L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Mar 9 Fév - 22:42
Une nouvelle aventure commence!
Les amis nobles c'est toujours utile!
Les dernières aventures que j'avais vécues dans les marais où j'avais élu domicile m'avaient occupé un certain temps sans parler de la reconstruction du manoir, du domaine et la revitalisation de la forêt qu'était autrefois le marais. Les enfants m'avaient bien aidé et Awilda et Eriakr aussi, mais je voulais aller découvrir d'autre partie du monde, loin du temple dans le marais après la désastreuse quête avec le virenpien Omnius.

J'avais entendu parler d'une bibliothèque de renom à la capitale des cité blanches et ma curiosité me poussais à me rendre là-bas pour découvrir plus de choses sur le monde où je vis. J'avais parcouru les plaines de Kail pour atteindre l'ouest du continent et prendre un navire en partance pour la capitale Hytraz. J'avais amené Ombrefeu avec moi et ensemble, nous avions gagné notre droit de passage en aidant le capitaine à sauver les récoltes de la ferme d'un de ses frères, une quête pacifique et bien payée qui me convenait à ravir !

Le voyage en bateau fut des plus calme hormis une tempête imprévue qui nous à bien secoué et fait prendre un bain surprise à Ombrefeu ce qui après coup me faisais encore plutôt rigoler lorsqu'elle s'était retrouvé avec les poils trempé qui lui donnait un air de chien battu.
La terre fut bientôt en vue et nous avons alors retrouvé les affres de la vie urbaine Ombrefeu et moi, j'attirais quelques regards à me balader avec ma renarde, mais il y avait bien plus étrange que moi.

L'immense navire qui nous avait transportés était à quai et les hommes débarquaient les marchandises en s'interpellant bruyamment. J'avais mis mon sac sur mon épaule gauche et ma lance dans ma main droite. Je marchais le long des quais à la recherche d'une auberge pour me poser et ensuite partir à la recherche de la bibliothèque.

Je vis d'un œil une jeune femme marcher droit sur moi, mais elle ne semblait pas m'avoir remarqué et le temps que l'information arrive à mon propre cerveau mes pieds m'avais déjà fait heurter la jeune femme.

J'entendais Ombrefeu glousser dans ma tête alors que je me redressais en remettant mon chapeau sur ma tête en tendant la main à la jeune femme aux longs cheveux écorce et à la peau pâle.

"Excusez-moi mademoiselle... Je vous ai vu trop tard. Pas de bobo?... "
Je demandais en me tournant brièvement ensuite vers ma renarde pour lui dire avec gêne et une pseudo-mauvaise humeur.
"Cesse de te marrer Ombrefeu... J'aimerais t'y voir.".
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Fév - 23:04
Depuis mon arrivée dans la capitale, j’avais passé pas mal de temps dans les boutiques de livres et autres bibliothèques. Je voulais en savoir plus sur l’histoire de l’Enac, la première Reine des Cités Blanches. Elle me fascinait. A dire vrai, elle avait commencé sa quête alors qu’elle était une adolescente recherché par l’Empire. Le Dieu-Empereur Morloc avait même mis sa tête à prix. Et, malgré toutes les épreuves, elle avait vaincu… Admirable ! Elle était devenue un modèle pour moi et le livre que je venais de me procurer était fascinant. Il détaillait toute la vie de Mélinda. De sa noble naissance à sa mort. Elle avait dû rejoindre les Dieux étant donné qu’elle était leur Elue. Enac… Un bien petit mot pour une grande destinée. Je parcourais les pages du manuscrit tout en marchant, me heurtant pas mal de fois à des gens qui grognèrent. Par chance je ne tombais pas sur le sol. Enfin jusqu’à maintenant. Par prudence, je décidais de m’asseoir sur un banc pour un moment et, savourant mon livre, j’oubliais le bruit ambiant.

Livre a écrit:
[…]Mélinda, bien que jeune, était noble de cœur même si elle tua nombre de soldats pour sauver sa peau. Mais, à chaque fois, elle implora Jurk et Gar’Haz de pardonner aux mécréants mort noblement. On raconte qu’elle était peu sûre d’elle et très en colère contre Thaä. Elle mettait en doute le choix Divin.[…]

Vraiment fascinant. Elle n’était pas certaine d’être l’Elue des Dieux. Je me levais, tout en lisant, et repris mon chemin vers une taverne où je pourrais me sustenter tout en buvant et lisant. Je ne vis pas le choc arriver et me retrouvais au sol en moins de deux secondes. Mon livre tombé à ma droite, je me frotter de la main gauche les fesses en émettant un petit son de douleur. Une voix masculine me demanda si j’étais blessée. Je rougis légèrement et répondis :

Seule ma dignité prend un coup messire. Et vous, vous n’avez rien.

