Et c'est partis pour une bonne bagarre de taverne!

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Nord :: Faznyut Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 7 Nov - 15:59
Et c'est partis pour une bonne bagarre de taverne!
A vouloir faire le héro ont finis souvent dans la tombe.
J'avais fini par arriver en ville après mes dernières péripéties ! Deux semaines d'errance avant d'atteindre Faznyut. La cité blanche aux remparts blancs immaculés fut assez impressionnante à voir même alors que j'étais à une demi-journée de cheval.
J'ai progressé sans peine croisant des patrouilleurs de la cité qui veillaient à la sécurité des fermiers qui fournissaient en nourriture la glorieuse cité. J'avais hâte d'arrivée en ville, j'avais assez d'argent pour faire quelques emplettes et rester un moment pour me reposer. J'avais le rêve de revenir avec beaucoup de connaissances et de ressources dans ma forêt natale pour m'y établir à temps complet, mais avant cela, j'avais encore fort à faire !

J'ai réussi à entrer en ville sans problème et je me suis m'y en quête d'une auberge pour les prochaines nuits. Faznyut était très animé, nous étions en milieu de mâtiner et déjà, les commerçants hurlaient et vantaient les mérites de leurs produits, je progressais à pied, car les chevaux étaient parqué aux écuries hors de la ville pour garantir plus de propreté. Je profitais des parfums de viandes musquées, de l'odeur chaude et sucrée des gâteaux au miel à chaque pas en avant ! J'avais bien presque oublié quel plaisir, c'était d'errer en ville après toutes ses semaines en pleine nature.

Ombrefeu attirait quelques regards, mais beaucoup d'habitants étaient tout aussi uniques et elle n'attira plus guère l'attention ce qui la rassurait tout en l’agaçant de ne pas être le centre d'attention. J'ai fini après plusieurs heures à trouver une auberge au prix raisonnable et bien fréquenté près de la place du marché. J'ai immédiatement posé mes affaires dans ma chambre avant d'aller profiter de l'ambiance de la grande salle de cette auberge de deux étages aux murs de pierre solide percée de fenêtre aux volets bleue avec son toit d'ardoise rouge brique.

Ombrefeu et moi avons pris place dans un coin de la grande salle à une petite table ronde de bois vernis avec deux chaises de bonnes factures malgré leurs aspect spartiate. Un ménestrel chantait et jouait des ballades à la demande des clients en récoltant quelques pièces près de l'âtre de la grande cheminée, j'étais heureux de pouvoir m'accouder à table en écoutant les musiques entraînantes du ménestrel alors qu'Ombrefeu s'était lové sur la table même alors que j'écrivais dans un livre avec un peu d'encres ce que j'avais appris ces derniers temps sur le monde et sur la magie que j'utilisais.

Le soir venant assez vite, une serveuse arriva à ma table pour y allumer une chandelle en e proposant de commander un dîner... Je réfléchis quelques instants en admirant le beau visage rond orné de deux saphirs de la petite serveuse aux cheveux d'encre, lisse et lui tombant sur la poitrine.
Je lui demandais avec une politesse enjouée et agréable un repas et une cruche de cidre doux en terminant la surnommé d'un nom affectueux qui la fit rougir alors qu'elle partait s'occuper de ma commande.

Elle revint un instant plus tard avec du bœuf rôtis et des patates fris, une cruche de cidre, et même une serviette. Elle était toujours aussi écarlate en revenant me voir et passant outre les remarques d'Ombrefeu sur ma prétendue tendance à aimer mettre dans l'embarras les gens que je croisais, je la remercia avec joie et alors qu'elle regardais avec curiosité ma renarde, je lui avoua qu'Ombrefeu aimait être caressé. La serveuse sourit et grattait les oreilles de la renarde qui en ronronnait presque de plaisir.
Je donnai à la serveuse une pièce de plus que la note pour son agréable compagnie. Je savais qu'en étant si agréable et généreux, elle serait bien plus en disposition de me raconter les rumeurs qu'elle entendrait dans l'auberge sur ce qui se passait en ville, j'étais aussi sûr qu'en faisant un minimum de charme, elle accepterait de m'offrir un tout petit plus de service dans l'auberge. Elle repartit en hâte s'occuper d'autres table et je lui souhaita une agréable soirée en baissant mon chapeau sur mon visage en observant la salle tout en mangeant et buvant avec plaisir le délicieux repas, je laissais Ombrefeu chiper quelques bouts de viande pour qu'elle reprenne un peu de poids suite à sa petite infection d'il y a une semaine.

C'est là que je les entendis entrer... Un loubard de la taille d'un géant, tout en muscle et en écaille qui riait avec ses compagnons... Un type avec des ailes et une elfe !
J'ai failli recracher mon cidre en le voyant, mais je me suis fait discret et j'ai continué à les observer, néanmoins, j'ai ordonné à Ombrefeu de se dissimuler sur la chaise à côté de moi plutôt que de rester si visible.

J'ai continué à profiter de la soirée, la serveuse est revenu un peu plus tard en récupérant les couverts et m'apporter un gâteau de pommes et de lait. J'en fusse surpris et je lui offris un sourire sincère et joyeux, il est rare d'être ainsi dorloté. Je lui ai offert une nouvelle pièce et lui est assuré qu'elle pourrait venir jouer avec Ombrefeu lorsqu'elle aurait fini sa journée.
Elle repartit, un sourire joyeux aux lèvres et j'ai dégusté le délicieux gâteau, après avoir vérifié à l'aide de ma magie s'il n'était pas empoisonné.

J'ai profité des airs laconiques et doux du ménestrel jusque tard dans la nuit, je pensais que j'allais pouvoir partir sans attirer l'attention, mais le groupe de l'elfe refusait d'aller se coucher à l'étage... Je remarquais une chose, ils étaient armés... Bien armée... Je n'avais que ma dague sur moi alors j'ai commencé à me questionner. J'ai observé durant la soirée qu'ils surveillaient discrètement deux tables, une à deux pas de la mienne et la deuxième plus près de la porte, quatre hommes à chaque table, d'apparence diverse et standard sans signe distinct, mais... Eux aussi étaient armées... Part Awilda je crois qu'une bagarre se prépare !

La serveuse que j'appréciais alla servir la table près de moi plus tard encore et l'un des hommes attrapa son poignet. Elle tenta de se défaire de l'emprise, mais l'autre serra et l attira plus près...
Je pense que je dois intervenir !

Je me suis levé et j'ai approché du groupe à la table après avoir laissé mon chapeau sur Ombrefeu. Je suis sûr que l'elfe ma vue maintenant, mais tant pis !
L'homme me voit arrivé et relâche la serveuse en la jetant sur moi en me regardant d'un œil mauvais. J'ai rattrapé la serveuse et lui ai soufflé de ce cacher en haut, elle est partie en me remerciant et j'ai fait face quatre types avec deux haches et deux épées contre moi... C'est plutôt mal parti!

L'un des types commence à ouvrir la bouche avec arrogance et moquerie :
"Alors, qu'est-ce que tu veux l'étranger ?! Ta perdue, ton chemin, va retrouver ta catin, je suis d'humeur miséricordieuse ce soir, après tout t'a quand même eu les couilles de te lever et de venir la chercher! HAHAHA!" Commence-t-il à dire...

Je commence à rire en même temps que lui et ses compagnons, je me souviens des leçons de didiorkar, ne jamais céder aux provocations, laisse couler les insultes, renvoie les sur tes adversaires pour les pousser à la fautes... Fatale.

