Votre mission, et vous allez l'accepter [feat. Lilith]

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Prisons :: Caserne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 30 Jan - 15:28


Recrutement


Feat Lilith

Yria était déjà sur le chemin d’Hytraz, capitale des Cités Blanches, lorsqu’elle reçut le message de la reine qui la sommait de venir se présenter au château. A priori la reine lui avait trouvé une nouvelle recrue qui était aussi une traitresse en quête de repentance. Cela la fit sourire, après tout elle fut elle même une ennemis des rebelles qui s’opposaient au règne de Morloc, l’empereur dieu, avant de rencontrer l’enac. Mais c’était il y a deux siècle, aujourd’hui tout ces guerriers de la liberté avait donné naissance à la population du Royaume Tahora’Han et l’élue des dieux était entré dans les mémoires comme une héroïne. Pour notre elfe pourtant elle resterait toujours cette jeune Tahora à la recherche d’elle même devant le soleil levant sur cette colline, un lendemain de bataille.

Elle arriva en ville deux jours après avoir reçu le message et s’était immédiatement présenté au château. Elle devait parler à la reine de son arc, du démon à l’intérieur qui hantait ses nuits et des grand pouvoirs de destruction qu’il possédait. Mais cela attendrait malheureusement, elle prendrait d’abord le temps de rencontrer la xen dont il était question dans le message. Elle se demanda des informations à son propos à celui qui était censé la guider jusqu’a sa recrue. Son nom était Lilith, elle avait été nommé membre de l’armée royale suite à un service rendue mais quelques jours auparavant elle avait avoué être une espionne Vaïbaïen qui désirait désormais servir le royaume. Le nom des armes vivantes de Morloc lui arracha un air de dégout non dissimulé.

« De mauvais souvenirs, elfe ? »

« De très mauvais souvenirs… » Répondit-elle assez bas pour que le serviteur ne l’entende pas.

Le tahora la guida jusqu’a le terrain d’entrainement de la caserne de la ville ou le rendez vous avait été fixé. La xen ne pouvait être absente ou elle serait reconnue comme ennemie publique du royaume en plus d’avoir fait perdre son temps à Yria. Le serviteur lui remit aussi un manuscrit, il ne savait pas ce qu’il contenait mais la reine en personne lui avait demandé de remettre ce document à la chasseuse qui se présenterait pour la Xen. Yria remercia l’arcaëllien puis s’avança sur le terrain nu, le soleil était haut dans le ciel et la chaleur était étouffante. L’absence d’ombre était là pour éprouver les soldats s’entrainant, Yria ne le savait que trop bien. Elle balaya la scène du regard et elle la vit, la xen se trouvait sur le lieu de rendez vous. Là ou elle avait l’habitude de partager du temps avec ses anciens camarades certainement. Camarades qui devait la regarder avec méfiance désormais.

« Approche Xen. Je suis Yria Mal’Zeth, la chasseuse d’Hayert’Väal chargée de juger à quel point tu pourras nous être utile. »

Elle décrocha son fourreau de sa hanche et le déposa sur le sol ou il fut rapidement rejoint par le carquois et l’arc maudit toujours recouvert par du tissus crasseux. Yria laissa son regard dériver à la recherche d’une autre âme, elle trouva son bonheur. Un humain venait à son tour de rentrer sur le terrain.

« Et toi ! Pourrais-tu me dire ou se trouvent les armes d’entrainement ? »

Le jeune homme, qui semblait un peu intimidé par l’elfe aux yeux flamboyant se contenta de pointer une caisse  isolé dans un coin du terrain. Yria le remercia d’un regard puis alla chercher deux épées d’entrainements, des lames brutes, incapable de couper de l’eau et mal équilibré. Exactement ce qu’il faut pour apprendre au nouveau à tenir une épée. En plus la poignée irrégulière fait rapidement apparaitre des cloques douloureuses. La vie de soldat n’est pas la plus enviable. L’elfe fit quelques moulinet avec les armes avant d’en envoyer une à la xen.

« Lilith, c’est bien ça ? Sais-tu pourquoi on m’a demandé pour t’initier et pas un autre chasseur ? »

Elle se mit en garde dans une position sobre avant d’inviter du bout de sa lame la Xen à l’attaquer. La discussion se déroulera au milieu du son des lames de fer qui s’entrechoquent.

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Jan - 16:48
J’avais reçu un message me conviant au terrain d’entraînement où je devais retrouver la fameuse Yria. Quelque peu inquiète du jugement de cette inconnue, je m’y étais rendu tous les jours pendant trois jours et enfin, elle parut devant moi. Elle déposa ses armes et, alors qu’un ancien collègue pénétrait la zone, elle le héla. Je compris que tout allait se jouer lors d’un duel. Sous la forte chaleur, je n’étais pas dérangeais plus que ça, après tout j’étais, à la base, une arme de Morloc. Je m’étais approchais lorsqu’elle l’avait demandée sans dire un mot, j’étais bien trop intimidée par ses beaux yeux flamboyants. Elle me posa deux questions avant de se mettre en garde. Je l’imitais sans trop attendre, me battre était une seconde nature.

Lilith est mon prénom en effet, Ma Dame. J’ai… J’ai été choisi pour racheter ma faute.

Je commençais à ancrer mes pieds dans le sol, sous pesant l’épée. Les armes d’entraînement n’étaient pas les meilleures pour combattre, en fait elles ne pouvaient même pas blesser. Enfin, elles faisaient de belles ecchymoses. Mon regard se planta dans celui d’Yria. Elle devait sentir mon intimidation. Mais, je fus la première à attaquer. Je resongeais à Yakan m’enseignant les parades et les coups mortels. Tenant fermement l’épée à deux mains, je compris que ça n’allait pas être une partie de plaisir. Une vive douleur me parcourut alors, celle de la honte. Je trahissais mon « père ». Je méritais la mort. Mon front se mit à suinter.

Je suis une traîtresse.

