[Quête] Feu et Braise

 :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Louden Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 28 Fév - 21:04
Assis sur un rocher au bord d’un sentier, Dorian se tenait la et pensait. Une douce brise vint heurter les joues rougies par le froid du ménestrel. Il faisait froid. Très froid. Il rajusta son écharpe, ne faisant que persister la douleur provoquée par la morsure du froid sur ses doigts. Il en avait presque mal, mais sa perplexité lui faisait oublier sa douleur. Sa douleur vécue quelques jours plus tôt, durant sa bataille contre les bandits se présumant « adorateurs d’Ozän ». Les Hayert’Väal étaient-ils tous comme cela ? Dorian ne voulait que le bien de ce monde, il le voulait meilleur, épanoui mais surtout changé, changé de toute la pourriture qui y régnait.
Le ménestrel sortit sa pipe et se mit à fumer, ce qui congela un peu plus ses doigts pour le réchauffer intérieurement, un bien pour un mal se dit-il. La vie marche un peu comme cela en fait, on fait des choses bien pour en avoir deux mauvaises ensuite …
Le tabac lui détendit les poumons et fit tourner quelque peu son esprit à son agréable surprise. Malgré le temps pourri selon lui, Dorian se sentait bien tout seul. D’un naturel très sociable, un petit moment de solitude lui faisait du bien de temps à autre, histoire de réfléchir un peu à ses actions, à sa vie, ou tout simplement pour glander un peu. Une poussière blanche captiva son attention Puis une deuxième, une troisième, une dizaine…

-Et voilà qu’il neige, pensa-t-il tout haut pour se réchauffer un peu.

Le mercenaire déballa son petit sac de voyage et fit un inventaire de son contenu : un crochet de serrure, une flûte, deux rations de voyage, quelque carreaux, une gourde. Il replia bagage et marcha un peu sur le chemin en se blottissant dans son écharpe.  Dorian aimait l’hiver…seulement dans une maison avec un bon feu de cheminée et une marmite de soupe bien chaude suspendue, n’attendant qu’à être consommée avec un peu de pain et du fromage.
Dorian ne connaissait pas la région de Louden à Zaï’Lou, c’est pour cela qu’il s’y est rendu. Il avait besoin de changer d’air, tout simplement. De prendre du recul et de se poser des questions, il n’était pas réellement d’humeur monotone, et encore moins triste, mais simplement souriant, essayant d’oublier sa peine tant bien que mal, et ce satané froid !
Une forme captiva son attention dans le ciel, de couleur charbon. Une étrange créature qui lui semblait familière.

-Un dr..un dragon ?!!!

Il n’en croyait pas ses yeux. Un dragon volait dans le ciel dans la direction dans laquelle allait le barde. Soudain, il vit un jet de flamme s’échapper de sa gueule et entendit comme des cris émaner tout de suite après. Difficile de dire combien de temps sépare le premier décibel de cris et le départ effréné de Dorian vers ce qui semblait être le village attaqué mais peu de gens sauraient le calculer, si court et quasi-instinctif soit-il.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 16:33
Feu et braise?
Sang et cendres ouai!
Alors que je partais d'Yban après avoir conclu de me rendre à l'un des établissements de Dame Loumez pour recevoir des montures adapté à ma demande, j'ai eu vent d'un chef de village qui demandais de l'aide pour repousser une créature draconique de son village avant qu'il ne soit réduit en cendres.

J'allais repousser cette mission devant son danger potentiel quand on parla de la récompense qui était conséquente...J'allais repousser cette mission devant son danger potentiel quand on parla de la récompense qui était conséquente... Puis Marina me regardait avec un tel regard. Si je ne venais pas au secours de ces gens comment me verrait-elle ?

Poussées par cette réflexion, nous avons loué un bateau elle et moi pour nous rendre directement sur place. Le voyage fut plutôt rapide, la mer nous fut clémente et les créatures nous laissèrent passer sans encombre.

Nous avons posé pied à terre deux semaines plus tard avant de nous rendre directement jusqu'au village en détresse, encore à trois jours de marche à l'intérieur des terres.
Nous avons alors vu le premier problème de notre future mission... Le dragon attaquait déjà !

J'ai commencé à courir vers le village en ordonnant à Marina de se mettre à l'abri au plus vite, elle courut en guidant les villageois en fuite loin des maisons. Depuis notre départ, elle avait gagné en assurance et portait une cote de maille légère visible sous son plastron de cuir et j'avais même commencé à lui apprendre le maniement de l'épée à mon humble niveau.