Je levais la tête vers l’inconnu qui parlait à son renard. Une belle bête. Lölö gambada sur mon épaule, il semblait inquiet de voir l’un de ses prédateurs d’aussi prêt.

Du calme Lögar, ce renard semble aussi apprivoisé que toi… Enfin j’espère.

Je me relevais aidé par l’inconnu et Lögar sembla se sentir plus en sécurité lorsque je fus debout. Je caressais sa petite tête triangulaire et il frotta son museau sur ma joue droite.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Fév - 21:09

Je me permis un rire des plus sincère en entendant la jeune femme dire qu'Ombrefeu était apprivoisé. Je me calmais et pour rassurer la petite créature sur son épaule, j'expliquais avec une voix amicale :

"Ombrefeu est aussi apprivoisé qu'une petite soeur chipie qui vous suivrait partout en se permettant de commenter chaque moment de votre voyage haha! Mais à côté de cela, elle est loyale et courageuse malgré ses petites manies de fureteuse rusé. Elle ne fera pas de mal à votre ami sylvestre, elle préfère la viande cuite qu'on sert dans les tavernes."

Je profitais de cela pour jeter un coup d'oeil aux alentours, la ville semblait immense bien plus qu'Alzbey! Comment allais-je me retrouver la dedans? Je retirais mon chapeau et m'ébouriffai les cheveux en laissant mon sac contre ma jambe gauche.

"Je ne veux pas vous importuner, mais je suis venu à Hytraz pour étudier à la bibliothèque blanche, mais j'ignore où elle se trouve et j'ignore encore moins quelles sont les tavernes aux bons services dans cette partie de votre immense cité... Cela ne vous dérangerait pas de me guider jusque-là s'il vous plaît ?"


Une fois à la bibliothèque, j'aurais accès à toutes les connaissances sur la cité, plans, témoignage sur les coutumes... Je pourrais me mettre à jour pour ne pas faire d'impair pour mes premières aventures ici-bas... En espérant ne pas recroiser ces taré qui prient Ozan!.
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Fév - 21:47
Ainsi c’était une renarde du nom d’Ombrefeu, un bien jolie patronyme pour une belle bête. Je me demandais si un jour j’arriverais à créer un aussi bel animal. Lögar trottina de gauche à droite en observant la compagne de l’inconnu. Je frottais ma robe pour enlever la poussière qui s’y était collée. C’était une robe assez simple de couleur rouge, sur mon flanc gauche se trouvait mon épée. Ce n’était pas très élégant mais l’arme était de belle facture. Je me redressais une fois le nettoyage fini, c’est à ce moment que l’arcaëllien me demanda de lui servir de guide. Je ne connaissais pas encore bien la ville mais je savais où était la bibliothèque ainsi que la meilleure taverne. La taverne de « L’Enac ». Je souris, pleine d’entrain. Il devait croire que j’étais un sujet du Royaume, s’il savait… Je ris intérieurement, par mon divin parent tout cela était d’un ridicule. Née à Kaïl et ayant grandi en tant qu’esclave dans la Principauté puis anobli… Beau curriculum vitae… Je soupirais doucement et finis par dire :

Je suis Sëya et ce sera un honneur que de vous guider dans la ville la plus jolie du monde.

En fait je ne connaissais que peu de ville, mais celle-là me plaisait beaucoup. Son architecture était assez sobre et pourtant très fine. Ses livres étaient myriade. Que du bonheur. Je regardais derrière moi, ayant vu un geste étrange mais ce n’était qu’un marin ramassant une caisse. J’avais été traumatisée par les Hayert’Vaäl et souhaitais ne plus retomber sur eux avant longtemps. Je regardais le ciel un instant et implorais Thaä de m’accorder sa bénédiction.

Comment dois-je vous nommer ?

Demandais-je à l’arcaëllien avant de me mettre en route vers la bibliothèque. Je lui fis signe de me suivre à travers le dédalle de rues et ruelles. La bibliothèque fermait un cul-de-sac. Elle n’était pas bien loin à dire vrai, trois rues plus loin et nous y étions. Le bâtiment, bien qu’impressionnant, était fait de briques blanche et à l’entrée il y avait deux statues mesurant facilement trois mètres. L’un représentait Mélinda, l’Enac et l’autre Keira, la dernière Impératrice Tahora’Han. Elles se regardaient dans les yeux sans bouger, laissant passer les arcaëlliens avides de connaissance. J’inclinais la tête devant l’une et l’autre des statuts puis poussais la grande porte en chêne. Le silence régnait dans le lieu d’étude et les parchemins, manuscrits et livres nous tendaient les bras. Avant d’entrée, je dis à mon acolyte :

