Une audience qui fait peur. [PV PNJ]

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Palais Royal :: Salle du trône Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 28 Jan - 19:51
Je regardais la porte du palais avec insistance. Maintenant courage ou dégage. Songeais-je. Je passais les gardes Royaux en les saluant de la tête. J’arrivais dans un long corridor finement décoré. Je le longeais, tête basse et cœur palpitant. La Reine devait recevoir nombre de gens aujourd’hui, dont moi. Pourquoi avais-je fait ce choix déjà ? Ce n’était plus aussi simple qu’il y a trois jours quand j’avais demandé une audience. Je soupirais tout en marchant. La vie est cruelle et dure. J’essayais de ne pas m’imaginer être marquée au fer pour trahison. Pas évident. J’arrivais devant les portes grandes ouvertes de la salle d’audience. Je pris une grande inspiration et me présentais au crieur publique qui annonçait à la Reine les personne venant la voir. Il regarda sa liste et me lança :

Ne bougez pas.

Il entra dans la salle, mon cœur battait de plus en plus fort à croire qu’il voulait sortir de ma poitrine. Il chuchota à l’oreille de la Reine quelque chose, je le vis revenir vers moi après que la Reine lui ait parlé.

Sa majesté vous attend.

Il tendit le bras pour m’inviter à entrer. Je tremblais de tous mes membres, prise d’une peur soudaine de mourir. Mon regard devint vitreux. Je m’agenouillais devant l’Altesse Royale et la saluais humblement d’une voix tremblante. Des tas de scénarios se dessinaient dans ma tête en prise à la folie. Mes yeux étaient écarquillés, ma respiration haletant, ma peau suintante et mon cœur qui voulait bondir hors de mon corps. Je savais que la Reine était juste. Mais, la peur était devenue mon nouvel ennemi. Ainsi que les adorateurs d’Özan et mes anciens camarades. Par tout ce qui est juste, épargnez moi !

La salle était remplie de bourgeois, de nobles et de badauds. Je devais oser demander une audience privée. Avant que son Altesse n’ait le temps de parler je dis d’une voix triste et apeurée :

Je me nomme Lilith et j’ai tant de choses à vous dire ainsi que Je sortis le livre de ma besace, ce manuscrit à vous remettre et aussi ce collier ayant appartenu à un conseiller Impérial du règne de Morloc l’Impur.

Je n’avais pas regardé une seule fois la Reine, trop intimidée. Pourtant je l’avais déjà vu. D’une voix tremblante je demandais une audience privé. Mon corps se mit à trembloté de plus en plus. Avais-je fait le bon choix ? Ne me trompais-je pas ? Par pitié faites que je vivent encore un peu ! Implorais-je mentalement.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Jan - 20:06
Comme chaque jour depuis le début de son règne la reine Amäly Tahora’Han se dirigeait vers la salle d’audience ou elle devait recevoir ses sujet, écouter leur requête, complaintes ou autres déclarations et tenter de combler leur peine. C’était à la fois une noble entreprise et un moyen pour elle d’alimenter son image qui a son tour maintiendrai la paix sur son royaume. Elle ne savait pas avec exactitude quelles seraient les personnes qu’elle recevra chaque jours que les dieux font et le découvrait à chaque fois que le crieur annonçait leur nom.

La première a devoir s’exprimer ce jour là était une xen, son visage était familier à la reine. Cette arcaëllienne était déjà passé devant elle plusieurs mois auparavant afin de demander à intégrer l’armée royale. Oui, ce même jour elle avait été d’un grand secourt à la ville, c’est avec un sourire doux que la reine l’accueillit. La salle était pleine d’arcaëlliens et d’arcaëlliennes qui assistait quotidiennement ou non à ces rencontres mais pour Amäly son attention résumait la scène à la xen qui tenait fébrilement devant elle. La peur inspirait chacun de ses mouvements, quelle pouvait bien sa requête pour la mettre dans un tel état, une xen aussi forte.

Sa voix elle aussi transpirait la crainte tant et si bien que le coeur de la reine, bon et conciliant, commença à vouloir lui venir en aide. Elle fit signe à un serviteur de lui apporter ce que Lilith Yakan, car tel était son nom, lui offrait et c’est d’un ordre sans appel qu’elle fit vider la salle le temps de cette rencontre. Elle prendrait connaissance des documents une fois que l’etat de la xen se serait quelque peu améliorer, ou du moins qu’elle ait compris ce qui agitait la soldat.

« Dis moi, Lilith, ce qui te trouble ainsi et comment je peux te venir en aide. N’ai aucune crainte et parle sans honte, je suis là pour t’aider. »
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : l'infini
Identité : Fiche
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et khen
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Jan - 20:45
La salle du trône se vida à un rythme régulier mais dans un brouhaha infernal. Je n’osais toujours pas lever le regard vers la Reine de crainte de trahir ma peur bleue. Elle me demanda alors d’une voix douce en quoi elle pouvait me venir en aide. Je pris une grande inspiration et commençais par le début. Ma vente au marchand, Yakan qui me sauva d’une mort certaine et mon éducation. J’avais été élevée pour être un soldat, pas une mauviette. Alors, pourquoi avais-je peur ? Je daignais enfin lever les yeux vers sa Majesté et plongeais mon regard dans le sien. Prenant une grande inspiration, je déclarais lentement :

Jusqu’à peu j’étais une Vaibïaën, ici pour espionner. Mais, cela m’a perturbé longuement, j’ai compris que je faisais fausse route. Je veux me dévouer au Royaume et le servir jusqu’à ce que ma mort vienne. Je sais que seul votre jugement m’apaisera.

