Des soins aux ennemis qui deviennent "amis" [PV Fildra]

 :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Palais Royal Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 27 Aoû - 20:12
Suite de Une petite course et des papotages


Inconsciente, je sentie que l'on m'emmenait en dehors du champ de bataille. La personne ne pensa pas à couvrir mon corps. Je grognais et geignais de douleur, incapable d'ouvrir les yeux. Je sentis une présence douce près de moi, une présence rassurante. Cet être à la voix féminine me dit qu'elle allait me conduire chez un guérisseur lorsque le combat aurait pris fin. J'émis un petit « D'accord. » à peine perceptible. Puis, je sentis une autre présence, familière. Fildra n'était pas loin. Je ne percevais plus les coups d'épée et le fluide ne jaillissait plus. Je me laissais aller aux Pays des Rêves. Je ne sentis pas le soldat soulever mon corps pantelant et abîmé. On me chargea sur une charrette et on me conduisit vers un lieu inconnu. Allait-on me tuer ? Ou plutôt m'achever ? Après tout, je m'étais mêlée de choses qui ne me regardaient pas.

J'ouvris les yeux dans une pièce bien éclairée, à mon chevet se tenait une elfe à belle allure. Elle me sourit doucement et me recommanda de rester allongée. J'obtempérais en tant que parfait soldat. Je me permis cependant une question simple. Enfin deux.

Où suis-je et où est mon amie ?

L'elfe sourit doucement, enlevant un pansement afin de le changer. Elle ne parla pas. Pas de suite du moins. Elle utilisa äan pour soigner mes plaies béantes. J'étais faible, je le sentais. Par Morloc... Pourquoi cet acte idiot ? J'en avais rien à foutre des soldats de la reine. Encore moins de son Royaume. Alors pourquoi avais-je agi ainsi ? Quelle en était la finalité. Peut-être était-ce juste écrit dans le grand livre de la vie que je devais faire ça mais... Pourquoi ? Je fermais les yeux un instant. L'elfe choisit ce moment pour parler d'une voix douce et rassurante.

Je suis Ëpheride, fille d'Ayelline. Celle qui fut jadis la gardienne de l'Enac. Ancêtre de la Reine. Je suis votre soigneuse pour le moment. Concernant votre amie, je ne sais où elle est mais elle doit être dans cette pièce. Maintenant, essayez de vous relever afin de boire un peu de soupe. Vous avez dormi trois jours et quatre nuits, votre corps doit avoir faim.

Maintenant qu'elle le disait, je sentais mon estomac me tirailler. Avec une certaine lenteur, je me mis en position assise et pris le bol avec délicatesse, remerciant Ëpheride, fille d'Ayelline. La soupe était aux pommes de terre et au potimarrons. Elle était très bonne mais aussi extrêmement chaude. Je me brûlais à plusieurs reprise la langue en pestant. Je me demandais où pouvait être Fildra et si je la reverrais un jour. Je soupirais, repus par cette divine soupe. Je remerciais une fois encore l'elfe et lui transmis mon envie de me lever. J'écartais la couverture et découvris une cicatrice mangeant les trois quart de mon mollet. Elle était bien refermée mais encore douloureuse. Lorsque je posais le pied au sol, un gémissement s'échappa de mes lèvres. Oui, c'était douloureux. Mon corps n'était que plaie. Je regardais mon bras, là où avait mordue la xen aux ailes de feu. La cicatrice était belle mais effrayante. J'inspectais le reste de mon corps. Des cicatrices partout. J'avais fait mes armes sans jamais être blessée et il suffit qu'il me prenne la folle idée de venir en aide à des païen pour que je sois en piteux état... Par Morloc le Divin. Quel était son plan ?

Vous ne m'avez pas dit où nous sommes....
Au palais de sa Majesté la Reine. D'ailleurs, je vais la prévenir de votre réveil.

Elle se leva avec grâce et délicatesse puis s'en alla. La Reine... Mon but ! Infiltrer les rangs du Royaume. Par Morloc, la voilà la finalité de cette manœuvre. Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. Je me levais et faillis tomber. Quelqu'un me rattrapa.

Doucement, jeune xen. Vous n'êtes pas encore en état de marcher. Je m présente : Capitaine Louane Jazrban. Je vous ai vu combattre et nous aurions bien besoin d'une jeune arcaëllienne telle que vous dans nos rangs. Mais pour l'heure, vous devez vous reposer. La Reine va venir vous voir je pense.