La meilleure taverne c’est celle de l’Enac. Elle est à quelques rues d’ici. Je vous y conduirais. Maintenant, silence et lisons !
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Fév - 19:34

Je fût ravis de constater que ma nouvelle amie était prête à me guider jusqu'à la bibliothèque ! Elle me faisait gagner un temps considérable, je penserais à trouver un moyen de lui rendre la pareille des que possible. Alors que nous passions dans des rues et ruelles parfois animées de vendeurs halant les passants, parfois des ruelles désertes hormis des enfants courant pour jouer en se poursuivant, évitant les fils à linges d'une maman qui haranguait les enfants survoltés.

"Je me nomme Grégoire Boisdefer, je suis de Kail, j'ai vécu dans la forêt au nord de la capitale..." Je lui répondis pensif avant de me permettre une petite farce envers elle. "Mon père était un aracnors et ma mère une très douce, gentille et belle Drek." Je lui avouais de manière naturelle comme si c'était tout à fait normal. "Je suis ravi dame Sëya de vous connaitre. Merci de me guider."

Nous sommes peu après arrivés à la bibliothèque, je me doutais que ce soit un bâtiment impressionnant, mais là... Un complexe d'environ 30 mètres de haut en brique blanche, une coupole visible sur le sommet. Deux énormes portes en chênes défendu par deux colosses de pierre féminine d'une grande beauté. Je reconnus, je crois l'Enac et l'autre... Je pense que ca doit être l'impératrice actuelle. Je vis plusieurs personnes s'incliner à leurs approches... Un peu perturbé par cette coutume, j'imitais très maladroitement ma guide à l'approche des statues et la suivie derrière les portes massives.

Il y avait un grand couloir avec je pus le voir deux, voir quatre, hommes en tenues légères et amples blanches cachant des cotes de mailles et des lames. Surement les garde discret du temple pour érudit. Je suivis ma guide le long de premier couloir orné de tableau de personnages importants, scènes de batailles ou de couronnement. Sous l'emplacement de la coupole, je vis le paradis d'un curieux érudit. DEs rayons sur plusieurs étages de livres, des étagères de parchemins ! Des couloirs menant à d'autre salle pleine de documents ou d'œuvre d'art ! Les employés de la bibliothèque vaquaient ca et là pour aider à la recherche de documents des étudiant ou trier des volumes nouveau...

Je me suis laissé porté par les odeurs de vieux papier, vagabondant au hasard des rayonnages... Je fini par revenir à la table où était installé ma guide avec trois gros volumes, deux autres plus petit et un parchemin affichant une carte des marais où je vivais.

Je commençais alors à lire... Les ouvrages étaient des livres qui avaient en commun un seul thème... La guerre. La façon de former des soldats, les tactiques des grades bataille ou des petites des grands généraux. Les manières de forger des armures et des armes, comment gérer une armée de la logistique à la moral.

Pendant ce temps je sentais Ombrefeu tourner autours de mes jambes, parfois me montant sur les jambe pour y dormir, sentant les odeurs des parchemins ou même m'embêtant gentiment en me léchant les doigts. je riais et lu icalinais les oreilles en continuant mes travaux avec un sourire heureux.

Pas question de tout lire... Alors après avoir parcouru rapidement un ouvrage, je sortais ma plume, mon encre et des parchemins vierges personnels pour copier les informations utiles de manière bien plus simple et pratique que dans les ouvrages parfois romancé. J'ignore combien de temps j'ai étudié et lu.

Je sus que je devais partir quand un employé nous informaient moi et ma guide que nous devions partir, car le bâtiment fermait ses portes. Je regardais très surpris ma guide puis les alentours, nous étions les derniers, les bougies éclairaient les lieux... Il devait être vraiment tard !

"Eh bien mademoiselle... Il est temps d'aller nous sustenter... Je vous invite ?"
Je lui proposais gentiment.
(c) Never-Utopia




Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Fév - 22:26
Nous étions dans nos livres à lire et comprendre les mots. De temps à autres, je me levais pour prendre un autre bouquin. Le temps s’écoula à son rythme et pourtant le temps me parut court. Alors que je lisais un livre sur l’ancien empire Tahora’Han parlant de Keira et d’Arhnt, on vint m’interrompre. La personne nous expliqua que la bibliothèque allait fermer. Je rangeais les manuscrits que je consulter et me dirigeais vers la sortie sans dire un mot encore dans mes pensées. L’Empire Tahora’Han semblait avoir été un Empire de Paix tout comme le Royaume actuel. Amalÿ, la Reine actuelle, semblait être comme ses ancêtre : douce et conciliante. Grégoire parla et je ne l’écoutais qu’à moitié. Il parla de manger et de payer. Je hochais la tête et l’invitais à me suivre vers l’auberge de « L’Enac ».

