L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Mer 21 Oct - 15:57


Fiche de Présentation


" alt="" />

Informations
☩ Varek
☩Omnius
☩ 45ans
☩ Masculin
☩ Neutre/Zaïans
☩ Hétérosexuel
☩ Mage-archéologue-cartogaphe
☩ Virempien fils d'Othab
☩ deux haches qui ressemble étrangement à des haches de bûcherons



Caractère
Varek est ce qu'on peut dire un intellectuel. Il est très attaché au passé et à la compréhension de celui-ci. Il est extrêmement curieux et est très attentif à ce qui l'entoure. Les cultures différentes de la sienne, les histoires, les légendes, les langues , etc. Par contre, contrairement a son affiliation divine, il n'aime pas se battre et préfère dialoguer avant de sortir ses deux haches qui ne quittent que rarement la selle de Raok, son Razuhi. Pourquoi des haches? Parce que les haches servent à couper le bois, le bois sert a faire le papier, le papier sert a fabriquer des livres et les livres sont les gardiens de la connaissance. Quelles meilleures armes pour un érudit? Il est en grand conflit avec son père Othab et s'amuse beaucoup a le faire tourner bourrique. Car Il ne souhaite pas suivre la voie toute tracée de celui-ci. Il préfère faire des recherches ou voyager pour en apprendre plus sur le monde. Il adore rencontrer d'autres personnes ou espèces ou races. Il est très protecteurs avec les enfants car pour lui ils sont l'avenir puisque se sont eux qui seront les adultes de demain. Il ne manque donc aucune occasion pour leur apprendre des choses : histoires, légendes, faunes et flores, etc. Il déplore que sa carrure impressionnante, due a son affiliation divine, lui valent d'être très vite catalogué comme un guerrier ou pire comme un berserker sans cervelle. Il ne tolère le racisme sous aucune forme et reprend assez vite les personnes qui se risque sur ce terrain glissant avec lui. Car sa meilleur arme pour déstabiliser ses adversaire oraux ou physiques est son débit de paroles : il sait noyer son auditoire de phrases et de théories qui s’enchaînent en apparence sans logique ce qui laisse le temps a un potentiel allié de venir l'aider ou qu'il arrive lui-même a mettre hors d'état de nuire son adversaire. Par contre là où il deviendra violent est devant une personne ou un groupuscule qui détruise la connaissance de manière volontaire. Se sera les seuls moments où sa nature divine de chasseur s'éveillera pour traquer et détruire les destructeurs.

Physique
Varek est un Virempien mais dont l'apparence s'éloigne un peu du serpent pour tendre vers le lézard. En effet il possède une tête plus carrée, un museau lui aussi carrée, des dents plus prononcées et surtout plus nombreuses et surtout il porte fièrement des cornes sur sa tête. Sa mâchoire puissante lui permettrai de briser des os assez aisément même s'il n'en fera pas usage de cette manière. Ses écailles, assez épaisses, sont de couleurs bleu clairs et jaune brillant. Ses griffes de pieds ou de mains sont assez puissantes pour trancher dans la chair comme dans du beurre mais il préfère les utiliser pour tailler ses plumes ou pour écrire directement avec en les trempant dans l'encre. Ce qui explique que le bout de celles-ci soit définitivement noires. Sa queue, qui lui permet un bon équilibre, est préhensile à son extrémité et possède des crêtes osseuses sur toute la longueur de celle-ci. Pour ce qui est de sa carrure générale, et bien, elle est particulièrement impressionnante. Ses jambes sont en anthropomorphes et sont assez puissantes pour pouvoir se tenir debout sur son Razuhi en vol sans faiblir et lui permettent de tenir de longue distance sans trop de fatigue.  Il mesure pas moins de 3m de haut et pèse pas moins de 180 kilos. Ses yeux sont d'une belle couleur orange, qui rappelle la fourrure de son père divin, et surtout fendus. Il a longtemps essayé de porter des vêtements en tissu, pour ne plus ressembler tant que cela à un guerrier mais les crêtes osseuses sur ses genoux et ses avant-bras avaient très vite fait de les déchirer. Le cuir eu de meilleur résultats mais par sur l'intégralité de son corps. Il décida donc avec grand désarroi d'accepter l'armure que son père lui avait fourni dès son entrée dans l'âge adulte. Mais pour ne pas perdre la face il l'aménagea pour qu'elle puisse lui permettre de ranger dans divers recoins de quoi écrire et des petits carnets et surtout de l'encre. Il y range aussi de petits instruments de navigations.



