Une danse loupée , Un forgeron enchanté !

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 13 Mai - 23:29
Non, Non, Non ! Pas toi ! Non pas toi !
m'exclamai-je ,lorsque Effrois , ma dague droite vint à ce briser pendant mon entraînement journalier. Mes dagues sont ma seule famille alors voir Effrois en morceau me mis dans tous mes états . Je savais bien que mes dagues jumelles commençaient a se faire vielles ,mais je continuai aveuglément de les utiliser. Effrois était celle qui ma servis à couper en morceau Mavercik mon grand-frère , je soupçonne que ce soi cet épisode qui à accélérer son usure et pour cette raison que choque fus encore en un seul morceau . Mon premier réflexe fut de poser Choque et de l'enrouler dans de la soie .Et fallait que sa tombe aujourd'hui ...Dis-je en soupirant … Car oui ce soir-là , la représentation ne se faisait pas dans la salle , mais sur la place des commerces . Déjà que j'eus le traque alors quand mes dagues vint à me lâcher j'ai bien crus que j'allai mourir.

Je finis par comprendre au bout d'une heure que regarder des éclats  de dagues n'allai pas arranger les choses . Je retirai mes vêtements d'entraînement pour mettre un short rouge et une veste légère noire que je laissai ouverte , de telle façon à ce que on voie toute la partie haute de mon corps . Puis, je sortis en direction des beaux quartiers , pour visiter les différentes armureries . Toutes les armureries que je démarchai se moquèrent ouvertement de moi , car mes lames étaient « Trop simple » pour être reproduite à l'identique , et à la place tous me proposèrent des lames jumelle hors de prix .

Après avoir passé quasiment la matinée à chercher , je fus sur le point d'abandonné ,lorsque je vis une petite forge qui faisait aussi armurerie. La porte était déjà ouverte  , je rentrais dans la petite boutique fortement sympathique . Je posai mes armes sur le comptoir tout en lançant ''Bonjour ! ''
Un  jeune homme encore moins habiller que moi lâchas son marteau , pour venir me rejoindre au comptoir .Sans même le regarder  , je m'empressai de demander Pourriez-vous en forger des identiques a celle-ci ? avant même qu'il eu le temps d'en placer une

Pourriez-vous en forger des identiques à celles-ci ?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Mai - 18:05
Ce matin, j’ai ouvert ma boutique de forge de très bonne heure étant donné la montagne de travail que j’ai à faire. Mais je n’irais pas m’en plaindre parce que j’aime mon métier… c’est une passion que j’ai, un don que j’ai reçu de ma mère et que j’aime pratiquer autant que le sexe lui-même. Après avoir fait un brin de ménage dans l’espace de vente, je me mets à nettoyer armes, armures et bijoux afin de les rendre brillants et attirants pour la vente puis je me mets derrière mon comptoir et prends le temps de faire les comptes et l’état des ventes de la journée précédente.

Mes matinées peuvent vous sembler toutes réglées comme une horloge mais le fait est qu’une fois que j’ai le nez plongé dans l’odeur du métal chaud que je frappe pour créer, je suis un peu dans mon monde et je ne pense plus à rien d’autres qu’à mes créations. Et donc… je ne pense plus forcément au nettoyage et aux comptes de la boutique mais, néanmoins, je m’arrange toujours pour rester un minimum attentif aux allers et venues des clients dans ma boutique.

Certains regardent, juste comme ça pour la beauté des motifs forgés et gravés sur les armures, les armes en tous genres et les bijoux exposés dans cette pièce. D’autres semblent intéressés mais finissent par réaliser qu’ils n’ont pas forcément les moyens de se payer de telles pièces… et honnêtement, j’ai toujours un pincement au cœur pour ceux-là. Surtout quand je vois d’abord leur air émerveillé en découvrant mes œuvres et la mine triste qu’ils font en repartant parce qu’ils n’ont rien pour pouvoir s’offrir l’objet de leur désir. Et enfin vous avez la dernière catégorie : celle des clients qui peuvent s’offrir les objets que je vends et dans cette catégorie vous avez des personnages imbus d’eux-même qui vont vous agiter sous le nez leur bourse de pièces d’or pour vous montrer qu’ils sont plein ou pleines aux as et puis vous avez qui, même en ayant les moyens de s’offrir une de mes créations, savent rester simples.