Nous arrivâmes devant le bâtiment, un établissement à l’apparence noble fait de pierres brutes et de bois sombre. Je tirais la porte et entrais dans le lieu, saluant au passage l’aubergiste. Ce dernier nous conduisit à une table un peu à l’écart des autres près de la statut de Mélinda. L’Enac…. Comme elle était belle en couleur. Le bois avait été peint avec une certaine douceur. A taille réelle, je me rendis compte que l’Enac n’était pas bien grande. Un mètre soixante-cinq à tout cassé. J’invitais Grégoire à s’asseoir à la table puis on nous amena le tableau des repas du soir. Je commandais une rouelle de port marinée dans une sauce au miel avec ses pomme-de-terres sautées. En boisson je pris une liqueur de mirabelle très sucrée.

Et vous, messire, que prenez-vous ?

Demandais-je avec enthousiasme au jeune arcaëllien. D’ailleurs, il me revint en mémoire que son père était un aracnor et sa mère… Une drek ??? Quelle était cette farce ? Il faudrait que je le questionne un peu plus. Mais, si je lui demandais son passé, me demanderait-il le mien ? Moi l’ancienne esclave ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Fév - 12:25

L'établissement était très propre, à première vue bien fréquenté. Ma guide semblait connaitre le propriétaire qui nous amenaient à une table un peu à l'écart proche d'une statue en bois de l'enac... La dévotion pour cette femme qu'à ce peuple me perturbai autant que cela me fascinait.

Je m'étais assis alors qu'Ombrefeu prenait place sur mes jambes sa tête visible posée sur le bord de la table. Je lui grattais les oreilles en réfléchissant à ce que nous pourrions manger elle et moi...

"Je souhaiterais des patates sautées avec des morceaux de bœuf s'il vous plaît. Et une chope de cidre si vous en avez." Je demandais jovial à notre tavernier.

Je reportais mon attention sur ma guide et me décidais à lui demander pourquoi elle avait une épée à la ceinture par-dessus une robe de si belle facture.

"Puis je, vous demandez pourquoi vous portez une épée ? Sans vouloir, vous vexez bien entendu, seulement, vous portez une robe de grande qualité, mais vous gardez une épée, ce sont des choses en général peu habituelles... Et pourquoi l'enac est-elle si adoré par ici ? Je n'ai eu que peu d'information sur elle hormis que ce fut une grande dirigeante. Je dois admettre que cela me perturbe et fascine." Je lui demandais en posant mon chapeau sur la tête d'Ombrefeu...
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Fév - 18:51
Il commanda un plat, sa renarde sur les genoux. J’admirais la statue avec un petit sourire en coin. Dans quelques siècles l’histoire de l’Enac virerait sûrement à la légende. Il me posa des questions auxquelles je pris le temps de réfléchir. La première concernait mon épée. Depuis la rencontre avec les Hayert’Vaäl je ne m’en séparais jamais. Je lui expliquais donc ce fait, lui disant que les adorateurs d’Özan étaient après moi pour je ne sais quelle raison. En fait je le savais mais ne pouvais le dire ouvertement. Imaginez la tête des gens s’ils apprenaient que ma mère était Thaä… Je ris intérieurement en imaginant la bouche grande ouverte de Grégoire. La fille d’une Divinité ce n’est pas banale. Je soupirais doucement alors qu’on nous apportait nos plats et nos boissons. Avant de prendre la suite de ses questions, j’engouffrais avec délectation mon plat. Une fois fait, je répondis à son interrogation sur l’Enac. Je connaissais bien le sujet à dire vrai, elle me fascinait la protégée de ma mère. Je me mis alors à réciter d’une voix enthousiaste :