L'elfin me guida jusque mon lit où je pris place sans broncher.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Aoû - 21:59
« Une amitié qui vaille né sans raison. »
Des soins aux ennemis qui deviennent "amis".
Quand j'ouvris mes yeux j'étais toujours au port, des soldats aidèrent à me lever, j'en vit d'autre qui prenait Lilith, elle était sur un brancard inconsciente, je la suivit, une main sur mon épaule, du sang coulant toujours de ma blessure. Les soldats nous emmenèrent au palais, on alla à l'infirmerie, on installa Lilith au fond de la pièce tandis que moi je m'installais un peu plus loin. On examina ma blessure, on enleva mon bandage et soigna ma blessure, je souffrais en silence, ne disant rien, grinça des dents, on me mit un nouveau bandage et mit mon bras dans une écharpe. Pendant trois jours et quatre nuits je resta dans l'infirmerie, allant voir mon amie Lilith tous les jours, demandant des nouvelles. Lors du cinquième jour, alors que je me reposais, j'entendit des voix, j'écouta la conversation entre Lilith et l'infirmière, une Elfe. Quand elle partie, elle passa devant moi en me disant qu'elle allais chercher la Reine, j'hocha la tête en lui souriant, puis ce fut un soldat qui passa pour aller voir Lilith. Je me leva et avança vers le fond de la pièce, Lilith étais allonger sur son lit, je m'approcha d'elle et lui sourie.

Bonjour Capitaine. Bonjour Lilith, et bien, tu a l'air bien amochée, tu sais que tu m'a fait peur ? J'ai crue que tu allais mourir. Comment vas-tu ? Tu a encore mal ?

Je m'assis sur le bord du lit et pris la main de Lilith dans la mienne, je regarda le Capitaine Jazrban et hocha la tête, il fit de même et partit, nous laissant toute les deux tranquilles, je tourna la tête vers Lilith et grinça des dents, je mit ma main sur mon épaule et souffrit en silence, je remit comme il faut mon bras sur l'écharpe puis posa mon regard sur les yeux de Lilith.
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Aoû - 18:20
Étendue, en colère contre moi-même, je songeais que ma fin était proche. Et s'ils découvraient ma véritable affiliation ? La capitaine me regardait avec inquiétude quand soudain, surgissant de nul part : Fildra. Elle salua la capitaine puis me dit bonjour en ajoutant que j'étais bien amochée. J'eus un pâle sourire, presque invisible. Comme mon île me manquait... Mais, dans le fond, j'allais rencontrer la Reine... Cela valait le détour, non ? Je soupirais, ce qui m'arracha une quinte de toux. La mzékils s'assit sur le bord du lit et me prit la main délicatement. La Capitaine était partie nous laissant toutes les deux. Je ne savais quoi dire, alors je fermais les yeux me concentrant sur ma respiration régulière et calme. Par Morloc.... Tout ça n'était que du gâchis. J'allais bientôt me balancer au bout d'une corde. J'ouvris les paupières et murmurais à Fildra :

Tu as l'air dans un meilleur état que moi.

Je montrais du menton l'écharpe qui maintenait son bras. Ëpheride revint, de sa démarche flottante elle s'approcha du lit. Elle posa une main sur mon front et eut une mimique étrange. Je me sentais fiévreuse. Elle se tourna vers la mzékils et lui demanda si elle pouvait prendre congé quelques heures. Avant même que mon amie n'eut le temps de partir elle entama un monologue long et inquiétant.

La fièvre te ronge. Il va falloir faire baisser ça. Bois cette décoction, ça aidera le mal à partir. Si la température ne tombe pas, malheureusement, tes jours seront comptés jeune xen.

Un frisson me parcourut. Etait-ce de la peur ? Probablement... J'allais peut-être mourir... J'avais lutté contre mont et vaux puis on m'annonce avec le plus grand calme que si cette fichue fièvre ne baisse pas je vais y passer. L'elfe me dit de me reposer et ferma les rideaux autour du lit.

