ Masculin mais si t'es pas sûr(e), je peux toujours te montrer
☩ Royaume
☩ Je prend tout ce qui est sur deux jambes et qui peut crier au lit
☩ Pirate(capitaine du Bloody Moon) et tenancier de l'auberge-rhumerie fondée et construite par mon père Will Le Rouge.
☩ Demi-dieu de père humain (ma mère divine étant May'Veal)
☩ Arme(s) : mes sabres, mon pistolet, mon fluide Dën et aussi mon don à contrôler le vent.
☩ Autre : J'ai également repris la tête d'une Confrérie pirate créée et fondée par mon défunt père : La Confrérie des Loups Fantômes



Caractère


 
* Cruel et Sadique : parce qu’il le vaut bien et qu’il en faut pour être respecté de ses pairs. Il est très connu pour s’amuser à faire percuter deux navires entre eux et laisser les équipages s’entre-tuer avant de s’emparer du butin. Mais attention : il ne fait pas ça non plus à la légère et est très sélectif dans ses choix. Il est sadique est joueur mais une bonne bagarre ne lui fait pas peur non plus et il y participera férocement.

*Juste et droit : parce qu’il ne s’en prend pas non plus de cette manière à tous les navires qu’il croisera sur son passage. Il n’est pas du genre à foncer dans le tas et réfléchir ensuite…non, pour Wolf, ce serait même plutôt l’inverse : réfléchis d’abord et agis ensuite. Il n’est pas du genre à prendre parti immédiatement en cas de conflit mais plutôt à écouter les versions de chacun avant de trancher dans la manière la plus juste qui soit.

* Calculateur et fin stratège : Il met toujours en place des plans pour essayer de faire le moins de dégâts possibles et de toujours pouvoir tenter de tirer avantage d’une situation. Mais tout le monde n’a pas forcément la même façon de penser que lui et d’agir que lui : c’est-à-dire sans violence. Il essaie donc d’analyser les situations pour établir des plans en fonction de ce qu’il a en face de lui mais en songeant à l’éventualité d’utiliser les armes.

*Changeant : Comme l’océan et surtout comme sa très crainte et redoutable mère divine de qui il est proche. Si Wolf peut se montrer d’un calme serein et prêt à vous tendre son oreille et vous donner conseil en cas de besoin, il peut tout aussi bien exploser lorsqu’il n’est pas d’accord sur quelque chose ou qu’on ait fait ou dit une chose qui lui déplaira. Ses colères sont aussi explosives que des tempêtes mais en général elles disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues. Ce genre de passage d’émotion à une autre laisse souvent ses interlocuteurs et interlocutrices très décontenancé(e)s.

*Doux et pervers : C’est du moins ce qui attend celui ou celle qui aura le privilège de partager sa couche le temps d’une ou plusieurs nuits, en fonction de l’importance que Wolf accordera à la relation. Il se montrera doux les rapports mais ne sera pas avare de comportement pervers comme reluquer ouvertement un beau décolleté, plonger la main dans le corsage d’une femme dont il trouvera la poitrine à son goût qu’il tâtera pour la juger ferme ou non. Il est n’hésitera pas non plus à mettre la main au panier et, ce, que son partenaire soit homme ou femme. Il est aussi le genre à faire exprès de renverser un verre d’eau sur la poitrine d’une femme juste pour voir les seins pointer à travers le vêtement trempé. Il est très tactile et lubrique ce qui contraste assez étrangement avec la douceur et la prévenance dont il peut faire preuve au lit.

*Fêtard : Surtout quand il s’agit de faire la fête dans son établissement à coups de verres de rhum, de femmes et de chants. Il n’est pas rare de l’entendre pousser la chansonnette quand il est éméché et ses mimiques sont souvent très désordonnées sans compter sa voix, ce qui lui donne tout de même un petit aspect assez comique. Généralement, il s’assure de ne pas devoir prendre la barre avant de faire la fête, autrement, il se contentera juste de gérer l’auberge-rhumerie sans boire une goutte d’alcool.

*Leader : Il a beau être comme il est et ce qu’il est mais les hommes de Wolf seront tous unanimes sans exception sur un point : le jeune homme est un très bon capitaine qui sait très bien où il va et sait mener son équipage à la baguette. Il est très axé sur la propreté du navire sans pour autant rentrer dans la phase maniaque et s’assure toujours que les stocks de vivres, rhum et eaux soient à jour avant tout départ pour la mer. Les membres de la Confrérie des Loups Fantômes ainsi que le personnel de son auberge-rhumerie n’ont eu jamais à se plaindre car Wolf étant très à cheval sur les règles de bonne entente entre tous et toutes. Néanmoins, il est tout de même arrivé que le jeune homme ait dû lever la voix…mais juste la voix et jamais la main. 

