L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Travail d'assistante pitoyable [PV Vÿdareen]

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 15 Mai - 19:06
Pour la première fois, Lumanaia pouvait sortir dans la ville. Enfin, plus loin que la résidence de son maître et ses environs immédiats. Cependant, ce n'était pas pour son simple plaisir, ce qui n'aurait de toutes façons pas été le cas. Elle ne faisait jamais rien pour son propre plaisir. Et cette fois ne faisait pas exception à la règle. En effet, si elle se trouvait là, un peu perdue, cherchant son chemin, c'était parce que son maître lui avait demandé quelques fournitures pour ses expériences alchimiques. Entre autres, il lui avait demandé quelques pierres précieuses, afin de tenter de créer des gemmes encore plus performantes que celles déjà existantes. Lui ayant confié une quantité impressionnante de monnaie, il lui avait recommandé de choisir, dans la mesure du possible, une pierre de chaque type, y compris les plus onéreux. Elle avait la matinée pour faire ses choix, suivant les critères très précis qu'il lui avait donnés, et revenir.

Cependant, n'étant jamais venue auparavant dans le quartier commerçant de la capitale elle était un peu perdue. À présent au milieu de la place centrale autour de laquelle se trouvaient les commerces les plus importants, elle hésita longuement.

Finalement, elle trouva ce qu'elle cherchait. Un fournisseur exclusif des mages. Certainement celui que lui avait recommandé son maître. Avec un sourire satisfait, elle s'approcha. Et là, le drame. Le marchand ne la croyait pas alors qu'elle lui expliquait la raison de sa venue :

- Que fait une jeune demoiselle ici ? On voit bien que vous n'êtes pas une mage. Alors, déguerpissez immédiatement !

- Mais non, je ne suis pas une mage ! Cependant, je suis l'apprentie d'un mage !

- Même si c'était vrai, vous n'auriez rien à faire ici. La place des apprentis est auprès de leur maître.

- Je sais... Mais il n'a pas d'assistant. Donc, quand il en a besoin, c'est moi qu'il envoie.

- Et depuis combien de temps êtes-vous en apprentissage chez lui ?

- Cela fait treize ans, pourquoi ?

La question du marchand avait allumé une petite flamme d'espoir en elle. Mais cette dernière mourut d'un coup quand l'homme rugit :

- ET TU VEUX ME FAIRE GOBER QUE C'EST LA PREMIERE FOIS QU'IL T'ENVOIE ? TU ME PRENDS POUR QUI ?

Mentalement, Lumanaia se recroquevilla sous l'insulte masquée. Mais elle ne pouvait pas se le permettre, pas alors que son maître avait besoin de ce qu'elle était venue chercher.

- Si je vous dis que mon maître veut tenter de créer des gemmes inconnues en se servant de pierres qu'il m'a envoyée vous acheter, et que je sais comment créer les gemmes existantes, vous acceptez de me croire ?

- Cela ne suffit pas, mademoiselle. Dehors !

- Je ne suis même pas entrée !

Cette dernière phrase sonnait comme une prière. Elle ne savait plus quoi faire. Pitié, que quelqu'un m'aide !

- Je suis presque sûre que c'est vous que mon maître m'avait recommandée... Je suis déçue.

L'homme imposant la toisa, menaçant :

- On ne m'apitoie pas avec ça. Je t'ai vue traîner sur la place, totalement perdue. Allez, va-t-en !

Et il la chassa. Elle revint errer sur la place, mélancolique. Que devait-elle faire ? Retourner annoncer à son maître comment elle avait pitoyablement échoué, ou tenter autre chose ? Lorsqu'elle releva la tête, on pouvait facilement lire dans ses yeux la détresse qu'elle ressentait. Elle finit par choisir un autre commerce.

Au bout d'un moment, elle avait ce qu'il lui fallait, mais était plus que déçue du propriétaire de ce qui semblait l'endroit où l'on vendait la meilleure matière première pour les gemmes. Se sentant assez loin de la boutique pour s'être fondue dans la foule du point de vue du commerçant, mais pouvant toujours la voir, elle ne put s'empêcher de lui lancer un regard noir au passage. Soudain, un mouvement attira son regard, qui croisa celui d'une femme. Oh non. Avait-elle fait une gaffe ? Cette personne avait-elle cru que ce regard lui était adressé ? Ne pouvant soutenir ce regard, elle détourna les yeux et s'arrêta de marcher. La foule l'empêchait de rejoindre cette personne, qui, si elle voulait vraiment des explications, serait bien capable de venir à elle. Bousculée par une personne pressée, l'apprentie mage finit par juger plus prudent de se rabattre sur le bord de la place, afin de gêner personne.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Mai - 21:09
J'avais pris un navire pour l’Est des Cités Blanches, plus exactement Hytraz. Je voulais investir dans le Royaume tout comme je l’avais fait dans la Principauté. J’avais eu l’écho d’une veille ferme en ruine dans la cité Royale. Peut-être qu’avec quelques travaux elle serait parfaite pour faire une écurie digne de ce nom ainsi qu’une école. J’avais donc embarqué sur le premier trois mats en direction des Cités Blanches. Lorsque j’avais débarqué, la beauté de la ville m’avait une fois de plus frappé en plein cœur. Pourquoi n’avais-je pas investi plus tôt ici ? Manque de moyens… Tout simplement. J’avais erré dans la ville une bonne partie de la journée en questionnant les habitants sur la ferme en ruine. On m’indiqua qu’elle était au Nord d’Hytraz. J’étais à pieds et me rendre au nord de la cité me pris un bon moment. Je due passer par la place commerçante où je fis quelques achat. Ici pas d’esclaves, je devrais donc recruter des arcaëlliens en bonne et due forme. J’allais au registre des emplois et y déposais quelques annonces. Professeurs, maçons, etc... Et pourquoi pas un mage ou deux en soin.

J’arrivais devant la ferme abandonnée. Elle était en moins piteuse état que ce que je pensais. Un mzékils s’approcha de moi et me demanda ce que je cherchais. Je lui expliquais que j’aurais aimé trouver les propriétaires de la demeure en ruine. Il secoua la tête et m’informa qu’elle n’appartenait à personne. Les derniers maîtres des lieux étaient morts deux semaines auparavant. Je me frottais les mains mentalement, ça ferait une économie non négligeable.

Le soir je me rendis dans une auberge où je commandais une bouteille d’hydromel bien fruité. J’espérais bien avoir des employés dès le lendemain. J’avais fait enregistrer la bicoque à mon nom au cadastre. Personne n’avait rien dit.