J’avoue avoir une nette préférence pour ces derniers, d’ailleurs. Non parce que se la jouer parce que tu es riche, c’est bien mais il ne faut pas oublier une chose essentielle à propos de l’argent : il est plus facile de le dépenser que de le gagner mais bon … j’imagine que c’est le cadet des soucis de ceux et celles qui naissent avec une cuillère en argent dans la bouche. Ça va paraître méchant de ma part mais… ceux-là, je veux juste les voir se retrouver sans le sou, au moins une fois dans leur pitoyable existence dorée. Juste pour voir comment ils réagiront quand ils se retrouveront sans rien et qu’ils devront baver devant mes créations ou qu’ils devront ramper pour quémander ne serait-ce qu’un morceau de pain. Je peux vous certifier qu’ils regretteront non seulement le temps où ils pouvaient tout se permettre mais aussi peut-être réfléchir à leurs actes passés.

Une bonne claque dans la tronche !!! Rien de tel pour vous changer un homme et vous remettre en question.

Je viens de terminer une grosse commande dont le client passera dans quelques jours la récupérer, ce dernier m’avait payé la moitié du prix lors de sa première visite et devrait me payer le reste en venant récupérer son armure et son épée. Épongeant la sueur qui coule sur mon front, je sors de ma forge et passe dans la pièce qui fait office de cuisine pour me prendre un verre d’eau quand je vois du mouvement dans la salle de vente et entends un « bonjour » résonner. Je pose mon verre et mon tablier sur la table puis sors de la pièce, torse nu, afin de me diriger vers le comptoir en souriant.

« Bon… - commençais-je à peine à dire quand le client me laisse pas le temps de finir-

-Pourriez-vous en forger des identiques à celles-ci ?

- …jour. »

Je hausse un sourcil en regardant le client puis pose mes yeux océans sur les dagues jumelles qu’il vient de me poser sur le comptoir. Une à une je m’en saisis pour les observer en détails et en jauger l’état d’usure. Je constate que l’une d’entre elles est carrément briser et la seconde… ben la seconde, c’est une question de temps avant qu’elle ne prenne la même voie que sa jumelle. Encore un peu et elle se brisera comme un miroir dans lequel on jette un verre sous le coup de la colère. Je repose les lames et regarde mon client…

*Hum ? Il m’a l’air…*

Bien jeune…trop jeune même. A tout casser il doit avoir 8 ans de moins de que moi… 17 ans. Plus je le regarde et plus il me semble l’avoir déjà vu quelque part et soudain je tilte. Je l’aie vu s’exercer avec sa troupe ce matin, en regagnant ma boutique. J’ai entendu dire que, ce soir, une troupe de danseurs allait se produire sur la place des commerces. Je comprends alors que la commande est de nature urgente.


« Bien ça va demander pas mal de travail, mais ça peut être jouable pour que vos lames soient prêtes pour votre représentation de ce soir. Vous faites partie de la troupe de danseurs qui va donner un spectacle sur la place des commerces, pas vrai ? »
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 12:15
Bien ça va demander pas mal de travail, mais ça peut être jouable pour que vos lames soient prêtes pour votre représentation de ce soir.

Lorsqu'il eu prononcer ces mots , je lâchai léger soupir de satisfaction . Puis, je levais les yeux pour voir mon interlocuteur ...grossière erreur ... je vis d'abord son torse en sueur musclée a souhait (à mon goût, hein !En remontant un peu plus j'admirai son visage d'ange pour finir par me noyer dans le bleu de ses yeux . il avait aussi une cicatrice à l’œil qui lui donnait un look de mauvais garçon qui me fais craquer . Il finit par "Vous faites partie de la troupe de danseurs qui va donner un spectacle sur la place des commerces, pas vrai ?"

Je lui répondis d'abord en balbutiant "Ah...euh...moi danseur ?" puis , je me repris en main "Oui Oui , je suis danseur dans la troupe qui joue ce soir .Merci pour mes lames me sont importantes pour le spectacle mais elle mes sont surtout très chères à mon cœur..."

