L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Ven 18 Mar - 16:36

"Qui est-ce ?" m'avait-elle demandé au sujet de la personne à laquelle je pensais qui serait susceptible de pouvoir nous entraîner.

Je me tourna vers elle et lui répondis :

Loghiam, c'est un homme avec beaucoup d'expérience des combats... C'est lui qui m'a formé aux arts du combat à mains nues. Mais il maîtrise beaucoup d'autres formes de combat, le maniement de l'épée, de la lance, le tir à l'arc, et il pratique même un peu le fluide. On pourrait peut-être en apprendre beaucoup grâce à lui. C'est... un homme très... spécial ! Mais... c'est un bon mentor.

C'était un homme en effet spécial, mais je n'avais pas envie de freiner notre entrain en en révélant un peu plus sur la particularité du personnage. Le plus important était avant tout de le retrouver et de lui demander de nous entraîner à devenir plus forte, et il le ferait, assurément. J'aidais Sëya à ramasser nos affaires, et continuais à expliquer le plan.

Il va falloir nous rendre à nouveau en Yban, c'est là bas qu'il réside... Il devrait normalement ce trouver à Setrac... A moins que... Hum... Alzbey... Il me disait souvent se rendre là bas pour quelques affaires. Si ça se trouve, nous pourrions le rencontrer là bas. Dans tous les cas il y a un port à la capitale, donc nous ne perdrions pas vraiment de temps à chercher s'il se trouve là bas... Enfin...

Ma douce mzékils opina du chef et me demanda si j'étais prête à partir. Je lui répondis par l'affirmative et nous prîmes alors route vers la capitale d'Alzbey, Sëya espérant que notre homme se trouverait là bas pour éviter d'avoir à subir les outrages d'un voyage en mer. Pour le bien de ma tendre et douce, je l'espérais également, cela nous ferait d'ailleurs économiser un temps précieux.

Nous mîmes plusieurs jours avant d'arriver à la capitale parce que nous étions blessées et qu'il nous fallait du repos. Nous franchîmes finalement les portes de la citée, alors qu'il faisait encore jour. L'air était frais, le vent léger, il y avait foule en cette ville si animée, il y avait comme une douce odeur d'iode provenant de l'océan.

Nous cherchâmes pour une auberge, nous laissant quelques jours pour trouver Loghiam qui se trouvait hypothétiquement en ces lieux. Nous décidions alors de nous établir dans une auberge qui faisait aussi taverne et qui s'appelait « Au Bonheur des Dames ». Le nom importait assez peu me disais-je mais il était plutôt amusant, nous espérions juste ne pas nous retrouver dans un bordel déguisé en taverne avec un nom pareil...

Nous avions à peine réservé une chambre pour deux et commandé de quoi manger que nous entendîmes au fond de la salle quelques discussions houleuses. Deux Elfins semblaient vivement énervé par un homme qui, de toute évidence, était éméché.

T'as triché enfoiré ! Rends nous notre argent ! pesta l'un d'eux.
Ouais !! Joues pas au malin espèce d'ivrogne ! On t'a vu sortir des cartes de ta manche ! cracha l'autre.
Allons allons messieurs ! Burp... oula... heum... peurdon ! Heurf... Hé hé ! Y a eut aucune triche voyons... C'est l'alcool qui vous joue des tours ! répondit l'homme.

Je me pencha sur ma chaise et jeta un œil à l'homme. Il semblait avoir la quarantaine, bien bâtit avec cela, une peau mat, des cheveux bruns mal peignés et une barbe de trois jours. Il était plutôt bel homme malgré son âge et sa dégaine de mauvais garçon. Je le regarda avec de grands yeux et murmura alors :

Loghiam ?

Etait-ce bien notre homme ? J'avais un doute mais il lui ressemblait beaucoup de là où j'étais. Le ton monta entre les trois hommes et les Elfins se levèrent d'un air menaçant, l'un d'eux prenant l'homme éméché par le col. Il lui colla un bourre-pif en pleine tête et l'homme s'écria alors avec fureur, le nez en sang.

Aaaah ! Putain !! Ah mais vous êtes con ou quoi ? Merde !
Hééé ! Pas de ça ici !!! s'écria le tavernier.
Occupes-toi de tes fesses, toi ! s'écria l'un des deux Elfins.
Hé !! L'elfin !!! tonitrua l'homme.
Quoi ?

L'homme lui colla un coup de boule en pleine tête et appuya sa main contre son front, s'étant fait visiblement autant mal qu'il n'en avait fait à son adversaire. Il chancela légèrement et pris appui sur sa chaise.

Arrêtez ça ou j'appelle la garde ! s'écria le tavernier.

L'un des deux elfins sorti sa dague et essaya de planter celle-ci dans le torse de l'homme qui se saisit de la chaise et para le coup. Il en profita pour la lever et fracasser celle-ci sur l'elfin qui s'effondra. L'homme chancela à nouveau et s'appuya sur la table. L'autre elfin encore valide se saisit d'une épée courte et tenta à son tour de planter l'homme, mais malgré le fait qu'il l'attaqua dans le dos, celui-ci sentit venir le coup et l'esquiva de justesse. Il saisit le bras de l'elfin, tordit son poignet pour qu'il lâche l'arme, puis lui tordit le bras dans un sens qui n'avait rien de naturel. Il en profita pour lui coller un coup de coude en pleine tête et le fit passer pardessus son épaule pour le faire s’écraser au sol avec violence.

Pfouaaah ! Et ben les mecs... ravis d'vous avoir connu ! Ahahah ! Oula... ouh... j'me sens pas très bien moi...

Je me leva de ma chaise et m’exclamai alors, à présent persuadée de l'identité du personnage en question.

Loghiam !?

Il tourna sa trogne de mauvais garçon vers nous et me regarda avec étonnement.

Poulette ? C'bien toi ?

Je soupirai alors de désarroi et me demandai si j'avais eut une bonne idée en venant ici... Je sentais que nos problèmes ne faisaient que commencer...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Mar - 20:07
Nous avions traversé une bonne partie de Kaïl pour arriver à Alzbey. Une fois en ville, nous nous rendîmes dans une auberge dont le nom, bien que racoleur, me plut immédiatement. Je sentais qu’on trouverait notre arcaëllien ici. Pourquoi ? Parce que c’était un mâle pardi ! Alors que nous étions assises à une table, une bagarre éclata entre un quarantenaire et deux elfins. Ces derniers accusaient le premier d’avoir triché. S’en suivie des coups, il était très habile pour un bois-sans-soif. Je vidais mon verre de son contenu observant Morianne penchée dans un drôle d’angle sur sa chaise. Je souriais, amusée par la situation. Elle finit par dire plus fort le nom du bagarreur sorti vainqueur de l’estafilade. L’arcaëllien, bien que surpris, sembla heureux de voir la mzékils. Il l’appela même « Poulette ». J’observais la scène, un sourcil arqué et l’œil hagard. Si cet être était notre seul espoir alors nous avions peu de chance d’en sortir vivante. Il prit une chaise et s’attabla avec nous commandant une pinte de cervoise brune. Il fouilla sa poche droite et en sorti une vieille pipe usée par le temps. Bourrant du tabac dedans, il finit par l’allumer avec son mez. L’humain souriait de toutes ses dents. Il tapota la tête de Morianne en lui disant :

T’as poussé poulette ! Qu’est-ce tu viens branler ici ?

Je fus un peu outrée de le voir parler aussi vulgairement. Je n’avais guère l’habitude de ce genre de langage là où j’avais grandis. Il se frotta les mains lorsqu’on lui apporta sa pinte. Il donna l’argent à la serveuse et bu bruyamment. Il lâcha un long « ah » de satisfaction une fois sa gorgée ingurgitée. Puis, de nouveau, il tapota Morianne mais cette fois sa paluche vint sur l’épaule de la mzékils.

C’est qui la donzelle avec toi ?
Je me nomme Sëya… Je suis pas une donzelle !

Dis-je en boudant presque. L’homme éclata de rire fort de son effet. Je me renfrognais un peu plus. Dans quoi Morianne nous avait-elle conduits ?

Hey, gamine, des comme toi j’en mange quatre au p’tit déj’ !

Me lançât-il, très certainement, pour détendre l’atmosphère. Je bougonnais dans mon coin, portant mon verre à mes lèvres.

Reste à voir…

Ronchonnais-je.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Mar - 20:46
Il s'installa à notre table comme si nous l'avions invité, sans la moindre gène. Cela lui ressemblait bien en fait... un sans gène. Il alluma sa pipe la porta à sa bouche et me tapota la tête, comme il avait toujours eut l'habitude de le faire. Je grogna et protesta un peu mais lui répondit tout de même lorsqu'il me demanda ce que nous venions faire ici.

Nous vous cherchions justement... En fait...

Mais il ne m'écoutait pas, il avait déjà porté son attention sur la pinte de bière qui venait d'arriver sur la table et qu'il avait commandé et en prit une gorgée. C'est alors que son regard se porta sur Sëya. Je connaissais ce regard... et il ne m'inspirait pas du tout confiance, bien au contraire...

C'est qui la donzelle avec toi ? me demanda-t-il.

Je voyais à présent où il voulait en venir et cela ne me plaisait pas du tout ! J'allais intervenir mais Sëya se présenta d'elle même. Loghiam en profita pour se moquer d'elle et se mit à ricaner comme à son habitude. Son comportement m'exaspérait au plus au point mais... il avait été mon mentor pendant des mois et des mois, et j'avais comme une certaine forme de respect pour lui. Cela ne m'empêcha cependant pas de lui demander d'arrêter son petit manège.

Oh ! Ça suffit Maître Loghiam ! Vous vous comportez comme un... comme un...
Comme un quoi ? Et puis c'est quoi ce « Maître » ? T'es plus mon élève à ce que j'sache !
Justement... nous vous cherchions pour une raison...
Hein ? Me chercher ? Moi ? C'quoi c'délire ? dit-il avant d'inspirer une bouffé de tabac et de la recracher en l'air. T'as des problèmes poulette ? Y a des types qui vous collent trop aux basques ? Remarque heu... j'comprend pourquoi...

Il nous reluqua Sëya et moi de la tête aux pieds avec insistance et un sourire non dissimulé.

