L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Al diel shala - Sëya Nazen [Terminé]

 :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Port Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 4 Déc - 18:02
Après Ungal, et divers évènements, Leylane avait mis le cap sur Cescan, la capitale de la Principauté. Le voyage, en bateau, s'était déroulé sans encombres. Elle avait pris place à bord en gardant son anonymat, en cachant la couler de sa peau et en montrant peu ses yeux. Si bien que la plupart des membres de l'équipage s'étaient posé des questions. Mais elle resta dans sa cabine, silencieuse, ne sortant que pour prendre l'air ou un repas. La distance qu'elle mettait entre les personnes à bord et elle ne la gênait pas. Elle pensait à autre chose. Les entrailles d'un lapin lui avaient montré un guerrier dans l'arène de la ville. En temps normal, cela l'aurait peu inquiétée, mais les yeux rouges, ses cheveux clairs comme la neige, et ses oreilles pointues l'avaient intriguée. Il lui ressemblait fortement. Après tout, cela faisait de longues années qu'elle avait laissé ses enfants entre des mains plus aptes. Mais elle voulait le voir de plus près, signe que malgré tout, son instinct maternel n'était pas mort avec Eyala.
Le guerrier, possiblement son fils, se battait avec grâce et avait l'air de savoir donner la mort sans coup férir. Elle irait sans s'annoncer, pour ne pas l'alerter. Peut-être même qu'elle irait lui parler. Bien qu'elle ne sache pas quoi lui dire. Elle avait confié ses enfants à d'autres, puis les avaient perdus de vue. Plus ou moins volontairement, le temps passait si vite...

Elle fut tirée de ses pensées lorsqu'elle entendit le capitaine crier qu'ils étaient arrivés à bon port. Sans mot, elle regroupa ses affaires et sorti de la cabine.Elle avait déjà payé son voyage, elle gratifia l'elfe d'un "Al diel shala", une formule elfique pour souhaiter un bon voyage à quelqu'un. Il lui répondit la même chose, comme convenu, en inclinant légèrement la tête. Le soleil se couchait, aussi lui fallait-il trouver un endroit où passer la nuit. Ce n'étaient pas les auberges et les tavernes qui manquaient, mais plutôt la qualité.
Au détour d'une rue, en passant devant un énième bouge, Leylane évita une silhouette, en émettant un son de désagrément. Un peu plus, et c'était la collision. Oui mais... il y avait une impression de déjà vu sur cette silhouette. Sans savoir quoi, la semi-elfe fit quelques pas en regardant l'inconnue aux ailes noires. Elle dégageait quelque chose de rares, très rare.
Elle était pressée, mais cette question la taraudait. Elle qui ne s'intéressait que rarement aux gens, voilà qu'elle se posait des questions sur quelqu'un qui avait, ou qu'elle avait, failli renverser...
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Déc - 18:47
Ayant quitté la demeure familiale, je me rendais au port, la tête pleine de rêves. Je croisais les gens sans vraiment les voir, certains me saluaient d’autres m’ignoraient. Un jeune arcaëllien me siffla de façon peu flatteuse. Ha, les mâles en rut ! Je continuais mon bonhomme de chemin, sans me soucier du temps ou de bousculer des gens. Je descendais la grande avenue, celle menant au port, bondée de monde en cette heure. Lögar se baladait sur mes épaules, étourdit par tout ce bruit. Mon visage était rayonnant de bonheur et mes cheveux flottaient derrière moi. Je portais un pantalon de cuir marron et un petit bustier de la même matière et couleur. Mon épée était sur mon flanc droit, j’étais gauchère. Mes yeux fixaient la mer qui approchait, l’odeur iodée de l’eau envahit mes narines. Nouvelle sensation. La liberté s’offrait à moi. Bien sûr, à ma majorité je devrais revenir faire mon service militaire, mais j’avais le temps. Je songeais à Thaä et le don qu’elle m’avait offert. La vie. Dans mon esprit, un peu tordu, je m’imaginais être la fille de Jurk. Aurais-je eu le don de mort ? Je ris une seconde à cette idée absurde, comme si l’on pouvait avoir un don en rapport avec la mort, c’était grotesque et surtout glauque. Je passais à côté d’un encapuchonnée qui lâcha un « Tssss » car nous avions failli entrer en collision. Mon cœur loupa un battement et ma tête sembla vibrer. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Un danger ? Non. Autre chose. Comme si je croisais sans connaître un être de mon sang. Comment était-ce possible ? Je remarquais alors que je m’étais figée. Lögar ne bougeait plus non plus. Il était sur ses pattes arrières et reniflait l’air.

Foutre Dieux…. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Je repérais un mouvement furtif sur ma droite et un autre sur ma gauche. Des arcaëlliens vêtus de noir étaient en train de m’encercler. J’en comptais quatre. Jouant avec mon fluide mez, j’attendis de voir s’ils passaient à l’attaque. Une patrouille Princière passa à ce moment. Les arcaëlliens en noir se figèrent comme des statues de sel. Les soldats passèrent et ne reviendraient que dans deux heures. Les assaillants choisirent d’attendre encore dix minutes, avant de se lancer sur moi. Un sourire machiavélique se dessina sur mes lèvres.

Lögar, accroches toi cher ami.

Entre mes mains se trouvait un mez-noï bien concentré. La première personne à m’arriver dessus se prit le sort en pleine poitrine. Son visage était masqué mais j’avais pu voir ses yeux émeraudes et sentir sa poitrine féminine. Elle tomba à la renverse, lâchant un cri de douleur et prenant feu. J’invoquais mon chien de feu qui gronda et montra les crocs ce qui eut pour effet de faire reculer les importuns. Mais, à mon grand regret, ils reprirent vite la bataille. Attrapant le bras d’un des attaquant, je fis pousser des roses bien épineuses sur tout son corps, saucissonné par les tiges il se retrouva la tête dans la poussière. Reste deux acolytes. Mais je ne les vois pas. J’entends un sifflement sur ma droite, une flèche vient de m’écorcher la joue faisant couler mon sang pourpre. Il y a donc un archer en plus des deux autres. Je regarde les environs mais ne le vois pas. Sacrebleu ! Je dois rester concentrée. Mez’tîl se matérialise dans mes mains, le fouet claque mais il n’y a personne à toucher. J’entends un bruit de pas discret derrière moi. Vive comme une drek, je me retourne et envoie mon fouet sur l’épée du tueur. Je tire un coup sec et il est désarmé. Je sens alors une morsure dans mon dos, ça pique, ça brûle et ça fait mal. Je baisse la tête et voit la pointe d’une dague sortir au niveau de mon flanc gauche. Surprise, je suffoque et mon fouet ainsi que le chien de feu disparaissent.