Je n'avais pas le temps de réfléchir plus longtemps le dragon arrivait ! J'ai laissé mon armure de bois de fer me couvrir et j'ai foncé en lançant des pieux de bois droit sur la créature pour l'attirer à moi... Et cela marcha au-delà de mes espérances ! J'ai vu mes projectiles rebondirent ridiculement sur ses écailles avant qu'il ne jette son dévolu sur moi et j'ai alors commencé à courir pour prendre moi aussi la fuite !

La bête à volé en rase-motte pour me chopper, mais j'ai roulé sur le côté en évitant de justesse les crocs mortels. Je me suis relevé à peine le dragon éloigné pour continuer à le larder de pieu de bois de fer en espérant faire une percée dans sa cuirasse, mais j'ai dû recommencer à courir pour sauver ma vie quand il a débuté un nouveau passage !.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Mar - 0:13
Enfin Samara a quelques jours de repos ! Trois jours pour être exact.
Elle aime son métier car en enseignant ce qu'elle connait des combats à de jeunes personnes, elle sait qu'elle sert à quelque chose !
Bref, aujourd'hui la jeune elfe est surprise de ne pas voir le soigneur arrivé à l'heure pour étudier la maladie de sa mère et possiblement, trouver un remède contre celle-ci.
Se tenant au chevet de sa mère qui souffrait à cause de son manque de médicaments, Samara décide alors de s'habiller et d'aller directement le chercher. Avant de sortir de la chambre elle s'exclame :

"Mais zut ! Je le paye pour rester avec toi 6 heures par jour ! Il pourrait au moins trouver le moyen de ne pas arriver 30 minutes en retard !"

C'est lorsqu'elle ouvre la porte qu'elle entend quelqu'un se hâter en criant :

"Au secours ! Madame !"

Sans nul doute, c'est le soigneur ! Samara reconnait sa voix. Le pauvre homme a l'air apeuré et épuisé, depuis combien de temps court-il ?
Une fois arrivé à la hauteur de l'elfe, le soigneur explique que son village est attaqué par une bête féroce qu'il n'a pas pu apercevoir mais qui brûle tout sur son passage. Qu'est ce que c'est que ce cirque encore ? Un coup des adorateurs d'Ozan ? Le soigneur lui assure que non ... On parle d'un dragon, les villageois fuient et certaines personnes tentent de faire face à cette créature. Le maire du village en fait d'ailleurs parti et, toujours d'après le rapport du médecin, il offrirait une grosse somme d'argent pour ceux qui débarrasseront le village de ce monstre.
L'argent n'intéresse pas tellement Samara mais en revanche, les soins de sa mère oui ! Et, plus elle pourra investir dans les recherches du soigneur, plus ce dernier peut avancer vite. Pas de doute, les jours de repos ne sont pas fait pour elle ... A croire qu'elle est victime d'une malédiction qui l'empêche de prendre des jours de congés ...

*J'aurai tellement préféré aller faire les boutiques en plein centre de la capitale aujourd'hui ...* Pense t-elle, un peu déçue de la décision qu'elle vient de prendre : Rejoindre Louden afin d'aider les résistants à vaincre la bête.

Elle s'équipe de son arc, se dirige de nouveau vers la sortie de la chambre pour poser une main rassurante sur l'épaule de son employé resté au pas de la porte, puis pars en courant vers les écuries afin de monter sur le cheval que Vÿdareen lui a déjà prêté. Elle part au galop et prie silencieusement que le village ne soit pas déjà rasé.

Enfin voila le village, enfin voila les flammes dont le soigneur parlé, enfin voila la petite armée de résistant qui fait face à ... ENFIN VOILA LA BETE !

*Qu'elle est immense !* Redouta l'elfe toujours au galop sur son étalon.

Comment va t-elle faire pour vaincre un tel adversaire ? Elle se dirige vers la petite équipe qu'elle aperçoit à la sortie du village et descend de son cheval.
Bien qu'il fasse normalement très froid en cette saison, la chaleur étouffante des flammes est belle est bien présente, accompagnée d'une odeur insupportable de soufre. Le grognement de la bête s'entend très nettement et glace le sang de Samara qui reste pour le moment figée, ne sachant par où commencer, les yeux rivés sur la beauté et la taille de l'effrayante créature qui se trouve à plus d'une centaine de pieds du sol.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Mar - 14:27
Hors RP:
 


