Lun 16 Mai - 17:58

> Ma Fiche. <
> Mon fluide. <


Nom : Antus.
Prénom : Sera.
Surnom : Marden Reed.
Race : Humaine.
Groupe : Neutres.
Âge : 23 ans.
Sexe : Femme.
Taille : 1m70.
Poids : 55~ kg.
Yeux : Marrons.
Pathologies : /
Particularités et autres : Se déguise en homme -Marden Reed- pour être acceptée sur le pont du Samhainn, dont l'équipage est composé exclusivement d'hommes. - Joue de la guitare/du luth et chante. - Ne maitrise pas le fluide.
Armes : Un sabre d'abordage et un couteau.


Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 18:00
RELATIONS :

Jake Tiffens (PNJ) Il est l'actuel capitaine du Samhainn après sa mutinerie (due à la trahison de l'ancien capitaine). C'est un homme courageux, amusant, autoritaire, intrépide, de bonne compagnie... Le chef rêvé pour tout marin qui se respecte. Mais il accepte difficilement les femmes à son bord, et encore moins dans son propre équipage. Son père lui disait que cela portait malheur. Loin d'être un pirate sanguinaire, il a son code d'honneur. Si vous êtes droit avec lui, il le sera. Sinon, vous apprendrez ce qu'est la vengeance d'un pirate.
Il cherche à amasser le plus grand trésor de tous les temps. Pour cela, il fait régulièrement des sacrifices en l'honneur de May'Veal.
ImagePseudo A venir...
pseudo blablabla.
PseudoBla bla bla !
PseudoBla bla bla !
PseudoBla bla bla !

Amicale
Neutre
Hostile
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 18:02
SUIVI RP :


  • Ahoy, capitaine !
    Le Poing de May'Veal - Huiran - Zaï'Lou
    Protagonistes : Sera Antus - Jake Tiffens (PNJ)
    Résumé : A venir...



  • [url=lien du rp]lien du rp[/url]
    lieu du rp
    Protagonistes :
    Résumé : blablabla



  • [url=lien du rp]lien du rp[/url]
    lieu du rp
    Protagonistes :
    Résumé : A venir...



  • [url=lien du rp]nom du rp[/url]
    Lieu
    Protagonistes :  
    Résumé :



  • [url=lien du rp]nom du rp[/url]
    Lieu
    Protagonistes :  
    Résumé :
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 18:37
Le Samhainn :

Le Samhainn:
 

Le Samhainn est un brick de 60 mètres de long, 48,5 mètres de haut, 11,9 mètres de largeur, et agrémenté de vingt-six voiles (deux mâts, un grand mât et un mât de misaine). Le Samhainn est armé de quarante-six pièces de bordée, quatre pièces de chasse, ainsi que deux canons sur pivot. Il pouvait abriter un grand nombre de barils de poudre, et de boulets explosifs, et de munitions de mortier, et était équipé d'un imposant éperon. Entièrement amélioré, le Samhainn a une coque en fer robuste, lui offrant une ample protection contre les Men O' War. En utilisant la bonne stratégie, le brick est capable de détruire tout type de navires. En plus d'être assez maniable, il est de plus très rapide, grâce à sa voilure et son gabarit.
Son équipage, commandé par Jake Tiffens et son quartier-maitre, est composé au strict minimum de 6 membres. Mais pour les raids, le nombre  peut monter bien plus haut. Il faut en effet faire fonctionner les canons lors de l'attaque, mais aussi gérer les voiles et avoir des hommes prêts à l'abordage. Le plus grand équipage connu sur le Samhainn comptait environ cinquante pirates.
Le pavillon noir du navire est orné de ce motif :

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 19:15
La vie des pirates :

Le contrat qui règlemente la vie de groupe des pirates appelé "chasse-partie" est généralement mélangé dans les histoires ou biographies des livres et ne porte pas de chapitre particulier qui leur est dédié.
Néanmoins, en voici un aperçu :
Sur un navire, toutes les décisions sur la destination, l'objet de l'expédition et les prises, sont collectives. Quelques jours avant le départ, l'équipage et le capitaine concluent un contrat chasse-partie (corruption du terme charte-partie), prévoyant la mise de fonds, les frais généraux, la répartition des bénéfices, des indemnités, les punitions en cas de manquement à la discipline, tout en mettant l'accent sur des valeurs privilégiées par la société pirate : l'égalité, le mérite, le courage et le libre consentement.
La charte est signée en jurant sur les dieux (principalement May'Veal) ou sur une hache. Cette charte fait intervenir les principes de l'élection, les primes de rendement, etc, et les indemnités pour accident du travail (une sorte de sécurité sociale !).
Voici un extrait de la chasse-partie conclue de nos jours entre un capitaine et son équipage :