A peine mon aventure commence-t-elle qu’elle se termine.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Déc - 21:36
Leylane aurait continué sa route et clôt l'incident, si un bruit ne l'avait pas intrigué. Les elfes ayant une ouïe assez fine, la discrétion dont firent preuve un groupe "d'ombres" ne suffit pas. Grâce à Thâ'Hän et en longeant les murs, la demi-déesse suivit une personne progressant sur les toits, et constata avec surprise qu'il rejoignait d'autres personnes masquées entourant la mzékils avec laquelle elle avait failli entrer en collision. Elle fut perplexe quand tous attendirent un long moment après le passage d'une patrouille. Pourquoi la jeune arcaëllienne n'avait-elle pas appelé à l'aide ? Ou fui ? Il y avait certes un risque, mais quelqu'un aurait accouru pour l'aider, l'heure de l'ivresse était encore loin.
Puis tout se passa très vite. Le fluide du feu illumina la ruelle quand la mzékils décida de se défendre.
Si l'inconnue réussit à se défaire de deux des agresseurs et à en désarmer un, celui sur les toits décocha une flèche qui la déconcentra assez pour qu'en désarmant un troisième larrons, le dernier puisse la poignarder dans le dos. La demi-déesse hésita un instant. La jeune arcaëllienne avait eu l'air de pouvoir prendre la situation en main, mais elle avait été débordée. Elle pensa un instant à la laisser se débrouiller, voire mourir. Mais le sentiment étrange qu'elle ressentait en la voyant persistait. Si son heure était venue, elle pourrait toujours l'achever après, mais elle voulait savoir de quoi il en retournait.

Leylane puisa dans le fluide Dën pour envoyer dën'heim sur celui qui avait été désarmé, le perforant au niveau du cœur. Tant de précautions, et ils oubliaient de se protéger basiquement. L'archer, ou l'archère, se retourna, surpris, mais il fut trop lent. La semi-elfe avait sorti son arc, encoché une flèche et lui avait aussi visé le cœur. Il tomba du toit dans un bruit sourd. Ne restait que celui qui avait poignardé la mzékils. Tombée au sol, elle bloquait l'arme de l'agresseur. Il tenta de lancer un sort, mais Leylane l'évita de justesse, tout en préparant une autre flèche. Des siècles de pratique forment des automatismes, et les yeux rouges de la semi-elfe suivirent la flèche quand elle s'envola dans l'estomac de l'assaillant. Il ne restait plus qu'un attaquant, enroulé dans ce qui ressemblait à des ronces. Il ne pourrait pas s'en défaire sans aide. La situation était donc sous contrôle. Elle s'approcha de la mzékils, sans retirer l'arme pour ne pas aggraver l'hémorragie. N'ayant aucun don pour le fluide Äan, elle chercha à sa ceinture de quoi lui prodiguer les premiers secours. C'était toujours plus sûr que de lui laisser le poignard. Restait le problème de l'infection, mais elle n'avait plus d'herbes sur elle. La jeune arcaëllienne devrait donc patienter pour de vrais soins.

- N'hésites pas à crier, ça va faire mal...

Elle retira l'arme d'un coup sec, puis appliqua rapidement un bandage propre pour contenir un minimum le saignement. Cela tiendrait le temps qu'il faudrait. Pour ce qui était de la survie...
Elle avait un corps à portée, un homme, qui plus est. Elle prit le poignard et lui ouvrit le ventre. La partie la moins flatteuse de son don, voir dans les entrailles. Elle fit le vide dans son esprit et patienta quelques instants... La petite vivrait. Son heure n'était pas venue. Elle lu, ou vit, qu'elle avait encore de belles années à profiter avant de rejoindre Gar'Haz.

- Ne t'en fais pas, tu vivras. Mais il vaut mieux trouver de quoi te soigner, rien n'est jamais certain.

Son ton apathique laissait penser qu'elle s'en fichait, mais elle voulait des réponses. Cette sensation plus qu'étrange, ce groupe d'assaillants, et leur attente interminable... Cela cachait-il quelque chose ? Pour la suite, tiendrait-elle longtemps, ou voulait-elle aussi des réponses de la part des assaillants ? A moins qu'elle ne connaisse un endroit où l'on pouvait emmener le survivant en toute quiétude pour l'interroger...

'HRP':
 
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Déc - 21:56
Au sol, maintenant l’épée qui voulait aller droit dans mon cœur. J’implorais ma mère biologique de me venir en aide, en vain. Les Dieux ne se mêlent pas trop des problèmes des mortels même si le mortel en question était son enfant. J’avais foutrement mal, tudieu ! L’arcaëllien finit par tomber raide mort, une flèche dans l’abdomen. Quelqu’un m’était venu en aide, grâce soit rendu à cette personne. Trop prise par la douleur, je n’avais pas vu ce qui s’était passé. Par chance, la ruelle était déserte. Le combat avait dû durer vingt minutes au grand maximum. L’inconnue s’approcha de moi, me parla et arracha la dague ce qui me fit serrer les dents et gémir. Puis, elle me banda rapidement. Ensuite, elle fit quelque chose de surprenant que je ne préfère pas relater. Elle m’assura que j’allais vivre, enfin normalement.

Comment le savez-vous ? Z’êtes soigneuse ou un truc du genre ?

Marmonnais-je en m’asseyant difficilement. Je poussais un soupir de douleur une fois assise, je tournais la tête vers le saucissonné et resserrais ses liens d’un mouvement ample de la main, il couina. M’appuyant sur la main gauche et fléchissant les genoux pour me lever, je parvins à me mettre debout. J’attrapais par la verdure le survivant et le trainais vers le mur droit bordant la ruelle. Il me tuait du regard et se tortillait dans ses liens. Pourquoi avoir voulu me tuer ? Qui étaient-ils ? Deux questions auxquelles j’escomptais avoir des réponses. Je les posais d’une voix froide et autoritaire, l’arcaëllien cracha vers moi et chuchota :

Qu’Özan me pende par les couilles si je parle à une bâtarde de Thaä.

Je souris de façon démoniaque et lui répondis en m’accroupissant devant lui :

La bâtarde à un nom. Sëya. Et tu lui a parlé. Mon pauvre, être pendu par les bijoux de famille ça va faire mal. Je repris mon sérieux et ordonnais d’une voix dure Pourquoi vouloir ma mort et qui es-tu ?

Il se mit à rire nerveusement, se tortillant de plus belle dans son étreinte. Je resserrais un peu plus, histoire que les piquant lui rentre dans la peau. Il gémit de douleur, à la bonne heure.

J’dirais rien pétasse ! Sauf si l’elfe me fait une turlutte. Haha !