Trois jours passèrent, toujours le même breuvage imbuvable à avaler matin, midi et soir. La fièvre s'estompait. J'arrivais même à faire quelques pas dans le jardin de l’infirmerie. On m'annonça à l'aube du quatrième jour que la Reine allait me rendre visite sous peu. Par Morloc, je n'étais pas présentable du tout. Heureusement, Ëpheride avait pensé à tout. Elle m'apporta une tunique émeraude ainsi que de quoi me laver. Une fois fraîche et disponible, j'attendis sagement assise sur mon lit. On m'informa que quelqu'un allait me rejoindre car nous étions deux à devoir voir la Reine. J’espérais que numéro deux soit Fildra.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Sep - 14:27
Lilith me dit que j'étais en meilleure forme qu'elle, et c'étais vrai. Je n'eus pas le temps de lui répondre quoi que se soit que l'infirmière qui s'occupais de mon amie arriva, elle me demanda de la laisser seul avec Lilith, ce que je fit, mais je fut assez proche pour entendre ce que dit l'infirmière.

La fièvre te ronge. Il va falloir faire baisser ça. Bois cette décoction, ça aidera le mal à partir. Si la température ne tombe pas, malheureusement, tes jours seront comptés jeune xen.

Je me figea, grinçant les dents, les yeux grand ouverts, je secoua la tête et des larmes tombèrent de mes yeux, je marcha lentement vers mon lit, m'allongea sur le ventre et pleura sur mon coussin. Je ne voulais plus bouger, les infirmiers me faisait manger, refusant de le faire moi-même, c'était eux qui me faisait sortir, me disant que l'air me ferais un plus grand soin, tout ce qui aurais pu me faire plaisir, c'est que je prenne la place de Lilith, et que se soit moi la malade, et non elle, mais je ne pouvais rien faire, non, vraiment rien. Pendant trois jours, les infirmiers s'inquiétais pour moi, ils me voyait dépérir sur place. Mais au bout de 3 jours, j'allais un peu mieux, on m'avais dit que la Reine allait venir nous voir Lilith et moi, à l'aube du quatrième jour, j'étais debout devant mon lit, bien habiller et propre, je n'avais plus de bandage pour retenir mon épaule, mais juste un énorme pansement à mon bras. La Reine vint vers moi, accompagner du Capitaine Jarzban, je fit un signe de tête à celui-ci puis m'agenouilla devant la Reine et me releva aussitôt. Ce n'étais pas la première fois que je la voyais, je n'étais donc pas du tout impressionner, mais elle étais habiller normalement, comme un simple citoyen, ce qui me fit sourire. Je prit la tête du petit groupe et les amena vers Lilith, celle-ci était assise sur son lit, avec une tunique émeraude, elle était magnifique. Je m'approcha de mon ami et mis ma main sur son épaule.

Votre majesté, je vous présente Lilith, je l'ai rencontrer dans une auberge. On est ainsi devenue amie. Meilleure amie. Elle à sauvé la vie à vos soldats, et ceux-ci croyait que nous étions leurs ennemis. Nous ne y sommes pour rien dans cette bagarre, nous avons juste essayer d'arranger les choses, sans l'intervention de Lilith il y aurais eu plus de morts. Et j'ai menacer les soldats, ils ne devraient plus venir. Mais tu devrais mettre un prix sur leurs têtes, au cas où si ils reviendrait.

Je me mis à côté de Lilith, et croisa mes jambes sur le lit. Mes mains sur mes chaussures, je mis ma tête sur le côté, regardant la Reine.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 10:18
La reine Amäly Tahora’Han avançait dans les couloirs bondés de serviteur et tous s’inclinaient sur son passage. Accompagné du capitaine Jarzban elle s’en allait rendre visite à deux jeune arcaëllienne qui avaient sorti ses soldats d’une situation délicate quelques jours plus tôt. Le nom de l’une d’entre elle était connu de la couronne mais la seconde, la xen, était un parfaite inconnue et il fallait la remercier comme il se devait.

Quelques minutes plus tard la noble mzekils se retrouvait devant les deux « héroïnes », le capitaine toujours a son côté. La mzékils s’agenouilla brièvement mais son regard s’attarda plutôt sur la jeune xen toujours installée sur son lit, drapée de sa tunique vert émeraude. Fildra Tariel prit la parole puis s’installa d’une manière assez familière sur le lit de la blessée. C’est avec un air légèrement amusé que la reine vit le capitaine de sa garde s’emporter quelque peu.

« Surveille ta tenue et ton langage bon sang ! Ce n’est pas ainsi que l’on s’adresse à sa majesté !»