T'as vraiment bien grandi ouais...
Non ! Ce n'est pas le problème ! Et arrêtez de reluquer Sëya comme ça !
Oh ! Excusez-moi ! Mais heu... Oh ! D'accord ! Je vois ! Ahahah ! Ma p'tite poulette a bien grandi décidément ! J'te pensais pas comme ça ! Ahaha ! Et vous avez déjà... ?
… Je savais que c'était une mauvaise idée... Viens Sëya, on s'en va !
Héééé ! Non ! Attendez !! C'est bon ! J'plaisantais, putain... Reviens poulette !! Mais... oooh ! C'pas vrai ! Toujours ce sale caractère... Aller ! Reviens ! Oooh !

Je partis m'isoler un instant, frustrée par ses propos et son attitude. Il n'avait pas changé d'un pouce... toujours aussi dévergondé et aussi peu révérencieux. Et quel manque de sérieux... J'étais folle de rage, mais malgré cette attitude exécrable, je savais que cet homme savait se battre et enseigner l'art du combat...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar - 7:52

J’écoutais la conversation entre l’ancien maître et Morianne. L’homme me reluquait comme une fille de joie à mettre dans son lit le soir même. Je serrais les points afin de ne pas le frapper. Je jetais un regard mauvais à Morianne. Dans quoi nous avait-elle embarquées ? Quand elle parla de partir, je me levais d’un bond. Je rejoignis ma mzékils dans un coin sombre et ne put, pour la réconforter, faire autrement que de l’embrasser. L’arcaëllien nous avait suivis et il s’exclama :

Morianne, tu as toujours un caractère de cochon ! Et… Ho… Ho ho ! Faut respirer entre deux baisers.

Cette fois, s’en était trop. Je me tournais vers lui et lui mit une gifle cinglante. Au lieu d’être vexé il se mit à rire de plus belle. Il avait attrapé ma main avant qu’elle ne touche sa joue et serrait mon poignet avec une certaine délicatesse.

Hey ! Morveuse, c’est comme ça que tu traites les inconnus ?
Vous êtes un pervers !

Ma main libre s’était crispée sur le bras de Morianne. L’arcaëllien me relâcha en riant à gorge déployait et il me poussa me faisant tomber sur les fesses. Pestant, je me relevais en me frottant l’arrière train.

Retournons à la table mes poulettes !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar - 10:29
Nous nous exécutâmes et le suivîmes jusqu'à la table pour nous installer à nouveau sur nos chaises. Loghiam était peut-être un pervers et un plaisantin mais il n'en était pas moins très fort et expérimenté, Sëya s'en était bien rendu compte quand il avait saisi sa main sans la moindre difficulté alors que l'homme ne semblait pas complètement sobre.

Il s'assit en travers de sa chaise et nous regarda avec un air amusé. Il avala une gorgée de sa bière et me pointa avec sa pipe.

Bon... Ecoute poulette... si tu me disais plutôt ce que vous vouliez au lieu de me faire la gueule et de vous bécoter dans un coin ?
Seulement si vous promettez d'arrêter de jouer les pervers et les...
C'est moi qui met les conditions, p'tite ! T'as oublié que c'est toi qui demande un service, alors j't'écoute ! C'est quoi l'truc ?

Je soupirai et pris une grande inspiration avant de lui expliquer que nous étions ici pour suivre un entraînement, que j'avais pensé à lui pour que nous apprenions à devenir plus forte et qu'il était vital que cela se fasse le plus vite possible. Il se gratta le visage, remuant sa barbe de trois jours et finit par nous demander :

Ok... soit... Mais pourquoi ? T'es déjà assez forte pour te démerder, poulette... Vous avez des ennuis avec qui pour avoir autant besoin d'entraînement ?
Les Hayert'Vaäls...

Il se tût soudainement, son regard devint grave et il n'avait semblait-il plus envie de plaisanter. Il amena sa pipe à sa bouche, d'un geste légèrement tremblant.

Ok... Laissez tomber... C'est hors de question que je vous entraîne pour affronter ces types. Vous voulez un conseil ? Planquez-vous dans la campagne la plus reculée et vivez une vie de couple toutes les deux sans histoire... C'est plus d'mon ressors là.
Qu... QUOI ? Mais...
Je sais pas ce qu'ils vous ont fait, ou ce que vous leur voulez mais suivez mon conseil ! Disparaissez et oubliez tout ça... Ça vaut pas l'coup...

Je regardais alors mon ancien mentor avec mépris. Il ne pouvait pas nous demander ça, pas lui. J'avais envie de lui mettre mon poing à la figure, mais j'avais trop de respect pour cet homme malgré tout. Je me contenta simplement de l'attaquer là où ça ferait mal.

Depuis quand êtes-vous un lâche ??
Chuis pas un lâche... je tiens juste à ce que vous finissiez pas morte, ou pire encore...
C'est trop tard pour s'inquiéter de ça ! Ils sont déjà à nos trousses... On a vraiment besoin de vous Loghiam... S'il vous plait !
Non non et non ! C'est d'la folie... J'veux pas en entendre parler ! J'étais prêt à accepter parce que vous êtes franchement des bonasses, mais là...

Je me leva d'un bond et alla près de lui. Je donna un violent coup de pied dans sa chaise et il se fracassa la tête par terre.

Ah put... Mais ça va pas ?
On n'a pas le choix, Loghiam !! Si vous n'acceptez pas, on ira voir ailleurs et vous aurez tout le temps de regretter et de vous morfondre dans l'alcool !

Loghiam se releva et se frotta la nuque puis les reins, j'avais était sacrément violente sur le coup. Il soupira et me regarda un instant, puis il se tourna vers Sëya.

C'est vraiment c'que vous voulez ? Vous êtes sûres ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mar - 10:09
La mine renfrognée, je retournais m’asseoir en bougonnant. Je n’aimais pas ce type. Pourquoi Morianne l’avait-elle choisi ? S’enchaina un dialogue entre ma belle et le pervers qui n’hésitait pas à jeter de temps à autre un regard dans mon corsage. La colère montait en moi comme une marmite d’eau bouillant trop fort. Je jouais nerveusement avec mes doigts, écoutant l’échange. Morianne le fit tomber de sa chaise alors qu’il refusait de nous aider. Il nous demanda alors si ce que nous voulions était vraiment ce but. Un sourire malsain se dessina sur mon visage.

Je veux vivre et les voir tous mort. Par Thaä, j’exécuterais cette tâche seule si vous êtes trop lâche pour nous aider.

Il fallait frapper là où ça fait mal et traiter un guerrier de lâche était un outrage hors mesure. Je me levais, appuyant mes mains sur la table et le fixais dans les yeux. J’ajoutais :

Nous pourrions trouver mieux qu’un clochard, Morianne.

Là j’avais frappé dans les couilles. Il cessa de prendre un air dubitatif et s’appuya sur la table de la même manière que moi.

Je suis un grand combattant, fillette ! Je ne vais pas reculer quel que soit la tâche. Vous voulez être entraînées ? Fort bien, mais si à la première épreuve tu pleures ta mère, je te laisserais mourir. Poulette !

Je souris, satisfaite. Je n’étais pas du genre à pleure ma mère. Ma mère se contre fichait bien de ce que je pouvais devenir. Thaä avait d’autre chat à fouetter. Je m’assis sur ma chaise et bu une gorgée de mon verre.

Bien ! On commence quand ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mar - 20:31
Loghiam avait l'air satisfait. Il semblait que notre détermination l'avait convaincu. Il nous regarda à tour de rôle et s'adressa finalement à moi.

J'aime bien ta copine ! Elle a pas froid aux yeux... J'comprend pourquoi vous allez aussi bien ensemble...
C'est pas de notre relation qu'il s'agit là ! Apprends nous à nous battre ! On a besoin de devenir vraiment forte...
Ok, poulette ! J'ai pigé ! Bien... et bien pour répondre à ta question, gamine... commença-t-il en se tournant vers Sëya. On commence quand j'aurai fini d'décuver !
Ouais... Demain matin quoi...
Exactement, poulette !

Je regardais Loghiam avec exaspération mais finis par acquiescer. Nous n'avions pas vraiment le choix mais je savais qu'au fond il ne nous ferait pas faux bond et qu'il nous apprendrait ce que nous voulions apprendre. Et puis Loghiam avait déjà affronté des adversaires comme les Hayert'Vaäl, en tout cas c'est ce qu'il m'avait laisser entendre.

Au fait vous avez de quoi me payer une chambre ? J'ai pu une thune...

Je soupira à nouveau, prête à en coller une à notre futur mentor mais je me retins de le faire. Je m'adressa à lui en fronçant les sourcils et en lui lançant un regard réprobateur.

Vous avez perdu votre argent aux jeux, hein ?
Ah ah ah ! Je vois que tu me connais bien ! C'est bien ! T'as une bonne mémoire ! C'est important pour la suite ! Hum... Bon écoutez les filles... Vous m'payez ma chambre pour cette nuit et demain j'vous mitonne un entraînement aux p'tits oignons ! 'z'allez prendre cher les filles, c'est moi qui vous l'dit ! J'vais tâter un peu votre niveau pour voir déjà... Oubliez pas d'vous préparer correctement.

Je me tournais alors vers Sëya d'un air un peu gêné et d'un ton qui se voulait rassurant.

Ca va aller... Loghiam est fiable pour ce qui est d'entraîner les gens... On devrait aller se coucher... On va avoir besoin d'être en forme demain.

Je me leva de table et alla chercher la clef de notre chambre sans attendre de réponse et monta à l'étage. Loghiam quant à lui essaya de m'interpeller en vain.

Hé ! Attends ! Et pour ma chambre alors ? Hé oh ? Hééé ! Ah putain... Fais chier... Bon ben rendez-vous demain matin sur la place devant l'auberge les filles... J'vous y attendrai à l'aube !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Mar - 11:27

Dévisageant notre mentor, je ne le saluais pas en partant rejoindre Morianne dans notre chambre. Je me déshabillais me retrouvant en petite tenue. M’allongeant sur le lit dans un soupir, je demandais à la mzékils :

Peut-on vraiment lui faire confiance ? Après tout il a des couilles…

J’avais, depuis mon incident, quelques difficultés à faire confiance aux arcaëlliens. Leur odeur, leur regard sur moi tout cela me répugnait. Je portais instinctivement une main vers mon ventre en grognais. La douleur était psychique et non physique. Je soupirais doucement. Croisant les bras derrière ma tête, je fermais les yeux, attendant que ma belle me rejoigne dans le lit. J’avais envie de sentir sa peau contre la mienne et d’humer son parfum de fleurs sauvages.