Murmurais-je pour moi-même. La colère m’envahit alors et je ne contrôlais plus mes gestes. J’attaquais sans réfléchir, furieuse et blessée. Il m’avait sauvé la vie et comment le remerciais-je ? En mettant en doute son éducation, ma religion et mon allégeance. Il allait me haïr et j’allais être poursuivi. Ma tête serait mise à prix. Comment osais-je défier les lois de mon peuple ? J’attaquais avec ferveur. Comment osais-je défier l’ordre établi depuis plus de deux-cent ans ? Je parais. Qui étais-je pour tout remettre en question ? Je roulais sur le côté. Qui étais-je au fond tout simplement.

Jugez-moi ou tuez-moi !

Lançais-je folle de colère à Yria. Je n’étais même pas adulte selon les dogmes de la vie. Je n’étais plus rien. Juste un bout de viande donné aux Pouzans.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 1:30


Recrutement


Feat Lilith

Pour Yria, la scène qui se déroulait sous ses yeux était familière. Se retrouver ainsi devant une arcaëllienne sortant à peine de l’enfance qui changeait brutalement d’avis, de vision du monde. Et malheureusement, pour le plus grand déplaisir de notre elfe elle devait de nouveau gérer la crise d’adolescence d’une gamine endoctriné et forgé comme une arme toute sa vie. Les dieux s’amusaient-ils avec sa vie et ses rencontres ? Parce que lorsque Lilith se lança à l’attaque comme une bête sauvage, Yria eut l’impression de faire face à l’Enac se fameux jour. La chasseuse pouvait sentir que la Xen savait se battre comme ou lui avait appris à le faire toute sa vie, mais cette éruption de sentiment obscurcissait son esprit et altéré son talent à l’épée.

Certes ce fut presque amusant, surtout pour Yämëy, de repousser presque négligemment les attaques de l’arcaëllienne qui se battait avec elle même et qui demandait presque à genou à Yria de mettre fin à ses jours. Mais rapidement cette situation agaça l’elfe alors en accélérant un peu la vitesse de ses mouvements elle contra le violent coup de la xen avant de lui enfoncer son genou dans le ventre et la laissa tomber au sol pour mieux la toiser d’un air sévère.

« Ressaisis toi gamine ! Le simple fait que tu as pensé une seule seconde à trahir les tiens montre que tu es un échec en tant qu’arme vivante de Morloc. Mais c’est parce que tu as choisi de dévoiler à la reine ta vrai nature que tu as gagné le droit de vivre comme n’importe quel arcaëllienne. Alors maintenant si tu n’est plus sur de ton choix dis le moi et je mettrai fin à tes jours. »

Avec les pouvoirs de Yämëy ôter la vie d’une pathétique fillette qui ne demande que ça ne lui prendrai qu’une vingtaine de seconde et lui garantirait une bonne nuit de sommeille. Mais ce serait une perte pour les chasseurs car il était clair pour Yria que cette arcaëllienne savait bien se battre, très bien même. Malheureusement rien ne peut l’obliger à se battre si l’envie de vivre la quittait et mieux valait qu’elle soit morte plutôt qu’elle retourne vers les siens.

« Donc maintenant tu va prendre cette épée, tu va me montrer ce que tu sais faire et après tu va te battre pour ta vie comme on le fait tous et pas pour un empereur tyrannique mort il y a deux cents ans. DEBOUT. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 9:30
Le genou d’Yria percuta avec force mon ventre. Tombant à genou, le souffle court, mes idées se remirent en place. L’elfe, me regardant sévèrement, me parla froidement. Mon passé me revint en pleine face comme une gifle. Je n’étais rien pour le moment, mais je pouvais devenir quelqu’un. Quelqu’un de bien. Mon regard se perdit un instant dans le noir tant j’avais du mal à respirer. Lorsqu’elle m’ordonna de prendre mon épée, j’obtempérais sans rien dire. M’appuyant sur le plat de la main gauche, je me relevais. J’ignorais tout de la vie. J’ignorais même si je faisais le bon choix. Mais j’avais pris une décision. Me mettant en garde, ancrant mes pieds dans le sol, je regardais Yria. Quel était son passé ? Pourquoi était-elle si froide. J’attaquais avec ferveur et détermination. L’épée n’était pas mon arme de prédilection, j’étais plus pour la lance. Je songeais à me transformer mais n’en fit rien.

Je suis un sujet du Royaume désormais.

Murmurais-je comme pour m’en convaincre. J’attaquais, parais, roulais. Je ne voulais pas avoir de bleus. J’étais née pour me battre, pour défendre quelque chose. Morloc n’était qu’un esprit errant, pas un Dieu. Je devais assimiler cela. Je parais en brandissant mon épée au-dessus de ma tête. Yria était plus grande que moi. Ma jambe s’allongea et rencontra… L’air. J’avais voulu donner un coup de pied à l’elfe mais elle esquiva. La rage ne devait pas être mon moteur. Faisant la paix en moi, je baissais la tête. Trop de questions se bousculaient dans mon esprit. Des questions qui avaient un sens mais pas de réponses. Je roulais sur le côté droit et me relevais d’un bond afin de parer une attaque.

Qu’allez-vous faire de moi si j’échoue à votre test ?

Demandais-je à Yria comme si de rien était.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 16:21


Recrutement


Feat Lilith

Même si elle n’en montrait rien Yria était satisfaite de l’effet qu’avait produit son exhortation. Après quelques secondes à rester sur le sol en train de rattraper son souffle Lilith s’était relevée. Bien. Derrière son masque inexpressif l’elfe la félicitait car en plus d’avoir prouvé son envie de vivre elle venait de faire enrager Yämëy qui voyait en cette petite chose fragile une proie facile. On pourrait penser que pour un démon tel que lui tous les mortels étaient de petites choses fragile mais il parvenait à faire la différence. Il ne savait tout simplement pas comment les armes vivantes de Morloc étaient élevées, endoctrinées, même si l’art et la manière d’élever les vaïbaïen devait avoir beaucoup évolué. Après tout c’était la première fois en deux cents ans qu’elle en voyait une, même imparfaite.