Le lendemain, je traversais la place encore déserte pour me rendre là où je pouvais avoir mes employés. Six arcaëlliens attendaient devant un bureau pour trouver du travail. C’était des gens du bâtiment. Exactement ce qu’il me fallait. Je les engageais donc moyennant un revenu fixe. Dix PO par jour. Cela sembla les convaincre un  peu plus de travailler pour moi. Je les conduisis à la ferme, leur expliquant mon projet. Ils se mirent au travail immédiatement sans trop poser de questions. Je retournais sur la place vers midi pour y faire des courses afin de nourrir mes employés. Je n’étais pas une dictatrice dans l’âme. Je remarquais alors une elfe me tuant du regard. Je me demandais ce que j’avais pu lui faire et me stoppais net dans mes mouvements. Elle aussi s’arrêta semblant ne plus savoir où se mettre. Je la suivis vers la bordure de la place. Je posais une main sur son épaule et lui dis :

T’ai-je fais du tort ?

Je souriais, je ne voulais pas sembler agressive. Je vis qu’elle était chargée comme une mule. Je lui proposais d’alléger son poids et de faire route avec elle jusque chez elle pendant qu’elle m’expliquerait la raison de ce regard meurtrier. Elle semblait jeune mais était fort belle et attirante. Je m’imaginais l’allonger sur un lit de fleurs et lui faire l’amour. Je secouais la tête chassant cette idée de mon esprit.

Je me nomme Vÿdareen Loumez et je m’installe ici pour quelques temps. Connais-tu un mage guérisseur ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Mai - 22:45
Bien sûr, la femme venait lui demander des comptes. Baissant les yeux, Lumanaia lui répondit à mi-voix :

- Non... Vous, vous n'y êtes pour rien. Ce regard ne vous était pas adressé. Je ne vous connais pas, comment pourrais-je vous en vouloir pour quoi que ce soit ?

Elle commençait à se mélanger. Cela n'allait pas pouvoir continuer. Elle se força à calmer la panique qui commençait à l'envahir, jusqu'à retrouver une respiration plus calme et une assurance relative, qui lui permit d'accepter l'invitation de la femme à l'aider à porter tout son matériel jusqu'à la maison de son maître. Au cours du trajet, elle releva les yeux vers son interlocutrice, avant de terminer sa justification :

- C'est juste un marchand recommandé par mon maître qui... Ne s'est pas montré digne de cette confiance, on va dire.

Elle ne désirait pas s'étendre sur la question. Elle en parlerait à son maître une fois rentrée, c'était évident. Mais en attendant, il était inutile de mettre dans la confidence quelqu'un d'extérieur à ce problème. Elle laissa tout de même échapper un :

- Excusez-moi pour tout. Vous n'êtes pour rien dans mes problèmes. Je suis vraiment désolée de vous causer autant d'ennuis.

Cette fois, elle en faisait trop. Elle voulut donc se réfugier dans le mutisme, mais son aînée l'en empêcha, en lui posant une nouvelle question. L'apprentie tenta un sourire alors qu'elle répondait :

- Bien sûr. Je suis actuellement en apprentissage chez un mage, mais il est plutôt alchimiste. Et j'ai quelques notions de soin, seulement pour les blessures.

Bon, d'accord, elle avait plus que "quelques notions", mais on n'était jamais trop modeste. Puis, après un court instant de réflexion, elle ajouta :

- Pourquoi cette question ?

Elles continuèrent à marcher un moment, quand une évidence frappa la plus jeune : son aînée s'était présentée, et pas elle. Il lui fallait réparer son erreur sur-le-champ :

- Pardonnez-moi de ne pas encore m'être présentée... Je suis Lumanaia Hedera, apprentie mage et également apprentie archère. Mon maître habite dans le centre-ville.

Soudain, se désintéressant un moment de sa compagne de route, elle rejeta la tête en arrière, profitant d'une brise soufflant à ce moment précis. Elle avait toujours aimé le vent, se sentait vraiment entière lorsque, comme en ce moment, un souffle caressait son visage, emmêlant un peu ses cheveux. Elle eut cette fois un sourire franc, tandis que ses pieds prenaient d'eux-mêmes la direction de la maison. Si elle y faisait attention, l'elfe s'en serait étonnée. En effet, c'était la première fois qu'elle se rendait en ce lieu...

Lorsque la brise s'arrêta, ou plutôt, lorsqu'elles l'eurent dépassée, Lumanaia rouvrit les yeux et eut un instant d'égarement. Puis elle reconnut un arbre croisé à l'aller, réalisa qu'elle n'était pas seule, et adressa un petit sourire désolé à son aînée. Elle espérait simplement que cette dernière ne lui avait pas parlé durant son instant d'égarement, sans quoi, elle serait bonne pour répéter, l'elfette n'ayant prêté aucune attention à ce qui n'était pas le vent. Elle décida d'ailleurs de s'excuser de nouveau :

- Je vous prie de m'excuser une nouvelle fois... D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré le vent. Vous avez dit quelque chose ?

Elle pouvait sembler idiote, ainsi, à perdre toute notion de ce qui existait à la moindre brise, mais s'en moquait. Elle était une elfe, et qui connaissait un minimum cette race était également au courant de son lien privilégié avec la nature.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Mai - 22:58
Le regard assassin ne m’était donc pas destiné, c’était toujours bon de l’entendre. Il était à destination d’un marchand quelque peu idiot à mon sens. Elle ne cessait de se confondre en excuse ce qui me fit rire doucement. Je restais silencieuse un instant, m’imaginant glisser ses cheveux derrière son oreille. De nouveau, je souris, je n’étais qu’une vile perverse. Elle s’y connaissait en soin, fort bien. Mais elle n’était qu’une apprentie ce qui me dérangea un peu. Mais après tout, je pouvais lui proposer. Elle me demanda pourquoi j’avais posé cette question mais je ne répondis pas, plongée dans mes pensées. Alors que j’allais répondre elle se présenta sous le patronyme de Lumanaia Hedera. Son maître habité dans le centre, je la suivis donc sans rien dire. Une brise parcourut la rue et je la vis fermer les yeux. Drôle de comportement. Je craignis qu’elle ne trébuche ou ne pire, qu’elle ne tombe. Mais ses pieds suivaient la route sans soucis.

