Un achat peu encourageant [PV Ange]

 :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Commerces Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 3 Mar - 21:01
Je déambulais au travers des avenues marchandes, ne me lassant pas des spectacles offerts. Mon regard s’arrêta sur plusieurs esclaves mais je ne parvins pas à m’imaginer en leur possession. Il me fallait quelqu’un d’attirant, de… Différents par je ne sais quoi. J’arrivais dans une ruelle sombre où se trouvait un marchand d’esclaves peu commode et pas du tout recommandable. Tout ce que je savais c’est que sa marchandise était de choix. J’entrais dans la boutique, fis un tour pour observer les mines des esclaves. Certains semblaient épuisés, d’autres désemparés. Mon regard s’attarda sur une humaine qui devait avoir à peine seize printemps. Je restais un moment à contempler sa chevelure de feu. Elle avait un petit quelque chose de soumis qui ne me déplaisait pas du tout. Son regard atypique semblait heureux malgré sa situation. Sûrement une arcaëllienne née esclave. Je m’accroupie devant elle et tâtais ses mollets puis me levais et fis de même avec ses bras. Je n’appréciais pas forcément ces pratiques que je trouvais dégradantes, mais je m’y étais habituée. Le marchand vint vers moi et m’assura sa fraicheur et sa qualité pour seulement cent-cinquante PO elle était à moi. Je soupirais, me demandant si c’était vraiment le bon choix. Le marchand continua ses louanges sur sa marchandise qui se nommait Ange. Elle avait bel et bien seize ans. Je regardais avec mécontentement le vendeur qui me sourit de façon carnassière. Il ajouta :

Elle est vierge, Ma Dame.
Cela m’importe peu, je ne cherche pas un tapin. Je veux quelqu’un pour s’occuper de mes bêtes !
Elle fera très bien l’affaire, cette petite est des plus docile.
Hey, gamine, ça te dis de sortir de là et de vivre au grand air ?

Demandais-je à Ange en ignorant le vil marchand cupide. J’étais certaine que malgré sa fraîcheur, elle avait été abusée de mille et une façons. Je haïssais cette contré de sauvage barbare.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mar - 16:15
Elle se me réveillat brusquement dans ce que mon maître appelait un lit cela faisait deux semaines que la rouge avait droit à ce privilège tous les esclaves en ont droit un moi à partir de la mise en vente . Pour elle c'était spécial elle bénéficiait d'une semaine de plus que les autres esclaves , c'était normal elle faisait partie de la gente féminine puis sa beauté était sans pareille . Elle se leva donc ne sachant que faire elle examina la chambre dont elle bénéficiait curieuse de connaître tout les détails de tout les objets, elle put le continuer pendant 3 longues heures jusqu'à ce qu'un des maîtres vienne la chercher sauvagement lui attachant les articulations . Elle fut alors mise devant une table avec les autres soumis où ils se dépêchèrent tous de manger le seul petit bout de pain qu'il leurs était donné de manger ensuite on les emenna dans la salle de vente ou
Elle n'était attachée que les bras en l'air . Nombres furent les potentiels acheteurs qui vinrent alors dans la boutique ou la rousse était exposée des bourgeois, des gens normaux et des personnes ne voulant lui acheter que ses trous puis vint une femme aux aux yeux roses et aux cheveux blancs elle n'avait pas l'air comme les autres elle voyait la rouge davantage comme une humaine et même comme un être vivant plutôt qu'un objet c'était étrange la petite adolescente avait l'air de plaire à cette femme plus âgée d'elle d'environ une dizaine d'années ce qui ravivait un peut l'esclave qui le montrât en affichant un large sourire à la femme non pas un sourire malicieux ou faux mais un sourire de plaisir . Quand son maître la décris elle ne comprenais pas là moitié des mots que les adultes sortaient de leurs bouches mais elle comprenait dans le regard de la femme que c'en était finit pour elle de sa vie dans cet endroit que dis-je de cet enfer la femme lui tattait alors les jambes ce qui la fit gigoter du fait des "chatouilles" qu'elle subissait puis après une autre discussion avec le vendeur la femme posa une question à l'esclave

-" Hey, gamine, ça te dis de sortir de là et de vivre au grand air ?"