Je plissais les yeux. Une quoi ? Je haussais les épaules. La douleur, omniprésente, me mettait de mauvaise humeur. Je me tournais vers l’inconnue et me présentais calmement à elle espérant qu’elle fasse de même.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Déc - 21:07
Une soigneuse ? Non, c'était même plutôt le contraire. Mais la demi-déesse se contenta de faire un signe négatif de la tête, cela était trop long à expliquer. Une autrefois, peut-être. Grands dieux ! La mzékils était blessée, à peine bandée, que déjà elle jouait avec le feu en trainant le dernier agresseurs contre un mur. Mais la partie intéressante restait à venir... Une bâtarde de Thäa ? Était-ce la vérité ? La dénommée Sëya semblait de fait être une demi-déesse, elle aussi. Leylane comprit que la sensation qu'elle éprouvait en sa présence pouvait être liée à cela. Sous sa capuche, elle se mit à sourire. Malgré la douleur que lui infligeaient les épines entrant dans sa peau, dans sa chair, l'assaillant gardait son arrogance. Peut-être était-il temps d'entrer en scène.
La semi-elfe fut abordée par la fille de Thäa - elle demanderait confirmation de ce fait-, qui se présenta. Ce à quoi elle répondit un laconique "Leylane...". Ce qui l'intéressait, c'était la proposition du survivant. Il voulait une turlute pour parler ? Elle se tourna vers lui, laissant se reposer la jeune mzékils. Se mettant à hauteur, face à lui, elle se rapprocha et posa sa main sur les vignes qui le retenaient. A mesure qu'elle parlait, sa voix se modifia, comme à chaque fois que son don entrait en action.

- Tu es sûr de vouloir cela ? Je crains que tu ne sois tombé sur la mauvaise elfe pour demander cette faveur...

Les vignes se flétrirent, dégageant une légère odeur de pourriture. L'effet s'étendit aux vêtement de l'homme, mais elle retira sa main avant que la peau ne fut touchée. Sa voix reprit un ton doucereux.

- Je peux aller plus loin, si tu le souhaites toujours. A moins que tu ne dis ce que nous voulons savoir...
- Tu crois que je vais avoir peur d'un peu de khän ou de mêz ? N'importe qui peu faire pourrir des plantes ou bruler des vêtements... Maintenant, si tu veux que je parle, tu sais ce que tu dois faire, haha !

La fille de Gar'Haz laissa échapper un léger rire sardonique. Elle porta sa main à l'entrejambe de l'infortuné, qui se mit à sourire. Il savait qu'il profiterait de la situation pour la maitriser entre ses jambes. Mais... il se crispa, sans savoir comment réagir, quand la voix de Leylane reprit un ton macabre, une voix d'outre-tombe.

- Tu ne me rends pas la tâche facile... Mais je t'ai donné le choix, si seulement, pour toi, tu avais fait le bon... Maintenant, tu vas nous dire quel est ton nom, et qui t'a demandé de la tuer. Choisis bien tes mots, et vite. La mort ne t'effraie peut-être pas, mais il y a maintes façons d'y arriver. Ça, je peux te le promettre, aussi vrai que mon père est Gar'Haz...

Pendant le court moment où elle lui parla, la tissu se désagrégea, et le membre de l'assaillant apparu, rose et à moitié gonflé. Mais rapidement, il se noirci. La nécrose se propageait lentement, mais pas la douleur. La chose se rétracta un peu, laissant une légère marge à l'homme pour répondre. S'il voulait garder son honneur, il avait intérêt à répondre, et vite... Elle ne ferait preuve d'aucune clémence envers lui...
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Déc - 21:34
Adossée au mur, en face du tueur, j’observais celle qui m’avait donné pour nom Leylane. Elle ne devait pas être aussi jeune que je le croyais, c’était un ancien prénom. Un prénom d’un autre temps. Je haussais les épaules, son âge ou ses origines m’importaient peu. Je portais une main à mon flanc, ce que c’était douloureux tudieu ! Ce qu’elle fit par la suite me laissa sans voix. Elle détruit les ronces et les vêtements du type mais je ne vis aucune flamme. Qu’était-ce que ce sortilège ? C’était comme si la putréfaction de la rouille s’était emparée de ma création. Etrange, vraiment. Je soupirais doucement, elle n’était pas ordinaire, tout comme moi. Je grattais silencieusement la tête de Lölö sans y prêter attention. Qui était-elle au fond ? Oui, j’étais intriguée et curieuse d’en savoir plus. Quand elle dirigea sa main vers la verge du type, je ne compris pas. Les tissus se mirent à pourrir et cela sembla douloureux car il se crispa et serra les dents, contractant son visage.

Salope ! Garce ! Pourriture ! Lâche mon braquemart !

Je pouffais de rire, même en danger, il gardait sa hargne. Quittant le mur auquel j’étais adossée, je vins vers lui. Je tendis la main et un rat se matérialisa, gris et noir, les moustaches frétillantes.

Tu as faim, Jünÿ ? Demandais-je gaiement à la rate. Tu grignoterais bien des paupières ou des yeux ? Oui, oui tiens je te pose sur la tête du môsieur.

Délicatement, je laissais ma rate sur la tête du type. Elle se gratta derrière l’oreille, une puce sûrement. Puis, elle descendit sur le visage du gars, le griffant au passage. Elle ouvrit sa gueule toute mignonne et mordit avidement le nez du méchant bonhomme.

Enlève ça pétasse, sinon je te ferais sentir ce qu’est un vrai mâle !
Avec ton pénis ridiculement petit ?
Tuez-moi bande de merde, d’autres viendront !
Tu es vraiment mal poli….

Je soupirais doucement, faisant mine d’être outrée. Je claquais deux fois dans les mains en prononçant le nom de ma rate. Elle s’évapora dans un « pouf » grotesque. A nouveau, j’étendis la main et un corbeau fit son apparition.

Un corbeau ? C’est pas effrayant…
Mais si intelligent. Un ordre et il exécute. Je te présente Räzeur. Räzeur, ce vilain monsieur a voulu me tuer. Regarde son asticot, tu as faim ?

L’animal croassa et quitta ma main pour aller sur les cuisses du type. Il choppa le bout de peau et tira avec force. Là, on obtint un cri de douleur.

Sale bâtarde ! Dis lui d’arrêter çaaaaaaaaaaa !
Réponds aux questions.