Enchantée Luma. J’avais décidé de lui donner un surnom en raccourcissant son prénom bien trop long à mon goût. Cela te dirait-il de gagner quelques PO en travaillant pour moi dans mon écurie-école ? Elle ouvrit les yeux et s’excusa en disant qu’elle ne m’avait pas écouté. Pas de soucis, je comprends. Je disais, souhaiterais-tu travailler pour moi ?

Je souris doucement et nous arrivâmes devant une petite maison fleurie fort joliment.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 11:17
- Travailler ? Mais pourquoi ? Je suis trop jeune ! Même pas adulte ! Et puis, je suis encore en formation ! J'aime aider, mais à ce point... Et puis, mon maître ne me laissera jamais !

Elle paniquait, c'était plus que visible. Calme-toi, pitié, calme-toi... Cela n'allait pas du tout. Si elle se mettait dans tous ses états à la moindre petite proposition, elle n'irait pas loin. Mais le trajet, de lui-même, lui offrit une échappatoire : elles étaient arrivées. Sautillant jusqu'à la porte, dans une attitude enfantine, elle sonna. Puis elle revint vers la femme qui l'avait aidée :

- C'est ici que je vis avec mon maître. Merci beaucoup pour votre aide.

Elle reprit ses paquets et entra, puisque son maître avait ouvert entre-temps. Il la laissa déposer son fardeau, avant de lui lancer, l'air de rien, sans lâcher Vÿdareen des yeux :

- Dis-moi, Luma...

Elle se retourna :

- Oui ?

Puis, remarquant la direction de son regard elle eut un mauvais pressentiment, et laissa échapper un petit :

- Oups !

Lui adressant un regard entendu, dont ils connaissaient tous les deux la signification, il sortit de la maison pour se diriger tout droit vers la femme. Une fois assez proche, il se planta devant elle :

- Qui êtes-vous ? Je peux savoir pourquoi une parfaite inconnue suit mon élève jusque chez elle ?

Lumanaia était atterrée. Elle savait très bien comment il régirait, et n'avait pas agi en conséquence. Résultat, son ancienne compagne de route allait subir des reproches non mérités. Elle tenta bien de retenir l'homme, mais le fait qu'elle sache que cela ne servirait à rien la rendait peu crédible :

- Attendez ! Elle m'a aidée...

- Pour mieux t'embobiner, certainement.

Résignée, la petite elfe baissa la tête. Elle savait que lorsqu'il s'agissait de la protéger, ou, pire, de la défendre, son maître se montrait inflexible. À présent, il n'y avait plus qu'à espérer que cette femme aie de bons arguments pour défendre sa cause.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 17:03
Elle s’embrouilla tout en refusant mon offre, je ne m’en offusquais pas, loin de là. Nous arrivâmes devant chez son maître qui m’agressa verbalement. Je gardais mon calme et croisais mes bras sur ma poitrine avant de dire que je n’étais qu’une simple commerçante venant investir ici et que suis à un quiproquo, j’étais venu en aide à la jeune arcaëllienne lourdement chargé. Je n’attendis pas que l’arcaëllien m’houspille à nouveau, je lui tournais le dos et m’en allais après avoir salué l’elfe. Alors que je partais, je fus interpellée avec violence par trois brigands. Je m’arrêtais, souris et dégainais mon pistolet à gemme mez. Je les informais que s’ils tenaient à la vie, ils feraient mieux de déguerpir. Voyant le sérieux de mes mots dans mes yeux, les trois petits malfrats partirent sans demander leur reste. Je rengainais mon arme et me tournais vers la demeure. Je regardais le mage et lui demandais s’il voulait travailler pour moi contre une rétribution généreuse. Je lui expliquais que j’avais besoin d’un mage soigneur pour mon écurie-école. Je fis demi-tour et revins face à lui. Il ne m’impressionnait pas le moins du monde avec son air renfrogné. J’étais devenue une Princesse Marchande avec la fortune de mes entreprises. J’avais largement les moyens de rétribué cet arcaëllien. Je lui fis part de ce fait avec toute l’humilité dont je disposais. Je n’étais pas une grande oratrice et je n’avais pas l’intention de lui forcer la main. Mais un mage aurait été un plus pour mon entreprise. Je regardais l’elfette à demi cacher dans un coin. Elle me sembla honteuse. Je me demandais pourquoi.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Mai - 20:31
La rue se vide de son monde et la nuit commence à tomber, vous entendez alors des pas venir sur votre droite. Trois mzékils, dont une femelle, font irruption. Il veulent le mage qui leur serait d'une grande aide. Les Hayert'Vaäl sortent leur arme. Ils attrapent le mage et le mettent à terre.

Viens avec nous et les deux arcaëlliennes vivront.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 771

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Je suis le Maître !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mai - 13:53
- Attendez...
Lumanaia avait voulu retenir la femme, pour éviter de se quitter sur une mauvaise note, mais elle s'interrompit quand son aînée se fit attaquer. Après avoir chassé les brigands avec une facilité déconcertante, elle revint vers le mage et son élève. Puis elle réitéra son offre d'emploi. Elle devait avoir désespérément besoin de son mage guérisseur... Cependant, il n'eut pas le temps de répondre. En effet, avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, il se trouva plaqué au sol par un trio surgi de nulle part. La jeune elfe allait agir de manière impulsive et déraisonnée, poussée par la panique, lorsque la voix de son maître l'arrêta :

- Ne fais pas de bêtise ! Je vais bien pour l'instant.

Il ne pouvait pas se débarrasser de ses assaillants, mais réussit, se servant de la connaissance que chacun avait acquis de l'autre au fil des ans, à transmettre un message visuel à la jeune blonde. Hochant la tête d'un air entendu, cette dernière disparut dans la maison. Une fois son élève hors de vue, le mage s'adressa à ses agresseurs :

- Vous croyez pouvoir me convaincre en utilisant la violence ? Allez-y, continuez, et vous vous assurerez mon refus. Et puis, sincèrement, en quoi un mage somme toutes encore débutant pourrait-il vous être utile ? En effet, soyons lucides, je n'ai pas beaucoup d'expérience, contrairement à ce que pensent certaines personnes...