Lilith s’était réveillée et les échanges étaient devenus tout de suite beaucoup plus intéressant. La xen attaquait avec force et avait des réflexes presque félins mais pourtant Yria se sentait toujours à l’aise. En fait, le combat, celui ou l’on affronte un adversaire en duel, était devenue une grande passion même si sa vie n’était pas en jeu. Mais ce n’était pas de cette façon qu’elle entendait être à l’aise, Yria avait l’impression que Lilith maniait étrangement son épée. Certes elle bougeait beaucoup et avait un jeu de jambe quelque peu excessif pour lame de ce calibre mais elle tentait beaucoup d’attaque à une distance parfois incongrue. Comme si les réflexes d’une autre arme prenaient le dessus sur son maniement de l’épée. L’elfe était soulagée d’affronter cette vaïbaïen sans son arme de prédilection, elle aurait été dans un bien mauvaise position autrement.

« Ce n’est pas un test que tu peux rater Lilith, je juge simplement ta force. Tu es une chasseuse d’Hayert’Väal désormais et tu comprendra rapidement que tu n’es pas la seule à être une paria. »

Lilith avait parlé naturellement et maniant son arme et Yria en avait fait autant après avoir avoir porté un coup de taille qui fit vibrer le métal des armes. Contrairement à la xen, l’elfe maniait son épée d’une main unique et elle compensait en technique la force sauvage de Lilith. Mais à dire vrai ce combat allait plus loin qu’un simple examen du niveau de sa nouvelle recrue. Si Lilith était une vaïbaïen raté qui avait finie par trahir les siens Yria voulait savoir à quoi s’attendre si jamais elle devait rencontrer d’autres armes vivantes. Et pour le moment elle n’aimait pas ce qu’elle voyait.

« Chez les chasseurs il y a quelques règles qu’il faut respecter. On ne ment pas, ni à ses compagnon ni à ses supérieurs. Tout repose sur la confiance, mentir c’est briser cette confiance. »

Yria quitta sa position défensive qu’elle gardait depuis le début pour mieux comprendre Lilith, ses mouvement commencèrent à se faire plus menaçant. Elle accélérait le rythme pour voir jusqu’ou Lilith pourrait suivre même si désormais elle ne doutait plus de ses capacités guerrières.

« On ne force pas un frère d’arme à révéler son passé, certain d’entre nous ont été des monstres, bien plus meurtriers que tu ne le seras jamais. Aujourd’hui ce sont des chasseurs et c’est tout ce qui compte. »

Yria enfonça légèrement le bout de son épée dans le sol poussiéreux avant d’enfin poser sa main couverte de bandage sur la poignée. Usant de ses deux bras comme d’un levier elle souleva un nuage de poussière qui devait directement partir en direction des yeux de la jeune arcaëllienne. Une fois le nuage quasi opaque entre les deux combattantes Yria lança son arme à l’assaut des jambes de la xen.

« Il y a de nombreuses autre règles mais tu auras tout le temps de les lires lorsque tu signeras la paperasse. As tu des question à me poser ? Je répondrai à toutes tes interrogations. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 16:50
Apparemment ce test n’était pas l’un de ceux où l’on peut échouer, c’était plus un moyen de voir mes compétence je pense. Le mensonge était à bannir de ma bouche dans ce groupe, je n’étais pas forcément une menteuse mais c’était bon à savoir. La confiance était la base des chasseurs. Fort bien, je leur ferais confiance dans ce cas. Mais ce ne serait pas pour autant ma nouvelle famille. Si tant soit est que j’ai eu un jour une famille. Un bref instant je vis un visage de petite fille hurlant de ne pas m’abandonner. Surprise, je reculais. Ce qui me soulagea c’est que je n’avais pas à révéler mon passé tumultueux. Yria m’envoya un nuage de sable dans les yeux, j’eus à peine le temps de reculer et de mettre mon bras droit devant mon visage. Cela m’empêcha de voir l’épée attaquer ma jambe gauche. Je tombais lourdement sur le sol dans un bruit mât. Elle me demanda alors si j’avais des questions. Bien sûr, j’en avais mais je ne savais par laquelle commencer. Mais l’une d’elle sembla essentielle :

Qui donne les ordres ?

Je me relevais avec la souplesse d’un chat. La poussière retombait au sol et je pus voir mon adversaire en position d’attaque. Elle changeait de tactique. Je me mis en position de défense. Prête à parer chaque coup. Ma lance me manquait fortement sur l’instant. Mais je devais faire avec ce que j’avais. Je boitais légèrement, le coup porté allait me donner un bel hématome. Tournant autour de mon adversaire tel un lion autour de sa proie, j’attendis qu’elle attaque. Un souvenir surgit alors de nulle part.

Yakan me regardait, j’étais à terre, cherchant mon souffle. Il me parlait d’honneur et de devoirs.

Prise au dépourvu, je ne fis plus attention à Yria. Honneur et devoirs ? En qui devais-je les mettre maintenant ? En cette arcaëllienne au tempérament aussi froid que la glace ? Je revins à moi, j’étais au sol, le souffle court. Une flèche avait percé mon épaule gauche. Je m’assis en pestant, oubliant l’elfe. Je cherchais l’origine de cette attaque. Je vis un ancien comparse sur le toit de la zone d’entraînement. Un xen qui se transforma en oiseau et disparut dans le ciel. Je brisais l’arme qui me faisait souffrir. Retenant ma respiration, j’ôtais les deux partis de la flèche en serrant les dents. Ça avait commencé. Ma tête était mise à prix. Ma trahison était déjà arrivée aux oreilles de Fannÿ.