Un petit rire traversa finalement les lèvres de la tahora'han.

« Tout va bien Jarzban, ce qui ne vivent pas au château ne sont pas très habile avec l’étiquette. Fildra au nom de la ville je dois te remercier, toi et ton ami, d’être ainsi intervenue. » le regard doux et légèrement maternel d’Amäly fut un peu plus sérieux tout d’un coup « Par contre tu devrais savoir que les hayert’väal sont coupable de nombreux crimes odieux. Il nous faut les juger et non pas les mettre en fuit, j’espère que tu t’en souviendras. »

Une fois cela dit elle lui serra tout de même chaleureusement la main en signe de reconnaissance puis se tourna vers la xen.

« Tu t’es vaillamment battu pour défendre les habitants de cette ville jeune xen, donne moi ton nom et il sera à jamais gravé dans ma mémoire.  Je suis sur que mes généraux aimeraient avoir plus de guerrières comme toi dans leurs rangs mais ma curiosité me démange. Quelle contrée ou quel professeur à bien put former quelqu’un d’aussi efficace ? »

Pendant que la reine questionnait la jeune xen le capitaine Jarzban continuait de faire les gros yeux à l’assassin aux ailes noires.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : l'infini
Identité : Fiche
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et khen
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 10:41
J'avais visé juste, Fildra arriva devant mon lit mais pas seule. Une mzékils à belle allure et la Capitaine était avec ma jeune amie. Cette dernière fit un topo rapide sur ce qui s'était passé. Concis, clair. Mais, Jazrban reprit Fildra sur sa désinvolture. Cela sembla amuser la Reine. Sa voix était aussi douce que du miel. Elle parla, je la regardais sans mot dire. Le doute s'insinua en moi un court instant. Il ne fallait pas qu'elle pose de questions. Loupé ! Elle en posa une et une bonne ! Me demandant de quelle contré je venais, je ne pouvais répondre sans mentir. Mais, le « ou » qui suivit me rassura. Qui m'avait formé ? Là, je pouvais mentir sans mentir. Je souris, fière et digne. J'inclinais un peu la tête, me remémorant des souvenirs d'enfance. Je n'allais pas raconter ma vie à Sa Majesté mais juste lui expliquer que :

L'arcaëllien qui m'a trouvé, mourante au pied d'un arbre, m'a éduqué et formé. Il était un peu comme un père pour moi. Il m'a tout appris sur le monde et l'art du combat. Je ne sais rien de mes origines. Je me nomme Lilith Yakan. Yakan est le prénom de mon papa adoptif.

Les gens de ma tribu ne possédait pas de nom de famille... Mais je ne pouvais le dire, alors je m'en étais inventé un. Je relevais la tête et, sans pour autant la dévisager, observais la Reine. Son visage semblait si serein, si sûre et doux. Comment une mzékils pouvait-elle être l'ennemie de notre Dieu ? Qu'importe, je devais m'infiltrer alors, outre passant mes droits, je demandais avec humilité :

Si cela est votre désir, Majesté, je serais honorée de rejoindre les rangs de votre armée. Je ne suis qu'une orpheline ayant grandi dans des terres sauvages et méconnues. Mais, vous servir serait un honneur !

Prenant exemple sur les livres d'images que j'avais pu parcourir, je mis un genou au sol et inclinais la tête portant mon poing sur mon cœur. J'espérais juste que ce geste avait toujours lieu ici ! Je songeais que, si elle acceptait, je devrais, pour quelques temps, me séparer d'Ultan mon corbeau. Qu'importe, je devais informer Fannÿ de mon avancée ! Un petit sourire discret se traça sur mes lèvres.

Je vous prie, Majesté, d'accéder à ma requête.

HRP:
 
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 14:06
Le Capitaine Jarzban me critiqua sur ma manière d'être devant la Reine, ce qui la fit sourire, j'ai même entendu un petit rire sortir de ces lèvres. Le Capitaine me regardais furieusement, ce qui me fit sourire, je n'allais pas changer de comportement devant une Reine. C'est une Femme comme nous tous, elle aussi à dû faire des bêtises quand elle étais jeune. La Reine me remercia mais me dit que je n'aurais pas dû faire fuir les soldats, j'hocha la tête et lui sortit un excuse qui me sembla juste.