Physique

Wolf fait pas moins de 1m78 pour 77 kilos mais pas un gramme de graisse étant un jeune homme assez sportif toujours à dépenser son énergie sur le pont avec ses hommes en s’entraînant au sabre ou en étant au lit avec une bonne partie de jambes en l’air en cours. Le teint clair et à peine halé, on a du mal à croire que ce fringant et fougueux jeune homme puisse passer du temps à parcourir les mers quand il n’est pas derrière le comptoir de son auberge-rhumerie.

Le jeune homme possède le corps et la musculature de son défunt père sans compter sa chevelure atteinte de rutilisme et de ses yeux gris aussi sombres que peuvent être les nuages annonciateurs d’une tempête ou d’un orage imminent. Son regard donne souvent l’impression qu’il vous sonde et essaie de vous percer au plus profond de votre âme… et c’est peut-être ce qu’il fait en vous observant en silence. Les traits de son visage sont tout en finesse sans pour autant le faire paraître trop juvénile ou lui retirer son côté viril qu’il tient de son père et arbore fièrement.

Ses cheveux, il les coiffe souvent en une demi-queue de cheval et tresse quelques-unes de ses mèches qu’il orne de perles. La majeure partie du temps, il les retient à l’aide d’un épais bandeau large de tissu et de couleur rouge sombre qu’il noue derrière la tête quand il ne se trouve pas au lit. Ses bras, ses jambes et son torse sont moyennement musclés lui donnant ainsi une carrure athlétique du fait de ses nombreux entraînements. Ses mains aux doigts fins mais fermes sont aussi à l’aise sur la barre de navigation du Bloody Moon que sur le pommeau de son sabre ou bien encore sur la poitrine d’une femme qu’il s’amuse à malaxer.

Sur le plan vestimentaire, il arborera la majeure partie du temps une chemise bouffante dans les tons blancs à blanc cassé qu’il laissera un peu entrouverte sur son torse imberbe. Il complètera sa tenue avec un veston sans manches en cuir noir ou marron chocolat ainsi qu’un pantalon de même matière et couleur. Une large ceinture de tissu aux couleurs vertes foncés et rayures rouges viendra s’ajouter à sa tenue et dans laquelle il aime ranger son pistolet. Une large ceinture de cuir noir à grosse boucle se superpose à merveille sur son veston sans manches et il ne quitte jamais ses bottes de cuir marron foncé à revers sauf quand il se couche.

Sur le plan accessoires, il ne portera que quelques grosses bagues à l’une de ses mains.




Histoire
Celle-ci commence il y a un peu plus de 21 ans, quand Will Le Rouge vogue sur les mers d’Arcaëlle. Cela fait plusieurs mois que le Bloody Moon parcourt les flots calmes de l’océan et pas un navire à aborder en vue. Cela ne le souciait guère car il avait dévalisé plus d’un rafiot et les butins récupérés s’amoncelaient dans la cale… alors voguer un peu calme, n’était pas plus mal non plus. Enfin… presque au calme, si on ne compte pas son équipage qui commence à se plaindre non pas à cause de la nourriture ou du rhum mais à cause d’un besoin…naturel qui finit par titiller n’importe quel homme en mer et en manque de femme.


« Capitaine ! Pourquoi vous nous avez pas permis de ramener des donzelles lors de notre dernier abordage ?

-Hum…bien peut-être parce que j’avais donné certaines consignes à ce propose et que les dites consignes n’ont pas été respectées. Je vous avais dit d’attendre qu’on ait fini de ramasser les coffres d’or et de pierres précieuses de ce navire et que vous pourriez ramener ces dames ici. Mais non seulement certains d’entre vous, ne m’ont pas écouté mais, en plus, ils ont violenté deux d’entre elles, espèce de chien galeux.

-D’accord, Cap’taine, y z’ont déconné mais là, on est vraiment en manque. »

Will sourit avant de quitter le rebord du pont en tapotant l’épaule du Loup Borgne …

« Je peux te garantir mon ami que, dans l’équipage, certains de tes camarades ont dû avoir recours à des rapports entre eux. Alors non, tout le monde n’est pas nécessairement en manque puisque ceux-là n’ont pas attendu qu’on mouille dans un port pour se vider les bourses…

-Cap’taine, j’suis pas de c’bord-là, vous l’savez très bien.