L’Enac, qui veut dire Elue des Dieux, de son prénom Mélinda, est née dans une forêt en un temps où les filles tahoras étaient mises en esclavage dès la naissance. Ses parents la cachèrent au régime totalitaire du Dieu-Empereur Morloc. Mais, malgré leur prudence, ils furent découverts. Les parents de Mélinda périrent de manière affreuse. Elle parvint à tuer la patrouille et libérer ses frères et sa sœur. Commença alors son périple où elle rencontra sa gardienne : Ayelline. Ayelline était une elfe de plus de deux cent ans. Elle guida Mélinda jusqu’aux Cités Blanches, fief de la Résistance. Là, elle consolida ses bases en combats et en magie, en tactique et en Histoire. Je fis silence le temps de boire un peu puis repris. Elle mena les troupes de Résistants contre l’Empire Mzékils’Han. Parvenant à tuer Morloc, elle fut faite prisonnière par les conseillers du Dieu-Empereur qui cachèrent la mort de leur souverain et la disparition du Prince Zack. Les Hayert’Vaäl, dirigés par un grand prêtre, s’infiltrèrent dans le palais quelques semaines plus tard il me semble. Ils tuèrent tous les résidents du château y compris les esclaves. Ils n’épargnèrent que l’Enac afin de la sacrifier à Özan. Les lykosims, les Impériaux et les Résistants s’allièrent alors dans le combat le plus épique de l’Histoire afin de reprendre Kaïl aux mains des adorateurs d’Özan. Une fois le grand prêtre en fuite, ils libérèrent Mélinda et s’en suivit de longs et houleux débats pour se partager le monde. Mélinda devint la première Reine des Cités Blanches reprenant le nom de ses ancêtres : Tahora’Han. Elle unifia les gens sous sa bannière. Zack hérita de la principauté que l’on connait aujourd’hui mais il finit par se pendre au bout de trente années de règne. Kaïl devint la première démocratie, ou Damert’Ban, de l’Histoire d’Arcaëlle.

Je fis silence, admirant la statue tout en buvant un peu de mon hydromel. J’espérais avoir éclairé Grégoire sur l’Histoire de l’Enac. A mon tour de lui poser une question :

Comment se fait-il que vous soyez si grand si votre mère est une drek ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 12:23

Pour une femme, c'était une sacrée femme cette Enac! Enfin si tout ce qu'on disait sur elle est vrai. Didiorkar m'avait appris que toutes les histoires sont fausses, que même le plus objectif des historiens ne peut rapporter l'exactitude des choses passées, sont récit sera toujours corrompu, la vérité pure est une bête mythique.

Je bus un peu de cidre avant de reprendre la conversation, laissant à Ombrefeu quelques morceaux de viande qu'elle dégusta avec appétit.

"Vous n'avez pas à vous inquiéter alors... Je ne suis pas un très bon ami de ces fous moi non plus. J'essaie tant bien que mal de les sortirs de mes terres en évitant de faire couler le sang... Même si je pense que la diplomatie est vaine avec eux."

Dans la taverne, une barde entamait une mélodie d'une grande beauté et un chant d'une incroyable sensibilité. Je l'écoutai un instant en buvant à petite gorgées ma chope avant de reprendre.


"Une sacrée femme, votre Enac d'après son histoire. Je suis heureux de ne pas vivre à son époque... Les guerres... Je n'en ai pas vécu, mais je n'y tiens vraiment pas. J'ai déjà eu à me battre et tuer, mais à si grande échelle ?... Vivre en ermite est pas si mauvaise idée finalement." Je gloussais.

Je me souvins de sa question, alors je fis un grand sourire et gardais une main sur la tête d'Ombrefeu avant de m'expliquer avec joie.

"Eh bien, je serais tenté de vous dire que je suis née dans un arbre de l'amour d'une drek et d'un aracnor mais ce serait une fable, j'imagine que beaucoup qui me connaisse finiront par faire croire à cette version. Non, je suis un orphelin, Awilda, ma mère drek ma recueillis dans la forêt peu après la mort de mes deux parents... Plusieurs années plus tard un aracnor, Didiorkar, est venu et à pris la place paternel dans mon coeur. Il est mort il y a quelques années maintenant, ma mère veille maintenant sur ma nouvelle demeure plus au sud de Kail... J'ignore tout de ma famille de sang, même leurs noms. Boisdefer est le nom que les drek de la forêt ont finis par me donner, je ne me souvenais que de mon prénom."

Je finis ma chope et volais à cette chipie d'Ombrefeu la dernière bouchée de viande lui chatouillant le flanc pour me venger de sa gourmandise et attaquais les patates après avoir demandé à ma compagne.