La fille prit quelques secondes pour réfléchir puis répondit d'une voix aiguë pas trop pour être insupportable juste une belle voix

-"Oui ma dame si tel est votre choix et celui de votre bourse"
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mar - 18:11
J’observais l’adolescente qui avait gesticulé lorsque je l’avais tâté. Elle semblait pas mal du tout et me tentais vraiment. Je pourrais peut-être m’amusais avec elle pour… Non, sortons cette idée de notre tête. Ce n’était qu’une enfant et je n’étais pas une pédophile en chaleur. Je sortie ma bourse demandant que l’on détache l’humaine tout de suite. Un vendeur obtempéra avec rapidité il me demanda si je souhaitais lui mettre une corde autour du cou afin qu’elle ne se sauve pas. Je soupirais, lasse de ces pratiques barbares.

Si tu te sauves, je te retrouve et te casse un doigt. Compris ?

Dis-je à mon –comme c’est étrange un possessif sur un être vivant – esclave. Je hochais la tête, espérant qu’elle ait compris et payais le marchand qui prit le temps de compter les pièces. Par chance, il comptait vite. Je regardais ma nouvelle acquisition avec une certaine fierté. Lui prenant la main, je quittais l’horrible boutique. Maintenant, il fallait lui trouver des vêtements pour elle travailler dans la ferme. Je m’arrêtais dans un magasin de fringues bon marché. Je lui fis essayer plusieurs hauts et pantalons ainsi que des tuniques en lin. Ce n’était pas des plus confortables mais pour bosser c’était parfait. Une fois les achat fait, je traînais la demoiselle dans un magasin de beaux habits et lui fis choisir deux tenues. Une fois son choix fait, je payais.

Nous allâmes ensuite au marché où je lui fis porter un panier dans lequel je mettais des aliments pour nourrir la maisonnée. Esclaves, domestiques, élèves, professeurs et animaux. Par chance, je n’avais pas besoin d’acheter d’œufs car nous avions des poules. Une vingtaine de poules pour tout dire. Je regardais de temps à autre l’arcaëllienne qui semblait surprise de voir tant de chose, mais mon ressenti était peut-être faussé.

Ange, tu veux un lit double ou un lit simple à la ferme. Nous avons beaucoup de chambre et tu auras la tienne tu sais. Ho, j’ai oublié ! Je m’appelle Vÿdareen. Tu peux m’appeler Vÿ.

Je lui fis mon plus beau sourire et lui pris la main avec douceur. Je lui demandais si le panier n’était pas trop lourd.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mar - 20:58
la jeune rouge fut détachée elle se frotta les poignets un peu irrités puis , elle regarda l'homme qui tendait alors une espèce de laisse puis sa nouvelle maîtresse refusa et la menaça personnellement elle aurait préféré la laisse soit . Sa maîtresse lui prit alors la main gentillement , la rouge fut alors plus que surprise et ses joues commencèrent à se colorer en rouge

En premier la femme l'amena dans un magasin de vêtements pour son travail puis dans un magasin un peu chic où elle dut choisir deux tenues en premier elle choisit une longue robe rouge ou un contour d'a peut près un centimètre de couleur jaune et sinon le reste était d'un rouge bordeaux . La deuxième quant à elle était plus sexy c'était une tenue style danse du ventre de couleur vert émeraude

Une fois au marché elle dut porter une corbeille qui s'alourdit au fil des achats d'objets tous plus étranges les uns que les autres surtout un espèce de paté jaune qu'elle malaxa mais la matière se colla à sa main  c'est pourquoi elle fit comme si de rien était

Sa maîtresse était gentille trop peut-être elle lui disait des choses réconfortantes qui ne faisait qu'aggrandir les deux tâches rouges sur ses joues mais par mal chance sa maîtresse choisis de lui reprendre la main et comme par hasard celle pleine de cette pâte jaune( du beurre bien sûr)  
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mar - 9:15
Elle ne répondit pas à ma question ce qui me fit soupirer doucement. Lorsque j’avais pris sa main j’avais senti qu’elle était grasse et poisseuse. Elle avait dû toucher au beurre… Je pestais tout bas, lâchant ses doigts. Il fallait très certainement lui apprendre les choses de la vie. Les esclaves étaient bien souvent ignares des choses simples. Je lui mis un tissus dans la main et lui demandais de se nettoyer. Je frottais la mienne sur mon pantalon en cuir rouge. Je détestais être sale… quelqu’un me bouscula et s’excusa dans la foulé. Je me contentais de lever la main et de dire que ce n’était rien. Il y avait encore quelques achats à faire puis nous pourrions aller à la ferme.