Comment être sûres qu’il ne nous trahira pas ?

Ajoutais-je subitement. J’avais beaucoup de mal à faire confiance à un pervers de sa trempe. De plus, il empestait l’alcool. Comment pourrait-il être digne de nous entrainer le lendemain ? Je secouais la tête et finie par lâcher :

Je le sens pas…

J’ouvris les yeux et fixais le dos de Morianne.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Mar - 19:17
Nous avions abandonner notre mentor qui se retrouva alors comme un idiot et surement sans aucun endroit où dormir. Je n'avais cela dit aucun regret de le laisser dans cette situation. Il l'avait bien cherché après tout, je ne me faisais pas de souci cela dit... il saurait se débrouiller seul.

Je commençais à me déshabiller alors que Sëya me rejoignit dans la chambre et en fit de même. Je jeta un oeil vers elle alors qu'elle s'allongeait sur le lit en petite tenue. Elle me fit part de son inquiétude et soupira brièvement. "Après tout il a des couilles..." avait-elle dit. Cela me mit la puce à l'oreille, et je me remémora alors notre première rencontre... Evidemment que les hommes lui faisaient peur... ça ne pouvait être autrement. De surcroît elle semblait craindre qu'il ne nous trahisse.

J'avais envie de protester et de lui dire que Loghiam ne ferait jamais une chose pareille mais je devais me montrer compréhensive, la rassurer, ne pas la brusquer. Je m'allongea à côté d'elle et la prit dans mes bras, tendrement, doucement, approchant son visage contre ma poitrine. Son odeur me fit légèrement frémir de désir et je ne résista pas à l'envie de l'embrasser tendrement.

Ne t'en fais pas... Loghiam a beaucoup de défaut mais c'est tout sauf un traître et un lâche... Alors oui bon... C'est... Il est un peu... hum... Bon ok c'est un pervers... Mais il ne nous ferra pas de mal, ne t'en fais pas... Les seules blessures qu'il nous infligera seront pendant l'entraînement... rien de plus... C'est lui qui m'a appris à me battre... Et puis...

Je me mis à caresser ma douce mzekils, passant mes mains dans ses cheveux. Je la regardais avec tendresse et lui fit cette promesse... promesse que j'avais peur d'un jour ne pas tenir à cause de je ne sais quel destin cruel...

Je ne laisserai plus aucun homme te faire du mal...

J'enfouis finalement mon visage dans son cou et l'embrassa tendrement dans la nuque. Personne ne toucherait à ma Sëya tant que j'aurais la force de me battre à ses côtés... Personne.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mar - 16:58
Elle me rassura par des mots et des baisers sur ma peau dénudée. Ses caresses me firent l’effet du vent balayant les doutes. Je me blottis contre elle en fermant les yeux. Ma respiration, lente et régulière, était calme. Un fin sourire ornait ma bouche. Je finis par sombrer dans le sommeil des justes où je fus hanter par des arcaëlliens vils qui me voler ma pudeur. Plusieurs fois j’ouvris les yeux retenant un cri de terreur. Je finis par ne plus fermer les yeux et restais étendue dans le lit à contempler les étoiles par la fenêtre. Je vis l’aube et le soleil se lever. Je réveillais Morianne en douceur en lui disant que notre mentor nous attendait pour le premier jour d’entraînement. Je me levais et m’habillais d’un pantalon en cuir marron et d’un dos nu rouge. Une fois prête, je passais la porte sans attendre ma belle. Je prenais très au sérieux le fait de devenir plus forte. Je ne pouvais oublier ce qui m’était arrivé mais je pouvais obtenir vengeance.

Alors les poulettes, bien dormi ?

Lança l’arcaëllien de bonne humeur et prêt à nous mettre une rouste. Il tenait trois épées en bois et nous en lança une à chacune. Il avait sa pipe à la bouche et, afin de ne pas l’endommager sûrement, il la déposa sur un muret.

On commence par la forte gueule.

Parlait-il de moi ? En tout cas il me montrait de son épée. Je m’avançais sur le terrain et me mit en position. En trois coups je fus au sol à demi sonnée.

Trop lente demoiselle !

Je bougonnais et me relevais en me frottant les reins. Il allait voir ce mec ! J’attaquais comme une furie. Il n’eut aucun mal à parer et me mit un coup dans la mâchoire. Crachant un peu de sang, je pestais tout bas.

J’en ai assez vu poulette. A toi Morianne ! Et pas de fluide !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mar - 19:29
Je m'étais endormi comme un rien. Mes blessures me gênaient toujours un peu mais la chaleur de Sëya contre moi m'apaisait. Je la sentis cependant s'agiter dans la nuit, tourner encore et encore. Elle faisait surement de mauvais rêves, mais j'avoue que j'étais trop épuisée pour avoir la force de me réveiller. Je fis quelques gestes affectueux à son égard mais pas plus. Le sommeil me rattrapait sans cesse.

Elle me réveilla finalement au petit matin afin que nous nous levions et que nous rejoignions notre mentor pour notre entraînement. Nous prîmes un bon petit déjeuner pour avoir la force de nous entraîner toute la matinée et nous partîmes à la rencontre de Loghiam. Il nous attendait sur la place, frais comme un gardon, le regard vif et l'esprit alerte. Il était toujours aussi barbu et mal coiffé, mais il avait ce quelque chose en plus qui nous signala qu'il ne prenait pas notre entraînement à la légère.

Alors les poulettes, bien dormi ?

Il n'attendit pas de réponse de notre part et nous fit signe de le suivre. Il nous conduisit dans la cour d'un petit groupement de maison, légèrement à l'abris de tous les regards indiscrets et se saisit de trois épées en bois. Il nous en jeta chacune une et déposa sa pipe sur le petit muret qui abritait du reste de ce petit jardinet, un plan de rosiers joliment taillés.  

On commence par la forte gueule !

Finit-il par déclarer en pointant de son épée de bois ma belle mzékils. Je fis un pas en arrière et laissa Sëya commencer comme le souhaitait Loghiam. Il y eut de brefs échanges de coups, mais de toutes évidence, notre mentor avait largement le dessus. Il para sans trop de mal et mit rapidement ma compagne à terre.

Il m'annonça finalement que c'était à mon tour. Je déposa mon épée et brandit mes poings. Il me regarda d'un air réprobateur et grogna.

Non non... Prends ton épée...
Je ne me bats pas avec une épée...
Je t'ais dit, pas de fluide, alors ton épée, gamine !

Je soupira et repris mon épée. Je me jeta alors dans le combat à corps perdu. Nous échangeâmes quelques coups, mais ils étaient toujours plus fort et plus rapide que moi. Je tenta un enchaînement de trois coups, une botte qu'il m'avait enseigné auparavant, mais il connaissait le coup, et eut tôt fait de le parer et de me désarmer.

C'est tout ? Quelle déception... J'pensais que tu te serais améliorée...
Ruuuuaaaaaah !!!

Je me jeta sur lui et attrapa son bras armé. Je tenta de le désarmer comme il me l'avait appris, en immobilisant son bras et en le faisant lâcher son arme. Mais il m'attrapa par la gorge, me mit un coup de pied à l'arrière du genou et me fit tomber au sol. Il leva son sabre de bois et frappa violemment dans mes côtes. Je me plia en deux et roula au sol. Il en profita pour me donner un autre coup de pied dans les côtes, coup qui n'était pas vraiment nécessaire à mon sens. Je protesta vivement et il me rétorqua alors :

Les Hayert'Vaäl te feront pas de cadeau ! Tu voulais que je t'entraîne pour les affronter ? Alors attends-toi à ce genre de bassesse, poulette. Si c'est trop dur, tu peux toujours t'en aller...
Jamais... Je ne renoncerai pas...
Bien ! J'préfère ça ! Aller ! Relevez-vous toutes les deux ! C'est pas l'moment de pioncer. J'vais vous apprendre à vous battre maintenant que j'ai une idée d'votre niveau... Et c'est pas gagné... Y a d'bonnes bases mais vous avez pas encore ce qui faut pour affronter un adversaire comme moi et croyez moi... y en a au sein des Hayert'Vaäl.

Après son sermon, il nous invita à prendre place en face de lui et commença à nous enseigner les gestes et les techniques qui nous seraient les plus utiles, les plus basiques et les plus efficaces. Il nous fit suer sang et eau toute la matinée, ne nous laissa que quelques instants de répit pour manger quelque chose et nous fit à nouveau nous entraîner.

Encore et encore, il nous fit répéter les mêmes gestes et les mêmes positions. A chaque erreur que nous commettions, il nous donnait des coups de sabre en bois. "L'ennemi t'as tranché le bras là !" "Hop... plus d'genou !" "Ca fait mal ? Alors imagine que ça ait été une lame en acier aiguisée..." nous disait-il tout en nous rossant de coup à chaque faux mouvement. Il était dur... très dur... Rien à voir avec le pochtron jovial et insouciant qu'il était une fois retourné à la vie ordinaire.

A la fin de la journée il nous invita à retourner avec lui à la taverne et nous prîmes un dîner très bref mais accompagné de la bonne humeur de notre mentor. Il était à présent attentionné et malgré quelques remarques salaces, comme il avait l'habitude de nous en faire, il prenait grand soin à ce qu'on soit à l'aise avec lui. Il m'incita même à boire une bière avec lui mais je refusa, me rappelant douloureusement de ce qui s'était passé la dernière fois que j'avais bu de l'alcool.

C'était ça l'entraînement avec Loghiam... intense et rude lors de l'entraînement, mais d'une ambiance totalement détendue le soir une fois les armes déposées. J'avoue cela dit que j'étais bien trop fatigué et percluse de douleur pour en profiter réellement ce soir là. Je n'avais qu'une envie alors : retourner à ma chambre et dormir aux côtés de Sëya.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Mar - 5:06
Fourbue, épuisée et endolorie, je ne pris pas grande joie au repas du soir. J’étais plutôt pressée d’aller me défaire de mes fringues et d’aller m’allonger pour dormir. Ce soir-là, je me contentais d’un jus de fruit et d’une soupe. Je ne parlais pas, bien trop éreintée par les exercices de notre maître d’armes aux méthodes peu orthodoxes. Il était sûr d’une chose : j’avais appris. J’espérais que le lendemain serait meilleur. Le mentor, toujours aussi grossier, fouilla sa besace et en sorti une lotion.