Son ton laissait transparaître la rancœur qu'il entretenait encore à l'égard de la mère de sa protégée, qui l’avait forcé à s’occuper de la jeune Luma. Cependant, ses paroles aveint eu l'effet escompté. Il avait concentré l'attention de celui qui le retenait sur le sens de ses mots. Avec un peu de chance, il arriverait à le distraire assez longtemps pour qu’il ne fasse pas attention à son élève, le temps qu’elle accomplisse sa mission donnée en silence…

Visiblement, il y parvint, car une flèche bien connue finit par frôler son agresseur le plus proche. Le tir était loin d’être parfait, ayant manqué sa cible, mais cette dernière avait été suffisamment déstabilisée pour relâcher un peu sa prise sur le mage, qui en profita pour lui asséner un violent coup d’épaule. Cela lui permit de s’échapper et de rejoindre la blondinette, désormais équipée de son arc. Elle lui tendit sans un mot son épée, qu’elle était allée chercher en même temps que sa propre arme. Puis, sans vraiment réaliser qu’elle parlait en elfique, elle s’adressa à son maître :

- Désolée… Je l’ai raté.

Il se contenta de lui adresser un regard paternel, accompagné de quelques conseils :

- Tu étais paniquée, ça se voit encore dans tes yeux. La prochaine fois, concentre-toi uniquement sur ton arme et ta cible.

Puis il se retourna vers les intrus :

- Vous menacer de tuer mes compagnes ? Avant cela, vous devriez plutôt vérifier si vous êtes en état de les attraper, imbéciles !

Il était volontairement provocateur. Certes, il était débutant, mais c’était tout de même un mage. Et qui disait mage disait également pouvoirs puissants. Il avait eu le temps, avant de se faire attaquer, puisqu’il avait entendu les pas de leurs adversaires une fraction de secondes avant les autres, d’entourer ses alliées d’un voile de protection qui les rendraient invisibles pour quiconque les attaquait. Mais il n’avait pas eu le temps de s’inclure dans le champ de protection, restant à présent le membre le plus vulnérable de l’équipe. Et, à présent, il n’avait plus le temps de se protéger lui-même. Tant pis. Il ferait avec.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Mai - 12:30
Trois mzékils firent irruption dans la rue et plaquèrent le mage au sol. Je n’eus guère le temps de réagir de crainte qu’ils abattent le maître de Luma. De ce fait, je restais immobile attendant le bon moment pour agir. Pendant que j’évaluais la situation, l’elfe revint armée. Elle tira une flèche, qui toucha légèrement l’un des assaillants. J’en profitais pour sortir mon épée et attaquer la femelle. Elle était dos à moi et je pus me ruer sur elle sans aucune discrétion. Elle se retourna vivement et para mon attaque sans le moindre effort. Elle m’insulta et me traita d’idiote. Je reculais d’un bond esquivant son arme qui visait mon ventre. Je pestais tout bas en lupan et me mis en garde. J’avais attiré l’attention des deux autre mzékils. L’arcaëllienne eut un sourire malsain. Je n’avais que peu de chance de m’en sortir face aux trois Hayert’Vaäl. Les adorateurs d’Özan semblaient puissants et déterminés à emmener le mage. Je soupirais et attaquais le plus proche. Il para sans effort et m’envoya son poing dans la figure. Je crachais un peu de sang et pestais. L’arcaëllienne se jeta sur moi et me mit un coup de genou dans le ventre. Je tombais au sol, cherchant mon souffle.

La peste soit de vous !

Grognais-je en maintenant le ventre. Je me pris un coup de botte en plein visage et perdis conscience. Quelques secondes certes, mais je vis danser des étoiles autour de ma tête alors que j’étais sur le dos. Le mzékils aux cheveux noirs s’approcha de moi et, avant qu’il n’ait eu le temps d’agir, je disparus. Merci petite ceinture. J’étais devenue invisible, deux choix s’offraient à moi :

  • Fuir comme une lâche
  • Aider l’elfe et son maître


Je pris la seconde option en grognant lorsque je me levais. Mon poing atterrit dans le visage de la mzékils qui recula de dix pas ?

Qu’est-ce que cette magie ?

Demanda-t-elle alors que ses yeux ne pouvaient me voir. Je lui mis un coup de pied au derrière en riant.

Luma, bouge-toi, vous le mage, cachez-vous.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mai - 21:44

La nouvelle connaissance de l'elfe profita de la diversion créée par cette dernière pour attaquer à son tour. Mais elle fut vite mise à terre. Luma allait réagir, quand son maître la retint par une poigne ferme sur son bras, puis, après s'être assuré qu'elle ne ferait pas d'action irraisonnée, il lui murmura :

- Attends un peu. M'est avis qu'elle n'a pas encore montré toutes ses capacités. Ne faisons rien avant de savoir ce dont elle est capable.

Lumanaia allait protester, mais, au dernier moment, elle se ravisa et préféra hocher la tête. Après tout, cet homme restait son maître, elle devait lui obéir.

Ils virent donc Vÿdareen à terre, mais elle disparut rapidement. Surprise, l'apprentie pensa tout de même à tourner son regard vers son maître. Son expression disait qu'il s'attendait à ce genre de capacité. D'accord. Mais elle détourna alors son attention vers leur alliée, ou du moins, sa position présumée, puisqu'elle ne pouvait pas la voir. C'était le moment d'entrer en scène. Le maître et l'élève échangèrent un regard entendu. Puis, dégainant son épée, il se dirigea vers l'un des deux mzékils mâles. Passant près de l'adversaire de Vÿdareen, devinant que cette dernière, ne devait pas être loin, il répondit, moqueur :

- Désolé, mais je ne vais pas rester les bras croisés alors que vous vous battez pour moi. Et puis, ils sont trois, nous sommes trois, ça devrait aller.

Puis, esquivant une attaque de l'adversaire de son alliée invisible, il en profita pour aller attaquer sa propre cible. Autant dire qu'il esquivait plus qu'il n'attaquait, mais, au moins, il détournait l'attention d'un adversaire sur trois. Dès que l'une des filles en aurait fini avec son combat, ils pourraient s'allier.