Plus il avançait et plus Dorian distinguait les flammes qui s’échappaient des maisons au loin. Des perles de sueurs se dessinèrent sur son front et ondulèrent, tant sa course était effrénée, et il sentit bien comme il fallut le vent mordant hivernal se heurter sur sa peau ce qui le fit frémir, mais il s’en moquait. Les palissades en bois du village se firent de plus en plus nettes, palissades inutiles contre des hommes et encore moins contre des dragons soit dit en passant, mais sûrement capable de retenir les monstres rôdant tout autour. Au fur et à mesure de son avancée, Dorian réfléchissait à la stratégie à adopter face à une telle attaque. Vaincre un dragon seul ne serait que pure folie, même pour un Mzekills, non, la seule qu’il puisse faire est d’aider les populations à quitter l’endroit le plus vite possible et les mettre en sécurité en temporisant.
Une fois arrivé, le barde fut choqué par l’horreur des évènements : un vrai massacre. Des corps calcinés gisaient sur le sol et des maisons commencèrent à brûler du rez-de-chaussée jusqu’au toit.  Beaucoup criait de peur ou pleurait devant un cadavre, mais la plupart commençait à mettre de maigres provisions sur des charrettes ou des brouettes. Dorian aida ceux se trouvant sur son chemin,  hissant quelque lourds tonneaux de sels ou d’eau avant de crier au villageois de partir au plus vite. Il ressentit leur douleur à l’idée de quitter leurs foyers mais savait que c’était la meilleure chose à faire. À presque chaque secondes le ménestrel jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour voir où en était le dragon : assis sur la toiture d’un temple, contemplant son œuvre d’un air attentif et suspicieux, comme s’il cherchait quelque-chose ou quelqu’un. Deux hommes, sûrement des soldats au vu de leurs blasons, s’avancèrent vers le monstre en le pointant à l’aide de lourdes hallebardes. Ce dernier les envoya balader à grand coup de queue, emportant leurs cris qui s’étouffèrent avec eux lorsqu’une gerbe de flamme sortit de sa gueule immense, cessant toute opposition.
Le barde se dirigea vers une maison en proie aux flammes et aperçu une femme prise au piège derrière un meuble qui brûlait, bloquant l’accès à la sortie. Inspirant profondément, Dorian invoqua son fluide Mez et atténua les flammes à l’état de flammèches qu’il étouffa avec ses bottes. Il prit la femme par la main et l’emmena au dehors avant de la diriger vers un groupe de paysan sur le point de partir puis se dirigea vers le dragon, toujours sur sa toiture.

-Hé ! lui cria Dorian.

Le dragon parut sortir de sa transe d’observateur et centra son attention sur le petit humain blond qui le dérangeait.
Le but de cette intervention était avant tout pour temporiser mais aussi pour comprendre tout cela. Il est dit que les dragons étaient doués d’une certaine raison, du moins c’est ce que les légendes racontent. Un sentiment d’effroi s’empara soudain de tout son être lorsque le regard du dragon croisa le sien. Un fourmillement étrange apparu dans l’estomac du barde. Il était tétanisé mais ne fit rien paraître, cela aurait été l’erreur de sa vie, et soutint son regard. Il n’y avait aucune once de haine ni même de méchanceté dans l’allure du ménestrel, simplement de l’incompréhension mêlée à de la dureté.

-Pourquoi tu fais ça ? Qu’est ce que tu cherche à faire ? Hurla-t-il à l’attention de l’immense créature qui le toisait du regard.

Bien qu’il eut envie de courir de toute ses forces et de sortir de ce merdier, Dorian la ravala amèrement et, aussi-fou soit-il, attendit une réponse en retour, comme une parole ou même un geste.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar - 22:42

J'avais fini par cesser le combat avec le dragon, je n'avais pas seule la puissance nécessaire pour lui faire assez mal. Après l'avoir semé miraculeusement, j'étais retourné près de Marina qui était perchée sur un amas de caisses de bois empilé avec l'épée au clair pour guider les paysans à prendre la bonne direction pour partir. Les familles serrées, les uns contrent les autres en sanglotant serraient leurs maigres Possession contre elles en marchant péniblement dans la terre boueuse de l'avenue, les charrettes ralentissaient l'avant du convoi et le désordre était en train de grandir alors que la pauvre petite femme tentait de gérer au mieux la situation.


Je voyais au loin à l'avant une autre personne qui venait en sens inverse sur une monture... Un aventurier ? j'espérais avoir du renfort, mais la personne était loin pour le moment et je devais fluidifier le trafic. Je pris la place de Marina sur les caisses et dans un grand cri, j'attirais l'attention de tout le monde alors qu'au loin, on pouvait voir le dragon perché sur le temple.