"Tu te moques de moi étranger ?!" Rugis, le chef des quatre idiots, je peux voir les autres occupants de la table plus loin, qui s'agitent, mais ils semblent plus sobres et presque inquiet que leurs collègues manifestement ivres se donnent en spectacle.

"Je n'ai aucun besoin de me moquer de toi, tu t'en charges très bien seul, après tout, c'est moi qui vais passer une agréable soirée avec une jolie serveuse alors que toi et tes amis aller surement devoir passer la nuit tous ensemble entre vous... Je me demande qui fait la femme entre vous." Je finis par un rire moqueur en voyant le rouge monter au visage des hommes et alors que l'un d'eux fonçait sur moi, j'étais déjà prêt à le recevoir !

Un homme fin et élancé armé d'une fine lame de fer chargea et tenta un coup d'estoc vers mon ventre, je saisis une chaise sur ma gauche et dans un coup horizontale, je frappai le bras de l'homme avec qui grogna en gardant son arme, mais plus vers moi, je poursuivis en lançant ma jambe et ma botte droit sur lui qui en atteignant ses cotes produisit un craquement sous le choc et laissa l'homme tomber sur son flanc en criant de douleur.

Les trois autres hurlèrent en me fonçant dessus, je reculait jusqu'à ma table et y monta alors qu'un d'eux abattait sa hache sur le bois de la table, j'en profita pour le frapper de ma botte droit sur son nez avec force le forçant à laisser son arme ficher dans la table, le chef des hommes balaya mes jambes d'un coup de lame, j'esquivais d'un saut avant de l'envoyer en arrière avec un coup de pied le derniers type voulus en profiter mais je sauta de la table et alors que le meuble nous séparait je donna un coup de pied pour la renverser et m'en servir de bélier pour foncer dans le derniers gars et l'écraser contre le mur.

Je reculais alors que Ombrefeu avec mon chapeau dans la gueule me rejoignais et que je me dirigeais vers le centre de la grande salle pour pouvoir voir de loin les quatre idiots quand ils se relèveraient pour retourner à la charge...
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Déc - 21:53


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

« Mais t’es complètement malade par Uoc’Thuy ! C’est pas possible d’être aussi… »

Ainsi commença le long, long monologue de Kurk l’imposant virenpien qui était ce qui se rapprochait le plus du terme « ami » pour Yria. Cela faisait à peine quelque jours que notre intrépide elfe était rentrée de son périlleux voyage couverte de blessures fraichement soignées, à moitié folle à cause de la fatigue mais tout de même fière de sa réussite dans la quête de l’arme maudite d’Özan. Quelques jours seulement et pourtant ses plus fidèles compagnons parmi les chasseurs étaient déjà à ses côtés, ils s’étaient tous les trois retrouvé en territoire calme dans les cités blanche non loin de la ville de Faznyut.

Le premier jours elle s’était contenté de supplier ses deux amis de veiller sur son sommeil, de l’immobiliser si il se passait quoi que ce soit de suspect et de la tuer si nécessaire avec une petite mention supplémentaire leur signalant qu’il ne fallait absolument pas toucher l’arc qu’elle transportait avec elle. Pas d’explication supplémentaire, rien d’autre que son apparence suffisamment éloquente pour convaincre le virenpien et l’elfin. C’est donc avec une relative sérénité et une confiance totale en ses deux compagnons qu’Yria s’était endormie et au fin fond de son esprit Yämëy avait jugé qu’il n’était pas rentable de l’assaillir une fois de plus. Dans tous les cas il n’arriverait certainement pas à se débarrasser et son hôte et des deux guerriers, d’autant plus qu’il la savait suffisamment pragmatique pour ne pas douter une seule seconde des capacités des deux arcaëllien.

Aussi loin qu’elle s’en souvenait, jamais Yria n’avait autant dormis. Elle avait fermé les yeux alors que le soleil était encore haut dans le ciel et il était au moins aussi haut lorsqu’elle les ouvrit. Mais peu lui importait de savoir qu’elle avait dormi un jour ou une semaine, elle était plus en forme que jamais et surtout elle était toujours elle même. S’ensuivit une longue explication ou elle présentait à Kurk et Malvin son chemin jusqu’au bois blanc, sa découverte de l’artefact maudit et sa rencontre avec un membre isolé des adorateurs d’Özan. Elle n’oublia rien et fut franche à propos de tout, donnant le maximum de détail aux deux arcaëlliens. Mais pourquoi ? Pourquoi ne pas cacher, par exemple, le moment ou elle avait brutalement assassiner une enfant à cause de sa quête ? Certainement parce qu’elle ne veut pas cacher de choses aussi importantes à ses amis.

Plus vraisemblablement Yria a donné le maximum de détail afin que les deux chasseurs soient au  courant de l’existence de ces armes maudites et qu’ils puissent deviner dans le meilleur des cas leur présence. Ensuite il est possible qu’Yria révèle ainsi crûment la vérité afin de laisser à ceux qu’elles considère comme proche le choix de la juger ou non, quoi qu’il en soit nous pouvons désormais retourner aux début de ce texte.

« Mais t’es complètement malade par Uoc’Thuy ! C’est pas possible d’être aussi… »

Kurk, dont la force de caractère n’a d’égal que sa masse musculaire répartie tout du haut de ses trois mètres, avait explosé dès le moment ou Yria avait finalement posé le point final de son récit.  L’elfe l’écouta les premières secondes avant de le laisser agrémenter le fond sonore, elle savait très bien que pour le moment ses paroles n’avait rien de pertinents. Sa véritables pensée apparaitrait lorsqu’il se sera suffisamment fatigué à brailler comme un gamin qui veut du lait. Elle s’intéressa plutôt à Malvin, l’elfin aux ailes grisâtre et atrophiées bien plus svelte et effacé que son imposant compagnon. Le métisse n’ouvrait pas la bouche, cela était inutile lorsqu’un virenpien plus remonté qu’un volcan en éruption prenait la parole, mais ses yeux parlaient.

L’elfe et l’elfin eurent ainsi une discussion silencieuse jusqu’au moment ou Kurk se rendit compte que ses deux compagnons ne l’écoutaient pas. Il se racla bruyamment la gorge afin de capter de nouveau leur attention avant de fixer les yeux carmin d’Yria de ses deux billes noires.

« Est-ce que ça en valait la peine ? »

La chasseuse esquissa un sourire, les yeux de Malvin posaient exactement la même question et bizarrement en son fort intérieur elle sentait le regard intéressé du démon à l’annonce de cette question. Le silence régna quelques seconde supplémentaire avant qu’elle ne le brise.

« Il fait soif vous ne trouvez pas ? Et si on allez en ville plutôt que de rester au milieu de nul part pour discuter ? Un petit vers ne nous ferait pas de mal. »

Les deux chasseurs se levèrent comme si elle venait de donner un ordre, ne doutant pas une seconde qu’elle leur donnerait sa réponse une fois installé au bar. Ils savaient que l’elfe était une arcaëllienne d’honneur. Yämëy par contre siffla de mécontentement tout en la couvrant de menace et de synonyme de couarde, ce qui la fit sourire de plus belle. Elle n’avait jamais sentit le démon aussi léger.