De son côté, Lumanaia avait repris son arc. Visant le dernier mzékil sans adversaire, elle réussit, cette fois, à le toucher. La flèche partit de nouveau au loin, mais elle le blessa au passage. Cependant, elle savait que, s'il pouvait la rejoindre, elle ne ferait pas long feu. En effet, ses seules armes étaient sa magie et son arc. Au corps à corps, elle n'avait aucune chance. Et elle savait bien que, même blessé, cet être serait sans doute plus rapide qu'elle. Elle eut alors une idée. Tandis qu'elle bandait de nouveau son arc, une explosion de foudre se produisit près d'elle, libérant un aigle composé de ce même élément. L'esprit de l'elfe serait dorénavant partagé entre l'arc et l'aigle, dont le seul but serait de maintenir son adversaire à distance. Et, en effet, sa première intention en invoquant l'animal fut couronnée de succès : le mzékil, ne s'attendant pas du tout à cela, fut déstabilisé. Une nouvelle flèche, lancée avec cette fois plus de précision, l'aurait atteint s'il ne s'était pas déplacé à ce moment.
Soudain, Lumanaia eut un sourire. L'imbécile. Il se concentrait plus sur l'aigle que sur l'elfe. Bien, dans ce cas... Abaissant son arc, elle se concentra presque entièrement sur son invocation. Au début, il n'était sensé que faire diversion, mais la situation se présentait différemment. À présent, jusqu'à ce que son adversaire réalise que l'aigle n'était qu'un outil, et non son véritable adversaire, elle pourrait laisser son animal éphémère mener la danse. Et c'est ce qu'elle fit, s'amusant à faire danser son aigle, en veillant à ce que son adversaire le suive. Puis elle accéléra le rythme. Ainsi, elle épuiserait son ennemi sans réel effort. Par contre, que devrait-elle faire, une fois ce but atteint ? Elle n'en savait rien. Alors, en attendant, autant s'amuser.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mai - 12:07
Je ne prêtais plus attention au mage et à son apprentie trop occupée à botter le cul de la mzékils qui ne comprenait rien. Je lui mis une gifle et reculais de trois pas ainsi elle donna un coup de poing dans le vent. Je me mis à rire discrètement. L’invisibilité avait du bon. Je pouvais être partout du moins dans l’esprit de mon ennemie. Je jouais avec ses nerfs et cela m’amusait grandement. Je lui assenais un coup de genoux dans le ventre et elle se plia en deux en crachant de la bile et du sang. Elle avait dû se mordre la langue. Elle pesta jurant par son Dieu qu’elle aurait ma peau. Je défis ma ceinture et brandissant mon pistolet je lui dis :

Tu es sûre de gagner, hein !

Je tirais en sa direction et sa tête explosa vidant sa matière cérébrale sur le trottoir. Son corps resta un instant debout avant de tomber comme une poupée de chiffons au sol. Les deux autres cessèrent leurs attaques et me regardèrent avec surprise puis ils reprirent leur combat. L’un avec le mage l’autre avec Luma. J’allais porter main forte au mage. Je remis ma ceinture, redevenant invisible. Je tirais le mzékils par les épaules et le fis reculer de trois bons pas. Il parvint à me mettre un coup de tête dans le nez ce qui me fit crier de douleur. Je sentis le sang affluer et couler. Je pestais en lupan et, folle de rage, j’attaquais de plus belle l’adorateur d’Özan. Nous nous battions comme des lions. Son épée mordit mon flanc droit assez profondément. Je retirais ma ceinture afin de voir les dégâts. Je perdis l’équilibre et tombais au sol, perdant beaucoup de sang. Je râlais de mécontentement mais bien vite ma voix finie par faire silence. J’étais inconsciente.

Je regardais le monde d’un œil nouveau. Je perdais toujours autant de sang et les deux Hayert’Vaäl étaient toujours là mais je n’abandonnais pas l’idée de me battre pour protéger ces deux inconnus. Etait-ce un moyen de me racheter du viol d’Ange ? Peut-être. Tenant mon flanc, je me relevais lentement. Je dégainais mon épée et attaquais le mzékils qui s’en prenait au mage.

T’es pas morte toi ?

S’exclama l’arcaëllien en colère. Nous échangeâmes quelques coups et il me transperça de part en part la cuisse droite. J’hurlais de douleur. C’est alors que des bruits de bottes se firent entendre. Les gardes Royaux. Ils arrivèrent et regardèrent ce qui se passait. Puis les deux mzékils survivants, craignant la prison, prirent leur envole. Je me laissais tomber sur le cul.

Saloperie de blessures…

Grognais-je en regardant mes plaies ouvertes et saignantes.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin - 18:32
Les adversaires du mage et de son élève marquèrent un temps d'arrêt. L'adulte en profita pour morigéner son élève qui jouait au lieu de vraiment se battre. Mais il dut bientôt retourner à son propre combat. Cependant, Luma avait compris. Message reçu, elle reprit le contrôle de son aigle, qui, cette fois, attaqua.

Au bout d'un moment, Luma, agacée par la ténacité de son adversaire, banda son arc, dans le but d'augmenter un peu les effets de la magie. Cependant, une fois tirée, la flèche n'atteint jamais sa cible, qui s'était envolée. Jetant un coup d'œil dans le coin opposé, l'adolescente comprit ce qui avait causé la fuite de leurs assaillants. Les gardes de la Reine. Avisant ses alliés, qui, s'étant, eux, approchés des mzékils pour pouvoir les combattre, s'en sortaient avec des blessures, elle remercia chaleureusement les gardes de leur intervention. Puis elle se précipita vers son maître, prête à le faire bénéficier de soins, tandis que son aigle, délaissé, disparaissait dans une explosion lumineuse. Mais le mage n'était pas de cet avis, lui indiquant la femme, il lui fit comprendre qu'elle avait plus besoin de la jeune elfe que lui.

Hochant la tête, l'apprentie s'approcha de leur alliée inopinée dans le dernier combat, après être passée brièvement dans la maison pour rassembler le matériel nécessaire pour nettoyer la blessure. Après avoir fait ce pourquoi elle était rentrée, elle posa ses mains d'abord sur la cuisse blessée. Alors qu'elle déversait sa magie curative, elle fut prise d'un étourdissement. Elle ne maîtrisait pas vraiment ses pouvoirs... Mais il fallait continuer. Poursuivant ses soins, elle entendit à peine l'avertissement de son maître, qui s'élança pour être là et la rattraper quand elle fut obligée de s'arrêter lorsque l'étourdissement se fit trop fort. Hochant la tête négativement, résigné face au caractère trop dévoué de son élève, il prodigua lui-même les soins manquants à l'inconnue et à lui-même. Cependant, toujours sans rien dire, il garda un regard méfiant à l'attention de la femme.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin - 20:16
Saignant de toute part, je m’écroulais au sol, à bout de force. J’haletais et pestais contre ces maudits bandits Hayert’Vaäl. Ils m’avaient mise en piteux état. La jeune elfe vint vers moi et commença à me soigner alors que la patrouille Royale s’en allait. Ils n’avaient pas posé de question mais semblaient préoccupés. Je regardais l’arcaëllienne devenir de plus en plus pâle alors qu’elle usait de son fluide aän. J’avais foutrement mal, se racheter une conscience pouvait être douloureux. Mais j’avais agi pour le bien commun. Ces adorateurs d’Özan étaient une plaie ambulante. J’observais l’elfe qui ne tarda pas à se fatiguer. Son maître prit la relève et continua à me regarder avec méfiance. Je soupirais et détournais le regard. Il se soigna ensuite. Il devait être puissant… Je soupirais, me relevant quelque peu endoloris. Je grognais en posant ma jambe au sol, c’était encore frais et ça faisait légèrement mal. Mais ça ne saignait plus, c’était déjà ça. J’observais les deux arcaëlliens qui avaient combattu à mes côté les mal pestilentiel de ce monde.