"Bien! Maintenant que j'ai votre attention !" Je désignais un garde et ses compagnons du doigt de mon armure végétale. "Toi! Où est ton chef ?!" Je lui commandais fermement.


Les quatre gardes en tenue rouge et cuirasse, armée de hallebarde retirèrent leurs casques et expliquèrent que leur chef était le premier à avoir été tué par le dragon lors de l'attaque principale. Je fis luire mes yeux à travers mon heaume en bois de fer pour me donner un peu de prestance et ordonnais avec force.


"Rassemble tous tes compagnons ! Envoie dix de tes frères d'armes près du lac au sud ! Que huit autres fouillent les maisons pour faire sortir les gens encore coincés et le reste guidera et aidera les habitants hors de la ville jusqu'au lac ! Aller magnez-vous tas de crétins !" Je m'exclamais.


Je vis avec satisfaction que les gardes ne demandaient pas plus que d'être commandé par quelqu'un qui avait l'air de savoir quoi faire et ils s'élancèrent pour organiser l'évacuation plus efficacement. Je pouvais voir des gardes entrer dans les habitations en criant pour appeler les retardataires, d'autres longeaient les deux côtés du convoi pour faire avancer les gens et aider ceux qui étaient coincés avec leurs charrettes ou autres. Marina pris ma main gantelée et me regardait avec fierté quand je posais le regard sur elle, malgré la peur bien visible dans ses yeux, elle avait confiance et quand je regardais les habitants qui me jetaient des regards, je pouvais voir la même lueur d'espoir.


Je reportais mon attention sur le dragon toujours sur son perchoir au temple... Je devais l'amener ailleurs. Loin, le plus loin possible, les habitants devaient pouvoir évacuer en sécurité la ville. Un des gardes vint à ma rencontre en enlevant son casque et se tenant au garde-à-vous.


"Seigneurs, les habitants son bien encadré par nos forces, mais... Et la bête ?" Demandait-il apeuré.


Je regardais vers le dragon avant de dire avec un air pensif :


"L'arsenal de la cité... Qui y a-t-il dans les stocks ?"


"Eh bien, il reste une baliste sur la tour nord des remparts, les catapultes et les autres balistes ont été abattues par le dragon dès le début des combats... Mais il n'a pas encore vu celle de la tour nord." Expliquais le garde avec beaucoup de nervosité.


Je ne lui répondis pas et m'agenouillais face à Marina en posant une main sur son épaule pour lui expliquer avec douceur :


"Conduis-les jusqu'au lac, quand j'aurais fini le travail, je reviendrais... Pour le moment, tu es une comtesse, fait en sorte qu'on te crois, car ses gens doivent t'obéir pour survivre."


La pauvre enfant se jetait à mon cou en sanglotant alors que le garde tournait le regard pour ne pas gêner ce moment.


"M'abandonne pas papa Grégoire..." Gémit, elle en me lâchant.


Je lui souris en lui ébouriffais les cheveux en me relevant. Je me tournais vers le garde et lui dit avec dureté.


"Veillez sur elle, s'il lui arrive du mal, vous trouverez que ce dragon est bien peu en comparaison de ce que je vous réserve."


Sur ce, je me dirigeais vers un groupe de gardes qui aidait une charrette à avancer et leur donnaient comme ordre de filer à la tour nord et armer la baliste. Nous n'aurons qu’une chance.


Je courus sur les toits pour rejoindre le temple au plus vite, e nsueurs mais encore prêts au combat je finis par atteindre la zone pour voir un homme blond face au dragon! Il semblait invectiver la bête! Moi qui me croyait dément hahaha! Je fis un derniers saut lourd depuis un toit proche du temple en lançant une nouvelle rafale de pieux de bois de fer vers la créatures qui rugit en  se lançant à ma poursuite et je ne perdit pas un instant pour fuir vers la tour de garde nord en lançant que je le pouvais des pieux vers le dragon.