-Rassure-toi, le Loup, on va changer de cap et aller à la capitale des Cités Blanches. On doit ravitailler le navire… et tu pourras aller t’amuser là-bas.

-Aye Cap’taine ! »

Will quitte le pont et réveille les quelques marins qui dorment à même le sol d’un petit coup de pied dans les côtes, d’autres se reçoivent des seaux d’eau froides, les faisant râler et le restant se reçoit une tape derrière la tête en donnant ses ordres.

« Allez bande de sales ruffians galeux, arrêtez de dormir et tous à vos poste !!! On change de cap pour aller à Hytraz !!! Je veux voir du mouvement et maintenant ! Vous avez assez dormis bande de cloportes ! 

- AYE CAPITAINE !!! »

Will avait fait les inventaires dans la cale et avait constaté que le Bloody Moon serait bientôt à court de nourritures, d’eau et surtout de rhum. Car même si lui n’en buvait pas jusqu’à en être ivre, il savait très bien que cette boisson faisait tenir ses hommes tranquilles, tant qu’il y en avait.  Le Capitaine se met  à la barre tout en chargeant l’un de ses hommes de faire une offrande à la Déesse de la Mer afin que le voyage se passe dans les meilleures conditions possibles.

Sans attendre une seule seconde, le Bloody Moon prend alors le large et change de cap, se dirigeant vers les Cités Blanches sur les eaux calmes de l’océan. Le temps est plutôt clément : un ciel bleu avec quelques nuages blancs par-ci, par-là mais rien qui ne laisse à présager une averse ou une tempête imminente. Pas un seul nuage gris ou noir ne fait son apparition lors de la traversée qui dure un peu plus de deux mois. Les rations de nourriture s’amenuisaient de jour en jour et, bientôt, l’équipage dû prier la déesse des océans de leur autoriser de pêcher de quoi pouvoir se nourrir jusqu’à leur arrivée au port d’Hytraz.

May’Veal sembla répondre à leur appel lorsqu’après avoir jeté les filets de pêche, les hommes de Will les remontèrent chargés de poissons frais que le cuistot s’empressa d’emmener en cuisine afin d’en préparer quelques-uns pour le repas du soir. Will se jura de remercier la Déesse comme il se devrait, une fois arrivé à la capitale, pour ce généreux présent qui lui évite ainsi une mutinerie pour manque de nourriture. Fort heureusement, pour son équipage et lui, moins de quelques jours après cette pêche miraculeuse, le Bloody Moon arriva au port de la Capitale des Cités Blanches.

Il fait nuit noire lorsque le navire amarre au port mais le ciel est pourtant clair et sans nuages. Alors que ses hommes descendent sur les quais et se dirigent en direction de la place des commerces pour boire, manger et profiter des charmes de demoiselles de la nuit, Will reste sur le pont à observer les rayons de l’astre lunaire se refléter sur les eaux noires et calme de l’océan. Observant la surface de l’eau qui danse doucement au gré de la légère brise qui souffle, faisant légèrement voleter ses mèches d’un rouge sang, le Capitaine ignore encore tout de l’étrange visite nocturne qu’il s’apprête à recevoir. Les yeux fixés sur l’eau, il se dit qu’il commence à se faire, qu’il voudrait un fils capable de prendre la relève mais ses nombreux voyages et abordages sur les mers ne lui permettent pas d’avoir le loisir d’entretenir une relation continuelle avec une femme.

*Alors comment faire ?*

« Comment peux-tu rester seul ici alors que tous tes hommes sont en trains de festoyer et profiter de votre retour sur mer, noble Capitaine ?

- Et ça me servirait à quoi, ma belle ? Ça ne résoudrait pas le problème qui me préoccupe et puis je suis bien ici.

-Ma belle ? Tu as une drôle de façon de t’adresser à moi ?

