L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Retour aux sources (île des Griffes Noires) [Quête personnelle Varek]

 :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 12 Mar - 20:14
Me voici enfin de retour chez moi dans les îles des Zaïans. Je n'était pas revenu avec Pranok depuis au moins six mois. Nous avions voyager de par le monde pour découvrir et apprendre. Nous avons recontrer de nombreuses personnes et des ennemis parfois. La jeune Vÿdareen Loumez m'avais laissez une forte impression. Une amie des lupans, marchande de monture sur Zaï Lou et surtout formatrice pour jeunes arcäellien(ne)s, presque comme une mère de substitution pour eux. Son compagnon lupan avait provoqué la colère de mon ami mais le problème fut résolu par la suite. J'ai dû avoir une longue discussion avec Pranok et donner de nouvelles excuses envers cette jeune personne.

Grégoire Boisdefer, en voici un qui n'avait pas froid aux yeux et doublé d'un puissant mage de la nature. Notre mésaventure dans le temple perdu d'Ozan ne fut pas de tout repos. Mais je pense dire sans me tromper y avoir trouver un ami.

Aujourd'hui je reviens vers mes frère Zaïans au moins le temps de l'hiver car sinon je serai coincé sur le continent durant cette période. Raok n'aime pas trop se geler les ailes. L'île d'Oyaërt était très bien protégée et aménagée pour supporter le gros temps de l'ère hivernale, surtout grâce à son volcan endormi. De retour à notre cabane aménagée à flanc de falaise nos posâmes nos affaires et allumons le feu. Je laissai Pranok se charger de la nourriture ce soir. Moi j'avais à retrouver le gardien des traditions de notre clan : Arthiok. Je passait toujours le voir après mes voyages pour lui raconter ce que j'avais apprit et ainsi faire bénéficier à mon clan de mes connaissances. Je toquais à sa porte. Je fut accueillit par sa tignasse ébouriffée et son monocle bancal. Il était très heureux de me revoir et fut très attentif de ce que je lui racontait.

Plus tard quand je me retrouvas seul sur la place du village, seulement fouetté par le vent marin, je me mit à penser. J'avais durant mes voyages été confronté à mon affiliation divine, et parfois je ne savais dire si j'agissait de mon propre chef ou si j'était influencé par Lui. J'avais toujours cette rancune envers mon père et malgré les années passées sans avoir de ses nouvelles elle ne s'était pas estompée. Loin de là, surtout à cause de son absence lors des funérailles de ma mère.

Je fut prit soudain d'une envie soudaine de solitude. Je retournait précipitamment chez moi harnacha des sacoches sur le doc de Raok, l'enfourchait et parti en direction d'une autre île sans donner d'explications à Pranok. Je retrouvâmes l'île sans aucune difficulté malgré le temps qui avait forcit grâce aux indications que ma mère m'avait donner avant sa mort. Je m'y posais proche d'une grotte et y laissa Raok. Je me drapait donc dans ma cape de voyage et descendit la montagne pour atteindre le lieu où je m'était refuser de trouver : le village d'origine de ma mère et surtout l'endroit où elle rencontra mon père Othab : la forêt des milles dangers.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Mar - 20:40
Du pays des Dieux il observait l’un de ses rejetons. Celui qui lui faisait le plus honte. Varek. Le virenpien demi-dieu. Il ne savait que faire pour que ce fils indigne accepte sa part divine. Il décida de tester son enfant par la manière forte. Se concentrant, il vit Varek se faire encercler par des loumez et des bsurts. Il devrait user de son don pour s’en sortir, sa force. L’intelligence n’était que secondaire. Seule la force brute comptait. Othab avait envie de voir jusqu’où son fils pouvait aller dans la colère. Il matérialisa donc une ombre qui se mit à hurler :

Varek, mon fils !

Elle était l’arcaëllienne qui lui avait donné cet avorton. Elle devait servir de leitmotiv au virenpien. Et puis, après tout, c’était un demi-dieu. Il s’en sortirait. Prenant l’apparence d’une petite créature, Othab vint se placer à bonne distance du futur spectacle. Il espérait bien que cet enfant aurait du fil à retordre. Ainsi, peut-être, serait-il digne de lui.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar - 13:46
Il avait atteint enfin cet endroit dont sa mère lui avait maintes fois parlé durant son enfance et son adolescence. Comme Varek s'y attendait il ne restait presque rien à part quelques traces de bâtiments effondrés recouverts par la végétation. Il ne resta pas beaucoup dans cet endroit car il souhaitait plutôt atteindre la fameuse forêt où sa mère blessée et fragile avait rencontré son père divin. Cette forêt était sombre et touffue. Peu de lumière y filtrait surtout avec le gros temps qui s'annonçait depuis son arrivée. Il s'engagea néanmoins dans cet endroit. Il ne savais pas s'il s'attendait ou s'il espérait trouver son père en ces lieux mais la curiosité avait prit le pas sur sa rancune. Il n'avait aucune difficultés à voir dans cette forêt dense grâce à ces yeux de reptiles et il avança donc d'un pas confiant quand soudain un cri familier lui fit chavirer le cœur : "Varek, mon fils!"