J’avais fini de dépenser mes pièces d’or et j’emmenais la jeune Ange vers la sortie de la ville. Je vérifier que son collier était bien mis et nous prîmes la direction de la ferme. La petite n’était pas bavarde pour deux sous. J’avais donc décidé de faire également silence. Nous marchâmes sous le soleil couchant jusqu’à ma demeure où, je le savais, les domestiques et esclaves s’activaient. Lorsque nous arrivâmes, je saluais tout le monde présentant la nouvelle. Ütar, un esclave xen, me proposa d’aller montrer sa chambre à l’adolescente. Je le remerciais tout en refusant. La ferme était sur deux étages, nous empruntâmes les escaliers menant aux chambres. Je la conduisis jusqu’à la sienne. C’était une petite pièce rectangulaire où, en son centre, trônait un lit une personne. Contre le mur de droite il y avait un meuble avec une bassine pour faire sa toilette, sur le mur face à la fenêtre on trouvait une armoire de taille moyenne. J’invitais la gamine à ranger son linge pendant que j’allais aux cuisines. Je lui dis de ne pas bouger de la chambre jusqu’à mon retour.

Trente minutes étaient passées quand je revins dans la pièce où était Ange. Je lui demandais de me suivre afin de visiter la ferme et ensuite nous irions manger. Je lui montrais les salles de classe, les dortoirs, les écuries et tout ce qui était nécessaire à son orientation.

Il n’y a qu’une règle à respecter ici : que le travail soit bien fait. Après le temps et l’énergie que tu y mets t’es propre.

Je lui souris doucement et l’emmenais vers la salle de repas où tout le monde était déjà attablé. Aussi bien esclaves qu’élèves. Les plats étaient posés sur la table, appétissants et fumants.

On n’attendait que vous, Vÿ !

Déclara le contremaître. Je pris place en bout de table, adressant une prière de remerciements aux Dieux. Dans la joie et la convivialité le repas commença.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mar - 9:48
L'adolescente n'osait rien dire suite à sa gaffe avec le beurre ce qui avait encore plus énervé vÿ mais étrangement elle restait comme même gentille avec les autres notamment avec le monsieur l'ayant bousculer peut après . Une fois le tissu dans la main la rouge enleva la beurre de se mail assez maladroitement néanmoins sa main collait toujours c'est pourquoi tout le long du voyage elle touchait tout afin de voir si ça collait les arbres les chevaux qui passaient tout .

Une fois à la ferme un autre esclave comme elle avait parlé à la jeune femme elle ne comprenait pas la demande mais elle compris le refus de sa maîtresse . Cette dernière ammena alors l'adolescente dans sa chambre qui était magnifique pour elle , elle n'en croyait pas ses yeux. Puis la jeune femme la laissa seule Avec ses nouvelles tenues qu'elle devait ranger ce qu'elle fit assez rapidement. Quand la femme aux cheveux blancs arriva et l'amèna dans le reste de la ferme lui expliquant les différentes tâches à exécuter .

Vÿ l'emmena alors dans la salle à manger ou pour la première fois elle allait manger non seulement un repas chaud mais un repas avec ses propriétaires, elle ne comprenait pas à quoi servaient les objets gris . Un avait des pics , l'autre était rond et le dernier était tout droit . L'esclave prenant ça pour de la décoration commença à manger avant même la fin de la prière
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mar - 13:40
Elle avait rangé ses affaires et était à table avec nous. Elle entama le repas avec ses mains ce qui fit rire et chuchoter quelques personnes autour de la table. Un des élèves prit le temps de lui expliquer l’utilité des couverts sous mon sourire bienveillant. J’entamais mon plat en discutant avec le contremaître de la journée. Je l’informais que je retournerais à la ville le lendemain pour voir quelqu’un. Je devais trouver un soigneur qui accepte de vivre à la ferme contre rémunération.