-Hm ? »

Will se tourne alors vers la voix féminine qui vient de derrière lui et ce qu’il voit le laisse sans mots. Devant lui se tient May’Veal, la Déesse des océans… et aussi leur bienfaitrice de ces derniers jours devant laquelle il finit par poser un genou à terre avant d’incliner poliment et respectueusement la tête dans le plus grand des silences. Confus, le pirate hésite à lever les yeux alors qu’il présente ses excuses…

« Veuillez accepter mes excuses, noble Déesse des mers…mes excuses mais aussi mes remerciements pour cette pêche que vous nous avez généreusement offerte. Sans ce généreux présent de votre part, j’aurais couru sans doute à une mutinerie de mes hommes. Je me suis juré de vous remercier comme il se devrait en arrivant au port. Vous pouvez me demander ce que vous voulez. Pour ça et pour nous avoir permis de regagner la côte sans encombre. »

La déesse sourit puis pose une main sous le menton du pirate pour lui relever la tête, l’obligeant ainsi à la regarder dans les yeux. Will est alors comme hébété, incapable de prononcer une seule parole devant la vision qui se présente à ses yeux gris foncé…bien trop subjugué par autant de beauté. May’Veal… il en avait entendu parler à de très nombreuses reprises, des représentations d’elle ? Il en avait vu sur des parchemins ou sur les murs des temples de la déesse sur lesquels elle est souvent représentée dans de fresques de mosaïques…

…Mais jamais, ô grand jamais, il n’aurait cru, un jour, pouvoir caresser le privilège de la voir de chair et de sang comme c’est le cas en ce moment-même. En réalité, il ne s’était même jamais permis un tel espoir et les chances de voir cette divinité devant lui étaient aussi maigres et infimes que celles de croiser une sirène elfique au cours de l’un de ses nombreux voyages. Pour lui c’était un honneur et un sacré privilège que la déesse May’Veal se présente à lui ainsi… et il ne se doutait pas un seul instant qu’elle lui réservait la plus belles des nuits.

Pour l’heure, il se contente de se relever, incité par cette divinité dont la beauté l’envoûte mais qui sait le tenir en respect. Comme bon nombres d’arcaëlliens et d’arcaëlliennes , Will sait combien cette divinité est crainte tant de par son caractère changeant que c’est elle qui peut déclencher des tempêtes et pourrir votre traversée comme elle peut faire souffler des vents qui vous aideront à atteindre votre destination… sans compter la nourriture qu’elle peut vous offrir grâce aux poissons et autres fruits de mer.

« Je ne te comprends pas ? Pourquoi te priver alors que ton équipage s’en donne à cœur joie allègrement ? Toi aussi, tu as le droit de pouvoir serrer un corps chaud dans ta couche et d’assouvir tes désirs. Pourquoi ne réserver ce droit à tes hommes dont certains ont déjà forniqués entre eux ? »

Will sourit… c’est vrai, il avait presque oublié ce « petit » détail : il avait surpris certains de ses matelots en plein coïts mais les avaient laissés en paix, comprenant les raisons pour lesquelles ils en arrivaient à ce genre d’extrémité… surtout en étant aussi longtemps en mer. Doucement il se relève et la regarde en souriant.

« Dois-je y voir comme une invitation, noble May’Veal ?

-Plutôt comme le cadeau de remerciement que tu souhaites m’offrir pour la traversée et pour vous avoir permis à tes marins et toi de vous nourrir jusqu’à votre arrivée ici. »

Will la regarde et arbore un sourire en coin en essayant d’être sûr d’avoir bien compris les mots de la divinité et qu’il ne s’agissait pas, là, d’un tour de son imagination et de son manque d’acte sexuel. Ce n’était pas vraiment le moment d’offenser cette divinité qui s’était montrée si généreuse envers lui et son équipage par des propos mal placés.

« Oh ! Une nuit avec vous pour vous remercier, noble déesse ? Soit votre proposition m’….

-Oh mais je n’aie pas encore dit ce que je veux précisément. » le coupe-t-elle dans son élan.

Le Rouge la regarde sans comprendre et un peu intrigué mais aussi avide de savoir ce que pourrait bien avoir la divinité en tête alors qu’elle se met à l’entraîner par la main en direction de la porte de sa cabine, située un peu au-dessus du pont. La déesse ouvre la porte et entre en entraînant à sa suite le pirate qu’elle assied sur le lit une fois la porte refermée. Sans un mot, Will se laisse faire alors qu’elle se rapproche de lui pour lui ôter sa veste puis sa chemise bouffante…

Il est torse nu et la divinité des mers trace, du bout de son doigt fin, la moindre courbe des muscles du torse imberbe du pirate qui la regarde de ses yeux sombres…

« Si tu veux me remercier pour t’avoir laissé voguer jusqu’à Hytraz sans embûches et t’avoir évité une mutinerie pour manque de nourriture, tu devras me donner ce que je m’apprête à te demander… »

Elle se penche et dépose un baiser léger sur les lèvres du pirate qui répond à ce contact en attendant la nature de cette fameuse demande qui ne tarde pas à tomber alors que la divinité défait très lentement la boucle de sa ceinture en le fixant…

« …Et ce que je veux de toi…eh bien c’est un fils.