Les trois compagnons atterrir finalement dans une taverne plutôt agréable et même si la population qui l’habitait ressemblait plus à celle d’un bar des bas quartier de la principauté ils n’avaient aucune crainte. Après tout ils étaient équipés et avaient assez d’expérience pour se débarrasser que quelques bandit ou coupe jarret. Kurk ne pu contenir son impatience plus longtemps et dès qu’ils furent installée il relança la discussion sans attendre les boissons. Sans s’en offusquer Yria prit la parole et commença à annoncer dans un premier temps les avantages stratégiques qu’apporter la possession d’un tel artefact dans leur guerre contre les hayert’väal. L’arc avait d’ailleurs été soigneusement entouré de tissu pareil à celui qui recouvrait le bras marqué par le feu de l’elfe. Puis elle dévia au fur et à mesure sur ses sentiments personnels, sur sa « relation » avec le démon et sur le défi personnel que cela représentait.

Et oui, notre elfe n’était pas que pragmatisme et froid calcul, l’orgueil et les sensations fortes avaient aussi leur importance et depuis les événements ayant précédé l’avènement de l’Enac elle n’avait pas vécu d’expérience aussi forte… De l’agitation avait commencé à se faire sentir dans la salle et le regard d’Yria, qui venait de recouvrer toutes ses capacités, fusa vers la source. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle reconnut Grégoire Boisdefer le jeune homme, ex-prisonnier, qu’ils avaient fait évader. Elle n’en gardait pas que de bon souvenirs mais au moins elle se souvenait de lui, de même que Kurk visiblement car celui ci avait laissé apparaitre un grand sourire en reconnaissant le gamin.

Il y avait un accrochage entre le jeune homme est un groupe d’arcaëlliens armés à propos de la sécurité d’une serveuse. Soit, ce n’est pas le litige le plus profond de l’histoire mais on a vu pire. Quoi qu’il en soit l’humain venait de faire une belle démonstration de ses talents en combat de bar et il avait fini par se placer au centre de la salle afin d’avoir une vue dégagée sur ses assaillants. Les clients lambda avaient commencer à fuir la taverne et le tenancier fulminait en hurlant sur les belligérant et en les menaçant au nom de tous les dieux. Les trois chasseurs n’avait pas esquissé de mouvement pour le moment, préférant observer la situation avant d’entrer en scène.

Et ce fut certainement la bonne décisions car ils purent apercevoir la deuxième tablé d’arcaëlliens armés se lever afin de prêter main forte au premier portant le combat à un total de huit contre un. Plutôt déséquilibré si vous voulez mon avis. Mais cela devenait intéressant pour les trois compagnons qui étaient en parti garant de l’ordre publique des cités blanches avec les gardes même si leur situation était plus complexe que ça. Mais huit arcaëlliens armés dans une taverne prêt à étriper un innocent ça commençait à devenir sérieux.

Yria fit un petit signe à Kurk qui se leva de tout son haut tout en adressant un bruyant salut pour Grégoire avant d’aller intercepter ceux qui escomptaient prendre à revers le jeune homme. Malvin quand à lui alla rassurer le propriétaire avant d’aller se placer aux côté de son ami à écailles. Yria observa la situation, l’apparition de deux pièces supplémentaires sur l’échiquier ne semblait pas perturber les troubles fêtes qui commençaient d’ailleurs à tirer leurs armes au clair face à ceux qui avaient oser se mettre en travers de leur chemin.

« Bougez vous ! C’est ce petit merdeux que ça concerne, z’allez regretter si vous vous mettez sur notre chemin. » menaça celui qui semblait être le chef de la seconde bande.

Malvin toussota « Je suis désolé mais c’est moi qui vais devoir vous mettre en garde. Mon monstrueux compagnon à un code de l’honneur particulier qui le force à aider tous ceux qui ont bu un verre avec lui donc il  va forcement se mettre sur votre chemin. »

« Alors comme ça vous voulez l’aider ? Vous allez le regretter… »

Yria arrêta de suivre ce morceau de la scène au moment elle comprit que l’affrontement était inévitable ce qui était inintéressant. A la place elle se leva et alla rejoindre le front de Grégoire qui lui aussi ne devait avoir que de bon souvenirs à son sujet, avant qu’il n’entre de nouveau en collision avec le premier groupe. Une fois arrivé à sa hauteur elle dégaina sa lame lentement dans un chuintement caractéristiques des lames de qualités.

« Bonsoir Grégoire, en quoi puis-je vous être utile ce soir ? A moins que je ne trompe et que la situation soit totalement sous votre contrôle. »

C’est à ce moment que les arcaëllien passèrent à l’action, celui qui semblait être le chef s’était lancé sur le jeune homme et les trois autres sur la pauvre elfe qui s’était rangé à ses côtés. Pourquoi adopter une stratégie aussi déséquilibré ? Cette question traversa l’esprit d’Yria, peut être que le fait qu’elle soit armée la rendait plus dangereuse ? Ou peut être que le chef avait un semblant de code de l’honneur et voulait livrer son duel en tête à tête même si cela paraissait improbable. Yria soupira, comme d’habitude on revenait toujours à l’hypothèse ou la femelle, qui plus est ostensiblement blessée à  cause du bandage qui recouvrait son bras, attirait le plus de bandit.

Le premier coup arriva bien assez tôt, un coup de fendoir à la hache qu’Yria évita d’un pas en arrière. Il lui sembla évident que les mouvements de son premier assaillant étaient imbibés d’alcool, ils étaient lourds et quelques peu maladroit. Un de ses compagnons enchaina par une suite de coup qu’Yria para les uns après les autres avant de frapper du plat de sa lame sur la main de son adversaire afin de le désarmer, sans succès. Mais à peine eut-elle fini d’agresser les doigts de l’arcaëllien qu’elle passait à l’offensive à son tour. De petit coups, rapides et précis, forçant son opposant à reculer jusqu’au moment ou ses pieds heurtèrent le bois de la table fraichement fracassé.

Elle regarda avec satisfaction son adversaire s’écrouler avec de se baisser brusquement afin d’éviter le coup qui avait pour but de séparer sa tête de son corps. A moitié accroupie elle pivota vers les jambes de son adversaire avant de lancer sa lame contre les mollets de son nouvel adversaire. Celui esquiva d’un petit saut en arrière afin de laisser le champ libre à son troisième confrère qui abattit sa hache de nouveau vers la tête de l’elfe. Il est certain que cette situation aurait été problématique sans les quelques heures de sommeil dont elle avait profité. Yria esquiva in extremis grâce à une roulade osée puis se redressa. Cela faisait trop longtemps qu’elle ne pouvait pas bouger comme le souhaitait, cela lui faisait du bien de prendre ainsi des risque. Elle provoqua ses trois adversaire quelques peu médusés avec une moue déçue.

A cet instant grâce à la pureté des ses traits elfiques et au sourire qui suivit sa provocation, malgré ses siècles d’existence et pour la première fois depuis bien longtemps on pouvait comparer Yria à une enfant.


HRP:
 

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Déc - 14:07

Je crois que la situation m'échappe quand je vois les quatre compères du groupes ivres se lever en arrivant vers moi leurs armes aux clair... Je commence à penser que je n'ai plus le choix, je dégaine ma dague et me mets en garde prêts à bouger alors que je fait appelle à ma magie pour que mon avant bras gauche se couvre d'une écorce de fer. J'entends derrière moi les pas lourd du géant virenpien qui arrive dans mon dos et j'affiche alors un immense sourire, de huit contre un le combat vient de s'équilibrer de manière des plus honnêtes!
Malvin arrive et se lance dans une petite joute verbale avec le chef des hommes et je préfère garder le silence tandis que l'elfe prend place à mes côtés... Elle se lance même dans une petite pique qui me fais glousser.

"Mademoiselle Yria c'est avec un grand plaisir que j'apprécierais votre aide pour donner une leçon à ces margoulin!" Je m'exclame alors que les premiers coups s'échange avec rapidité.