Histoire
L'histoire de Varek est une histoire qui commence de manière tout a fait banale. Né parmi les Zaïans, dresseurs de dragons et fiers combattants qui n'ont d'yeux que pour leurs montures et leurs liberté que leur offre celles-ci. La mère de Varek était une palefrenière au service du chef de clan des Griffes Noires, elle s'occupait des deux dragons qui avaient acceptés de suivre les pas de Morkul Oral'es, un fier Virempien prestigieux et impérieux aux compétences de combat devenues légendaires. Mais elle ne s'occupait pas seulement de ses dragons, elle était aussi son amante préférée. Mais vous me direz et Varek dans tout ceci? Eh bien il est né durant un événement les plus dur qu'à subit son propre clan : une guerre de territoire contre les Balafres de Feu. Morkul fut parti pendant toute une année du clan, Véronia ma mère fut du voyage. Il ne pouvait pas s'imaginer sans elle pendant un temps indéterminé. Les batailles s'enchaînèrent les unes après les autres toutes plus meurtrières les unes que les autres. Le clan de Morkul n'avait clairement pas l'avantage et il perdait du terrain de plus en plus. Ses conseillés lui intimait de demander une trêve et des négociations pour en finir avec ce conflit qui ne rapporterai rien au clan si celui-ci devait-être décimé.

Morkul ne l'entendait pas de cette oreille et prépara en grand secret un plan ingénieux pour renverser le cours de la guerre. Son seul réconfort il le trouvait dans les bras de Véronia avec qui il passait le plus clair de ses nuits. Le lendemain le plan fut lancé et… il échoua lamentablement. Le clan fut anéanti, ne laissant que des cadavres fumants de dragons et d'humains sur la plaine maintenant haut-lieu de la Mort. Mais vous me direz comment puis-je vous parler en ce moment si le clan fut anéanti? Et bien ma mère était une battante, une guerrière farouche et surtout douée d'une volonté sans faille. Elle survécut tout d'abord durant 4 jours avec ses blessures, d'abord en chassant, puis en posant des pièges jusqu'à ce qu'elle ne puisse pratiquement plus bouger.

Elle se réveilla le lendemain dans un bosquet, allongée sur une pierre moussue. Il y avait des victuailles posées à côté d'elle et une bonne odeur de cuisine se faisait sentir.
« Qui est-là?, demanda-t-elle, qui que vous soyez montrez-vous! »
« Chut!Vous allez effrayer les animaux du coin et je ne pourrai pas aller les chasser après. » Lui répondit une voix forte et grave. Observant plus attentivement elle remarqua un homme avec une carrure impressionnante, torse nu, vêtu d'un pagne en peau de tigre et de bottes en fourrure. Quand il se retourna elle pus constater qu'il n'avait pas un visage très amical, des traits tirés comme si il était constamment en colère ou de mauvaise humeur, un regard perçant et surtout ses cheveux étaient longs et hirsutes.
« Vous avez fait preuve d'une grande détermination durant votre survie dans cette forêt, surtout avec les blessures que vous aviez. »
Instinctivement Véronia porta la main à ses blessures…
« Ne vous en faites pas pour cela je m'en suis occupé. »
En effet les blessures de la virempienne n'étaient plus qu'un mauvais souvenir.

Je ne raconterai pas toute la période où ma mère resta au côté de cet homme qui s'obstinait à ne pas lui donner son nom. Elle était très méfiante et surtout curieuse de savoir qui il était, surtout qu'il lui rappelait un peu Morkul. Au fil des chasses et des courses en forêt, ils finirent pas se rapprocher et à ne plus vouloir se quitter. Ils retrouvèrent un autre clan ami du clan de Véronia, qui furent ravis et soulagés de la retrouver surtout après la bataille qui avait rasé l'intégralité du clan des Griffes Noires : c'était il y avait un an. Elle fut accueillie à bras ouvert elle, son mystérieux mari et son tout jeune fils : Varek.

Le reste fut assez banal, je fut un enfant espiègle et très bagarreur, au grand dam de mes camarades car étant une force de la nature, plus grand et plus fort que les enfants du même âge qu'il mettait au tapis assez régulièrement. Mon père aimait me voir me battre et voulais absolument m'apprendre à chasser et l'art du combat. Au début étant petit je ne me faisait pas prier, j'étais naturellement doué, j'étais fort, rapide et costaud autant faire ce que papa me demandait. Ce ne fut que le jour où étant assez furieux contre un de mes camarades, pour une raison qui n'a pas vraiment d'importance, je le blessait quasiment létalement, sans les soins d'un mage il serait mort. Mais malgré tout les soins apportés il ne retrouvât jamais l'usage de ses jambes, devenant par là même un paria pour ma tribu. J'étais inconsolable, j'avais honte et j'étais terrifié par le mal que je pouvais engendrer par ma force et ma carrure. Ma mère tenta tant bien que mal de me faire remonter la pente mais aller consoler un gosse qui découvre qu'il peut blesser ses camarades. Ce fut ce que me dit mon père qui me choqua le plus.