"Je suis sûr que vous avez dû entendre bien plus étrange historie que la mienne non? Sans vouloir être indiscret... Est-ce que votre famille à vous est noble non?" Je lui demandais jovial..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 15:55
La renarde se régalait du plat de Grégoire pendant que ce dernier me parlait. Il m’expliqua être, tout comme moi, orphelin. Il avait été recueilli par une drek puis éduqué par un aracnor. Une histoire intéressante et un peu hors du commun. Puis fin la tragédie, il me questionna sur mon ascendance. Je soupirais tristement, baissant les yeux. Je passais une main sur mon cou où autrefois il y avait le collier de mon asservissement. Je relevais la tête après avoir fini mon assiette dans un silence royal. Je regardais Grégoire dans les yeux et, dépitée, je fini par dire :

Je n’ai pas connaissance du nom de mon père et ma mère… avait d’autres occupations. Je suis en quelques sortes orpheline aussi. J’ai été ramassé à Kaïl par un marchand d’esclave alors que j’étais une enfant. J’ai été vendu à une soldate de la Principauté qui n’était pas méchante, elle m’enseigna même le combat. Je fus confiée à sa mère lorsqu’elle mourut sur le champ de bataille. La mère de ma maîtresse s’attendrit devant moi et finit par me rendre ma liberté puis m’adopta tout en m’anoblissant.

Je jouais nerveusement avec mes mains, un peu gênée de raconter que j’avais été esclave jadis. Je ne révélais pas l’identité de ma mère biologique jugeant cela inutile. Après tout, Thaä n’était pas n’importe quelle Divinité.

Ainsi une drek vous a éduqué… C’est assez amusant, non ?

Dis-je pour détendre l’atmosphère pendant que le barde jouait autre chose.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Fév - 22:02

Je remarquais vote les petites manies nerveuses de la jeune femme et m'en voulus de l'avoir à ce point amené à se rappeler les plus noirs de ses souvenirs. Je me relevais et poussais ma chaise à côté de la sienne en posant une main sur son épaule.

"Je suis vraiment navré... je ne voulais pas vous amener à vous rappeler vous mauvais souvenirs..."

Je souriais, amusant? Oui dans un sens... Je repris ma chope et la finis après avoir poqué sa chope.

"Vous savez une drek n'a aucunes idée des conventions social des autres arcaélliens... j'ai appris parfois presque de manière des plus gênantes les choses normales dans la vie surtout pour un petit garçon, alors oui après coup c'est vrai que je trouve ca très amusant." Un épisode me revint en mémoire et pour la faire sourire je décidais de la partager.

"Une fois étant enfant je lui ai demandé comment naisse les bébé... Vous imaginé sa gêne? Surtotu que je ne comprenais pas comment un bébé comme moi pouvait tenir dans le ventre d'une drek, elle à dû m'expliquer plusieurs fois parcequ'à l'époque je ne comprenais pas que je n'étais pas comme ma mère mais un humain."

Je riais, l'alcool aidait surement mais pour une fois je ne revivais pas un passage triste de mon existence mais un plus plaisant épisode de ma vie.
Je riait encore quand une chope me frappait derrière la tête, suffisamment fort pour me cogner contre la table mais pas assez pour me blesser sérieusement. Je me relevais pour me tourner, adoptant intentionnellement un regard et une posture plus bestiale.

Je vis deux hommes me regarder avec colère et ivresse, vêtu de manteaux de cuirs et d'un arc posé près de leurs tables, une dague dans les mains. L'un d'eux parlait avec une voix grave et menaçante.


"Toi... Je reconnais bie nle visage que m'a décrit mon frère avant de nous quitter... Tu rit et tu flirte avec les belle dame... Meurtrier!" Crahait il, la haine envahissant ses yeux verts.


"Va falloir être plus précis sir" Je lui rétorquais dans un sourire.


"La forêt au nord de kail sa te dit rien.... Sauvageon!" Rugit il en crachant au sol.

Moi qui passais une merveilleuse soirée elle changea radicalement... Je me souviens lui avoir dit que si il tenait tant que ça à rejoindre so nchie nde frère il n'avait qu'à avancé. Il y a eu des cris de rage , des mouvements rapide brusque, une cuisante douleur à ma hanche gauche, l'odeur cuivrée du sang et son gout dans ma bouche puis deux bruti sourd.

Quand je suis revenu à moi mon bras droit n'était plus qu'une armature de bois de fer prête à s'abattre sur le crâne de l'homme à terre et en sang, une douleur au mollet me ramenais à moi. Ombrefeu m'avait mordu pour me retenir... Les gens me regardaient comme un monstre, plusieurs chaises et tables étaient brisé...