Appliquez ça sur vos coups mes poules. Demain il n’y paraitra plus.

D’une main tremblante je saisie le coffret en bois noir et vernis. D’une voix faible, je le remerciais puis, une fois ma maigre soupe enfilée, je montais me coucher. J’appliquais la pommade puante à souhait sur mes plaies et mes bleus. Une fois fait, je me jetais dans le lit sans demander mon reste. Je n’entendis même pas Morianne monter. L’avantage, quand on est épuisé, c’est qu’on ne rêve pas.

Le chant du coq me réveilla et j’embrassais ma belle mzékils pour lui dire de se lever. Je fis une brève toilette puis descendis dans la salle commune où je pris un bon petit-déjeuner. Une fois fait, je retournais auprès de l’arcaëllien.

Salut les poulettes ! Aujourd’hui on va refaire quelques exercices que vous avez sûrement déjà oublié.

Il nous balança les épées de bois et nous nous alignâmes. L’entraînement se passa sous une pluie battante. Mes cheveux collaient à mon visage et je ne voyais pas grand-chose. Il dut décider que nous avions assez exercé en groupe car il m’appela. Je m’attendais à prendre une rouste comme la veille. Je me mis en position de combat. Alors qu’il fonçait sur moi, prise d’une peur d’avoir mal, je m’envolais. J’atterris sur ses épaules et l’envoyais au sol.

Coup de chance.

Pesta l’homme. Il était couvert de boue de la tête aux pieds. On continua. Il me mit au moins dix fois au tapis mais je le mis au moins trois fois à terre. Puis vint le tour de Morianne.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Avr - 14:29
La nuit fut paisible, et la fatigue m'emporta très vite. Sëya et moi nous endormîmes vite et rien ne nous réveilla jusqu'au petit matin. Ma douce amante me leva du lit d'un baiser et je la suivi à la salle d'eau pour y faire une brève toilette en sa compagnie et nous prîmes notre petit déjeuner avant d'aller voir Loghiam.

Encore une fois il nous mena dans la petite cour où il nous avait entraîné hier, mais aujourd'hui, il pleuvait à verse. Nous fûmes trempés en un rien de temps mais cela n'empêcha pas pour autant nos exercices, au contraire, Loghiam insista pour que nous nous préparions à ce genre d'environnement. Et il avait raison après tout... La pluie n'empêcherait pas les Hayert'Vaäl de nous attaquer.

La journée fut difficile, éreintante. Il nous fit d'abord travailler nos gestes, nos positions. Puis vint l'heure de la pratique en combat singulier. Il commença par Sëya et je les regarda alors se battre. Le premier échange se solda par mon mentor qui finit la tête dans la boue. Il pesta mais un léger sourire satisfait se dessina sur son visage, très discret, à moins que se ne fut mon imagination. Il continua à entraîner Sëya, et sans grande surprise l'a mise au tapis un bon nombre de fois. Mais ma mzekils avait quand même réussi à remporter trois manches, ce qui était un bon début.

Bien... on dirait que tu n'es pas un cas totalement désespéré... Soit plus souple au niveau du poignet, et plus attentive à ce qui t'entoure. Morianne !!! A toi poulette ! Montres moi ce que tu as appris !

Je soupirais longuement et me mis en garde face à mon adversaire. Je fonça vers lui puis bondit sur le côté, changeant subitement de trajectoire, mais Loghiam n'était pas dupe et vit la manoeuvre venir. Il para mon coup avec aisance et contre-attaque dans un second temps. Je para à mon tour son coup et recula rapidement en arrière. Je fit un léger bond en l'air en donnant un battement d'aile pour me soulever légèrement du sol et abattit mon sabre en bois vers lui. Il bloqua mon attaque et se servit de mon élan pour glisser sur le côté et me laisser tomber en avant. Il était prêt à répliquer avec un coup bien placé dans le dos mais je me retourna juste attend pour le bloquer.

Pas mal... Mais on va passer à la vitesse supérieur maintenant...

Il me poussa en arrière, me donna un coup dans la main pour me désarmer et me frappa violement dans les côtes. Je tomba à genoux au sol, le souffle légèrement coupé, les mains dans la boue... Je me releva péniblement sous son regard sévère.

Plus vite ! Vas chercher ton épée, sans ça tu es morte !

Il me balaya les jambes d'un coup de pied et je m'affala dans la boue, j'en étais couverte de la tête aux pieds à présent. Je rampais à présent dans la fange le plus rapidement possible pour aller récupérer mon arme. Je me mis à glisser et trébucher comme une enfant qui n'a pas d'équilibre. Mon mentor soupira et s'approcha de moi. Je cru qu'il allait m'aider à me relever mais au lieu de ça il me frappa un bon coup de pied dans l'estomac.

HURGH !!!  
J'ai dit... PLUS VITE !!! Ton arme !! VITE !! Tu serais déjà morte plus d'une fois en situation réelle !
En situation réelle j'aurai droit à mon fluide...  
Ton fluide ne te sauvera pas toujours... et puis en situation réelle moi aussi j'aurai mon fluide, idiote ! Tu veux que j'te montre ?
Hurg... Non...  
Alors plus vite !!!


Je roula dans la boue et alla attraper mon épée de bois. Elle glissait dans mes mains à cause de la boue et de la pluie. Je me remis debout et lui fit à nouveau face. Il me regardait avec méchante humeur, comme s'il était profondément déçu, et c'était surement le cas. Je lui tournais à présent autour, cherchant une faille dans sa garde ou une occasion de lui donner un coup. C'est alors que j'eue une idée, je me précipita vers lui et fit une glissade, visant de mon pied ses jambes. Quelque peu surpris par la manoeuvre, il eut à peine le temps de glisser sur le côté pour esquiver, mais j'avais à présent une ouverture. Rapidement je donna un coup dans son flanc et il pesta de douleur et se tenant le bas ventre.

Argh... Bien joué... Pas mal pas mal ! T'as le sens de l'improvisation... c'est pas mal... c'est pas encore à l'ordre du jour mais c'est bien joué. On reprend !!  

Il ne me laissa pas le temps d'apprécier ce qu'il venait de dire, qu'il était déjà sur moi, le sabre prêt à s'abattre sur moi. Nous échangeâmes alors de nombreux coups, une fois, deux fois... plus d'une dizaine de fois je finis dans la boue, trempée et frigorifiée à force de rester ainsi. J'avais réussi à le faire tomber deux fois... cela faisait trois au total... Mais il ne lâcha pas prise et me força à continuer encore. J'étais épuisée... fatiguée... Il insista encore et encore... Je tomba à terre une fois de plus... Il posa son pied devant mon visage et me tendit la main.

Bien... tu te défends pas mal... mais essaye de te contrôler et de ne pas foncer tête baissée... t'es encore trop impulsive. Aller viens... c'est terminé pour l'instant... Aller vous laver et vous réchauffer...  

Je pris sa main pour qu'il m'aide à me relever mais au lieu de ça je le tira vers le sol et le fit tomber dans une marre d'eau.

Ah pu... Héééé ! Pour une fois que j'étais sympa !  
Ca c'est pour toutes les fois où vous m'avez plongée dans la boue exprès pour mater sous ma robe...  
Merde... grillé...  
Espèce de pervers...  
Bouaahahah ! Allez ! Filez mes poulettes ! J'ai deux trois trucs à régler là... On se retrouve demain... Repos cet aprem' et ce soir...  


Il nous laissa alors partir nous mettre à l'abris. Nous filâmes à l'auberge et nous primes un bain bien mérité toutes les deux. Nos vêtements étaient bon pour être lavés... La ménagère qui nous avait préparé un bain avait récupéré nos vêtements pour aller les lessiver. C'était très aimable de sa part. Alors que nous prenions notre bain je regarda Sëya et lui demanda alors subitement.

Ca va Sëya ? Pas trop de bobo ?  

Avant même qu'elle ne réponde, je me saisi de la savonnette et d'un gant pour lui frotter doucement le visage afin de retirer la boue qu'elle avait sur elle.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Avr - 19:32
La pluie ne cessa pas de la journée, après un repas bien mérité, nous allâmes dans la chambre prendre du repos et nous câliner avec tendresse. Nous ne fîmes rien de l’après-midi à part somnoler et nous embrasser quand nous étions à demi éveiller. Nous n’avions même pas la force de faire l’amour ce jour-là. Trop courbaturées et fatiguées. Nous restions juste étendues l’une près de l’autre à parler de tout e de rien. Je souriais devant les bâillements de ma douce l’imitant bien souvent. La nuit tomba rapidement et nous descendîmes prendre le repas du soir. Je bus un hydromel bien fruité et sucré mais je me retrouvais rapidement pompette. Le maître d’arme se joignit à nous au bout d’une bonne heure. Il avait l’air éreinté et à bout de souffle. Il commanda une chope de bière et nous dragua de façon vulgaire. Je soupirais plus d’une fois devant sa mauvaise attitude. Ses blagues vaseuses et douteuses me répugnaient mais, après tout, il était devenu mon maître. Il nous invita à aller dormir lorsque la nuit fut bien avancée.

Le jour venait de se lever, il faisait un temps radieux. Je m’habillais rapidement après une brève toilette et descendis avec Morianne prendre le petit déjeuner. Ensuite, nous rejoignîmes le maître d’armes dans la petite cours. Comme précédemment, il commença par moi. Après trois mises au tapis il pesta contre moi. J’étais assez forte mais ce n’était pas encore ça et j’en fis les frais lorsqu’il me frappa avec violence en plein visage. Je reculais de dix pas, me tenant la mâchoire. Je crachais de la salive et du sang au sol il avait frappé fort ce con !

Tu te montres trop sûre de toi au bout d’un moment, Sëya ! Du coup, tu baisse ta garde… On recommence !