Je filais entre les ruelles en ruines alors que la créature ailée marchait sur les maisons avec fureur en crachant ses flammes infernale qui me ratait de peu mais me faisait éprouver de cuisante brûlure dans le dos malgré mon armure...
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Avr - 15:27
Rien. Rien ne se produit. Le dragon ne semblait pas comprendre un traître mot de ce que disait Dorian. Il allait être sur le point de cracher une gerbe de flammes quand un long pieux en bois vint à sa rencontre et se heurta sur ses écailles dures comme de la roche. Bien que indemne face à une telle attaque, son attention fut captivée vers la source de ce lancer et le ménestrel vit un homme sur le toit, une longue veste verte qui s'envolait au vent et un chapeau de cuir sur la tête. Une expression joueuse semblait émaner de son regard.
Le dragon se détourna du barde et poursuivit cet inconnu armé d'un arc et d'un poignard qui courait de toits en toit, esquivant de peu les crachats brûlants de la bête.

Dorian le remercia de cette diversion intérieurement et en profita, aidé par quelque soldats, pour aider les quelques habitants de Louden à quitter le village qui commençait sérieusement à partir en fumée. Il mit des paquets sur des charrettes, secouru quelque personnes dans le besoin et créa un chemin vers la sortie du village pour que tous puissent sortir sans encombres. Une fois cela de fait, il confia ces villageois à un soldat en lui disant de les emmener à Zaï'Han au plus vite avant que les provisions ne soient toutes consommées avant de repartir vers le village épaulé par 2 autres soldats en direction de la bête quand il vit l'homme en vert de tout à l'heure recevoir un filet de feu dans le dos.

-Aïe, pensa-t-il tout haut, que faudrait-il faire ? Nous ne sommes pas nombreux et la plupart de nos armes sont inefficaces contre lui... Comment tuer un dragon ? Un carreau dans le cou peut-être...
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Avr - 23:01

Sang et cendre ! Ce lézard est vraiment rapide et agile ! Je courais encore vers la tour de guet espérant que les soldats l'avaient atteinte pour armer la baliste et j'espérais pouvoir blesser gravement le monstre pour le faire abandonner son assaut sur la ville.

La ville, je pouvais voir qu'il n'en restait pas grand chose... Ce que la créature n'avait pas brûlé, elle l'avait démoli lors des combats terrestres avec les gardes et moi. Les bâtiments étaient des squelettes calciné ou brisé dont les entrailles de briques, de bois ou d'objet de leurs occupants encombraient les rues.

J'avais échappé de peu à l'incinération en me couvrant de mon armure de bois de fer au dernier moment. j'avais roulé bouler dans une rue et chercher un moment mon chemin avant de retomber sur trois personnages qui attendaient, je ne sais quoi. Je m'approchais et saluais les hommes pour paraitre amicale malgré la lourde armure de bois de fer qui me dissimulait le visage et le corps.

"Un carreau ? J'ai eu une idée un peu plus grosse haha... J'ai deux gardes qui ont armé une baliste dans la tour de guet un peu plus loin... Faut attirer la bête à porté pour qu'ils puissent l'abattre ou au moins la blessé suffisamment pour la pousser à battre en retraite."

JE leur expliquais joyeusement avant d'ajouter.

"Oh en fait, je suis le seigneur Grégoire Boisdefer du domaine de la Ghyuerf... Je maitrise le khan ce qui explique mon apparence, ne soyez pas effrayé... Je veux aussi virer ce truc de cette ville."..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Avr - 15:06
-Une baliste ?

Effectivement ça avait l’air d’être une excellente idée, bien meilleure que celle du carreau ! Il faudra viser juste et précisément vers le cou, non protégé par les écailles du dragon, le tout sans que le dragon ne bouge et sous un angle de tir irréprochable.
Dorian sentit par un jeu de regard que la même idée avait traversé la tête de Grégoire aussi le dit-il tout haut à l’adresse des soldats, un sourire aux lèvres :

-Une diversion.

Les soldats échangèrent un regard pétrifié à l’idée de se transformer en appât pour un monstre si terrible que celui-là.
Dorian ricana légèrement avant d’ajouter :

-Je pense que Grégoire ou moi-même serions les plus à même à effectuer une telle tâche, nous possédons la dextérité, et nos armures sont légères contrairement aux vôtres. Malheureusement je ne sais me servir d’une baliste, je me dévoue donc, et puis personne ne pleurera ma mort si cela échoue.

Le ménestrel attendit leur acquiescement et s’empara d’une torche posée par terre qui n’avait pas l’air trop endommagée par le désastre avant d’ajouter :

-Où se trouve cette fameuse tour de guet avec la baliste ? Que je sache vers où diriger le dragon.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Avr - 14:10

Ce type en avait des bigrement grosse ! Et je ne me privais pas pour lui dire avec amusement :

"Vous êtes foutrement couillu... Ou fêlé ! La tour de guet est au nord, suivez l'avenue principale vers le nord et foncez sans vous retourner ! Je vais tenter d'améliorer notre force de frappe en prenant de l'avance sur vous... Bonne chance !"