J'ai remarqué que l'elfe porte un bandage à l'oeil ce qui doit probablement l'handicapé alors autant est galant et la soutenir au mieux.
Le chef à néanmoins décidé que ma tête ferait très bien sur sa cheminé et s'escrime de sa lame pour me la détacher du corps. Heureusement ma dague et mon gantelet de bois de fer pare ou dévie les coups avec des sifflements et des étincelles. Je ne peut venir en aide à personne avant d'avoir réussis à m'extraire du chef, je fait mine de reculer sous les coups du chef des hommes. Encore un peu... Un pas, deux pas... Je souris soudainement et cela semble surprendre le chef. J'attrape la lame de mon adversaire par mon gantelet et tente de lui enfoncer ma dague dans l'oeil de la main droite mais il oppose son avant bras au miens pour bloquer le coup, je lance mon genoux dans ses côtes et il grogne alors que ma lame s’approche un peu plus mais il tient encore, je pousse de toute mes forces et le colle contre un pilier de l'auberge avant de hurler:

"Maintenant!"

De la table juste à côté de nous Ombrefeu s'élance les crocs dehors vers la gorge du chef alors que je retiens ses bras et enfonce mon genoux dans son abdomen. Il pousse un derniers cris quand les crocs de ma renarde lui arrache la gorge avec férocité. Je l'achève en plantant dans son coeur ma dague et m'élance sans tarder alors qu'Ombrefeu se cache à nouveau dans l'ombre, vers la mêlé dans laquelle se trouve Yria.
Je fais quelques enjambé rapide et prend élan sur une table pour sauter derrière les trois adversaires d'yria, je me retourne en même temps que deux d'entre eux ma dague pare la lame d'une hache et mon gantelet fit sifflé sur son bois l'épée du deuxième et je me lance dans une série de parade rapide en me permettant des frappes de pied dans le ventre ou les jambes de mes deux adversaires quand j'arrive à avoir une ouverture mais je me retrouve vite à devoir reculer, mes deux adversaire son sobre et savent se battre et je ne peut utiliser plu ma magie pour le moment. les fumée handicaperais mes alliées, et mon armure révélerait mes atouts trop vite.
Je dois tenir et peut être qu'yria voir Kurck viendront me filer un coup de main...
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Jan - 16:47


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

Mademoiselle ? Yria n’avait pas cherché à comprendre sur le moment, elle avait déjà fort à faire en se concentrant sur ses trois adversaires même si pour le moment elle ne mettait pas beaucoup de sérieux dans ce combat. Mademoiselle ? A bien y repenser cela faisait bien 300 ans qu’on ne lui donnait plus du « mademoiselle », du moins si l’on excluait les ivrognes à la sortie des tavernes qu’elle évita pendant un certain temps avant de leur marcher dessus comme tout bon noble qui se respecte. Mademoiselle ? Peut-être n’aurait-elle jamais réagis si le volcan incarné par Kurk -déjà assis sur sa pile d’adversaire qui étouffaient à moitié sous le poids du colosse- n’avait pas explosé de rire au point d’en avoir les larmes aux yeux et de manquer de perdre sa respiration.

« Je l’adore ce gamin ! » hurla-t-il après coup et sa voix résonna à travers tout l’établissement.

A ce moment, l’elfe n’avait plus qu’un seul adversaire et était donc bien plus encline à réfléchir à autre chose. Elle lançait tout d’abord un regard qui traduisait son incompréhension à son compagnon tout en ne gardant qu’un oeil alerte sur la lame du pauvre hères qui commençait à songer à la fuite pour éviter le même sort que ses amis. Malheureusement il n’eut pas le temps de mener à bien son projet puisque l’acier de celle qu’il pensait n’être qu’une fragile elfe infirme mordit sa chair par trois fois. Une fois dans son avant bras qui tenait l’arme, le forçant à la laisser tomber, une fois dans la cuisse gauche, le faisant choir sur le sol impuissant, et une dernière fois dans son mollet droit, le clouant définitivement au sol sans pour autant menacer sa vie.

Suite à ça Yria s’arrêta, elle regarda fixement Grégoire et son combat. Son visage neutre étant de retour et masquant comme à l’accoutumé ses sentiments. Qui aurait pu savoir ce qui se passait dans son esprit ? Etait-elle offensé d’avoir ainsi été nommé alors que Grégoire Boisdefer n’était qu’un gamin, que dis-je, un nouveau né à ses yeux ? Si cela peut vous aider, ce n’était pas le cas. Dans ce cas était-elle en colère contre ce nouveau né pour avoir volé ses deux adversaire dans un élan de galanterie alors qu’elle pouvait enfin profiter de son corps pour la première fois depuis longtemps ? Cette solution était déjà beaucoup plus plausible, il ne faut pas oublier que désormais Yria se considérait -et vivait- comme une soldat errante, à peu de choses prêts.

Bon on ne va pas faire une énumération de tout ce à quoi elle pourrait penser et je ne vais pas donner d’indice à chaque fois non plus. Après être resté quelque seconde stoïque, observant Grégoire se faire acculer elle laissa finalement échapper une émotion, une signe. Un soupire. Un simple soupire qui voulait simplement dire « ce jeune homme est irrécupérable, mais il a un bon fond. ». Elle resserra sa main sur la poigne de son épée toujours aussi belle malgré le rouge qui la souillait puis elle avança à pas mesurés vers les deux bandits. Elle adressa un regard au cadavre de celui qui était le chef de ces ivrognes, elle qui espérait ne pas laisser de cadavre. Puis elle plongea pour un instant seulement ses deux yeux rougeoyant dans ceux d’Ombrefeu, l’éternelle compagnie de notre jeune sauvage.

« Messieurs. » dit-elle en s’adressant aux trois combattants mais aucun ne semblaient réagir.

« Messieurs ! » répéta-t-elle mais on dirait bien que le fracas du bois et de l’acier couvrait sa voix. Il faut dire que même si lors d’une entrevue privée, ou du moins dans un lieu silencieux, sa voix était des plus agréable et très persuasive, elle ne portait pas très bien. Jamais elle ne pourrait faire comme ces généraux lors des rassemblements précédant les batailles et exalter une foule de soldat prêt à donner leur vie pour une cause juste dans un affrontement épique.

Dépité elle laissa Grégoire à ses soucis et se tourna vers le bar ou le tavernier se tenait, envers et contre tout ce qui pouvait arriver au sein de son établissement. Evidemment elle n’allait pas avoir le culot de commander à boire pendant que son allié livrait un combat bien désavantageux. Bien sur que non, elle s’assura simplement qu’on avait prévenu le gérant qu’il serait remboursé -du moins en partie- proportionnellement aux dégâts causés. Ensuite elle lui demanda très élégamment ou elle pourrait trouver un tonneau de l’eau la plus rafraîchissante possible. Pour les deux autres chasseurs ses intentions étaient claires comme de l’eau de roche et déjà le virempiens commençait pouffer en imaginant la scène qui allait se dérouler sous ses yeux.