J’enchainais les coups et les parades. Je transpirais sang et eau à combattre ce fou furieux que je mis une quatrième fois au tapis. Mais entre temps j’avais mordu la poussière une dizaine de fois. Ce fus enfin le tour de Morianne. Je déposais un baiser sur sa joue en lui souhaitant bonne chance.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 9:12
Nous avions passé un moment si agréable Sëya et moi… Malgré la douleur et la fatigue, rester l'une à côté de l'autre à se câliner et à s'embrasser me sembla être un doux réconfort même si nous passâmes la plupart du temps à somnoler et à dormir.

La soirée fut un peu moins agréable… Les assauts tendancieux de notre mentor lors de notre dîner furent quelque peu pénible et irrévérencieux. Son état de fatigue ne semblait pas l'empêcher de nous taquiner comme un gros balourd mais je sentais qu'il avait quelque chose à cacher… Avait-ce un rapport avec ses affaires à régler ? Je n'en sus pas d'avantage et très franchement je n'avais pas envie de savoir après qu'il nous ait montré une telle attitude.

Le lendemain nous retournions alors à notre petite aire d’entraînement ma douce et moi. Loghiam nous y attendait. Encore une fois il commença par faire venir Sëya en première pour évaluer ses progrès. J'observais attentivement l'échange de coups et remarquais tout de même les progrès de ma mzékils, certes infimes, mais ils étaient bien là.

Je failli bondir en avant et m'attaquer à mon mentor après l'avoir vu frapper ma belle arcaëllienne au visage avec une telle violence qu'elle en crachait du sang. Mais je ne pouvais pas intervenir… je n'en avais pas le droit… je devais respecter l'entraînement… Je jurais cependant que Loghiam le payerait quand ce serait à mon tour de l'affronter. Cela ne tarda d'ailleurs pas et après que Sëya m'ait  embrassé pour me donner du courage, et alors que je regardai son visage légèrement tuméfié par le coup cinglant qu'elle avait pris au visage, je serra mes doigts autour de mon épée de bois, la rage au ventre.

Notre mentor me regardait avec un air suffisant, comme s'il sentait la colère en moi, comme s'il attendait que je perde le contrôle de moi pour faire n'importe quoi et en profiter pour me rosser tout en critiquant le fait que je ne savais pas me retenir. Mais je ne lui donnerai pas ce plaisir… Je n'avais nullement l'intention de lui offrir cette satisfaction. J'allais me maîtriser cette fois-ci. J'allais lui montrer ce dont j'étais capable.

J'avais encore une fois été trop optimiste. D'une part parce que même en gardant mon calme, Loghiam me dominait très largement, d'autre part parce que je ne resta pas sereine très longtemps et fini par m'emporter, obnubilé par l'idée de lui faire manger un coup bien cinglant au visage. Bien qu'il me mit un nombre de fois considérable au tapis, il salua ma témérité et ma réelle envie de lui faire mal.

Ça manque encore de contrôle, poulette… mais t'as le bon esprit ! J'ai vraiment cru que t'avais envie de me buter ! Ahahah !

Je lui lançai un regard noir et il compris à ma tête que j'avais une réelle rancune envers lui. Il se contenta d'arrêter de sourire bêtement et me demanda de me mettre prestement debout « pour reprendre une raclée ». Je le toucha deux fois aux épaules, une fois à la jambe, mais son visage continuait à me narguer et à ne pas vouloir prendre le moindre coup.

Alors que je m'écroulais pour la quinzième fois, je crois, il nous fit signe que c'était fini et qu'il était temps de reprendre les entraînements aux gestes. Cela voulait aussi dire, plus de raclée, plus de coups à encaisser… et plus d'hématome en plus…

Je soupirai de soulagement mais déchanta vite lorsque je vis un groupe d'une dizaine d'individus se rassembler dans la cour. Je jeta un regard incongru à notre mentor qui sembla ce figer sur place et maugréer des paroles inaudibles. Ce n'était visiblement pas bon signe.

Les premiers hommes s'écartèrent et firent place à deux elfins aux visages esquintés. Après un moment à les observer, je les reconnu. C'étaient ceux de la taverne, ceux que Loghiam avait fracassé quelques jours plus tôt. Je lança un regard courroucé à notre mentor et il me répondit par un haussement d'épaule et un air d'incompréhension.

On t'as retrouvé, Loghiam ! cracha l'un d'eux.
Ouais ! Tu vas payer pour ce que tu nous as fait la dernière fois. Mais pour être sûr que tu ne réitères pas ton petit exploit, Birg et moi avons ramené des potes. Ils vont t'apprendre à pas tricher aux cartes. Hein les gars ? pesta l'autre.
Ouaaaais ! Hé hé hé ! clamèrent les autres en sortant bâtons et matraques.

Loghiam les observa avec appréhension et finit par dire :

Et merde… heum… ok… écoutez les gars… Chuis sûr qu'on peut trouver un arrangement, mais faut laisser les filles en dehors de ça, ok ?  
Et puis quoi encore ? T'es pas en position de négocier Loghiam ! rugit le dénommé Birg. Tes catins on va les faire regretter de s'être acoquiné à toi !
C'est pas mes… commença Loghiam avant que je ne l'interrompe en hurlant de rage.
SES CATINS ??? Ok… Ça va être un bain de sang là ! Ah… Ses catins… beurk… Surtout pas avec lui… même pas en cauchemar ! Autant faire l'amour à un bsurt…
Héééé ! Je suis là… pleurnicha-t-il.
Oh vous, la ferme ! C'est à cause de vous qu'on en est là ! pestais-je.

C'est ainsi que nous engageâmes le combat contre ces truands malodorants, armés de nos sabres en bois. Par chance ils ne semblaient posséder d'armes blanches, seulement des bâtons et des matraques. J'espérai simplement que notre fatigue ne nous jouerait pas des tours...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 16:25
Une dizaine d’arcaëlliens entrèrent dans la courette laissant place à deux elfin au visage buriné. Je ne compris pas bien ce qui se passait entre notre mentor et les deux ailés. En tout cas, ils avaient l’intention de nous punir avec le maître d’arme. Par chance ils ne semblaient pas avoir d’arme à feu ou d’armes blanches. Oubliant les règles d’entrainement, ainsi que la prudence, j’invoquais un gros loup noir ainsi que mon singe de feu. Les deux bêtes grognèrent dans un bel ensemble, cependant, n’ayant pas donné l’ordre, elles ne bougèrent pas. Ma véritable épée étant, quant à elle, bien trop loin. En effet, elle était dans la chambre. J’allais devoir me battre avec mon fluide et une épée de bois. Dans un bel ensemble, ils se jetèrent sur nous. Les deux elfins décidèrent de se charger de l’humain. Alors que l’un d’eux se ruait sur moi, j’étendis la main et un petit arbre poussa. Il se prit de plein fouet l’arbuste et s’emmêla dedans. Un elfe leva son bâton et l’abattit à deux millimètres de moi. Je me servis des cours de l’homme pervers pour répondre. Mon épée de bois frappa ses côtes avec une violence inouïe. D’ailleurs j’entendis un craquement sonore. Mes animaux invoqués s’occupaient des malandrins qui s’attaquaient à eux. Ils avaient ordre de ne pas tuer. Du coin de l’œil je vis le loup mordre la main d’un virenpien qui glapit de douleur. Le sang afflua rapidement. Mais, étant concentrée ailleurs, je ne vis pas le poing courir vers moi. Je me pris un bourre pif en plein visage.

Sale rat ! Tu vas me le payer !

Le sang coulait de mon nez avec abondance. Je fis deux trois mouvement et lui envoyais mon pied dans les testicules. Il tomba à genoux en hurlant de douleur. Une fois au sol, je posais une main sur son épaule gauche et envoyais mon poing droit dans son visage. Il tomba à la renverse.

Mez’Tîl !

Un fouet de feu apparut entre mes doigts. Il claqua à quelques centimètres de l’oreille d’un mécréant. Ce dernier partit en courant, abandonnant ses compères. Je continuais à faire tourner mon fouet qui mordit les fesses d’un autre bandit. Il couina de douleur et se tint un bout moment le postérieur en geignant. La petite bande finie par se dissiper. Il ne rester que les deux elfin en prise avec Loghiam. Bien vite ils furent à terre et, tout en se relevant, jurèrent qu’ils n’en resteraient pas là. Mon fouet s’évapora et je tapais des mains pour faire disparaitre mes invocations.

T’es quoi toi ? Finie par me demander le maître d’arme.
Sëya, une mzékils avec un petit côté divin…

Il soupira et se frotta les mains bien mécontent qu’on lui ai caché mon ascendance divine.

Morianne ! La prochaine fois que tu me joue un tour comme celui-ci, je te tue. Je n’entraîne jamais les enfant des Dieux ils sont trop instable !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 17:30
La bataille fut courte... Malgré leur supériorité numérique flagrante, les invocations de Sëya firent une grosse différence. J'étais toujours impressionnée par sa capacité magique hors du commun. Que Thaä soit bénie d'avoir donné naissance à un être si parfait à mes yeux. Je ne devais pour autant par rester en arrière à me tourner les pouces, aussi me mis-je en garde et jeta mon épée de bois pour  faire apparaître une lame de glace au bout de mon poing.

L'un des malfrats, un mzékils bien portant, leva sa matraque vers moi et sans attendre je ripostais en la tranchant net d'un coup d'épée de givre. Je fis un bond en l'air, tourna sur moi-même et lui décocha un coup de pied en plein visage. Sa mâchoire se déforma au contact de ma botte et il vrilla autour de lui-même avant d'atterrir sur le sol, crachant sa salive, du sang et quelques dents.

Il jura et me promit que j'allais le payer, mais il n'avait pas eut le temps de se mettre à quatre pattes pour se relevait que je lui fichait un coup de pied bien senti dans l'arrière-train, le faisant rouler en boule. Un de ses camarades en profita pour se jeter sur moi avec son bâton. J'invoquais alors mon bouclier de glace sur mon autre bras et son arme se brisa dessus en des centaines d'échardes de bois.  

Je tourna mon visage furieux vers lui et lui montra mon épée de glace. Il regarda le reste de sa bande se faire botter les fesses par Sëya et ses invocations, ainsi que par Loghiam qui ne faisait que s 'amuser face à ces deux elfins, puis il se tourna à nouveau vers moi et pris ses jambes à son cou. A défaut d'être malin, il avait au moins un certain instinct de survie.