-Un fils ?

-Oui un fils. N’est-ce pas non plus ton désir secret que d’avoir un fils pour reprendre la relève de ton bâtiment lorsque tu ne seras plus ? N’est-ce pas cette pensée qui te hantait tout à l’heure sur le pont quand je suis venue te trouver ? 

-Si…ce…c’est bien à ça que je pensais mais… »

Sans crier gare, la divinité défait la ceinture et allonge l’homme sur le dos tout en défaisant les bottes et le pantalon avant de se mettre à califourchon sur Will.

« Alors nous ferons ainsi : moi j’aurais un fils en remerciement de ce que je t’aie donné et toi tu auras le descendant que tu souhaites tellement avoir. Nous y trouvons chacun notre compte. C’est honnête non ? »

Elle ne lui laissera jamais le temps de répondre, l’embrassant passionnément alors que leurs corps entamèrent une danse torride au rythme des gémissements de chacun. Cette nuit-là fut sans nul doute la plus délicieuse qu’il passa dans les bras d’une femme même si cette dernière était bien plus particulière que toutes celles qu’il avait bien croisées et avoir dans son lit jusque-là. Elle ondulait sensuellement et fiévreusement contre son corps halé brûlant d’un désir trop longtemps contenu au fil des mois passés sur l’eau. La danse torride de leurs corps dura de longues heures avant que chacun ne finisse par s’endormir, épuisés par leurs ébats…

…Mais le lendemain matin, lorsqu’il se réveille, Will remarque l’emplacement vide qu’avait occupé May’Veal la veille. A partir de ce jour, il ne verra la déesse que par intermittence car cette dernière s’en était allée rejoindre son royaume marin pour vivre sa grossesse. Sur le coup, l’homme est surpris mais il finit par sourire, en se passant une main dans les cheveux puis sur son menton, en se disant qu’il avait déjà bien de la chance d’avoir eu le privilège de passer une nuit avec une splendide déesse. C’était là, un bien beau cadeau et il se devait de ne pas en demander de trop non plus.

Voilà pourquoi il passa le reste de son séjour à la capitale avec ses hommes à boire, manger et en compagnie de quelques fleurs de la nuit. Mais aucune d’entre elles ne lui offrit plus torride nuit que celle qu’il avait passée dans les bras de la déesse de la mer. 

Il se passa un peu plus de cinq mois depuis cette fameuse nuit, lorsque Will reçut une visite nocturne dans sa cabine. Il vérifiait les cartes et préparait l’itinéraire de leur prochain voyage quand il releva la tête en sentant une présence familière dans la pièce. Près de son bureau se tient May’Veal…le ventre bien arrondi depuis leur dernière rencontre…

« Noble déesse…

-Appelle-moi May’Veal. Tu es le père de l’enfant que je porte après tout. » lui dit-elle avec un sourire en caressant son ventre rond.

Will la regarde d’abord surpris avant de sourire. Il se lève et avance une main à la fois tremblante et hésitante comme ayant peur de souiller la vie qui se trouve dans les entrailles de la divinité. May’Veal prend la main de l’homme et la pose sur son ventre arrondi…un coup de pied se fait alors sentir, faisant battre à tout rompre le cœur de l’homme qui martèle sa poitrine. Bien évidemment, Will n’a jamais rien dit à ses hommes de sa rencontre et sa nuit avec la divinité et savoir que ce qu’il désire de plus cher au monde se trouve dans ce ventre le remplit d’une joie immense…

« Je…je suis désolé. J’étais aussi très actif dans le ventre de ma mère paraît-il.

-Il bouge beaucoup en effet mais l’eau de l’océan l’apaise. Il faudra que tu l’annonce à tes hommes.

-Ils ne me croiront pas quand je leur dirais qui est la mère.

-Ils seront obligés de te croire quand ils verront le don qu’il obtiendra de moi à sa naissance… et si tu l’éduques correctement, il fera un bon capitaine aguerri qui sera respecté et craint de tous et toutes. »

Le moment fut court, mais intense et la déesse dut repartir dans son royaume sous les flots, laissant le Capitaine du Bloody Moon, un sourire rêveur aux lèvres. Un fils ! Il aurait un fils à qui tout apprendre sur la piraterie, le maniement des armes et espérer avoir une relève sur qui compter lorsqu’il serait appelé à rejoindre le royaume sombre de Gar’Haz.