  • I. Chaque pirate pourra donner sa voix dans les affaires d'importance et aura un pouvoir de se servir quand il voudra des provisions et des liqueurs fortes nouvellement prises, à moins que la disette n'oblige le public d'en disposer autrement, la décision étant prise par vote.
  • II. Les pirates iront tour à tour, suivant la liste qui en sera faite, à bord des prises et recevront pour récompense, outre leur portion ordinaire de butin : une chemise de toile. Mais, s'ils cherchent à dérober à la compagnie de l'argenterie, des bijoux ou de l'argent d'une valeur d'une pièce d'argent, ils seront abandonnés sur une île déserte. Si un homme en vole un autre, on lui coupera le nez et les oreilles et on le déposera à terre en quelque endroit inhabité et désert.
  • III. Il est interdit de jouer de d'argent aux dés ou aux cartes.
  • IV. Les lumières et les chandelles doivent être éteintes à huit heures du soir. Ceux qui veulent boire, passé cette heure, doivent rester sur le pont sans lumière.
  • V. Les hommes doivent avoir leur pistolet, leur sabre et les canons toujours propres et en état de marche.
  • VI. La présence de jeunes garçons ou de femmes est interdite. Celui que l'on trouvera en train de séduire une personne de l'autre sexe et de la faire naviguer déguisée sera puni de mort. (Du moins, en mer. Cela est plus ou moins toléré à quai.).
  • VlI. Quiconque déserterait le navire ou son poste d'équipage pendant un combat serait puni de mort ou abandonné sur une île déserte.
  • VIII. Personne ne doit frapper quelqu'un d'autre à bord du navire ; les querelles seront vidées à terre de la manière qui suit, à l'épée ou au pistolet. Les hommes étant préalablement placés dos à dos feront volte-face au commandement du quartier-maître et feront feu aussitôt. si l'un d'eux ne tire pas, le quartier-maître fera tomber son arme. Si tous deux manquent leur cible, ils prendront leur sabre et celui qui fait couler le sang le premier sera déclaré vainqueur.
  • IX. Nul ne parlera de changer de vie avant que la part de chacun ait atteint 1000 pièces d'argent. Celui qui devient infirme ou perd un membre en service recevra 800 pièces de cuivre sur la caisse commune et, en cas de blessure moins grave, touchera une somme proportionnelle.
  • X. Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.
  • XI. Les musiciens auront le droit de se reposer le jour de May'Veal. Les autres jours de repos ne leur seront accordés que par faveur.


Voici le barème établit en cas de mutilation dans les mers d'Arcaëlle :
Perte des 2 yeux = 2000 PC
Perte des 2 jambes = 1500 PC
Perte du bras droit = 600 PC
Perte du bras gauche = 500 PC
Perte d'un oeil = 100 PC
Perte d'un doigt = 100 PC

Dans le fond du navire, on voit des galets en provenance de rivières, ou bien de simples pierres. Celles-ci sont utilisées pour lester le navire, afin qu'il soit stable sur l'eau, surtout lorsqu'il n'est pas chargé. Les pierres de lest empêchent de donner de la "bande" à un navire.
La bande est une inclinaison anormale du bateau sur un bord, sous l'effet d'un vent latéral ou d'une mauvaise répartition des poids.

Entre deux attaques et pillages, les pirates risquent de s'ennuyer fermement et de devenir très irritables à bord de leur bateau étroit.
L'espace sous le pont du navire est très confiné, crasseux, il sent mauvais l'eau croupie, le goudron, la saleté et les excréments de rats. L'équipage dort dans des hamacs ou par terre, mais une partie passe la plupart du temps sur le pont par manque de place, sauf en cas de tempête. Par beau temps, on ouvre les sabords et écoutilles afin d'apporter un peu d'air et de lumière au pont, car il y fait sombre, humide et étouffant !
Les membres de l'équipage sont constamment occupés par leurs corvées car il faut monter dans la mâture, amener les voiles ou en placer de nouvelles, manipuler les cordages pour naviguer, et aussi réparer les équipements abîmés, et nettoyer leurs armes. Cette dernière tâche étant obligatoire et notifiée dans l'acte de chasse-partie. Par beau temps, ils doivent briquer les ponts, en quelque sorte l'humidifier, car s'il sèche, il se craquèle à cause des propriétés de l'eau de mer, et les marins peuvent se couper leurs pieds nus.
La coque du bateau doit être nettoyée pour éviter que les algues, coquillages et divers animaux marins ne ralentissent le navire. Les pirates doiventdonc régulièrement faire cale sèche sur une plage et gratter la coque puis y ajouter un mélange permettant de mieux faire glisser le navire sur l'eau et de repousser les animaux friands du bois de la coque.
La nourriture des pirates est peu variée et vraiment pas appétissante car ils n'ont guère l'occasion de pouvoir embarquer de la nourriture fraîche en raison de leurs longs voyages. Ils embarquent cependant des poules pour avoir des œufs frais, des porcs, des chèvres et pêchent du poisson. L'eau potable se gâte très vite, ils s'arrangent donc pour mélanger le rhum avec l'eau de manière à ce qu'elle tienne plus longtemps. Les pirates mangent parfois leurs biscuits de marins (dur comme du bois !) dans le noir, afin de ne pas y voir grouiller les asticots. Le cuistot du navire est appelé "coq", c'est en général un pirate ayant perdu un bras ou une jambe et qui ne pouvait servir à rien d'autre. Il allume ses fourneaux uniquement par mer calme afin d'éviter un incendie à bord.
Les jeux d'argent sont interdits afin d'éviter les bagarres. Heureusement, ils ont des perroquets ou autres animaux pour les divertir qu'ils ont capturés dans les îles, ou bien ils chantent pendant leur dur labeur.