Lui dis-je en souriant aimablement.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Déc - 22:21
Un membre se nécrosant était extrêmement douloureux, et pourtant l'autre serrait les dents et endurait cette douleur. D'autres auraient crié et fondu en larmes. Sans un mot, elle laissa son don faire son œuvre, l'agresseur n'aurait plus jamais l'occasion de se servir de cette partie de son corps. Il avait voulu jouer, il avait perdu. Quand elle entendit la jeune mzékils pouffer de rire, elle se rendit compte qu'elle était sûrement très jeune. Mieux valait la peur ou le rire ? Difficile à dire, mais cette réaction presque enfantine ne trompait pas sur l'âge de cette Sëya.
Elle fit apparaitre un rat... Sur le coup, la demi-déesse fut perplexe, elle n'avait jamais entendu parler d'un fluide capable de faire cela. Ni d'autre chose de la sorte. Peut-être était-elle vraiment la fille de Thäa, après tout. Puis un corbeau. Tous deux s'en prirent à l'homme, mais le volatile fit plus de dégâts, en attaquant ce qu'il restait de la virilité du survivant. Leylane retira sa main in-extremis, légèrement surprise par l'oiseau. Ce qui la surprenait plus, c'était l'origine du corbeau, il était apparu du néant, et obéissait à la mzékils. Elle se tourna vers elle, ses yeux rouges démontrant un léger ennui.

- Voilà pourquoi il est difficile de poser des questions quand un enfant est dans les parages...

La semi-elfe se releva.

- Mais s'il ne parle pas après ça, il ne parlera pas. Tuons-le, je pourrais peut-être trouverai les réponses dans ses entrailles. Tu n'es pas la seule à avoir certains... "dons".

Après tout, ce serait moins bruyant et plus rapide. Mais la seule différence était qu'elle pouvait avoir une "vision" sans aucun rapport avec leur affaire. Elle saurait simplement si cela était passé, présent ou futur. Il y avait certes un risque de ne jamais avoir l'information, mais elle n'avait pas de temps à perdre à faire durer l'interrogatoire. Elle avait ses propres plans, inutile d'en rajouter d'autres.

- Je te laisse choisir. Il répond de lui-même, ou je fais cela à ma manière. A moins que je ne commence par ses camarades ?

Elle en avait presque occulté les trois autres corps. Elle avait utilisé le "quatrième" pour s'assurer de la survie de Sëya, ce genre de vision était assez facile à recevoir, mais pour quelqu'un qui refusait de répondre à des questions, c'était une autre histoire. Et quand bien même, un futur aperçu n'était jamais certain, plutôt une forte possibilité, qui pouvait être modifiée. Leylane travaillait sur la qualité de sa lecture dans les entrailles, mais Gar'Haz lui-même ne lui venait pas en aide.
Elle tapota doucement ses doigts sur sa cuisse, en rythme. Il était temps que la mzékils prenne une décision d'adulte.

HRP:
 
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Déc - 17:07
L’arcaëllien, au bord de l’évanouissement, suppliait que l’on cesse de le torturer. Personnellement je trouvais cela dommage d’arrêter, du moins s’il ne parlait pas. Leylane parla de lire dans ses entrailles, j’eus une mine de dégoût. Qui était-elle ? Qu’importe, il avait entendu et se décida à parler, à une condition : qu’on cesse de lui faire souffrance. Je tapais dans les mains, disant le nom du corbeau et il disparut.

Je suis un serviteur d’Özan, on a pour mission d’éliminer les enfants des autres Dieux. On t’a repéré y’a quelques temps mais on était pas sûr de ton ascendance.

Intéressant… Ainsi j’avais été épiée pendant un temps sans m’en rendre compte. Il allait falloir me montrer plus prudente. Je m’accroupis à sa droite et, prenant une dague, je lui assurais :

Tu ne souffriras plus.

Je plantais l’arme dans son cœur. Il écarquilla les yeux de surprise et sa tête tomba en avant sur son torse. Je retirais ma lame et l’essuyais sur mes vêtements. Je n’étais pas certaine d’avoir tout saisi et dit à Leylane de lire dans les entrailles, ce serait peut-être plus sûr. Je me levais et retournais m’adosser au mur. J’avais de plus en plus mal et le sang passait à travers le bandage de fortune. Il me fallait voir un guérisseur rapidement. Je repensais à la phrase de l’elfe parlant d’enfant. Je répondis sèchement, entre mes dents :

Suis pas une gosse !

Je ne savais pas si elle avait entendu et je m’en fichais bien. Je me laissais glisser vers le sol et posais mon séant sur les dalles froides. Adorateur d’Özan… J’en avais entendu parler vaguement. C’était un groupe qui avait un jour prit le pouvoir pendant quatre mois sur Arcaëlle. Une alliance était alors née entre l’ancien Empire, la Résistance et les lykosims. En s’unissant, il avait chassé le grand prêtre et le groupe s’était dissout dans les ténèbres. Je grognais, la douleur était lancinante.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Déc - 18:32
Ainsi les adorateurs d'Özan étaient encore en activité... Voilà une information que la demi-déesse trouva fort intéressante. Elle qui pensait que ce groupe avait été détruit il y a plus de deux siècles, voilà qu'il refaisait surface. Pour détruire les enfants des autres dieux, selon les dires de l'interrogé. Ils avaient trouvé une enfant de Thäa plus facilement qu'ils ne l'avaient trouvée elle, il y a de cela des décennies. Jugeant sans doute qu'il n'avait rien à dire de plus, Sëya lui plongea sa lame dans le cœur.
Elle n'enviait pas la place qu'il aurait dans le royaume de son père... Elle en était même satisfaite, elle jugeait ce groupe responsable de la mort d'Eyala, sa première fille. Quand la mzékils lui demanda de lire dans les entrailles du corps de l'homme, elle acquiesça. Si la vision était nette, ce serait parfait. Elle serait seulement sûre de la période pendant laquelle celle-ci se passait.

- Ce n'est jamais certain. Il est possible de voir quelqu'un, quelque chose, mais je ne suis jamais sûre à l'avance que ce soit lié à ce qui nous intéresse... Elle s'accroupit sur l'adorateur d'Özan. Ne prends pas mal le fait d'être une enfant, pour moi, tu l'es.

Leylane enviait parfois l'innocence des plus jeunes... Elle allongea le mort et dénuda son ventre. En le penchant sur le côté par la suite, elle plongea une lame dans la chair et versa les entrailles au sol. L'odeur était peu ragoutante, et la chaleur interne du corps contrastait avec la fraicheur ambiante. Elle ne fit même pas attention au bruit produit. Puis, elle vit quelque chose.
Une silhouette furtive, un arc à la main, suivie par des dizaines de hytrez... Le château au loin lui était familier. Non, rien à voir. Elle connaissait l'évènement en question, elle l'avait vécu en personne, et en était même l'auteure. Elle secoua négativement la tête en repoussant les viscères.

- Non, on ne tirera rien de celui-ci...

Ce qu'elle avait vu ne regardait pas Sëya. Elle ne jugea donc pas utile de lui décrire la vision. Peut-être aurait-elle plus de chances avec un autre corps. A moins que la jeune arcaëllienne ne se vide de son sang avant. Thäâ saurait sauver son enfant à temps, n'est-ce pas ?
D'un mouvement leste, Leylane passa sur le corps d'un autre agresseur et réitéra l'opération. Cette fois, une mzékils, semblable à celle qui était à ses côtés portait le collier, et exécutait des tâches domestiques.