J'ai dissous mon sort avant de prendre précipitamment mes effets sur la table et de laissé de l'argent pour les dégâts à l'aubergiste puis j'ai quitté l'établissement. j'ai marché en boitant dans la nuit le long des quais, je ne faisais plus attention, j'ai finis par m'adosser à un pilier de bois près d'un immense navire à trois mat. j'étais caché dans les ombres avec Ombrefeu... Je devais me guérir ... Mais là je n'arrivais pas à repousser ma tristesse qui revenait au galop dans mon coeur.s..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Fév - 20:34
Il s’excusa de m’avoir fait replonger dans d’affreux souvenirs. Puis, je ne compris pas bien, il changea et attaqua un arcaëllien. Surprise de sa violence soudaine, je me fis toute petite dans mon coin, apeurée. Que lui arrivait-il ? Puis il reprit ses esprits, déposa une bourse bien ronde sur la table et s’en alla sans me dire au revoir. Intriguée, je le suivis à bonne distance. Je ne tenais pas à me faire embrocher par ce fou furieux. Il s’arrêta, s’adossant. Je restais un instant dans la pénombre de la nuit et l’observais sans rien dire. Il semblait triste ce qui me surpris. Une patrouille passa non loin de lui sans même le regarder. Les soldats discutaient entre eux de façon bruyante. Je quittais les gardes du regard et revins à Grégoire. A pas de souris, je m’approchais de lui dans un silence étouffant. Je posais délicatement une main sur son épaule gauche et lui demandais s’il allait mieux. Je soupirais, bien sûr que non… Il fallait lui trouver un soigneur et, par chance, il y en avait une pas loin. Une tahora du nom de Mélÿ’Han. Elle était âgée de cent-cinquante-six ans mais était la meilleur dans son domaine. Je proposais à Grégoire de nous y rendre lui indiquant qu’elle était à une dizaine de pas. Je soupirais encore une fois, il me faisait peur maintenant mais je le cachais plutôt bien. Je fis apparaître un chien afin qu’il nous protège en cas d’attaque. Un beau chien-loup gris aux yeux jaunes. J’invitais l’humain à s’appuyer sur moi afin de faire la route. Je jetais un œil à sa renarde qui semblait tout aussi inquiète que moi. Je gémis de dépit. Il fallais vraiment qu’on se mette en route avant que les lascars de l’auberge retrouvent Grégoire et lui fassent sa fête.

Allez, viens Grégoire, tu ne peux pas rester comme ça…

Dis-je d’une voix suppliante. Mais il semblait bien loin complètement ailleurs. Une énième fois je soupirais. Allais-je devoir lui mettre une gifle pour qu’il reprenne ses esprits ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Fév - 21:58

J'avais du mal à réfléchir, mon esprit embrumé par les souvenirs sombre, l'alcool ou encore là la douleur. Combien de temps je suis resté là ? Je devais soigner ma blessure... Qui est là ? Dame Sëya?
La nuit était fraîche et je l'entendais me parler. J'ai commencé à me relever... Lentement en grognant, une main plaquée sur ma plaie à la hanche.

"Je vais vous suivre... Mais vous devez me laisser après ça... Je ne vous apporte que des problèmes." Je lui dis avec une voix monotone.

J'ai marché lentement avec elle, me tenant sur ma lance de Boisdefer, le vent frais de la nuit était bienvenu sur mon visage... Nous sommes arrivés à une maison de briques et de bois un peu rustique, une lanterne brillait encore derrière les vitres et laissait voir une silhouette au-dessus de lits occupé par d'autres silhouettes.


"J'imagine que c'est là... Mély'Hanne?" Je soufflais à bout de souffle..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Fév - 16:26
Nous marchâmes dans la nuit jusque chez la soigneuse. Une fois arrivés je frappais à la porte et Mélÿ’Han ouvrit. Elle demanda ce que c’était. Je ne dis rien me contentant de montrer l’humain. Elle le prit en charge et je partie vers ma chambre sans dire au revoir à Grégoire. Il m’avait énervé. Il m’avait ordonné de le laisser une fois arrivé à destination et j’exécutais comme une sombre idiote. J’arrivais à l’auberge où je dormais et entrais sans dire un mot. Le patron me regarda, un peu surpris. Je montais les quelques marches qui me conduisait à ma chambre, suivit par le chien. Je claquais des doigts une fois dans ma chambre et l’animal disparut. Je commençais à me déshabiller avec une certaine lenteur puis me jetais sur le lit aux draps propre sentant la jacinthe. Me mettant sur le dos, je croisais les bras derrière ma tête et observais le plafond. Il avait changé de personnalité si rapidement… Etait-il un fils de Kaliqua ou d’Özan pour ainsi changer de visage ? Non, j’aurais ressenti quelque chose, comme avec Leylane. Oui, j’avais compris peu de temps après ma rencontre avec la semi-elfe qu’elle était une demi-divinité, comme moi.

Mère, pourquoi les arcaëlliens sont-ils si changeant ?