Les pirates usent des jurons pour refléter la violence et se faire respecter. En voici quelques uns : "cul rouge", "rat de cale", "marin d'eau douce" (marin médiocre et inexpérimenté), "écrevisse de rempart", bois-sans-soif (ivrogne), capon (lâche), gibier de potence (qui mérite d'être pendu), forban (bandit), cul de bäaphû,...

Les pirates ont donc pour loisir de boire, écouter de la musique et fredonner des chansons de marins, mais ne doivent surtout pas siffler car cela faitlever des vents incontrôlables et attire le Kraken ! Les marins, très superstitieux, ont généralement une figure de proue sur leur navire, symbole d'une offrande à la mer pour apaiser la déesse de la mer.

Les pirates sont recrutés sur terre, comme sur mer.
- sur terre, un capitaine passe le mot qu'il a des projets de chasse au butin, et les intéressés s'enrôlent volontairement. Plus le capitaine a une forte réputation, plus le nombre de volontaire est grand.
- en mer, les hommes sont recrutés sur des navires capturés. Ces hommes sont ainsi voués à une vie pleine de de richesse et de liberté. Ils sont ainsi contraints de signer le code de conduite des pirates, appelé aussi le contrat de « chasse-partie », au cas où il leur viendrait l'idée de prétendre avoir été forcés à s'enrôler pour plaider leur innocence dans le cas où ils seraient capturés par les autorités. Ce contrat serait alors présenté comme preuve lors d'un éventuel procès.
Les passagers ayant une compétence particulièrement utile sur un navire pirate sont enrôlés de force.

Enfin, on peut dénombrer beaucoup de différences entre la marine classique et les pirates :

1) Le partage du butin est une des grandes injustices de la marine classique, y compris chez les corsaires, alors que les pirates sont plus justes en le partageant de manière équitable, soit une part et demi à deux part pour le capitaine, le quartier maître, le médecin, le charpentier et le coq (cuistot), une part pour le reste de l'équipage. La répartition étant garantie par le quartier-maître.

2) La distribution de la nourriture, de l'alcool et de l'eau, par les soins du quartier-maître, est équitable chez les pirates. Or, dans la marine « classique », les marins reçoivent une bien piètre nourriture, tandis que les meilleurs mets sont réservés aux officiers.

3) Les punitions infligées par les pirates ne sont rien comparées à la marine.
- un simple vol de nourriture condamne le marin au supplice de « la grande cale ». Il est ainsi attaché à chaque extrémité de ses membres par des cordes tendues de manière à ce que son corps décolle du plancher. Quatre marins frappent violemment les cordes tendues à l'aide de planches. Les vibrations parcourent tout le corps du torturé provoquant des hémorragies internes. Dans d'autres cas de vol, il existe notamment le supplice du « carénage ». Le prisonnier est déshabillé, puis accroché à une corde à ses pieds et ses mains. Il est balancé par dessus bord et les marins le font passer sous la coque recouverte de coquillages tranchants. Le prisonnier se retrouve lacéré et est récupéré de l'autre côté du navire, bien souvent en morceaux...
bref, nombreux autres châtiments tels que les fers, la flagellation, etc.
Chez les pirates, les punitions sont variées :
- abandon sur une île déserte (on appelle cela « maronner « quelqu'un. Dans le cas d'un crime plus grave, en plus d'être maronné, le pirate se fait couper le nez et les oreilles.
- un peloton d'exécution choisi par le condamné (le choix d'un ami permet d'avoir une mort plus « douce »).
- dans d'autres cas, lors d'un assassin à sa victime et on les jette tous les deux par-dessus bord.
- ils font parfois subir les punitions des marins lorsqu'ils en capturent.
- etc...



Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Les parchemins calcinés :: La tombe des anciens :: Vieux parchemins jaunis-