Tout en disant ça  , je le regardais droit dans les yeux , hypnotisé par son regard. Au final je transpirai plus en l'admirant que lui en travaillant

"Que je suis impolie je ne vous ai même dit pas bonjour...Desoler je peu être maladroit de temps en temps hehehe" dis-je tout me grattant l'arrière de la tête

je ne voulais pas partir *Mais pourquoi je suis comme ça moi ? ce n'est pas dans mon habitude de me faire avoir par la b...OH ET PUIS MERDE ! il est trop beau *^* *...Il faut que j'en vois plus *pensai-je .Je regardai rapidement au dessus du comptoir pour pouvoir admirer le pantalon du forgeron et son "paquet" *BLBLBLBL Y'en à la dedans*^* * puis ,  je tournis rapidement le regard vers les armes autour.

"Vous en avez pour combien de temps et combien ça va me coûter ?" demandai-je en admirant les bijoux autour de moi
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Mai - 13:02
Je regarde l’état de ses lames et évalue le temps que ça me prendre pour en refaire des neuves mais aussi les alliages possible afin de forger des lames beaucoup plus résistantes que celles qui se trouvent en ce moment même sur mon comptoir. Au final, je ne lui cache pas que forger deux nouvelles lames neuves dans un laps de temps aussi me demandera beaucoup de travail mais je sais que j’y arriverais alors je relève le défi en lui disant que ses lames peuvent être prêtes pour sa représentation de ce soir.

En le regardant, je me souviens l’avoir brièvement croisé avec sa troupe et l’avoir vu répéter et s’entraîner avec alors que je me rendais à ma forge. Je me suis arrêté un instant, pour les regarder en finissant ma pomme puis j’avais tourné les talons pour aller ouvrir ma boutique et faire les préparatifs nécessaires à ma journée de travail…

"Vous faites partie de la troupe de danseurs qui va donner un spectacle sur la place des commerces, pas vrai ?"

"Ah...euh...moi danseur ? Oui Oui , je suis danseur dans la troupe qui joue ce soir .Merci pour mes lames me sont importantes pour le spectacle mais elle mes sont surtout très chères à mon cœur..."

« Je vois, raison de plus pour les faire à neuf. »

Oh… on dirait que je le trouble, je fais pourtant rien dans ce but. Je me contente juste de le regarder avec sourire alors que je prends un grand morceau de tissu doux sombre que j’étale sur le comptoir avant d’y déposer les lames usées. Remarque, on y songeant bien, je fais un peu cet effet-là à pas mal de gens et j’ignore si je dégage quelque chose de particulier ou si c’est purement physique.

Quoiqu’il en soit, je sais que quand je me rends de temps en temps dans les maisons closes, c’est tout juste si les filles ne se battent pas entre elles pour savoir laquelle couchera avec moi et passera la nuit. Pour les mecs c’est un peu différent : y en a qui vont m’aborder en me disant cash que je leur donne envie et d’autres qui vont se contenter de me regarder et de la cacher alors que la même envie, je peux la sentir clairement… et encore quand ce n’est pas moi qui les aborde directement.

"Que je suis impolie je ne vous ai même dit pas bonjour...Désolé, je peux être maladroit de temps en 
temps héhéhé"


« Oh ce n’est pas grave, je ne m’emballe pas pour si peu, vous savez. »

Mon client fait clairement partie de la seconde catégorie : il ne dit mais me regarde et dans sa façon de me reluquer et sa manière de balbutier, je peux carrément en tirer que je lui plais physiquement et que j’ai l’air d’être son type. Je ne dis rien pour ne pas le perturber plus qu’il ne l’est déjà mais j’ai bien vu la façon dont il a regardé mon torse avant de plonger son regard dans le mien… regard qu’il n’a pas soutenu bien longtemps avant que ce dernier ne baisse d’un niveau pour regarder ce que j’ai sous la ceinture.

*Le pauvre s’il savait ce qui se trouve là-dedans… il ouvrirait de gros yeux ronds, tiens.*

Un truc bien dans mon physique c’est que j’ai pas besoin de me vanter sur la taille de mon service trois pièces : les gens le voient de par eux-mêmes ou elles-mêmes. Et en général quand ils ou elles le regardent, ils ou elles réagissent de deux manières : soit ils ou elles me disent cash le fond de leurs pensées, soit ils ou elles rougissent et balbutient mais si l’occasion se présentait, ils ou elles sauteraient dessus. Par expérience, je sais que ce sont les plus timides voire coincé(e)s qui sont les pires au lit. Lui, je serais bien curieux de savoir s’il fait partie de cette catégorie.