Je sais Majesté. Mais vu la situation, il étais préférable de les laisser partir, nous étions au port, ils y avais des innocents. Vos soldats était fatigués et n'aurais pas pu se combattre, Lilith étais évanouie, et je ne sentais plus mon épaule. Il fallais éviter une nouvelle bagarre et des morts. Je suis désolée Votre Majesté, mais j'ai cru bien faire pour la protection de nos citoyens.

Je m'assis normalement et baissa la tête. Puis la Reine parla avec Lilith, j'écoutais leur conversation attentivement, les regardant une à une, sachant que le regard du capitaine ne me quittais pas d'un seul geste. Lilith se leva et mis un genoux à terre, elle baissa sa tête et mis un doigt à son coeur. Elle voulais rejoindre l'armée de la Reine. Je regarda autour de moi, il n'y avais que nous, pas d'infirmiers, ni de patient, alors je me leva et fixa le regard de la Reine.

Votre Majesté. Comme vous le savez, j’exécute des missions d'assassinats pour le royaume. J'ai un apprenti, mais il a encore des difficultés à être discret, ce n'est encore qu'un apprenti. Il m'est difficile d'accomplir les missions certains jour, avoir une personne fiable et douée dans la manière de combattre me serait de la plus grande utilité. Et Lilith est cette personne là. JE vous prie, Votre Majesté, de la laisser devenir ma coéquipière.

Je mis moi aussi un genoux à terre et baissa la tête. Je ne regarda pas Lilith, je ne voulais pas voir dans son regard si il étais contente de cette proposition ou bien furieuse.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 16:20
En quelques minutes seulement les deux héroïnes de cette semaine se retrouvaient à genoux devant la reine censé leur être redevable. D’un rapide mais ostensible mouvement de la main Amäly intima aux deux arcaëlliennes de se relever, il était inutile qu’elles restent dans une position inconfortable le temps de sa réflexion. De son côté le capitaine Jarzban était ravie de voir la jeune mzekils se comporter de manière adéquat, pour une fois.

La Tahora’han s’accord quelques instants de réflexion, interrogea la capitaine du regard, et sous pesa les deux options. Elle n’était une reine versée dans le génie militaire mais elle connaissait les rennes du commandement et la proposition de l’assassin semblait gâcher de grande possibilité pour la xen devant elle. On lui avait rapporté les faits de l’incident du port et il semblait évident que ces deux arcaëlliennes ont fait ce pour quoi elles étaient talentueuse. De son côté la mzekils avait éliminé efficacement plusieurs adversaire et la xen était allée directement sur le front sans se soucier du danger.

« Lilith Yakan, Fildra Tariel, j’ai entendu vos requêtes. Fildra ma chère, je ne peux accéder à ta demande. Peut être vois tu Lilith comme « cette personne » car tu t’es attachée à elle et rien de plus. Pour ce qui est de ta demande jeune Xen je t’accorde une place de premier choix dans l’armé du Royaume Tahora’Han. Il ne te restera plus qu’a prouver ta valeur et monter les échelons par toi-même. »

La reine avait prononcé ces mots d’un ton solennel afin de marquer le fait que sa parole était absolue et indiscutable. Quelques secondes plus tard son air sérieux et noble s’était effacé par laisser place au regard presque maternel qu’elle portait sur tous ses sujets.

« Je vois qu’Ëpheride a fait un excellent travail en vous remettant sur pieds. Sachez cependant que vous pouvez rester encore quelques jours si le cœur vous en dit. Encore une fois je vous remercie Lilith Yakan et Fildra Tariel. »

Une fois ces mots prononcés elle tourna les talons, leur accorda un dernier regard puis retourna à son occupation principale de reine du royaume : gouverner.
Niveau 10
avatar
Je suis dispo pour : l'infini
Identité : Fiche
Expérience : 63