Malvin était plus bienveillant, notamment à l’égard du jeune humain, et lorsque l’épais fouet d’eau glacé s’apprêtait à s’abattre sur les trois arcaëlliens il était là pour tirer Grégoire hors de porté du fluide d’Yria. L’elfin s’excusa en souriant et s’assura qu’il n’avait pas blesser l’humain en essayant de l’aider. Pendant ce temps les deux troubles-fêtes ne comprenaient pas vraiment ce qui se passait : tout s’était passé tellement vite et tout avait dégénéré tellement vite ! Maintenant qu’ils émettaient des gémissements de fillette face à la température de l’eau ils ne cherchaient plus du tout à se battre. Mais malheureusement pour eux ce n’étaient pas fini, l’elfe repassa à l’offensive en donna un violent coup du plat de sa lame à l’arrière du crâne du premier arcaëllien qui tomba immédiatement sur le sol, inconscient. Le second repris rapidement ses esprits et tenta de se mettre en position pour se défendre mais il n’y arriva pas, ses habits inhibés d’eau étaient en grande partie gelé et lui opposèrent un résistance à laquelle il ne s’attendait pas.

Un coup, une hache sur le sol, deux coup, un pied qui glisse, trois coup et une voyage pour le pays des songes. L’agitation était retombée. Comme à la fin de chaque combat Yria essuya le sang de sa lame avec les vêtements de son adversaire tombé pour éviter qu’il ne sèche. Kurk finit par se relever et par assommer les pauvres victimes de son poids. Malvin quand à lui alla de nouveau s’excuser des dégâts. Tout rentrait dans l’ordre. L’elfe poussa un long soupir de soulagement et alla se rasseoir, l’arc toujours sous scellé reposait aux de sa chaises, elle fut bientôt rejointe par ses deux compagnons chasseurs.

« Ne t’inquiète pas pour eux, ils dorment, et vu le vacarme qu’on à fait il doit bien y avoir un ou deux garde qui vont venir les arrêter. Viens plutôt t’installer et boire. »

Just like ‘old times…

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Jan - 22:25

ENFIN FINI!
Je fût heureux lorsque le dernier adversaire fut vaincu... J'étais essoufflé et mes membres étaient en feu. Pas de jolie serveuse pour moi ce soir... Je poussais un profond soupir et m'assis à la table de Melvin, Kurck et l'elfe.

Je pris une cruche de cidre sur une table voisine et remplis nos chopes en reprenant mon chapeau de la gueule d'Ombrefeu qui était apparu près de moi et lui caressais les oreilles en la remerciant avec tendresse.

"Merci à vous... Ça fait deux fois que vous m'aidez. Je vous dois un service... Mais avant cela laisser moi vous offrir à boire et à manger !" Je m'exclamais avant de prendre une grande gorgée de cidre.
La grande salle était un peu dérangé, mais pas démolit, un peu de rangement et rien n'y laisserait paraitre, sauf pour la table que j'ai jeté sur les adorateurs. La serveuse que j'avais aidée vint à ma rencontre à mon grand étonnement, je pensais qu'elle aurait fui en m'oubliant, comme la plupart des gens... Mais elle était là et me fit même une révérence gracieuse avant de m'apporter un plateau de nourriture. L'aubergiste approchait et en triturant sa calotte en toile me dit avec gêne.

"Sir, vous avez défendu mon petit fille adoré... Et vous aussi brave aventurier." Dit il en désignant Yria et sa bande." Vous êtes les bienvenues dans mon auberge autant que vous le souhaiterez."

Je me relevais et rendis à la douce serveuse sa révérence avant de leur répliquer.
"Merci maître aubergiste... Je suis honoré de votre offre et je ferais mon possible pour vous aider à ... Nettoyer votre auberge du bazar de ces rustres."

Les gardes choisirent ce moment pour entrer. L'aubergiste prit la parole et parla au garde et les convainquit de notre bonté avant de faire emmener les adorateurs vers le donjon de la ville.
Je repris place à la table de la compagnie d'Yria et bu avec calme en observant Melvin et Kurck, l'un toujours aussi fasciné par mon médaillon et le grand toujours souriant.

"J'ai croisé un comme toi Kurck... Orange... Il semblait... Adepte de la même divinité de ces ... Gens. Mais il m'a secouru alors je n'ai pas tenté de lui mettre de bâton dans les roues, sans parler de sa stature, il m'aurait écrasé comme un insecte."
Je révélais à Kurck...
(c) Never-Utopia


Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 14:14


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

Cette fois ci il n’y eut aucun soucis, les trois chasseurs de l’ex-prisonnier s’installèrent autour de la même table sans aucun soucis. Le jeune homme semblait ravi de recroiser le groupe, il parlait même de service à rendre ! Il semblait dans de bien meilleures conditions que la première fois, enfin, il fallait le comprendre aussi : la dernière fois il venait de s’évader de prison. Vu que la plupart des clients avaient déserté l’établissement il parut étrange à personne de se servir des commandes des fuyard afin de se désaltérer le gosier. Le tableau était plutôt beau à voir, un jeune homme buvant à côté d’une virenpiens géant prêt à lui mettre une bourrade amicale capable de l’envoyer jusqu’au plafond. A côté, moins exubérants mais bien présents se tenaient une elfe souriante et un elfin dont le regard faisait des vas et viens entre la renarde du jeune homme et le pendentif qui lui permettait de communiquer.

Tout ce déroula le mieux du monde, l’aubergiste vint les remercier de les avoir débarrassé des troubles fêtes puis les gardes arrivèrent, bien qu’après la bataille, pour mettre lesdits personnages derrières les verrous. Comme le maitre des lieux prit la parole à leur place il n’y eut même pas la nécessité de rappeler qu’eux aussi étaient en quelques sortes soldats du royaume. Une fois la tranquillité revenue, fit par au groupe de chasseur d’une de ses rencontre qu’il identifiait visiblement comme un adorateur d’özan bien que ses propos fussent un peu confus.

« Un virenpiens tu veux dire ? » demanda Kurk « Tu sais, y’a de tout chez les Hayert’Väal mais par contre une chose est sure les gars qu’on vient d’affronter étaient pas des adorateurs d’özan, juste des coupes-jarrets pas bien méchants. »

Kurk parlais sans trop de sérieux et il ne semblait pas avoir compris ce qui poussait Malvin et Yria au silence. La mention d’un virenpien aux écailles oranges (ce qui n’est pas très commun) adepte d’Özan ne correspondait que top bien à ce qu’avait raconté l’elfe de son périple pour que ça échappe à l’elfin. Yria, elle, restait silencieuse se frottant presque inconsciemment le bras recouvert de bandage alors que les souvenirs de l’affrontement lui revenait à l’esprit. Voyant que sa camarade restait muette ce fut Malvin qui prit la parole.

« Kurk, tu ne trouve pas que ce virenpiens ressemble beaucoup à celui de l’histoire d’Yria ? »

Le regard du lézard géant se vida comme si il venait d’être frappé par la foudre, il resta quelque seconde immobile -certainement le temps de raccrocher les différentes informations ensembles- avant de frapper la table du poing, faisant léviter tout ce qui se trouvait dessus pendant un court instant.

« Mais oui ! Ce maudit fanatique que t’as laissé à moitié mort c’est ça ? »

Yria soupira longuement devant l’évidente lenteur d’esprit de son compagnon et en se demandant pourquoi elle s’entendait si bien avec lui. Quoi qu’il en soit elle ne pouvait pas nier et elle se devait de clarifier la situation pour le jeune homme.

« Il y a quelques semaine j’ai rencontré un Hayert’Väal qui ressemble étrangement à la description que tu nous fais. L’affrontement a été rude mais il a heureusement tourné en ma faveur. Au final je n’ai pas réussi à l’abattre et il a réussi à s’enfuir. » l’elfe prit le temps de boire un peu de cidre proposé par Grégoire avant de reprendre « Il s’apprêtait à massacrer un hameau perdu, à mains nues. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 22:19

La tournure bien plus calme de la soirée me convenait magnifiquement bien ! Enfin du calme ! Une Ombrefeu sur mes jambes qui dormait, une chope, de la nourriture et une compagnie agréable ! Cela ne faisait vraiment pas de mal après une telle bagarre.