Demandais-je au mur. Thaä n’allait pas me répondre, il ne fallait pas espérer. Mon regard se perdit dans le vide un instant lorsqu’on frappa à ma porte. J’invitais la personne à entrer. C’était Märy. La femme du tenancier. Elle me regarda tristement et m’annonça qu’elle voyait que je n’allais pas bien. Je lui expliquais ma rencontre et le changement de l’humain. Elle soupira disant que bien des arcaëlliens étaient en réalité des monstres. Elle déposa un baiser sur mon front et m’invita à dormir. Elle quitta la chambre et je fermais les yeux me laissant glisser vers le pays des rêves.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Fév - 22:12

J'ai laissé la femme s'occuper de moi, elle est très douce malgré son regard sévère sur ma blessure. Je lui ai fait un sourire en tentant d'expliquer le pourquoi de la blessure, mais elle m'a regardé de manière si froide que je n'ai plus dit un mot en attendant...

Je me suis reposé en regardant par la fenêtre les étoiles qui ornaient majestueusement le ciel. Pauvre dame Sëya, j'ai dû lui faire vraiment peur, je devrais lui présenter des excuses... Ombrefeu dormait sur mon ventre guéri par la Tahora. Je sentais que le sommeil me prenait progressivement, je ne luttais pas jusqu'à ce que j'entende un bruit...

Un bruit de verre brisé, un son sourd... Des bottes. Je me suis redressé en retenant un grognement alors que ma renarde sautait au sol en reniflant l'air ambiant. Ma lance dans la main droite et la dague dans la gauche, j'ai progressé arqué sur mes jambes dans l'immense pièce du rez de chausser pleine de lit occupé par divers malades. En atteignant la cuisine au fond nord de la pièce, j'ai entendus des voix, deux...  parle pas dans une langues communes. Mon corps est resté figé... Deux immenses êtres à l'allure redoutable qui se sont tournés vers moi et fixé de leurs yeux rouges. J'ai senti une colère s'emparer de moi, comme si... J'étais un ennemi viscéral de ses êtres.

Ils ont commencé à sourire, l'un d'eux est parti sans aucune autre considération vers l'étage alors que l'autre avançait vers moi la dague à la main dans sa grande cape brune. Deux têtes de plus... Deux fois plus fort... Deux fois plus arrogant !

J'ai fait une feinte de la lance vers son Coeur qu'il a paré en attrapant l'arme en gloussant mais avant même que son sourire ne s'élargisse plus ma dague à filé droit vers son entre-jambe et il a poussé un long gémissement de douleur, alors qu'il a relâché son étreinte sur mon arme, j'ai fait un pas en avant et pousser en grognant en sentant la pointe s'enfoncer dans son cœur et voyant la vie quitter ses yeux rouges.

J'ai couru à l'étage alors que mes bras se couvraient d'une écorce de fer, j'ai abandonné la discrétion et foncé vers la chambre de la guérisseuse quand j'ai vu l'autre être me faire face avec une hache ensanglantée... J'ai stoppé ma course et lancé ma lance qu'il dévia de sa hache, puis j'ai projeté des pieux de bois vers lui en une série de mouvement rapide mais inefficace face à la capacité martial de l'être. Il a attaqué alors de sa hache avec brutalité et m'a forcé à la retraite en parant de mes gantelets de bois de fer, jusqu'à ce que j'arrive à bloquer ses poignets alors que son arme approchait de mon cou... Il souriait de son prochain repas jusqu'à ce qu'il sente mes racines parasites courir sous sa peau, prendre l'énergie de ses muscles... Il hurla de douleur, essayait de se détacher et voyant qu'il n'y parvenait pas, il hurla de peur quand les racines arrivèrent à ses yeux s'enfonçant dans son cerveau aspirant la moindre parcelle d'énergie pour la stocker dans une nouvelle capsule végétale.

J'ai rejeté le cadavre et foncé vers le guérisseur blessé, mais pas mourant qui saignait d'une plaie à la hanche.

"Va chercher la fille... Vite..." Dit-elle simplement.

Je ne connais qu'une seule fille ici... J'ai couru à nouveau, dévaler les marches en récupérant ma dague et mon arc en ébène, j'ai réussi à retrouver le chemin de l'auberge facilement, on voyait mes traces de sang au sol et Ombrefeu me suivait comme une petite boule de feu. J'ai vu de loin la porte de l'auberge brisé et m'y suis engouffré en bandant dans un geste souple et rapide mon arc.

Trois individus, quelles races ? Pas le temps.... J'ai lâché le premier projectile droit dans le dos du premier des individus aux armes en évidence, je pouvais voir une silhouette féminine reconnaissable face à eux....
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Expérience : 255

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Kahn
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Port-