L'Aube des Mondes
Bonne visite dans notre univers.

Apprendre, une nécessite [SOLO] {FINI}

 :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP] :: Île des Vaibïaën Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 6 Sep - 10:36
Assise sur l'herbe humide, j'observais la mer. Qu'y avait-il au-delà de nos frontières ? Mon maître ne m'en parlait jamais. Je soupirais, je vivais cachée depuis si longtemps... Depuis mon arrivée en fait. Je n'avais plus de nom de famille ni même de jour d'anniversaire. C'est ainsi que fonctionne notre tribu. Pourtant, je ne pouvais oublier le nom de mon géniteur, cet être qui m'avait vendu. Kalhan. Je suis une xen, petite, chétive et souvent malade. Mais... Il l'accepte et me forme à devenir plus endurante. J'ai huit ans je crois. Nouveau soupir. J'aimerais tant voyager et découvrir l'ailleurs. Mais, mon maître, et là est la seule chose qu'il me dit, assure qu'au-delà de nos frontières vivent des païens barbares. J'avoue, cela me fait peur. J'entends que l'on m'appelle, je me lève et coure vers la petite baraque en bois qui me sert de maison. Yakan m'attendait les bras croisés sur le torse. Son regard sévère me dévisagea. Puis, il me tourna le dos et m'annonça d'une voix autoritaire qu'aujourd'hui nous allions travailler sur les métamorphoses. Il paraît que je peux en avoir quatre différentes et quelles sont ancrée en moi comme la couleur de mes yeux. J'aimerais devenir un aigle puissant. Je me concentre, imaginant ses ailes se déployer. Je ferme les yeux, contracte mon visage et fais aller mon fluide dans mon corps. Je sens des picotements dans mes membres, puis je me sens rapetisser. Aigle, aigle, aigle ! Non... Chat.... Levant une patte vers mes yeux félin, je me sens dépitée. Un vulgaire matou... Tiens, de quelle couleur est mon pelage ? J'observe ma patte. Blanc. Je suis blanche. Mon maître s’accroupit devant moi et me dit avec une certaine fierté :

 Le chat est un animal souple et discret. Sous cette forme, tu peux espionner partout et en toutes circonstances. C'est parfait ! Maintenant reprends forme originelle.

Je me concentre, plisse les yeux et... Nouveaux picotements, puis je grandis. Je suis moi. Mais... Par Morloc le Divin ! Je suis nue ! Yakan m'ordonne de remettre mes vêtements. J'obtempère. Il m'invite à prendre une épée en bois, celle des entraînements. Nous échangeons des coups, rapides, lents, habiles. Je tombe un nombre incalculable de fois et me fais sermonner. Heureusement, mon maître, que je considère comme un père, ne me bat pas quand j'échoue. Il crie ou hurle plutôt. Souvent, je me contente de baisser la tête et de demander pardon. Nous continuons les exercices hebdomadaires. Il m'a promis une surprise après le déjeuner.

Le repas, bien que léger, combla mon estomac. Yakan, en bon maître, me traîna vers la remise. Il en sortit une lance. Elle était neuve et sentait bon le bois frais. Il me la tend avec douceur et me dit que je dois apprendre à m'en servir. La lance doit être le prolongement de mon bras. J'observe l'arme. Près de la pointe, il y a trois plumes, une grise, une noire et une blanche. Elfin, mzékils et tahora. La noire est là pour me rappeler mon Dieu, la blanche l'ennemie qui massacra Morloc et la grise était là pour que je me souvienne que les Mzékils nous sont si supérieurs qu'ils ne peuvent engendrer des enfants qu'entre eux. Oui, je sais (enfin maintenant) qu'ils peuvent aussi procréer avec les tahoras. Bref, revenons à mon cadeau. J'observe et caresse mon nouveau jouet. Mon cher maître va m'apprendre à m'en servir.

Aller fillette, on commence tout de suite.

Les exercices sont durs et harassants. Mais je suis fière de moi en allant me coucher ce soir là. Je ne maîtrise pas encore la lance mais je suis en bonne voie. Je souris doucement en observant la Lune et prie Morloc le Divin de m'aider à être encore plus forte. Je veux servir et honorer ma tribu.