Le repas se termina avec des chansons et des rires. Puis, les habitants vaquèrent à leurs occupations du soir avant d’aller dormir. Moi, je me rendis dans mon bureau pour faire les comptes et le compte-rendu de la journée. Je tenais une espèce de journal où je notais tout ce qui était utile. Une fois fait, je baillais à m’en décrocher la mâchoire et me levais. On frappa alors à la porte. J’invitais la personne à entrer. C’était un des professeurs. Il m’expliqua qu’un des élèves était malade. Je quittais le bureau et me rendis dans la chambre de l’enfant. Il était fiévreux et moite. Un servant était à son chevet, je lui dis de prendre un cheval et de se rendre en ville pour aller quérir un soigneur. Il obtempéra. Je fis amener une bassine avec de l’eau froide et des linges. J’humidifiais le front du pauvre petit malade.

Quelques heures plus tard, le servant revint avec un soigneur qui ausculta le gosse. Il avait une bonne grippe. Il lui donna des plantes et des remèdes. Je proposais au jeune elfe de rester pour la nuit. Il accepta. Je lui offris une chambre près de la mienne et allais me coucher immédiatement.

Le jour était en train de se lever. La maisonnée était encore calme lorsque je me levais. J’allais voir Ange afin de la réveiller pour qu’elle prépare la table du matin. Une fois fait, j’allais dans mon bureau où j’écrivis une missive pour Samara. Prenant des nouvelles de sa mère et d’elle, je lui demandais comment ça se passait avec sa classe. Je confiais le courrier à un esclave qui devait la remettre à un coursier. Ensuite, je sonnais la cloche afin de réveiller tout le monde. Une heure plus tard, la maisonnée était attablée pour le petit-déjeuner.

Avez-vous bien dormi ?

Demandais-je à mes gens.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mar - 17:30
L'adolescente était un peu gênée que la plupart des personnes autour de la table se moquent d'elle , C'était normal pour elle de manger de la façon elle avait été élevée de pour manger comme un animal .Ce qui était logique pour un esclave comme elle mais elle eut la chance de tomber sur une maîtresse très soucieuse des droits de tout être vivant . Par chance pour le peu qu'il lui restait d'honneur un élève lui appris comment utiliser ces trois objets plus qu'étranges .En fait les ustensiles se nommant fourchette cuillère et couteau devait être l'intermédiaire entre la nourriture et sa bouche à la fin du repas elle essaya d'utiliser ces ustensiles pour les dernières bouchées .

Pour l'esclave la nuit fut calme ,elle dormait nue dans le confort que son lit représentait cette ferme était sa nouvelle vie , cette vie dont elle profiterait amplement mise a part le travail cet endroit était une oasis en espérant que ce ne serait un mirage .

La rouge dut se réveiller assez tôt mais pas aussi tôt que dans son ancien habitat .Elle fut alors informée que sa tâche serait de préparer la table pour tout les autres .La rouge encore toute nue s'habilla de son habit de travail assez rapidement et au bout d'une quinzaine de minutes elle avait préparée toute la table .Table à laquelle elle s'assit à la même place que la veille attendant longtemps ne faisant rien d'autre que de regarder devant elle.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mar - 18:30
Ils me répondirent tous par l’affirmative ce qui me combla de bonheur et de joie. Je regardais du coin de l’œil Ange qui me sembla bien pensive. Je soupirais, ça ne devait pas être facile de changer d’habitation et d’habite comme ça. Je l’imaginais un instant comme je l’avais vu au matin : nue et pure. Peut-être en ferais-je quelque chose d’intéressant… Je soupirais et bus mon thé. Une fois le repas matinal terminé, je frappais dans mes mains pour mettre tout le monde au travail. Ils vaquèrent tous à leurs occupations diverses et variées. Je fis seller un cheval pour le soigneur afin qu’il retourne en ville. En effet, il avait refusé ma proposition. Je devais donc aller à la cité afin de trouver un soigneur à temps complet pour la ferme. Je me rendis à pieds vers la ville afin de demander les services d’un soigneur.