Merci pour les soins. Je peux vous rémunérer si vous acceptez de travailler pour moi. Je détiens une école ainsi qu’une écurie ici. Je recherche un soigneur pour s’occuper des animaux malades ainsi que des élèves qui serait en mal. Si cela vous intéresse, ça m’arrangerait.

Je fis un sourire confiant. Je ne voulais pas effrayer le mage et son élève mais j’avais besoin d’eux. Voyant la mine méfiante de l’arcaëllien, je soupirais et dis d’une voix douce :

Je me nomme Vÿdareen Loumez. Je suis marchande de base et professeur. Je ne suis pas une guerrière née. Même si je sais me battre. Je ne veux pas vous forcer la main mais je propose 50 PO par jour… C’est une belle somme, non ?

Il avait l’air toujours méfiant. Je ne savais plus quoi faire. Je soupirais et me tournais vers l’elfe. Je la félicitais pour son art de la magie et du combat.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Juin - 12:13
À travers sa perception embrouillée par la fatigue causée par son sort utilisé avec trop peu de précautions, Lumanaia comprit vaguement que Vÿdareen tentait de convaincre son maître de travailler pour elle. Mais elle ne s'épuisa pas davantage à essayer d'en comprendre plus. Oui, sauf que, maintenant, son aînée s'adressait à elle... Elle commença par avoir du mal à se concentrer, mais, bizarrement, cela ne dura pas longtemps. Surprise, elle finit par comprendre. Se retournant vers son maître, elle le remercia en elfique, avant de quitter ses bras et s'approcher de sa potentielle future employeuse, sentant néanmoins toujours une main protectrice sur son épaule. Celui qui s'apparentait le plus à un père pour elle ne comptait pas l'abandonner si facilement. Elle sourit, avant de répondre :

- Merci, mais je suis encore très novice... Ces soins m'ont prouvé que j'ai encore besoin de beaucoup d'entraînement.

Puis elle se retourna vers son maître :

- Peut-être que... Vous pourriez réfléchir à sa proposition ?

Il sembla réfléchir, mais elle perçut un sourire. C'était presque gagné !

- Cela pourrait se faire, en effet...

La plus jeune commença à entrevoir un espoir, mais il fut terni par les paroles suivantes :

- Cependant... Madame, pourriez-vous me donner les avantages de l'emploi que vous proposez ? Pourquoi devrions-nous quitter celui que nous occupons actuellement pour nous joindre à vous ?

Lumanaia comprit alors. Son maître voulait tester la femme. Suivant ce qu'elle dirait, le mage accepterait ou non son offre. Et son élève suivrait, évidemment, puisque sa formation n'était pas terminée et qu'elle avait été confiée à cet elfe et personne d'autre. Tout dépendait à présent de ce que dirait Vÿdareen, Luma ne sachant pas vraiment ce qu'elle préfèrerait, dans cette histoire.


HRP :
 
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Juin - 12:47
Il me demanda quels étaient les avantages d’entrer à mon service. Je soupirais, ce ne serait pas évident de le convaincre avec juste une belle somme d’argent. Je souris pitoyablement, me grattant l’arrière de la tête. Qu’allaient être mes arguments ? Réfléchissant rapidement je répondis :

Déjà vous aurez la sécurité de l’emploi et la même somme entrant dans votre bourse tous les jours. Ainsi vous pourrez continuer à former la jeune elfe qui, soit dit en passant, est prometteuse. Vous êtes un bon professeur. Ensuite, je garantirais votre sécurité contre les Hayert’Vaäl. Quoi qu’ils vous veuillent, ils n’abandonneront pas si facilement. Pour finir, je pense pouvoir vous offrir tout ce dont vous pourriez avoir besoin : herbes, gemmes, de quoi entrainer la petite.

Je fis silence, attendant une réaction de la part du mage. N’en voyant aucune je soupirais encore une fois. Quels étaient les avantages à travailler pour moi ? A part ceux sus cités, je n’en voyais guère d’autres. Je me pinçais l’arête du nez, pensive. S’il refusait je chercherais quelqu’un d’autre. Mais il avait l’air compétent. Je fis un sourire entendu à l’elfe et ajoutais :

Je crois que ce sera une bonne expérience pour votre apprentie.

Ne me départissent pas de mon sourire, je sentais avoir visé juste mais peut-être me trompais-je. Je fixais dans les yeux le mage sans ciller, attendant sa réponse. Qu’elle soit positive ou négative ne changerait rien à ma vie actuelle. Je devrais juste continuer à chercher un guérisseur. Cela m’ennuyait un peu tout de même. Il n’y a pas de hasard. Que des rencontres utiles. Sûrement avais-je une leçon à tirer de celle-ci ? Qu’importe…

Alors, Monsieur, quel est votre réponse ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Juin - 16:57
Elle semblait avoir cerné la manière de s'attirer les faveurs du mage. Lui promettre quelque chose de positif pour son élève était la meilleure action possible pour cela. Sachant que la jeune femme ne pourrait rien trouver de mieux, Luma se retourna vers son maître. Tout reposait désormais sur lui, et sa prochaine réponse serait définitive, l'elfe blonde en était consciente. Le seul homme du trio sembla réfléchir et peser le pour et le contre. Cependant, leur potentielle future employeuse ne semblait guère patiente, demandant rapidement une réponse. Jetant un coup d'œil à son élève pour avoir son avis, il se décida enfin à prendre la parole :

- Nous serait-il possible d'accepter votre offre en ayant droit à une période durant laquelle nous pourrions nous désister si l'emploi ne nous convient pas ? Une sorte de... Période d'essai, si l'on peut dire.