Finalement il n'y avait plus personne prêt à se battre et tout le monde prit la poudre d'escampette. Mon maître s'étonna de la puissance magique de Sëya et lui demanda ses origines… A présent qu'il savait la vérité, il serait difficile de lui faire entendre raison…

Morianne ! La prochaine fois que tu me joue un tour comme celui-ci, je te tue. Je n’entraîne jamais les enfant des Dieux ils sont trop instable !


Je répliquai alors à son intention non sans une certain once d'excès.

Vous allez l'entraîner que ça vous plaise ou non ! Vous avez donner votre parole !
C'était avant de savoir que… cette… peste était une demi-déesse ! Je laisses tomber ! C'est fini pour moi ! Adios les filles, et bonne chance pour la suite !
Alors ça pas question !!! Revenez ici !! Loghiam !!! Espèce de lâche !
Et toi, espèce de… de… gamine insouciante et… Tu m'as menti !!!
Non ! Je ne pensais pas nécessaire de parler de ça ! C'est tout !
Ouais ouais ! C'est ça ! Et ben bon vent ! Moi je reste pas là ! Une demi-déesse… non mais je rêve…

Loghiam s'en alla sans demander son reste, il se dirigea vers la sortie de la cour mais soudain nous l'entendîmes crier de surprise, puis de douleur.

Ah put… aiiiiiin ! Aaaaïe !!

Je le rejoignis, intriguée tout de même par ce qui se passait. Je vis alors la silhouette d'une femme se dessiner sous le porche qui menait à la cour, un espèce de bâton de prêtre en main, qui formait deux ailes à son sommet. Loghiam avait le nez en sang et se roulait par terre.

Je m'approcha un peu plus pour mieux distinguer la femme. C'était une femme, une tahora pour être précise, qui avait visiblement la quarantaine, grande, des cheveux d'un blond pâle et des yeux verts émeraudes, ainsi qu'une forte poitrine. Elle portait des vêtements blancs et noirs, une robe de prêtresse. Elle lança un regard désapprobateur à Loghiam qui soupira en voyant son agresseur.

Oh non putain… C'est pas vrai… Fallait que t’arrive pile à ce moment là…
Bonjour Loghiam ! Belle journée pour entraîner de jeunes filles, n'est-ce pas ? Dit-elle d'une voix claire, douce, chantante et même étrangement sereine pour quelqu'un qui venait de frapper un homme au visage.
Épargnes-moi tes salades, Loreleï… Qu'est-ce que tu fiches ici et qu'est-ce que tu veux ?

La femme continuait de sourire, les yeux plissés, le visage serein, elle serra fermement son bâton entre ses doigts et le planta juste devant l'entre-jambe de Loghiam.

Je viens voir si tu as fait preuve de bonne fois et que tu t'es repenti de tes pêchés bien sûr ! Rassures moi… tu n'allais quand même pas vraiment abandonner l’entraînement de ces jeunes filles dont l'une est une fille de Thaä ? Hein ?
Heu… C'est à dire que…

La femme qui semblait être prêtresse se rapprocha de Loghiam, toujours le visage serein.

Tu n'allais pas le faire, dis !
Je… j'entraîne pas les demi-déesses… elles sont toutes pas fréquentables et…

La dénommée Loreleï posa son pied sur l'entre-jambe de Loghiam et commença à lui ratatiner les noix et gardant son air calme… mais elle parlait à présent d'un voix froide et cruelle.

Je t'interdis de les abandonner Loghiam… Sinon tu peux dire adieu à ta rédemption et à tes boules… D'accord ? Finit-elle par dire avec le sourire.

Je les regardai avec stupéfaction et ne savais plus où me mettre. Loghiam acquiesça et chouina pour confirmer.

Ok ok ! Tout ce que tu veux, mais j't'en supplies, pas mes boules !!!
Bieeeen ! Quelle joie ! Tu es enfin devenu raisonnable !

Elle se tourna vers nous et comme si elle ne nous avait pas vu elle se présenta d'un air surpris.

Oh ! Vous êtes là ! Excusez-moi ! Je me présente : Loreleï, prêtresse de Thaä. J'espère que cet homme libidineux ne vous a pas posé trop de problème ! Vous allez bien ?

Je resta sans voix devant cette femme et n'eut même pas la force de me présenter. Mais qui était-elle ? Et quel lien avait-elle avec Loghiam ?
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 17:49
Il nous abandonnait lâchement… Parce que j’étais une enfant d’un Dieu. Mais… C’était stupide ! Je pestais dans mon coin insultant copieusement l’homme qui partait. Instable ? Moi ? Et puis quoi encore ? Un cri, un bruit de chute. Une voix d’arcaëllienne s’éleva. Une voix familière. Je m’approchais de Morianne et vis la tahora. Loreleï, une des Grande Prêtresse de Thaä. Que fichait-elle ici ? Les yeux ronds je regardais la tahora massacrer l’entre-jambe de notre mentor. Toujours aussi raffinée, songeais-je. Quand Loghiam eut promis de continuer notre entraînement, elle se tourna vers nous.

Heu.. ça va… Et vous ? Enfin… Que faites-vous là ? Jveux dire d’habitude vous êtes à Yban… Est-ce Mère qui vous envoie. Enfin ma mère biologique j’entends. Nan parce que… Jvois pas ce que vous foutez là…
Fille de Thaä…
… Sëya !
Bien… Sëya. Tu es d’une grande innocence si tu crois pouvoir te venger entièrement. J’étais sur le navire avec toi et j’ai vu tes fréquentations… Une pirate… Tu aurais pu te faire égorgée n’importe quand.
C’est pas arrivé.
Certes. Tu te souviens quand tu es venue au temple me demander avis et protection ? Et bien je suis là pour veiller sur toi.

Sa voix était aussi douce que du miel mais en même temps aussi dur que du fer. On allait se coltiner la surveillance de l’une des Grande Prêtresse de ma mère… Super ! Je tournais la tête vers Morianne et soupirais. J’avais envie de fuir loin au nez et à la barbe de tous. Mais, je ne pouvais pas, n’est-ce pas ? J’observais Loreleï avec un air désapprobateur et vindicatif. Croisant les bras sur ma poitrine je me mis à bouder avec hardiesse comme une gamine que l’on surprend à voler des bonbons.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 18:20
Je regardais à présent ma mzékils avec étonnement. Elle connaissait cette femme ? Ce n'était pas si étonnant étant donné qu'il s'agissait d'un prêtresse de Thaä… mais tout de même. J'étais tout aussi intriguée de savoir qu'elle était ici, mais j'eus rapidement ma réponse. Elle semblait là pour protéger  Sëya. Ça ne serait peut-être pas de trop étant donné nos adversaires… mais je m'inquiétais également pour ce que ressentait mon arcaëllienne à ce moment là. Elle semblait songeuse, voir même boudeuse. Ça ne lui faisait visiblement pas plaisir d'être surveillée par une haute prêtresse… Elle se tourna justement vers moi et soupira, comme pour trouver en moi un certains réconfort. Je lui fis un léger sourire gêné, et même désolé. Si je n'avais pas proposé de trouver Loghiam pour nous entraîner cela ne serait peut-être pas arrivé… mais en même temps nous avions vraiment besoin de devenir plus forte.

Loreleï se tourna et posa son regard bienveillant sur moi.

Et toi jeune fille ? Qui es-tu ?

Je bougonna un peu mais finis par lui répondre en toute franchise.

Morianne, madame, druidesse de Thaä.
Druidesse de Thaä ? répliqua-t-elle avec étonnement. Vraiment ?
Oui madame… C'est… difficile à croire je sais mais… J'entends la voix de Thaä dans mon sommeil. C'est comme ça que je suis parti de chez moi et que j'ai finalement rencontré Sëya, l'ais sauvée des Hayert'Väal… et… que je suis à ses côtés à présent…
Je vois… Tu dois être la jeune nomade dont j'ai entendu parlé… Bien bien ! Très bien ! Quelle joie de voir que Thaä nous a toutes réunies !
Toutes ? Hé ! Je suis là moi ! Protesta Loghiam.

Loreleï lança un regard froid et glacial à l'encontre de Loghiam et lui dit sèchement :

Toi tu ne comptes pas… Commence déjà par entraîner ces filles et te faire pardonner de tes crimes et après seulement tu auras voix au chapitre…
Gloups… Toujours aussi froide et cruelle…
Seulement avec les individus dans ton genre qui ont besoin de fermeté…

Elle se tourna à nouveau vers nous et nous fit un sourire enjoué.

Oh mais vous devez être fatiguées et avoir faim !! Venez ! Allons manger quelque chose de consistant ! C'est moi qui invite !
Oh ! Trop aimable ! Déclara Loghiam.
Pas toi, Loghiam… Tu vas aller au temple et délivrer ce message…

Elle sortit un rouleau de parchemin scellé et le tendis à Loghiam.

Et après tu te débrouilles… mais je veux te voir ici, cet après midi pour entraîner ces jeunes filles… Et crois moi, tu auras de gros ennuis si tu n'es pas là…

Elle nous fit signe de la suivre avec un sourire franc et serein. Je m’exécuta sans rechigner, j'avais trop faim pour protester. Je gardais cependant un œil sur Sëya et lui pris la main en signe de soutien.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Avr - 20:03
Nous lui emboîtâmes le pas. Je boudais toujours, j’avais horreur d’être surveillée comme une enfant. Je soupirais maintes fois durant le trajet jusqu’à l’auberge où nous prîmes place à une table près d’une fenêtre. Loreleï commanda trois plats biens accommodés pour nous. Pommes de terre sautées, salade avec lardons, viande de bœuf et un verre d’hydromel. Elle me regarda et me demanda si je comptais bouder longtemps. Je détournais la tête et soupirais une énième fois. Je finis par lâcher d’une voix bougonne :

J’boude pas…

Cela fit rire Loreleï aux éclats. Une fois sa joie calmée, elle me tapota gentiment la tête et déclara :

Je te connais bien Sëya et je sais quand tu boude. On apporta les plats fumants et appétissants. J’espère que cela ne te coupera pas l’appétit.