****

La nuit commençait à poindre à l’horizon. J’étais en chemin vers la ferme d’un pas rapide et délicat. Je pensais à la petite Ange que j’avais vu nue le matin même, un instant j’en oubliais Samara. Je décidais de me mettre minable ce soir. Après le repas je me rendis dans mes appartements et commençais à m’enfiler des bouteilles. Une fois ivre, je me demandais si je n’allais pas rendre une visite à ma nouvelle esclave, une bouteille à la main, je parcourais les quelques mètres qui nous séparé. Sans frapper j'entrais dans la chambre de l’esclave. Elle était étendue sur le lit, nue et appétissante. Enfin, autant que l’alcool me permettait de voir sa beauté. Je m’approchais de la silhouette endormie et passais une main sur sa poitrine tendre et ferme. Je ne pouvais faire ça ? Si ? Après tout elle n’était qu’une esclave… Et j’étais ivre. Deux bonnes excuses pour me permettre de m’allonger sur elle et de la toucher sans son accord… Enfin… je crois. De toute façon, j’étais déjà nue et me faufilais contre elle, caressant sa peau blanche. Qu’étais-je en train de faire ? La honte me submergea. Mais je plaquais une main sur sa bouche afin d’éviter qu’elle ne crie et glissais une main entre ses jambes. La machine était lancée. Pourquoi fais-je ça ? Parce que j’avais le pouvoir….
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mar - 20:12
La rouge répondait à l'affirmative comme tout les autres personnes par réflexe ce qui ravit sa maîtresse . Cette dernière qui buvait son thé .L'adolescente partit rapidement pour commencer son travail de la journée elle commença par laver les écuries puis continua dans la maison et finit par la chambre de sa maîtresse qui s'était absentée durant la journée surement chercher quelqu'un pourquoi elle ne savait pas en tout cas elle ne reviendrait que le soir car la ville était lointaine c'est pourquoi ne connaissant et n'ayant pas pour objectif de rencontrer et de se lier d'amitié avec les autres elle fit la table et allât manger seule dans la cuisine ou elle serait tranquille .

Une fois la journée terminée elle vint dans la salle d'eau se laver dans une eau assez froide mais pas autant qu'avant puis alla dans sa chambre se déshabilla et partit dans son lit pour finir sa journée

Elle dormait depuis un peut plus d'une heure quand elle sentit une pression sur son corps puis une pénétration quand elle ouvrit les yeux et qu'elle vit la tête de sa maîtresse elle sut directement ce qu'il se passait alors qu'elle avait dit avant la veille qu'elle ne ferait pas d'elle une tapin mais elle était emprisonnée par le plaisir mais en même temps elle se débattait comme par réflexe
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mar - 20:29
Elle avait ouvert les yeux et se débattait sans trop de volonté. J’étais ivre morte et j’accomplissais un acte ignoble sur une adolescente à peine en âge de connaître la passion. J’avais honte de ce que je faisais mais ne pouvais m’en empêcher pour je ne sais quelle raison. Je l’immobilisais et dis d’une voix embuée par l’alcool :

Chuuut… Je vais pas tfaire mal petite. Reste calme. Ça va aller, tu vas voir, je suis très douce et… Qu’est-ce que je fais ?

Je la regardais, m’arrêtant et relâchant la pression que j’exerçais sur la bouche d’Ange. Je m’assis au bord du lit, comprenant que je commettais l’irréparable. Comment pouvais-je faire ça à une aussi jeune arcaëllienne ? Qui étais-je pour me permettre de tels sévices ? J’enfouis ma tête entre mes mains puis me jetais à nouveau sur elle, en prise avec l’alcool qui coulait à flot mes veines. Je posais mes lèvres sur les siennes, l’embrassant avec douceur. Ma main glissa de nouveau entre ses jambes et caressa l’intérieur de ses cuisses. Je reculais ma tête et, de ma main libre, je caressais son visage. Dans un hoquet d’alcool je lui demandais timidement :

Peux-tu me pardonner ?