Lumanaia retint un petit rire. Toujours aussi méfiant, il ne voulait prendre aucun risque. Ne restait plus qu'à attendre la réponse de leur vis-à-vis. Mais cependant, le mage prit son élève de court en lui posant la question fatidique :

- Mais avant toute chose, j'aimerais savoir, Luma... Cela t'intéresse-t-il ?

Bonne question. Que devait-elle répondre ? Prudente, elle finit par décider d'être sincère :

- Je... Ne sais pas.

Le mage soupira, avant de reporter son attention sur la troisième participante à cette conversation :

- Alors, pour cette période d'essai ?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Juin - 9:32
Il me demanda s’il était possible d’accepter le poste avec une période d’essais, si ça ne lui plaisait pas il pourrait partir sans se justifier. Je réfléchis un bref instant pendant qu’il posait une question à son apprentie. Puis il revient vers moi et demanda :

Alors, pour cette période d'essai ?
C’est d’accord, de combien de temps la voulez-vous ?

Questionnais-je d’une voix douce et amicale. Je regardais l’arcaëllien dans les yeux sans faillir, j’étais sûre de moi et de mon choix. Un maître et une apprentie pour le prix de 50 PO c’était une bonne affaire. De plus la jeune elfe pourrait en apprendre beaucoup. Même moi je pourrais lui enseigner deux trois trucs étant donné que je maitrisais plutôt bien aän. Je sortis un parchemin de ma poche et allait m’appuyer contre le mur de la demeure du maître. Je traçais un plan basique pour qu’ils trouvent mon établissement et le remis entre les mains de l’arcaëllien. Je souriais gentiment de toutes mes dents. Je me sentais belle et irrésistible. Mais ce n’était probablement pas le cas.

Alors, quand souhaitez-vous commencer ?

Dis-je d’une voix un peu impatiente.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Juin - 11:33
Elle accepta tout de suite. Parce qu'elle connaissait bien son maître, Lumanaia perçut la surprise de ce dernier à ce moment. Mais il ne se démonta pas, consultant son élève au sujet de la durée de cette fameuse période d'essai. Elle comprit d'un coup qu'il voulait que ce soit elle qui réponde. C'était la première fois qu'il lui confiait une telle responsabilité ! Elle commença à paniquer, avant de se forcer à se calmer. Elle n'arriverait à rien si elle perdait son calme. Il fallait réfléchir à tête reposée. Enfin, en ce moment précis, ce n'était pas vraiment possible... Se calmer. Réfléchir. Et surtout, donner une réponse pas trop tardive.

- Euh... Trois semaines ? Un mois ?

Jetant un coup d'œil au mage, elle constata avec soulagement qu'il semblait approuver son choix. La jeune apprentie ne put retenir un soupir de soulagement. Cependant, une nouvelle question fut posée. Cette fois, ce fut son maître qui s'en chargea :

- Inutile de faire traîner les choses. Si vous acceptez la période choisie par ma jeune élève, période que je considère plus que raisonnable, nous pourrions nous y mettre demain... Et, entre-temps, expliquez-nous en détail le rôle que nous devrons jouer.

Il pouvait sembler revêche, à agir ainsi, mais Luma sentait bien qu'il était heureux de lui trouver une situation, qui lui permettrait de travailler dès la fin de son apprentissage. Ce mage se comportait vraiment comme le père que l'elfette recherchait...

HRP :
 
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Juin - 16:03
Ils acceptaient de commencer dès le lendemain. Cela me réjouit grandement. L’arcaëllien me demanda quel serait leur rôle au sein de mon entreprise. J’expliquais donc qu’ils devraient soigner les bêtes malades, les enfants en souffrance et pourquoi pas donner des cours de soin à celles et ceux le souhaitant. Je souriais, grandement satisfaite qu’il ait accepté. Je tendis la main afin de serrer la sienne pour conclure notre entendement. Une fois qu’il l’eut serré, je tournais les talons, leur disant à demain. Je partie en direction de ma nouvelle école écurie. En chemin, je ne quittais pas mon sourire. J’étais aux cieux en cet instant. Bien trop heureuse je bousculais sans le vouloir une grosse brute.

Fais attention pétasse !
Désolée, vraiment.

J’entrais dans une taverne et commandais une bouteille d’hydromel que je bus lentement avec une certaine délectation. Je passais la soirée dans cette taverne à boire de la bonne bouteille. Lorsque la nuit fut tombée, je rentrais chez moi.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Juin - 11:13
Accord conclu. Après s'être fait expliquer ce qu'il voulait savoir et avoir serré la main de celle qui, désormais, était leur patronne, le mage la regarda s'éloigner pendant un moment, avant de reporter son attention sur son élève :

- Eh bien, voilà une affaire rondement menée ! Avec un peu de chance, tu pourras continuer à travailler pour elle une fois ton apprentissage terminé !

Lumanaia hocha la tête avec enthousiasme. Bien qu'elle l'aie deviné en avance, l'entendre dire directement était toujours mieux.

Cependant, plus le temps passait, plus elle devenait anxieuse et silencieuse. Son maître le remarqua, bien sûr, mais il ne parvint pas à l'empêcher d'appréhender le lendemain. Elle eut du mal à dormir, et eut donc du mal à se lever le lendemain quand il fallut se préparer à aller rejoindre leur employeuse. Cependant, n'ayant pas le choix, elle dut bien finir par suivre son maître jusqu'au bâtiment indiqué sur le plan donné par Vÿdareen.

Une fois sur place, ils réalisèrent qu'ils étaient arrivés avant elle. Bon, eh bien, il fallait attendre. Ne sachant pas trop combien de temps ils attendraient, Lumanaia décida de se trouver un coin pour tenter de rattraper ces heures de sommeil qu'elle avait perdues bêtement à cause de son anxiété. Son maître la rejoignit pour veiller sur elle, paternel.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Juin - 17:18
Une fois chez moi, j’allais directement dans ma chambre, demain j’allais recevoir mes nouveaux employés et pas que le mage. Du moins j’espérais. La nuit se déroula avec calme et sérénité, je dormie comme un bébé. Je me réveillais tardivement et pestais de mon sommeil trop lourd. Le soleil était déjà levé depuis une ou deux heures. Je m’extirpais de mon lit en grognant, l’œil endormi. Me lavant vite fait, j’enfilais une tenue sobre. Une fois fait, je descendis les marches et me rendis à l’extérieur du bâtiment pour y apercevoir le mage et l’apprentie. D’ailleurs j’ignorais leur patronyme. Il allait falloir y remédier. Je les saluais amicalement et les invitais à me suivre dans la demeure tout en leur demandant leur nom. Je répétais le mien, des fois qu’ils aient oublié. Il faisait déjà beau et chaud, même trop chaud. L’été arrivait à grand pas. A l’aide d’un mouchoir vert je m’essuyais le front où perlait de la sueur. Une fois fait, je me mis en route vers l’intérieur de la ferme école. J’espérais qu’ils me suivent de bon cœur. J’allais leur montrer leur lieu de travail. Une pièce assez petite où le matériel de soin était déjà présent.