Sale garce…

Grognais-je en me tenant l’épaule et en me remettant en position de combat comme si de rien été.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 17:49


Recrutement


Feat Lilith

Yria était froide. Yria était là pour évaluer Lilith. Yria la considérait encore comme une vaïbaïen. Oui tout cela était vrai, mais Yria n’était pas un monstre sans coeur pour autant. En voyant que son attaque avait touché sa cible efficacement elle allait modérer ses assauts. Elle n’était pas là pour maltraiter cette xen à cause de son passé et encore moins pour se faire détester de sa nouvelle recrue. Peut être allait-elle garder de l’elfe l’image d’un être froid et insensible mais elle apprendrait que même dans la glace on peut trouver des nuances. Yria ne pouvait s’ouvrir à la xen comme elle le faisait avec ses compagnon chasseurs de longues date.

Elle posa la pointe de son épée sur le sol le temps de répondre à la question de Lilith. Une question simple, courte, mais qui montrait bien à quel point elle avait été forgé pour être une soldat. N’importe quel soldat a besoin d’ordre pour agir, bien des batailles se sont terminés tragiquement car les soldats restaient immobiles en attendant les ordres de leur supérieurs pétrifiés par l’effrois.

« L’organisation des chasseurs, pour les grades, est assez proches de celle de l’armée royale a la différence près que les haut gradé le sont pour leur mérite. L’ancienneté ne garantie rien même si elle aide. Je ne sais pas encore qui t’auras à sa charge. » puis elle s’ajouta pour elle même « J’espère seulement pour toi que ce ne sera pas Kurk… »

Yria resta immobile en voyant le Lilith se perdre dans le vague, comme dit plus haut ce n’étais pas un monstre. Tout à l’heure elle l’avait brusqué car c’était nécessaire pour qu’elle ne se mette pas à pleurer et à demander à ce que l’on mette fin à sa vie mais ce n’était plus le cas. Sa vie était en train de changer radicalement et rien ne pouvait l’empêcher d’errer entre ses souvenirs jusqu’au moment ou elle se trouvera de nouveau repères. Intérieurement l’elfe espérait que les chasseurs lui en donnerait au moins un.

De cette journée cependant, Yria se reprochera toujours d’avoir baissé sa garde. Si elle avait gardé son état d’esprit calme et indifférent et qu’elle ne s’était pas interrogé sur le passé de la xen elle aurait vu la flèche plus tôt. Elle aurait remarqué le xen plus tôt et peut être aurait-elle pu prévenir un arcaëllien volant pour qu’il s’élance à sa poursuite et le capture. Mais non, elle ne remarqua la flèche qu’au moment ou elle se plantait dans l’épaule de Lilith. Elle ne remarqua l’archer et ne se mit à courir vers son arc que lors de cet instant ou l’on admire les dégâts que l’on a causé. Elle n’arriva à saisir Yämëy qu’au moment ou la métamorphose s’achevait. La flèche n’était encochée que lorsque l’oiseau de proie avait déjà battu ses ailes par trois fois.

Non, sa vie ne serait pas sauve.

« Brûle Yämëy. »

« Avec plaisir Yria. »

L’arc s’enflamma alors que les doigts de l’elfe relâchait leur emprise sur la corde, naissant au centre de la ramure avant de se propager sur tout le bois, brulant sur son passage le drap qui le recouvrait. Le feu continuait sa course folle le long de l’arme avant de se prolonger sur le bras bandé d’Yria, consumant le tissu et révélant la marque du démon sur le corps de sa propriétaire. La flèche, même en ayant été décoché rapidement avait profité de l’apparition du feu pour prendre de la vitesse et fila à toute allure, s’embrasant à son tour, en direction de l’oiseau de proie. Le xen avait beau revêtir l’aspect d’un maitre des airs il n’était qu’au début de son vol et sa vitesse était loin d’être maximale, la flèche s’approchait comme la conclusion tragique inévitable qui frappe tous les assassins.

Yria baissa l’arc, le bras toujours flamboyant du pouvoir de l’arme d’özan. Elle sentait la pression imposée par la soif de sang sauvage du démon, elle sentait son exaltation au fur et à mesure que la flèche traversait l’air. Elle sentit son explosion de joie lorsque la flèche rata de quelques centimètres à peine sa cible. Quelques centimètres lui était bien suffisant pour dévorer un arcaëllien et durant le court instant ou le projectile frôla le plumage de l’archer, ce court instant ou le xen se senti libéré d’un grand poids, croyant avoir évité le pire, les flammes qui entourait la flèche s’étendirent comme des tentacules de mort.

Yria garda le silence, l’assassin avait beau être loin elle pouvait entendre Yämëy se régaler de sa chair et de son âme. Une fois le festin fini le démon remercia l’elfe avant de retourner dans les profondeurs de sa prison. Les flammes disparurent doucement, ne laissant comme trace que la manche brulé de la chasseuse et l’éternelle brulure qui arborait son bras. Elle reposa l’arme sur le sol puis se retourna vers Lilith afin de vérifier l’état de l’épaule de sa recrue.

« Eh bien, je me demande pourquoi je n’ai pas eut le droit à des adieux aussi poignants il y a deux cent ans. Je suppose que le Premier était trop occupé à tous vous retrouver. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 18:12
Le sang coulait abondamment. La fièvre s’empara de moi en quelques secondes et je chutais lourdement vers le sol. La flèche était empoisonnée. Des veinures noires se formaient autour de la plaie sanglante. Je commençais à étouffer et suffoquer. Tout ce qui sortit de ma bouche fut

Merde !

Mon corps fut pris de violentes convulsions et je me mordis affreusement la langue. Je ne voyais et n’entendais plus rien. Juste les murmures du vent. Par tout ce qui est sacré, allais-je périr de la sorte ? Pour une faute d’inattention ? Mon corps, bougeant dans tous les sens, me semblait inconnu. Lentement mais sûrement, je sombrais vers le néant. Mes yeux, révulsés, ne voyaient plus ce qui se passait autour de moi. J’entendis cependant quelqu’un crier. Mais ce devait être un rêve. Je vis à nouveau la petite fille de trois ans qui me regardait avec inquiétude.