Puis j’enfouis ma tête dans le creux de son cou, déposant mes lèvres contre sa peau douce. Ma main jouait nerveusement avec sa fleur, essayant de lui donner du plaisir. Mais comment pouvait-elle en prendre moi qui avait juré de ne pas en faire un tapin, je la prenais comme un objet. J’avais honte de moi et pourtant j’éprouvais un certain plaisir à cet acte malsain. Mon regard plongea dans le sien. J’avais envie qu’elle me touche aussi et je le lui dis dans un murmure essoufflé.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mar - 7:58
La rouge continuait à ouvrir sa bouche laissant passer ses gémissements de plaisir . Mais la main sur sa bouche et dans son vagin partirent et sa maîtresse avec elle se lamentait et demandait à ce que l'esclave lui pardonne l'acte . C'était étrange avait elle une double personnalité en tout cas elle sentait la même chose que ses anciens maîtres sauf qu'eux laissait échapper cette odeur constamment L'adolescente n'eut même pas le temps de répondre quand la femme était sur elle lèvres sur lèvres et la main a nouveau des doigts pénétraient sa fleur ce qui la faisait bouger dans tout les sens elle ne se débattait pas mais elle aimait le contact entre ses lèvres et celle de sa maîtresse mais cette dernière décida d'arrêter et de donner de petits baisers sur son coup ce qui la fit frissonner

Sa maîtresse lui demanda de la toucher . Elle s'exécuta alors et commença à compresser les seins de sa détentrice comme lui avait appris ses maîtres toujours en train de crier de plaisir un liquide commençait à sortir de son vagin et tout son corps transpirait. Elle imitait alors sa maîtresse et passa sa tête dans le cou de sa maîtresse et commença à l'embrasser
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mar - 18:24
Parcourant mon corps, de multiples frissons de plaisir. J’en oubliais presque la honte qui me rongeait. Je ne m’étais jamais sentie aussi puissante et pourtant si faible. J’avais cédé à mes pulsions à cause de l’alcool qui coulait dans mon sang. Pourquoi avais-je bu déjà ? Ah… Ce faux ami, ce traître ! Devenais-je alcoolique avec le temps ? Possible. Ma main se fit plus rapide entre les cuisses de la jeune esclave, ses petits gémissements me donnaient une certaine satisfaction perverse. J’imaginais un instant Samara à la place d’Ange. Mon cœur s’affola et, une fois encore, je cessais toutes pressions sur le corps de l’arcaëllienne en me maudissant à voix haute. Mais, les faits étaient là, j’étais excitée et désireuse d’en avoir plus. Je me fis douce et sensuelle, bonne et charitable. Je voulais qu’elle soit heureuse de me sentir contre elle. Elle était celle que j’avais choisi pour je ne sais quelles raisons. Je rougis lorsqu’elle se fit plus permissive.

Ho, Ange… Me pardonneras-tu de me servir ainsi de toi ?

Demandais-je au bord des larmes. Mon corps se pressa contre le sien dans un acte désespéré de tendresse. Je n’avais jamais fait un outrage pareil à qui que ce soit. Alors… Alors pourquoi le fais-je à cette demoiselle ? Mon corps se cabra, mon souffle se fit haletant. Mes mains parcouraient son corps avec une douceur innée. Je ne voulais pas lui faire de mal. Je voulais lui donner du plaisir. Mais, je n’étais pas mieux que ce marchand au fond car j’abusais d’elle. Je dérobais son intimité avec ferveur, volant son corps de par mes mains. Ma bouche revins vers la sienne, je voulais la faire taire par un baiser passionné et langoureux. Ma langue rencontra la sienne. C’était agréable, pour moi en tout cas. L’alcool compensait mon besoin d’attention je crois. Et là, de l’attention, j’en avais à revendre. Me serrant contre le corps d’Ange, je glissais ma main libre dans ses cheveux. Je voulais qu’elle se sente bien, en confiance.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mar - 20:39
La rouge voyait que sa maîtresse avait du dégoût pour ce qu'elle commettait alors que la jeune fille étant comme même en train de se faire "violer" aimait vraiment ça elle espérait même que sa maîtresse l'utilise comme son objet sexuel et qu'elle recommence l'acte qu'elle subissait actuellement ,tous les jours ça ne devais pas être normal d'aimer ça mais c'était son cas .

elle sentait le plaisir dans tout son corps autant dans le bas que dans le haut de son corps . Elle sentait la langue de sa maîtresse jouer avec la sienne la jeune adolescente copia alors son geste et fit de même ce qui lui donnait comme un picotement au ventre c'était peut être l'amour pour cette dame gentille et soucieuse des autres mais aussi perverse et alcoolique

Puis elle fit comme ralentir ses gestes elle n'était plus brutale comme avant elle était douce réconfortante ... Calme , comme ce que ses anciens maître avait appelés une mère c'était une personne qui pouvait être méchante mais qui l'aimait peut être que la blanche était sa mère
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mar - 21:15
Mes lèvres parcouraient son corps pâle et enivrant. J’essayais d’être aussi douce que possible dans mes gestes, de lui donner du plaisir pour qu’elle ne se sente pas comme un objet entre mes mains. Je voulais qu’elle se sente paisible et en sécurité malgré l’acte ignoble que j’accomplissais sur elle. La honte, à nouveau, m’envahit et me fis m’arrêter un bref et court instant.