J'expliquais et souhaitais au type étrange avant de foncer droit vers le nord. Les bâtiments menaçaient souvent de s'effondrer à mon passage et je devais esquiver les morceaux de briques ou de bois qui tombaient dans des bruits assourdissants. J'avais abandonné mon armure pour gagner en vitesse et en agilité, il m'avait fallu dix minutes pour atteindre la tour de guet encore debout, un cylindre de pierre de 20 mètres de haut au toit conique en tuile avec meurtrière et ouverture où je pouvais voir les gardes s'affairer. Je pris un instant pour évaluer la situation... L'avenue menait directement à la tour et mon allié allait débouler de cette avenue d'ici peu. Je trouvai un édifice au toit plat à dix mètres de hauteur à 100 mètres de la tour et m'y installais... De là, je me remémorais les plans que j'avais étudiés aux cités blanches... J'ai appelé à moi le khan et entamé mon plan.

Pour le corps de ma propre baliste pas de difficulté, du bois de chêne robuste se mit à sortir de terre sous forme de racines, grimper sur les murs de l'édifice et venir former le corps de mon engin de siège. Grâce aux plans en ma mémoire, je créai une corde solide et relativement élastique à partir de liane que j'avais connue dans ma forêt natale. Enfin, je façonnais un pieu de bois de fer effilé et positionnais l'arme vers l'endroit où j'attendais ma cible avant de créer encore une touffe dense de buissons autour de moi et ma machine.

J'ai attendu, ne retenant plus les minutes, avant de voir arriver une silhouette au loin... Puis une masse sombre et ailée... Tout se passa si vite. Mon allié arrivait le dragon à ses semelles, les gardes tirèrent le trait de baliste et peu après je tirais également vers le dragon. Priant pour le vaincre...
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Avr - 16:55
-Vous êtes foutrement couillu... Ou fêlé ! La tour de guet est au nord, suivez l'avenue principale vers le nord et foncez sans vous retourner ! Je vais tenter d'améliorer notre force de frappe en prenant de l'avance sur vous... Bonne chance !

Fêlé ? Peut-être bien oui. Mais pour préserver la vie d'honnêtes personnes, Dorian était bien prêt à tout.
Au nord ? Effectivement en fermant un peu les yeux on pouvait discerner à travers la fumée qui s'échappait des chaumées la silhouette d'une tour pas très loin.
À peine le ménestrel eut il regardé son emplacement que Grégoire s'empressa d'y foncer suivi des deux gardes pour armer la machine de guerre.

-Bon, s'exclama Dorian en se frottant les main la torche et un briquet d'amadou sous le bras, à nous deux saloperie !

Il s'élança en direction du dragon cette fois-ci à terre et grimpa sur le toit du temple miraculeusement encore intact et siffla à l'adresse du dragon en allumant la torche avant de crier :

-Bah alors ma grosse ! Une petite danse rien que toi et moi ?

Le dragon se mit à hurler et se dirigea vers Dorian, comme s'il eut compris les mots du barde ou discerné la trace de sarcasme qui y émanait.
Il battit des ailes et s'envola avant d'effectuer un looping et pointa vers le mercenaire qui avait déjà eu le temps de jeter une boule de feu en se servant de la torche et de son fluide avant de courir vers le nord en direction de la tour. Il entendit un crachat et une odeur de souffre venir en direction de lui et fit un pas de côté avant de sauter vers un autre toit intact.
Il sauta une seconde fois et dérapa sur une toiture. Il s'érafla l'épaule et se rattrapa in extremis sur le haut d'une porte ouverte.
Il parvint à discerner précisément la tour et vit Grégoire au côté des soldats qui s'apprêtait à tirer

-Quand vous voulez les gars !
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Avr - 13:06

Les traits de balistes furent tirés dans un fracas de cordes qui se relâche et le sifflement lourd des énormes projectiles dans l'air chargé de nuages de fumée et de cendres. Le premier trait fut calciné par un jet de feu de la bête, mais éclata en un nuage noir de cendres autour de sa tête, le second trait lui frappa le dragon sur le flanc gauche à l'articulation de son aile, la créature tituba lourdement faisant trembler la terre, elle finit par heurter une immense bâtisse d'un riche habitant... Alors qu'il reprenait ses esprits, je pouvais voir la demeure tomber sur le dragon et le couvrir de lourds gravas de pierre et de bois.