Oui il aurait un fils mais encore faudrait-il expliquer à ses hommes avec qui il a été conçu. Le croiraient-ils si ce dernier leur fait l’aveu que la Déesse des Océans n’est nulle autre que la mère de son enfant ou le prendraient-ils pour un fou ? Pour le moment il décida de ne pas y penser, se disant qu’il trouverait quelque chose le moment venu. En attendant, il devait veiller à la construction de son auberge-rhumerie et que celle-ci soit menée à bien …car être en mer c’est bien mais avec un fils en route, il lui faudra une autre source de ressource derrière.

Un beau soir May’Veal revint pour accoucher du fruit de leur amour et après de nombreuses de travail, un beau bébé poussa son premier cri une fois hors des entrailles de sa mère. Cette dernière ne resta alors que durant les trois premières années de la vie de son fils pour s’occuper de lui pendant que le père veillait à la fin de la construction de l’auberge-rhumerie. Mais passés les trois ans, elle retourna dans son royaume en laissant son fils aux soins de son père mais aussi en laissant deux petits souvenirs à Wolfängar : une sirène elfique du nom d’Aquatä que son père a pris soin de placer dans un immense bas d’eau de mer vitré et un moyen d’entrer en communication avec elle.

Pour le reste de l’éducation de leur petit garçon, elle laisserait cette tâche à Will qui saurait quoi lui apprendre. Cette dernière commença sur les bancs de l’école, pour le petit garçon qui avait hérité de la chevelure et du regard sombre de son père et elle se poursuivait en rentrant à l’auberge-rhumerie avec l’apprentissage de son fluide qui se faisait toujours dans l’arrière-cour de l’établissement.

Bien qu’intéressé parce qu’il apprenait à l’école, le fils de la déesse des océans a toujours eu cette attirance pour la mer et tout ce qui s’y rapportait. Ses petites balades sur le port n’étaient pas rares, au contraire, elles étaient même très fréquentes. Cependant même sur terre, il avait toujours un lien avec le monde de l’océan : Aquatä avec qui il passe du temps à jouer et discuter et qui grandit avec lui.

Quand il fut en âge de tenir et manier une arme, son père entreprit de lui enseigner l’art et la manière de se battre au sabre et d’utiliser une arme à feu ainsi que les bases de la piraterie. Durant son enfance et son adolescence, Wolf sentait les regards de chacun sur lui et n’avait jamais vraiment compris le pourquoi de ses regards insistants. Était-ce à cause de la couleur étrangement rouge de sa chevelure, était-ce à cause de ses yeux sombres qui donnent l’impression de vous sonder. Et puis… quand il approchait les rives de l’océan, il a toujours eu ce côté en lui qui s’agitait sans qu’il n’en comprenne vraiment la signification.

C’est lors d’un entraînement au sabre sur le pont du Bloody Moon, qu’il finit par poser ces questions, qui le turlupinent depuis un bon moment, à son père. Il a, alors, 15 ans et s’apprête à parer un coup que va lui porter Will au niveau des jambes. D’un geste souple, Wolf saute pour l’esquiver et pare un nouveau coup de son père avant de monter sur le petit ponton où se trouve la barre. Le bruit des lames qui s’entrechoque fuse sur le navire et le jeune homme montre son habileté à parer et rendre les coups à son paternel. Habileté qu’il a durement acquise au fil des années sans compter son jeu de jambes.

« Papa ?

-Oui, mon fils ? »

Wolf saute pour esquiver un coup de son père et se retrouve sur la mini rambarde qui donne sur le pont. Bientôt Will le rejoint pour continuer à croiser le fer avec son fils et dont les bruits métalliques résonnent dans l’air. Wolf se tient bien en équilibre et tend son sabre vers son père en souriant d’une main alors que l’autre est plaquée contre son dos pendant l’échange.

« Pourquoi ils me regardent tous comme ça ? »

*CLING !!!!*

Le jeune évite de justesse un coup qui lui fait brièvement perdre son équilibre mais la retrouve aussitôt avant de rendre le coup à son père tout en attrapant un cordage d’une main leste et souple…

« Je t’expliquerais… »

Nouveau coup de Will que son fils anticipe en parant avant de quitter la rambarde pour se balancer du bout de la corde et sauter avant d’atterrir de nouveau souplement sur le pont pendant que son père l’imite. 