- Je vois... C'est pour cela que tu as du grandir rapidement, au détriment de ton enfance qui reste présente en toi... Ancienne esclave ?

La formulation pouvait semblait déroutante, voire choquante, mais Leylane n'était pas du genre à tourner autour du pot quand elle avait quelque chose à dire. Toujours était-il que sur les deux corps, aucun ne lui avait montré ce qu'elle cherchait. Elle voulait un nom, un visage, à mettre sur le mortel qui donnait les ordres, et qui avait l'air de savoir repérer les enfants des dieux...
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 12:34
Assise par terre, j’observais l’elfe « lire » dans les entrailles du mort. L’odeur était répugnante à souhait mais je n’y prêtais pas trop attention afin de ne pas vomir. Je levais les yeux vers le ciel qui s’assombrissait doucement. Quelle heure était-il ? Je soupirais, essayant de trouver une position confortable. Avec sa réflexion sur le fait d’être une enfant par rapport à elle, je compris qu’elle n’était pas de prime jeunesse. Les elfes vivaient longtemps. Bien plus que les mzékils. Mon regard se perdit dans les nuages gris. Je revins à moi lorsque Leylane parla de mon époque, celle où j’étais esclave.

Je n’ai pas eu à me plaindre de cette période… Mes maîtres étaient plutôt bons. Et ils ont fini par m’adopter.

Je n’avais pas vraiment envie de parler de ça. Être esclave, ce n’est pas glorieux. Je n’avais jamais souffert du bâton ou du fouet, c’était ma chance. Je soupirais doucement, ce temps était loin.

Des points noirs commençaient à danser devant mes yeux. La douleur, lancinante et plus que présente, me faisait souffrir atrocement. J’essayais de le cacher à l’elfe, je voulais en savoir plus et sur elle et sur ce groupe. Pourquoi vouloir la mort des enfants des Dieux ? Je grimaçais de douleur en ayant fait un mouvement trop brusque pour me relever. Je restais un instant immobile, attendant que ça passe. Une fois que je me sentis un peu mieux, j’allais vers Leylane.

Toi aussi, tu es enfant d’une divinité, n’est-ce pas ?

Je m’écroulais au sol à peine le dernier mot dit. Je sentais la fièvre me gagner. Je murmurais un « maman » et me redressais en position assise. Je voulais connaître la suite.

Lis dans les autres corps, s’il te plait.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 15:54
L'enfant d'une divinité ? Qu'est-ce qui lui faisait dire ça ? Avait-elle aussi cette sensation en sa présence ? Leylane repoussa les entrailles révélant le passé de Sëya, et lui répondit sans tourner la tête, essuyant ses mains sur les vêtements du mort.

- Qu'est-ce qui te fais penser que je suis l'enfant d'une divinité ?

Comme à son habitude, elle avait employé un ton calme. Mais la mzékils risquait de ne jamais répondre à la question si elle continuait de bouger ainsi, même en limitant les mouvements. La fille de Gar'Haz lui dit de cesser de bouger, le sang coulant à nouveau de la plaie. C'était une blessure assez grave, il devenait pressant de la soigner. Cependant, elle pourrait tenir le coup encore quelques instants, le temps que Leylane puisse lire dans les deux derniers corps. Tout en espérant trouver l'information voulue.
Elle ouvrit l'abdomen de celle qui avait été brûlée par un sort de mëz, et répandit le contenu au sol. Elle vit quelque chose d'intéressant, mais malheureusement passé. Le grand prêtre d'Özan qui avait réussi à prendre le pouvoir sur Arcaëlle il y avait de cela plus de deux-cents ans. Mais rien de nouveau qui aurait pu l'intéresser. Elle secoua la tête, négativement.

- Il en reste un. Prions les dieux que ce soit le bon.

Elle réitéra l'opération. Et cette fois, elle vit un enfant. Mais il lui était difficile de savoir si celui-ci était un garçon ou une fille. C'était assez vague, mais très récent. Un enfant ailé. Tahoras ou mzékils, mais il y avait quelqu' chose de plus... Un sentiment indéfinissable, et si particulier, qu'elle avait l'impression de le connaitre. La demi-déesse sentit que cet enfant pouvait être un grand danger... Il ne lui restait qu'à préciser la vision, qui cessa rapidement. La toile du temps était parfois capricieuse dans ce qu'elle acceptait de dévoiler... Leylane se redressa aussitôt.

- Je ne suis pas sûre de ce que j'ai vu, mais ce n'était pas très rassurant...

Elle releva la mzékils, il était temps de la soigner, et de se mettre à l'abri.
La princesse des Enfers demanda à Sëya si elle avait une préférence pour cela, ou si la première porte ouverte ferait l'affaire. Elle avait besoin de repos, et Leylane avait besoin de parler à son père, ou d'essayer d'avoir une vision plus précise, ou complémentaire. Mais elle préférait faire cela au calme. Elle lâcha la fille de Thäa, l'appuyant contre le mur. Il y avait une autre chose à faire. Dans la hâte, son don s'activa, et les corps commencèrent à se flétrir pendant qu'elle les poussait à l'eau. Il valait mieux se dépêcher pour éviter que quelqu'un ne tombe dessus.

- Mieux vaut ne pas éveiller les soupçons...

Et elle reprit la mzékils pour l'emmener en quête de soin.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 16:47
Cette fois la douleur était infernale, tellement insupportable que je ne parvenais pas à parler. J’haletais, suffoquant presque. La tête me tournait affreusement et je ne réalisais plus ce qui se passait réellement autour de moi. Je me sentais défaillir. Je grognais lorsque je sentis qu’on le soulevait pour que je me mette debout. Est-ce que mes jambes allaient supporter mon poids ? Apparemment oui. Mais elles étaient tremblantes et hésitantes. Ma vue se brouilla à maintes reprise pendant que Leylane, je suppose, m’emmenait vers mon salut. Intérieurement, je suppliais ma mère d’intercédé en ma faveur auprès de Gar’Haz. Une vive lumière me fit fermer les yeux. Je suivais les pas de l’elfe qui me portait à demi. Je sentais que je geignais de douleur mais n’en avais pas réellement conscience. J’avais trop joué avec le feu. Tudieu… Ce que je suis stupide parfois. Je sentis un bout de nez humide se poser sur ma joue. Lölö, il était toujours là. J’essayais de lever la main vers lui pour le rassurer mais rien ne se produisit. Soupirant et haletant, je tentais de parler à Leylane.

Laisses moi là. J’en peux plus.