Lilith, tu vas mourir ?
Non, Emmä. J’ai juste très faim.

Emmä ? Qui était-ce ? Ce prénom évoquait tant et si peu. Ma sœur jumelle. Nous étions quatre. Deux garçons, deux filles. Nous sommes trois à avoir été vendus. Qu’étaient-ils devenus ceux de mon sang ? Ma respiration ressemblait à un râle pathétique. La plaie était de moins en moins belle à voir.

NON ! LA LAISSEZ PAS ! LILIIIIITH !
Emmä. Ne m’oublie pas. Chuchota une voix enfantine.

Pourquoi ces souvenirs revenaient me hanter ? Yakan ? Que fait-il là ?

Gamine ? Hé, gamine, tu m’entends ?
Emmä…
Lèves toi petite.
Peux pas...
Je vais te porter alors. Je suis Yakan. Et toi ?
Lilith…

Mon regard se posa sur le jeune arcaëllien qui me souleva. Allais-je mourir si je voyais ainsi mon passé ? Yakan m’emmena sur un bateau. J’arrivais sur une île verdoyante et il me cacha pendant toute mon enfance. Je combats, je tue, je change de forme.

A demi-consciente je sentie mon corps devenir frêle et petit. J’étais devenue chat blanc. Ma respiration s’améliora quelques secondes puis je redevint xen et j’haletais de nouveau.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 19:24


Recrutement


Feat Lilith

Les pas pressées d’Yria devinrent une course alors que Lilith tombait sur le sol et sombrait dans l’inconscience. Les veines qui entouraient sa plaie étaient noire et devenaient plus sombre encore alors que le poison se répandait dans son corps. Yria ne put s’empêcher de repenser à ce fameux jour et à quel point il ressemblait à celui qu’elle vivait aux côtés de Lilith. Encore une fois une jeune arcaëllienne se retrouvait empoisonné par quelqu’un qui en voulait à sa vie et l’elfe devait la sauver. Mais pas de dieux cette fois, pas d’animal multicolore et d’énergie divine à utiliser, uniquement ses propres ressource.

La xen étendue sur le sol avait la respiration rauque et commençait à délirer, parlant, appelant à l’aide, criant, perdue dans l’obscurité. Yria commença à sucer le sang hors de la plaie et à le cracher sur le sol afin d’éliminer le poison du corps de Lilith mais elle arrivait à peine à ralentir sa propagation. Seule il lui était impossible de sauver cette xen. Mais elle n’était pas seule, elle voyait s’approcher avec crainte des deux arcaëlliennes. Il finit par se placer derrière Yria comme si il craignait d’être trop prêt de Lilith, même dans cet état. Laissant son travail salvateur quelques instant l’elfe hurla au soldat.

« Va chercher le maître Äan de la caserne ! Vous devez bien en avoir un pour les blessés ! »

« Mais… mais c’est une traitresse… »

Yria n’en revenait pas. Comment pouvait-on dénigrer celle qui s’était battue à nos côté en si peu de temps. Elle retourna à son travail, aspirant du sang empoisonné puis se retourna, attrapa violemment le bras de l’humain avant de le couper avec ses ongles et de lui cracher le liquide sur la plaie.

« Maintenant toi aussi tu en as besoin, alors va me le chercher ou sinon je te jure par tous les dieux que Gar’Haz aura ton âme avant la tombée de la nuit. »

L’humain détala vers le bâtiment de la caserne et Yria se remit au travail. Le temps sembla s’étirer, elle lutait contre la progression du poison mais elle savait bien que si personne n’intervenait cette xen était condamné. Lilith continuait de parler, de remuer tout en étant inconsciente, appelant à l’aide différent nom. L’elfe les notait silencieusement mais une fois cette rencontre terminée elle les effacerait de son esprit, par respect pour l’histoire de la nouvelle chasseuse.

Finalement le maitre des fluides, un elfe, arriva et l’humain l’accompagnait, le suppliant de s’occuper de son cas en premier. Yria sentait bien que son congénère était très mécontent du comportement du soldat et dire cela était un euphémisme. Il commença à s’occuper du cas de Lilith qui sombra dans une douce inconscience en se transformant en petit félin inoffensif. Ensuite ce fut au tour d’Yria qui avait été longuement en contact avec le poison et enfin il se tourna vers l’humain et le gifla, lui hurlant que son comportement était inacceptable et qu’il pouvait retourner à ses occupations, le poison n’avait même pas pris la peine de se mêler à son sang.

Yria remercia le maitre de äan qui avait l’air bien pale après avoir utilisé autant de fluide, elle lui demanda un ultime service, un morceau de tissu assez grand afin de pouvoir recouvrir son arc. Le soigneur se contenta de lui indiquer ou en trouver avant de se retirer. La chasseuse profita de l’inconscience de Lilith pour s’occuper de Yämëy et lorsque finalement elle quitta les limbes du sommeille l’elfe se tenait à ses côtés.

« De nouveau parmi nous ? C’est une bonne chose. Je me souvenais que les vaïbaïens étaient solide mais pas à ce point. »

hrp:
 

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 19:39
Je sombrais doucement mais sûrement vers une mort certaine. Le poison rongé mon être mais, inconsciemment, je luttais contre ce monstre tueur. Il se matérialisa dans un songe en un tigre très grand qui m’attaquait. Usant de ma lance, je le combattais avec ferveur. Je sentais aussi mon vrai corps, on aspiré le poison de ma plaie. Ce devait être Yria. Je n’avais pas conscience de parler à haute voix voir de hurler. J’appelais ma sœur, désemparée. Emmä, je devais retenir ce prénom. Elle était celle qui me redonnait espoir dans ma lutte. Quelque chose se matérialisa dans mon esprit. Je crue voir deux ailes, une blanche et une noire. Thaä… ? Qu’est-ce que ça voulait bien dire ? Je sentis ma respiration devenir plus régulière, plus apaisée.