Je lui tirais la langue ce qui la fit sourire. Je pris ma cuillère en bois et commençais à manger. J’accompagnée une bouchée sur deux par quelques gorgée d’hydromel. Une fois le repas fini, elle nous invita à aller nous détendre dans notre chambre. Nous montâmes les escaliers sans nous faire prier. Une fois dans la pièce je lâchais :

Elle me gonfle cette Grande Prêtresse ! Toujours à me surveiller comme si j’étais une gosse !

Je me jetais sur le lit et enfouis ma tête dans le traversin. Pour qui se prenait-elle ? Que Thaä me maudisse si je n’arrive pas à la faire partir. Le sommeil me rattrapant, je finis par m’endormir une petite heure. Ensuite, il fut temps de retourner à l’entraînement. Loghiam était là, l’air bougon. Il me tua du regard puis nous dit de nous mettre en position pour les exercices de bases. Nous fîmes quelques mouvements répétitifs puis il me dit de venir mais sans armes.

Tu dois me mettre au sol en utilisant tes pieds et tes mains !

Le combat commença. Je fus mise au tapi une bonne vingtaine de fois. Et, enfin, je réussis à mettre la maître d’armes au sol avec un petit balayage de la jambe. Il grogna des « Bien, bien » puis dit à Morianne que c’était à son tour.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Avr - 15:26
Le repas fut copieux et nourrissant. Après une telle rudesse ce matin, c'était une véritable aubaine de pouvoir déguster un plat si riche. Sëya boudait toujours et quand la prêtresse lui demanda si elle comptait bouder encore longtemps, elle répondit qu'elle ne boudait pas, alors qu'il était flagrant que c'était le cas. Loreleï se mit à rire. J'avouai être moi-même amusée par ma mzékils et me mis à glousser silencieusement, essayant de ne pas trop le montrer pour ne pas la fâcher un peu plus. Par chance son attention était concentrée sur Lorelei.

Le repas terminé, nous montâmes à l'étage pour rejoindre notre chambre et nous y reposer un moment. Sëya me fit par de son agacement envers la prêtresse de Thaä et se jeta sur le lit, étouffant ses grognements dans le traversin présent sur le lit. Je me mis à rire doucement et m'allongea à côté d'elle. Je passa une main dans ses cheveux bruns, tout en la regardant bougonner.

Je suis sûre qu'elle fait ça pour ton bien… Mais ne t'en fais pas… Je suis là moi.

Je lui colla un bisou sur la joue et m'allongea complètement tout en caressant son dos. Je finis par m'endormir à côté d'elle. C'est finalement après une sieste bien méritée que nous descendîmes et rejoignîmes la cour et Loghiam qui était d'une humeur maussade. Il n'avait plus envie d'être là et cela se sentait. Malgré le fait qu'il ne perdait pas son sérieux dans notre entraînement, il avait l'air moins jovial, plus bourru.

Loreleï était là, nous regardant nous entraîner. Elle consultait un livre entre deux coups d’œil vers nous. Loghiam lui lançait parfois des regards meurtriers, prenant soin qu'elle ne regarde pas à ces moments là tout de même.

Vint le moment où il nous demanda de nous battre aux poings. Il commença par Sëya comme à nos habitudes, et plus d'une fois, ma pauvre arcaëllienne se fit mettre au tapis. C'était à mon tour. Je posa une main sur l'épaule de Sëya pour la félicité de ses efforts puis je partis en direction de notre mentor. Je me mis en garde et il se mit à sourire brièvement.

Bien ! On dirait que tu n'as pas oublié les bonnes postures. Mais voyons si tu as retenu mes leçons. En garde, poulette !!!

Je fléchis légèrement les genoux et donna une impulsion avec mes jambes pour partir en avant et m'attaquer à Loghiam. Au dernier moment, alors qu'il s'attendait à un assaut direct, je changea de tactique, et me pencha sur la droite tout en donnant un direct du gauche. Mon mentor ne sembla cependant pas étonné et esquiva le coup sans problème. Il essaya de saisir mon bras tendu mais je m'appuya sur ma jambe droite pour lui envoyer un coup de genou de mon autre jambe. Nouvelle esquive, Loghiam connaissait parfaitement mon style de combat à mains nues, ce n'était pas étonnant.

Il m'envoya un coup de poing en direction des côtes mais je bloqua le coup avec mes deux mains, tourna autour de lui en saisissant son bras et tenta de lui tordre en arrière. Il glissa son bras et se défit de ma prise sans trop de problème. Il posa sa main sur ma nuque et me força à plier les genoux tout en tenant mon bras de l'autre main. Je lui saisis l'épaule de ma main valide et le tira pour le faire passer au-dessus de moi. Il dut lâcher mon bras et ma nuque et fut projeté en avant, roulant en avant pour ne pas s'écraser sur le sol.

Oh oh ! C'est propre Morianne ! C'est propre ! Je suis content de toi ! Tu sembles avoir gardé les bonnes techniques. Mais voyons si tu arrives à suivre le rythme.

C'est alors que je compris que j'avais beaucoup à apprendre encore. Plus nous échangeâmes de coup, plus Loghiam faisait preuve de rapidité et de force. Il s'était retenu jusque là… j'en pris pour mon grade, et pas qu'un peu. Je m'étais peut-être débrouillée légèrement mieux que Sëya pour le combat à mains nues, mais de toutes évidences, je ne faisais pas encore le poids face à notre maître d'arme. J'avais réussi à le mettre à terre ou à le mettre en respect trois ou quatre fois, mais la plupart du temps j'étais obligée d'esquiver… ou de me manger lamentablement le sol.

Ouaaais ! C'est pas mal, poulette ! Fais bien gaffe à tes appuis ! Et sois plus vive dans tes coups, mais sinon tu tiens l'truc !

Loreleï se mit à toussoter et fixa Loghiam d'un air sévère.

Loghiam… ton langage…
Quoi ?
Les appeler « poulettes »… très sincèrement quel manque de respect… Évites ça à l'avenir… tu t'adresses à de jeunes femmes… et qui plus est à une enfant de Thaä…

Loghiam soupira et attendit que Loreleï soit à nouveau tournée vers ses livres pour lui tirer la langue et lui faire un geste obscène avec son majeur droit. Je leva les yeux au ciel mais fit tout de même un léger sourire amusé.

Bon aller mes p'tites poules ! Vous avez quartier libre ! J'en ai fini avec vous !

La prêtresse de Thaä se leva d'un bond et pesta à l'encontre de notre mentor.

LOGHIAM !!! Espèce d'incorrigible malappris. Qu'est-ce que je viens de te dire ?

Alors que Loreleï s'en aller vers lui pour lui apprendre les bonnes manières, il me jeta un regard et dessina avec ses lèvres des mots que je crus comprendre quelque chose comme : « Barrez-vous, je la retiens ! » Je leva un sourcil circonspect et après avoir compris, je pris la main de Sëya et la traîna avec moi en douce, histoire de partir loin du regard de la prêtresse et d'avoir un peu la paix et un moment à nous. Après tout ce n'est pas ma mzékils qui allait refuser de se dérober à elle. Ne serait-ce que pour quelques heures au moins...
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Avr - 20:04
La prêtresse de Thaä avait bondit sur Loghiam nous laissant le champ libre pour une escapade. Morianne saisit ma main et nous partîmes dans les rues de la ville. Nous marchâmes à un bon rythme afin de nous éloigner de la courette. Une fois assez loin, nous avons ralenti et j’embrassais doucement ma douce et tendre. Nous errâmes dans les rues savourant des douceurs au passage. Bonbons au miel, beignet à la fraise, chausson à la cerise… Nous passâmes une bonne fin d’après-midi mais le ciel se couvrait lentement et la pluie commença à tomber. Nous rentrâmes à l’auberge où Loreleï nous attendais l’air mécontente. Elle nous passa un savon digne d’une Grande Prêtresse. Elle me rappela mon rôle aux yeux des Hayert’Vaäl. Je soupirais en m’asseyant à une table, la même que celle du midi. Je regardais la pluie s’abattre sur le carreau de la fenêtre en bougonnant que je n’étais plus une enfant.

Certes ! Mais ton sang est plus précieux que l’or coulant dans le fond d’une rivière !
Gna gna gna ! Lâches moi la grappe !

Son visage s’empourpra et je me pris une violente gifle. Je pestais, au bord des larmes. Je me levais et montais dans la chambre où je me jetais sur le lit pour pleurer tout mon saoul. Une latte grinça.

Laisse-moi Morianne…
Navrée de te décevoir, Princesse, je ne suis pas Morianne.

Je me redressais et vit une arcaëllienne aux cheveux aussi noirs que la nuit et aux yeux aussi rouge que la braise me fixer. Je me redressais cherchant mon épée.

Tu cherches ça ?

Me demanda la mzékils. Je pestais. Elle s’approcha après avoir verrouillé la porte et s’assit sur le bord du lit. Elle caressa mon visage.

Si jeune et un si grand destin… Ton sang servira à ouvrir un portail, tu le sais ?

Je me levais prestement et m’appuyais contre le mur. Il n’y avait pas d’issus. Je pestais contre moi-même. J’observais la prêtresse Hayert’Vaäl sans dire un mot. En silence. Elle me proposa deux solutions. Soit je la suivais en restant calme soit elle tuait tous les occupant de l’auberge. Morianne y compris… Je serrais les dents, pestant. Elle me dit que nous allions passer par la fenêtre en volant. J’ouvris la fenêtre et déployais mes ailes. Nous nous envolâmes assez loin de l’auberge. Là je fus encerclée par une dizaine de soldats adorateur d’Özan. Je pestais tout bas et suivie les Hayert’Vaäl en  silence, la tête basse. Une fois que nous fûmes sortis de la ville, je m’arrêtais brusquement. J’invoquais mon loup de chair et mon singe de feu. Ils attaquèrent les soldats et je fis apparaitre mon fouet de feu pour attaquer la prêtresse. Le combat commença.

Après un bon moment et quelques décapitations, je pus récupérer mon épée. Il ne restait que la prêtresse qui souriait sordidement. Je sentis la terre bouger sous mes pieds et des liens m’entraver.

Allons, allons. Je ne vais pas te tuer maintenant. Mais je vais retourner à l’auberge avec toi et tuer ta bien-aimée sous tes yeux.