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez et khen
Groupes: Royaume
Race: Mzékils
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Sep - 20:41
Mon cœur palpitait de plus en plus vite et les mots de Fildra n'allaient pas dans mon sens, ni mon objectif. Je devais être au plus proche de la Reine afin de... la tuer pour honorer la mémoire de Morloc. Après tout, son ancêtre avait annihilé mon Dieu. Mais, en faisant cela, elle l'avait rendu plus grand, plus puissant ! J'essayais de me concentrer sur les paroles de la Reine. Elle accédait à ma requête. Merveilleux ! Je me retins de sauter de joie. Mon amie mzékils devait être déçue mais qu'importe ! J'observais les pieds de l'arcaëllienne qui gouvernait le Royaume. Mon plan se déroulait à merveille ! En était-il de même pour mes camarades ? Qu'importe. J'étais là où je devais être. Me relevant, j'inclinais la tête et remerciais sa Majesté humblement. Cette dernière portait sur nous un regard étrange qui m'était inconnu. Était-ce de la pitié ? Non... Qu'était-ce que ce regard ? La Capitaine emboîta le pas à la Reine et nous fûmes seules près de mon lit. Je regardais Fildra, que pouvais-je lui dire ?

Je suis heureuse que tu aille mieux, mon amie. Aujourd'hui, nos chemins prennent deux routes distinctes mais, un jour, nous combattrons de nouveau ensemble. Je t'en fais le serment.

N'attendant pas de réponses de sa part, je ramassais mes affaires et pris la direction de la sortie. Errant dans les rues, je cherchais un lieu calme où rédiger ma missive pour Fannÿ. Je finis par trouver une ruelle sombre et me mis à écrire.

Fannÿ, noble chef de nos rangs,

J'ai réussi la mission. Désormais je suis dans l'armée Royale. Dès que j'aurais mieux avancée, je t'en informerais.

Fidèlement

N°1458


Oui, j'étais juste un numéro. Mais cela brouillerait les pistes. Imaginez si je mettais mon prénom ! Ainsi, avant de partir, nous avions tous reçu un nombre. Ce nombre était notre identifiant. Nous ne sommes pas stupides.

J'attrapais Ultan et lui attachais la petite note à la patte droite. S'il avait été sur la gauche, c'est que j'avais de mauvaises nouvelles. L'animal s'envola, connaissant sa destination. Je me levais et repris mon errance jusqu'à la caserne. Là, je fus subjuguée par le nombres de têtes. J'avançais dans le bâtiment, espérant que l'on me prenne au sérieux.

Une tahora me fit me stopper et m'hurla presque dessus :

Présentez-vous, xen !
Je ne suis que Lilith, Lilith Yakan. Recrutée récemment par son Altesse la Reine.

La tahora hocha la tête et m'envoya dans un bureau d'un être que je connaissais déjà : la Capitaine Louane Jarzban. Je frappais à la porte et attendis que l'on me réponde.
Niveau 4
avatar
Je suis dispo pour : 1 rp / 2
Expérience : 208

Carnet de bord
Fluide(s)/Compétence(s): Mez, Ka, Thâ
Groupes: Royaume
Race: Xen
Voir le profil de l'utilisateur https://arcalleblog.wordpress.com/
Niveau 4


Épaulette du lion:
 




J'écris en #40A497
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Sep - 21:51
La Reine refuse ma proposition, elle pensait sûrement que Lilith serait bien plus utile en étant dans son armée. Je ne dit rien, la Reine partit avec le Capitaine à sa suite, je me leva et regarda Lilith. Elle me dit qu'elle étais contente que j'aillais mieux et que nos routes se séparait ici, néanmoins elle me fit un serment, celui de se battre de nouveau. Elle ne dût attendre aucune réponse de ma part car elle pris ces affaires et partit.

Je prit mon sac et sortit de l'Infirmerie en n'oubliant pas de remercier les infirmiers. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vue le soleil et n'avais respirer l'air frais. Je n'avais plus de mission, et mon épaule me faisait encore un peu mal, je m'installa au pied d'un arbre et décida d'écrire une lettre pour Sora.

Mon cher élève,

Je vais être absente pour quelque jours, ne t'en fais pas je vais bien. J'ai juste envie de prendre l'air. Ne fait rien de dangereux pendant ce temps.

Fildra


Je prit la direction de l'Auberge où nous nous étions installer et glissa la lettre sous la porte de sa chambre. Je quitta la ville sans oublier d'aller à l'écurie pour récupérer mon cheval. Je pris la direction du camp des Vaïbaïens en regardant derrière moi, cela faisait longtemps que je n'avais pas vue mes camarades, et il fallait que je parle à Fannÿ le chef de mon clan.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aube des Mondes :: Le monde :: Les Cités Blanches :: Est :: Hytraz (Capitale) :: Palais Royal-