Il enchaîne les coups et ils sont rapides alors que Wolf met autant de rapidité et de souplesse à parer et esquiver chacune des tentatives de son paternel qui s’avance toujours devant lui. Chacun d’eux est hors d’haleine et en sueurs en cette chaude après-midi mais ils n’en n’ont pas fini…leurs chemises ouvertes laissant apparaître les torses avantageux de chacun, ils se positionnent avant de s’élancer et s’attaquer de front. Will pense encore avoir l’avantage cette fois-ci…mais son fils est trop rapide et se place derrière en le mettant en joue, lame sous la gorge et à bout de souffle…

« Pourquoi je sais contrôler les vents et pourquoi y a-t-il toujours une part de moi qui s’agite quand je suis proche de la mer ? »

Will le regarde en coin avant de baisser la tête pour rengainer son sabre et repousser doucement le bras de son fils qui attend des réponses…

« En fait, je crois que je vais avoir pas mal de réponses à te fournir et de choses à t’expliquer sur ta conception et ta venue au monde. Suis-moi, on va dans ta cabine. »

Wolf rengaine à son tour son épée et suit son père qui s’arrête devant Aquatä tout en demandant à son fils s’il a une petite idée de combien de temps la sirène elfique est parmi eux et s’il sait qui lui a offert ce présent. Le jeune homme répond à son père qu’il a sans doute dû la capturer lors d’un de ses voyages pour lui en faire cadeau, ce à quoi Will répond par la négative. Il explique alors que la sirène elfique est parmi eux depuis les 3 ans du jeune homme et qu’elle lui a été offerte par May’Veal en personne avant qu’elle ne retourne dans l’océan…sa mère, pour être exact.

Wolf demande alors si sa mère est une sirène, elle aussi, et Will lui révèle qu’elle est bien plus que cela : elle est la déesse des océans en personne et il lui explique leur rencontre, son désir à lui d’avoir un fils qui le tourmentait et sa proposition à elle de lui donner ce fils qui était aussi son cadeau de remerciement pour les dons offerts en poissons et la traversée paisible que ses hommes et lui avaient eu ce jour-là. Au fur et à mesure qu’il emmagasine les explications, Wolf se met à comprendre beaucoup de choses sur ce qui s’était passé : son père lui dit clairement qu’il est un demi-dieu et que ses petits camarades de classes avaient dû percevoir cette aura divine qui émane de lui mais aussi…le caractère changeant dont il a hérité de sa mère.

Le Capitaine du Bloody Moon juge qu’il est temps pour son fils de faire connaissance avec cette mère qui, en apparence, se montrait absente mais veillait depuis le fond de l’océan sur son magnifique petit garçon. Aquatä plongea et prit un coquillage creux qu’elle remplit de l’eau de mer dans laquelle elle se trouve et ressort de son bac pour tendre l’objet à Wolf.

« Bois et tu comprendras, Wolf. »

D’abord méfiant, Wolf finit par prendre le coquillage dont il boit cul sec le contenu avant de grimacer au goût du sel omniprésent. Puis son père lui suggère d’aller sur le pont et de s’approcher de la rambarde. Il pense alors être atteint d’un violent coup de soleil et d’une hallucination quand il voit une forme féminine s’approcher de la surface de l’eau pour en sortir…mais cette dernière se place devant lui et lui caresse la joue en souriant et en l’observant.

« Mon fils, quel beau jeune homme tu es devenu… tout comme ton père.

-Vous êtes la Déesse de la mer ?...May’Veal ? »

La divinité sourit mais hoche de la tête en silence pour toute réponse à la question du jeune homme qui enchaîne aussitôt sur une autre …

« Et vous êtes…ma mère ?

-Tu voulais des réponses à tes questions, mon fils et je suis ici pour te les donner. »

Wolf apprend alors de la bouche de sa mère divine que sa passion pour la mer découle à la fois du sang de pirate qui coule dans les veines du jeune homme et qu’il tient de son père mais aussi du fait de son sang divin à elle. Le contrôle du vent ? Un don qu’elle lui a octroyé à sa naissance, quant aux regards sur sa personne, elle lui confirme ce que son père lui a dit sur sa nature semi-divine et l’aura qui en découle voilà quelques minutes plus tôt. Elle confirme aussi que la sirène elfique est un présent de sa part pour qu’il ait toujours une part d’elle-même en étant sur la terre ferme. Et après un long moment à converser avec son fils, May’Veal repart rejoindre les profondeurs de son royaume.