Je ne sais pas si elle m’entendit car j’avais à peine articulé les mots et ce dans un souffle à peine audible. Je sentais le sang couler le long de mes vêtements. Ils devaient être maculés de rouge. J’entendis un brouhaha incompréhensible, on avait dû quitter la ruelle sombre depuis un moment et être quelque part où il y a plus de monde. J’entendis un bruit de porte qui grince en s’ouvrant et une voix s’exclamer de surprise. On me souleva, mes jambes ne touchaient plus terre. Je sentis la douceur d’un lit et les mains rassurantes de quelqu’un ôter mes vêtements. Puis, on m’ouvrit la bouche et y versa une mixture au goût amer que j’eus envie de recracher. Mais je n’en eus pas la force et avalais le breuvage. Je me sentis comme anesthésiée. Je sentais qu’on trifouillait ma blessure et quelque chose entrer et sortir de ma peau mais sans douleur. Puis, je sombrais dans l’inconscience.

Trois heures plus tard

J’ouvris les yeux, découvrant une petite pièce aux couleurs ternis et mauves. Une main se posa sur mon épaule et une voix féminine me dit de ne pas bouger pour le moment, la drogue faisait encore un peu effet et je risquais d’ouvrir à nouveau ma plaie. Elle ajouta :

Encore un peu et l’infection était fatale. Tu dois être aimée des Dieux petite.

Je tournais la tête vers la douce voix. C’était une belle elfin aux ailes bien grises et au regard pourpre. Ses cheveux bruns étaient noués en une queue de cheval sobre. Sa peau, brunâtre, était brillante et son sourire satisfait me faisait comprendre que j’étais tirée d’affaire.

Ton amie est dans une des chambres, elle viendra quand elle sera prête m’a-t-elle dit.

Mon amie ? Quelle am… Ah, oui Leylane. L’elfin souleva la couverture sous laquelle j’étais et vérifia les points de sutures.

Parfait ! Pas de rougeur ni de pue.

Elle remit la couverture sur mon corps frigorifié. Je la remerciais humblement. J’espérais voir Leylane pour en savoir plus sur l’elfe.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 20:54
Voilà un long moment que la demi-déesse avait laissé sa "semblable" aux mains des soigneurs. D'autres seraient restés pour la veiller, mais ce n'était son genre. De plus, elle avait ses propres affaires à gérer. Seule dans la chambre qu'elle avait loué pour la nuit dans la même auberge, elle avait trouvé un rat, qu'elle avait utilisé pour tenter d'affiner sa vision de l'enfant. En faisant le vide dans son esprit, elle avait pu entrevoir que cet enfant était celui d'Özan. Mais elle n'avait rien pu voir de plus. Ni sa localisation, ni son nom, ni son âge,... rien. Elle était déjà satisfaite que les trames du temps lui aient accordé d'en savoir plus. Il ne fallait pas non plus trop en demander, deux visions rapprochées sur le même objet, c'était plus qu'il ne lui en fallait.
Ce qu'elle ne parvenait pas à comprendre, c'était : que devait-elle faire par rapport à cette enfant ? Elle avait tenté d'entrer en communication avec son géniteur, mais elle n'avait pu établir le contact. Sans doute qu'il était occupé ou qu'elle n'était pas assez concentrée. De dépit, Leylane avait brusquement repoussé la cuvette. Elle retenterait plus tard, pour l'heure, elle pensait à dresser une liste des personnes susceptibles de l'aider. Pour l'affaire de l'enfant, et pour ce qui l'avait amenée en premier lieu, son fils. Mais quelqu'un frappa à sa porte.

- Madame, votre amie est réveillée. L'infirmière vérifie sa plaie, mais vous pouvez déjà aller lui rendre visite.

Son amie ? Elle n'aurait pas été jusque là, elle venait à peine de la rencontrer. Mais selon leur généalogie, elles étaient plutôt cousines. Cela, même si elle n'avait rien révélé de son lien avec Gar'Haz à la dénommée Sëya. Elle soupira en étirant ses bras et annonça à la personne qu'elle avait reçu son message. Inutile d'éterniser la conversation pour si peu. Elle aurait souhaité se reposer quelques instants, le voyage et la rencontre avec les adorateurs d'Özan l'avaient quelque peu fatiguée.
Avant de quitter la pièce, Leylane vérifia la présence de ses armes à la ceinture, et remit sa capuche sur son visage. Elle prit son arc et referma la porte derrière en prenant la clé. Elle avait beau être dans une auberge, elle se sentait plus en sécurité lorsqu'elle avait ses armes avec elle. Elle vit l'elfin chargée des soins sortir de la chambre, et se dirigea donc vers la porte entrouverte. Sans daigner frapper pour s'annoncer, elle entra et referma aussi la porte. Elle s'adressa à la fille de Thäa du même ton apathique dont elle avait fait preuve jusque là.

- Bien, je vois que tu vas mieux...

Dans le même mouvement, elle prit place contre le mur en face du lit.

- Nous ne savons toujours pas qui les a envoyé te tuer. Ni comment ils ont su pour.. ta parenté. Mais il semblerait que l'enfant d'un dieu soit impliqué. Il m'a été révélé que cette enfant était celle d'Özan... Je ne sais malheureusement rien d'autre, pour le moment.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 21:12
Etendue sur le lit, je songeais. Pourquoi ces types voulaient la mort des demi-divinités ? Qui leur avait dit qui j’étais ? Je soupirais et croisais mes bras derrière ma tête, lasse et fatiguée. Mes yeux commençaient à se fermer quand la porte s’ouvrit sur Leylane. Elle n’avait même pas toqué. Bwarf, qu’importe. Je la fixais, l’écoutant parler. Une enfant d’Özan ? Ce dernier n’était-il pas enfermé dans un volcan ? Bon c’est vrai qu’il était un Dieu et avait eu le temps de trouver un moyen de quitter sa prison. Je secouais la tête et me redressais en position assise en grimaçant. Quel était le rapport entre l’enfant et moi ? Si ce n’est que, techniquement parlant, elle était ma tante. Özan étant le père de Thaä… Un plus un a toujours fait deux, non ? Mon regard bifurqua sur Leylane, ce sentiment étrange en sa présence… Qui était-elle ?

Qui es-tu en réalité, Leylane ?

Demandais-je à mi-voix, un peu inquiète de sa réaction. Je l’avais vu faire des choses impossibles pour un mortel simple. Elle ne pouvait qu’être l’enfant d’une Divinité. Et j’avais une légère idée sur son parent. Jurk ou Gar’Haz. Mais je ne dis rien. Attendant sagement sa réponse. Quelle journée tudieu ! Je m’allongeais à nouveau, ayant trop mal à ma blessure. Dire que je voulais partir à l’aventure et que cela avait mal commencé… Pas de chance sûrement. Je secouais la tête, retenant mes larmes. Je voulais voir ma mère adoptive d’un coup. Elle m’aurait prise dans ses bras et m’aurait rassurée.