J'écoutais les chasseurs parlers entre eux en caressant les oreilles de ma renarde, l'elfin semblait avoir saisie quelque chose à la mention de ma rencontre avec l'adorateur d'Ozan, mais le grand écailleux semblait ne pas saisir la situation et Malvin se chargea d'arranger cela. À mon grand désagrément !
Je sentis et vis ! Les objets se soulever de la table alors que le poing de Kurk frappait la table avec un grondement digne du tonnerre d'été ! J'ai tant sursauté que j'ai cru m'envoler alors que ma pauvre Ombrefeu se hérissait en grondant soudainement.

"Du calme soeur-renarde, tout va bien, juste un éclat de colère à l’évocation d'un souvenir douloureux" Je lui expliquais pour la calmer alors qu'elle me fixait de son regard ambré avant de dire.

"Ton ami est une grande brute, on ne réveille pas ainsi une noble renarde..." Grommelait-elle.

"Tu es bien des choses, mais nobles parfois bien peu haha... Puis Kurk est bien sympathique, je trouve."
Je lui répondais en riant.

Puis j'entendis les crimes commis par le lézard orange et je crois que mon visage passa bien vite de la joie à l'horreur puis la colère froide. Ombrefeu posait ses pattes avant sur la table et montrait les crocs avant de gronder puis hurler vers le ciel. Je lui caressais à nouveau les oreilles pour la calmer et elle s'allongeait sur la table en grondant encore, mais le calme lui revenait.

"Je ... J'ignorais qu'il était coupable de tel crime. Lors de notre rencontre, il y a un mois, il me sauva d'un groupe de fermier idiot qui voulaient me lyncher puis nous avons combattu côte à côte un... Un... Dragon-mort." Je murmurais avec tristesse.

Je bu une chope de cidre et regardais Yria dans les yeux... Elle était bonne combattante, comment le lézard l'avait eu ? Magie ? Force brute ? Compétence martiale ?

"Vous semblez savoir vous débrouiller plus que bien Yria... Se ... Criminel. Comment vous à t'il mit dans cet état. Je n'ai pas cherché l'affrontement avec lui il y a un mois par respect de son secours puis parcequ'il semblait bien plus fort que moi... Est-ce sa force brute, sa capacité martiale ou son fluide qui vous à vaincu ?"
Je lui demandais, avec beaucoup de curiosité, je voulais savoir sans paraitre moqueur, comment le vaincre si je retombais sur lui.

"On doit savoir où est sa faiblesse..." Je murmurais en repensant à mon mentor. "Les aracnors disent que si l'ennemi est trop fort pour toi, il faut lui voler ce qui fait sa force..."..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Jan - 8:57


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

Le regard d’Yria était bien à sombre après avoir évoqué ces souvenirs peu agréables, elle comprenait étonnamment bien l’émotion profonde qu’Ombrefeu exprimait à travers son hurlement. L’elfe était surprise par l’intelligence de l’animal accompagnant  Grégoire, certes elle l’avait déjà croisé mais la voir ainsi comprendre les arcaëlliens même non muni du talisman lui faisait revoir son jugement sur les bêtes. Non pas qu’elle fut irrespectueuse des êtres vivants non doués de parole mais elle ne les avaient jamais considéré comme égaux. Un sentiment bien naturel pour un individu habitant dans un monde dominé par une civilisation de peuples doué d’un langage commun. Cette rencontre allait probablement lui faire revoir son jugement.

« Ce jour là tu as abusé de ma générosité, Elfe. »

La voix du démon habitant l’arc résonna dans sa tête, elle était assez habitué pour ne pas laisser transparaitre sa soudaine irruption mais en ravivant les souvenirs de la rencontre avec le virenpien orange elle avait involontairement attiré l’attention de Yämëy. Elle resta silencieuse, après tout si elle se mettait à lui parler librement elle apparaitrait comme folle à ses compagnons, elle n’avait qu’à ignorer ses parole. Conscient que jamais l’elfe ne lui répondrait dans ces conditions le démon d’özan retourna au fond de sa prison, attendant son heure.

« Un dragon mort ? Tu veux dire mourant n’est-ce pas ? En plus il devait être jeune pour que tu puisse l’affronter. La plupart des dragons ne font qu’une bouchée des arcaëlliens, sans distinction. Je pense que tu as eut de la chance. »

Malvin avait fait l’effort de se désintéresser de la renarde pour faire une remarque sensée à propos du récit de Grégoire. Ce jeune homme avait des jours plutôt agité, rare sont les arcaëlliens lambda qui peuvent se vanter d’avoir combattu un dragon sans avoir perdu un membre ou deux. Ces créatures reptiliennes étaient terrifiantes, mais majestueuse en même temps. C’était ce qui les rendaient si impressionnantes.  Lorsque le jeune homme se mit à interroger Yria à propos de son affrontement avec le virenpien orange afin d’établir une liste de ses forces pour le vaincre Kurk, qui avait le nez plongé dans sa choppe, ne pu s’empêcher de sourire d’un air narquois.

« Et bien… de ce que je me souviens, il était doué d’une grande force physique. Mmh… je ne me rappelle pas l’avoir vu utiliser de fluide donc ses compétences martiales doivent être conséquentes. »

A vrai dire, elle venait d’inventer la majeure partie de ses arguments. Certes, elle avait affronté ce virenpiens donc son discours était cohérent mais, lors de ce combat, elle n’avait pas vraiment laissé son adversaire exprimé ses compétences, dira-t-on pour faire court. Mais Grégoire était un garçon bien, doué de nombreux talent dont la capacité à ressentir le danger. Certes la carrure du criminel ne pouvait mettre personne en confiance mais  ce serait le cas pour tout les virenpiens. Il semblait redouter la force de ce criminel, c’était une bonne chose selon l’elfe car c’est le genre de sentiment qui le poussera à rester sur ses gardes. C’est pour cette raison qu’elle ne souhaitait pas s’étaler sur ce combat, pour ne pas effacer l’image de puissance qu’il pouvait avoir de cet ennemi commun.

« Qu’est ce que tu raconte capitaine ? Ca te ressemble pas d’être modeste comme ça, mentir je dis pas. Raconte lui plutôt comment tu as étalé ce fanatique ! » Kurk se tourna vers Grégoire « En fait quand Yria dit que « l’affrontement a été rude » ça veut dire « il a été super chiant à crever », tu vois le genre ? »

Yria lança un regard glaciale à son compagnon qui encore une fois en avait trop dit. Tellement glaciale que même le bouillonnant chasseur se raidit quelques peu en sentant la menace sous entendu dans le feu des yeux de sa supérieure. L’elfe soupira pour souligner le désagrément que cette situation lui faisait subit puis elle repris sa parole.

« Je ne peux pas te donner d’information précise Grégoire, comme a voulu le dire Kurk, » nouveau regard noir « ce combat à plutôt eut des allures d’exécution. Je te remercie pour te l’attention que tu portes à mon état mais ce n’est pas lui qui m’a blessé, c’est quelque chose d’autre. Mais il faut que tu sache que ce virenpien n’est qu’un des nombreux soldats Hayert’Väal dispersé à travers le monde. Et tous sont remplis d’aussi mauvaises intention. Il faut que tu te méfie. »

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Jan - 21:54

Je ne pus répondre à Malvin que je remarquais l'échange tendu entre Kurk et son chef, ce fameux virenpien n'était pas la cause de son mal ? Alors quoi d'autre ? Alors quoi d'autre ? Mais je dois avouer que ma curiosité était entière.