Environ deux ans plus tard, Will fonde la Confrérie des Loups fantômes alors que son fils fait ses premières armes en tant que pirates sur le Bloody Moon et second du Capitaine resté à terre pour s’occuper de la rhumerie-auberge qu’il tient. Wolf n’a que 17 ans mais est déjà très craint des autres tant pour ses techniques d’abordage et de combats que pour le don qu’il a à maîtriser les vents à sa guise. Il n’hésite d’ailleurs pas une seule seconde à s’en servir pour mettre hors-jeu deux navires qui l’importuneront en les faisant se percuter de front puis en laissant les équipages de chacun entre-tuer avant de récupérer les butins dans les vaisseaux vides de toutes vies.

Il est comme ça : sélectif et cruel car il fait le tri entre ceux qui méritent de se battre contre lui et ceux qu’il laissera se massacrer entre eux avant d’emporter les coffres à bord de son propre navire. Cruel, sélectif …mais aussi juste tout comme son père car il n’attaque pas aveuglément les premiers bateaux qu’il voie et fait preuve de bon sens avant de passer à l’action. Il réfléchit et analyse toujours avant d’agir, il observe et pèse le pour et le contre avant d’entrer en action.

Ce sont ces trois côtés mais aussi le fait que les marins savent qu’ils encourent de grosses conséquences si Wolf en vient à demander l’aide de sa mère, font qu’il est un pirate respecté et qu’il ne vaut mieux pas se mettre à dos, si l’on tient un tant soit peu à sa vie lorsqu’on est en mer. Mais bientôt, Wolf va être appelé à devoir reprendre la relève de son père…
…car trois ans plus tard, au cours d’un abordage d’un navire transportant une grosse quantité d’or, Will se prend un coup de sabre au flanc qui l’entaille profondément et oblige Wolf et le reste de l’équipage à regagner le Bloody Moon.

Mais leurs adversaires commettent une grosse erreur : dans l’ombre, ils avaient appel à un autre navire allié et ces deux derniers approchaient dangereusement du bâtiment de Wolf et son père. Le jeune homme de 20 ans laissa au Loup Borgne le soin de s’occuper de la blessure trop profonde de son paternel et s’approcha de la rambarde. Il attendit que les deux navires adverses soient bien proches et leva les mains pour contrôler les vents qui soufflaient à ce moment précis. Il força les deux navires à se percuter de plein fouet et partit sur les restes avec les hommes de son père se débarrasser des survivants qu’il restait avant de s’emparer des nombreux coffres d’or avant de retourner sur le Bloody Moon et de prendre la barre pour retourner à Hytraz apporter des soins plus conséquents à son père.
Will ne tint que quelques jours et confia à son fils les rênes du navire, de son équipage, de sa confrérie et l’auberge-rhumerie. Cependant il avait une dernière requête à formuler à son fils avant de rendre son dernier souffle…

« Je veux que tu jettes mon corps à la mer afin de le rendre à ta mère. Ce sera ma dernière volonté en…tant que…m…mour… »

Will ne termina jamais sa phrase lorsque Gar’Haz vint lui prendre son dernier soupir pour l’emmener dans son royaume. Conformément aux derniers vœux de son père, Wolf jeta le corps de ce dernier dans les eaux sombres de l’océan au cours d’une belle cérémonie donnée par ses hommes et lui.

A présent, sa vie et ses activités oscillent entre abordages l’océan et soirées animées et arrosées dans l’auberge-rhumerie qu’il tient… et comme disait souvent son père…

« Trinquons mes jolies, Yohoo~ »



Derrière l'écran
Prénom ou pseudo sur le web : Aurélie
Âge : 35 ans
Comment as-tu connu le forum et qu'en penses-tu ? : il s'agit ici d'une refonte de perso et je le trouve parfait
Des points à améliorer sur ADM ? : s'il y en a je le dirais sous Valky
Aimes-tu les licornes ? : j'aime bien les poneys à cornes 8D

Un petit mot ? : Licorne

© By A-Lice sur Never-Utopia
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mai - 16:55
Petit up pour signaler ma fiche finie o/
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mai - 18:43
(Re) Bienvenue

Une jolie refonte, un pirate intéressant et sympathique comme tout.

Je te mets 30 XP pour ta fiche tu peux aller faire ton fluide.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Registres :: Citoyens du Monde :: Morts au combat-