Le bruit, roulement de tambours d'un sinistre orchestres, occulta toutes les autres pendant un instant avec lui un immense nuage de poussière. Je sautais au sol pour me diriger vers le lieu ravagé. Je ne voyais pas à plus d'un mètre dans la zone, les gravas témoins de la vie des occupants de la défunte bâtisse étaient éparpillés partout.

J'ai fini par trouver le dragon, le corps couvert par les gravas, bloquer... Mais vivant. J'ai approché à bonne distance avant de m'exclamer :

"Les dragons sont capables de communiquer avec les autres créatures... Pourquoi as-tu attaqué ?! Pourquoi tout ce chaos et ces morts ? Réponds seigneur du ciel... Depuis quand les Aeli attaquent sans sommation les innocents ?!"

Ma voix était d'acier et de glace. Des récits de ceux qui avaient connu des dragons, j'avais recoupé les mêmes conseils. Les dragons Aeli sont respectueux de la vie et pas hostile, pas de la sorte. JE devais comprendre, pourquoi un dragon aurait assiégé une ville ?..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Avr - 16:18
Le cœur du ménestrel fit un bon lorsqu’il vit le premier projectile se faire carboniser par le dragon et un soupir de soulagement mêlé à un frisson d’horreur ne tarda pas à se faire ressentir lorsque la seconde pointe de métal vint transpercer l’aile osseuse de la bête. Cette dernière dégringola et s’écrasa lourdement sur le sol dans un fracas assourdissant, sévèrement touchée et incapable de reprendre son envol.
À bout de force, Dorian jeta un coup d’œil et vit Grégoire fulminer et se diriger vers le monstre à terre. Le ménestrel descendit de la toiture et examina au toucher son épaule : ça aurait pu être pire. Elle le lançait méchamment mais ne semblait pas être déboitée ni même cassée, simplement sous le choc et éraflée au vu du sang qui avait commencé à tacher sa tunique.

-Les dragons sont capables de communiquer avec les autres créatures... Pourquoi as-tu attaqué ?! Pourquoi tout ce chaos et ces morts ? Réponds seigneur du ciel... Depuis quand les Aeli attaquent sans sommation les innocents ?!

Il entendit Grégoire parler au dragon, comme s’il grondait un chien qui avait fait des bêtises. Dorian fit un signe pour captiver l’attention des deux gardes du haut de leur tour et leur demanda par des gestes d’amorcer la baliste au cas où et de la pointer vers la gueule du dragon. Une fois ces précautions prises, le mercenaire tituba au côté de son compagnon, venant de se rendre compte qu’il avait la cheville foulée, le tout en prenant soin de ne pas trop bouger le haut de son corps.
Il observa longuement le dragon et cru comprendre la situation : le dragon est intelligent. Il avait l’air de comprendre ce que lui disait Grégoire tout comme il avait du comprendre ce que lui avait dis Dorian sur le temple. Mais derrière cette intelligence, cette compréhension, le barde cru y voir paradoxalement une bêtise emplie de haine sans cause et de violence gratuite. Choqué, triste, écœuré et en colère, des émotions que devaient sûrement ressentir Grégoire au même titre que Dorian, il prit ce dernier par le bras et le mit sur le côté, le cœur lourd, avant d’ordonner aux soldats d’achever la créature qui souffrait inutilement. Il ferma les yeux et tenta d’ignorer le bruit de craquement infâme en fermant les yeux et en vidant son esprit, en vain. Son estomac se retourna et il fit à cet effet un pas de côté et partit un peu plus loin vider ses tripes, choqué par les horreurs de la guerre.
Une fois apaisé, le ménestrel cracha et revint vers Grégoire.

-Au fait je ne me suis pas présenté ! Dorian, ménestrel informateur et mercenaire. Connaîtriez-vous une bonne taverne non loin pour une bonne cuite sans trop se ruiner, histoire d'oublier cette merde. Et si le cas est, vous joindriez-vous à moi ? Chanter les couilles à l'air sur une table à deux c'est mieux !
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Avr - 22:20

J'ai vu dans les yeux de l'aeli assombrisse juste avant que le trait de baliste ne lui transperce le crâne avec un craquement qui me retourna les entrailles. La créature était morte, du sang et de la chair coulant de son front empalé. J'ai senti une froideur intense m'envahir... Tuer une créature qui ne pouvait se défendre, de la sorte... Ce manquement même à la vie et aux règles de la guerre.
Les paroles du citadin me parvinrent, mais il me fallut un moment pour les comprendre... Et sentirent une haine froide m'animer.