Le temps passa et je rêvais de combats épiques. Je pensais même parler à l’Enac. Elle riait de la situation disant des choses que je ne comprenais pas. Le seul mot que je compris fut un nom. Yria. J’ouvris lourdement les paupières et vis l’elfe à mes côtés. Elle parla mais mon esprit n’enregistra pas ses mots. Je portais ma main droite vers mon front moite.

Fannÿ doit être très contrariée…

Dis-je d’une voix rauque et endormie. Je laissais retomber mon bras sur le côté et tentais de me lever. La tête me lancina fortement et je restais au sol. Ils n’auront pas ma peau, pas de cette façon. Je sentis une odeur de chair brûlée. Cela venait de ma blessure. Quelqu’un avait cautérisé la plaie. Fort bien. Maintenant j’allais devoir me remettre de mes émotions. Un nom me revint alors en mémoire : Emmä.

Où est-elle ?

Me demandais-je à haute voix. Son regard et sa présence fourmillaient en moi. Comme un désir charnel inaccompli. Elle était une part de moi. Ma sœur… J’avais une sœur et deux frères. Où étaient-ils ? Qu’était-il advenu d’eux ? Je soupirais de façon lasse.

Dur dur d’avoir une tête mise à prix.

Dis-je en souriant à l’elfe.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Jan - 20:59


Recrutement


Feat Lilith

Lilith semblait presque reprendre vie, elle commença à bouger, scruter les environs comme si elles les découvrait pour la première fois. Elle tenta même de se lever alors qu’elle venait de frôler la mort, mais Yria était là pour l’empêcher de tomber si jamais elle perdait l’équilibre. Cela n’arriva pas, elle pris simplement conscience de son état et retourna au sol. Elle se ne sembla pas avoir compris ou même entendu les paroles d’Yria mais ce n’était pas grave, elle était vivante c’était tout ce qui comptait. Elle prononça une phrase, elle parlait d’une certaine Fanny. Ce n’était pas un nom qu’elle avait prononcé pendant son inconscience et au moment ou elle avait prononcé ce nom elle avait tout sa tête. Etait-ce un nom dont il fallait se rappeler ? Yria n’en savais rien.

Un deuxième question fusa, prononcé cette fois d’une voix bien triste, et même si elle était quasiment sur que ce n’était pas l’objet de la phrase de la xen, l’elfe pensait trouvait important de tenir Lilith au courant de ce qu’il venait de se passer.

« L’archer qui a tiré cette flèche est mort, enfin, il serait plus juste de dire qu’il n’est plus. Mais je suppose qu’au moment ou c’est arrivé le poison commençait déjà à faire effet. »

Elle parlais évidemment du pouvoir de Yämëy et même si la manche détruite et la cicatrice à nue étaient les seules traces de son apparition il était bel et bien passé. Ce pauvre xen n’allait même pas avoir le droit au repos des meurtriers dans le domaine de Gar’Haz, à la place il passerait l’eternité parmi les victimes du démon d’özan. La remarque moqueuse de Lilith réussi à arracher un sourire à l’elfe au visage de glace.

« Oh non, on s’y habitue vite tu verras. » elle regarda Lilith, ce sourire toujours vivace sur son visage « Cette scène m’aura rappeler te nombreux souvenir, mais je dois dire que tu lui ressemble beaucoup dans le rôle de l’adolescente rebelle. A Mélinda, l’Enac je veux dire. »

L’elfe se leva et s’étira pendant de longues secondes, elle aussi venait de retrouver les pleines capacité de son corps, ce soigneur avait fait des miracles. Elle récupéra les épées d’entrainement sur le sol et commença à faire des moulinets avec, Lilith n’était certainement pas apte à reprendre leur petit duel factice. Yria devait donc dépenser un peu son énergie fraichement renouvelée.

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Fév - 8:40
Pour la première fois l’elfe eut un vague sourire. Elle me rassura en disant qu’on s’y habitué. Chouette ! Elle me parla de quelque chose qui me surpris, j’avais un point commun avec l’Enac. Peut-être était-ce pour ça que j’avais vu la tahora. Adolescente rebelle ? Je souris doucement, j’étais au moins ça. Je regardais Yria faire des moulinets avec les épées. Elle avait connu l’Elue des Dieux… Elle devait être d’un âge certain. Je m’appuyais sur mes coudes et me redressais légèrement. Je crus un instant que j’allais vomir mais ça passa. J’étais intriguée.

Comment était-elle ? L’Enac…

Demandais-je à mi-voix. Je me laissais retomber au sol mollement. J’imaginais la guerrière qui avait tué Morloc. J’avais déjà vu des statues d’elle mais elle était adulte. Comment était-elle à l’adolescence ? Elle avait dû, tout comme moi, être éduquée pour combattre. Elle avait risqué sa vie pour libérer tant de gens. Un instant elle devint celle que je voulais être. Forte et déterminée.

Yria ? Comment sait-on la valeur d’un arcaëllien ?

Demandais-je comme si cette question était des plus importantes. Je parvins à m’asseoir sans avoir de nausées. Les jambes étendues, les bras en appuie, je fixais l’elfe.

Comment avez-vous connu l’Enac ? J’veux dire, elle a vécu il y a plus de deux-cent ans…

J’avais beaucoup de questions en tête mais je ne savais pas si elle allait y répondre.

Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Fév - 14:02


Recrutement


Feat Lilith

Yria continuait ses mouvements avec les armes d’entrainement et Lilith restait au sol. L’elfe ne la regardait pas, elle n’en avait pas besoin, elle gardait simplement une oreille attentive afin de pouvoir répondre à ses questions. Elle resta silencieuse alors que la xen posa sa première question, peu de gens lui posaient ce genre de question. On se contentait souvent des histoires grand public pour définir l’Enac. Mais cette question portait sur le passé de l’elfe, ce qui pouvait être un soucis. Non pas qu’elle n’aimait parler des années passées ou qu’elle ait honte de ses actes mais si sa recrue commençait déjà à la questionner elle rien ne l’empêcherai de se montrer curieuse à propos des autres. Enfin, ce n’était pas bien grave pour le moment.