Ange… Dis-moi si je te fais mal.

J’haletais comme une chienne courant aux quatre vents. Etrangement, j’étais plutôt paisible, c’était différent d’avec mon frère lupan. J’avais le contrôle cette fois. Mon corps ondulait contre le sien de façon plus que sensuelle. J’aurais aimé qu’elle soit en confiance. Puis, mes gestes se firent vifs tout en restant doux. Elle commençait à venir. Je sentais son plaisir sur mes doigts. Je voulais lui en donner plus. Plus de satisfaction et de confiance. Je descendis entre ses cuisses et commençais à embrasser sa fleur. Ce qui suivit me vint tout naturellement. Ma langue, habile et pourtant dure, faisait un travail de longue haleine. Une fois que j’eus obtenu satisfaction, je lui fis goûter sa propre saveur en l’embrassant. Je rougis légèrement. Mon regard se planta dans le sien et je lui souris timidement.

Tu aimes ?

Lui demandais-je d’une voix douce mais pourtant brute à cause de l’alcool. Je voulais qu’elle soit heureuse d’être là. Je voulais sentir son plaisir envahir la pièce.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Mar - 7:39
La rouge se sentait bien ce n'était pas la première fois qu'elle devait ce genre de chose mais la c'était comme différent peut-être est-ce le fait que vÿ soit une femme ou alors c'était le fait qu'elle avait comme une brûlure au niveau de l'estomac puis enfin Meme durant l'acte au début vÿ était comme sauvage elle était vive mais brutale alors que là elle était toujours vive mais était aussi douce ce qui était nouveau pour elle c'est pourquoi les liquides de plaisir c'est alors que tout s'arrêta un moment étrangement et recommença mais cette fois les sensations étaient liquides . Elle adorait ceci c'est pourquoi peut après elle lâcha tout son amour en criant et en lâchant ses fluides corporels . Elle ne bougeait plus et s'essouffla puis la jeune femme mît ses lèvres et sa langue sur celles de l'adolescente sauf que cette fois-ci le baisé avait un arrière goût assez étrange ensuite elle lui demanda si elle aimait ce à quoi elle répondit rapidement et avec une voix heureuse néanmoins essoufflée

"Oui maîtresse vÿ encore encore "

L'esclave prit alors l'initiative d'enlacer fortement sa maîtresse
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Mar - 8:46
Elle en voulait encore et elle aimait ce que je lui faisais. Je glissais ma tête dans le creux de son cou et y déposais des baisers tendres tout en mordillant de temps à autre son oreille. Mes geste, bien que vifs, étaient délicats et tempérés. Je ne voulais pas lui faire mal, loin de là. Lorsqu’elle referma ses bras sur moi, je souris doucement. L’alcool commençait à s’estomper dans mes veines. Mon corps ondulait contre le sien en douceur et avec sensualité. Puis, dans un sursaut, mes lèvres vinrent chercher les siennes dans un baiser tendre. A mes yeux elle n’était pas qu’une simple esclave, elle était un être vivant méritant la douceur. Sa voix était essoufflée et ses petits gémissements me donnaient un certain plaisir. Retournant dans le creux de son cou, je respirais son odeur. Douce et sucrée. C’était agréable. J’avais envie qu’elle m’aime. Tout cela était bon quoi que gênant. Après tout elle n’était pas adulte. Etais-je pédophile ? Qu’importe ! Mon souffle caressa sa peau et ma main se fit plus franche. Je sentais son plaisir couler sur mes doigts telle une cascade abondante. Je n’avais pas envie que cela cesse. Je la sentis se cabrer sous moi lorsque j’allais au plus profond d’elle.