Je fis une demi-droite si rapide que ma silhouette devint floue avant que mon poing ne s'écrase sur le visage de l'homme avec un hurlement de colère. J'avais encore ma lance dans la main et je posais la lame sur la gorge de l'homme sans honneur à mes pieds.


"Comment osez-vous ?! Il était vaincu ! VAINCU ! Il n'était plus une menace ! J'aurais pu le ramener à la raison ! Qui vous a octroyer le droit d'abattre un être vaincu et incapable de se défendre ! Vous êtes comme tous les citadins de ce pays merdique ! Un tas de mépris et de déshonneur sans fin ! Pourriez pourrir dans les limbes!" Je hurlais avant de tourner les talons et de marcher le long de l'avenue centrale.

Ma fille me rejoignit à cheval et je montais en prenant les rênes sans dire un mot. Marina m'informait que le chef local avait donné notre part d'or pour la chute du dragon... Au moins une bonne nouvelle avant de rentrer à notre foyer.

Nous avons galopé vers l'est, vers chez nous dans un martèlement de sabots....
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 443

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Avr - 17:20
À vrai dire, s'il y avait bien une chose à laquelle Dorian ne s'attendait pas, c'était bien se recevoir un coup de poing ! Et c'est pourtant ce qui se produisit, comme quoi la vie nous réserve bien des surprises !
Au départ, Dorian était plus étonné qu'autre chose. Une créature sanguinaire venait d'être achevée et voilà que Grégoire s'énervait. Certes sa mâchoire n'était pas brisée par on ne sait quel miracle, mais Dorian hurla de douleur lorsqu'il tomba sur le sol, son épaule écrasée sous son poids.

"Comment osez-vous ?! Il était vaincu ! VAINCU ! Il n'était plus une menace ! J'aurais pu le ramener à la raison ! Qui vous a octroyer le droit d'abattre un être vaincu et incapable de se défendre ! Vous êtes comme tous les citadins de ce pays merdique ! Un tas de mépris et de déshonneur sans fin ! Pourriez pourrir dans les limbes!"

Sa douleur disparue soudainement pour laisser place à de la colère. Il serra les poings et foudroya du regard le rôdeur

-De quel droit ?! Et quel droit avait-il de terrasser un village entier en semant la mort parmi les populations ? Hein ? Le ménestrel hurlait à présent. Non mais JE RÊVE ! Il agonisait et n'aurai probablement plus jamais volé, et savoir un tel monstre mort reviens à sauver des vies, je n'ai aucun regret ! Un citadin ? Mais arrêter de déblatérer vos conneries, connard de rôdeur. Vous pensez pouvoir avoir la main prise sur des créatures qui vous dépasse, vous êtes pathétique et dangereux !

Dorian vit une petite fille près de Grégoire, sa fille ?, le regarder étrangement. Quelque peu calmé il ajouta :

-Si cette petite fille à laquelle vous tenez tant était morte par ce monstre vous n'auriez pas réagi de la sorte, pensez aux filles que des parents tels que vous ont perdu aujourd'hui, et pensez aux filles qui ne brûleront pas sous ses flammes. Allez vous faire foutre avec vos valeurs de merde et pensez ce soir en berçant votre fille les hommes qui ne berceront pas les leurs !

Dorian le vit s'éloigner à cheval, *bon débarras* pensa-t-il, et un des deux soldats, qui avait tout vu, s'avança vers lui :

-Je suis entièrement d'accord avec vous ménestrel. Mieux vaux savoir cette bête morte que vivante, elle fera moins de mal là où elle est !

Dorian baissa les yeux et sourit un moment avant d'éclater de rire, observé par le hallebardier.

-Il me fait penser à moi et à mes anciens idéaux. J'étais comme lui avant, pleins de valeurs dénuée de raisons, mais j'y croyais dur comme fer. Je lui souhaite de découvrir que les dragons, bien qu'intelligents, n'ont d'autres but que de semer le chaos et de trouver des richesses à mettre dans leurs tanières.

Il massa son épaule et se dirigea vers le sentier par où il était arrivé dans le village

-Où comptez-vous aller messire ? lui dit une voix tout proche.


Sans se retourner, Dorian s'exclama :

-Aux Cités-Blanches. Il y'a quelque chose que j'aimerai vérifier...
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Zaï’Lou :: Est :: Louden-