Finalement après avoir observé ma virilité à travers mon pantalon pendant de longues minutes, mon client finit par regarder les armes exposées dans l’espace de vente… De mon côté, je souris en coin.

"Vous en avez pour combien de temps et combien ça va me coûter ?"

« Si je m’y colle dès maintenant, elles peuvent être terminées pour le milieu de l’après-midi. Pour le prix, tout dépend de ce que vous avez ou pouvez me proposer~ »

Habituellement, je demande un prix cash mais je me doute bien que le métier de danseur ne doit pas payer des masses d’autant plus que c’est généralement au bon vouloir des passants que ces artistes sont payés quand ils se produisent dans la rue ou au bon vouloir de la personne qui tient la taverne ou l’auberge si c’est dans une salle. Alors en ce qui le concerne, je prendrais comme prix ce qu’il me proposera.


Je suis du genre à m’adapter à tous les types de bourses de ma clientèle…
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Mai - 18:58
Si je m'y colle dès maintenant, elles peuvent être terminées pour le milieu de l'après-midi. Pour le prix, tout dépend de ce que vous avez ou pouvez me proposer~ »

me répondit-il , « Me prendrait-il pour une pute ? Faut dire aussi que je l'aies un peu cherché aussi ...A moins qu'il me crois pauvre , à cause de mon salaire de danseur...Enfin bon niveau argent je me porte bien avec tout ce que je pique au riche ...On va rentrer dans son jeu » pensai-je

Je commençai par chercher ma bourse . Je pris une poignée de pièce d'or que je lâchai sur le comptoir .« J'espère qu'il aura le compte »je sue pertinemment qu'il y avait beaucoup plus que ce que le forgeron aurait pus exiger pour mes lames .Ensuite je passai derrière le comptoir , et lui susurrai à l'oreille d'une voie sensuelle « Ne vous inquiétez pas le complément du paiement arrive ce soir » . à ce moment il avait l'air tellement concentrer sur mes paroles que je pense qu'il ne remarqua point que j'étais en train de le palper au niveau du paquet . Ce que j'eus touché ne semblais pas humains ou de toute autres espèces... Ensuite, je me mis en direction de la sortie avec le sourire aux  lèvres « A plus ! » Lui dis-je . En sortant , je pris une grande bouffée d'air frai … Je devais en apprendre plus sur se forgeron qui  été en train de me voler mon cœur , mon premier réflexe fut d'aller voir Lord

Dominique qui connaît tout le monde aux cités blanches . Je lui fis part que je souhaitais connaître certaine information sur le jeune forgeron , en échange comme d'habitude il me demanda une partie de jambe en l'air . Une fois les ébats terminés , j'eus les informations que je cherchai . « donc je résume il s'appelle Valkyon , Il partage un manoir avec sa grand-mère et est soupçonné d'être un demi-dieu ? » m'exclamai-je

a dernière information me semblai cependant peu probable , un demi-dieu forgeron , la blague ! En début d'après midis j'eus escalader la battisse en face de celle ou travaillé le forgeron , pour me positionner sur le toit afin de pouvoir l'espionner lui et son magnifique corps transpirant au travail …

Je passai toute l'après midis a le relooker dans tous les sens , tout en ayant continuellement le bambou qui frétillait ( J'ai pas trouver d'autre métaphore ...) mais ni touchant point . En début de soirée , j'attendis que sa ce calme pour redescendre. Une fois en bas je rentrai dans la boutique « Rebonjour , c'est moi le jeune danseur »
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Mai - 21:27
Loin de moi l’idée de le prendre pour une pute quelconque dans ma réponse mais je me doute qu’un danseur des rues comme lui ne doit pas gagner des masses. Je ne veux juste pas le dépouiller de son argent durement gagné et être payé tout en étant certain qu’il lui restera de l’argent pour lui. Mon but n’a jamais été de dépouiller les gens de leur argent, en montant cette forge, mais d’offrir mes services à tous et toutes quelle que soit la bourse qu’ils ou elles ont. Je fais partie de ceux et celles qui travaillent par plaisir de faire de beaux objets et pas juste pour le travail.