« Mélinda ? Têtue, aveuglé par un devoir factice et manipulé par tout ceux qui se disaient ses alliées, c’était une sale gamine. Et puis un jour elle a décidé de prendre son destin en main et puis elle est devenue celle que tout le monde connait. C’est amusant puisque ce jour ou elle a changé elle a frôlé la mort, empoisonné par un archer à la solde de l’empereur. »

L’elfe s’éloigna un peu de la xen afin d’aller reposer les armes là ou elle les avait récupéré en premier lieu. C’est de loin qu’elle entendit la seconde question de Lilith et c’est sur le chemin du retour qu’elle y répondit.

« Je n’en ai aucune idée, je me fit à mon instinct et à mon expérience. Je ne connais pas de critères précis pour la définir. »

Yria s’arrêta à mi chemin afin de rattacher son épée à sa taille, elle caressa quelques seconde le pommeau lisse et ouvragé de la belle épée. Cette arme était vraiment belle et elle profiterait de son passage à la capitale pour remercier une nouvelle fois l’artisan qui lui avait forgé. Elle replaça le carquois sur son dos et pris l’arc maudit à bout de bras avant de se rapprocher de Lilith.

« A l’époque de la guerre qui opposait le dieu-empereur Morloc et les rebelles des cités blanches j’était une impériale. Je dirigeais un réseau marchand qui servait à camoufler des espions qui avaient ainsi accès au monde entier, les chuchoteurs. Nous avions pour but de débusquer les rebelles mais évidemment la mission numéro un était de retrouver l’Enac parce que l’empereur avait une peur bleue de la prophétie qui s’écrivait autour d’elle. Mais c’est par pur hasard que je me suis retrouvé dans une ville ou elle dirigeait une opération de libération rebelle. » Yria s’installa à côté de Lilith, faisant bien attention à placer l’arc à l’opposé de la jeune xen « Nous avons eut une petite discussion au milieu du champ de bataille qui a malheureusement été interrompu par un assassin qui voulait toucher la prime sur sa tête, celui dont j’ai parlé tout à l’heure. Ensuite… disons simplement qu’elle avait un puissant protecteur qui a insisté pour que je lui sauve la vie. Nous avons eut une petite discussion, aucune de nous deux n’avait la force pour attenter à la vie de l’autre, et c’est à ce moment là qu’elle a décidé de prendre sa vie en main. Après m’avoir fait sa crise d’adolescence évidemment. Après ça la guerre à pris fin et elle a fait en sorte que les rebelles ne m’égorge pas pour tous leurs frères morts par ma faute et j’ai payé ma dette en la conseillant encore lorsqu’elle avait besoin d’un avis. Mais si tu veux mon avis jusqu’à la fin de sa vie c’est resté une gamine à l’intérieure, et c’est une bonne chose. »

De lointains souvenirs qui semblaient pourtant si proches. Se rendant compte qu’elle avait beaucoup trop parlé la chasseuse donna une petite bourrade dans l’épaule meurtrie de sa recrue.

« On m’a demandé de m’occuper de toi parce que je suis dans la même situation que toi Lilith, une ancienne partisane de Morloc qui a choisi de servir le royaume. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Fév - 16:55
Elle vint s’asseoir près de moi. Je n’imaginais pas l’Enac têtue et aveuglée. Mais cette facette de la tahora m’intrigua, je voulais en savoir plus sur celle qui aurait dû sauver le monde. Oui qui aurait dû car, pour moi, elle ne l’avait pas sauvé, juste divisé. Le monde avait perdu de sa saveur d’antan en étant par trois divisé. Il y avait aussi des lieux sans dirigeant ce qui n’était pas bon du tout. Je me sentis soudain bien petite et insignifiante. J’étais partie loin de chez moi, avais fait des choix qui m’étaient préjudiciables. Mais, au fond, j’étais fière d’être membre du Royaume. L’Enac avait sauvé Yria qui était une ancienne partisane de Morloc l’Impur. Elle me décrocha une petite bourrade dans l’épaule blessée, je ne pus m’empêcher de lâcher un aïe mécontent. S’occuper de moi ? Comme une mère ? Ai-je eu envie de demander. Je souris à cette pensée tarabiscotée. Je finis même par en rire doucement ce qui m’arracha un autre aïe. Mon épaule était douloureuse. Je souris donc simplement.

Une paria, nhe ? Au moins on est deux.

Dis-je en riant gentiment. Je tournais la tête vers Yria. Dieux, qu’elle était belle de si près. Mon cœur se mit à palpiter bien trop fort. Si elle l’entendait ? Non, c’était impossible. Je pointais du doigt l’arc enveloppé et demandais :

Pourquoi le cachez-vous ?

L’arme m’intriguait au plus haut point. Je soupirais et me laissais tomber sur le dos. J’espérais ne pas mourir avant d’avoir retrouvé Emmä. Et mes frères occasionnellement. Qu’était-il advenu d’eux après toutes ces années ? Je les imaginais en pirate, en chasseur ou encore en soldat. En tout cas pas en arme de Morloc. Je ne pouvais tolérer qu’ils se soient fait piéger comme moi. Je soupirais une fois encore. Fermant les yeux je demandais :

La Reine Mélinda était comme moi, une sale gosse alors ?

Je souris à cette idée. J’avais un point commun avec une héroïne de l’Histoire. Je réalisé qu’elle m’en avait beaucoup dit sur son passé. Pour lui rendre la pareille je déclarais humblement :

J’ai été vendu avec ma sœur et un de mes frères à un marchand itinérant par mes parents. Je ne sais pas trop pourquoi… En tout cas, j’étais malade et faible, le marchand m’abandonna sous les cris de ma sœur, Emmä je crois. Yakan, celui qui fut mon père adoptif, me trouva et me soigna. Puis il m’endoctrina dans son culte. Haha, il doit me haïr maintenant et regretter son acte.

Je croisais le bras valide sous ma tête et ouvris les yeux. La vie était stupide parfois.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Avr - 14:28


Recrutement


Feat Lilith

« Une paria, hein ? Au moins on est deux. »

Yria se mit à dessiner un semblant de sourire à cette remarque. Ce fait l'amusé quelque peu. Effectivement, elle avait été une paria, mais l'expérience d'une vie longue lui avait appris que tout n'était pas immuable, et que la fidélité à un Royaume ne tenait parfois pas à grand chose.

Puis la xen pointa l'arc maudit du doigt et demanda à l'elfe pourquoi avait-elle besoin de le cacher. C'était une question bien indiscrète, et Yria n'avait pas vraiment envie de répondre à cela. Yämëy était un danger qu'il valait mieux tenir secret pour le bien de tous. Cependant elle avait bien du voir le bras marqué comme au fer rouge d'Yria et cette dernière se sentait à présent obligé de lui répondre. Elle lui donna la version courte, ne préférant pas entrer dans les détails, pour son propre bien.

« Disons simplement que cette arme est spéciale et qu'il vaut mieux qu'elle reste dissimulée pour ne pas tenter certaines personnes mal intentionnées... Il s'agit d'une relique dangereuse... Et il vaut mieux que personne d'autre à part moi n'entre en contact avec cette arme... Il pourrait s'en suivre des conséquences néfastes pour cette personne... et également pour bien d'autres... »

Son ton était froid et sévère, mais pas agressif, le but était uniquement de lui expliquer les choses, sans que cela lui donne envie d'en savoir plus. Yria regarda Lilith s'allonger à nouveau sur le sol et l'écouta attentivement. Cette jeune xen l'intriguait et réveillait quelque chose en elle qu'elle ne sut exprimer. Peut-être était cette innocence et cette fougue qu'elle avait perdu il y a longtemps qui lui faisait sentir cette petite impression hors du commun.

La jeune femme lui demanda alors si Mélinda était auparavant comme elle, une « sale gosse » pour reprendre ses mots. L'elfe plissa légèrement les yeux, d'un mouvement presque imperceptible, et opina du chef.

« C'était une enfant oui... une enfant perdue et sans plus aucun repère... Il est vrai que tu m'y fais penser en certains points... Les choses ont beaucoup changé depuis... mais pour moi elle restera cette pauvre adolescente perdue et réclamant de l'aide. C'est ce que tu souhaite non ? De l'aide... »

Toujours cette voix aussi froide, mais pourtant dans ses propos l'on sentait une volonté de faire le bien, une volonté d'aider la xen du mieux qu'elle le pouvait. A vrai dire c'était plaisant pour elle de dialoguer ainsi. Était-ce de la joie qu'elle ressentait à ce moment là ? Elle n'en savait rien, son cœur avait longtemps oublié cette saveur, pourtant quelque chose lui fit comprendre qu'elle était bien contente à ce moment là.

Elle écouta Lilith parler de son passé, de son très jeune age, du fait qu'elle fut abandonnée et séparée de ses frères et de sa sœur... puis recueillie par un certain Yakan, celui qui l'avait « forgée ». Elle semblait encore une fois éprouver quelques remords étant donné ses derniers mots. L'elfe la laissa un moment, sans parler, laissant un moment de silence avant de reprendre la parole, toujours aussi monocorde.

« Là où il est, je pense qu'il n'y peut pas grand chose de toutes manières... Et l'important c'est ce que toi tu veux ! Si tu es sûre de ce que tu fais, alors peu importe le regard des autres... J'ai vécu ça moi aussi... Le changement de camps est parfois difficile à accepter... Mais quand on est absolument convaincue d'avoir fait le bon choix, il n'y a aucune raison de douter et de se soucier de ce qu'aurait pensé une personne... surtout si celle-ci est décédée... La vie est longue pour nous autres... inutile de l'encombrer de remords et de doutes stupides... Tu verras plus tard quand tu auras gagné en maturité... tu comprendra ce que je te dis. »

C'était idiot, totalement idiot, pensait Yria. Elle avait l'impression d'être une tutrice à ce moment là, une sorte de mère. Cette pensée était saugrenue mais plaisante, toutefois elle ne laissa rien transparaître, toujours aussi froide d'apparence, toujours aussi calme comme l'eau d'un lac souterrain.

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Avr - 18:30
J’avais écouté attentivement l’elfe qui parlait toujours aussi froidement et durement. Je finis par me lever et prendre la direction de la sortie. Je jetais un dernier coup d’œil à ma supérieure, car c’est ce qu’elle était dorénavant, et lui dit au revoir. J’errais dans les rue d’Hytraz sans trop savoir où aller. Je n’avais plus de chez moi étant donné que j’avais quitté la caserne. Où allais-je dormir ? J’entrais dans une auberge et un silence se fit. Je me dirigeais vers une table et commandais le plat du soir et une chambre ainsi qu’une bouteille d’alcool de cerise. Une fois le tout engloutit, j’allais dans ma chambre où je dormis à point fermé. Le matin, mon épaule me lançait affreusement, je décidais donc d’aller voir un soigneur. Je payais ma dette à l’aubergiste. J’arrivais devant l’échoppe d’un guérisseur qui s’avéra être une.

Sale blessure jeune fille… Tu vas rester ici quelque jour afin que je surveille ça de près.

Elle me demandait cinquante PO pour les soins et les jours à passer ici. C’était plutôt cher mais je fis bonne office. Après avoir été correctement soignée, je pus de nouveau errer en ville comme une âme perdue. Qu’allais-je faire ? Que devais-je faire ? Chercher ma sœur et mes frères ? Trouver des Hayert’Vaäl ? Je l’ignorais, seul le temps nous dirait ce que je devais faire.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Prisons :: Caserne-