C'était la voix de sa mère! Mais c'était impossible elle était décédée il y a un an maintenant. Mais étant formé à la magie et surtout avec ses connaissances il savait que beaucoup de choses étaient possible en ce monde. Durant sa réflexion il entendit les cris redoubler d'intensité et il entendit aussi le hurlement canin d'un prédateur, non deux, non plus. Il se précipita en avant pour découvrir un spectacle étonnant. Il voyait au milieu d'une clairière sa mère entourée par trois bsurts. Il se lança en avant et pour jouer la surprise hurla un bon coup dans leur direction. Ce qui ne marcha que partiellement : l'un des trois lui griffa son avant-bras armuré ce qui n'occasionna aucun dommages. Il put donc se placer dos à sa mère. Il sentait émanant d'elle une grande puissance magique, peut-être qu'une partie de son essence se trouvait encore ici-bas, il devait trouver un moyen de la ramener pour lui faire trouver la.... merde putain!!!

Durant ses réflexions encore les bsurts n'avaient pas attendu la fin de ses pensées et s'était jetés sur lui, le blessant au torse et le faisant perdre l'équilibre de plusieurs coup de têtes. Il lança donc Thä'Ronae pour les repousser à petite distance. Son sort d'air avait fonctionné mais était plus fatiguant de par la grande taille des créatures. Il usa de manière brute de son Mez pour les faire reculer et faisait jaillir une petite flammèche dans sa main. Les créatures reculèrent un peu, jusqu'à ce que l'un d'entre-eux lui saute sur le dos pour essayer de le mordre à la jugulaire. D'un réflexe Varek le saisit par le cou et le balança par dessus son épaule. Il usa encore du Thäa pour le repousser plus loin, mais encore cela le fatigua plus que de raison. Il essayait de réfléchir pour se sortir de cette situation quand soudain sa flamme de Mez explosa de puissance dans sa main et il sentit la chaleur sur son corps ce qui le brûla légèrement. Il sentit dans le même temps une morsure violente à sa jambe. Il constata que ses pieds étaient dans une brume noire opaque et qu'au niveau de sa jambe une tête lupine était sortie de nul part pour le mordre. Un Loumez! Ici! Par réflexe encore il lança un coup de hache dans le crâne de la créature qui ne s'y attendant pas mourue le crâne fendu. Quand Varek releva la tête il constata l'absurdité de la situation : une clairière baignée dans la brume avec des dizaines de bsurts qui côtoyaient les têtes des loumez à moitiés prit dans la brume formée par leurs corps.

Comment se sortir de cette situation? Il fallait trouver un moyen, vite! Mais que faire les bsurts sont de redoutable traqueurs et prédateurs et les loumez sont quasi légendaires de par leur capacité à se changer en brume et il semblerai que le Mez me soit interdit vu leur niveau. Cet instant de rélfexion lui valu trois morsures : deux de bsurts et une d'un loumez qui était particulièrement brûlante. Il sorti ses haches et commença en essayant de les esquiver en leur parlant en lupan dans l'espoir que cela ne les fasse réagir. Mais une événement changea tout. Il entendit la plainte douloureuse de sa mère derrière lui. Un Loumez était passer près d'elle et l'avait blessée. A ce moment remontèrent les leçon de son père sur le combat et la survit, ilse souvint de l'armure de celui-ci et surtout un détail le frappa très fort quand il essayait de réfléchir on ne lui en laissait pas le temps et surtout quand il usait de la magie de manière subtile il s'épuisait. Il allait devoir user de sa force pour survivre.

Il brandit donc fermement ses haches et siffla entre ses dents. Il chargea les créatures multiples et commença à taillader dans le tas et la danse de mort que son père lui avait apprise se fit insidieuse car elle lui revint très facilement, l'armure encaissait aux endroits vitaux et il comprit le principe d'une armure non intégrale, surtout pour une force de la nature comme lui : elle servait juste à le maintenir en vie, pas de le protéger des coups. Il se rappela qu'il avait envoyé valser par la force le bsurt plus facilement qu'avec la magie. Il se dit, pendant qu'il taillait et tranchait dans les créatures, que s'était vrai qu'il n'avait pas perdu en muscle et en force durant toutes ses années où il ne s'était plus entraîné, ni battu. Ce moment d'égarement supplémentaire le fit se retrouver au sol avec plusieurs créatures sur lui, ce fut à ce moment que Raok intervint pour le soutenir. Il lui ordonna de rester au dessus de sa mère. Et reparti au combat en espérant que cela suffirait.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar - 15:00
Sous sa forme de loir, il observait Varek tenter de se protéger. Il ne fallait décidément pas grand-chose. Se lovant dans une branche, Othab s’arrangea pour que la mère soit grièvement blessée. Après elle n’était pas réelle mais juste le fruit de sa magie. Enfin, il décida d’user de sa force brute. Il chargea, cogna, hacha. Mais, aux yeux du Dieu, c’était encore trop facile. Il remua se moustache de loir et le sol se mit à se mouvoir. Sortant des entrailles de la terre, des hytrez se levèrent. IL y en avait cinq. Cinq hytrez dont deux anciens virenpiens. Comment allait-il s’en sortir ?
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP]-