Tu… tu es surprenante ma petite Ange…

Lui dis-je dans un souffle excité. Une fois que j’eus satisfaction, je retirais ma main d’entre ses jambes et m’assis au bord du lit. J’avais fait le premier geste, à elle de me montrer qu’elle en voulait plus.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Mar - 19:44
La rouge adorait ce qu'elle "subissait" sa maîtresse recommença a lui baiser le cou mais cette fois elle innova et lui mordillait l'oreille ce qui la faisait frissonner et gémir assez mignonnement elle suivait le mouvement de la blanche qui se remuait sur elle . et sa douleur à l'estomac qui ne s’arrêtait guerre elle s’amplifiait même .Puis vint encore ce baiser qui agrandissait son bonheur ce qui la réconforta . Mais quelque chose la dérangeait c'était le fait qu'elle soit presque à l'égal de sa maîtresse elle ne ressentissait plus ce sentiment de docilité cette soumission qu'elle avait tant aimée Mais c'était a sa maîtresse de décider de la façon dont elle aimait son esclave .Vy continuait la scène par encore des baisés dans le cou puis enfonça un doigt très profondément dans la fleur de l'esclave ce qui lui refaisait mouiller et crier de plaisir

* excusez moi d'être une catin si perverse *

La rouge n'osait plus bouger ne sachant que faire
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Mar - 17:43
Ange ne fit rien et, je l’avoue, cela me soulagea. Je déposais un baiser sur ses lèvres tendres puis me levais et commençais à m’habiller calmement encore un peu essoufflée de mon acte. Une fois vêtue, je tournais la tête et jurais à l’humaine que ça n’arriverais plus ou du moins que j’espérais ne plus avoir à lui faire ce genre de mal. Je déposais un léger baiser sur son front tout en lui souhaitant une agréable nuit. Ensuite, je pris la direction de la porte et sortie dans le couloir. Refermant la porte derrière moi, j’allais vers ma chambre afin de dormir. J’avais un peu honte encore mais… Je me sentais on ne peut mieux. La tête basse, j’entrais dans ma chambre et me vautrais dans le lit en soupirant. Je dormie habillée cette nuit-là et quant au matin le soleil vint caresser mon visage, j’ouvris avec difficulté les yeux. Mon cerveau semblait endormi par les effets de l’alcool. M’asseyant sur le bord du lit, je repensais à mon acte de la veille. J’enfouis mon visage entre mes mains et me laissais aller à pleurer de honte. Une fois apaisée, je me levais et allais me passer un coup sur le visage. Plus jamais on ne m’y reprendrait… Enfin jusqu’à la prochaine fois… Son corps contre le mien avait été un pur délice.

Je descendais les escaliers vers le réfectoire où je pris mon petit déjeuner évitant ostensiblement de regarder Ange. Il me fallait rentrer maintenant. Je n’allais pas rester à Yban toute ma vie… Je reviendrais bien évidemment. Je prévins mes gens de mon départ laissant la garde du domaine au contremaître. Il me fallait prendre un navire afin de retourner à la maison mère.
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : 3/3
Expérience : 480

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Äan
Groupes: Neutre
Race: Métisse humaine/tahora
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Objet en ma possession :

La ceinture


Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mar - 7:38
L'esclave était couchée en sueur haletante et épuisée de l'acte de plaisir elle était maintenant sure de chez sure qu'elle avait des sentiments envers sa propriétaire qui a ses yeux était parfaite puisqu'elle était autoritaire mais pas trop , magnifique et surtout douce sa douceur était incomparable par apport à l'esclave . La rousse frissonait à chaque baisé touché caresse du côté de la femme aux cheveux blancs . C'est pourquoi l'adolescente dormit très très bien contrairement aux autres fois ce qui la ravivât .

Le lendemain sentant toujours la sueur et le plaisir parcourait toujours son corps elle se levait lentement son corp était bizarre pas comme les autres jours mais elle se levat quand même et s'habilla de sa tenue de travail pour ensuite préparer la salle du petit déjeuner pour toute la maisonnée qui vint 30 minutes plus tard. Lors du repas la rousse n'avait que fait regarder vÿ cependant cette dernière ne lui offri pas même un regard. Après avoir finit de manger prématurément la rousse partie travailler . Elle se sentie triste et trahit quand elle apprit le soir que sa maîtresse était partie et l'avait laissée seule
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Commerces-