Je fermais les yeux quelques secondes et j’eus la sensation que Thaä était là. Mes paupières s’ouvrir en un quart de secondes. Personne. Enfin en dehors de Leylane. L’elfe n’avait toujours pas décroché un mot. Etait-elle songeuse ? A quoi pouvait-elle penser ?

Cette gosse, tu peux réussir à avoir plus d’informations sur elle ?

Demandais-je doucement pour ne pas la brusquer. J’avais les bras le long du corps et tapotais du bout des doigts les couvertures. Je ne savais que penser de tout ça. Je me posais beaucoup de questions. Peut-être devrais-je entrer en contact avec ma mère, histoire d’éclaircir tout ça. Mais pas maintenant, j’étais trop épuisée.

Leylane ? Dis-je avec douceur. Tu as quel âge ?
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Déc - 0:12
- Je ne suis pas ici pour parler de moi...

Non pas quelle ne fasse pas confiance à Sëya, après tout, elle ne lui aurait pas sauvé la vie si elle n'en avait pas un minimum. Mais le moment n'était pas à se faire des confidences personnelles, elle ne la connaissait que depuis très peu de temps. A peine quelques heures. De plus, elle n'était pas de ceux qui aiment parler d'eux.

- Je pourrais... Mais il n'est pas certain que je puisse le faire à nouveau dans un futur proche. Les visions sont aléatoires, semble-t-il. Je peux voir un évènement passé, présent, ou futur. Mais le futur n'est jamais défini avec certitude, il peut être influencé. Je m'estime chanceuse d'avoir pu visualiser deux fois consécutives cette enfant...

La prochaine fois, elle verrait peut-être l'affrontement entre Keira et Morloc, un abordage entre deux navires, ou une naissance, un décès, un mariage, ou tout autre chose, se déroulant à des semaines de voyage. Rien n'était jamais prévisible à l'avance quand on lisait les entrailles.
Leylane avoua cependant qu'elle pouvait essayer de récolter des informations par divers contacts, mais que cela pourrait prendre du temps. Elle lui décrivit aussi l'enfant. Une jeune tahoras aux yeux vairons, deux ailes blanches, et des cheveux roux. Si la vision ne lui avait pas menti, bien entendu. Qui sait ce qu'Özan était capable de faire ? Mais elle n'en dit rien à la mzékils. Elle aurait simplement besoin de la description.
Si elle pouvait voir ou lire dans les entrailles, cela ressemblait seulement à une suite d'informations, de flashs, donnant vie à quelque chose. Mais elle était la seule à comprendre ces images, et il n'y avait justement que des "images". Il faudrait juste avoir de la patience avant qu'elle ne puisse en savoir plus sur l'enfant du dieu chaotique.

- Plus vieille, bien plus vieille que toi... Plus que Morloc, même...

Elle avait plus de trois-cents ans. Trois-cent trente-cinq ans, exactement. Et pourtant, elle n'était même pas à la moitié de sa vie. D'autant qu'elle ne savait pas si les demi-dieux profitaient aussi de la longévité de leur parent hors du commun. Elle était donc encore une "jeune" elfe selon certains critères. L'indice concernant l'ancien Dieu-Empereur ne devrait donc pas énormément surprendre la jeune mzékils.
Mais elle avait failli oublier le but de sa venue première. Si la fille de Thäa était une locale, peut-être pourrait-elle l'aider.

- En attendant d'en savoir plus, dis-moi, vis-tu à Cescan ?

Après la guerrière, elle laissait place à la mère, tout en gardant une expression neutre. Elle voulait s'assurer que celui qu'elle avait vu dans une vision était toujours en vie, s'il était son fils, bien entendu. Il y aurait sans doute sa sœur dans les environs. Elle n'avait pas revu ses jumeaux depuis bien des années. Peut-être qu'ils ne savaient même pas qui était leur vraie mère...

- Une vision m'a révélé que quelqu'un de proche est susceptible d'être en ville. Dans l'arène, plus précisément...

Ses enfants avaient-ils toujours les prénoms qu'elle leur avait donné, d'ailleurs ? Elle faisait confiance au couple à qui elle les avait confié, mais cela faisait tellement d'années... Pensive, elle sembla réfléchir un court instant.

- Kyren... et sa sœur se nomme Maiev... Cela te dit quelque chose ?
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Déc - 0:29
Je ne savais que comprendre des mots de Leylane, elle était plus ancienne que le déchu Morloc, l’ancien Dieu-Empereur, ancêtre du Prince. Elle devait donc avoir au moins trois-cent ans. Mes yeux s’arrondir, c’était une grand-mère ! J’esquissais un sourire amusé, elle devait facilement avoir dix à quinze fois mon âge. Ce n’était pas rien. Peut-être devrais-je lui dire vous au lieu de tu ? Nan… J’aime pas les vouvoiements. Elle me demanda ensuite si je vivais dans la vile, je me contentais de hocher la tête. Je n’étais pas native du lieu mais j’y avais passé presque toute ma vie. Elle m’expliqua qu’un de ses proches était en ce lieu, plus précisément à l’arène. Un mécréant ? Possible. L’arcaëllien en question se nommait Kyren et il avait une sœur du nom de Maiev. Ça me disait vaguement quelque chose. Les jumeaux blancs ? l'un d'eux était gladiateur bossant sur le sable de l’arène. Il était là pour le meurtre d’un haut dignitaire suspectait de malfaçon. A nouveau, je hochais la tête. Avant de répondre, j’attrapais le verre d’eau posé sur la table de chevet et bue. Posant délicatement le contenant, je me raclais la gorge.

L'arcaëllien blancs ou furie blanche. Oui, j’en ai entendu parler. Cela doit faire quatre mois que son procès a eu lieu et qu’il a été condamné à l’arène. Il doit gagner cent combats . Mais, comme tout gladiateur, en graissant la patte du régisseur, on peut les faire sortir.

Cette ville ne vivait que par les coups en douce et les dessous de table. C’est comme ça que j’avais pu être adoptée. Je soupirais doucement. Leylane m’intriguait pas mal. Je voulais la revoir et en apprendre plus sur elle. Mais, je l’avais bien compris, elle ne dirait rien sur sa personne.

Je suis fatiguée, Leylane. Mais… J’ai peur qu’on m’attaque. Tu peux rester un peu dans ma chambre ?