Je fis silence, attendant le verdict, m’imaginant déjà marquée au fer rouge comme la traitresse que j’étais. Je tremblais de plus en plus, prise de panique. Pourquoi l’avais-je dit ? Je voulais sûrement m’acheter une conscience. Me rendre utile. Avoir un but.

Les adorateurs d’Özan étaient le vrai problème du Monde. Les ennemis du peuple, le cancer rongeant les entrailles de Thaä en personne.

Je ne quittais pas la Reine du regard, les yeux commençaient à me piquer douloureusement. L’envie de pleurer était très forte. J’allais être jetée hors du Royaume. Ou pas ? Comment savoir ce qui se tramait dans l’esprit de sa Majesté ? J’haletais de plus en plus, comme si j’étais en train de courir un marathon. Mais je n’étais qu’agenouillée humblement face à la monarque des Cités Blanches. Essayant de me calmer, je pris une grande inspiration et dis d’une voix à peine audible :

Votre justice sera la bonne.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Jan - 22:45
Le récit de Lilith parut durer à la fois une éternité et un court instant. La reine écoutait attentivement chaque détail, elle s’était quelque peu éloigné de la xen et même si sa réputation de souveraine conciliante la précédait à travers le monde son regard s’était durci. Ce que révélait l’arcaëllienne qui se tenait devant elle était grave de conséquence, elle avouait avoir oeuvré contre le royaume et avait donné des informations à une faction que tout le monde croyait disparue. Cependant peut importe à quel point cette nouvelle était effrayante la reine ne pouvait pas laisser son jugement altéré par la peur de l’époque la plus sombre de ce monde. Le règne de Morloc était fini depuis longtemps.

Cependant, malgré la faute grave qu’elle avouait, Lilith faisait preuve d’une grande ferveur dans es propos et son récit était étoffé de trop de détail pour être un énième stratagème. Certes la reine n’était pas maitresse de l’art de percer à jour les mensonge mais la vie à la cours était un entrainement quotidien suffisant. Et puis il y avait ce livre, Amäly avait survolé son contenu tout en laissant planer un pesant silence qui ne devait pas être agréable pour la xen. Il faut d’abord démêler le vrai du faux des lignes de cet ouvrage usé par le temps mais il n’était porteur que de mauvais présage.

« Lilith, tu es venue admettre ta faute devant moi mais une faute aussi grave ne peux être ignorer uniquement grâce à ton courage. Par ta trahison tu perds ton droit de défendre l’honneur et la paix du royaume ainsi que celui de porter la tenue de nos armées. Et même si dans mon royaume la peine de mort et les services corporels ne sont pas admis tu dois être punie. »

Le silence retomba. Cette histoire d’une arcaëllienne changeant brutalement de camp pour finalement défendre sa nouvelle patrie ne lui été pas inconnue. Certes il y avait de nombreuses rédemption mais cette histoire la touchait plus particulièrement. C’était bien cette personne qui serait à même de juger de la valeur de la xen qui attendait son jugement.

« Néanmoins je ne peut rester aveugle face à ta volonté et tu seras traités comme n’importe quelle citoyenne du royaume, nul ne pourras te retirer ce droit. Cependant pour purger ta punition tu seras remise entre les mains des Chasseurs d’Hayert’Väal. »

Sans plus prêter d’attention à la xen la reine se tourna vers le serviteur qui l’assistait et lui demanda de faire quérir Yria Mal’Zeth afin qu’elle prenne pleinement en charge sa nouvelle recrue. Et elle demanda aussi à ce qu’un scribe se charge de copier le contenue du livre afin qu’il soit aussi remit à l’elfe. Puisque ce livre parlait de ce qui se tapissait dans l’ombre d’özan il fallait que ceux qui se tiennent en première ligne soient tenus au courant de son contenu. Une fois ces quelques ordres donnés la reine se tourna de nouveau vers la xen.

« Tu as entendu mon jugement, tu peux disposer. Gardes, amenez là auprès de ses nouveaux camarades. » un court silence régna « Lilith je te souhaite bonne chance. Mais je te me en garde, ne refait pas d’erreur de ce genre. Ceux et celle que tu t’apprête à rencontrer ne sont pas aussi bienveillant que moi. »
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : l'infini
Identité : Fiche
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et khen
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Jan - 11:48
Elle me parla longuement et durement. Elle me démettait de mes fonctions de soldat Royal mais m’offrait une chance de combattre les adorateurs d’Özan. Je l’en remerciais en mon fort intérieur n’osant plus parler. J’écoutais attentivement, la tête basse. Puis, elle me dit que je pouvais disposer, je me levais écoutant sa dernière phrase avec attention. Je partis sans dire un mot, sans sourire ni pleurer. J’avais eu mon jugement et désormais j’étais une citoyenne du Royaume.

La nouvelle fut transmise à mes supérieurs et je due vider ma chambre rapidement. Désormais j’étais un peu comme une mercenaire. Je devais trouver une certaine Yria, une elfe. Je ne savais où me rendre pour le moment. Mais, le destin me guiderait dans mes actes et choix.

J’étais assise sur un banc, non loin du palais. J’observais les gens aller et venir. Je n’avais pas informé Fannÿ de ma traîtrise. Personne ne devait savoir parmi les miens que j’avais quitté nos rangs. Maintenant j’étais une chasseuse d’Hayert’Väal. J’avais un but, une mission. Trouver Yria était la première étape.

En soupirant je me levais de mon banc et allais vers mon destin qui se trouvait je ne sais où.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 330

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Palais Royal :: Salle du trône-