Quand je crée un objet, que ce soit une lame, une armure ou un bijou, j’y mets toute ma passion et je ne fais juste en sorte qu’il soit joli au visuel. J’imagine que lui aussi doit danser avec passion dans ses représentations et je serais curieux de voir comment. Je le regarde chercher sa bourse et prendre une grosse poignée de pièces d’or qu’il me dépose sur le comptoir que je compte rapidement…il y a plus que nécessaire.

« J'espère qu'il y aura le compte »

« Oh il y a même plus… »

Alors que je ramasse les pièces pour d’une main, j’ouvre le tiroir de l’autre et sort une petit bourse de cuir ainsi qu’un registre qui fait office de livres d’encaissement et de compte et une plume avec une petite bouteille d’encre. Je trempe ma plume dans la petite bouteille et inscris la nature de l’achat ainsi que le prix et la date. Je range le registre, la plume et l’encrier dans le tiroir puis glisse les pièces dans la petite bourse de cuir pendant que la voix de mon client chuchote à mon oreille d’une voix sensuelle…

« Ne vous inquiétez pas le complément du paiement arrive ce soir »

*Un complément ? Mais il a déjà bien assez d…. Aaaaah j’ai compris où il veut venir* pensais-je en arborant un sourire en coin en sentant sur le tard sa main quitter mon entrejambe…

« Entendu~

- A plus.

-A plus~ »

Il quitte la boutique alors que je range la bourse de cuir dans le tiroir-caisse  en bois puis sors le ruban noir de ma poche et m’attache les cheveux afin de ne pas être gêné dans ma tâche. Je prends les lames usées et vais dans ma forge raviver un peu le feu et sélectionner les moules nécessaires à la refonte des lames. Les moules sortis, je regarde les métaux dont je dispose en lingots et sélectionne un acier avec un argent, certes, cher à l’achat mais réputé pour sa solidité et sa résistance à l’épreuve du temps et de la rouille. Bien entretenues, les armes faites de cet alliage sont moins enclines à s’abîmer aussi rapidement qu’une lame en acier simple, quant à la rouille, elle mettra un peu moins de temps à ronger la lame qu’une lame basique qui sera bouffée en moins de deux.

Mais bien sûr, tout ne se fait pas comme ça : si mon client n’entretient pas ses lames après retapage, elles seront rouillées, dentelées et émoussées comme n’importe quelle arme. Je jette les lingots de métaux dans le chaudron qui chauffe et les laissent un moment fondre avant de mélanger avec un tisonnier de métal pour obtenir le mélange parfait. Le mélange obtenu, je prends la louche prévue pour ça et prend de l’alliage en fusion avant de le couler dans les moules que je secoue légèrement à l’aide d’une pince afin d’unifier un peu et que le coulage soit parfait des deux côtés. Une fois fait je les refroidis un peu et les démoule avant de retirer les surplus de métal sur les bords puis refroidis une seconde fois les deux lames avant de me mettre à les travailler au maillet.

La sueur perle sur mon corps et l’odeur de métal fondu envahit la pièce alors que des étincelles volent dans l’air au fur et à mesure que mon maillet frappe chaque lame pour donner à chacune la forme parfaite de leur origine. Je vois pas les heures passer et quand, enfin, je termine d’assembler les lames à la poignée de chacune des dagues jumelles, le soleil était en train de se coucher doucement. L’assemblage fait, je passe chaque lame sur une meule pour les aiguiser puis lustre les lames avant de les ranger en les enroulant dans un tissu de velours rouge sombre.

Je me rince rapidement le visage, le cou, les épaules, le haut du torse et les mains dans la bassine d’eau froide prévue à cet effet puis prend une touille pour m’essuyer le visage quand j’entends de nouveau la voix de mon client…

« Rebonjour , c'est moi le jeune danseur »

Je me dirige vers le comptoir, torse nu et les cheveux toujours attachés puis pose ma touille un peu humide sur le meuble. Je me penche et en sors le paquet de velours rouge sombre puis le pose sur le comptoir avant de l’ouvrir sur les dagues aux lames étincelantes.

« Rebonjour, voici votre commande. Vos lames refaites à neuf dans un alliage acier et argent. Est-ce que cela vous convient ? »

Je m’accoudais au comptoir et laissais le plaisir à mon client de découvrir ses nouvelles armes…
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Commerces-