J’avais conscience d’avoir eu une voix enfantine presque suppliante. Mais qu’importe. Je n’avais pas envie de mourir cette nuit.
Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Déc - 14:02
Leylane masqua sa surprise. Son fils avait été condamné à l'arène ? Qu'avait-il donc fait pour mériter ce sort ? D'autant que la norme était de cinquante combats, pas cent. Le procès avait du être truqué, elle ne voyait pas d'autre explication. Mais l'imagination des habitants du coin pour les surnoms n'avait pas changée. Furie blanche ou arcaëllien blanc... En quatre mois, personne n'avait trouvé mieux. Sëya ne lui dit rien sur Maiev. Y avait-il quelque chose à dire ? Elle devait être en vie elle aussi.
Elle décida de se rendre à l'arène aux premières lueurs du jour le lendemain. Elle était peut-être considérée froide, mais elle restait la mère de Kyren. Si elle pouvait faire quoi que ce soit pour l'aider, elle le ferait. Elle trouverait un moyen, c'était certain...

- Merci. J'irais dès demain à l'arène... Y a-t-il quelque chose à propos de sa sœur ?

Ses enfants se souvenaient-ils d'elle au moins ? Elle n'avait pas été très présente pour eux. La dernière fois qu'elle les avait vu remontait à leur enfance, et aujourd'hui ils étaient adultes. Qui pouvait savoir ce que leur famille de substitution leur avait dit ? En vingt ans, elle avait probablement été remplacée par la jeune humaine, et son mari, qui avaient progressivement été appelés "Papa" et "Maman". Devait-elle vraiment aller les voir ? Elle hésitait, mais elle avait eu cette vision, elle devait forcément avoir de l'importance. La demi-déesse se dit que ce n'était pas par hasard, elle irait, mais attendrait de voir la réaction de Kyren, et de Maiev si elle était elle aussi présente.
La demande de la mzékils, cependant, la tira de ses pensées. Elle qui affirmait ne pas être une enfant quelques heures auparavant, voilà qu'elle la suppliait presque de rester, avec une voix adaptée. Leylane secoua la tête lentement.

- Tu ne crains rien, ici. Il y a du monde dans les autres chambres, la mienne est à côté... Elle hésita une seconde. Dans la ruelle, tu as fait apparaitre des animaux. Je pense que tu peux réitérer la chose avec un chien pour te protéger. Au moindre danger, tout le monde sera prévenu.

Elle se dirigea vers la porte.

- Repose-toi, tu en as besoin...

Elle profiterait de la nuit pour dresser la liste de ses contacts pouvant aider à retrouver l'enfant d'Özan, et à essayer de joindre Gar'Haz, il saurait peut-être quelque chose. Après, seulement, elle prendrait du repos.
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc - 9:21
Pourquoi la furie blanche l’intéressait autant ? En fait, ça ne me regardait pas, en aucun cas. Je décidais de ne pas poser de question. Elle refusa de rester avec moi, affirmant que je ne risquais rien. Je hochais la tête, un peu incertaine. Elle quitta la pièce me disant que j’avais besoin de repos. Fixant le plafond, je songeais à mes premiers déboires. J’allais devoir être sur mes gardes à cause d’eux. Les adorateurs d’Özan. Je soupirais doucement, étendis la main droite et fis apparaitre un petit chien pas plus gros qu’un chat. Je le posais sur le sol et lui demandais de monter la garde. Il jappa et se coucha à côté de mon lit en fixant la porte. Je n’étais guère plus rassurée mais au moins j’avais un gardien. Je fermais les yeux et me laissais aller au sommeil. Mon repos fut troublé par nombres de cauchemars effrayants. Plusieurs fois je me réveillais en sueur.

Le lendemain matin

J’ouvris les yeux, le soleil était à peine levé. Je sortis du lit, un peu tremblante. J’enfilais mes vêtements et fis disparaitre le chien. Je quittais la chambre en silence. Me dirigeant vers la salle de repas, je commandais un petit déjeuner. Une fois le repas engloutis, je réglais ma note et m’en allais sans même dire adieu à Leylane. Je pris la direction du port, mon voyage avait été retardé mais ce n’était rien. J’avais pu choisir ma destination : les Cités Blanches.

Après quelques heures de recherche, j’avais trouvé un navire en partance pour ma destination. Le bateau était prêt à partir et j’avais une chouette cabine. La capitaine, une xen, dirigeait ses marins d’une main de fer. Mon voyage pouvait commencer.

Niveau 6
avatar
Je suis dispo pour : 0/1
Expérience : 142

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez
Groupes: Principauté
Race: Demi-Déesse fille de Thaä et d'un mzékils.
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 6



Pouvoirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc - 20:55
La nuit se déroula calmement. Aucun incident ne vint troubler la quiétude de l'établissement. Leylane entendit plusieurs fois Sëya se réveiller, son sommeil avait l'air agité. Mais à part cela, rien ne la poussa à faire irruption dans sa chambre, arme à la main. Elle n'avait trouvé aucun animal pour tenter d'en savoir plus sur l'enfant d'Özan, à son grand dam. Pas plus qu'elle n'avait pu entrer en contact avec son père, le dieu des Enfers. Cela lui aurait été sacrément utile... Mais la nécromancie et la communication avec un dieu étaient loin d'être du gâteau. Sa liste d'aides potentielles était déjà faite quand elle ressentit les effets de la fatigue. De guerre lasse, la semi-elfe se dévêtit, gardant une lame à portée de main, et finit par se mettre au lit. Si au final, elle resta quelques instants éveillée à fixer la fenêtre, elle s'endormit en pensant à ses enfants, à ce qu'il lui faudrait faire pour les trouver, ou entrer en contact avec eux.

[...]

Une fois réveillée, le lendemain, elle enfila une tenue propre après s'être lavée. Elle se fit monter un petit-déjeuner composé d'un gâteau, d'un bol de thé, d’œufs et de lard. Certains prenaient de la bière, mais si tôt le matin, elle jugeait cela fort peu conscient. Mieux valait garder la tête froide. Elle relisait sa liste quand le patron frappa à sa porte pour lui annoncer que la mzékils avait réglé sa note avant de partir. Sans la saluer. Elle fut tentée de la rattraper, mais elle avait sans doute ses raisons pour agir ainsi. Et puis... Leylane avait aussi ses propres plans. Elle ne doutait cependant pas de retrouver la fille de Thäa en d'autres circonstances. Leurs parents se chargeraient d'amener cela en temps et en heure.
Après avoir fini de manger et de boire, la nécromancienne enfila le reste de sa tenue, son armure. Sa pèlerine et son armement vinrent en dernier. Elle aussi régla sa note avant de se diriger vers l'arène. Les combats commençaient assez tôt, il y avait toujours des badauds pour y assister. Elle prendrait contact avec sa liste plus tard dans la journée...
Niveau 2
avatar
Je suis dispo pour : 1 RP en cours, 1 Libre
Identité : Mon journal
Expérience : 81

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Thâ, Dën, Nécromancie
Groupes: Neutre
Race: Demi-Déesse (Gar'Haz)
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 2
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Le Monde d'Arcaëlle [ZONE RP] :: Yban :: Nord :: Cescan (Capitale) :: Port-