Mais je compris bien que le sujet était clos par les dernières paroles de l'elfe alors je décidais de me rabattre sur mon combat avec le virenpien. Je tournais mon regard vers l'elfin et lui répondit avec un gloussement.

"Je sais que cela a l'air incroyable l'ami, mais... Ce truc... Il était mort, contre nature. Un Jeune dragon cela c'était évident mais... Ses yeux vide, ses écailles arraché et ses os à l'air libre. Non, je sais reconnaitre des êtres qui reviennent de l'autre côté pour en avoir croisé dans un marais il y a peu. Je dois t'avouer que ca m'a foutus une trouille à en crever... Ont à réussir réussis à vaincre la chose, mais ont à tenue le temps de lui faire battre en retraite le temps pour nous de fuir."

Je remplis à nouveau ma chope avant de manger quelques morceaux de pain et de fromages délicieux, je revoyais dans les yeux mort du dragon mon visage blanc de terreur. Les cosses incendiaires uniques moyennes de lui faire mal, la lancent inutile... L'écorce de fer presque brisé par sa force de bête morte. Je ne m'aperçu pas mais mes main en tremblaient et Ombrefeu vint me les lécher alors que sa douce voix résonnait dans mon esprit.

"Nous avons échappé au non-mort, tout va bien frère-renard. Nous sommes en sécurité, toi moi... Et même la docile Douce-Brise."


"Merci..." Je lui soufflais en caressant ses oreilles, mes mains retrouvant leurs calmes.

Je souriais avec gêne aux autre en buvant un peu pour faire passer tout ça.!..
(c) Never-Utopia
Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Jan - 18:35


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

Grégoire ne rebondit pas sur la remarque de Kurk pour le plus grand plaisir d’Yria et la discussion repartie vers les étranges aventures du jeune homme. Selon ses dires il avait véritablement croisé un dragon non-mort, le même mal qui a donné naissance aux hytrez, une abomination. Les trois compagnons restèrent silencieux après cette annonce d’autant plus que cette rencontre semblait avoir grandement affecté Grégoire, et d’une bien mauvaise façon. L’elfe qui était de nature méfiante avec la plupart des arcaëlliens sentait la vérité résonner dans les mots du jeune aventurier et ils étaient de bien mauvaise augure. L’ex-prisonnier semblait attirer les ennuis et les étranges rencontres presque autant qu’elle.

C’est certainement cette pensée qui la poussa à faire ce qu’elle considérait inconcevable jusque là. Elle attrapa l’arc recouvert de tissu qui reposait toujours au pied de sa chaise et commença à enlever le tissu. Elle pouvait sentir le regard lourd du sage Malvin qui désapprouvait certainement son initiative mais c’était elle qui prenait les décisions, il n’avait rien à redire. Une fois l’arme nue elle la posa sur la table.

« Ne le touche pas, sous aucun prétexte. »

Une fois qu’elle fut assurée que le message était passé elle commença à enlever le bandage qui lui recouvrait le bras. La brulure qui avait ravagé sa peau arrivait quasiment jusqu’à l’épaule et pourtant elle ne ressentait ni gêne ni douleur, ce n’était qu’un maléfice lié à l’arme et au démon qui l’habitait. L’idée qu’Ombrefeu, de part sa nature de renarde et donc proche de la nature, puisse ressentir une abjecte sensation face à l’arc et à son bras ne lui paraissait pas impossible. Après tout dans le bois blanc il n’y avait aucune trace animal aux alentours de la clairière d’Ius et Namasan.

« Voilà ce qui m’a causé cette blessure. Tu dois t’en douter ce n’est pas un arc banal, son nom est Yämëy. C’est… c’est une arme maudite Grégoire, une sorte de prison qui renferme un démon d’Özan. »

« Tu es contente Yria ? Tu lui a dit et maintenant quoi ? » L’elfin n’aimait pas du tout l’idée de mettre au courant un garçon presque inconnu à propos de secret aussi important à propos de leur lutte contre les adorateurs du chaos.

« Tais toi Malvin, le petit à le droit de savoir ce qu’il y a dehors. »

Yria remercia le virenpien d’un léger mouvement de la tête avant de continuer.

« Touche le et il tentera de prendre le contrôle de ton corps pour semer la mort et la destruction. Ce virenpien orange et lui poursuivent exactement le même but, l’objectif des Hayert’Vaal est d’apporter le chaos. Je te dis ça Grégoire pour que tu sois prudent, j’ai l’impression que tu te retrouve souvent dans des situations dangereuse et cela ne m’étonnerait qu’à moitié que la prochaine fois que l’on se croisera tu ai de nouveau affronter un grand danger. Cette arme n’est pas la seule de son genre donc si tu penses en croiser une un jour, fuis. Fuis car un affrontement contre une de ces armes est probablement plus dangereux que ton combat contre ce dragon. »

Malvin, que cette discussion avait soudainement désespéré avait commencé à se balancer sur sa chaise. Voir sa supérieure porter autant d’attention à cet humain lui était assez désagréable. Certes il l’appréciait aussi mais à ses yeux cette conversation dépassait les bornes. Après tout ces informations appartenaient aux chasseurs parcequ’Yria avait risqué sa vie pour elles, si il décidait soudainement de rallier la cause des adorateurs du chaos pour une raison x ou y il pourrait tout reveler.

« Tu peux fuir… ou tu peux nous rejoindre pour éliminer la menace des Hayert’Väal et ne plus avoir à t’en faire. Mais sache une chose Grégoire Boisdefer, je t’apprécie, mais si un jour j’apprend que te révéler cette information a mis en danger Yria ou n’importe quel membre des chasseurs, je me chargerait de m’occuper de ton cas. »

On dit souvent que l’on peut tout faire pour notre famille. Pour Malvin qui n’en avait plus, les chasseurs étaient sa nouvelle famille.

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Jan - 22:15
Buvons, buvons!!!
Et encore buvons!
Je laissais la chef du groupe dénuder son arme... Une arme qui sentait la brutalité et la mort par son aspect incandescente. J'écoutais attentivement les explications de la dame elfique sans la couper malgré un sentiment de... Colère... Violence ? Cela croissait dans ma tête, et même ma pauvre Ombrefeu regardait l'arme avec répulsion.

Je ne pu m'empêcher de voir l'air absolument réfractaire de l'elfin, Malvin, il n'approuvait pas du tout les révélations de sa chef.
Une partie de mon esprit était figée dans sa colère... J'essaye d'analyser, je sens certains muscles de mon visage qui se crispe... Cette colère, non pas contre l'elfin ni l'elfe... L'objet, je ne peux pas le supporter.

J'entends à moitié la menace voilée de Malvin, mais ma renarde l'a clairement entendu et elle monte sur la table, son esprit déjà troublé, elle montre les crocs en grondant comme un orage.
Je me recule de la table et attrape une nappe de la table voisine et la jette sur l'arc en me rasseyant,je pousse un profond soupir et Ombrefeu semble se calmer et revient sur mes jambes.

Je saisis ma chope pour m'humidifier le gosier quand je constate que ma main est recouverte d'écorce de fer jusqu'au coude... Oh sang et cendre.

"Je suis vraiment désolé, caché cette chose s'il vous plaît, elle me révulse jusqu'au fond de mon âme..."
Je dissipe l'écorce de fer sur mon bras et bois ma chope d'une traite.