J’espère que vous vous plairez ici. Et que vous resterez.

Ajoutais-je avec un clin d’œil. Je souriais à pleine dent. Un serviteur m’hélas alors. Il m’indiqua que deux arcaëlliens étaient là pour des postes de professeurs et qu’une dizaine d’enfants étaient présents avec leurs parents. La matinée commençait bien. Je dis au serviteur de les faire attendre avec des boissons et des douceurs.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Juin - 19:48
Luminaia se réveilla, à sa grande surprise, avant l'arrivée de leur employeuse. Que faisait-elle ? Le soleil était déjà à sa place dans le ciel ! Elle entendit son maître grogner comme quoi ce n'était pas très sérieux de la part de quelqu'un qui devait accueillir de nouveaux employés. Elle ne pouvait s'empêcher d'être d'accord avec lui.

L'employeuse arriva enfin, et, les saluant, les invita à la suivre. Bien trop occupée à observer le lieu depuis sa position mobile derrière les adultes, la jeune élève laissa son maître faire la conversation. La jeune elfe trouvait cet endroit bien trop vaste, mais la pièce qui fut désignée comme leur lieu de travail présentait des dimensions plus modestes. Un bon point. Sans se soucier de ce que faisaient les adultes, elle avança à l'intérieur, d'abord timidement, puis, de plus en plus assurée, alla jusqu'à inspecter le matériel présent. Elle se sentait déjà dans son élément. Saisissant tour à tour chacun des instruments, elle vérifia leur propreté d'un œil critique. Elle savait parfaitement que tout ce qui était destiné à être en contact avec des patients, blessés ou malades, devait être parfaitement propre et désinfecté. Elle se servit donc dans les désinfectants pour en repasser une bonne couche sur tous les objets qu'elle avait touchés... Soit presque tous.

Son œuvre achevée, elle remarqua enfin la présence des deux adultes qui avaient observé son manège. La gêne se signala alors d'un coup à elle, et, rangeant ce qu'elle avait utilisé, elle revint se placer sagement près de son maître, s'excusant doucement quand elle passa près de Vÿdareen.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Juin - 11:04
J’espérais sincèrement qu’ils se plaisent dans leurs locaux. La petite elfe était déjà en train d’inspecter le matériel ce qui me fit sourire. Je réglais les derniers détails avec l’arcaëllien pendant la manœuvre de l’apprentie. Quand elle vit que nous la regardions, elle s’arrêta immédiatement. Je retins un rire amusé et repris ma conversation avec son maître. Je lui avouais que j’avais d’autres choses à faire ce jour.

Prenez vos marques dans cette pièce dans un premier temps, ensuite, pourquoi pas, visitez les écuries. Il y a déjà quelques bêtes.

Je les saluais, ignorant toujours leur nom, et partie pour accueillir les élèves et professeurs. J’arrivais à mon bureau et dis bonjour à tout ce petit monde. Je commençais par faire entrer l’un des postulants au titre de professeur. Après une longue discussion, il fut engagé. De même pour le suivant. La ferme n’était pas encore complétement réparée, mais ce qui avait été fait été pas mal déjà. J’invitais un élève et sa mère à pénétrer dans le bureau improvisé. Je posais quelques question au gamin qui répondit :

Mon rêve est de devenir un commerçant puissant et avisé. Je pense que des cours chez vous me conduiraient dans cette ligne.

Je souris, satisfaite. Je l’informais que les cours commenceraient dans un mois, lorsque la ferme serait entièrement refaite. Cela sembla convenir et à la mère et à l’enfant.

La journée se déroula sans encombre, j’avais déjà dix élèves et trois professeurs. Ainsi qu’un soigneur et son apprentie. Je quittais la ferme pour aller boire un verre après être passé voir l’arcaëllien et l’elfe. Je leur remis une grosse clef pour qu’il verrouille leur lieu de travail. Ensuite je partie.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 441

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Juin - 11:18
- Entendu.

Telle fut la réponse de l'homme aux paroles de leur employeuse. Puis, comme convenu, ils s'installèrent dans la pièce, déplaçant certains outils et meubles selon leurs propres habitudes, et chacun se définissant son propre espace de travail. Lumanaia trouva quelques livres expliquant comment effectuer certaines opérations complexes et décida donc de les emprunter pour les étudier chez elle. Cependant, au bout d'un moment, son maître lui fit poser les ouvrages, l'invitant à visiter les lieux, comme le leur avait proposé Vÿdareen. Il s'attendait à la réaction enthousiaste qu'offrit alors son élève, qui avait toujours adoré les animaux.

Après avoir cherché quelque temps, ils finirent par trouver les fameuses écuries. Et la plus jeune trouva tout de suite les animaux vivant ici. Sans plus hésiter, elle s'approcha d'un cheval, lui flatta l'encolure et lui prodigua certaines autres caresses. Elle s'en fit vite un ami, sous le regard amusé de l'adulte.

Après un rapide repas, ils retournèrent à la salle de soins, afin de faire quelques derniers aménagements et commencer à vraiment s'installer. Ils commençaient à voir le bout de cette tâche, quand l'employeuse revint. Elle leur remit la clef de la pièce. Ah oui, c'était vrai, ça pourrait être utile... Le mage la remercia, puis la femme les quitta. Eux restèrent plus longtemps, le temps de vraiment s'installer. Puis, lorsque cela fut chose faite, le mage referma la porte derrière son élève et ils quittèrent eux aussi la ferme en rénovation.

Ce n'est qu'une fois arrivés à une certaine distance de leur nouveau lieu de travail que la petite elfe réalisa quelque chose :

- J'ai oublié de récupérer les livres...

- Tant pis. Je suppose que, même lorsque nous travaillerons vraiment, nous n'aurons pas de clients en continu. Tu pourras donc étudier pendant les heures creuses.

Elle devrait s'en contenter. Et puis, elle savait que lorsque son maître avait pris une décision, il était difficile de lui faire changer d'avis. Elle se contenta donc de le suivre jusqu'à la maison qu'ils habitaient.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces-