L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Mar 3 Mai - 15:14
Je fus stupéfaite de voir l’elfe se rendre sans ronchonner. Mais, cela est étrange, elle sembla changer d’avis et revins à l’écurie. Elle m’annonça qu’elle restait un peu plus ce qui m’arracha un sourire de contentement. Il faut avouer qu’en la voyant partir j’avais fait la gueule. Je l’invitais à me suivre avec la caisse de fourniture jusque dans mon bureau. Une fois dans la pièce, la porte close, je ne pus retenir mon corps. Je pris la caisse des mains de Tahiri et la posé sans encombre sur une chaise. Je commençais alors à caresser mon invitée et à l’embrasser. J’avais envie d’elle, comme chaque seconde depuis qu’elle était là. Elle m’avait fait oublier le viol d’Ange ce qui était une bonne chose même si parfois je me dégoutais. Je m’éloignais d’elle et attrapais une bouteille de vin de mûres ainsi que deux verres. J’en servis un pour Tahiri et un pour moi. Levant mon godet, je le portais à mes lèvres et bus d’une traite le délicieux liquide. Une fois le verre vide je m’en resservis un. J’avais envie de boire en plein journée, à Kaliqua mes défauts. Par Thaä je voulais tant lui faire l’amour encore et encore et encore. On frappa alors à la porte et j’allais ouvrir. Dans l’entrebâillement se trouvait l’une de mes étudiantes.

Le type est revenu, il réclame la tête de Tahiri sinon il met le feu à la demeure… On fait quoi ?

Je jetais un œil vers mon invitée et réfléchis longuement. Je dis à l’élève de partir devant en disant que nous arrivions dans cinq minutes. Me tournant ensuite complétement vers l’elfe je lui demandais de m’expliquer ce qui se passait si elle le désirait.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Mai - 15:44
Une fois de retour à l'écurie, Vÿ me conduisit jusqu'à son bureau où je fus rapidement débarrassée de ma caisse de fournitures. Elle s'approcha de moi et commença à m'embrasser et à me caresser. Je ne regrettai pas mon choix d'avoir refuser de venir avec l'homme. Avec un sourire complice, je lui rendis ses caresses et l'embrassai dans le cou alors qu'elle nous servait deux verres de vin. J'avais envie de l'étaler contre son bureau et lui faire sauvagement l'amour, je me retins cependant et trinquai avec elle à mon non-départ. Nous bûmes d'une traite toutes les deux et nous resservîmes.

C'est au moment où je m'approchai d'elle pour la déshabiller que l'on frappa à la porte. Je soupirai d'agacement et laissai mon hôte s'occuper de l'importun. C'était une étudiante, elle annonça à Vÿ que l'homme de tout à l'heure, Éric, était revenu. Je soupirai à nouveau et pesta, maudissant cet abruti qui insistait un peu trop à mon goût. C'est alors que mon hôte me demanda de lui expliquer la situation.

Humpf… Sûrement un inspecteur des impôts… Ils sont tenaces ces gens là… Pourtant j'ai payé la taxe mais il veut visiblement rien savoir !

Elle me lança un regard, comme pour me demander d'arrêter de plaisanter et de m'expliquer la vérité cette fois.

Bon !!! D'accoooord ! Roooh ! Tu veux savoir ? Il se trouve que je suis, ou plutôt que J'ÉTAIS une Vaibïaën… Sauf que j'ai fichu le camps y a de cela 49 ans… J'ai réussi à les semer et j'pensais qu'après tant d'années ils auraient oublié mon existence… ben visiblement pas… Ils sont pires que des morpions… Pour s'en débarrasser c'est une vraie merde !

Je jetais un œil à Vÿ et bougonna voyant son air quelque peu surpris.

Quoi ? Ouais ok… j'ai 69 ans… Mais c'est jeune pour une elfe ! Pas la peine d'être choquée ou quoique se soit… bref… C'qui m'emmerde c'est que j'ai pas la paix à cause de ça. Ca fait des années et des années que je peux plus me poser nulle part… J'pensais que cette fois ça serait différent… J'pensais que cette fois je pourrais enfin rester quelque part… ici en fait… Mais j'me trompais apparemment… Chuis désolée Vÿ… J'ai pas envie de te foutre dans la merde à cause de mon passé… à cause de ce que j'ai fait ce jour là… Je… Je vais me rendre pour de bon cette fois… J'ai pas envie qu'il brûle ce lieu à cause de moi… J'ai pas envie que vous payez pour ce que j'ai fait… C'est moi qui doit payer… Pour tous ceux que j'ai massacré ce jour là… pour elle…

Je baissai la tête et serrai les poings. « Plus jamais ça ! » me dis-je.

Maintenant on a le choix… Soit je me rends à lui et t'entends plus jamais parler des armes vivantes, soit on se bat et ça ne fera que retarder l'inévitable…
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Mai - 17:36
Tahiri m’expliqua sa situation en commençant par une blague de mauvais goût. J’avais fronçais les sourcils et elle finit par cracher le morceau. Je due faire une drôle de tête quand elle m’annonça plus ou moins son âge car elle réagit immédiatement. Elle parla ensuite de se rendre et une fois encore je fis la tronche puis elle fit une proposition plus alléchante : se battre. J’esquissais un sourire amusé et pris la porte sans l’attendre pour aller affronter ce Éric. J’arrivais dans la cours et enfilais ma ceinture d’invisibilité, m’approchant aussi discrètement que possible de l’arcaëllien, je lui mis une belle droite dans le visage et un coup de genou dans le ventre. Il se plia en deux cherchant la raison de ces douleurs. Bien évidement il ne put trouver étant donné que j’étais invisible ainsi que tout ce que je portais sur moi. Je saisis mon pistolet à gemme mez et déclarais :

Soit tu te casse soit je te brise.

Il chercha d’où venait ma voix, les yeux ronds. Je me mis à rire en courant autour de lui.

Où te caches-tu sale peste !

S’exclama-t-il la rage au ventre. Je tapotais son épaule droite avec le canon de mon arme en disant dans un chuchotement :

Je suis partout !

Je tirais un coup de sommation en l’air et l’informais que le prochain serait pour son cœur. Je le vis déglutir quelque peu inquiet. Je m’arrêtais de courir et me posais devant lui, retirant la ceinture, l’arme pointait sur sa poitrine.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Mai - 23:33
Le pouvoir de se rendre invisible… elle avait le pouvoir de se rendre invisible. J'en étais abasourdie,   un tel pouvoir n'était pas à la portée de tout le monde. Cette femme me plaisait de plus en plus. Je laissai échapper un petit sourire amusé quand elle se joua d'Éric pour finalement lui coller son arme contre la poitrine.

Maudite femelle… pesta-t-il. Tu l'emportera pas au paradis ! Les armes vivantes s'occuperont de toi et de tous tes chiens…
Pas s'il n'y a personne pour leur dire quoique se soit sur elle… rétorquai-je avec froideur.
Que… Tu vas me tuer peut-être ?
Pourquoi pas ?
Ils viendront… ils viendront pour voir ce qui s'est passé… ils sauront…
Ils ne sauront rien du tout… Pas pour Vÿ en tout cas… Et puis techniquement si je te tue, elle n'aura rien à voir là dedans…
Que…
Je t'ai laissé ta chance Éric… J't'ai demandé de te barrer et de me foutre la paix… je t'avais prévenu que si tu refoutais les pieds ici, je vous buterai tous, un par un… En fait je me suis promis de ne jamais plus me servir d'un sabre en acier… J'me suis promis de ne plus tuer qui que se soit. Mais très franchement si vous m'y obligez, j'me verrai contrainte de laisser le démon parler à ma place.
Le… Le démon ?? dit-il en écarquillant les yeux.

J'approchai alors mon visage du sien et me mis à parler d'une voix calme mais quelque peu froide. J'allais parler de quelque chose que je n'avais jamais confié à personne. Pourtant je restais d'un calme impassible, comme si la personne dont j'allais parler n'était pas moi.

Oui… Vous avez bien du trouver un monticule de morts ayant brûlé sur un bûcher à l'époque, non ?
Un monticule de… Ou… oui mais…
J'ai un secret pour toi… Je suis la fille de Gar'Haz… Et toute ma division… c'est mon démon qui les a tué.
Que… Tu racontes n'importe quoi !!! Impossible ! La simple débutante que tu étais n'aurait jamais pu… à elle toute seule…
Tu veux que je te prouve le contraire ?
Tu mens !!! C'est du bluff !
Très bien… Puisque tu ne sembles pas vouloir me croire…

Je me saisis du manche de mon sabre en acier, je pris une longue inspiration, puis le dégainai d'un coup. Mes yeux virèrent au rouge, mes cheveux se mirent à pâlir et à prendre une teinte argenté, et ma peau devint pâle, puis grise. Mon esprit s'effaça petit à petit. En une fraction de seconde je passais de devant à derrière l'homme au chapeau, le sabre en main. Son bras tomba au sol sous ses yeux horrifiés et il se mit à hurler de douleur.

Im… impossible ! Tu… Tu es un… monstre… espèce de… sorcière… Je…

Je ne lui laissai pas le temps de finir sa phrase et lui planta ma lame dans le torse, perçant son cœur. Je le regardai alors s'écrouler devant moi sans la moindre once de compassion, sans la moindre pitié… j'étais totalement hermétique aux sentiments dans cet état. J'avais envoyer cet homme rejoindre le royaume de mon père… Et ça ne me faisait ni chaud ni froid. Je sentais la soif de sang me gagner, aussi remis-je mon sabre dans son fourreau.

Je crois que j'en ai fait un peu trop là…
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Mai - 23:46
Je regardais Tahiri, les yeux exorbités. C’était une… Demi-Déesse ! Pas étonnant qu’elle soit si belle ! Je n’étais même pas choquée de sa façon d’agir ou du comment elle avait tué cet arcaëllien. Ce qui résonnait dans ma tête c’était son ascendance. Je n’entendais même pas les murmures des élèves et des employés. Nom des Dieux ! Une demi-divinité ! Là ! Devant moi… Parbleu… C’était extraordinaire ! J’avais envie de lui sauter dessus et de lui faire l’amour là tout de suite. J’attrapais donc sa main et l’emmenais tout naturellement dans… ma chambre.

’Tain ! Tu m’excite !

Lui dis-je de but en blanc. Je commençais à l’embrasser dans le cou remontant vers son visage et surtout ses lèvres. Mes mains parcourait son corps sans prêter attention au fait qu’elles soient sous ses vêtements. J’étais une pure chienne en chaleur à cet instant. Et je ne faisais que commencer. J’ôtais ses vêtements puis la poussais vers le lit. J’embrassais chaque parcelle de son corps divin.

Fille de Gar’Haz, je vais te faire jouir !

Mes doigts glissèrent dans son intimité et commencèrent à faire des va et vient. Je voulais la sentir. Je voulais être en elle. Je voulais… Oh putain ! Une demi-déesse… Je me demandais soudain si Gar’Haz pouvait nous surprendre en train de faire l’amour et… ça m’excita encore plus. Mes lèvres se collèrent aux siennes dans un baisé torride.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Mai - 0:39
Je m'attendais à ce qu'elle me fasse par de tout son dégoût, qu'elle ait peur de moi ou encore même qu'elle me chasse de chez elle. Mais non… Sa réaction fut aussi soudaine qu’inattendue. Elle semblait totalement en admiration devant moi et me saisit la main pour me traîner plus loin.

Oy ! Heu… attends ! Il se passe quoi là ? Hein ? Je viens de tuer ce mec ! On ne devrait pas au moins s'occuper de… hum… enfin tu sais !

Elle ne m'écoutait pas, ou alors si mais avait une toute autre idée en tête pour la suite des événements. Elle m'entraîna dans sa chambre et me dit vulgairement que je l'excitais. J'en fus quelque peu effrayée. Je l'excitais ? Je veux dire… je venais de tuer un homme, la réaction à laquelle je m'attendais n'était pas du tout celle là.

Heu… Ouais ? Enfin je veux dire… toi aussi tu m'excites ma belle mais…

Elle se mit à m'embrasser puis à me peloter sans vergogne. J'aurai pu lutter, dire que ce n'était pas vraiment le moment, mais j'avouais ne pas pouvoir lui résister. Vÿ était aussi malade de sexe que moi, et inversement. Ma raison m'ordonnait de protester, mais franchement… vous m'avez déjà vu écouter ma raison ? Ah ah ! Bien sûr que non. Je la laissai faire, m'ôter mes vêtements, m'allonger sur le lit.

Fille de Gar’Haz, je vais te faire jouir !

Fille de Gar'Haz ? C'est mon statut divin qui l'excitait ? C'était bien la première fois que l'on me faisait le coup… oui en même temps c'était la première fois que j'en faisais part à quelqu'un. Il fallait que je fasse quelque chose, que je dise quelque chose.

Vÿ… du calme… je… je viens de… Oh et puis merde ! Non ! On s'en fout en fait ! Prend-moi ! Prend-moi ma belle ! Si j'avais su que ça t'excitait, j't'aurai dit plus tôt que j'étais une demi-déesse. Ah merde !!! Doucement avec tes doigts là ! HURG !!!

Elle était si excitée, s'en était indécent, mais par Gar'Haz, que c'était bon. J'avais l'impression de mourir de plaisir. Je crois que ce fut la fois la plus intense de toutes celles que nous avions vécues ensemble… non… en fait de toute ma vie je crois que je n'avais jamais autant pris plaisir à faire l'amour à ce point. J'en tremblai d'excitation, de plaisir. Bon sang ce que cette arcaëllienne me plaisait.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Mai - 16:01
Je n’entendais pas ce qu’elle disait, trop occupée à lui donner ce qu’elle méritait. Autant dire que j’y mettais tout mon cœur et tout mon corps. Trois petits intrus titillaient son intimité avec ferveur. Je voulais l’entendre crier et supplier. J’étais folle ? Sûrement. Folle de désir et de passion. Mes lèvres rencontrèrent les siennes dans un baisé ardent. Mon corps ne faisait qu’un avec le sien. De ma main livre je caressais ses formes avec délice. Je ne voulais pas que ça s’arrête par les couilles de Kaliqua ! Mais on n’est pas toujours exaucé, n’est-ce pas ? On frappa intempestivement à la porte. Je me levais et allais ouvrir sans gêne. Pourtant Tahiri était nue. Un employé était derrière la porte se dandinant d’un pied sur l’autre.

Quoi encore ?
Heu… On fait quoi du corps ?
Brûle le, découpe le, j’m’en fiche. Qu’on me laisse tranquille.
Bien, Ma Dame…

Il s’en alla en haussant les épaules et nous laissa seule. Je claquais la porte avec force. Je me tournais et vis Tahiri nue sur le lit. Mes pulsions revinrent rapidement. J’allais vers elle et la caressais avec douceur et détermination.

Prête à crier de plaisir ?
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Mai - 19:43
Interrompues dans nos ébats… encore une fois. C'était une manie visiblement. La faute à pas de bol. Finalement la jeune employée fut rapidement congédiée et nous pûmes reprendre de plus belle.

Prête à crier de plaisir ? me demanda-t-elle.
Crier de plaisir ? Oh… J'espère que tu seras à la hauteur. Parce que pour me faire crier… il va falloir y aller !

Que ne dis-je comme bêtise… Elle me fit pousser tant de gémissement que tout le quartier avait du l'entendre. Ses doigts si habiles et son corps chaud et ondulant contre le mien m'avait tellement offert de plaisir que je finis en nage, le corps tout couvert de sueur.

Je glissais tout contre elle à mon tour, passant ma langue sur tout son corps nu, titillant un sein, puis l'autre. Mes doigts passèrent entre ses jambes pour se glisser dans sa zone la plus chaude. Je les tournais doucement, puis avec un peu plus de ferveur. Elle était déjà toute excitée, je n'avais pas besoin de faire grand-chose.

Je t'excite tant que ça ? m'étonnai-je à voix haute.

Question idiote, c'était cela dit plus de la rhétorique qu'autre chose. Je finis par échanger nos places, elle en dessous moi. Je continuai à titiller sa fleur avec intensité tout en dévorant sa bouche avec des baisers pleins de ferveurs. Me vint alors l'envie de dévorer ses lèvres, mais pas celle du haut. Je me tournai dans l'autre sens, lui présentant ma fleur tandis que j'approchai ma bouche de la sienne. J'avais envie de la sentir en même temps qu'elle me sentait. J'avais envie d'elle au point que j'étais devenue une vraie fauve.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Mai - 17:25
J’étais une vraie machine et bien vite Tahiri gémit fortement alertant certainement tous les alentours de nos ébats. Cela ne me dérangeait pas, loin de là. Quand j’en eus finie avec elle elle me mit sur le dos et commença à me donner du plaisir. Puis elle me présenta sa fleur et je commençais à l’embrasser et à la titiller. J’étais folle de plaisir. Je sentais mon intimité l’exprimer à sa façon. Quand tout cela fut fini, je pris Tahiri dans mes bras et l’embrasser tendrement. La demi-déesse me faisait un effet bœuf. Mais je me retenais de lui donner à nouveau envie de crier. Je devais agir en tant qu’adulte responsable. Elle avait tué dans l’enceinte de ma demeure. Et sous une forme peu arcaëllienne. Mais après tout, elle était fille de Gar’Haz. C’était sans doute normal pour elle.

T’es proche de ton père ?

Lui demandais-je de but en blanc sans aucune raison. Je lui souris timidement, un peu impressionnée par son ascendance. Puis, telle une gamine, je commençais à la chatouiller afin d’entendre son rire. On frappa alors à nouveau à la porte. Je soupirais et, nue, je me levais pour aller ouvrir.

Quoi encore ?

Demandais-je à la même employée que tout à l’heure qui était devenue aussi rouge qu’une pivoine devant ma nudité.

On a brûlé le corps, Ma Dame. Et vous avez un cours dans dix minutes.

Je soupirais, la remerciant et lui fermant la porte au nez. J’allais m’habiller et sortie de ma chambre sans un mot.


Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Mai - 10:47
T’es proche de ton père ? me demanda-t-elle alors que je me glissais vers elle pour me blottir dans ses bras.
Hum… Ça dépend comment on voit les choses… Faut dire qu'on a pas toujours été en très bons termes lui et moi… Sûrement à cause de… Hééé !!! Mais qu'est-ce que tu fous ? Arrêtes ! Ahahaha ! Non mais arrêtes ça j'te dis ! Ça chatouille !! Ahahah !

Je me mis à rire comme une cruche alors qu'elle glissait ses doigts sur mon corps pour me chatouiller. J'avais un rire plutôt singulier, je ne l'aimai pas vraiment, je trouvais que j'avais une voix assez désagréable à vrai dire, mais ce n'était peut-être que mon impression après tout.

Ahaah ! Mais que t'es conne, franchement ! Une vraie gamine ! dis-je, amusée.

Et l'on frappa à nouveau à la porte… C'était l'inconvénient de faire ce genre de chose en pleine journée… Je soupirai et la laissai répondre à notre empêcheuse de tourner en rond. Il était l'heure de retourner au travail… et aux ennuis également. Nous nous rhabillâmes et sortir de la chambre. Elle ne dit pas un mot, je lui fis juste un geste de main pour la saluer et retourna à mes besognes.

Lorsque je rejoignis mes collègues de travail, je m'arrêtai un peu avant d'arriver à leur vue. Ils étaient en train de parler et j'avais envie de savoir ce qu'ils racontaient. Évidemment, le sujet de conversation, c'était moi, et on ne me lançait pas vraiment des fleurs.

Un monstre j'vous dis ! Vous avez vu ses yeux ? Et se regard inhumain… on aurait dit qu'elle sortait tout droit du royaume de Gar'Haz.
Elle va nous attirer des ennuis, c'est sûr…
Dîtes pas de conneries ! Si elle venait du royaume de Gar'Haz, vaudrait mieux pas qu'on parle d'elle en mal. Vous avez vu ce qu'elle est capable de faire ?
Ouais ben justement… On devrait peut-être la renvoyer d'où elle vient… J'ai pas envie de mourir moi !
La renvoyer d'où elle vient ? Mais t'es fou ! Elle va te trancher en morceaux, comme elle l'a fait avec ce gars là… C'était qui d'ailleurs ?
J'en sais rien… Sûrement pas quelqu'un de réglo en tout cas.
Hé !!! Vous avez pas bientôt fini ?
hurla une voix que je reconnu comme celle du palefrenier en chef. C'est quoi ces histoires là ? Parlez pas de ce que vous savez pas ! Vu ? J'veux pas entendre d'histoire là ! J'irai lui parler, moi, j'essayerai de mettre les choses au clair avec elle, mais si la patronne continue à lui faire confiance, y a pas d'raison ! Et surtout, vous commencez pas à la chercher ! Vu ??

Je fermai les yeux… Évidemment qu'on me prenait pour un monstre à présent. Qu'elle idiote j'avais été de laisser ma partie divine prendre le dessus… Je fis demi-tour, décidée à partir cette fois-ci, lorsqu'une main épaisse se posa sur mon épaule pour me retenir. C'était le palefrenier en chef, un grand gaillard un peu rondouillard, avec un air quelque peu sévère mais toujours aimable. Il n'était pas spécialement moche ni spécialement beau, mais il avait ce côté sympathique.

Hé ! Tu vas où comme ça ? me demanda-t-il.
Je m'en vais… J'ai plus rien à faire ici… maugréai-je.
Plus rien à faire ici ? J'ai des clients qui attendent pour leurs montures ! Tu t’équipes et tu vas me les préparer.
Non… Je crois que t'as pas pigé… je m'en vais définitivement. Les autres me prennent pour un monstre maintenant… C'est pas la peine de rester là.
Hé !!! Qui est-ce qui commande ici ? C'est eux ou la boss ?
Que…
J't'ai posé une question je crois… Alors ? Qui est-ce qui commande ici ?
La boss…
Exactement ! La boss ! Alors moi, si la boss te fais confiance, si elle continue à croire en toi, y a pas d'raison que j'te vire d'ici ! T'as pigé ?
Heu… Ouais ! Ok j'ai pigé !
Bon… Maintenant c'est vrai que les gars sont pas vraiment ravis, ravis… Alors écoute… Tu m'expliques ce qui s'est passé, tu m'expliques qui c'est l'gars que t'as tuer, et moi j'vois avec eux pour les rassurer et les calmer. Et si y en a un qui t'cherche des noises, tu m'le dis et j'm'en occupe !
O… ok ! Merci ! C'est vraiment sympa de ta part…
C'est mon boulot après tout ! C'est normal ! Aller va bosser ! Mais demain je veux te voir plus tôt pour que tu m'expliques tout, pigé ?
Pigé !

Je reparti au travail, la mine maussade. Je n'avais vraiment pas le cœur à travailler et mes collègues ne m'aidaient pas vraiment à me sentir à l'aise. La journée fut longue, pénible, et je n'avais qu'une envie, être au soir et me murger la tronche pour oublier toute cette merde. J'enfilai rapidement mon repas du soir et une fois avalé, je traînai Vÿ avec moi jusqu'à la taverne habituelle où je commençai à boire comme un trou, la mine abattue.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Mai - 14:32
Au repas du soir, Tahiri semblait bougonne. Elle se dépêcha d’enfourner son dîner et m’attrapa pour que nous sortions. Je n’avais même pas fini mon assiette. Je pestais et suivie la Demi-Déesse dans les rues de la ville jusqu’à notre taverne. Elle commanda de quoi boire et je fis de même mais sa mine morose n’était pas engageante.

Qu’est-ce qui te travail, Tahiri ?

Lui demandais-je d’une voix douce et aimable en posant une main sur son avant-bras gauche. Je la regardais avec insistance tout en buvant un peu de mon nectar divin. De l’alcool de mûres avec un brin de miel.

Le travail s’est mal passé ?

Insistais-je avec délicatesse. Je déposais mon verre en soupirant devant son mutisme. Elle semblait dans ses pensées et, je me le demandais, avais-je le droit de l’en sortir ? Ne risquais-je pas ma vie ? Non, sûrement pas. Je risquais peut-être une nuit torride par contre. Je retirais ma main de son avant-bras et repris mon verre afin de boire quelques gorgées.

Tu sais, tu n’as fait que te défendre….

Lui assurais-je d’une voix douce.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Mai - 15:15
J'avais commandé un alcool de riz, un alcool très fort et qui arrachait un peu la gorge à sa dégustation, mais c'est ce qu'il me fallait après tout. J'avais envie de noyer ma mauvaise humeur dans l'ivresse. Finalement je reportai mon attention sur Vÿ alors que j'avais déjà englouti la moitié de ma bouteille.

J'sais bien que j'ai fait qu'me défendre… J'm'en balance la raie que ce fumier soit mort ! Papa l'accueillera comme il le mérite, comme un putain de connard qu'il était !

J'avalai un verre de plus d'une traite et le reposai brutalement, parlant fort.

Mais c'est foutu ! C'est complètement foutu ! C'batard m'a fait passer pour un monstre, une abonima… anobi… une pute de créature sanguinaire !

Je me servis un nouveau verre et l'avalai encore d'une traite. Je sentais la chaleur monter à mes joues, la liqueur ne me brûlait même plus le gosier, j'étais totalement anesthésiée à ce niveau là.

Alors qu'au fond… chuis une gentille fille moi ! J'ai rieeeen d'mandé à personne ! C'est c'fils de pute qu'est venu me chercher des noises ! On aurait pu régler ça gentiment ! ET BEN NAN !!! L'a fallut que monsieur revienne avec ses grosses bottes et foute la merde ! Alors moi, qu'est-ce j'y fait ? Heiiiin ? Ben fallait ben que j'montre que je plaisantai pas !! Et voilà ! Et moi, conne comme je suis, j'fais péter la forme divine, comme ça, sans me soucier des conséquences ! Et résultat, tout l'monde il m'prend pour une créature qui va buter tout l'monde sans pitié !!! Nan mais… C'pas un peu abusé ça ??? HEIN ???

Je me servis encore un verre et le vida comme les précédents. Mes gestes étaient de plus en plus maladroits, et j'avais la tête qui chancelait un peu. Je me mis à rire nerveusement et à taper du poing sur la table.

Pfff… Chuis pas méchante du tout ! Au contraire !!! J'avais promis de plus buter qui que se soit !! Sauf que ce p'tit trou d'balle m'y a obligé ! Et voilà… là fallut que je fasse appel à papa !! Mais qu'elle conne !!! Quelle putain de conne… Ca m'a pas suffit la première fois… Nan… il a fallut que je remette ça… Que je tue encore… Je suis pas méchante… Je pourrai pas tuer, non… Non mais je l'ai fait…

Un autre verre passa entre mes lèvres et je commençais à pleurer, ma tristesse exacerbée par l'ivresse.

Mais j'l'ai tuée… Je l'ai tuée Vÿ ! Y a 49 ans… j'ai fait appel à mon père et j'ai tué ma sœur !!! MA SOEUR !!! Ma jumelle en plus… J'l'ai tué, comme ça ! Chuis vraiment un monstre !!!

Je m'affalai alors sur la table en pleurant comme l'ivrogne que j'étais. Tous ces événements avaient malheureusement réveillé bien trop de mauvais souvenir en moi, il fallait que je pleurs, que je fasse sortir tout ça, et seule Vÿ pouvait m'écouter en parler.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Mai - 15:08
Elle assura ne pas être méchante pour un sous et je voulais bien la croire. Elle me parla de ses états d’âmes d’une voix empreinte d’alcool. Elle avait… tué sa sœur jumelle ? Pourquoi ? Comment ? Mais les deux questions ne sortirent pas. Au lieu de cela je tapotais son dos jusqu’à ce qu’elle s’écroule sur la table en pleurant. Un peu gênée par la situation, je continuais de tapotais le dos de la Demi-Déesse sans savoir quoi dire. Je bus longuement sans rien dire, puis, soupirant je finis par lâcher d’une voix maternelle :

Tahiri, c’est le passé tu sais. Tu dois aller de l’avant, te construire une vie.

Que pouvais-je dire de plus ? Je n’avais pas l’habitude de réconforter une demi-divinité en plein état d’âme. Et c’était le cas de l’arcaëllienne. Je soupirais de plus belle et bus longuement, vidant mon verre. Je commandais à nouveau à boire. Elle était toujours avachie sur la table et je tentais de la redresser lui assurant que tout allait bien se passer. C’était un mensonge, elle avait de nouveau tué et rien ne serait plus pareil à l’écurie. J’avais bien envie de lui dire de reprendre la route mais égoïstement, je voulais la garder pour moi. Alors je ne dis rien. Elle ne cessait pas de pleurer, une vraie fontaine… Je continuais à tapoter son dos. Tout cela était stupide. Elle avait un grand pouvoir et une ascendance bien particulière. Que devais-je faire ?

Tu veux un verre ?
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Mai - 8:14
Alors que je pleurai comme une adolescente qui avait beaucoup trop bu, Vÿ finit par me dire :

Tahiri, c’est le passé tu sais. Tu dois aller de l’avant, te construire une vie.

Me construire une vie… Comment pouvais-je me construire une vie si j'étais toujours poursuivie par mon passé ? Comment pouvais-je prévoir quelque chose à long terme si je devais constamment changer de lieu pour ne pas avoir d'ennuis ? Que devais-je faire ?

Elle essaya de me redresser, m'assurant que tout aller bien se passer. J'avais comme un doute là dessus… un très sérieux doute même. Je continuai à pleurer comme une gosse tandis qu'elle me tapotait le dos. Elle finit par me proposer de prendre un autre verre. Encore… Encore noyer mon chagrin dans l'alcool… Et après ? Cela n'allait rien arranger… Je devais me reprendre en main, prendre une décision. Mais vu mon état j'étais bien loin de pouvoir prendre une vraie décision, cela dit… avoir pleuré et réfléchi m'avait ouvert les yeux sur quelque chose. Vÿ avait raison… Je ne devais pas me laisser abattre, je ne pouvais pas laisser le passé me dominer.

T'as raison… J'vais quand même pas me laisser emmerder par ces trous d'balle !! Ouuhoooo ! Je suis une demi-déesse ou pas là ? Hein ? Bon ! Alors qu'ils viennent ! Moi j'en ai riiiieeeeen à voutre, heu… foutre ! Ah ah ah ! Foutre… répétai-je en rigolant comme une gamine. Hum… Qu'est-ce que j'disais déjà ? Ah oui !!! Le passé… c'est l'passé ! Alors… Alors merde ! J'vais leur baiser leur gueule s'ils reviennent ! Et pis j'vais… BURP !

Je lâchai un rot malodorant et me mis à rire comme une idiote avant de reprendre un semblant de sérieux.

J'vais ouvrir mon agence ! Ouaaaais ! 'xactement ! Et je vais même le faire ici, dans cette ville ! Agence de la Rose des vents, mercenaires et hommes à tout faire !! Voilà c'que j'vais faire ! Et comme ça, s'ils sont pas content, c'est moi qu'ils viendront emmerder, par ton écurie !! proclamai-je finalement en levant le poing avant de me raviser. Oula ! Ça tourne ! Hu hu hu ! Et puis chuis une demi-déesse après tout ! Vont pas me pourrir la vie, par Gar'Haz ! Il est temps que j'accepte ma nature de demi-divinité ! T'as pigé papa ? J'vais plus m'laisser pourrir la vie !!!

Il y eut une bourrasque de vent impressionnante dehors, la porte de l'entrée de la taverne s'ouvrit violemment et se referma tout aussi brusquement. Mais entre temps, un corbeau avait fait son irruption dans la salle et vint se poser à notre table, il fixa son regard sur moi et commença à croasser et à battre des ailes. Je le regardai un instant et lui parlai comme si tout cela était parfaitement normal.

Parv… varp… farp… Farpaitement !! Content que tu sois d'accord papa ! Et maintenant c'est l'heure de fêter l'ouverture prochaine de ma future agence !!!

Je me saisis de la bouteille d'alcool de riz et bu ce qu'il restait dedans, c'est à dire pas grand-chose en fait.

Wouhou !!! J'vais tous déchirer ! Chuis une demi-déesse moi !!! Z'avez pigé ? Faut po m'emmerder !

Certaines personnes dans la taverne me regardèrent, notamment parce que je faisais beaucoup de bruit et qu'il était difficile de ne pas attirer l’attention en beuglant comme je le faisais.

Quoi ??? v'z'avez jamais vu une demi-déesse ? Vous m'croyez po ? Et ça c'est pas divin peut-être ??

Je défis mon haut et exhiba ma poitrine devant les clients médusés. Chacun eut une réaction bien différente, mais personne ne resta indifférent. Comment rester de marbre face à une jolie paire de sein d'elfe, exhibée ainsi ? Je commençai à me les malaxer et à les remonter un peu pour en faire profiter un peu plus.

C'est pas divin ça ? HEIIIN ? Mouahahaha !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Mai - 10:28
Tahiri parlait fort et sans s’arrêter. Elle finit même par montrer sa poitrine et moi, la seule réaction que j’eus, ce fus de baver. Mais je devais agir, tous les malandrins du coin allaient se dire que la demi-elfe était une fille facile. Je me battis donc avec la fille de Gar’Haz pour qu’elle voile sa poitrine. Ce fut un combat acharné que je perdis. Je me mis une claque sur le front et bus de plus belle pour cacher ma gêne. Au moins, de ce que j’avais compris, elle avait un projet viable que je soutiendrais. Après tout, j’avais les fonds. Je soupirais doucement quand je vis un arcaëllien, gros, rouge et moche, s’approcher de Tahiri une main tendue vers les seins de ma compagne. Je grognais et l’insultais en lupan. Il se mit à rire et m’assura qu’il voulait tâter la qualité de la marchandise avant de la mettre dans son lit. Là, s’en était trop ! Je bondis sur l’arcaëllien, une jambe de chaque côté de sa tête et une dague sous sa gorge.

C’est pas une pute, t’entends ! Alors tes mains tu les fous ailleurs !
Hmm… Jte prends avec si tu veux, haha !

Le rouge me monta aux joues et mon poing s’envola vers sa bouche. Il était assommé, la belle affaire. Je retournais à la table et remarquais que les regards étaient plus hésitants.

Caches tes seins, Tahiri !

Dis-je froidement à la demi-divinité.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Mai - 12:29
Alors que je faisais du grand n'importe quoi et que j'exhibai ma poitrine à qui voulait bien la regarder, un espèce de pourceau malodorant vint tenter de me peloter sans que je ne lui en donne l'autorisation. J'allais le rabrouer quand finalement Vÿ s'en occupa pour moi. D'abord en lui grognant dessus, puis ensuite en lui faisant comprendre plus explicitement en lui sautant dessus à couteau tiré. Elle finit par lui coller un poing dans la tronche, ce qui assomma l'homme. Je me mis à rire et à l'applaudir.

Bravooooo ! Bravoooooo ! Ahahaha ! Et un bourre-pif pour l'empaffé ! Pouahahah !

Je vis alors Vÿ se rasseoir à notre table. Je me jetai alors sur elle et l'embrassai maladroitement tout en ricanant.

Fu fu fu ! T'es mon héroïne ! Tu sais que j't'adore toi ?
Caches tes seins, Tahiri ! me répondit-elle froidement.
Oh ! Ça va, ça va !! Et si je reste collée à toi comme ça, personne ne les verra mes seins ! Fufufu !! lui dis-je en me collant à elle, pressant ma poitrine nue contre la sienne. A moins que ça ne t'excite trop ? On peut y aller sinon et finir la soirée dans ta chambre, ou dans la mienne, peu importe ! Hu hu !

Le corbeau de tout à l'heure se posa sur ma tête et me donna trois coup de bec bien senti. Je me mis à geindre de douleur et à protester.

Aïe !!! Aaaah !!! Ok ok !!! J'ai compris papa, c'est pas digne d'une demi-déesse ! Pigé ! Je remets mes vêtements !! Pas la peine de me picorer !

Je remis mon haut, le corbeau, satisfait de ma décision, s'envola et poussa un dernier croassement. La porte de la taverne s'ouvrit à nouveau d'un coup de vent et le volatile disparut. Je me rassis sur les genoux de Vÿ et continuai à lui faire du rentre dedans. J'étais complètement ivre et de surcroît totalement excitée par son acte précédent. Quelque chose ne devait pas tourner rond chez nous… être excitée l'une l'autre après que chacune d'entre nous ait tabassé quelqu'un… c'était à se demander si nous étions mentalement saines.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Mai - 16:07
Elle se colla à moi ce qui me rendit un peu moins grognon. Je sentais sa poitrine généreuse contre la mienne et soupirais doucement. Tout ce que je trouvais à faire ce fut de l’embrasser avec fougue. Nom des Dieux, ce qu’elle m’excitait cette demoiselle. Je n’avais pas prêté d’attention au corbeau contrairement à Tahiri. Elle s’était rhabillée après qu’il lui eut picoré le crâne. Je soupirais de soulagement et bus le fond de mon énième verre. Je commençais à avoir chaud et me serais bien déshabillée s’il n’y avait eu tous ces gens. Je déposais une bourse sur la table et pris la main de Tahiri. J’avais envie d’elle. Ma parole, on passait notre temps à boire et baiser ou quoi ? Nous étions deux nymphomanes en action doublée d’alcooliques. Nous marchâmes rapidement vers ma demeure. La chambre la plus proche était celle de Tahiri et nous y entrâmes en commençant à nous dessaper. Je l’embrassais à pleine bouche avec fougue et désir. Plus rien n’existait encore une fois si ce n’est… Elle. Et la nuée de corbeaux dans sa chambre. Je regardais les charognards posés sur le lit. Je tirais le bras de la Demi-Déesse et l’emmenais dans ma chambre alors que nous étions à demi nues. Par chance, la pièce était vide. J’allongeais Tahiri sur le lit et commençais à jouer avec son corps. Après des ébats bien retentissants, nous restâmes allongées l’une près de l’autre.

Ça c’était une partie de jambes en l’air, tudieu !

Je tournais la tête vers Tahiri qui avait les yeux fermés et qui ronflait bruyamment. Elle… Dormait ? Je l’avais tant fatigué que ça ? Je veux bien que j’étais douée mais quand même… Ce devait être l’alcool. Je souris et fermais les yeux.

Le soleil du matin inondait la pièce et me réveilla. Je gardais cependant les yeux fermés.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Mai - 1:04
Pleines de désir, l'une comme l'autre, nous quittâmes l'établissement pour rejoindre la demeure de Vÿ. Poussées par notre fougue, nous entrâmes dans ma chambre, nous déshabillant rapidement. Ma compagne se jeta sur moi et commença à m'embrasser avec fougue avant que nous nous rendions compte de la présence de corbeaux dans la chambre… une nuée de corbeaux. Complètement éméchée, je demandais à Vÿ si elle voyait la même chose que moi et si ce n'était pas juste moi qui inventais tout dans ma tête. J'eus confirmation quand elle me tira par le bras et m'emmena, à demi-nues toutes les deux, dans sa chambre pour que nous reprenions nos ébats.

Ce fut probablement une nuit torride et enflammée comme rarement j'en avais connu… quoique, avec Vÿ, ces nuits se faisaient de plus en plus fréquentes. Mais l'alcool faisant son œuvre, je ne me rappelai que vaguement ce qui s'était passé. Je me souvins juste m'être endormie comme un sac à ses côtés après avoir copieusement fait l'amour, pour le reste je ne savais plus.

Aux lueurs de l'aube, perçant à travers la fenêtre, je me mis à grogner et à gigoter dans le lit. J'avais un mal de crâne affreux et une sorte de nausée dégoûtante. Je gesticulai et posa mes mains sur Vÿ. Son contact me fit sourire et je laissai alors mes mains se balader sur son corps nu. J'étais dans un état lamentable, avec une flemme de me lever et de faire quoique se soit, et pourtant cela ne m'empêchait pas de la caresser et de me coller à elle comme un chat, ronronnant de plaisir.

J'entendis alors comme des croassements vagues et lointain… quoique pas si lointain que ça, c'était comme s'ils venaient de la pièce d'à côté… de ma chambre. Je cru un moment à une folie de mon imagination puis me souvint alors d'hier soir.

Oh putain… merde… ils étaient vraiment là ces corbeaux ? J'l'ai pas rêvé… grmmm… foutez nous la paix… dodo... grommelai-je, bougonne.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Mai - 7:55
J’entendais les corbeaux s’exprimer dans la chambre de Tahiri. Peut-être avait-il faim mais la question qui me turlupinée était la suivante : Comment étaient-ils arrivés là ? Sûrement que la Demi-Déesse avait ouvert sa fenêtre au matin… Je décidais de me lever après avoir embrassé la demi-elfe. Tout cela était étrange. Je m’habillais tout en songeant aux volatils dans la pièce adjacente et au fait que Tahiri ait tué sa sœur. Jumelle de surcroit. Je soupirais me passant les mains sur le visage et quittais la chambre en faisant un signe de la main à Tahiri. Je me rendis à la salle commune, là où l’on prenait les repas. Les élève, certains dormant encore à moitié, étaient attablés et le tout dans un brouhaha à rendre fou. Je pris place à l’extrémité de la table et commençait par boire un café bien noir. J’étais épuisée. Dans un joyeux vacarme de cuillères et de bols, nous prîmes le petit-déjeuner. Une fois mon repas fini, je quittais la pièce rappelant à mes élèves qu’il y avait une interrogation ce matin-là. Il y eut des grognements de rage et de désarrois.

Alors que j’étais dans ma salle de classe à préparer les parchemins, les plumes et l’encre, je pensais à la demi-divinité. Devait-elle rester juste parce que mon corps et mon âme le demandaient ? Ou devait-elle partir pour la sécurité de tous, y compris la mienne ? Je soupirais en me pinçant l’arête du nez. Je pris mon interrogation et la relus. Je ne voulais pas mettre les étudiants en échec. Les questions étaient faciles pour celui qui avait appris. La porte de la salle de classe s’ouvrit laissant entrer quelques élèves à la mine morose. Une fois que la dizaine d’étudiants fut installés, je pris la parole :

Si vous avez bien appris, l’interrogation sera un jeu d’enfant. A vos plumes !

La première question portait sur une plante médicinale, la seconde sur la façon de chasser des bsurts. Il y eut dix questions comme ça. J’entendais les plumes gratter le parchemin. Des soupirs et des gémissements s’élevaient de certains élèves. Je souris doucement. Lorsque le cours pris fin, mes étudiants déposèrent leur copie sur mon bureau. Je remarquais que celle de Lavande était bien remplie. Lavande était une jeune tahora de dix-sept ans qui étudiais ici depuis l’âge de dix ans. Félix, le cancre de la classe, un elfe de quinze ans, essaya de monnayer sa note. Je lui mis une tape derrière la tête et lui dit de filer.

Dans l’ensemble, la journée se passa bien. J’eus même le temps de faire un tour en ville pour chercher un bâtiment à vendre pour l’entreprise de Tahiri. Ce que je trouvais plus ou moins facilement. Il y avait une vielle bicoque encore en bon état à vendre. Je l’achetais sans trop réfléchir et fis venir des ouvriers à moi pour la remettre en état. Il fallut trois jours pour que je puisse montrer les quartiers de Tahiri à cette dernière. Tout était meublé. A l’entrée, il y avait un comptoir et derrière celui-ci un tableau où l’on pouvait épingler les avis de recherche. A l’étage il y avait huit chambres assez petite mais suffisante pour mettre des lits doubles, un endroit où se laver et une commode. D’ailleurs, ces objets étaient déjà là. Que du neuf. Je conduisais donc Tahiri devant son nouveau chez elle et lui demandais si cela lui plaisait.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 375

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Mai - 9:26
Je me réveillai avec difficulté, continuant de grogner à cause du mal de tête que j'avais. Vÿ m'embrassa et se leva pour s'habiller et partir prendre le petit déjeuner. Je prenais quelques minutes de plus pour me réveiller un peu plus, m'étirer et sortir du lit en m'étirant et en baillant. Je soupirai puis décidai de m'habiller. Je repassai alors dans ma chambre et tombai sur la « confrérie des corbeaux » qui tenait un conciliabule. Je les regardai alors avec le regard le plus dépité de toute ma vie.

Qu'est-ce que vous foutez là bande de cons ? Heeeein ? Ça va ? Vous êtes bien installés ? Foutez le camps d'ici !! Vous êtes en train de foutre des plumes partout !

Les corbeaux se mirent à croasser de plus bel alors que je me jetais sur eux et essayait de les disperser d'un mouvement de bras. Je crus alors entendre une voix m'appeler… Les corbeaux s'enfuirent par la fenêtre, sauf un qui resta sur le bord de celle-ci et croassa à mon encontre.

Quoi ? Qu'est-ce que tu veux toi ? Hein ? Comptes pas sur moi pour te faire la conversation.

Il poussa un nouveau croassement et s'envola à tire d'ailes. « Bon débarras ! » me dis-je avant de refermer la fenêtre. Je descendis les marches et passai par la cours pour rejoindre la salle commune et y prendre mon petit-déjeuner, c'est alors que je vis un corbeau posé sur le puits croasser à mon encontre. Je le regardai un moment puis compris ce qu'il voulait. Une source d'eau… Il ne manquait plus que mon sang et je pourrai faire appel à lui.

Oh non !!! Non non et non ! Alors là tu peux rêver mon vieux ! Je sais ce que tu veux, et c'est hors de question ! J'ai pas envie de te parler, t'as pigé ? J'ai pas oublié ce que tu m'as fait faire ! Ouais, c'est du passé, mais pour autant je ne te le pardonnerai jamais !! Tu m'entends ? Alors reste là où t'es, dans ton royaume ! On en rediscutera quand ça sera l'heure pour moi de te rejoindre… mais pour le moment je compte pas causer avec toi !

Le corbeau resta silencieux et me fixa avant de reprendre son envol. Peu importe ce qu'il me voulait, je ne voulais toujours pas lui parler… Je le détestai autant qu'avant… Je soupirai et allai prendre mon petit-déjeuner, prenant un café bien fort pour me réveiller. J'avais toujours mal au crâne mais au moins je tiendrai debout un moment.

La journée de travail se passa plutôt bien, hormis le fait que le palefrenier en chef m'avait houspillé, me rappelant que j'aurai du venir plus tôt pour qu'on ait le temps de s'expliquer sur ce que j'avais fait la veille. Je m'excusai et lui expliquai alors la situation d'hier. Il me regardait avec intérêt, et aussi un peu d'effroi, mais il comprenait et eut le plus grand respect pour moi. Il y avait dans sa voix quelque chose de compatissant.

Les jours se passèrent sans problème, je continuai de réfléchir à comment j'allais lancer mon agence, à ce que je devrais faire pour cela. Mais je n'avais pas le temps de prospecter à l'extérieur et de chercher. Les seuls moments que je trouvais pour le faire était mes pauses déjeuner du midi, ce qui ne me laissait vraiment pas beaucoup de temps.

Après trois jours comme celui-ci, Vÿ me demanda de venir avec elle pour me montrer quelque chose en ville. Intriguée, je la suivis sans faire d'histoire et après un moment à parcourir les rues je me retrouvai face à un établissement flambant neuf, rénové pièce par pièce. Elle me le présentait comme étant ma nouvelle agence. Je restai muet devant le bâtiment et le fixai avec la bouche grande ouverte. Je n'y croyais pas… Je ne croyais pas à la générosité incroyable dont avait fait preuve l'humaine à mon égard. Moi la vagabonde sans toit, moi la pauvre semi-elfe sans le sous, moi qui n'avait apporté que des problèmes…

Je serrai le poing, gonflant ma cage thoracique d'air, et fermant les yeux. Je restai un moment là comme ça, sans dire un mot, me demandant si je n'étais pas en train de rêver. Mais non… Je ne rêvais pas, le bâtiment était toujours là quand j'ouvris les yeux. Je me tournai vers Vÿ et gardai une expression neutre. Je m'approchai d'elle, l'entoura de mes bras et la serrai fort contre moi.

Merci Vÿ… Merci de croire en moi…

Mon visage resta impassible, je me forçais à rester maître de moi et à ne pas pleurer d'émotion. Seule une larme coula le long de ma joue alors que j'esquissai un timide sourire à ma compagne.

Je te suis tellement redevable… Humpf… j'ai intérêt à travailler dur maintenant !

Je regardai à nouveau le bâtiment avec fierté et espoir dans mes yeux qui étaient les seuls à montrer réellement mes sentiments à ce moment là. Elle me fit visiter les lieux, me présenta tous les ameublement qu'elle avait fait faire pour rendre mon agence totalement fonctionnelle et prête à accueillir des membres. Je croisais les bras et opinai du chef avec intérêt. Finalement après la visite complète des lieux, nous sortîmes et je fixai mon nouvel établissement avec détermination.

Il ne lui manque plus qu'un nom à cette agence…

Une nuée de corbeaux se posa sur l'établissement et commença à croasser et à piailler. Je laissai échapper un bref sourire et dit finalement avec conviction.

Ok ! J'ai pigé papa… J'ai trouvé un nom pour mon agence ! Ce sera… Les Corbeaux de Zaï'Lou ! … … C'est classe non ? Hein ? Dis ? C'est classe n'est-ce pas ? Bouahahah ! Avec un nom pareil, les gens vont affluer en masse, trouvant notre nom tellement classe ! On va entendre parler de nous sur tout le continent et dans tout Arcaëlle ! Mouahahah !

Je me mis à rire comme une demeurée sous le regard un peu désespéré de Vÿ. Une nouvelle vie s'offrait enfin à moi.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1/1 RP
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ
Groupes: Vaibïaën
Race: Elfe Demi-Déesse Gar'Haz
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 4


Homme, femme... du moment que ça se baise...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Zaï’Lou :: Est :: Zaï’Han (Capitale)-