Elle fit apparaitre un cheval de terre et me jeta sur son dos. Je ne pouvais même pas bouger les ailes. Elle tua les gardes de la porte, et se dirigea vers l’auberge. Là elle entra et appela Morianne à la suivre.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Avr - 23:39
J'avais bondi de ma chaise, regardant Loreleï d'un œil noir. Elle venait de gifler sans vergogne ma pauvre Sëya qui pesta et s'en alla à l'étage. Je me mis alors à lui hurler dessus.

Non mais vous allez pas bien ? Comment osez-vous espèce de…

Loreleï me lança un regard courroucé, m'incitant à ne pas continuer ma phrase. Elle renchérit, froidement, toujours en me fixant des yeux.

C'est à cause de toi, petite sotte, que j'ai dû en venir à de telles extrémités. Si tu n'avais pas incité Sëya à prendre la poudre d'escampette et à jouer les imbéciles irresponsables, nous n'aurions pas eut cette discussion…

J'ouvris la bouche, mais il me manquait les mots pour m'exprimer face à une telle absurdité. Moi ? Irresponsable ? Mais pour qui se prenait-elle ? Je ne pouvais supporter une telle autorité, et un tel manque de respect à l'égard de ma tendre et douce. J'avais le poing serré, la gorge nouée, et une furieuse envie de lui coller ma main dans la figure.

Elle avait besoin de prendre un peu de bon temps et de se sentir libre. Quel mal y a-t-il à cela ?

Elle me dévisagea et d'un air tout aussi froid et implacable, me sorti ces mots :

Quel mal ? Le mal c'est que vous auriez pu tomber sur un officier des Hayert'Väal et le payer de votre vie… de votre sang. Je n'ai aucune envie que vous preniez de tels risques inconsidérés. C'est pour votre bien que je fais cela.

Je me mis à brailler de plus bel et mon ton monta encore d'un cran.

Mais il ne s'est rien passé ! Et arrêtez avec votre paranoïa ! Nous sommes assez grandes pour nous débrouiller toutes seules.
Oui… Bien sûr… c'est pour ça que vous avez besoin d'être entraîner par un maître d'armes… Vous savez parfaitement vous débrouiller toutes seules, railla la prêtresse.

Elle avait raison et je ne pouvais pas la contredire à ce sujet. Cependant je ne pouvais laisser passer un tel acte sans montrer ma colère et mon indignation.

Ça ne vous donne pas le droit de la frapper.

Je balançais ma chaise au sol et parti rejoindre Sëya à l'étage alors que Loghiam s'attaqua à la prêtresse, avec une remarque bien placée.

Ah bah bravo… Tu me les as foutues en boule avec tes conneries. Pffff… Elle est belle la prêtresse de Thaä… Pfff… J'vais aller régler ça… Putain tu fais chier…
Non… Loghiam ! Reviens ici !! Loghiam ! Je t'interdis de… Grrrrr !! Idiot !

Je rentrais dans la chambre et fus surprise de ne pas y voir Sëya. Pire encore, la fenêtre de la chambre était grande ouverte. J'eus un frisson d'horreur. Aurait-elle encore fugué ? M'aurait-elle encore abandonné ? Non… Je ne pouvais pas m'y résoudre. Je renifla l'air et sentis comme une odeur étrangère. Elle n'avait pas fugué… quelqu'un était venu ici… probablement quelqu'un de Hayert'Väal. Loghiam arriva derrière moi et j'eus le réflexe de donner un coup, craignant que se soit un ennemi. Il arrêta mon poing sans problème et leva un sourcil.

Oh ! Doucement poulette ! C'est moi… Il t'arrive quoi ?
Loghiam… C'est… Sëya !!! Je… Il y a quelqu'un qui est venu ici ! Ils ont emmené Sëya ! Il faut que je la retrouve !

Je me précipitais vers la fenêtre et m'apprêta à partir à leur poursuite mais Loghiam posa une main sur mon épaule et me retint.

Hop hop hop ! Tu vas nulle part comme ça ! Restes ici avec Loreleï… j'm'en charge !
Mais je…
Tu as déjà assez fait de gaffes comme ça ! Et puis si Loreleï apprend que je t'ai laissé partir seule, j'vais avoir des problèmes. Alors tu poses tes fesses ici et tu me laisses ramener Sëya ! Vu ?

Je soupirais mais fit oui de la tête. Il avait raison… Et puis il serait plus à même de se battre contre les Hayert'Väal que moi. Je le laissa partir et accepta de rester ici.

Je faisais les cent pas dans la chambre, ruminait dans mon coin et rongeait mon frein. Je n'en pouvais plus d'attendre alors que mon arcaëllienne était peut-être en danger de mort. Tout ça c'était la faute de Loreleï… si elle n'avait pas giflé Sëya… Furieuse et convaincue de ce que je pensais, je descendis les escaliers quatre à quatre et arriva vers la prêtresse. Je me mis à nouveau à lui hurler dessus sans ménagement, quelque peu surprise elle eut un mouvement de recul et écarquilla grand les yeux.

Ah bah elle est belle la prêtresse de Thäa  qui était censé surveiller que Sëya n'ait pas de problème !!!
Mais… Que… mais qu'est-ce que… ?
Vous savez que votre protégée s'est faite enlever ?
QUOI ? Sëya s'est…
Oui !!! Ca pour faire des sermons vous êtes forte !!! Mais y a plus personne quand il s'agit de vraiment nous protéger !! BRAVO !!

Tout le monde nous regardait à présent avec intrigue. J'avais hurlé comme une démente et cela avait évidemment attiré l'attention. Loreleï sembla alors aussi inquiète qu'horrifiée. Elle me demanda alors :

Où est Loghiam !
Il est parti la chercher !! Oui ! Parce qu'il n'est pas sans coeur comme vous…

La prêtresse soupira d'exaspération et me posa une main sur l'épaule.

J'ai failli à mon devoir… tu as raison… Mais il n'est pas trop tard pour récupérer cette erreur… Viens avec moi ! Nous devons…

C'est à ce moment là que la porte s'ouvrit sur la prêtresse Hayert'Väal qui m'appela. Je reconnu rapidement son odeur, c'était la même qu'elle avait laissé dans la chambre… Je me dirigea vers elle malgré les protestations de Loreleï et fit apparaître ma lame de glace au bout de mon poing. Je me mis à courir devant les exclamations de tout le reste des clients de l'auberge et me jeta sur la prêtresse avec fureur.

Où est Sëya !??
Si tu veux le savoir je te déconseille de m'attaquer, morveuse ! Sinon tu iras dire bonjour à Gar'Haz plus tôt que tu ne le pensais, et ta copine aussi.
Je ne vous crois pas… Vous avez besoin d'elle… Vous ne la tuerez pas !
Non c'est vrai… Mais je te laisse une dernière chance de la revoir en vie avant qu'on l'embarque et qu'on la saigne comme une truie ! Ahahahah !
Espèce de… … … C'est d'accord…

Je lançais un regard discret à Loreleï mais elle avait disparu. J'espérai juste qu'elle serait là au moment voulu… je suivi la prêtresse qui me mena à l'extérieur et me montra Sëya, paralysée et posée sur le dos d'un cheval. Je la regarda, folle de colère. Était-ce une blague ? Elle se moquait de moi ! Je me tourna vers elle et lui décocha un coup de poing, mais mon corps se sentit soudain lourd et je finis à terre. Pieds et poings liés par une force que je n'arrivai pas à identifier.

Elle se pencha au dessus de moi et m'attrapa par les cheveux. Elle me traîna devant Sëya alors que je pouvais à peine remuer, dans un semblant de débat… J'étais totalement à sa merci. Elle me donna un coup de poing dans le ventre et je me mis à pousser un cri étouffé de douleur. Je jeta un regard implorant à ma mzékils qui était tout aussi immobilisée que moi et reçu un autre coup. Elle commença à me rouer de coup de pied, au visage, dans le torse, partout.

Ahahaha ! C'était si facile… Qu'elle idiote… Maintenant je vais te faire mourir devant ta bien-aimée… Regarde bien Sëya… regarde bien… Je vais l'égorger comme un animal ! Dis lui adieu !

Elle se saisit d'une dague et la brandit en l'air dans l'intention de l'abattre sur moi. L'instant d'après elle se retrouva à terre, frappée par un éclair. Loreleï se tenait debout face à elle.

Moi vivante, vous ne tuerez pas ces filles !
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 492

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Dën, Äan
Groupes: Neutre
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Je suis un mal... mais un mal nécessaire.

Le pendentif des âmes sœurs :


Pouvoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Avr - 23:55
Lorsque je vis Morianne je voulus lui hurler de fuir mais il était trop tard. Elle fut rouée de coup sous mes yeux larmoyant. J’implorais humblement Thaä de nous venir en aide et ce fut là que la Grande Prêtresse intervint. Elle envoya valser au sol la prêtresse d’Özan et clama :

Moi vivante, vous ne tuerez pas ces filles !

Bénie soit-elle. Il faudrait que je lui présente des excuses. OU pas…. S’en suivit un combat rapide mais bref. Loreleï avait largement le dessus sur la mzékils. La tahora sortit une dague et la planta dans le cœur de la mzékils. Elle s’écroula sans vie et mes liens ainsi que le cheval disparurent.

Je… heu… Merci… Je… Suis désolée.
Tu es une idiote Sëya ! Elle s’accroupie près de Morianne et commença à la soigner avec Aän. Tu comprends mieux ma présence j’espère !
Oui… Oui bien sûr…
Bien ! Elle souleva Morianne et la porta jusque la chambre. Reposez-vous.

Je m’allongeais près de ma mzékils, seules elle et moi. Je l’embrassais tendrement et lui demandais pardon. Je me mis à pleurer, le trop plein d’émotion débordant. J’enfouis mon visage dans son corsage. J’avais failli la perdre. Je restais longuement contre elle. Puis je me redressais et ma main glissa sur son corps encore endoloris.

Dormons.

****

Bien des jours avaient passé depuis l’attaque des Hayert’Vaäl. Notre entrainement portait ses fruits, nous étions plus fortes, plus agiles et plus rapides. Loghiam décréta que nous étions prêtes. Loreleï quand à elle prit un navire pour Yban nous laissant sans sa protection.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Kaïl :: Nord :: Alzbey (Capitale) :: Auberges et Tavernes-