« Il était faible, tu était meilleur que lui et s'il n'était pas capable de survivre a tes assauts il n'a pas sa place dans la chaîne alimentaire. La loi du plus fort prédomine toujours dans ce monde. Tu n'a pas a rougir de ta force mon fils car elle te vient de moi. »

Horrifié et furieux contre les paroles dures et bassement terre à terre je vis rouge. Je me jetait contre mon père les larmes aux yeux avec la volonté de le faire taire. Ce fut avec une violence extrême qu'il m'attrapa au cou et me plaqua contre le mur de la maison qui se fissura sous le choc.

« Comment ose-tu lever la main sur ton géniteur petit ingrat. Je t'ai donné ta force, ton instinct de chasseur et beaucoup de mon temps et tu ose tenter de m'attaquer? »
« Tais-toi, TAIS-TOI ! Je ne suis pas fais pour blesser et tuer. Je ne suis pas comme ces monstres au dehors! Je ne voulais pas le tuer ni le mutiler! »

Sur ces mots mon père se tourna vers ma mère et lui annonça :

« Tu a engendré un lâche et surtout un piètre prédateur au final. Pour l'affront qu'il m'a fait je ne reparaîtrait plus devant toi à dater de ce jour. Je ne reviendrais que le jour où il assumera son véritable rôle dans ce monde, celui d'un chasseur digne fils d'Othab dieu de la chasse. »

Ce fut sur ces mots que son apparence changea en un grand tigre humanoïde et qu'il disparu dans un odeur de mousse et de sang ; laissant son amante et son fils seuls pour digérer cette nouvelle. Par la suite je décidait de me désintéresser du combat, de la chasse et de ce que mon père m'avait apprit. Je ne pouvais accepter ce mensonge et ce côté insensible de l'héritage de mon père. C'est pour cela que je me suis tourné vers la connaissance et le savoir, la magie et la sagesse. Le seul don que j'accepte de mon père indigne est la capacité de pouvoir communiquer avec les créatures draconiques. J'ai pus prendre ma place dans la tribu, celui de l'historien et la sage. S'il devait y avoir une seule action bien ressortissant de moi-même et de ma nature : le jour où j'ai rencontré Pranok. Un jour où je visitait une vallée pour y trouver des références archéologiques j'ai vu que celle-ci était dévorée par les flammes. Je m’apprêtai à partir quand j'ai entendu des appels à l'aide, jeunes. J'ai alors aperçu un jeune lupan piégé sur un rocher entouré par les flammes. J'usai de ma résistance et de ma maîtrise des flammes pour m'approcher de lui et le sortir de cet enfer. J'y réussi de justesse avec quelques écailles roussit, malgré que Pranok eu le flanc droit entièrement brûlé. J'ai fait des pattes et des mains pour qu'il soit soigné et il survécut. J'appris plus tard après son réveil qu'il avait vu ses parents mourir dans l'incendie et qu'il n'avait plus personne. Je constatait aussi qu'il ne parlait qu'à moi et ne me quittait jamais. Il refusa quand je lui proposait de le ramener vers les siens et depuis il est mon apprenti. Il a bien grandi maintenant au lieu de 15 ans il en a 20 et s'est plutôt bien intégré dans le clan. Il y eu des débuts difficiles, des bagarres, des sautes d'humeurs mais j'ai put commencer à lui apprendre la réflexion et le calme. Il doit sans doute être le plus calme des lupan que l'on connaisse. Cela équivaut quand même à un humain au sang chaud mais je n'ai pas pu faire mieux.
Depuis ce jour votre serviteur parcours le monde pour en apprendre plus sur celui-ci et s'arrête parfois dans les villages pour raconter des histoires aux enfants et leur parler de l'histoire.

© By A-Lice sur Never-Utopia
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Nov - 17:48
Bienvenue noble Varek,

Une fiche intéressante et rondement menée. Une écriture, cependant, balbutiante avec quelques fautes loin d'être gravissimes cependant. Pour ta création nous t'offrons 30 XP. En créant ta fiche de fluide 5 XP s'ajouteront à ta besace et en créant un journal 5 autres XP viendront dans ta bourse.

Bienvenue parmi nous !

Bonne soirée =)
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : Demandez, je vous servirais
Identité : Je peux être n'importe qui !
Expérience : 727

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Je peux tout maîtriser
Groupes:
Race: Toutes
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Registres :: Citoyens du Monde :: Morts au combat-