"Oui, c'est vrai que j'attire les ennuis, j'ai l'impression... Pour ça que je vais rester bien tranquillement dans ma demeure que j'ai reprise dans les marais. Si vous voulez y passer un jour... J'ai quel que fût de bonne bière et d'hydromel... Et pas mal de charcuterie exquise." Je finis en lançant un regard amusé au virenpien.

Je me tourne néanmoins vers Malvin, juste pour mettre aux claires une chose. Je pose ma dague sur la table et reprends une vieille habitude de sauvageon, mêlé à une habitude d'aracnor.

"Malvin, je t'apprécie aussi, c'est pourquoi je trouve triste que tu me menaces ainsi... Néanmoins si tu tentes de t'en prendre à moi ou les miens, je te trancherais la gorge, et ca c'est une prédiction, pas une menace."

Je prends sa chope et y verse une bonne dose d'hydromel ainsi que dans la mienne et lui fait glisser dans les mains.

"Néanmoins, vu que ni moi ni toi n'allons nous faire de mal, ce sont des prédictions sans intérêt ! Buvons et ensuite, je devrais aller me reposer pour reprendre la route !"
Je m'exclamais en levant ma chope joyeusement..
(c) Never-Utopia


Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Jan - 22:03


Battle !


Feat Grégoire Boisdefer

Yria était pensive, elle était profondément plongée dans une réflexion à propos de la réaction de Grégoire et Ombrefeu face à Yämëy. La renarde semblait s’être tendue immédiatement après que l’arc ne lui fut révélé et le jeune homme ne parut pas réagir très différemment de sa camarade. La réaction de l’animal confirmait la théorie de l’elfe à propos du rapport entre les animaux et l’arme d’özan ce qui, après coup, semblait couler de source. La vie la plus pure, mais aussi la plus primitive, éprouvait un mélange de peur et de colère face à l’essence de son exact opposé. Le combat entre le chaos originel et la vie continue encore.

Cependant ce qui était étrange était la réaction de Grégoire. Son ressentiment à la vue de l’arme était presque aussi viscérale que celui de la renarde. En couplant cette information au manque d’information flagrant à propos de son histoire, il semblait ne jamais avoir existé avant Alzbey et pourtant il n’était clairement pas un citadin, poussait l’elfe à le croire originaire d’un milieu sauvage. Un enfant vivant seule ou avec un exilé dans un recoin perdu d’une forêt, ce scénario expliquerait bien des choses à propos de son comportement.

Ne vous méprenez pas, Yria ne basait pas sa réflexion sur une simple expression face à un objet maudit mais le jeune homme était parfois ignorant à propos de sujet bien connu de tout arcaëllien. Le simple fait qu’il ne sache pas que Kurk soit un VIrenpien est un parfait exemple. L’elfe avait aussi remarqué l’apparence brute du fluide du jeune homme, elle avait rarement vu khan s’exprimé ainsi. L’apprentissage classique du fluide de la terre s’oriente plus vers la pierre et non pas vers l’écorce, le jeune homme était certainement autodidacte et avait été entouré d’arbres. De beaucoup d’arbre. Ce serait ainsi que l’utilisation de l’écorce se serait imposé à lui lors de son apprentissage de khan.

« A trop réfléchir tu rates des choses très intéressantes, Elfe. »

La voix caverneuse du démon la tira de sa réflexion et elle attrapa au vol la discussion apparement tendue qui se déroulait entre Malvin et Grégoire. L’elfin menaçait le jeune homme sans même tenter de le dissimuler et même si ses intentions n’étaient en rien néfaste, vu la personnalité de l’humain il ne pouvait que se heurter à un mur. Et mur il y eut. Grégoire, du haut de son indépendance ne tenta même pas de comprendre la raison des paroles de Malvin et répliqua à son tour. Même si il tenta de redonner une côté joyeux à l’atmosphère l’elfin ne supportait pas l’idée que l’humain a qui Yria se confiât fut stupide.

« Espèce de… »

« Silence ! »

Aussi soudain que la voix de l’elfe la nappe qui recouvrait l’arc s’enflamma. Il ne lui fallut pas plus de trois seconde pour être entièrement consumé, les cendres de se qui fut un jour du tissu retombant sur la table. Une petite flamme continuait de danser sur le bois et Yria attrapa l’arme pour la recouvrir du tissu qui devait la couper de tout contact avec un autre arcaëllien. Malvin baissa les yeux, se rendant compte à quel point son comportement avait été ridicule et déshonorant pour les chasseurs. Heureusement Kurk, en tant que buveur invétéré du groupe, avait su relancer l’invitation à boire de Grégoire en cognant sa choppe contre celle du jeune homme en riant.

L’elfe à son tour, une fois qu’elle eut fini son entreprise rejoignit les deux buveurs en remplissant sa choppe. Ce n’était ni le moment ni l’endroit pour réprimander Malvin et il devait déjà se remettre en question. Comme l’avais si bien annoncé Grégoire, pour l’heure il fallait boire et c’est sans ressentiment qu’elle tendit à son compagnon elfin sa choppe, remplie quelques instants plus tôt par le joyeux aventurier.

© code by Lou' sur Epicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Jan - 20:44

Je en crois pas avoir fais quoique ce soit de plus que d'avoir bu et manger avec l'immense Kurk... L'alcool à fini par vite monter jusqu'à ma cervelle et je n'ai plus fais attention à l'elfe ou l'elfin.
J'aimais bien le virenpien, franc du collier et pas vraiment rancunier...
Je lui ai décrit comme je pus la bataille contre le dragon mort qui m'avais attaqué! De grand geste et des imitation de rugissements peu fiable, mon compagnon de boisson riait de ma tentative d'imitation.
Je finis par me lever en saluant encore assez gracieusement mes compagnons et je commence à me diriger vers les escaliers pour aller me reposer. Ombrefeu à déjà filer dans notre chambre pour se reposer.

En passant à côté de l'elfin et l'efe j'ai soudain une sorte de ... Révélation? Toute la soirée... Les regards de Malvin envers Yria?... Sont côté protecteur... Oh sang et cendres! Mais il doit surement être, euh, amoureux?
Il doit penser que je veux lui prendre Yria! Quelle gêne, je crois que mon visage a viré au pourpre en un instant!

Je me racle la gorge et me penche entre Malvin et Kurk qui lui aussi s'est baissé vers moi comme inquiet. Je regarde Malvin et lui murmure aussi bas que possible.

"Euh... Je tiens à m'excuser enfait... Je t'apprécie et puis euh... Rassure toi surtout... je veux aps... Enfin, j'ai pas d'attirance pour. Enfin je ne suis pas sous le charme de Yria... Enfin Elle est superbe hein mais t'inquiète pas je n'ai pas de vu sur elle tu sait!" Je tape l'épaule de l'elfin en lui souriant.

"Je te la prendrais pas pas d'inquiétude! Euh... J'ai déjà eu... Ma part d'amour et cela c'est trop mal terminé." Je lui souris encore une fois et me dirige en titubant à nouveau vers ma chambre.
La jeune fille de l'aubergiste vient m'aider avec un sourire et je suis heureux qu'elle m'aide à enlever mes bottes, am veste et ma chemise sous le regard vigilant d'Ombrefeu... Je la remerciais de son aide et me laissait aller dans un profond sommeil, dans mon lit, sous une couverture de laine des plus douce et agréable...
(c) Never-Utopia


Niveau 5
avatar
Je suis dispo pour : Je suis au complet ^^
Identité : Fiche
Fluide
Expérience : 92

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Khan
Groupes: Domaine
Race: Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Nord :: Faznyut-