Le temps passa, je dois avoir dix ans. J'ai deux métamorphoses : bsurt et chat. Tous deux blanc comme neige. Je suis très douée à la lance et mon maître à peaufiner mes capacités. Il m'a enseigner le fluide. Mez est celui qui me parcoure. Indomptable, furieux et destructeur. Je suis bientôt prête à être présenter. J'ai tellement hâte de passer le rituel !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 187

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Sep - 16:42
Mon univers s'éveille, l'aube d'une nouvelle vie m'appelle. Toute mon existence je n'ai connu que le terrain au bout de l'île de ma tribu. La demeure de Yakan 'Indomptable. Mon maître. Quelques heures auparavant, j'avais passé avec brio le rituel de passage à l'âge adulte. J'avais vaincue le fils du chef... J'avais quelques plaies béantes mais, pour le moment, je ne m'en préoccupais pas. Étrangement, avoir ôté la vie d'un arcaëllien ne me touchait nullement. Mon regard se perdit dans le vaste océan où jouaient des sirènes elfiques. Mes yeux suivirent les mouvement des créatures aquatiques. Je souris doucement, j'aurais aimé être des leurs mais j'étais terrestre... Le Destin en avait choisit ainsi. J'étais un petite xen de quinze ans. Je soupirais doucement, le vent mordant envoyait du sable dans mes blessures faisant en sorte de me rappeler que j'étais blessée. Sans arrière pensée, j'implorais humblement Morloc d'accueillir mon adversaire en son Royaume. Je finis par me lever et, avec un peu de regrets, quittait la plage de sable blanc afin de retourner chez mon mentor.

J'avais traversé ce qui pouvait ressembler à un village puis j'empruntais la route menant à la demeure de Yakan. Ce dernier, m'attendant sûrement, était sur le pas de la porte. Il me fit signe d'accèlérer, je déployais donc mes belles ailes afin d'aller plus vite. Je volais jusqu'à celui qui m'avait élevée et éduquée. Une fois face à lui, j'inclinais la tête légèrement et murmurais d'un voix reconnaissante :

Merci pour ton apprentissage, grâce à toi, désormais, je suis une vaibïaën digne de notre Divin Morloc.

L'arcaëllien me sourit doucement et déposa ses mains sur mes épaules d'adolescente. Sur un ton bien trop solennelle, il me répondit :

J'ai été honoré d'être ton tuteur. Continue à faire ma fierté. Dans quelques temps, tu entrera à l'arène de perfectionnement où la maître d'armes Fannÿ finira de parfaire tes connaissances. Maintenant, entre que je te soigne.

Pénétrant dans la petite bâtisse, je pris la direction de la pièce me servant de chambre. Il n'y avait qu'une paillasse et une petite commode, mais cela était suffisant. Mon maître m'invita à venir dans sa chambre. Là où il dormait trônait un lit en bois solide. Il m'intima de m'étendre sur le matelas. Il sortit d'une armoire un sac et il en tira de quoi me soigner. Recousant les plaies les plus profondes avec l'habilité d'une couturière, il me raconta des histoires drôles.

Les jours s'écoulèrent et mon corps se fortifia. Vint l'heure d'approfondir mes technique et mon savoir. La joie me submergeait, cependant je ne le montrais pas. Je me rendis à l'arène et me présentais à Fannÿ. Elle me regarda, me jugeant, m'évaluant. Une fois son examen silencieux finit, elle attrapa une lance et me la fourra dans les mains puis, elle me fit la suivre jusqu'à la salle une. Celle des jeunes adultes. Nous étions huit à avoir passé le rituel dernièrement et désormais, nous étions frères et sœurs d'armes.

Attentive et passionnée, je montais vite en salle. En tout, il y avait une quinzaine de salles. Une fois la salle quinze atteinte, nous étions prêts à servir et honorer notre Dieu. Pendant mon apprentissage, le chef perdit la vie. C'était un matin d'hiver et il succomba à une méchante grippe. Les sages, les anciens et les Grands Prêtres choisir trois champions pour devenir le nouveau chef. Les trois élus devaient se combattre et le survivant monterait sur le siège béni. Fannÿ était parmi les choisis et, sans stupeur de ma part, elle gagna. Il se murmurait dans l'obscurité qu'elle était l’Élue de Morloc. Celle qui apporterait la sagesse aux païens de l'outre-mer.

Un beau matin, je fus convoquée avec une dizaines d'autres. On me remit un corbeau qui servirait de messager. Pourquoi me fallait-il un messager ? Me demandais-je. Fannÿ, se levant de son siège, nous regarda et déclara :

Il est temps pour vous de connaître le monde outre-mer et de nous informer de la barbarie des non-croyants. Une barque vous conduira jusqu'à une île non loin où vous prendrait un bateau. Soyez fidèle à notre Dieu et votre récompense sera digne de lui. Allez maintenant. Votre destination vous sera donné par le maître d'armes qui vous attend sur la plage Nord.

En silence, nous quittâmes la salle d'audience et dans le même silence, nous prîmes la direction indiquée.

On m'assigna les Cités Blanches. Ainsi, j'allais connaître autre chose ! Enfin !
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 187

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Mers et océans [ZONE RP] :: Île des Vaibïaën-